Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: FT'e
304 commentaires trouvés.
Article: Quoi de neuf à la Keynote, ce soir?

Il y a beaucoup d’autocongratulation et de blah blah, normal, c’est du show à l’américaine. Mais passé ce show off, on peut s’intéresser au fond.

Ce n’était pas dit hier, mais avec iCloud, nos iBidules deviennent indépendants de nos MacBidules. Plus besoin d’iTunes pour activer son téléphone, plus besoin d’iTunes pour backuper ou restaurer son téléphone, ni pour synchroniser les infos synchronisables entre iBidules. Le Mac n’est plus nécessaire.

Twitter, Facebook. Twitter c’est fait. Facebook ce n’est pas fait. Oh, on peut imaginer qu’il y a des détails financiers non résolus pour expliquer l’absence de Facebook. On peut imaginer aussi que iPapy a piqué une colère et boycotte FB. On peut imaginer ce qu’on veut. Il y a des bruits de couloirs qui disent que iPapy n’aime pas comment FB traite la vie privée, et qu’il ne veut pas que l’image négative de FB ne vienne ternir l’image un peu plus sympathique d’Apple en la matière. Mais ce ne sont que des bruits de couloirs. On sait tous que iPapy n’est pas caractériel et exigeant et que seul le pognon compte pour lui. Euh… Bref. Ce n’est pas si important de toute façon.

Capteur photo, Cards, ragnagna. Mises à jour incrémentales, rien de révolutionnaire. Sauf que… vous avez vu les photos d’exemple sortant de l’iPhone 4S ? Pipo ou pas pipo ? Parce qu’elles ne sont pas mauvaises, ces photos. Techniquement je veux dire, artistiquement l’iPhone n’y est pour rien. Quel impact va avoir sur la “production photo” et le marché des appareils photo un téléphone capable de ça ? Il y a un certain temps déjà que les constructeurs se préparent à la disparition pure et simple des appareils compacts bas de gamme, bouffés tous crus par les téléphones portables. Le glas sonne plus fort depuis hier soir… Il y a de la restructuration de gammes de produits dans l’air. Il y a encore un marché pour les compacts haut de gamme comme le Canon S100, mais pour combien de temps ?

Et Siri…

J’adore comment des personnes sont déjà à dire que bah, c’est inutile, ça ne peut pas marcher, ça intéresse pas… Vous en savez quoi ? Rien. Vous n’avez pas donné sa chance à cette nouvelle “interface utilisateur”.

L’interface tactile n’en est qu’à ses prémices, et déjà on voit qu’elle peut être redoutablement efficace. Les enfants comprennent instinctivement comment les choses marchent. Mes filles, dont la plus jeune affiche un joli 3 au compteur, expliquent à leur maman comment faire ceci ou cela sur l’iPad. Elles créent de petits dessins-animés avec Toontastic et apprennent comment découper et structurer une histoire en s’amusant. C’est très intéressant de voir comment les enfants interagissent avec une interface tactile, beaucoup plus concrète que les souris / clavier, et manipulent malgré tout des éléments virtuels comme de vrais objets.

Et voici l’interface vocale qui semble vouloir être enfin utilisable. Nous n’avons aucune idée des développements à venir de ces technologies vocales. Ma cadette me disait hier soir : on va pouvoir parler à l’iPad, suuuuuppppeeeerrrr ! Moi : euh, non, seulement le téléphone je crois. Elle : ohhhhhh, zut.

Pensez ce que vous voulez, critiquez autant que vous voulez. Pour ma part je pense que nous vivons une époque technologique formidable, et que nous sommes pile sur une singularité évolutionniste. Il y a eu l’ordinateur personnel, il y a eu Internet, il y a aujourd’hui l’univers mobile.

Mesurez le chemin parcouru en 20 ans de Mac. Mesurez le chemin parcouru depuis le premier iPhone et iPad.

Il aurait dû s’appeler iPhone 5 ce téléphone.

Mais on s’en fiche, ce n’est qu’un nom et personne n’en parlera plus dans quelques semaines. Le nom n’a aucune importance, la polémique sera vite oubliée.

Article: Amazon présente le Kindle Fire…

À quand un Kindle avec un clavier français ?

A mon avis, la question à poser serait : À quand un Kindle chez Amazon.fr ?

Je me demande si le faible taux de pénétration des ebooks en France est une conséquence de l’absence de la boutique Kindle sur Amazon.fr, ou l’inverse… Il sera intéressant de voir l’évolution des ventes lorsque Amazon se décidera. Tiens, d’ailleurs, pourquoi dois-je acheter mes livres Kindle en français chez Amazon.com (ou Amazon.de, mais merci la convivialité de navigation pour quelqu’un qui ne cause pas allemand) plutôt qu’Amazon.fr ? Crétin ça. Du coup je lis 10 livres en anglais pour 1 en français.

Article: Amazon présente le Kindle Fire…

Sébastien le dit bien, le Kindle Fire est intéressant pour le contenu proposé par Amazon, et c’est ce contenu qui fait la force du Fire.

Avez-vous remarqué qu’à aucun moment Amazon n’utilise le mot tablette à propos du Kindle Fire ? C’est un Kindle. Pas une tablette. Et il a en effet les caractéristiques d’un Kindle polyvalent et non d’un iPad. Il n’entre pas en concurrence avec l’iPad.

Avez-vous aussi remarqué l’absence totale de réaction de Google ? Rien, nada, nulle part, ni officiel ni officieux.

Le Fire n’est pas une tablette, le Fire n’est pas Android… le Fire est une fenêtre ouverte sur le contenu et l’infrastructure Amazon, et toute la communication d’Amazon le montre (ainsi que l’absence de communication de Google).

Petite considération perso : ce n’est pas et de loin un iPad, et ce n’est pas non plus un Kindle e-ink haut de gamme. Un écran e-ink offre un confort de lecture très supérieur, sans parler de l’autonomie. Mais le Fire sera sans doute un grand succès commercial, à défaut d’être un grand succès financier (m’étonnerait qu’Amazon gagne beaucoup sur un Fire, s’ils ne perdent pas d’argent).

Cette tablette est la seule qui m’ait intéressé assez pour me faire blogger à son sujet, c’est dire :))

Article: Le Robert et ses «relations clients» – le dindon se rebiffe

Ce dictionnaire et moi, c’est une longue histoire… Je n’ai jamais acheté le Robert pour mon propre usage, car je savais, pour l’avoir installé chez des clients, version après version, que cette daube est un cauchemard sur pattes, et leur service client le plus horrible qu’il m’ait été donné de subir.

Un beau jour, j’ai cessé de m’énerver et d’être victime de leur médiocrité. Je ne sais plus combien de semaines de coups de fils au service client pour ne pas arriver à activer leur saloperie de soft, qui s’est achevé par un téléphone raccroché au nez. Un comble, mon nez.

J’ai une sainte horreur qu’on se paie ma tête.

Suite à ce jour, j’ai systématiquement installé des versions déplombées. Logiciel payé, facture et tout pour le prouver, mais déplombé. Et là, tranquillité d’esprit, zéro emmerdement avec une réactivation périodique, bref, ce que cette saleté devrait être pour un client qui a payé sa licence. Une honte !

Mon expérience avec Antidote ou Pro Lexis mérite d’être racontée pour la comparaison. Je développe un logiciel bien connu, qui bugait avec les extensions de ces deux logiciels. Courriel à l’un, mél à l’autre. Le premier m’a envoyé une clé de licence moins de 4 heures après ma requête, l’autre un numéro de série de 30 jours le lendemain suivi d’un courrier postal avec CD, petit message manuscrit, et un autre numéro de série, et un téléphone personnel pour toute question urgente. À noter que la licence Antidote n’expirait pas, et donnait droit à la mise à jour pour la version payante suivante.

Ça a une autre gueule comme service support, hein?

Article: J’abandonne ce soir mon matos Nikon

Le système 4/3 est cohérent et bien développé, les appareils sympa, etc. Rien à redire. C’est pas la technique. Ce à quoi je suis allergique, c’est au format d’image 4:3.

Nos écrans sont tous larges, des téléphones aux écrans de cinéma géants en passant par toutes les télés possibles et imaginables (sauf iPad, mais c’est pour pouvoir le retourner dans tous les sens), c’est un brin à contre-courant de proposer un format plus carré. Mais bon, c’est pas le fond du problème.

Disons que l’important (pour moi) réside dans la composition aux tiers, la proportion d’or, toutes ces petites choses issues de la nature et de siècles d’esthétique appliquée…

Le système aussi bon soit-il n’empêche pas que je n’arrive pas à cadrer et à obtenir des compositions qui me plaisent en 4:3. Je suis peut-être nul et vieux con qui ne s’adapte pas, mais c’est ainsi. L’oeil au réflexe, la composition est naturelle et agréable. Au compact, je vise je shoote, ce n’est jamais harmonieux. Du coup, mon compact actuel est réglé pour faire du 3:2, et même si je bouffe des pixels, je cadre comme j’aime.

Article: J’abandonne ce soir mon matos Nikon

Yep, Nikon se colle à l’exercice… mais avec un minuscule capteur. Soit.

OlyPana, je ne supporte pas le format 4:3. Sony, l’ergonomie me tue ainsi que le prix. Nikon, de base, je ne suis pas fan, et un si petit capteur, j’hésite. Les optiques proposées ne sont pas grandioses pour l’instant.

Canon ? Helloooo ? Allez, on se bouge ! Maintenant.

Article: Ils font comment ces bonimenteurs pour nous avoir à chaque fois?

Vitres : eau, beaucoup, alcool, un peu, produit à vaisselle standard, une giclée. Peau de chamois (ou truc qui ne s’imbibe pas). Et hop. Marche impec.

Claviers : microfibre humide d’eau/alcool.

Colles : mon paternel me file ce qu’il faut lorsque j’ai besoin de coller, il est du métier. Beaucoup de colles contact ou de colles à deux composantes, dont la version pro de l’araldit qui colle parpaings de béton, briques, tout ce qui n’est pas lisse. Les trucs les plus efficaces ne se trouvent pas dans le commerce pour plusieurs raisons dont la conservation, la toxicité et… l’adhérence. Ces colles pro, bin… elles collent. Fort. Vite. Faut pas se planter. Ni s’auto-coller. La pire selon mon père est une colle contact pour le verre, qui contient de l’acide fluorhydrique qui attaque le verre en surface pour améliorer le collage. L’acide fluorhydrique est excessivement dangereux, car il attaque les ions organiques, traverse la peau sans causer de grande douleur mais en détruisant irrémédiablement les tissus, contaminant le sang, et pouvant détruire très rapidement le coeur. Une belle saloperie, pas dispo chez Leroy-Merlin ou Jumbo :). Mais ça colle et ça ne se décolle pas. Il a dû changer un pare-brise parce qu’un bout de chiffon s’y était collé.

Démonstrations du lave-vitre magique : j’ai entendu dire que les vitres pour la démonstration étaient souvent traitées à l’oxyde de titane et similaires, ce qui rend les vitres hydrophobes et oléophobes. Genre iPad. Du coup, vachement plus faciles à nettoyer, sans laisser de traces. Sauf que nos vitres domestiques ne sont pas traitées (mais souvent argentées dans le double-vitrage pour augmenter le pouvoir isolant). Ces vitres, tu les laisses dégueulasses en plein soleil quelques heures, tu jettes un seau d’eau dessus, hop, toutes propres comme neuves.

Article: Lettre ouverte à Océane
FT'e
, le 12.09.2011 à 13:54
[modifier]
Article: Lettre ouverte à Océane

Cet article, sur un fond personnel, dépeint une réalité sociale qui est loin d’être un cas isolé.

La loi suisse a de nombreuses faiblesses en regard de l’égalité des sexes, et lorsque je dis faiblesses, il faut comprendre gouffres quasi-insondables.

J’ai vécu des cas de discrimination sexuelle légale à plusieurs reprise déjà.

Tout d’abord en tant qu’enfant après le divorce de mes parents où mon père a été – sans qu’il soit coupable de quoi que ce soit – condamné à payer et juste payer, sans aucune autorité parentale et un droit de visite minimal. Ma mère a eu la délicatesse de me bourrer le mou pendant des années pour m’éloigner de mon père, que j’ai par bonheur retrouvé lors de ma crise d’adolescence.

La dernière discrimination très récemment à l’occasion de mon mariage : j’ai pris le nom de mon épouse. Ce que j’ai dû justifier par écrit, avec pour seul recours en cas de refus (qui n’a nul besoin d’être justifié par le “comité”) d’attaquer l’État pour discrimination sexuelle. Devoir se justifier est déjà révoltant, mais être soumis à l’arbitraire d’un comité sans voie de recours, WTF?!?

Nombreuses sont les discriminations légales du droit de la famille, très nombreuses, et j’en ai déjà bouffé à m’en rendre malade. Pour tout dire, le droit suisse de la famille est une grosse daube obsolète, injuste, nauséabonde, bonne à jeter et à refaire au propre.

Donc comme je le comprends, cet article relate une histoire vraie. Je ne m’étendrai pas sur le côté personnel de ce récit, il ne m’appartient pas et je ne me permettrais pas de me poser en juge. Par contre, que la loi autorise, et agrave !, de telles situations est juste absurde. Je n’ai pas souvent des raisons d’avoir honte de la Suisse, mais là, on est en plein dedans. J’ai honte.

Article: Les tirages Picto, c’est trop bô

Canon 9500 mark II ici. Plus longue inactivité, de l’ordre de 6 mois. Aucun souci. Ni avec ma moche vieille A4 à colorants Canon. J’ai eu quelques Epson avant ces Canon. Toutes sont mortes buses bouchées.

Bref.

Avoir sa propre imprimante, c’est chouette. On retrouve un peu les sensations labo N&B, sans la lumière rouge. Mais ça bouffe un temps ! Sans compter que ça donne envie de faire des essais, de bouffer du papier en rames, et de l’encre en bidons. Mais enfin et malgré ça, ça reste assez économique. Si on peut dire ça. Il y a des loisirs moins onéreux :).

Mais je retiens cette adresse, pour plusieurs raisons, en particulier pour les grands formats, miam 90 cm, et pour le choix des supports que je ne saurais stocker pour mon modeste usage de photographe du dimanche. Si c’est testé et approuvé par Monsieur Cuk, c’est forcément une bonne adresse. :)

Article: Mon iPad s’appelle « Voyager »!

@Biblio

S’il y a bien quelque chose de difficile à faire, c’est d’évaluer les besoins de stockage de quelqu’un dont on ignore les habitudes et outils.

Disons qu’un iPad 64 Gb peut contenir 2000 photos d’un 5D2 ou 7D, ou 20000 photos d’un compact.

Disons encore que la vocation première d’un iPad n’est pas de servir de stockage. Un Air accompagné d’un disque externe 2”1/2 de 500+ Gb est bien mieux adapté à cet usage, et Lightroom tourne dessus :).

Article: Impressions de Grèce
FT'e
, le 02.09.2011 à 01:50
[modifier]
Article: Impressions de Grèce

J’ai de la Grèce une image biaisée. Un séjour ayant mal tourné, très mal tourné, m’a quelque peu refroidi.

Mais j’ai eu l’occasion de découvrir cet aspect économie familial, et la musique. Je séjournais avec ma famille dans un petit port de la côte adriatique, bien loin du tourisme de masse. C’était très chouette.

Jusqu’à ce que nous soyons embarqué dans l’administration locale. Nous avons dû aller à l’hôpital en urgence, et les problèmes ont commencé. Je passe les détails pour dire que nous avons été retenus pratiquement de force pendant 5 jours, sans nourriture, sans lits, trimballés d’hôpital en hôpital sans que personne ne soit mis au courant… jusqu’à ce que la Rega réquisitionne un aéroport et le tienne ouvert après les heures normales de fermeture pour nous ramener en Suisse. Personne là-bas ne nous croyait lorsqu’on parlait de cet organisme et de leurs hôpitaux volants, et la Rega a du faire des pieds et mains pour nous récupérer.

Beaucoup de gens accueillants et sympathiques, et une administration épouvantable avec laquelle il vaut mieux ne pas avoir affaire.

Article: Mon iPad s’appelle « Voyager »!

Livres… c’est vrai que l’iBook Store est vide de contenu intéressant. Heureusement les libraires en ligne ne sont pas rares et l’offre est… complète. Amazon, B&N, et les petits éditeurs livrant du ebook ou pdf lisible dans iBook.app… et le tout chargeable en quelques secondes.

Je n’ai jamais autant lu de livres que depuis que j’utilise l’iPad comme liseuse, et pourtant je suis plutôt du genre vorace de papier. Enfin, avant.

La lecture de livres sur iPad a cependant une faiblesse importante : pas moyen d’avoir une pile de bouquins ouverts étalés devant soi pour étudier. A moins d’avoir une pile d’iPads. Un mode exposé des livres ouverts pour passer rapidement de l’un à l’autre manque. Enfin, manque à mon épouse, je ne suis plus étudiant depuis longtemps et 4 écrans me suffisent à afficher toutes les références nécessaires à mon job :)

Article: Steve Jobs démissionne
FT'e
, le 28.08.2011 à 10:07
[modifier]
Article: Steve Jobs démissionne

Le génie de Jobs n’est pas de vendre quelque chose cher en le faisant passer pour un cadeau ! Oo

Les derniers MacBook Air et iPads ne sont pas chers. Bon, si, ils sont chers. Mais les concurrents lorsqu’ils existent ne sont pas moins chers.

Le génie de Jobs, c’est que lorsque tu déballes ton iPad, tu soulèves le couvercle et tu tombes sur l’iPad directement, tu l’attrapes, ôtes le plastique, hop, tu peux l’utiliser. Les câbles et autres accessoires sont cachés dessous. Mais joliment emballés, pas de moche boite en carton autour, pas de ces fils de fer plastifiés chiants comme tout autour des câbles…

Le génie de Jobs c’est d’avoir créé Pixar et d’avoir élevé ce studio d’animation au dessus de tous les autres, d’avoir révolutionné le genre, et finalement d’avoir fait avec Disney ce que NeXT a fait avec Apple. Disney a acheté Pixar, mais dans les faits, Pixar a envahi Disney de l’intérieur. Apple a racheté NeXT, mais NeXT a bouffé la pomme.

Le génie de Jobs c’est d’avoir révolutionné la distribution de musique envers et contre toutes les majors qui n’avaient qu’une seule ligne de conduite, persécuter les pirates, surtout ne pas se remettre en question et changer de modèle commercial.

Le génie de Jobs c’est d’avoir foutu un sacré coup de pied dans la fourmilière de la communication mobile et d’avoir mis les ténors du moment à genoux.

Article: Flux de travail de l’écrivain
FT'e
, le 27.08.2011 à 23:11
[modifier]
Article: Flux de travail de l’écrivain

Mon beau-père a écrit ses mémoires les dernières années de sa vie. Imprimées en A4, près de 400 pages de son enfance neuchâteloise, ses aventures dans le milieu de l’aviation, etc.

Plusieurs versions de Word, et plusieurs Macs, ont servi pour ce travail de mémoire et de rédaction. Mais un seul fichier, et un mode plan bien exploité.

Nous parlons de texte. Soit l’information la plus simple après les nombres en regard des capacités de nos ordinateurs et logiciels. L’iPad que j’utilise en ce moment est chargé d’une cinquantaine de bouquins numériques – développement, mon boulot, ou romans dont le dernier en date est The Power of Six que je viens de terminer et qui sera suivi de Of Love and Evil d’Anne Rice – quelques dessins animés pour mes filles dont Arrietty de Myasaki, une dizaine d’episodes de Supernatural, etc. Alors quelques Mb de texte dans seul fichier, je ne vois pas quel programme serait assez mauvais pour ne pas l’encaisser.

Dans beaucoup de domaines pour lesquels des applications spécialisées existent, il suffit souvent d’une caractéristique ou une avancée pour se distinguer et devenir vraiment utile. Anne a parlé du fichier unique. C’est intéressant de se poser la question de ce qui nous est vraiment utile dans nos activités courantes. Je le fais périodiquement, et à cette occasion j’effectue traditionnellement un grand nettoyage de mon dossier applications, jetant des dizaines d’applications parfois géniales mais toujours inutiles.

Tiens, un exemple… Combien de gestionnaires de tâches ais-je testé en 20 ans… Impossible à dire. Beaucoup. Ces 5 dernières années sur Mac, toutes. J’en ai acheté plusieurs. Ai testé : The Hit List, OmniFocus, Things, pour ne citer que les plus connues, et pas mal d’autres… Je n’ai conservé qu’OmniFocus pour moi, The Hit List pour mon épouse. Capacité essentielle pour moi : pouvoir noter toutes les tâches le plus vite possible et m’y retrouver plus tard. OmniFocus fait ça a la perfection (pour moi). Moins j’ai à me souvenir des petites broutilles ennuyeuses, plus ma tête est libre pour d’autre choses et plus je peux avoir confiance dans ma liste de tâches. Je n’utilise pas la moitié des capacités de ce logiciel… Mais je l’utilise aussi en lieu et place des post-its et autres petits aides-mémoire…

Ce que j’ai retenu de cet article : le markdown, sa simplicité, sa pérennité, sa rapidité d’usage.

On a souvent besoin que de choses très simples, cachées dans des logiciels trop compliqués.

Article: Steve Jobs démissionne
FT'e
, le 26.08.2011 à 16:25
[modifier]
Article: Steve Jobs démissionne

Hum… le moment de l’annonce est plutôt bien choisi je trouve, du point de vue business.

Apple est en forme sur les marchés boursiers, des machines ont été mises à jour – et se vendent bien – il y a peu, Lion est sorti de sa cage… et de nouveaux produits vont arriver d’ici quelques semaines : iCloud et iOS 5 bien-sûr, et les rumeurs d’iPhone 5. On vit encore en pleine période estivale et de vacances, les esprits ne sont pas encore complètement tournés vers le business.

Je sais pas, ça ressemble plus à un moment bien choisi qu’à une nécessité de santé immédiate.

Je ne dis pas que ce n’était pas nécessaire du point de vue de la santé de Mr Steve, je dis juste que ce n’est pas une annonce faite dans l’urgence mais au contraire plutôt intelligement planifiée. Ça et l’ensemble de la transition d’ailleurs.

Article: Flux de travail de l’écrivain
FT'e
, le 26.08.2011 à 10:59
[modifier]
Article: Flux de travail de l’écrivain

Complément au sujet d’AppleWorks:

Avec Lion, il ne fonctionne plus. Bye bye AppleWorks. Je ne l’ai jamais aimé de toute manière… Pages peut lire les fichiers AppleWorks. Du moins ceux de la dernière version du logiciel. Docs du module texte. Donc gaffe gaffe, Pages n’est pas garanti de tout récupérer. Et quand aux bases de données… courage.

Bref, si vous avez des documents à ce format, et que vous envisagez de passer à Lion, il est urgent de penser à sa succession et à la conservation des documents. J’ai pris l’habitude depuis des années de toujours imprimer un PDF de mes correspondances et autres documents – et pourtant j’utilise Microsoft Office, ce qui est la garantie d’une certaine longévité des fichiers. Et pourquoi ais-je pris cette habitude ? De vieux documents au format eDoc devenus illisibles. Oh, si je voulais, je pourrais encore les lire je suppose : un Mac PowerPC supportant Mac OS X 10.4 et Classic, récupérer mes vieux programmes et fichiers, et convertir le tout avant qu’il ne soit trop tard. Mais quel effort et temps perdu ! Bref, archives en PDF !

Mon père utilise AppleWorks. Pfff.

Article: Flux de travail de l’écrivain
FT'e
, le 26.08.2011 à 10:33
[modifier]
Article: Flux de travail de l’écrivain

Très très intéressant article !

Je ne suis pas écrivain, et mes besoins en la matière sont très réduits. J’ai pourtant un besoin de documentation de mes projets, et j’ai eu a satisfaire des besoins similaires pour des clients. Je suis un amoureux des wikis depuis des années, et j’en ai installé (Confluence, MediaWiki) chez des clients avec bonheur (le leur, pas le mien :). Une des forces principales de cet outil réside dans la syntaxe très simple pour mettre le document en page et en styles, tout comme le markdown présenté ici.

L’autre outil fantastique que j’utilise est OmniOutliner. Il fait partie de mes programmes indispensables depuis des années, et je crois que j’ai acheté la version iPad moins de 10 minutes après sa première disponibilité sur l’AppStore :).

Le paysage informatique a incroyablement changé depuis Word 5.1 (le meilleur Word ever) et le premier Mac portable tous deux du début des années 90 :), c’est-ce pas ?

Article: Nokia N9, la suite!
FT'e
, le 25.08.2011 à 11:23
[modifier]
Article: Nokia N9, la suite!

Steve Jobs est quand-même un personnage hors normes, très charismatique et homme public à diriger les keynotes et autres apparitions. Très show à l’américaine. Apple est en outre une société médiatique.

Il y a fort peu de hautes huiles aussi populaires et connues. Bon, Microsoft, tout le monde connaît Gates. Mais charismatique ? Errm. Steve Ballmer ? Disons qu’il fait souvent rigoler, mais charismatique… non. Paul Otellini ? (Intel) Samuel Palmisano ? (IBM) Barack Obama ? Bon, d’accord, celui-là tout le monde le connaît. :)

Alors Nokia, franchement…

Article: Une journée ordinaire, enfin…presque

Un proche collègue utilise ce stylo depuis quelques mois… enfin, jusqu’à l’iPad 2.

Il était tellement emmerdé par le logiciel qu’il a fini par utiliser la version Windows dans Virtual Box, qui marchait ainsi passablement mieux. Pas grandiose, mais mieux quand-même.

iPad 2 disais-je… a remplacé passablement de ses petits outils du quotidien, y compris pour la prise de notes. Mais ça reste un brin plus encombrant, un iPad, c’est sûr.

Merci pour cette présentation ! Oserais-je demander… J’ose. Ça serait vraiment super d’avoir tes impressions après quelques semaines d’usage. Car finalement, c’est à l’usage que ce genre d’outil se révèle intéressant ou non.

Article: Steve Jobs démissionne
FT'e
, le 25.08.2011 à 10:35
[modifier]
Article: Steve Jobs démissionne

Je crois que tant qu’il sera en vie, il participera aux idées et projets d’Apple.

Comme Sébastien, je pense que Steve a peu à peu abandonné le micro-management dont il était coutumier après son premier congé, et que Tim Cook assure la direction opérationnelle pour l’essentiel depuis lors. La succession de Jobs est en cours depuis longtemps et va continuer en douceur – dans l’entreprise tout au moins, à voir sur les marchés boursiers ;) -.

Bah, je ne me fais pas trop de soucis pour Apple. Par contre, j’espère vraiment que l’état de santé de l’ami Steve n’est pas en train de se dégrader. Pas pour Apple, pour lui et sa famille.

C’est bébête, mais j’espère que j’aurai l’occasion de le revoir en vrai (à une WWDC), peut-être sur le nouveau campus soucoupe volante. Il a toujours été accessible et sympathique. Il est une des rares personnes que j’admire sans réserve, et la seule “célébrité” que j’avais vraiment envie de rencontrer. Ah ah, je suis une groopie :). Faut plus que je loupe une WWDC moi !

Article: Ils ont quoi, les ingénieurs du son?

Il y a eu la semaine dernière une intéressante émission sur France Musiques à propos de la “compression”. En gros tu atténue les fortissimi et augmente les pianissimi.

C’est précisément le sujet du lien que je donnais, le loudness war.

Que ça salope la musique, c’est une chose. Que ça la rende beaucoup plus dangereuse pour les oreilles, c’est beaucoup beaucoup plus grave.

Article: Ils ont quoi, les ingénieurs du son?

La post-prod pour la retransmission radio ou TV de concerts s’explique aisément, et est justifiée. Peu de gens ont une installation capable de recréer l’espace sonore d’un concert, indoor ou de plein air.

Le reformatage pour la télé ou la radio tient compte des moyens de reproduction et des lieux d’écoute moyens. C’est à dire, moyens, voire carrément merdiques. C’est pas avec des cubes Bose qu’on peut retranscrire un concert de plein air, et c’est déjà bien mieux que les enceintes intégrées à la plupart des télés plates du moment. C’est dire le niveau de qualité sonore de ces télévisions.

Donc dans l’idée, pas d’objection, voire j’approuve. Il y a moyen d’ajuster tout ça pour une diffusion de qualité. Sauf que. La post-prod télé ne vise en rien une reproduction de qualité, et ne l’a pour ainsi dire jamais fait, sauf quelques cas spécifiques. ARTE se donne un peu plus de peine que les autres par exemple. Mais les grandes chaines publiques, AH AH AH. Le formatage vise à égaliser les niveaux, réduire la dynamique, et encadrer le volume sonore précisément pour pouvoir passer la publicité avec un volume sonore plus élevé. Rien d’autre. Même topo que le loudness war que je mettais en lien plus haut, mais pour mettre en avant la publicité. Qui est encore plus compressée brick wall que le reste.

Le volume sonore des concerts a toujours été un problème, ce n’est en rien nouveau. Et les boites de nuit. Ça fait jeune. Ça fait puissant. (Ça fait chier.) Au point que des législations ont été mises en place pour contrôler un peu le niveau sonore. Et le loudness war n’a pas tardé à frapper dans les boites de nuit pour contrer la baisse ne niveau sonore. La dangerosité pour les oreilles est en fait augmentée, c’est juste une horreur.

Le pire ? Il y a même de la musique classique passée au brick wall, du jazz, et j’ai même vu du grégorien saccagé de la sorte. Vous pouvez imaginer ça ?

Article: Ils ont quoi, les ingénieurs du son?

http://turnmeup.org/

Comment ? Je commence par un lien ? Sans grand rapport avec les concerts ?

La sonorisation est grandement subjective. La sonorisation de festivals je veux dire. Une salle de spectacle ou de concert en dur, c’est une autre affaire. Encore que, parfois, on se demande. Mais passons. Or donc, subjective. Donc influencée par les modes musicales, plus ou moins, selon ce que l’ingénieur du son écoute lui-même. Ou selon ce qui lui est demandé.

En outre, les réglages initiaux sans personne ou presque pour voir et le résultat final en live, et bien… il y a une foule en plus qui change beaucoup l’acoustique du lieu. Ça peut être sportif.

Et les hautes fréquences et les basses fréquences sont deux choses bien différentes, à traiter différemment.

Bon, bref, pour répondre à la question, en effet, le plein air est souvent plus aisé à sonoriser juste, pour autant qu’on ait le matos qui va bien. D’un autre côté, l’indoor est souvent posé et ne bouge pas, donc les réglages peuvent être faits avec plus de soin pour plus longtemps. Dans tous les cas, c’est possible de faire du bon boulot de sonorisation.

Je pense que c’est une demande, venant de je ne sais qui, pour coller à la mode boom boom, pour le marketing, pour faire jeune, que sais-je.

Notez, il fut des concerts où la directive de boom boomer était donnée pour empêcher les enregistrements sauvages. Mais je dis ça, je ne dis rien.

Quant au lien en introduction… horrible dérive marketing généralisée. Peut-être certains festivals soufrent d’une maladie similaire.

Article: TimeMachine (et le système) sont-ils si sûr? Pas certain…

Quoiqu’en dise Apple – et d’autres éditeurs de solutions de backups -, un backup n’est jamais simple. Ni totalement sûr.

Time Machine, vouai vouai. Il m’a plus rendu service que le contraire, parfois en touillant dans les snapshots à la paluche. Mais qu’importe la méthode, l’important est de récupérer les données, et Time Machine a toujours backupé correctement. Les snapshots locaux de Lion en sus des snapshots sur le volume Time Machine, super idée ! Rien que ce point vaut la peine d’activer Time Machine, là encore même s’il faut récupérer les choses manuellement.

Il faut comprendre quelles sont ses limites. Et malheureusement, la récup est, bin… un peu limitée. Les systèmes bootables, c’est pas non plus ça. La sauvegarde de disques externes n’est pas non plus pour Time Machine.

D’autres logiciels sont nécessaires pour des backups plus complets.

CCC est plutôt carrément bien pour des clones bootables. Ceci dit, démarrer sur la partition recovery (ou clé USB pour les “anciens” systèmes) et cloner avec Disk Utility fonctionne aussi très bien. La règle d’or se faisant est… de vérifier que la copie boot effectivement. J’ai eu des soucis avec CCC, comme avec Disk Utility. Parfois, mystère de l’informatique, ça passe pas.

Cependant, CCC et la sauvegarde de disques externes, c’est pas ça non plus.

Bref, il faut encore un autre logiciel pour une solution complète… et là, le choix est des plus vastes. J’utilise ChronoSync depuis des années, super soft.

Time Machine remporte la palme de la simplicité et de la transparence. Les deux autres demandent un brin plus d’attention.

Article: Apple nous tond, et ça commence à bien faire

S’il y a bien un truc que je ne comprends pas, c’est que certaines personnes puissent encore penser que des entreprises de la taille d’Apple, ou des PME, “vivent” pour autre chose que le pognon.

Enfin si, pour plein de choses. Mais sans petite monnaie, pas de café.

C’est vrai, pas mal d’entreprises “modernes” fonctionnent et sont valuées pour des millions de $ sans pour autant rapporter le moindre cent. Phénomène étrange d’ailleurs, mais passons.

Toute entreprise “normale” doit gagner de l’argent. Beaucoup c’est mieux que peu, et peu c’est mieux que pas assez.

Il y a eu une période de la vie d’Apple où le pas assez était quotidien et la survie l’objectif immédiat. En gagnant de l’argent. Les objectifs ont changés, la survie n’est plus la préoccupation du moment. Gagner de l’argent, ça, bien ça n’a pas changé.

Est-ce si surprenant ?

Vous travaillez pour quelle raison ? Si la boite ou vos clients cessaient de vous payer, vous feriez quoi ?

Si le matos Apple était deux fois plus cher, je continuerais à acheter Apple. Choix personnel. Peut-être plus le tout haut de gamme, et peut-être plus chaque année. Mais changer de boutique, beurk, sans façon.

Cet écart de prix, c’est chiant. C’est vrai. Mais je n’ai pour autant pas l’impression de me faire dévaliser. Je veux dire, personne de chez Apple a débarqué chez moi avec un flingue pour me forcer à acheter. C’est juste chiant, sans plus.

Il est super Lion. Et iOS 5, c’est très chouette aussi. J’amuse bien avec mes joujous. Vala.

Article: Une saine relation client…
FT'e
, le 11.08.2011 à 12:40
[modifier]
Article: Une saine relation client…

3 petites anecdotes pour remonter le moral… anecdotes suisses.

Une copine a un PommeBook Pro “mid 2007”. Pas de PommeCare, et quand-bien même, machine trop vieille. Le Mac gentil signale “vérifier la batterie”, laquelle a en effet cessé de fonctionner. Enfin si, 10 minutes. Elle tenait 3 heures une semaine avant l’incident.

Elle va donc au PommeStore du coin et demande au PommeGénie ce qui ne va pas. Il demande au PommeTechno qui vérifie le Mac avec une batterie de test et vérifie la batterie avec un Mac de test. Bilan, processeur de la batterie brûlé. “La garantie est échue, on ne peut pas vous donner une batterie neuve… (chuchotant :) mais gardez la batterie de test.”.

Je précise que la copine est du genre pomme (très) à croquer plutôt que pomme ridée. Je suppose que ça a aidé un peu. Mais bon, quand-même.

Ajustement d’abo ISDN chez ConfédérationCom, demandé en ligne. Date et heure mentionnées en fin de sélection, un matin. Le jour dit, à l’heure dite, un SMS : “le changement demandé sera effectué cet après-midi, désolé de ce contre-temps”. 15 minutes plus tard, un SMS en provenance d’un portable (techno j’imagine) : “le changement que vous avez demandé a été effectué, désolé de la confusion”. Pas tout compris, mais bon, sympa l’info en temps réel.

Toujours chez PTT2.0, ADSL commandé pour la Grand-Maman il y a deux semaines, pour dans deux semaines. Routeur reçu, j’ai installé, tout ça tout ça. Ce début de semaine, la chose s’allume et fonctionne sans notification. Un courriel, votre raccordement est en fonction. La facturation commencera au jour initialement prévu (dans 2 semaines donc). Ah, déjà ? OK, cool.

Article: MeeGo est mort, longue vie au N9!

Wouaip, Chris Weber a dit des choses assez sensées. C’est en tout cas le premier message cohérent en provenance de Nokia depuis des mois qui me soit parvenu.

Il confirme que Symbian est abandonné plutôt que de servir sur des téléphones bas de gamme. Je trouvais dangereux d’utiliser Symbian pour le cheapos, il semble que je ne sois pas le seul.

Il a aussi dit que le N9 et MeeGo était une expérience, qui ne sera pas reconduite. Parlait-il uniquement des USA ?

Dans tous les cas, MeeGo comme Symbian sont morts pour les développeurs d’applications mobiles. RIP.

Mais… il a aussi dit que l’approche “applications” était dépassée. Mvouais. J’aime assez le concept des contacts au centre de la navigation et des “activités” possibles. Pour un smartphone. Pour la partie communication d’un smartphone. Mais un téléphone mobile évolué n’est plus un smartphone depuis longtemps. C’est un terminal mobile, capable de beaucoup plus de choses qu’un simple appareil à communiquer. Sans même évoquer les tablettes.

Nokia ne va pas s’attirer la sympathie des développeurs avec une telle ligne de communication. Je me demande d’ailleurs à qui elle est destinée, cette communication. Je me dis – développeur que je suis – que c’est une façon d’esquiver l’absence quasi-totale d’applications et de développeurs tiers pour leurs futurs “smartphones”. Message à destination des potentiels acheteurs donc, je suppose : pas d’apps mais c’est voulu. (cough)

Bon, bin pour une fois ça semble tenir la route chez Nokia. Enfin, Nokia USA. Que disais-je plus haut à propos du N9 ? Ah oui, jolie brique. Bin voilà.

Article: Dans certaines communes de Suisse…

Je me sens plus l’âme méditerranéenne que patriotique et comparer la Corse à la Suisse ça me sidère ! Autant écrire que Naples et Genève sont “propres en ordre et sûrs”.

En effet, les ressentis varient. J’y ai séjourné de nombreuses semaines – pas uniquement en zone et saison touristiques -, et j’ai des amis (corses) qui y vivent à l’année. Sauf l’été où ils partent en vacances ailleurs (la Corse, c’est chiant lorsqu’on y vit à l’année, trop peu d’activités culturelles en particulier). Ma vision est forcément très incomplète.

Disons qu’il y a moins de chances de se faire casser sa bagnole ou vider les poches en Corse qu’autour de Toulon.

A part ça, si l’argent européen qui file en Suisse pouvait racheter un peu de dette grecque, ça ferait pas de mal au vieux continent.

Errm. Si la France (et l’EU) avait appuyé la Suisse lors de la crise avec la Libye plutôt que de lécher le cul du dictateur en place pour maintenant joliment se la péter en balourdant quelques gros missiles, ils auraient l’air moins stupide aujourd’hui. Et on en serait peut-être pas là, et l’argent dépensé sur chaque missile pourrait reflouer les pauvres dirigeants grecs, pardon, le pauvre trésor public grec.

Dieu que ce commentaire était stupide.

Article: Dans certaines communes de Suisse…

De l’inutilité des dépenses publiques… il y en a des paquets, des dépenses inutiles. Mais sont-elles vraiment inutile ? Et des dépenses utiles, combien le sont réellement ? Les feux coûtent beaucoup d’argent pour nos portes-monaie personnels, mais finalement fort peu en regard des budgets cantonaux et fédéraux. C’est beau un feu d’artifice, et ça fait briller les yeux de nos enfants (et les notres aussi). Ce qui fait briller les yeux des enfants n’est pas inutile. Cher certainement, trop cher possiblement, mais pas inutile.

Du malaise d’aimer son pays… Je dois ici féliciter la droite, l’extrême droite surtout, qui sait si bien manipuler les esprits, créer la peur et jouer de nos sentiments. Une vraie performance ! Il n’y a rien de honteux à aimer son pays. Et j’aime mon pays, ses montagnes magnifiques, ses lacs, ses campagnes… et ses gens. La Suisse est un pays où il fait bon vivre, presque partout sur le territoire.

Il se trouve que je suis aussi français. Et en France, il ne fait pas bon vivre partout sur le territoire. Mais il y a des perles, comme la Corse. En Corse, l’atmosphère est un peu comme en Suisse, c’est assez “propre en ordre” et sûr. J’aime aussi mon autre pays, qui j’ai d’ailleurs probablement plus arpenté que la Suisse.

Il n’y a rien de politique ou de nationaliste dans tout ceci. J’aime ces régions où j’ai vécu, parfois quelques jours ou semaines lors d’une transhumance, parfois des décennies parce que j’y suis né.

Il y a deux autres lieux que j’aime pour y avoir passé pas mal de semaines tant pour le travail que pour le plaisir. Portland et sa région, à cheval sur l’Oregon et l’État de Washington, et San Francisco. J’y ai aimé les rencontres que j’ai pu y faire, et j’ai aimé les paysages. Pourtant je ne suis pas certain du tout d’avoir l’envie d’y vivre. J’ai eu l’opportunité de m’y installer, j’ai choisi de rester en Suisse.

Fichtre oui j’aime mon pays ! Et je n’aime pas, mais alors pas du tout, l’UDC. Mais j’aime le cor des Alpes, beaucoup. Je n’aime pas l’armée. Mais j’adore une bonne fondue moit-moit en haut la montagne.

Et je vais adorer la saucisse que je vais partager avec mes gamines en regardant les feux illuminer mon petit village.

Joyeuse fête nationale ! Même si vous n’êtes pas suisses, vous êtes bienvenus, les saucisses n’ont pas de nationalité.

Article: Vive le libertinage avec Mac OS X

Perfectionniste et paranoïaque, j’ai longtemps pratiqué le clean install. Jusqu’à il y a un peu plus de 2 ans.

Mon système actuel est passé au travers de deux mises à jours de système, et a changé 3 fois de machine. Comme je conserve mes anciennes machines par nécessité professionnelle, j’ai tout l’historique de ces mises à jour et migrations en fonctionnement.

Si j’ai cessé le clean install, c’est pour une question de temps. D’abord chez des clients. Mettre à jour 10 machines Leopard c’était rapide. Clean install 10 Leopards, réinstallation des CS, Xpress et autres gros bouzins, ceci précédé évidemment d’un backup préalable et désactivation de certains logiciels… Au bas mot 5 fois plus de temps pour y arriver. J’ai donc cessé. Clone rapide, mise à jour en place, vérifications d’usage, et voilà.

Suffisamment de machines me sont passé entre les mains pour qu’une certaine confiance s’installe, et j’ai donc fini par adopter cette voie pour mes propres bécanes.

Je suis par contre beaucoup plus circonspect avec des logiciels tiers. La suite Adobe par exemple… OMG, ce truc balourde des fichiers dans tous les coins, c’est juste une horreur. Une machine ayant eu CS3, 4, 5 et maintenant 5.5 ressemble à une décharge sauvage, plein de fichiers au nom cryptique semés aux 4 vents et à l’utilité réelle plus que suspecte. Sauf que si tu balances un fichier vraiment utile… ouch. Donc là, il y a eu du clean install. Désactiver la chose, désinstaller avec le désinstalleur officiel, virer toutes les choses manifestement Adobiennes qui resteraient à trainer – et il y en a – pour enfin installer le nouveau de propre.

Ce n’est pas tant pour que ça tourne plus vite à vrai dire, je ne penses pas que ça fasse beaucoup de différence dans la mesure où il n’y a pas de vieux processus qui tournent inutilement. Par contre, on récupère quelques Gb de disque, et donc de backups.

Aujourd’hui lorsqu’on me le demande je réponds de cloner le système pour un éventuel retour en arrière – Time Machine est super pour ça, 0 soucis -, et de mettre à jour en place. Aucune mise à jour en Lion autour de moi n’a posé d’autres problèmes que ceux attendus : applications PowerPC incompatibles et autres logiciels à mettre à jour. Ça se compte déjà en dizaines de machines…

Et à cette réponse, mise à jour en place, j’ajoute le conseil de nettoyer le dossier applications de temps en temps, et de virer les applications jamais utilisées, aidé par un soft tel AppCleaner, gratuit, Hazel, AppZapper ou encore CleanApp… Ça aide à garder la ligne. :)

Article: MeeGo est mort, longue vie au N9!

Il a l’air sympa ce téléphone…

Mais il y a quelque chose que je ne comprends vraiment pas : MeeGo. Et plus généralement : Nokia.

OK, ils ont pris une belle raclée sur le segment smartphones, donc on se bouge pour sortir de la crise en abandonnant le développement de l’OS privé pour passer à Windows machin chose. Jusque là, je comprends. Je comprends aussi le choix de ne pas choisir Android.

Là où je décroche, c’est lorsque Nokia livre un mobile doté d’un système supposé abandonné, qu’aucun développeur tier ne voudra supporter j’imagine (pas moi en tout cas, c’est certain)… et avant le premier Nokia Windows ! Mais que fout Nokia, sérieusement ? La dualité Symbian pour le cheapos et WP pour le haut de gamme, je peux le comprendre. Encore qu’Android pour le cheapos aurait eu plus d’avenir selon moi, simplement parce que c’est la mode et c’est jeune. Reléguer Symbian sur le cheapos, je me demande ce que les acheteurs de haut de gamme Symbian de ces dernières années vont penser. Bonjour le déficit d’image. L’abandon pur et simple aurait été moins dommageable que de laisser entendre que Symbian est juste bon à bouger un téléphone à 1 €.

Donc, j’ai décroché.

En vérité, ça ne me donne aucune confiance en l’avenir de Nokia. Ils ont toujours l’air aussi largués et ils semblent faire n’importe quoi sans autre stratégie commerciale que de faire du tapage autour de leur future stratégie commerciale.

J’ai une pensée pour les ingénieurs de ce projet, spécialement côté software.

Il y aurait eu Windows Phone dessus, il aurait été intéressant ce téléphone. Je me serais dit, ah cool, Nokia se sort les pouces du cul et propose un chouette machin, et j’aurai eu envie d’aller le tripoter. Là, c’est juste une jolie brique. Vraiment jolie, mais vraiment brique.

Article: Je suis tellement ringarde que ça en devient pénible…

A propos de Facebook… J’ai 38 ans, un compte Facebook que je n’utilise pas. Je l’avais ouvert par curiosité, trouvé l’avalanche d’invitations à de stupides applications ou groupes excessivement irritante, puis laissé la chose pourrir au compost. Twitter est nettement plus intéressant mais passons, mon propos n’est pas là. Non, ce que je voulais relater est ceci.

Un vieux copain d’école rencontré au hasard, causette sympa, puis vient la remarque qui dépiaute. T’as un compte Facebook ? Moi: Pas vraiment, j’ai du mal avec ce truc. Lui: Tu n’as pas d’amis ?

Ah ouai, quand-même.

Article: C’est le temps du roi des félins

Que d’enthousiasme!

Oh, ne t’y trompe pas, ce n’est nullement de l’enthousiasme : c’est de l’intérêt.

Je ne me fais aucune illusion sur les qualités ou défauts d’OS X, et en effet, d’autres systèmes proposent certaines nouveautés de Lion depuis longtemps, ou font mieux que Lion, ou si ou ça. La force d’Apple n’est pas, fondamentalement, dans l’innovation technique de ses machines et systèmes. Elle réside plutôt dans sa capacité à intégrer des éléments techniques pour en faire quelque chose d’utilisable par tout le monde.

Il y a 10 ans déjà je me tapais la tête contre les murs en comparant (sans le vouloir) le lancement d’applications sur Mac ou sur Windows, genre tu cliques sur Word et la fenêtre apparaît 2 secondes après sur Windows et 30 secondes après sur Mac. Exemple stupide parmi une tripotée d’autres. Mais voilà, Windows est… tiens, il y a une news qui circule sur les sites Mac ce matin, MacDo qui fait la pub du Mac avec ce petit flyer expliquant la connection WiFi. C’est encore un exemple stupide, mais il démontre un aspect de Windows, une différence d’avec le Mac. Windows m’énerve.

En fait, les deux systèmes m’irritent. Je ne parle pas de Linux, qui a le don de me foutre en rogne. Mac OS X m’irrite beaucoup moins vite que Windows. Beaucoup, beaucoup moins vite. Il y a même des jours ou Mac OS X se fait oublier et ne m’irrite pas du tout. Windows, parfois, ne m’irrite pas pendant 10 minutes.

Sur Snow, Exposé et Spaces… je ne sais pas pourquoi, ça me chicanait. Du coup, je n’utilisais que très très peu. Mission Control unifie et simplifie la chose. On perd pas mal de fonctionnalités avec Lion… sauf que maintenant j’utilise Mission Control très souvent.

Le niveau global d’irritation a baissé avec Lion.

Article: C’est le temps du roi des félins

Ah! Le Lion…

Développeur, je joue avec depuis quelques mois, et je n’ai tourné la page du précédent chaton que le jour de la sortie officielle, pour les besoins de la cause. Projet compatible 10.5-10.7 à achever avec les outils éprouvés d’un système éprouvé.

Bref, j’ai eu le temps de m’y habituer par petites séances, et par petites touches. En douceur. Le temps faisant, la fourrure du matou vieillissant semblait moins douce et moins brillante. Il a des arguments le petit chaton.

Le Lion propose une nouvelle approche, et c’est probablement la plus grande nouveauté proposée par Apple. Comme sur les iDevices, il n’y a plus besoin de se soucier – en théorie – de ce qui est lancé, de si la machine n’a pas trop d’applications ouvertes, de l’état des documents, blah blah. C’est un peu déroutant de relancer un application et de se retrouver avec plusieurs grandes fenêtres ouvertes sur les documents ouverts précédemment. Sur Mac. Personne ne s’étonne de retrouver le document tel qu’on la laissé dans Pages sur iPad. Qui s’est demandé s’il avait assez de mémoire pour lancer telle ou telle application sur iPad? Lorsqu’on a quelques gros bouzins lancés sur Mac, c’est une question que l’on se pose assez vite. Mais c’est une question que l’on a plus besoin de se poser avec Lion. Si c’est trop gros et inutilisé, Lion quitte l’application (et la restaure lorsque rappelée) sans pour autant qu’elle ne disparaisse du Dock par ailleurs. Le système prends enfin en charge la gestion de toutes les ressources d’une machine.

L’évolution a été longue depuis le premier Mac mono-applicatif, puis le MultiFinder, puis les processus coopératifs (et ses menus bloquants) et mémoire virtuelle (mais partagée) avec le Système 7, puis l’ébauche de multi-tâche préemptif avec Mac OS 8.6 si ma mémoire est bonne, très restrictif dans ses usages et assez complexe à mettre en oeuvre… jusqu’à Mac OS X et sa mémoire protégée vraiment virtuelle, ses tâches et threads préemptifs, enfin! Et depuis… plus rien ou presque. Time Machine, petit sursaut histoire de le croire encore en vie. Jusqu’à iOS. Mais sur Mac, errm. Jusqu’à la semaine passée.

Ayé, le système gère enfin de lui-même (permet de, du moins) la sauvegarde des documents et les versions multiples, les applications ouvertes actives ou inactives, etc. Et bien même si c’est déroutant, normal somme toute, quel changement d’habitudes !, c’est enfin une grosse évolution ouvrant la porte à une utilisation vraiment différente. C’est sympa de ne plus avoir à choisir quelle quantité de mémoire allouer à une application, hein ? Vous vous souvenez de ça ? Et bien dans quelques années, on ne se souciera plus de ce qui est lancé de ce qui ne l’est pas, ni de ce qui est sauvegardé de ce qui ne l’est pas, et on trouvera ça normal. Comme sur iPad.

Il est aussi bien que ça le Lion.

Juste mon avis :)

Article: Quelques mots sur mon nouveau MacBook Pro 2011

THG, ça donne quoi ce RAID en Thunderbolt alors? Autant les palabres sur les SSD m’ennuient, autant ce Thunderbolt m’intrigue velu… :)

edit: Le SSD, c’est génial. Très rapide, silencieux, ne chauffe pas, consomme peu… mais vache, le prix au Mb déculotte. Un disque (2”1/2) de 750 Gb vaut 85.- , et pour 85.- , on a pas même un SSD de 40 Gb. 100.- au mieux pour un 60/64 Gb. Soit un facteur 20 sur le prix, ça se passe de commentaire. Pire avec les disques de 3”1/2. Mon utilisation même professionnelle ne saurait justifier un tel écart. Mon seul argument serait “parce que je le veux”, ce qui serait parfaitement valide évidemment, d’autant que j’ai pu y goûter assez pour en avoir très envie. :) Je résiste, je résiste. Pour l’instant.

Article: Un peu de tout, encore…
FT'e
, le 26.10.2009 à 12:08
[modifier]
Article: Un peu de tout, encore…

Pour Lightroom 3, ma première prise en main montre que la réduction de bruit chromatique (puisque la luminance n’est pas activée) au dématriçage est sensiblement meilleure que Nik Dfine, qui était ma référence avant ça. NoiseNinja est moins efficace que Dfine, de même que NeatImage, du moins dans les quelques comparaisons que j’ai effectuées.

C’est prometteur.

Article: Un vrai billet de fille, ça tourne forcément autour…

Je n’ai pas vécu ce que tu décris. Quoiqu’il y ait des ressemblances… :) Ça a plutôt été exaltant en vérité. J’ai même recommencé.

Le plus beau souvenir ? Il y en a tant, ce n’est pas possible de faire un choix.

L’annonce, la première fois. 5 heure du matin. Elle me demande : rose ou bleu ? Gnnn je réponds. Roooose humpf. Elle me demande : pantalon ou robe ? Muurf je répond. Robe. Je me retourne et grogne encore un coup. Quelques questions plus tard, alors que l’homme fait des efforts démesurés pour rester endormi, elle me donne le test de grossesse. Ça m’a bien réveillé cette fois.

Les premiers coups. Les cours prénataux. Le travail, bien avancé, longs moments intenses, la sage-femme qui se pointe en disant « la salle est prête » et ma tendre qui part ventre à terre (j’ai dit ça ?) me laissant à la ramasse. Qui pense qu’une femme très très enceinte ne peut pas courir ? Vite ? Cette personne se trompe. Lourdement…

Exténué, broyé, hébété, et papa. Sur le chemin du retour. Soudain la prise de conscience sur l’autoroute. Je devins aveugle et du m’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence tant je ne voyais plus rien dégoulinant de larmes comme je l’étais.

Rien ne prépare à ces évènements. Rien ne prépare à ce qui vient ensuite. Sales gamines ! :)

Article: Mal aux keynotes…
FT'e
, le 16.09.2009 à 10:59
[modifier]
Article: Mal aux keynotes…

Hum. Mes machines sont des outils de travail. D’emblée, ça n’exclu pas le recourt à ces clones. Sauf que mon travail, c’est de faire du logiciel pour Mac. Et là, ça commence à chicaner. J’ai bien dis Mac, et non MacOS : je fais entre autres du driver USB et Bluetooth. L’interaction entre le software et la machine est délicate à ce niveau, et nombre de bugs rencontrés étaient liés au matériel, présent sur un modèle et pas sur un autre. Ce n’est déjà pas de la tarte avec l’actuelle variété de machines estampillées Apple, des PowerPC G3, G4, G5, des Intel 32 bits et 64 bits maintenant, des chipset Intel et des chipsets Nvidia… Alors imaginer un seul instant développer ce genre de logiciel sur un clone… Quant aux tests avant de livrer le logiciel en pâture au public… et bien le passage aux Apple Labs est toujours un moment lourd de suspens, vu la variété des matériels et configurations système. Et un passage indispensable. Et pourtant pas infaillible. Alors avec des clones, je n’imagine même pas le bordel que ça peut être.

Voilà, ma démarche d’achat est donc nécessairement ciblée sur les matériels originaux. Matériels qui sont amortis, tout ça tout ça.

Sur un plan plus personnel, ma foi, pour ma part, j’ai renoncé aux machines de bureau lourdes, consommatrices, bruyantes, depuis pas mal d’années. Les portables ont assez de nerfs pour mon usage, encore que je regrette le prix de 8 Gb de mémoire SODIMM, je reste à 4 pour l’instant. Et là franchement, hormis les tout petits mini eeePC ou petites choses du genre ultra mobiles (oooh, aaaah, un Lightroom sur un eeeeeePC videur de carte, sous MacOS X, ça le ferait velu), les portables Apple sont pratiquement sans concurrence considérant un look et une conception qui ne donne pas envie de foutre l’engin par la fenêtre.

Ceci explique cela.

Le prix. C’est finalement le seul intérêt de ces machines. Encore qu’à configuration vraiment comparable, les machines Apple ne soit pas si mal placées que ça. Mais pourquoi pas.

Sauf qu’Apple n’autorise pas l’installation de son système sur une machine non-Apple. Il y a des raisons techniques, comme je l’évoquais plus haut. Il suffit de voir Windows et ses tonnes de drivers, un vrai merdier. Ou Linux, quelle plaie ! Sur Mac, les soucis de drivers sont réduits au minimum. Il y a des raisons technico-marketing, afin de garantir la meilleure stabilité et “expérience utilisateur” possible. Là encore, il suffit de regarder le monde Windows ou Linux pour comprendre la différence.

Et il y a évidemment les questions légale et financière. La licence de MacOS interdit l’installation sur des machines tierces. Apple ne vends pas son OS très cher, ni n’emmerde les utilisateurs avec des numéros de série et des fucking genuine advantage qui sucks. Dès lors l’utilisation de MacOS sur ces clones n’est rien de moins que du piratage. Pire, on voisine la contrefaçon. Si j’ai une certaine sympathie envers le piratage, qui n’a pas que des effets négatifs pour le piraté (genre Adobe devenu un standard en partie aidé par le piratage très aisé de leurs softs, CS4 comprise), j’en ai par contre beaucoup moins pour la contrefaçon.

Ces dernières années, je ne faisais que du logiciel en clientèle ou distribué gratuitement. Mais depuis quelques mois, je travaille à nouveau sur du logiciel destiné à la vente, iPhone et Mac. Je nourris ma famille avec mon travail. Or donc, me faire pirater, ça ne me réjoui guère, mais ça ne me fait pas grimper au plafond non plus. C’est un peu dans l’ordre des choses, et si ça peut permettre de toucher plus de monde et de faire connaitre mon travail… Mais si quelqu’un venait à me piquer mon idée, à me piquer des éléments graphiques ou de code, pour cloner mes logiciels, ça ne me plairait pas du tout. Pas du tout du tout.

Alors, vous en pensez quoi ? C’est du piratage, ou de la contrefaçon ?

Pour moi, c’est de la contrefaçon.

Article: Méfions-nous des formats propriétaires

Petite astuce de 1Password 3. Trouve la 1Password.agilekeychain et inspecte le contenu du bundle (c’est un dossier). Dedans, il y a un fichier 1Password.html. Ouvre-le dans Safari. Admire !

Je m’interroge sur le niveau de sécurité par contre. Il faut que je fasse un petit tour dans le source JavaScript pour voir comment c’est branlé tout ça.

Je l’adore ce logiciel. Incontournable. Lui et LaunchBar. Peux pas vivre sans.

Article: Il est mieux, mais mieux en quoi?

Petite note par rapport aux commentaires disant qu’il faut passer à Snow Leopard ou qu’au contraire, ça ne sert à pas grand chose…

N’oubliez pas que le monde Mac est un écosystème. Il y a des panthères (peu), des tigres, des léopards…

Je me cogne des clients qui veulent absolument être compatibles Tiger, voire Panther. OK. Chiant, pas forcément justifié en regard des parts de marché de chaque félin, mais bon, soit.

Snow Leopard apporte beaucoup de choses pour le développeur. Beaucoup de choses intéressantes. Beaucoup de choses qui seront intéressantes pour les utilisateurs, pour autant que les développeurs les utilisent. Vous voyez ou je veux en venir ?

Les développeurs n’utiliseront ces nouvelles possibilités que s’ils ont une chance de vendre leur application. Si personne n’adopte le nouveau félin et que les autres bêtes à poil se taillent la part du lion, ces nouvelles fonctionnalités ne sont pas exploitées, et les utilisateurs n’en verront jamais la couleur.

Evoluer vers Snow Leopard c’est aussi encourager les développeurs indépendants à développer des choses innovantes utilisant les nouvelles possibilités à disposition.

Savez-vous que pour mes clients, je n’ai pas encore eu l’occasion de tirer profit de Core Animation, de certaines choses liées au multi-processeur (et purée ça aurait été bienvenu) ou même de Core Data (je ne saurais m’en passer aujourd’hui, tellement c’est puissant et efficace) ?

Et c’est sans évoquer le test. Tester sur un système, c’est normal. Tester sur un système et deux plateformes, c’est pas la mort non plus. Mais lorsqu’il faut tester 10.3.9, 10.4.0, 10.4.4 PCC & Intel, 10.4.11 PPC & Intel, 10.5.0 PPC & Intel, 10.5.8 PPC & Intel, 10.6.0 32bit & 64bit… et c’est là le minimum…

Alors bougez vers Snow Leopard !

Article: Il est mieux, mais mieux en quoi?

Qu’a-t-il de mieux ? Difficile à dire. C’est une impression générale en vérité.

J’utilise la bête par intermittence depuis la WWDC, parfois quelques minutes, parfois quelques heures. Et j’ai définitivement tourné le dos à “l’ancêtre” à la sortie de la supposée GM. J’ai donc eu le temps de me faire une idée et de passer souvent de l’un à l’autre.

Retourner à Leopard fut toujours décevant, génant au début, frustrant au milieu, douloureux à la fin.

Et pourquoi ? Outre la sensation de réactivité sensiblement augmentée, on trouve des améliorations partout. Beaucoup de petits détails qui, cumulés, creusent un gouffre entre les deux félins. C’est vrai que Time Machine est plus rapide, nettement. Plus détaillé aussi, il affiche par exemple le détail de la préparation qui est parfois longue. Les menus batterie, AirPort, MobileMe, qui tous affichent plus d’informations et d’options lorsqu’on presse la touche… option. Le support des VPN Cisco natif, qui soit dit en passant fonctionne avec le tethering USB de l’iPhone, ce qui n’était pas le cas du client Cisco, un brin plantogène et carrément hideux.

Et j’ai découvert une fonction, Exposé. Rigolez pas. Evidemment je connaissais Exposé avant Snow Leopard. Mais je n’avais jamais trouvé un usage autre que démonstratif ou très occasionnel à cette fonction. Dock Exposé est une merveille ! J’ai vite compris ce qui me manquait dans l’Exposé de Leopard : la possibilité de visualiser les fenêtre réduites d’une autre application que l’application courante. Passer d’une fenêtre à l’autre dans l’application courante avec Exposé, pas intéressant ni pratique. Passer à une fenêtre précise d’une autre application, en affichant toutes les fenêtres courantes, totalement pas pratique dès lors que le nombre de fenêtre augmente. Or c’est justement là qu’Exposé devient intéressant. Il fallait donc changer d’application d’abord, puis appeler Exposé pour choisir sa fenêtre. Bof bof et rebof. Là, click dans le Dock, il affiche les fenêtre de l’application choisie, y compris les fenêtres minimisées, et click on y est. Pile poil !

Bref, il y a des tonnes de trucs. Il est bien le nouveau minou, très bien même, et le retour en arrière fait mal.

Bonnes mises à jour ! :)