Profitez des offres Memoirevive.ch!
Deuxième partie de la revue de presse de la semaine

Ben dis-donc, on donne dans les bouquins cette semaine!

Comme promis lundi, je finis ici la présentation des livres que j'ai reçus ces dernières semaines.

Il est d'ailleurs, au passage, parfois difficile de renouveler le genre de ces revues. Entre les collections que j'ai déjà présentées, les rééditions de livres, tout a souvent déjà été dit.

Alors plutôt que me répéter sans cesse, je préfère parfois faire référence aux anciennes présentations.

Tous sont cette fois consacrés à la photo.

Commençons par deux ouvrages dédiés à des appareils de photo.

Signé Jérôme Geoffroy, Obtenez le meilleur du Nikon D300s fait partie de la collection "Obtenez le meilleur de…", chez Dunod.

image

21.50€, 192 pages

Il s'agit d'un ouvrage pratique basé sur des fiches (65 au total) recouvertes en niveaux (5): découverte, initiation, prise en main, perfectionnement, et pour aller plus loin.

Cette manière de faire, si elle n'est peut-être pas aussi complète que ce qui est proposé dans une collection comme "Maîtriser le boîtier XY" (voir lundi) est tout à fait performante pour celui qui découvre son boîtier. J'imagine d'ailleurs très bien le photographe qui achète ce livre en même temps que l'appareil, et qui découvre ce dernier avec le premier dans la main.

Un livre richement illustré, que je recommanderais donc surtout à celui qui découvre le D300s, moins à celui qui le connaît déjà, mais qui voudrait vraiment tout savoir sur cet excellent reflex semi-pro. Pour eux, ce livre sera certainement un peu trop léger.

Les données techniques sur ce livre, c'est par là.

Deuxième livre consacré à la présentation de boîtier: Découvrir le Nikon D3000.

Ce chouette petit reflex Nikon entre dans la cour des "Découvrir le…" que j'ai déjà présentée dans cette humeur.

image

16.90 €, 182 pages

Je vous ai déjà tout dit sur cette collection qui se prête particulièrement bien aux boîtiers grand public, signée Mathieu Ferrier et Chung-Leng Tran, les deux auteurs dirigés par Vincent Luc.

L'exercice est à nouveau parfaitement réussi: le débutant est pris en main et prend un vrai cours de photographie, avec l'avantage qu'on lui parle de son propre boîtier.

C'est tellement plus simple et plus efficace qu'un cours non ciblé sur son appareil.

Pour tout savoir sur ce livre, c'est ici.

Le troisième livre est une bible.

La troisième édition de "La pratique du reflex numérique", écrite par le grandissime René Bouillot.

image

Eh oui, la technologie avance, et un livre qui se veut aussi complet que celui qui nous est proposé ici se doit d'évoluer aussi: la visée sur l'écran, la vidéo, la stabilisation d'image. Ce ne doit pas toujours être simple à suivre.

466 pages sur trois colonnes, le tout écrit tout petit, pas toujours évident, mais vraiment passionnant.

Un livre de référence dont j'ai déjà parlé longuement ici en version 2. J'en pense toujours la même chose.

Il faut l'avoir dans sa bibliothèque pour se jeter dessus le jour où l'on se pose une question à laquelle il répondra sûrement.

Cela dit, si vous avez la v2, pas sûr qu'il faille à tout prix passer à la v3. La théorie de base, tellement bien expliquée, restant la même.

Un très beau livre, un savoir, une encyclopédie, que je ne peux que vous recommander donc.

Plus de renseignements ici.

Passons ensuite à un sujet que je trouve particulièrement intéressant à l'époque où tout le monde prend des centaines d'images par année, voire des milliers, sans bien trop savoir toujours qu'en faire: Gérer ses photos numériques, trier, archiver, partager, par Daniel Hennemand, chez Eyrolles.

image

20 €, 156 pages

Quand l'auteur parle des scénarios "catastrophe", on ne peut pas faire autrement que se retrouver quelque part dans les situations décrites.

Il est tellement vite fait de perdre des centaines d'originaux, parce qu'on les a écrasés, parce qu'on a oublié de les transférer sur l'ordinateur et j'en passe n'est-ce pas?

On comprend très vite l'importance de travailler avec un bon gestionnaire, de gérer les mots-clés, de tirer parti des EXIFs.

Gérer ses photos numériques vous fait faire le tour complet du problème, et nous fait prendre conscience de notre… inconscience. Et dans le tour, nous passons par trois domaines de base: produire, organiser, exploiter.

Ce que je regrette, c'est que comme exemple de gestionnaire de fichiers, on nous propose Picasa, qui ne me semble pas forcément le meilleur, mais qui a au moins comme avantage d'être gratuit et disponible sur les toutes les plateformes.

N'empêche, j'aurais bien voulu qu'on nous parle des ténors, Lightroom, ACDsee, Aperture, ou Bridge.

Bon, le fait de ne pas en parler évitera au moins à l'auteur de voir son livre dépassé à chaque sortie d'un nouveau logiciel.

Un certain nombre de sites de partage d'images, tels que Flick'r par exemple, sont passés en revue. Ce qui implique évidemment des choix non exhaustifs (comment pourrait-on l'être d'ailleurs), passant à côté d'un smugsmug par exemple.

J'aime beaucoup les interviews qui parsèment le livre, et qui nous montrent des photographes confrontés à la gestions de leurs nombreuses images, et qui nous proposent leurs solutions.

Bref, un livre très intéressant, mais qui pourrait aller encore à mon avis un peu plus loin.

À lire pour ne pas perdre ses images en se disant "Je ne savais pas, si on m'avait seulement averti…"

Tous les renseignements sur ce livre, c'est ici.

Pour terminer, un bouquin bien intéressant intitulé Gestion des couleurs, pas à pas, signé Jean Delmas, chez Eyrolles.

image

22 €, 160 pages

J'avais déjà parlé d'un livre sur le même sujet signé lui aussi Jean Delmas: la gestion des couleurs pour le photographe.

J'ai déjà dit tout le bien que je pensais de cet auteur à cette occasion. Ce livre est excellent, mais un peu compliqué pour le commun des mortels dont je fais partie, malheureusement.

Ce nouveau livre est, comme son nom l'indique, un pas à pas. On découvre les sujets tellement pointus qui constituent la gestion des couleurs de manière bien plus "facile" que ce qui nous est proposé dans l'ouvrage de base.

Le vocabulaire est simple, l'auteur passe par-dessus ce qui ne nous est pas forcément utile. J'ai véritablement l'impression qu'il nous prend par la main et nous explique les choses clairement et simplement en passant par tous les domaines qui nous posent si souvent des problèmes, à nous qui sommes confrontés à des écrans différents, à des papiers spéciaux, sur différents qui ne fonctionnent pas forcément avec le même moteur, avec des boîtiers de marques concurrentes.

À tous ceux qui n'ont jamais rien compris au pourquoi des différences entre ce qu'ils voient sur leur ordinateur et ce qu'ils obtiennent à l'impression, le livre de Jean Delmas une réponse claire et précise, tout en restant parfaitement facile à appréhender.

Ce n'est pas donné à tout le monde, de parvenir à cela.

Une réussite assez rare donc. Pour plus de renseignements techniques sur ce livre, suivez ce lien.

 

 

5 commentaires
1)
Chichille
, le 22.01.2010 à 07:35
[modifier]

Bon ! Eh bien, dès que je maîtrise pleinement LaTex, je m’y mets ! ;)

2)
jeromeg
, le 22.01.2010 à 09:01
[modifier]

Merci pour la critique de mon livre François ! Tu as toujours bien capté la ligne éditorial de mes livres. Bonne journée!

Jérôme Geoffroy

3)
Caplan
, le 23.01.2010 à 11:32
[modifier]

Bonjour, Jérôme!

Je profite de votre présence pour vous poser la question qui me vient aux lèvres chaque fois que François nous présente des bouquins de technique photo:

– Comment vous débrouillez-vous (les auteurs) pour obtenir des pages de couverture toutes plus brouillonnes les unes que les autres?

C’est dit sans méchanceté aucune, mais ce fatras d’images disparates et de couleurs n’envoie pas un message de beauté et d’équilibre. C’est ce que je ressens comme lecteur lambda. Ne peut-on pas améliorer ça, ou faut-il absolument tout montrer sur la couverture?

Merci et bon week-end!

Milsabor!

4)
jeromeg
, le 24.01.2010 à 23:02
[modifier]

Bonjour, milsabor !

Et bien moi, j’aime bien mes couvertures de livres ! Plus sérieusement,la couverture doit être une accroche multi lecteurs. Pour ma couverture par exemple: Il faut plaire à celui qui aime la macrophoto avec une photo d’insecte, la photo d’action est représentée par un cycliste,ensuite un portrait puis de l’architecture. Donc ce qui est pour vous un “fatras” est pour nous une accroche publicitaire importante. Pour l’achat d’un livre , un acheteur potentiel est attiré par la couverture et doit être capté en une seconde ou deux…pas simple!

à bientôt

cordialement

Jérôme

5)
Caplan
, le 24.01.2010 à 23:31
[modifier]

Pour l’achat d’un livre , un acheteur potentiel est attiré par la couverture et doit être capté en une seconde ou deux…pas simple!

Oui, ben moi, en une seconde ou deux, je vois un joyeux “fatras” d’images et de typographie…

Pour vanter les qualités d’un appareil, je préférerais UNE belle image qui fasse une couverture plutôt classe. Les gens se doutent bien qu’un tel appareil peut faire du portrait et de la macro. Mais c’est mon avis, hein… ;-)

Merci pour ta réponse!

Milsabor!