Profitez des offres Memoirevive.ch!
Les freins sont inutiles… (Mis à jour le 19/11/2014)

En préambule, je vous propose quelques lectures :

On me parle souvent de l’image d’une voiture folle qui foncerait dans un mur. Du coup, les gens se demandent si nous allons appuyer sur la pédale de frein à temps. Pour moi, nous sommes à bord d’une voiture qui s’est déjà jetée de la falaise et je pense que, dans une telle situation, les freins sont inutiles.

Cette citation de Dennis Meadow est tirée de cet entretien pour le journal Libération « Le scénario de l'effondrement l'emporte ». Je vous propose aussi un article paru dans Les Échos « Hyperpollution : Pékin à bout de souffle » (deux articles mis en liens dans l'excelllllllent In exten.so de Jean–Christophe Courte dont je vous ai déjà parlé). Ou un petit tour vers les pratiques douteuses d'un bon nombres des fleurons de l'industrie et de la phynance européenne (quelle blague !) sur Bastamag. Et on arrête là, on pourrait passer sa vie à lire ce genre d'article, voire les bouquins qu'écrivent de nombreuses personnes, journalistes, chercheurs dans différents domaines mais qui ont tous un point commun : ils dénoncent une planète complètement dingue où la seule chose qui ait de la valeur, c'est le pognon, quelles qu'en soient les modalités de récolte...

Ça va encore, pour ceux qui ont eu la patience de lire ces quelques petites infos ?

Ce qui est incroyable, c'est que l'on arrive, en ce début de XXI ème siècle à des trucs qu'on a déjà lus dans des bouquins de science–fiction nous imaginant un lointain futur qui n'avait pas l'air très sympathique, et bin, ça y est, on y est déjà !

C’est d’ailleurs dans certaines institutions scolaires que les mesures les plus radicales ont été prises. La direction de l’International School of Beijing, lassée d’interdire de sport les enfants un jour sur deux, a fait construire deux gigantesques dômes. Des bulles d’air sain dans un environnement hostile.
(tiré de l'article des Échos susmentionné)

Et tous les matins, au même feu tricolore, en bas de l'avenue des Gobelins, avec un grand sourire, j'explique que la zone de deux mètres entre le passage pour piétons et la ligne pointillée là derrière s'appelle un « sas vélo » à un, deux ou trois possesseurs d'engins motorisés à deux ou trois roues, en expliquant que ça permet aux cycles de ne pas se manger les miasmes putrides (non, ce n'est pas un pléonasme !) de leurs moteurs au démarrage (le pire), alors qu'on est à la limite du pic de pollution, et il est vraiment extrêmement rare que je ne me fasse pas insulter en retour, hier matin, j'ai même été traité de fasciste, c'est dire, pour peu, j'étais fusillé sur place ! Mais je persiste à essayer de rester courtois pour commencer (bon quand l'invective fuse, j'aurais un peu une tendance naturelle à y répondre quand même, mais non seulement ça ne sert à rien, mais en plus, ça m'énerve et me fait surventiler, ce qui n'est pas conseillé en cas de pollution importante).

Je suis sensible à la pollution, car je ne me déplace qu'en vélo : en mars, juste avant que le pic de pollution oblige les pouvoirs publics (la mort dans l'âme) à mettre en œuvre les mesures coercitives (prévues par la loi) visant à abaisser ces niveaux de particules jugés dangereux pour la santé (de tout le monde), déjà, au réveil, je trouvais que le ciel avait une couleur étrange, et quand je suis arrivé au travail après ma demi–heure à pédaler normalement (je ne fais pas la course, en ville, à vélo : j'essaye juste d'arriver entier et vivant –bien que les pieds devant ;–), j'avais les yeux qui piquaient et les voies respiratoires irritées. Bien que les niveaux de polluants aient quand même baissé un peu, il m'a fallu bien deux mois pour ne plus cracher et renifler constamment, après un bon coup de d'averses et de vents violents pendant quelques jours. On vit vraiment une époque formidable : pour que les cyclistes se mettent à espérer la pluie et le vent (pour nettoyer l'air)...

Et j'ai aussi dû adapter mon rythme de pédalage pour ne jamais trop respirer, à tel point que cet été, dans les cols alpins ou la campagne nivernaise, il y a des moments où je me disais :

« Mais vas–y (je me tutoie), respire, pédale à fond, profite–z–en–donc, de ce bon air presque pur ! »,

et c'est assez dur de devoir se remettre à pédaler en sous–régime au quotidien (bon, en même temps, ça me permet de m'entrainer à rouler le plus lentement possible; pas inintéressant, dans les cols ou les côtes vraiment sévères).

Tiens, je ne vous avais pas vraiment sentis convaincus, l'année dernière, avec mon petit exercice de sémiotique. Permettez–moi de vous en proposer un autre :

pollution01

Une capture d'écran de la page d'accueil du site Airparif le 14/03/2014, lors du dernier pic de pollution.

Pollution02

La même chose le 31/10/2014, à part que l'on n'a pas de rouge et plus que du jaune (ou du vert sur la carte), vraiment aucune différence ?

 

Et oui, bien vu, il n'y a plus de chiffres, juste une couleur... qui manque cruellement de précision, surtout si on est dans un « moyen » à 73 %, vous ne trouvez pas ça étrange comme modification cosmétique ? (apparemment la seule modification de cette page que je fréquente régulièrement).

Pour les chiffres, il faut aller se balader par là :

Pollution03

Menu État de l'air > Résultats du jour

Pollution04

Pour arriver là, ou c'est écrit en tout petit, en tout cas, bien plus petit qu'avant.

Alors, entendez bien : je n'accuse ici personne de manipulation, mais que l'information précise que je vais chercher sur ce site (association de surveillance de la qualité de l'air de Paris et sa région depuis 35 ans) disparaisse de la page d'accueil me semble être bien contre–productif. Si je modifie quelque chose sur un site que je gère, c'est dans un but d'amélioration, là, on a une toute petite modification qui dégrade la qualité d'information, parce que je peux vous dire que moyen à 50 % et moyen à 74 %, ça n'a pas du tout le même effet sur les poumons.

Je pensais rebondir aussi sur l'article de l'entretien de Meadow, mais Gr@g vous en a déjà mis une couche hier (en fait, on a du commencer à écrire en même temps, et j'ai donc pu lire le début de son article vendredi 31/10, et je me sens un peu dans la même position dite du geek las), j'avoue que le nouvel ordinateur de poche ayant une fonction de téléphone qu'a sorti la pomme semble parfaitement correspondre à mon cahier des charges pour le vélo : grand écran pour les cartes, autonomie doublée (je n'ai jamais cet outil en poche, ils le suggèrent à demi–mot d'ailleurs dans le manuel, donc la taille importe peu), et bin je vais attendre la sortie du 8 sx++MkIII pour trouver un 6+ dans un budget raisonnable.

Pour ma part, quand vous lirez ces lignes, je serais loin des ondes et des miasmes putrides de la plus polluée capitale que les français ont au monde (à des niveaux pourtant très inférieurs à ceux de Pékin, c'est déjà l'enfer) à pédaler entre Nièvre et Cher (dès que je peux m'échapper un peu, j'en profite).

En tout cas, quand beau ciel bleu plusieurs jours de suite rime forcément avec encombrement des voies respiratoires, c'est pas bon signe, je trouve.

Si vous souhaitez lire des contributions souvent très intéressantes à la mobilité la moins polluante possible, je ne peux que vous conseiller carfree (aussi découvert sur In exten.so, merci J.C.), il ne font pas qu'y dénigrer et vitupérer la bagnole, il y a aussi des articles sur des idées géniales comme ça :

SAMSUNG

Un vélo cargo à 8 roues, 4 motrices et 4 directrices, capacité de 450 kg de charge, vitesse de 10 à 15 km/h ;oD

 Aboutissement un peu extrême de ce magnifique projet de vélo cargo Open Source :

xyz-trike

Voilà pour le Trike, il existe aussi un modèle à deux toues, dont on peut télécharger les plans pour se les fabriquer soi–même.

 Mise à jour du 19/11/2014

Bon, une image, capture d'écran du site Airparif ce matin pour commencer :

airparif

toujours pas de chiffres de l'indice au même endroit qu'avant, mais...

le graphiste fou qui a fait la modification de la page les a quand même mis, là, en haut à droite, au dessus des menus, à un endroit qu'aucun internaute aguerri n'irait regarder spontanément... en tout cas, pas moi !

17 commentaires
1)
ToTheEnd
, le 05.11.2014 à 09:02
[modifier]

J’avais déjà posté ça mais je ne pense pas que tu l’avais vu… c’est des laitons qui ont tout compris:

Ça ne résout pas la pollution mais améliore la visibilité.

T

4)
François Cuneo
, le 05.11.2014 à 10:53
[modifier]

Oui, étrange cette modification du site d’information.

Je me demandais quand même si ta position basse sur ton vélo n’est pas un problème supplémentaire…

5)
fxc
, le 05.11.2014 à 12:13
[modifier]

Oui, étrange cette modification du site d’information.

Je me demandais quand même si ta position basse sur ton vélo n’est pas un problème supplémentaire…

au même niveau que les poussettes bébé….

7)
Modane
, le 06.11.2014 à 10:13
[modifier]

Comme environnementaliste, je trouve stupide l’idée même que des dizaines de milliers de personnes sautent dans un avion pour rejoindre la capitale brésilienne, histoire de discuter de soutenabilité. C’est complètement fou. Dépenser l’argent que ça coûte à financer des politiques publiques en faveur de la biodiversité, de l’environnement, du climat serait plus efficace.

Voilà qui rend l’homme estimable! Merci, Zit!

9)
zit
, le 06.11.2014 à 12:48
[modifier]

Mais bien sûr que j’avais vu cette très bonne initiative lettone TTE, je ne rate rien de ce qui se passe en ces lieux, pas un article ou un commentaire qui ne m’échappe (mon mutisme en commentaires, c’est juste une difficulté à trouver le temps derrière un ordinateur, et quand j’y arrive, tout a déjà été dit !).

François, fxc, je ne suis quand même pas au raz du bitume, ma tête doit être à plus d’un mètre du sol, ce qui fait que je consomme moins qu’un enfant en poussette ou un automobiliste (c’est eux qui prennent le plus, surtout qu’ils restent plus de temps dans leur engin, à cause des bouchons ;o).

Nonobstant, après quelques jours à m’oxygéner au vert, retour hier soir vers 21 h (pas beaucoup de trafic) : j’avais le nez qui coulait après 20 minutes de pédalage !

Renaud, si le sujet c’est les polluants inspirés, qu’il y aie un adulte derrière ou pas ne change rien :o) (si c’est pour la visibilité, de toute façon, un automobiliste qui ne verrait pas une poussette, voire un petit enfant seul, il devrait se voir retirer son permis de tuer !).

Modane, oui, vu comme ça, c’est affligeant…

z (en tout cas, la campagne est magnifique, en ce moment, je répêêêêêêêêêêêête : dommage qu’il me faille déjà revenir à la ville)

10)
Zozo
, le 07.11.2014 à 09:51
[modifier]

« Et tous les matins, au même feu tricolore, en bas de l’avenue des Gobelins, avec un grand sourire, j’explique que la zone de deux mètres entre le passage pour piétons et la ligne pointillée là derrière s’appelle un « sas vélo » »

Pas étonnant de se faire vilipender ! Ce n’est pas du tout fait pour cela ! Les vélos tout comme les autres 2 roues ne doivent jamais remonter les files pour ce placer dans cette zone, qui n’est qu’un espace de sécurité entre automobilistes et piétons. Dites moi vous n’avez pas le permis de conduire ?

11)
Modane
, le 07.11.2014 à 16:35
[modifier]

Modane, oui, vu comme ça, c’est affligeant…

Pour moi, la seule façon d’être écologiste, c’est d’orienter la technologie vers ce qui économise l’énergie, répare les dégâts, nettoie ce qui présente un surplus de matières déplacé et décentralise la production d’énergie…

Et je passe beaucoup trop de temps à m’engueuler avec des préservateurs de grenouilles opposés aux aires de pique-nique qui vont en vacances quatre fois par an en Amazonie ou à l’autre bout du monde! Vive le tourisme virtuel et les Oculus Rift! :)

12)
parizzzz
, le 07.11.2014 à 21:21
[modifier]

saluzzzz

Pour rebondir sur les proses zittienne et gr@gienne, après vision du documentaire sur la post-croissance, la solution passe effectivement par la réforme territoriale, et ce qui nous est soufflé par les estudiants de Beijing, c’est de mettre l’Ile de France sous cloche avec sa pollution, son gouvernement, ses bureaux de multinationales de la Défense, ses parisiens arrogants qui méprisent la province, ses cultureux prétentieux courant de musées en théâtres, ses déprimés du métro en imper humides et sales, ses sièges de banques privées renflouées par l’état, ses vieux du sénat, son périph asphyxiant, etc…
Qu’on nous laisse respirer et planter nos choux dans nos campagnes ! Même sans sécu et sans Val de Grace, on vivra mieux et plus longtemps.
Mais Zit, comment un type de ta trempe peux il rester dans cet enfer ???

13)
zit
, le 07.11.2014 à 23:30
[modifier]

Zozo, un sas vélo, c’est bien ce que je décrit sommairement, puisque je sais ce que c’est et à quoi c’est censé servir; ça fait partie des aménagements qui ont pour objet de favoriser les usagers les plus fragiles, ceux qui ont un véhicule de quatre à dix fois moins lourd que la charge transportée, par rapport à ceux qui ont besoin de plusieurs fois leur poids en ferraille, matières plastiques, câblerie, plomberie et autres systèmes informatiques foireux pour se mouvoir (de deux pour un deux roues motorisé à au moins vingt–trente pour le bon gros katkat des familles); donc parmi les aménagements favorisant les cycles qui me plaisent le plus, avec le « tourner à droite » aussi (je ne suis pas fanatique des pistes cyclables franciliennes, sortes de ghettos à vélo, extrêmement dangereuses quand il s’agit de s’en extraire pour s’insérer dans la circulation motorisée, comme par exemple quand une mère de famille y a garé son SUV « Juste une minute » pour acheter le pain).

Lien wikipedia sur le sas vélo

Et, permettez moi de ricaner ;o) (bon, je me permet tout seul), avant de me citer brièvement :

« Et tous les matins, au même feu tricolore, en bas de l’avenue des Gobelins, avec un grand sourire, j’explique que la zone de deux mètres entre le passage pour piétons et la ligne pointillée là derrière s’appelle un « sas vélo » »

Il se trouve que le sus–mentionné sas vélo, situé donc en bas de l’avenue des Gobelins au croisement avec le boulevard Marcel (quasiment sous les fenêtres de Modane), est précisément au bout de trois lignes de circulation parallèles bien signalées avec des traits blancs sur la chaussée, l’une est réservée aux véhicules lourds égoïstes, l’autre aux véhicules très lourds communautaires et autres véhicules d’urgence (et je ne suis pas d’accord avec la tolérance faite aux taxis et autres convoyeurs de fonds), et la troisième petite file, souvent masquée, il est vrai, par divers véhicules « qui n’en ont que pour deux minutes », et bien ça s’appelle une « piste cyclable »…

Et non, je n’ai pas le permis de tuer avec une puissance qui me dépasse, j’ai autre chose à faire de mon pognon que de le foutre dans ces gros et moches tas de ferraille, matières plastiques, verrerie, plomberie, câblerie et autres systèmes informatiques, et franchement, je trouve qu’on peut faire des choses beaucoup plus intéressantes avec le pétrole que juste le brûler comme du bois…

Et, en général, les gentils dames et messieurs (plus souvent des messieurs) que je retrouve dans ce sas vélo (celui du bas de l’avenue des Gobelins) chevauchant leur méphitique monture, et bien je viens de la descendre plus ou moins la même vitesse qu’eux, de 30 à 50 % plus que la vitesse autorisée (dans une descente, c’est pas facile de rouler à 30), et donc, ceux que je retrouve dans ce sas vélo, je viens de les voir en infraction deux fois, puisque pour atteindre cette vitesse, il faut forcément qu’ils passent, en me doublant, dans la voie de bus (voire même par la droite, des fois, c’est plus drôle !), et ensuite, quand je les retrouve dans ce sas vélo en bas de l’avenue des Gobelins, c’est qu’ils viennent aussi de passer dans la piste cyclable tout à droite de la chaussée…

Alors le permis… le permis de quoi ?

Je n’avais pas envie de m’étendre autant dans l’article à ce sujet, mais il me semblait que quelques précisions s’imposaient <;oP.

Modane, très bien ton programme, on vote quand ? Quoique non, pour le tourisme, j'aime bien le faire en vélo, avec l'aide d'un train parfois… (tu abandonnes la Bretagne ?)

parizzzz, ça ça me plaît aussi, les mégalopoles sous cloche, mais avec les usines aussi alors. Et cet enfer, j'y suis né, j'y ai un emploi formidable, j'habite un joli immeuble avec des voisins sympas et une belle vue sur les magnifiques cheminées d'une bonne vielle centrale au charbon.

Par contre, un exil loin des miasmes me procure un plaisir toujours plus grand, les odeurs, les couleurs, les sons, il n'y a pas que de particules que les villes sont polluées.

z (ce soir, après un gros coup de vent toute la journée, Airparif indique un indice de pollution « Faible », je répêêêêêêêêêêêête : 35, mais ça pue quand même derrière un scoot au démarrage ;op)

PS : Et donc, IL N'Y A QUE LES CYCLISTES QUI ONT LE DROIT D'OCCUPER LES SAS VÉLO !

14)
pepin
, le 12.11.2014 à 07:52
[modifier]

Offre de Prêt entre particulier sérieux
Bonjour, Particulier français, belge ou toute autre personne résidant en France, en Europe ou ailleurs souhaitant bénéficier d’un emprunt, vous êtes à la bonne adresse. Je tiens à vous informer que j’octroie des prêts à long et à court terme. Mes offres de prêt sont comprises entre 2000 à 500.000 euro sur une durée de remboursement allant de 1 à 40 ans avec un taux d’intérêt de 3% pour chaque montant. Pour plus d’informations, veuillez donc me contacter . Email : phillippepepin@orange.fr .Pas sérieux s’abstenir

15)
zit
, le 19.11.2014 à 12:18
[modifier]

Juste une petite mise à jour en fin d’article…

z (mea culpa, je répêêêêêêêêêêêêête : mais ne m’accule pas)

16)
ciennajuju
, le 25.04.2015 à 17:46
[modifier]

Témoignage d´un véritable prêt acquis
Bonjour,
Suite à de nombreux rejets de dossier par les banques j´ai eu mon prêt de 35.000€ par l´intermédiaire de Mme Martine NADAL qui m´a mis en contact avec un Monsieur intègre du nom Georges MICHEL. Au départ je n´y croyais pas mais ma curiosité m´a poussé à essayer mais finalement j´ai pu obtenir ce prêt. Je viens de ce part vous informé pour que désormais vous sachez à qui vous adressez quand vous serez dans le besoin.
Son email: michelfinance@gmx.fr
Contacté-le si vous êtes dans le besoin.
Bonne et heureuse année

17)
zit
, le 19.03.2016 à 09:13
[modifier]

Tiens, il y a des commentaires polluants dans un article sur la pollution !

juste une petite image :

Bon, chez moi, l’image ne s’affiche pas, je vous la décrit donc : il s’agit d’une carte de la région parisienne très rouge orangée : depuis hier, suite à une semaine de ciel bleu, on atteint, comme tous les ans à la même période, un pic de pollution aux particules fines…

C’est étonnant, non, la régularité de ces pics de pollution printaniers ?

Ou bien faut s’habituer, c’est le printemps, l’agrochimie déverse à plein tubes ses poisons et tout le monde en profite, avant même que ça arrive dans l’assiette !

z (bonne journée, je répêêêêêêêêêêêêête : n’oubliez pas : respirez le moins possible)