Profitez des offres Memoirevive.ch!
Une sensation bizarre

Déjà, c'est pas bien facile pour moi de me concentrer : je ne suis pas habitué à écrire un article pour le vendredi, le jour du BigBossPatronD'Ici, ça m'intimide, c'est pour moi un univers inconnu, plein d'aventures nouvelles et extraordinaires (bien que l'on ne soit pas du tout jeudi à l'heure où j'écris ces lignes, ça me perturbe quand même). Et puis, je ne sais pas trop comment entamer, je sais que je veux vous montrer quelques photos, plutôt médiocres du point de vue photographique (ail faune), mais d'un sujet qui m'a interpellé.

Allez, je me lance : je fréquente peu les transports parisiens, inséparable de mon dragounet, c'est peut–être pourquoi, peu habitué à ce que j'y ai vu, je l'ai vu et regardé, et même photographié pour vous demander votre avis.
(comme toujours sur cuk.ch, et « nulle part ailleurs », un clic sur les images les affiche en plus grand, et pour les cinq premières, je pense que c'est nécessaire pour bien comprendre de quoi il est question)

Donc quelques images (dans le désordre) :Pub 5

Gare de Lyon quai RER A

IMG_0198

Gare de Lyon quai RER A

IMG_0199

Gare de Lyon quai RER A

IMG_0200

Gare de Lyon quai RER A

IMG_0201

Gare de Lyon quai RER A

Dans les deux images qui suivent, le texte en orange clair se distingue moins bien à l'œil que sur la photo, il est possible qu'un daltonien ne puisse pas pouvoir le lire.

 

 

 

 

IMG_0206

RER A

IMG_0208

RER A

Alors on a là deux campagnes de réclame bien distinctes, l'une, du transporteur, qui nous informe que c'est le progrès, c'est formidable, on va mettre des LED partout (et vous savez combien j'aime les belles LED). Et une autre d'une boîte privée qui propose du soutien scolaire. Mais je ne peux pas m'empêcher de trouver dans ces deux campagnes comme un air de famille, un état d'esprit commun, et qui ne m'enchante pas trop. Sont–elles issues des neurones surchauffés du même fils de pub héros des temps modernes chevauchant son scoot à trois roues (c'est les pires, ceux là, y conduisent vraiment n'importe comment, à flinguer), est–ce un état d'esprit général ? Je n'en sais rien. 

En tout cas, je me demande bien l'influence que ce genre de choses peut avoir sur ceux qui les voient quotidiennement sans les regarder vraiment.

Je précise que je suis hypersensible aux agressions quotidiennes que nous impose la réclame, depuis 10 ans, je ne vais plus au cinéma ni ne regarde la télévision, en partie pour ne plus avoir à subir ce fléau. J'étais un admirateur du mouvement STOP la pub qui a été plutôt lourdement sanctionné pour juste des graffitis au marqueur sur les 4 x 3 des couloirs et stations du métro. Au quotidien, je suis parfois amusé par les concordances dans les abris–bus, telle campagne promouvant un flacon contenant un liquide ambré pour l'aspersion de ces dames , et telle autre, concomitante, promouvant un flacon contenant un liquide ambré pour l'aspersion du gosier ;o), mais j'ai quand même bien du mal.

Alors, et vous, ces images, elles vous racontent quelque chose ou c'est moi ?

Bon, une petite dernière pour la route, ça se passe dans un pays lointain qui se sait pas trop quoi faire de ses brouzoufs, issus de l'abondance dans le coin d'une matière organique fossile rare dont on aurait bien mieux à faire que de la brûler avec les rendements que l'on connaît, fin de la parenthèse que je n'avais pas ouverte, je marchais, rare piéton dans le coin, quartier tout neuf, grands immeubles modernes, grandes (très grandes) avenues, mais là, plutôt pas un pékin, et très peu de voitures, et, j'entends ce bruit de moteur qui ronronne, mais dont le bruit, au contraire des moteurs habituels quand on est piéton, se rapproche à la vitesse de mon pas : c'est donc moi qui m'approche du moteur, et pas lui qui se rapproche de moi, ça a son importance pour la suite, et là, je découvre la raison du bruit de moteur, et ça me fait sourire, jaune, mais sourire quand même, et quand j'ai vu de quoi il s'agissait, là, je me suis bien marré, toujours jaune, mais il y a des fois, il vaut mieux en rire qu'en pleurer, donc, après ce long préambule, la suite en images qui bougent (un peu maladroites, tournées avec les moyens du bord, un panaïca poussé ici bien au delà de ses limites) :

Ailleurs, sur une autre planète

(je précise que le bruit de moteur, on ne le voit pas très bien à l'image, c'est un groupe électrogène qui le produit, et il alimente en électricité le magnifique panneau de réclame juste au–dessus, et rien d'autre...)

Je viens de relire tout ça, et je ne peux pas m'empêcher de penser que ce film de Pierre Richard, Le distrait, a du me marquer dans ma jeunesse, 1970 et pas une ride (la bande annonce a moins bien vieilli que le film).

31 commentaires
1)
Caplan
, le 07.02.2014 à 08:27
[modifier]

Alors, et vous, ces images, elles vous racontent quelque chose ou c’est moi ?

Aucun doute: c’est toi!

La RATP qui explique qu’elle va remplacer les lampes à incandescence par des LED, je ne vois pas ce qu’il y a de pervers là-dedans…

Quant à la pub d’Acadomia, je la trouve très bien! Si j’étais le client, je serais content de mon publicitaire.

2)
ysengrain
, le 07.02.2014 à 08:36
[modifier]

Qu’il s’agisse de la pub de la RATP ou d’Acadomia, la pub est toujours un tiroir à double fond.

Sous prétexte d’économie, écrit de manière moins lisible, qui est le message premier, on montre que la RATP est un organisme au goût du jour (LED au lieu d’autres ampoules); lesquelles LED sont assaisonnées à toutes les sauces en particulier automobile.

Quant à Acadomia, dont je ne connais nullement les perf, elle propose d’améliorer les perf scolaires; second tiroir, votre argent m’intéresse.

Lisez donc la série de 5 articles que Le Monde consacre à l’enseignement en France; ça coutera moins cher.

Nous sommes de plus en plus ainsi que le disait Gérard Mordillat hier soir à « La Grande Librairie » dans un monde qui n’est pas le nôtre. Michel Onfray mettait en exergue récemment le fait que nous sommes les spectateurs d’une vie qui n’est pas la nôtre.

3)
RMN73
, le 07.02.2014 à 08:47
[modifier]

Bonjour,
Moi je les trouve très bien ces deux pubs. Humoristique pour celle sur les Leds et jouant sur les mots pour Acadomia.

4)
hugues
, le 07.02.2014 à 09:02
[modifier]

Les 2 pubs racontent une (courte) histoire (storytelling en vo). C’est toujours de la comm et du marketing mais fait de manière plutôt réussie.
De ne plus aller au cinéma ou regarder la TV en raison de la pub, en restant en adéquation avec sa manière de pensée je pense qu’il faut aussi supprimer son accès à Internet, y compris la consultation de Cuk

5)
ToTheEnd
, le 07.02.2014 à 09:09
[modifier]

Bon, une petite dernière pour la route, ça se passe dans un pays lointain qui se sait pas trop quoi faire de ses brouzoufs, issus de l’abondance dans le coin d’une matière organique fossile rare dont on aurait bien mieux à faire que de la brûler avec les rendements que l’on connaît, fin de la parenthèse que je n’avais pas ouverte, je marchais, rare piéton dans le coin, quartier tout neuf, grands immeubles modernes, grandes (très grandes) avenues, mais là, plutôt pas un pékin, et très peu de voitures, et, j’entends ce bruit de moteur qui ronronne, mais dont le bruit, au contraire des moteurs habituels quand on est piéton, se rapproche à la vitesse de mon pas : c’est donc moi qui m’approche du moteur, et pas lui qui se rapproche de moi, ça a son importance pour la suite, et là, je découvre la raison du bruit de moteur, et ça me fait sourire, jaune, mais sourire quand même, et quand j’ai vu de quoi il s’agissait, là, je me suis bien marré, toujours jaune, mais il y a des fois, il vaut mieux en rire qu’en pleurer, donc, après ce long préambule, la suite en images qui bougent (un peu maladroites, tournées avec les moyens du bord, un panaïca poussé ici bien au delà de ses limites) :

Probablement la plus longue phrase sans point de l’histoire de Cuk. D’un point de vue syntaxique, c’est très différent de ce qui se fait le vendredi;-)

Et parce que je suis d’humeur sarcastique, je me permets aussi de reprendre cette phrase:

Et puis, je ne sais pas trop comment entamer, je sais que je veux vous montrer quelques photos, plutôt médiocres du point de vue photographique (ail faune), mais d’un sujet qui m’a interpellé.

Tu laisses entendre que les photos sont médiocres parce qu’elles sont réalisées avec un iPhone… c’est mal! On fait de très belles photos avec un ail faune

Pour ce qui est du fond et donc de la pub, je suis plus choqué par les médias en général et la merde qu’ils servent sous le sacro saint commandement « information » que des boîtes privées qui payent pour communiquer sur leurs produits ou services.

T

6)
Smop
, le 07.02.2014 à 11:29
[modifier]

Hé zit ! Je suis plutôt d’accord avec toi concernant cette insupportable pollution omniprésente qu’est la pub, arme de propagande d’un autre fléau, le crédit à la consommation.

En revanche…

Sont–elles issues des neurones surchauffés du même fils de pub héros des temps modernes chevauchant son scoot à trois roues (c’est les pires, ceux là, y conduisent vraiment n’importe comment, à flinguer)

Nous sommes parisiens tous les deux, n’est-ce-pas ? Oui, les scooters, qu’ils soient à deux ou à trois roues sont parmi les pires usagers de la voie publique urbaine. Mais franchement, les adeptes de la « Petite Reine » ne sont pas très loin dans la hierarchie des indélicats. Non seulement dangereux pour eux-mêmes et pour les autres, mais en plus arrogants et convaincus de leur « avant-gardisme ».

Je précise que je suis hypersensible aux agressions quotidiennes que nous impose la réclame, depuis 10 ans, je ne vais plus au cinéma ni ne regarde la télévision, en partie pour ne plus avoir à subir ce fléau.

Ne plus fréquenter les salles obscures sous prétexte de fuir les réclames me semble très discutable. D’autant plus que dans les salles dernier cri (Pathé Beaugrenelle par exemple), les places sont numérotées et peuvent être achetées en ligne, donc il est possible d’entrer dans la salle une minute avant le film. La véritable plaie des cinémas aujourd’hui me semble plutôt être la vente de confiserie et de pop-corn, où il est question … de bruit et d’odeur !

7)
Jean Claude
, le 07.02.2014 à 12:11
[modifier]

@smop
Pour Beaugrenelle, heureusement qu’il y a quelques avantages, car à 14 euros la place ils sont à l’avant-garde !
Pour mémoire : au 3 Luxembourg : 8,50 euros, un UGC quelconque 10,50.
Pour rester au cinéma la bande son de la vidéo de zit me faisait penser à un projecteur 16 mm, déçus qu’il s’agisse d’un groupe électrogène.

8)
ToTheEnd
, le 07.02.2014 à 14:57
[modifier]

de bruit et d’odeur !

Excédé par un mec qui s’est assis à côté de moi avec son seau de 200 litres de popcorn, le type a avalé sans discontinuer ses popcorns tel un ruminant dans un champs… le pire a été atteint vers l’entracte quand le mec grattait encore le fond de ce seau alors qu’il était vide! Bref, je ne suis pratiquement plus retourné au ciné depuis cet épisode.

T

9)
DanielH
, le 07.02.2014 à 18:56
[modifier]

La PUB ça peut être bien, des excès de PUB pour moi, c’est EXASPÉRANT et en plus c’est nous qu’on la paie cette cochonnerie d’excès.

10)
Jacques-Olivier Meyer
, le 07.02.2014 à 20:09
[modifier]

Zit, est-ce le côté « on sait mieux décider que vous » sans que le « on » soit incarné, personnifié qui te meut ?

Dans le 1er cas, les LED c’est bien, c’est « modu », on en trouve sur toutes les voitures donc le métro de Paris est au pinacle (pas les feu logiciels de montage) de la modernité … mais effectivement, si l’on n’explique pas pourquoi, comment le savoir à moins d’avoir étudié la question … et on y perçoit aussi la motivation première de réaliser des économies sur les 350 stations et quelques de métro et RER parisiennes, faisant l’hypothèse que les diodes consommeraient la moitié de la puissance de l’éclairage fluorescent actuellement en place dans les stations, et que les budgets investissement sont fréquemment mieux pourvus que ceux dévolus aux consommations. Et le graphisme est une affaire de goût, je ne sais pas si mon écran est bien étalonné, mais j’ai des difficultés à lire le message pour sa partie en cursives et suis … daltonien, très daltonien même.

A propos d’Acadomia, si c’était aussi simple que d’abandonner les méthodes ou de ne pas redoubler (malgré tout, la France détient un record de redoublements parmi les pays d’Europe et le dernier classement paru, par ailleurs critiquable, montre comparativement aux autres pays figurant au palmarès, un recul; il y a donc à iso-méthode de mesure de « performance » du système éducatif .fr une dégradation du résultat, si j’osais je dirais de la notation du pays quant au niveau de ses générations futures), ça se saurait?
Oui, je fais des phrases trop longues. Cela dit, en près de 10 années d’enseignement dans la même « université de prestige » française, à raison d’un séminaire de 10 heures par an en Master II (Merci Bologne), je ne suis pas ébahi par la progression du niveau des étudiants, dit moins poliment, ils sont moins cultivés, plus erratiques dans leurs raisonnements, à relations complexes avec l’orthographe pour 80% d’entre eux après 5 années étudiées post-bac. « Tout est une question de confiance » ? En qui, en quoi ? Je laisse les autres participants à cette discussion apporter des réponses sur ce « contrat de confiance » … et vous reviens après les devoirs du soir, étant moi-même une sorte d’Acadomia pour mes deux filles depuis leur plus jeune âge. Oui, en France, on considère que ce sont des privilégiées (dixit le ministre). Je ne suis pas certain qu’elles partagent cette idée !

11)
Maître ZAGI
, le 07.02.2014 à 20:43
[modifier]

La banalisation des images de publicité est telle qu’on a du mal à première vue à s’inquiéter des photos de publicité que Zit propose à notre sagacité. Quoi de plus anodin en effet que cette campagne pour les lampes Led. Sur les murs du métro, une série d’affiches lumineuses montrent des petits personnages en forme d’ampoules, qui se lisent comme une bande dessinée, ludiques, à la portée de tous les regards, de 7 à 77 ans. Le sens en est évident : la RATP se modernise, et chaque utilisateur du métro s’en réjouit.

Pour peu que l’attente s’éternise, le métroïte finit par remarquer les détails au second plan de chaque image et se questionner sur les moyens proposés pour se débarrasser des vieilles ampoules si rigolotes : dans la première, la Led pousse la vieille ampoule affublée de bois de cerf, vers deux chasseurs qui attendent leur proie. Dans la seconde, les deux ampoules font une compétition : à la course, la Led gagne sans état d’âme, tandis que l’autre n’a « plus de jus » et se tient les reins, en sueur. Reprenant les gags des dessins animés la troisième image fait jouer les ampoules à cache-cache : la chute en est désopilante puisque la vieille ampoule les mains sur les yeux appliquée à compter est sur le point d’être écrasée par une météorite. « Bouge pas », dit la Led joueuse. La quatrième n’hésite pas devant le bon vieux gag du photographe : la Led fait reculer son sujet au bord d’un précipice, en l’occurrence d’une poubelle. Dans la dernière enfin, la charmante petite Led jamais à cours d’imagination a dessiné une cible sur la tête de sa vieille camarade.

Dans les dialogues de toutes ces saynètes la vieille ampoule fait preuve d’une naïveté alarmante, la Led d’un cynisme total. Le titre apposé à cette campagne publicitaire est « histoire lumineuse», alors que les moyens employés contredissent ce soi-disant message, qui devient très obscur, voire inquiétant : par le dessin même des dites ampoules anthropomorphes joint à un scénario sans scrupule qui n’est que ruse et abus de confiance. Le message est clair cependant, « on » doit se débarrasser à n’importe quel prix d’un moyen d’éclairage devenu obsolète.

D’ailleurs ce changement est déjà bien amorcé puisque du jour au lendemain les vieilles ampoules ont disparu des rayons des magasins, remplacées par de jeunes ampoules, pas encore Led, mais soit disant basse consommation, qui coûtent deux ou trois plus cher à l’achat que les précédentes, mais qui éclairent deux à trois fois moins bien. Que celui qui a vu sa note d’électricité baisser se fasse connaître.
Qui donne son aval à de tels affichages, à qui profite le crime, le prix du métro va augmenter de combien ?? Le métroïte secoué d’interrogations monte enfin dans une rame qui arrive à quai, espérant échapper à cette sensation bizarre d’être une vieille ampoule et que tous les coups sont permis. Dans la foule qui se cramponne autour de la barre centrale, une autre affiche lumineuse l’interpelle. C’est une publicité d’Acadomia, boîte à bac dont le texte lisible en blanc sur fond rouge, est : « Si un élève est en difficulté, la meilleure solution est de redoubler… » Derrière les autres usagers, il ne peut voir la fin de phrase qui est : « … d’attention », écrit beaucoup plus pâle. A l’autre bout du wagon cette publicité à son pendant entre deux portes : « Quand un élève ne progresse pas, il doit abandonner… » Là également la fin de la phrase est à peine visible : « …les méthodes qui ne lui conviennent pas. » Dans ce cas on est tenté de penser que cette publicité est mal faite, puisque le message significatif est en partie illisible. Ne reste en tête que des sentences de maître d’école implacables.

Le lien entre les publicités pour les Led et pour Acadomia ? Matraquage, brutalité du discours ambiant, exclusion.

Pour une sémiologie de l’image, Maître Zagi demande à tous nos joyeux internautes de faire la chasse aux publicités menteuses et monstrueuses, débiles et débilitantes, qui nous mettent tous la tête sous le couvercle, pour faire bouillir la marmite de quelques happy few.

Maître ZAGI

12)
Franck Pastor
, le 07.02.2014 à 22:21
[modifier]

Zit, pour ces pubs sur les ampoules, c’est pas seulement toi, c’est moi aussi. Ça m’a mis très mal à l’aise, je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer des personnes en chair et en os à la place de ces ampoules. Je côtoie dans mon boulot actuel d’enseignant pas mal d’élèves « difficiles » qui adorent prendre d’autres élèves comme souffre-douleurs et ça m’a fait immédiatement penser à ça.

Inutilement et stupidement agressif comme campagne.

13)
zit
, le 07.02.2014 à 23:49
[modifier]

Caplan, mal réveillé ? ;o)

ysengrain, j’y vois pour ma part un triple fond, voir plus bas…

RMN73, le premier niveau est bien humoristique, je te l’accorde, mais je trouve d’autres niveaux de lecture à ces images… Et ça ne me fait pas du tout rire.

hugues, si je ne suis plus capable de me concentrer longtemps sur des images qui bougent, c’est, je le répêêêêêêêêêête « en partie à cause de la pub », mais pas que, il y a bien d’autres paramètres qui entrent en jeu, que je ne développerais pas ici, ce n’est pas le propos, et puis en fait, je ne sais même pas vraiment pourquoi, et ça ne m’intéresse pas trop, mais j’en ai vu beaucoup, des films, des docus, des séries, des pubs, une overdose, en quelque sorte… Et pour ce qui est de l’accès à internet, et la consultation de cuk, par exemple, je ne suis pas encore sevré ;o) à moins que François ne veuille me mettre au rencard, comme une bonne vielle ampoule à incandescence, je continuerais à venir faire mon petit tour quotidien, et à pondre mon humeur mensuelle ;oP.

TTE, pour la plus longue phrase sans point, il y avait un défi à relever, un article du vendredi en style télégraphique, c’était un coup à perdre la moitié du lectorat…

Et concernant la qualité médiocre des images, je n’ai pas dit qu’elles étaient mauvaises, considérant l’éclairage d’une gare ou d’un wagon, elles sont même suffisamment bonnes pour que je les utilise pour illustrer mon propos, mais la résolution ne permet pas de lire le nom de l’agence de pub qui les a commises (à gauche en vertical) et elles ne sont pas parfaitement cadrées, mais ça, c’est moi qui ne sais pas utiliser un truc sans viseur ;o).

Pour ce qui est des media, je ne lis pas la télé, je ne regarde pas la radio, ni n’écoute les journaux, pas de temps à perdre avec ce bourrage de crâne, mais justement, la pub, dans le métro, dans la rue, sur les culs de bus, elle m’est imposée. Quand c’est de la pauvre réclame à la papy, genre la pomme qui montre un ail faune, je m’en contrefiche, mais quand je sent poindre autre chose que ce qui nous est donné à voir, je n’aime pas ça, c’est le propos de l’article du jour.

Smop, je savais bien que j’allais m’en prendre une sur les cyclistes… et bien figure toi que je suis totalement d’accord avec toi : en tant que victime potentielle, je fait très attention à ma conduite, j’essaye aussi le plus possible de ne pas risquer de devenir un bourreau potentiel (genre, je m’arrête pour laisser traverser les piétons, même s’il n’y a pas de feu — ils sont en général très surpris), et puis, depuis que je roule couché, je me sent en quelque sorte un ambassadeur de ces machines géniales, et donc, ma conduite en public se doit d’être irréprochable ;o).

Quand au pop–corn, oui, je confirme, ma dernière séance de grande toile a été gâchée par«  le bruit et l’odeur », ça fait aussi partie des raisons.

Jean Claude, oui, c’est vrai que ça fait vraiment penser à un bon vieux projo ! Et oui, aussi, le prix demandé pour se faire une toile est bien délirant.

TTE, oui, exactement ça, le supplice du pop–corn, le mien avait un pot de 400 litres, au moins…

DanielH, la pub, en général, je ne la vois plus, mais ce genre de choses (celles que je montre), à double, triple fond, ça m’interpelle.

Jacques–Olivier, non, qu’« on » (qui est un con, c’est bien connu) décide à ma place, je me suis fait une raison, comme de toute façon, je n’ai aucune velléité de décider quoi que ce soit à la place de qui que ce soit, je continuerais à faire ce que je pense être juste, sans chercher à imposer ma manière de voir ou de faire. Encore une fois, ce n’est pas le sens évident de ces affiches qui me fait un drôle d’effet, ni même les raisons pour lesquelles on va changer des fluos à la température de couleur épouvantable par des LED, je le répêêêêêêêêête : j’adore les LED, j’en consomme pas mal en ruban, et d’ailleurs, message personnel, je suis à la recherche de LED de puissance « lumière du jour » pour différents usages, si quelqu’un à des conseils à me donner sur le sujet, je suis preneur… pour revenir à nos moutons, ce qui me défrise, c’est que j’ai l’impression d’avoir à faire à une manipulation, dans le genre des images subliminales, mais en plus simple, en plus pernicieux aussi. Et ce qui me trouble encore plus, c’est que personne encore n’aie ressenti la même chose que moi… Enfin, si, je sens que ça vient !

Maître ZAGI, OUI, c’est exactement ça ! Merci d’avoir passé le temps à faire cette analyse que je n’aurais jamais été capable de faire aussi précisément. Peut–être avons–nous trop (?) lu Roland Barthes, mais le signifiant de ces images correspond exactement pour moi à ce que tu décris là.

Franck, ça me rassure, je me sens moins seul, j’ai trouvé ces « blagues » vraiment très violentes, d’un extrême mauvais gout, et pourtant, j’adule Pierre Desproges ou Coluche dans leurs moments les plus noirs. Là, ce deuxième ou troisième degré me fait froid dans le dos, ça sonne très « côté obscur de la force ».

Après, dans ces deux cas, on peut se poser la question de l’intentionnalité de la chose, peut être que le pauvre « créatif » qui les a conçu n’a fait que transcrire, à son insu, un état d’esprit général, c’est l’option la moins pire que j’entrevoie…

z (j’espère qu’à partir de dorénavant, vous ne regarderez plus les pubs comme avant, je répêêêêêêêêêêête : la sémiologie, c’est vachement intéressant…)

14)
Caplan
, le 08.02.2014 à 00:53
[modifier]

Caplan, mal réveillé ? ;o)

Non, parfaitement réveillé, mais nettement moins parano que Maître Zagi ou toi…

15)
François Cuneo
, le 08.02.2014 à 10:06
[modifier]

Le Boss est bien content d’avoir eu quelqu’un ce vendredi pour le remplacer, vu qu’il n’a même pas eu le temps de lire ton article le jour de sa parution.

Oui TTE, c’est vrai, le style de M. Zit est un peu plus alambiqué que le mien!:-)))

C’est vrai que des fois, j’ai l’impression que si je touche la marge de droite, je vais m’électrocuter…

Bon.

Je suis comme Caplan, je n’y vois rien à ces pubs, sauf sur les pubs sur les LED, un truc qui me gêne, mais que je n’arrivais pas à exprimer.

Quelqu’un l’a fait dans un commentaire impressionnant!

Dans les dialogues de toutes ces saynètes la vieille ampoule fait preuve d’une naïveté alarmante, la Led d’un cynisme total. Le titre apposé à cette campagne publicitaire est « histoire lumineuse», alors que les moyens employés contredissent ce soi-disant message, qui devient très obscur, voire inquiétant : par le dessin même des dites ampoules anthropomorphes joint à un scénario sans scrupule qui n’est que ruse et abus de confiance. Le message est clair cependant, « on » doit se débarrasser à n’importe quel prix d’un moyen d’éclairage devenu obsolète.

Elle est méchante cette LED, et l’ampoule, vieille, qui devrait être mise au rancard me fait mal au coeur, et je la trouve bien plus sympa que la méchante jeunette.

16)
ToTheEnd
, le 08.02.2014 à 10:21
[modifier]

Même si je salue les efforts des pouvoirs publics et autres individus sur le fait d’opter pour des lampes à basse consommation, je rappelle que pour un foyer moyen, l’économie d’électricité grâce à des ampoules à faible consommation se situe entre 5% et 10%… par contre, sur l’énergie dépensée en moyenne, c’est environ 0.5%.

En d’autres mots, ce n’est pas là que se situe notre plus gros problème de consommation d’énergie…

T

17)
Caplan
, le 08.02.2014 à 11:00
[modifier]

Là, ce deuxième ou troisième degré me fait froid dans le dos, ça sonne très « côté obscur de la force ».

Maître Zagi demande à tous nos joyeux internautes de faire la chasse aux publicités menteuses et monstrueuses, débiles et débilitantes, qui nous mettent tous la tête sous le couvercle, pour faire bouillir la marmite de quelques happy few.

Je vous rappelle juste que la machine sur laquelle vous transmettez vos angoisses est fabriquée avec des tonnes de cynisme et que les serveurs qui gardent précieusement vos réflexions sont des monuments de gaspillage. Comment vivez-vous la compromission qui consiste à les utiliser pour dénoncer un autre cynisme?

18)
yl
, le 08.02.2014 à 12:00
[modifier]

Non, parfaitement réveillé, mais nettement moins parano que Maître Zagi ou toi…

La pub est soi-disant un art, ce sont les créatifs qui l’inventent. Pourtant la seule réaction attendue, contrairement à l’art, est de nous faite mettre la main au porte-monnaie!
Seule l’économie militaire consacre un budget mondial plus important que l’économie publicitaire, pourtant tout un chacun prétend y être insensible.
La pub est le moteur de la sacro-sainte croissance, tous les moyens sont donc bons: sexisme, mensonge, cynisme, agression, etc.
Elle est omniprésente; dans l’espace public, dans nos écoles, dans nos médias et dans l’art et la culture (sponsoring, placement de produits, etc.).
En affirmant cela, suis-je parano ou es-tu aliéné?

Je vous rappelle juste que la machine sur laquelle vous transmettez vos angoisses est fabriquée avec des tonnes de cynisme et que les serveurs qui gardent précieusement vos réflexions sont des monuments de gaspillage. Comment vivez-vous la compromission qui consiste à les utiliser pour dénoncer un autre cynisme?

De mon côté, je le vis assez mal et je préférerais débattre de tout ça autour d’un café (aux céréales…)!
Toutefois attention à ne pas tout rapporter aux comportements individuels, car c’est le meilleur moyen de dépolitiser le débat. On pourrait comparer cela avec un slogan (imaginaire) du développement durable: acheter des leds et sauvez la planète! Par contre si vous gardez vos vieilles ampoules vous n’aurez pas la parole lors du débat énergétique.
Bref, la plupart des choix de sociétés ne sont pas idéologiques, mais sont d’ordre politique et économique, puis nos comportements individuels changent. Se préoccuper dès lors que de ces derniers, c’est le pari de ne (presque) rien changer!

19)
Caplan
, le 08.02.2014 à 12:48
[modifier]

J’aime pas trop les théorie conspis, mais faut bien admettre qu’il y a , volontairement ou non, une certaine « fabrication du consentement » qui n’est guère réjouissante.

Alors voilà: pour moi, les angoissés de la pub sont:

a. Des angoissés tout court qui ont choisi ce support pour canaliser (ou occulter) leurs autres angoisses existentielles. A mettre en parallèle avec ces gens qui se promènent avec une armure en fils de cuivre pour résister à l’électrosmog.

b. Des gens qui se sentent très forts, mais qui pensent que la majorité de leurs semblables sont des décérébrés qui vont plonger dans tous les pièges des publicitaires. Ils n’ont aucune confiance en leurs concitoyens et ça les angoisse de vivre au milieu d’un troupeau de brebis manipulées.

20)
Smop
, le 08.02.2014 à 13:16
[modifier]

… qui pensent que la majorité de leurs semblables sont des décérébrés qui vont plonger dans tous les pièges des publicitaires …

Ah, parce que ce n’est pas le cas ?

Je n’avais pourtant pas l’impression d’être un angoissé !

21)
Caplan
, le 08.02.2014 à 14:07
[modifier]

Ah, parce que ce n’est pas le cas ?

Et voilà! Les loups sortent du bois! Il y a donc des gens (une élite, naturellement) au complexe de supériorité assez affirmé pour penser que la majorité de leurs semblables sont des décérébrés capables de suivre les pubs aveuglément. Intéressant…

22)
Caplan
, le 08.02.2014 à 15:09
[modifier]

il me semble qu’il y a une nuance entre prendre ses semblables pour des décérébrés et se désoler que l’on doive subir le matraquage de la com/pub, et y voir quelque part une banalisation de la violence à autrui.

Manifestement, cette nuance n’existe pas pour Smop, si je sais bien lire.

Donc toute attitude critique sur la pub et la com relève d’une pathologie de l’angoisse ?

Oui, dans la mesure où vous êtes persuadés que la majorité de vos congénères, dépourvus de toute distance critique face à la pub, sont complices de la conspiration à l’insu de leur plein gré.

Je ne vois pas non-plus en quoi être critique sur ces domaines serait le fait de porteurs de gri-gris new-age, et autre gadjet du marché de la parano biosaine.

Ce n’est pas « le fait de ». J’ai dit que c’était à mettre en parallèle. Dans l’esprit « l’enfer, c’est les autres »: émettre des ondes et en recevoir / créer des pubs et s’en amuser. Tous complices!

Maintenant, je vais le dire clairement: selon moi, l’énorme majorité des citoyens n’est pas dupe face à la pub. Sous-entendre le contraire traduit un certain mépris que j’ai de la peine à admettre.

23)
Smop
, le 08.02.2014 à 15:47
[modifier]

Maintenant, je vais le dire clairement: selon moi, l’énorme majorité des citoyens n’est pas dupe face à la pub.

Nous en reparlerons le jour où les cartes « gold », les offres « privilège », les bons de réduction de 0,20 €, les jeux-concours, les prix à .99, les photos retouchées, le mot magique « gratuit » et les tubes de l’été ne seront plus des déclencheurs d’achat.

Au vu du coût des espaces publicitaires, les « créatifs » et les annonceurs, ne prennent pas de risques. Plus le filet est gros, plus il ratisse large.

Même les politiques [français] ne s’y trompent pas et se sont adaptés à ceux qu’ils représentent, les débats de fond ayant cédé la place à une surenchère d’invectives, de récupération, de mauvaise foi et de dérives démago/populo.

Peut-être ne vivons-nous pas dans le même monde ?

24)
ToTheEnd
, le 08.02.2014 à 18:28
[modifier]

Pour bien me rendre compte du décalage qu’il y a entre moi et quelques-uns, je m’amuse à lire de temps en temps les commentaires à la suite des articles dans Le Monde… manque de cul, parfois je lis les mêmes ici.

Ce qui me ferait « plaisir », c’est de voir des gens comme PhB être réellement victime de violences (cité 3x dans ses interventions) en Ukraine, en Syrie ou tout simplement, de subir une des 2000 agressions physiques ou 30 viols commis par jour en France.

Après, j’aimerais à nouveau son point de vue sur « une banalisation de la violence à autrui » au sujet de la pub et voir s’il utiliserait les mêmes mots.

T

25)
Simon
, le 08.02.2014 à 21:14
[modifier]

Je ne pense pas que la RATP ait un quelconque intérêt à promouvoir la violence. Je vois plutôt dans ces pubs une tentative de se donner une certaine image « décalée ». Au final ce n’est pas très réussi et je ressens également un certain malaise…
Pour la deuxième publicité, je la trouve plutôt bien trouvée. Mais évidemment cela reste une publicité, dont le principal objectif est d’attirer l’attention du quidam et de l’inciter à dépenser son argent.

26)
ToTheEnd
, le 09.02.2014 à 01:49
[modifier]

Il ne faut pas inverser les rôles… J’ai été le premier surpris par ce vocabulaire totalement déplacé vis a vis des faits.

Je peux admettre que la pub soit ennuyeuse, je peux même accepter quelle soit envahissante mais ça reste que des mots, des affiches ou des films qui est distillé par, faut il le rappeler, des supports qui répondent a des règlements et des lois établies. In fine, ces messages ont pour but de promouvoir et vendre des produits ou services mais sans jamais forcer personne. On est donc très éloigné de la violence distillée au travers d’un viol, d’une famine organisée, d’un coup de crosse a travers la gueule ou d’une bombe larguée sur un quartier pour imposer quelque chose.

La pub, même si c’est difficile, on peut l’éviter alors que la violence, ce n’est pas la même chose.

Bien entendu, certains diront que la réclame est le bras armé du capitalisme et que ça tue plus que toutes les guerres. Mais cette analyse est l’apanage de nantis qui ont tout le loisir de redéfinir ce que signifie le terme « violence ».

T

27)
Laurent Vera
, le 09.02.2014 à 07:52
[modifier]

Je ne vois là que le résultat du brief agence de la ratp, » on change les ampoules par des led, il faut que l’on communique pour notre images développement durable, on aimerait bien un peu d’humour ». Après c’est le boulot du concepteur rédacteur et du directeur artistique. Tu les connais bien bien, zit, pense aux graphiste de ton école. Je ne pense pas, les connaissant assez bien, qu’il y ait une quelconque volonté de message caché.Il vous faudrait assister à des réunions de travail d’une campagne de pub pour comprendre que tout ceci reste très terre à terre.

28)
Tom25
, le 09.02.2014 à 15:35
[modifier]

Concernant la pub sur les ampoules, je pense que le créateur n’avait en tête que le recyclage d’objets, et qu’il n’a pas pensé un seul instant à une analogie avec des êtres vivants (retraités ? .

Ce qui est amusant, c’est qu’à force de venir, on connait (ou croit connaître) les sensibilités politiques de certains, et la pub est plutôt critiquée par ceux qui penchent à gauche, et défendue par ceux qui penchent à droite. La pub représentant la société de consommation …

Concernant les Popcorns au ciné, je croyais qu’ils espaçaient les sièges dans les nouvelles salles pour que les spectateurs soient plus à l’aise, mais non, c’est pour que les gens puissent venir s’asseoir avec un caddie de PopCorns. Ca me gonfle moi aussi. Le dernier film, j’ai dû slalomer entre les peux de bananes qui jonchaient le sol.

Vous allez me dire que c’est de la psycho à deux balles, mais je ne me sens pas respecté quand on m’inflige 15 mn de pub pour un film qu’y m’a coûté 10 €. Et je pense que certains se permettent, du coup, de ne pas respecter en retour en laissant leur détritus. Je ne dis pas que c’est justifié, je ne sais même pas si c’est conscient.

Pour finir, un vrai et bon moyen d’économiser de l’énergie, et super agréable en plus, c’est de se chauffer au bois. Ca tombe bien, je vends des … Aie ! … Mais attendez, j’ai des supers prod… Ouille ! Mais laissez au moins vous montrez ! Hein ? Comment ça non ! Que j’aille me f…
Pffff, v’z’êtes pas conscients des enjeux climatiques !

29)
pat3
, le 09.02.2014 à 20:17
[modifier]

et vous savez combien j’aime les belles LED

Jolie allusion à…

la beauté cachée des laid(e)s

Pour le reste… La publicité fait partie de l’économie industrielle: surproduction = besoin de surconsommation = publicité. Point barre. La remettre en question sans remettre en question le modèle de société auquel elle appartient, c’est au mieux se donner bonne conscience, au pire faire semblant. On pourrait retrouver exactement le même type de discussion dans des archives d’il y a vingt, trente ou cinquante ans, mais toujours aussi stérile. Ça ne change rien à la marche du monde économique, et, pour faire dans le style TTE, ce sont des déplorations de nantis oisifs.

Les publicités sont le reflet des sociétés qui les produisent: il y en a des méchantes, des belles, voire même des instructives, mais leur fond est économique: achetez-mon produit. Mais notre société est devenue comme ça. On est suspect quand on a rien à vendre, et avec l’avènement d’internet et de la massification de l’économie du gratuit, on sait maintenant que quand on nous offre quelque chose, c’est qu’on veut nous vendre.

Je pense, comme Caplan, que de moins en moins de gens sont dupes, mais que, comme le dit si bien Ysengrain:

Nous sommes de plus en plus ainsi que le disait Gérard Mordillat hier soir à « La Grande Librairie » dans un monde qui n’est pas le nôtre.

Le monde tourne, avec ou (bientôt) sans nous, c’est plus ça qui m’inquiète, au fond. J’attends le moment où on ne prendra plus la peine de passer par ce qu’il reste de démocratie pour prendre les décisions qui nous concerne par dessus nos têtes. Comment ça c’est déjà le cas? Non, non, le pire est devant nous.

Pour en finir avec la pub, je crois que la pertinence publicitaire a atteint son terme: l’audimat est un consensus de l’industrie du divertissement pour fixer le prix de ses espaces publicitaires, la publicité sur internet montre encore plus qu’elle ne correspond à rien : la preuve? Les sites de streaming gratuits (de porno, de produits miracle, etc.) qui détournent votre clics pour vous faire passer devant les écrans de pub qui financent leurs bandes passantes. Le sens de la pub? Financer le contenant et le contenu qu’elle fagocite, dans une économie de l’attention qui est un champ du cygne postindustriel.

Regardez la levée de boucliers qu’il y a eu sur le web français quand Free a décidé de proposer de bloquer la pub par défaut sur ses box? Ce n’est pas nous, internautes, que ça aurait empêché de vivre. Mais la pressse en ligne, les blogs marchands, etc., ils étaient tous là à hurler à la mort (de leur activité)…

Le renouveau viendrait peut-être des boites qui s’en passent, de pub, pour faire leur boulot (et du coup, le font autrement.

Je crois que, dans le monde que nous vivons, nous n’avons plus beaucoup d’alternative. Comme le dit Michel Serres, il ne nous restent plus qu’à être intelligents.

30)
ToTheEnd
, le 09.02.2014 à 20:25
[modifier]

Juste une remarque encore sur la RATP et en particulier sur ses espaces pub…

Sauf erreur de ma part, la RATP appartient à l’état et c’est donc lui qui approuve la stratégie de cette régie. Ceci dit, la pub a rapporté en 2012 à la RATP un peu plus de 100 millions d’euro et ce n’est pas négligeable quand on jette un oeil aux résultats financiers de la régie en 2012:

Chiffre d’affaires: EUR 4.9 milliards
EBITDA: EUR 812 millions
Résultat net: EUR 266 millions

Visiblement, la régie pourrait se passer de cette mane et probablement qu’il serait possible de monter d’autres types de campagnes… à l’image de cet excellent détournement réalisé par Etienne Lavie.

T

31)
Caplan
, le 09.02.2014 à 21:17
[modifier]

Pour clore le débat en beauté et pour avoir une vraie sensation bizarre, voici une pub de Hara Kiri: