Profitez des offres Memoirevive.ch!
J’ouvre les yeux…

Une obscurité absolue règne et je ne sais pas où je me trouve. J’avance dans le noir jusqu’à heurter une paroi lisse. Je longe à tâtons cette paroi et j’arrive à l’endroit où elle fait un angle que j’estime à soixante degrés. Je continue de longer la paroi et je découvre un nouvel angle, toujours de soixante degrés, puis ensuite un troisième. J’en déduis que cette pièce dans laquelle je me retrouve forme un triangle équilatéral. La pièce est plongée dans le silence. Un temps indéfini s’écoule et je refais le même parcours, essayant sans doute de comprendre où je suis et comment en sortir. Je retrouve la paroi, mais je me rends compte que les trois côtés du triangle ont diminué. Tout en conservant sa forme, la pièce rétrécit ! Au bout d’un certain temps, je n’ai même plus besoin de marcher. En tendant les bras, je parviens à toucher les trois côtés. Je commence à paniquer, car je vais finir par être écrasé...


image

Le triangle impossible

 

C’est à ce moment précis que je me réveille.

Durant mon adolescence, j’ai fait ce rêve récurrent des dizaines de fois. De temps à autre, la fin variait : une trappe par laquelle une lumière blanche éblouissante filtrait s’ouvrait au-dessus de ma tête, et je me réveillais en me hissant par celle-ci pour m’échapper. Curieusement, ce n’est pas tant la dimension cauchemardesque de la situation qui m’a marqué, mais plutôt les longues minutes au réveil où j’essayais de comprendre l’aberration physique du rétrécissement d’une pièce triangulaire aux côtés égaux. En réfléchissant à l’origine de ce rêve, je pense que mon subconscient a été influencé par la nouvelle «Le puits et le pendule» d’Edgar Allan Poe. Les deux histoires présentent beaucoup de similitudes.

Aujourd’hui, je ne me souviens presque jamais de mes rêves, pourtant, il semblerait que nous rêvons tous une ou deux heures par nuit. Les seuls qui parviennent parfois à me libérer brutalement des bras de Morphée sont de nature violente ou, plus rarement, érotiques.

C’est à la fin des années cinquante que le neurobiologiste français Michel Jouvet met en évidence le mécanisme physiologique des rêves et théorise le «troisième état du cerveau», celui du sommeil paradoxal. J’ai déjà sommairement décrit celui-ci dans mon article sur Sleep Cycle.


image

Freud et Jung

 

L’interprétation et le rôle des rêves oppose deux grands courants psychanalytiques, celui de Sigmund Freud et celui de Carl Gustav Jung. Selon Freud, les rêves n’ont de réelle fonction que celle de masquer les pulsions refoulées et leur interprétation est spécifique à chaque individu. Pour Jung, il existe une notion d’inconscient collectif où le rêve est interprétable selon une grille de lecture commune à tous, faite de symboles et d’archétypes, car pour lui, l’inconscient ne maîtrise pas le langage. Michel Jouvet est proche de cette vision du rêve «cohérent». Sa théorie est que le sommeil paradoxal sert de reprogrammation génétique et psychique. Quelle que soit la doctrine retenue, la démarche d’interprétation est avant tout la capacité de l’individu, ou de son thérapeute, d’éclairer l’inconscient en [se] posant les bonnes questions. Même s’il n’existe pas de méthode universelle pour décrypter ses rêves, il est possible d’obtenir très simplement, par associations symboliques, des résultats intéressants. Essayez, vous serez surpris !


image

"Sleeper Dreaming of a Remembered Room" - Philip Gladstone

 

A votre tour de partager vos rêves les plus tenaces...

8 commentaires
2)
Chichille
, le 29.06.2011 à 09:27
[modifier]

Si Jouvet est le grand initiateur des recherches sur le sommeil et le rêve, il me semble que l’on dispose aujourd’hui, pour le rêve, d’autres interprétations que celles de Freud et Jung. Je me trompe ?

3)
Saluki
, le 29.06.2011 à 09:52
[modifier]

Comprendre ce triangle, c’est la quadrature du cercle…

Je ne me souviens pas de mes rêves. Et les vrais rêves sont éveillés, non? Justice, etc…

4)
Smop
, le 29.06.2011 à 10:16
[modifier]

Si Jouvet est le grand initiateur des recherches sur le sommeil et le rêve, il me semble que l’on dispose aujourd’hui, pour le rêve, d’autres interprétations que celles de Freud et Jung. Je me trompe ?

Jouvet a essentiellement travaillé sur les aspects physiologiques. En matière de théories et de méthodes d’interprétation, il me semble qu’en dehors de Freud et son ex-disciple Jung, la troisième école est celle du Gestalt.

5)
Philob
, le 29.06.2011 à 11:52
[modifier]

Je ne me souviens pas de mes rêves (sauf rares exceptions) et ça me convient tout à fait. Ma femme est une grande rêveuse et elle me raconte parfois ses rêves, même résumés, rien que de l’entendre ça me fatigue :-).

Je connais le bienfait du rêve, mais je n’ai aucune envie de me rappeler d’avoir couru toute la nuit poursuivi pas un monstre horrible et baveux.

La nuit, je me repose et c’est très bien; il faut dire que je fais partie de ces chanceux à qui 5 à 6 heures de sommeil (mais alors un sommeil de plomb) suffisent amplement; quelle joie de se réveiller tranquillement sans l’aide du réveil et très tôt le matin. Comparé à mon épouse, j’ai l’impression d’avoir 2 heures de plus de “vie” la semaine et 3 les fins de semaine.

6)
ysengrain
, le 29.06.2011 à 19:00
[modifier]

Comme chacun, je rêve. Je suis assez souvent frappé, pendant le rêve de l’incohérence de la situation … et je me réveille, en me morigénant, disant que c’est trop sot, que … comme si je refusais de perdre le contrôle .. ce qui totalement opposé à l’attitude de vie que je tiens depuis longtemps.

Sigmund !! Ohé !!

8)
zit
, le 30.06.2011 à 07:59
[modifier]

Je peux reprendre intégralement le commentaire de Philob à mon compte, mais je me « souviens » d’un cauchemar récurrent assez similaire quand j’étais petit et que j’avais de la fièvre : poursuivi par l’innommable et l’inregardable sur une grande étendue blanche, je me réveillais systématiquement en sueur…

z (qui rêve surtout éveillé, je répêêêêêêêêêêête : le plus souvent possible)