Profitez des offres Memoirevive.ch!
Et si… Sur une île déserte?…

En voilà, une question primordiale! Si tu allais sur une île déserte, qu'emporterais-tu?

Déjà, bien que j'ai l'habitude de relire plusieurs fois mes livres, tel celui de Yoshikawa dans lequel je me ressource régulièrement, ou la série des Alatriste de Perez Reverte, à quoi je vois beaucoup d'humeurs, je ne me vois pas en train de les relire en boucle, tous les cinq jours. Il me faut un temps d'assimilation. Et les retrouvailles ne sont rien sans l'éloignement, naturellement...

Pour cela, je préférerais emporter de la musique. Parce que la musique, je vis avec, je baigne dedans comme le dauphin dans le sonore, ou le coq dans le Chambertin, sortez moi de la musique, je ne suis qu'un morceau de veau pas frais...

Alors, qu'emporter?...

Fondateur, le Mannish Boy de Muddy Waters. Tout petit, je le confondais avec John Lee Hooker, à qui je trouvais brusquement une allégresse étrange. Et pour cause!....

Mais cette intro m'a suivi vingt ans de ma vie, et encore maintenant. Je ne peux pas toucher ma Stratocaster sans qu'à un moment cette intro revienne comme un lick.

Cette intro est pour moi quasi-pavlovienne : voilà un temps de bonheur...

 

Le deuxième en poche serait Little Rain, du précité John Lee. Trop ancien pour en avoir une version avec image sur Youtube. Ceci dit, en dehors de faire beau dans un webarticle, à quoi donc servent les images, quand on écoute de la musique? Ceci dit, John Lee Hooker était à l'époque fort beau garçon, quoi qu'un peu nerveux, peut-être....

image

 

Le troisième, je m'en rebats les oreilles depuis des années. Ce type me remue les tripes à chaque coup de médiator... tout ce que j'aime : Stratocaster, chapeau, costard de mauvais goût, mais un coeur énoooorme! Et une dextérité qui n'oublie pas la sensibilité...

 

Quatrième de mon hit parade inutile mais rassérénant, le "I'll Play The Blues For You" d'Albert King. D'abord, parce que c'est vrai, le blues on doit le jouer pour quelqu'un, parfois soi, et que c'est une musique de don et de libération. Dans ce morceau, la deuxième phrase de guitare est typique d'Albert King. Quand vous l'entendez dans un morceau, cette phrase, c'est que le gars est là. Ou qu'il y a là quelqu'un qui l'aime...

Eh oui!... Avec, nouveauté, en direct, quelque chose de nouveau : le clip à une image! Remarquez, on disait bien, à une époque, de Led Zeppelin, que c'était "a one chord band"!... À quand les one picture directors?...

Pour le dernier, je vais être embêté. J'en connais plein, et des superbes, qui vont rester au pied du podium. Punition ultime pour des artistes! Mais bon... On a dit cinq...

Alors...

Yeah, boys ans girl, vous étiez sur Cuk Radio, et vous venez d'entendre Hound Dog Taylor dans "Wild about you, Baby!"... Qui a dit que le blues n'était que tristesse et résignation?

 

Màj : Pendant ce temps, le recours de Troy Davis, condamné à mort en 1991 pour le meurtre d'un policier blanc, sans preuves, sans mobile, sans arme, a été refusé...

18 commentaires
1)
Pom
, le 21.09.2011 à 08:03
[modifier]

Mon canif … ainsi, s’il y a du bois, je pourrais construire un instrument de musique …

3)
Saluki
, le 21.09.2011 à 08:30
[modifier]

Est-ce normal, mais j’ai de grands ” blancs ” à la place de photos, sans doute ?

4)
Modane
, le 21.09.2011 à 09:46
[modifier]

Hello Saluki! De chez moi, on joint les vidéos normalement. Un petit problème de Flash, peut-être?…

6)
Le Corbeau
, le 21.09.2011 à 10:10
[modifier]

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir aller sur une ile déserte, qui plus est loin de tout?

8)
ysengrain
, le 21.09.2011 à 13:13
[modifier]

J’appécie beaucoup les choix de blues cités ici.

Laissez moi vous faire partager mes baroques idées en matière musicale, qui m’accompagenraient sur une ile déserte.

L’art de la fugue de J.S. Bach par Il Suonar Parlante . On y entend des violes de gambe de différentes factures, une reproduction d’un pianoforte-clavecin de Christofori magistralement manié par Lorenzo Ghielmi. De la couleur à l’infini !!

Parce que je ne remettrai jamais de la foudroyante beauté des Leçons de Ténèbres de Francois Couperin, je vous en propose l’enregistrement qu’on trouve dans le CD du film Tous les Matins du Monde

Parce que l’interprète principal est un ami de plus de 40 ans et qu’il fut un pionnier du baroque, je vous propose Stephen Preston dans le 2 ème livre de pièce de flute de De La Barre

Les sonates du Rosaire de HIF Biber

Enfin, si j’ai droit à un lecteur de DVD, je vous propose Via Cruxis

9)
Caplan
, le 21.09.2011 à 13:20
[modifier]

Ah ben ça, Modane, on va finir sur la même île déserte!

Il y a 4 ans, j’avais écrit un article sur mon cher Hound Dog Taylor et je disais: Cette musique basique ferait certainement partie du voyage si je devais ne prendre que quelques galettes sur une île déserte.

11)
Modane
, le 21.09.2011 à 13:59
[modifier]

>Caplan : Je te sens de bonne compagnie, sur ce coup là. Je te laisse le choix de l’île! Antériorité… ;)

12)
dpesch
, le 21.09.2011 à 15:21
[modifier]

Pendant ce temps, le recours de Troy Davis, condamné à mort en 1991 pour le meurtre d’un policier blanc, sans preuves, sans mobile, sans arme, a été refusé…

Les États-Unis restent, de ce point de vue-là au moins, un pays de tortionnaires et de barbares.

Je ne connais pas suffisamment le fonctionnement politique de cet état fédéral, mais Obama n’aurait-il pas pu abolir la peine de mort en début de mandat ?

15)
Zallag
, le 21.09.2011 à 23:03
[modifier]

Des armes et des outils pour mon île déserte, et Elmore James pour The sky is crying et pour finir des tas de morceaux du virtuose roumain du cymbalum Toni Iordache — Hora Din Ialomita, je me le passe en boucle —, avec encore une pincée de chansons de Vissotsky pour la nostalgie râpeuse et alcoolique de ce chanteur et la beauté de la langue russe.

16)
bouclier
, le 22.09.2011 à 07:47
[modifier]

Magnifique Modane… 35 années que je pratique et j’ai encore l’impression que c’était hier, à part qu’il y a longtemps que j’ai changé les bottes et le Stetson pour des Tong et un chapeau de paille…

17)
Blues
, le 27.09.2011 à 13:17
[modifier]

Alors, qu’emporter?…

comme je suis éclectique, en plaçant la limite à 20 : ce serait une palette de titres (un à deux de chaque), en partant du blues pour arriver à l’électro en passant par le rythm&blues, la soul, le folk et le rock + un titre de classique, un titre de jazz et une chanson FR. En n’emportant qu’un ou deux styles la vie serait bien triste.

18)
Tristan Boy de la Tour
, le 28.09.2011 à 11:19
[modifier]

Moi, cette musique ça me remue les tripes. Le blues, c’est la vie, c’est la mort… Et cette musique survivra parallèlement à toutes les misères subies par le peuple noir outre-atlantique: inégalités, discriminations, justice sommaire etc… Pour ma part, je n’emporterai qu’un seul disque: Kind of blue de Miles Davis, le blues au sommet de l’inventivité et de la virtuosité.