Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Franz Kappa
10 commentaires trouvés.
Article: Exotisme Suisse
Franz Kappa
, le 08.07.2015 à 06:45
[modifier]
Article: Exotisme Suisse

Merci pour l’évocation de cette vallée, une des plus jolies de Suisse à mon avis.
Comme l’Engadine voisine est devenue hors de prix, c’est une belle alternative. J’espère que tu as pu profiter des pizzocheri ou de la bramata (polenta épaisse), accompagnés de vins de la Valtelline toute proche, surtout les “sforzati”.
À noter aussi, pas très loin, une autre vallée italophone, le Val Bregaglia, lieu d’origine des Giacometti. Dans les deux cas, un col peu roulant permet à ces vallées d’échapper à un trafic démesuré et à garder une sérénité et une authenticité devenues rares…

Article: Vendredi Saint, Qobuz et je déteste le site des CFF

Préférant le raï au rail, c’est plutôt sur Qobuz que je réagis.
Je trouve que la qualité graphique du nouveau Qobuz Player (application Mac) est déplorable sur un écran Retina.
D’accord que l’application est davantage conçue pour écouter de la musique que pour scruter son écran, mais je trouve ça un peu cheap en 2015. Sinon, en effet, rien de fondamentalement changé dans le logiciel.

Article: Entre la décroissance et la geek attitude, mon coeur balance

Pour pousser plus loin l’idée du « freinage », Alexandre Soljenitsyne donna un discours important à Harward le 8 juin 1978

Même si j’ai été bouleversé en lisant Une journée d’Ivan Denissovitch de Soljénitsyne à la fin de ma scolarité, ses dernières interventions donnaient plus envie de se réfugier dans une cabane de rondins à mi-distance entre Irkoutsk et la Nouvelle-Zemble en s’agenouillant devant une icône (pas de OS X) à longueur de journée, que de tenter d’aménager sa vie, celle de ses enfants.
À cette fin, je préfère le discours d’un Tim Jackson (cf. son TED mythique)…

Article: Vous devez aller voir le Sel de la Terre, à propos de Salgado

Un tout petit bémol, les accointances entre la famille Salgado et le géant minier brésilien Vale… Pour le reste, un film à la fois spectaculaire et bouleversant. Deux des plus beaux films de cette année (celui-ci et Finding Vivian Maier) ont été consacrés à la photographie !

Article: Littérature (suisse?) – la grande négligée

Mme Cuneo,
J’ai le plus grand respect pour votre travail, et surtout pour l’exigence que vous y mettez. En ignorant le fond de la querelle — que vous avez révélé peu après —, je ne voulais pas remettre en cause le bien-fondé d’aides publiques.
On peut parfois être mal à l’aide en assistant à des séances de cinéma. J’ai eu la chance, la semaine passée, de voir à la Cinémathèque suisse le dernier film de Wim Wenders — présent à la projection —, un documentaire sur Sebastião Salgado. Le film et l’œuvre du photographe ne sont pas en cause, mais il est probable que des sommes publiques aient été engagées pour ce film. Un film réalisé par un grand — et richissime — cinéaste, sur un grand — et richissime — artiste… Mais un film, en même temps, que je préférerai mille fois à d’autres, loin du cinéma d’auteur, qui bénéficient aussi de cette manne publique.
Et ce qui n’est pas très rassurant, c’est que pour connaître le succès — en termes de ventes, de traductions étrangères, voire de droits d’adaptation cinématographique —, il est préférable pour un auteur romand de situer son roman dans une Nouvelle-Angleterre hoppérienne et de mettre en scène une ingénue sous-nabokovienne, plutôt que de mettre les mains, sinon dans le cambouis, dans l’encre d’imprimeurs artisans.

Article: Littérature (suisse?) – la grande négligée

Texte très intéressant, provenant d’une personne connaissant intimement ces milieux.
Personnellement, en dépit des réserves justifiées sur ce qu’est devenue la presse, je crains aussi la transformation de celle-ci. Voir menacés Libération, Le Temps et même Le Monde, ce n’est sans doute pas non plus une bonne nouvelle pour les auteurs.
Combien d’auteurs a-t-on pu découvrir grâce au «Samedi culturel»…
Mais il y a une résistance tenace et qui se manifeste par des initiatives locales, mais révélatrice de l’attachement au livre (Le Livre sur les Quais, la Maison de l’Écriture à Montricher, des librairies inventives et irremplaçables à Morges, à Lausanne, à Oron et sans doute à bien d’autres endroits).
La condition d’auteur romand ne doit pas être facile, l’évolution générale ne va pas dans une direction très rassurante, mais le courage d’auteurs — comme vous — et d’éditeurs entretient l’espoir.