Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: alec6
2162 commentaires trouvés.
Article: L’iPad n’est pas encore pour moi

Je viens de lire en travers pour l’essentiel vos différentes opinions… Je n’ai pas encore d’avis et sauf miracle, n’aurai pas les moyens dans deux mois de m’offrir le biniou ni cette année d’ailleurs.

En revanche j’ai trouvé des analyses intéressantes ici et principalement à la fin de l’article avec trois liens intéressants et notamment celui ci : l’anti-ordinateur pour les masses (The uncomputer for the masses) que je vous conseille.

François ! Tu n’en veux pas ? nous en reparlerons dans qq mois n’est-ce pas ?

Article: Angoulême 2010, l’application iPhone et la sélection (partie 2/2)

Kermorvan m’apprend la mort de Zinn. A son propos je conseille de lire le livre, un beau pavé. On peut cependant passer vite sur certains témoignages qui ne sont ^pas ré écrits, bruts des journaux de l’époque. Pour les zadorateurs fanatiques de l’Amérique, ce sera un choc ! La BD est cependant une bonne introduction.

Puisque je dérape dans l’américanisme et son analyse, je conseille aussi de jeter un œil sur les documents suivants :

Certains vont dire encore que je digresse et que ce site ne doit parler que de photo et de Mac… tant pis pour eux !

Article: Votre site Web sur votre Mac
alec6
, le 27.01.2010 à 15:36
[modifier]
Article: Votre site Web sur votre Mac

@ Le Corbeau, n’étant pas du tout un spécialiste, un rien m’émerveille dès qu’il s’agit de mettre les mains dans le cambouis informatique, a fortiori quand je me souviens de la mine réjouie du responsable informatique d’alors, plutôt pro PC (en 1999 ou 2000 !) s’émerveillant lui même des possibilités offertes par le système X !

Pour ma part j’attends l’arrivée du nouveau ibidule de ce soir pour m’émerveiller encore une fois, même si l’acquisition d’un itruc de plus n’est pas à l’ordre du jour dans mon budget… Tant que l’ACTA n’a pas pris forme, profitons en ! (ma parano qui refait surface sûrement)

Article: Votre site Web sur votre Mac
alec6
, le 27.01.2010 à 11:01
[modifier]
Article: Votre site Web sur votre Mac

Merci Alain ! Je me souviens d’une démonstration dans ce genre faite par le responsable informatique d’une agence dans laquelle je bossais il y a longtemps lorsque le système 10 a pointé sons nez (tout le monde bossait encore avec le système 9 !

Merci donc pour ces conseils si l’envie me prend de passer à l’acte… histoire de lutter contre ACTA, hum ?

Article: J’ai testé pour vous le livre électronique

Al1, en 1997, j’ai écris ailleurs, qu’internet permettrait de modifier en direct le contenu des informations pour s’adapter à la pensée officielle. Mais j’ai dû trop lire Orwell, Huxley, K. Dick ou Azimov dans ma jeunesse.

Dans les années 90, le téléphone portable coûtait cher, je m’intéressai alors à ce qui s’appelait des “pagers”, ie de petits appareils susceptibles de recevoir des informations textuelles expédiées à partir d’un Minitel en France ou d’un numéro de téléphone via une opératrice. Or un certain TomTom je crois bien, permettait de recevoir des informations en provenance de l’AFP (ou d’ailleurs peu importe), des infos chosies par je ne sais qui et sensées faire mon bonheur…
Ce petit détail m’a fait comprendre que la propagande s’ouvrait là une porte extraordinaire… diffuser LES informations qu’il fallait, en oubliant tout le reste. Ma parano aidant, c’est tout le système informatif limité pour l’occasion à un “pager” qui m’a semblé tout d’un coup suspect ! Bien plus que la presse écrite de l’époque relativement indépendante (a minima je vous l’accorde), du moins comme affichant sa dépendance à telle ou telle obédience de droite ou de gauche (Le Figaro vs Libération pour faire caricatural).

Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui pour la presse écrite. Une certaine indépendance de vue peut encore être trouvée sur internet… Pour combien de temps ?

Article: J’ai testé pour vous le livre électronique

Tssss, tsssss, Okazou, tu n’a pas bien compris. En France les français sont toujours en grève ou dans la rue, hein ? comment veux-tu qu’ils consomment autant de papier que les suisses ou les zaméricains ? Puisqu’ils travaillent forcément moins, veillant au grain d’un dictateur, nous qui les aimons tant depuis Napoléon, Thiers, Pétain et je ne sais plus qui encore.
Ne lis-tu donc pas la presse gratuite de monsieur Bolloré ? Direct Matin ou Direct Soir ? Pourtant c’est écrit dedans !

Mais,”Qui veut noyer son lien l’accuse de la page” (y-en a qui sortent leur révolver pour moins que ça !)

Article: J’ai testé pour vous le livre électronique

François ! Je ne vois pas en quoi l’intervention de Chichille était agressive, celle de Renaud en revanche l’était ouvertement et grossière de surcroît. Passons.

Et pour revenir au sujet, mon 1/4 d’heure parano.
Grâce à nos cartes bancaires, nos déplacements et achats sont contrôlables. Grâce à nos téléphones portables, notre position est repérable à quelques dizaines de mètres près. Grâce à nos puce RFID nos achats sont (ou le seront bientôt, c’est une question de choix et d’investissement, pas de technique) comptés, et décomptés sur nos compte bancaires avant même d’avoir franchi la porte de sortie du Camp de Consommation du coin. Grâce encore à cette même puce RFID, nos déplacements en métro sont comptabilisés et repérés et notre position repérée à quelques centimètres près à l’heure précise lors du franchissement du portillon réglementaire. Grâce à internet nos échanges épistolaires peuvent être vérifiés dans leur contenus à tout moment. Grâce à FaceBook et autres sites d’échanges (Cuk ?), nos vies, amis, opinions sont connus de tous et pas toujours de n’importe qui. Grâce à Amazon, je peux acheter n’importe quel livre, mais si celui ci ne sied plus à quelque censeur que ce soit… mon achat peut m’être remboursé et le livre disparaître… grâce à la réalité augmentée de mon ifaune, je repère dans la rue la bonne pizzéria ou le bon commerçant directement sur l’écran de mon biniou…

Extrapolons. Une puce RFID ne semble être repérable qu’à quelques centimètre d’un détecteur. En réalité tout dépend du détecteur et de sa précision. Une batterie de détecteurs puissant peut ainsi “trier” une foule de passant et la réalité augmentée d’un “simple” ifaune ou d’une itablette, mettre en exergue les individus ayant ou non leur passe Navigo (RATP, métro de Paris), étant ou non dans la bonne “zone” de Carte Orange. Croisons tout le reste… (Mais c’est de la Science-Fiction, n’est-ce pas !) et l’on peut décider que tel individu aura le droit de lire telle information ou telle version, pourra franchir ou non le portillon, sera repéré par les vigiles ou non, autorisé ou non, valide ou non…

Orwell, Huxley, K. Dick et consort peuvent aller se rhabiller ! l’itablette est l’artefact supplémentaire permettant de tisser peu à peu une extraordinaire toile de dictature souriante. Grâce au biniou, l’actualité pourra être modifiée en temps réel… les journaux gratuits, organes de propagande officiels du pouvoir économico politique (Direct Soir, Direct Matin et ci de Bolloré (UMP, NS…) ou de qui vous voudrez, ici ou ailleurs), se frottent déjà les mains à l’arrivé de ces appareils magiques.

Mais puisqu’on vous dit que c’est pour votre bien, que c’est “gratuit”, que c’est pour lutter contre le terrorisme…

Mais je vous laisse gamberger, imaginer ce que vous voulez, souhaitez ou craignez… c’était mon 1/4 d’heure parano.

Article: J’ai testé pour vous le livre électronique

Merci pour le test !

J’ai eu l’opportunité de voir ces deux appareils ils y a qq mois déjà. Certes ils ont le mérite d’exister, certes, l’affichage du e-papper est étonnante, question d’habitude… mais au delà, j’avoue être dubitatif. La pléthore de boutons et de fonctions “mécaniques” des binious me font fuir (devoir cliquer dans un menu pour obtenir un affichage à l’horizontale ou à la verticale ? ). Sans causer de l’usage limité du bidule…

Comme tout le monde ou presque ici je frôle la Mac-addiction pathologique, certes, mais force est de constater que l’ergonomie mâtiné de “design global” de la Pomme nous habitue depuis trois décennies bientôt à bien autre chose !

Alors tant pis pour l’ouverture à la “concurrence” et accessoirement du porte-monnaie, mais j’attendrai l’ail-tablette pour franchir le pas vers l’appareil “évident” situé qq part entre l’ifaune et le mac book.

J’ai d’autres priorités financières en ce moment, le futur i-machin attendra donc encore quelques temps et quand bien même je n’en serai jamais l’heureux possesseur, il demeure évident que les Kindle et autres ne seront pas à la hauteur.

Je ne connais pas les méthodes de recherche et de travail d’Apple, mais il est évident (encore une fois) que les ingénieurs y sont au service des designers eux mêmes au service des utilisateurs lambda. On pourrait appeler ça la “démarche idiot-proof” (désolé de l’anglicisme !). En d’autres termes, l’appareil doit s’utiliser sans mode d’emploi et ses fonctions être immédiates et logiques, universelles. En bref, si vous voulez qu’un produit soit bien conçu, faites le concevoir par ceux qui refusent de les utiliser. Mais l’humilité n’est pas le fort des “créatifs” (je sais de quoi je parle).

Article: Point de vue
alec6
, le 13.01.2010 à 10:17
[modifier]
Article: Point de vue

Mais Caplan, je ne le vois pas de toutes manières, alors avec ou sans faute d’orthographe ! c’est fort dommage, je sais, ça me changerait un peu de la touréfaile j’en conviens…

Au fond on peut la voir, si, si !
(màj)Bon, il faut afficher l’image en entier…

Article: Des visages qui sortent de l’oubli

Merci Anne

Comme le dit Ysengrain, il n’est pas nécessaire d’aller bien loin aujourd’hui… Quai de Jemmapes et de Valmy sur le canal de l’Ourcq dans le 19e à Paris, des migrants afghans sans abris sont rassemblés y mangeant, et y dormant dans le froid que l’on connait en ce moment… dans l’indifférence la plus totale des pouvoirs publics !

Il ne s’agit même plus d’indifférence, mais de mépris… voire de haine.

Article: Bon réveillon!
alec6
, le 31.12.2009 à 14:06
[modifier]
Article: Bon réveillon!

Ce soir ce sera donc avec les enfants qui sont chez moi cette semaine. J’espérais recevoir pour l’occasion un petit projecteur vidéo en remplacement d’une tv morte de vieillesse et commandé sur internet… mais nada !

Dommage on m’avait prêté des Ozu, PlayTime de Tati… et qq films pour mes 3 pokémons, ce sera pour la semaine prochaine si le biniou est livré ! Pourtant j’ai trouvé dans les poubelles un bel écran type soirée diapo, un bel ampli qui fonctionne toujours, j’ai une paire d’enceintes ancienne à réparer en partie… bref un home cinéma comme on dit à moins de 600€ tout compris.

Article: Bon réveillon!
alec6
, le 31.12.2009 à 10:23
[modifier]
Article: Bon réveillon!

Bonne soirée à vous tous aussi !

Quant au réveillon, j’ai des souvenirs effroyables de soirées très organisées avec pleins de gens à qui je n’avais rien à dire avec le moment fatal où il faut faire la bise à 3000 personnes ou du moins serrer la louche à des palanquées d’abrutis bourrés.

Je me souviens notamment d’un “réveillon” dans un hôtel Ibis (ou autre, qu’importe) au fin fond de la banlieue, tombé là par hasard en accompagnant de vagues amis ayant eu “pitié” de moi, seul ce soir là. Trois mille personnes peut-être (non j’exagère), de la techno à fond, un enfumage de rigueur (à l’époque tout le monde clopait allègrement, conspuant au passage les non fumeurs, ces emmerdeurs !), une bouffe et le mot est faible, digne d’une cantine d’entreprise, le décorum en supplément. La vinasse ne manquait pas, les assoiffés non plus et le vomi pas d’avantage (là j’exagère un peu… enfin presque). Des discussions dignes des gradins du Stade de France, quelques jolies pétasses, certes, mais en couple… Et de toutes façons, que pouvais-je bien leur raconter ? Au bout de 5 minutes je ne souhaitais que repartir, mais manque de pot je n’avais pas de véhicule et j’étais trop loin d’une gare pour l’atteindre à pieds à temps pour le dernier dur pour Paname, si ce n’est à vouloir patienter jusqu’à 6h du mat pour chopper le premier train pour la capitale.
J’ai dû attendre 4 ou 5 h du mat pour trouver des personnes rentrant sur Paris, peu rassuré néanmoins de me retrouver avec un conducteur pas réellement à jeun qui m’a laissé je ne sais où, me permettant ainsi de rentrer pedibus histoire d’aérer mes neurones, évitant soigneusement vomis étalés et rassemblements d’agités présents sur le pavé parisien.

J’admets une certaine misanthropie de ma part, mais là c’était trop ! Plus jamais ça !

Article: Joyeux Noël à tout le monde!
alec6
, le 24.12.2009 à 10:20
[modifier]
Article: Joyeux Noël à tout le monde!

Le solstice d’hiver c’était le lundi 21 à 18h 46 précisément (si j’en crois mon voisin scientifique). Nous avons donc fêté cet événement cosmologique avec les voisins et du vin chaud.

Depuis mardi donc, les jours rallongent dans l’hémisphère nord (et inversement au sud), certains appellent ça la fête des lumières dans le nord de l’Europe je crois.

Pour nous, petit repas sympathique en famille, petits cadeaux aux enfants et aux grands… très loin de la gabegie consumériste de rigueur. L’occasion de faire une fête agréable comme il s’en trouve tous les jours. Ni plus ni moins. Je ne suis pas tout à fait végétarien, ce sera donc l’occasion de préparer une viande mijotée comme j’aime le faire, les enfants font les entrées et leur mère le dessert, son frère apporte du vin. Les légendes chrétiennes dans tout ça ? Connais pas.

Bonne fêtes à tous néanmoins.

Article: C’est lent, ça plante un peu trop, mais ça tourne quand même

RAS… Installation bête comme d’hab’ (ie mise à jour et basta) sur mon imac 20 blanc et mon mac bouc blanc et ça fonctionne, c’est d’ailleurs pour cette raison que je suis toujours sur Mac, je n’ai pas envie de me créer des problème où il n’y en a pas.

Ha si, j’ai eu un kernel panic pour la première fois depuis… trois ou quatre ans, voire… lorsque mon numéro 2 a expérimenté des raccourcis claviers lors de la fermeture d’une session et la mise ne veille du biniou car il aime bien expérimenter des trucs et des machins, c’est l’âge… (10 ans). Mais tout le monde a pu constater je crois la fragilité du système lors de ces phases, le mieux étant de laisser faire la machine sans tenter d’accélérer le processus ou faire autre chose…

Article: Le DVD Cuk de Noël : Environ 100 logiciels gratuits pour tous

Merci Guillôme, c’est le patron d’ici qui ne doit pas être content content… du gratuit ! bigre ! ;-))

A propos d’Open Office, je rajouterais les écoles primaires qui initient, du moins à la Capitale (que la France… gnagna gna… au monde !) nos têtes blondes aux traitement de texte et autres bases bureautiques. Ce qui fait dire à mes Pokémons qu’Open Office est mieux sur Mac que sur PC… Ils sont repérés dans leur classe ! Quoi que, certains copains et parents d’iceux passés sous peu sur nos vaillants et brillants coursiers sont bien meilleurs prosélytes de la cause. Phénomène bien connu des récents convertis passés du côté lumineux de la force (il faut bien avouer qu’il est difficile de luter contre un iMac 27, même si le prix peut sembler élevé).

Par ailleurs, j’avoue n’avoir comme logiciels payants (et payés !) que la suite CS4 (si vous êtes sous CS3, restez-y ! en attendant la CS5 du moins pour Illustrator, et Flash, mes logiciels quotidiens pour l’essentiel).

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Merci encore Anne, mais j’ai les mêmes remarques à faire que Kermorvan 44.
Propriété, moyens de production… on est bien d’accord, mais… quel économiste, philosophe, anthropologue, sociologue ou je ne sais quoi ou qui a clairement mis en évidence la TOTALE dépendance du capitalisme moderne (depuis la révolution industrielle) avec une énergie de moins en moins chère et de plus en plus abondante ?

Faut-il attendre le Club de Rome et ceux qui peu ou prou gravitèrent autour et Jancovici pour ne citer que lui très récemment pour que soient rappelées les lois basiques de la thermodynamique ? Tout déplacement, toute transformation, toute construction demande de l’énergie et dans tous les cas de figure l’énergie restituée est inférieure à l’énergie initialement nécessaire… Sinon nous aurions inventé le mouvement perpétuel.

Je crois donc que le capitalisme moderne est construit sur cette idée absurde du mouvement perpétuel, voire sur une illusion encore plus absurde du toujours plus à partir de toujours moins ! La finance avec les Madoff et autres aigrefins nous en a donné l’exemple avec leur système pyramidal ou “Ponzi Scheme”…

Propriété, exploitation, productivité, rentabilité voire même sécu, assurances chômage et services publics ne sont que des moyens parmi d’autres pour obtenir toujours PLUS ! Or tout cela n’est possible QUE par la grâce d’une énergie toujours plus abondante… Le système ira même jusqu’à accepter tout naturellement de recycler tout ce qu’on voudra du moment qu’au bout du compte il y aura croissance.

Or… l’énergie ne se recycle pas ! Travail = chaleur. Maîtrise du feu, exploitation des énergies fossiles (moteurs thermiques, carbochimie…) = chaleur + recombinaison chimique en CO2 et vapeur d’eau pour l’essentiel de ce que l’on ne peut recycler sans dépenser à nouveau de l’énergie ! Or… CO2 et vapeur d’eau sont des gaz à effet de serre !

Que l’énergie (et matières premières fossiles – pétrole > plastiques, lubrifiants, solvants…) devienne un tout petit peu moins abondante et le système se casse la gueule !

Dans la première phase du capitalisme, le maître a besoin de l’esclave et inversement… Avec la révolution industrielle, le maître n’a plus besoin de l’esclave. Et ce n’est plus du tout la même chose. C’est là le fond de mon questionnement.
C’est ce qu’exprimait (très mal au demeurant) Viviane Forester dans “L’horreur économique”. Mais je ne me souviens pas avoir lu quoi que ce soit à propos de l’énergie dans son livre, dommage.

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Merci Kermorvan pour ce rappel thermodynamiste (!)…

Reformulé à ma sauce, quid du capitalisme dans un monde où un litre d’essence coûte un millième de SMIC et fournit le travail de dix esclaves ? Quid de ce capitalisme quand le litre d’essence n’existait pas ? Quand sera-t-il avec un litre d’essence coûtant dix, cent, mille fois plus ?

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Merci Anne et O. j’avoue que mes questions puisse être passées pour un peu naïves, d’autant que si je connais les références que vous me donnez, je ne me suis pas plongé dedans avant de poser mes questions; chose que je vais faire pour affuter mes arguments et/ou corriger mes errements…
D’autant que mes questions sont très mal posées…

Néanmoins,je repose ma dernière question : L’histoire du capitalisme n’est-elle pas liée à celle des énergies fossiles ? Parle-t-on du même capitalisme avant et après la révolution industrielle ?

Avec une foule de questions sous-jacentes. Peut-on être propriétaire sans être capitaliste ? Peut-on être capitaliste sans être propriétaire ? La réponse est-elle si évidente que ça ? Le seigneur médiéval est-il un capitaliste quand il cède une partie de ses terres avec les serfs qui vivent et travaillent dessus, ces derniers étant assurés de conserver leur toit et gagne pain (au sens premier) indépendamment du propriétaire ? De quoi est vraiment propriétaire un actionnaire de BNP-Paris-Bas ?

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Anne et CHD, je ne suis évidement pas en désaccord avec vous, mais je me pose des questions à propos de cette bestiole nommée Capitalisme.

Par exemple, le Capitalisme existe-t-il vraiment avant le 18e siècle et la révolution industrielle . Je sais, ça paraît con posé de cette façon, mais l’idée du capitalisme et sa ou ses descriptions telles que les Adam Smith et consort en on fait le récit existent-elles avant ?

Parle-t-on de capitalisme au moyen âge, à la renaissance ou dans la Rome antique ? Le capitalisme n’est-il lié qu’à la propriété privée des moyens de production ? Quelle production ? Une agriculture de subsistance ? Quelques productions locales de briques ou de draps ? Quelques rares exportations de soies, épices ou mécaniques uniques ?
Certes un système commercial s’est bâtit autour pour organiser ces échanges, mais l’essentiel du “commerce” est informel alors, l’argent ne concerne qu’une infime partie de la population, la majorité se contente de troc, et d’auto suffisance bien partagée.

Plus précisément, le capitalisme n’est-il pas consubstantiel dès le départ d’une production de masse, de manufactures où règne la division du travail, du machinisme, d’une force de travail qui ne dépendra plus ni de l’homme, ni de l’animal, ni du vent ou de l’eau, mais d’une énergie essentiellement voire définitivement thermique ?

Je n’ai pas de réponse…

Au risque de m’aventurer, je me demande même si le capitalisme peut exister sans une source d’énergie indépendante de l’homme, de l’animal ou des éléments naturels ? A contrario, si la production dépend de la force humaine ou animale tant pour l’extraction de la ressource (argile par exemple) que pour sa transformation en bien d’équipement ou de “consommation” que seraient des briques ou des jarres, quelle serait la latitude de ce système (le capitalisme ?) à exploiter (dans sa définition actuelle) les humains, si TOUTE la production dépendait du bon vouloir et du savoir faire de ces mêmes individus ?

En d’autres termes, le levier “exploitant” du capitalisme n’est-il pas fourni par une énergie abondante et quasiment gratuite permettant de remplacer efficacement le bonhomme par la machine ou du moins dans un premier temps en aliénant le premier à la seconde pour une production infinie et totalement indépendante de l’humain, si ce n’est pour la “consommer”.
Rappel, “consommer” signifie “détruire par l’usage”.

In fine, l’histoire du capitalisme n’est-elle pas liée à celle des énergies fossiles : charbon dans un premier temps, puis pétrole et gaz, permettant, extraction, production, sur-production, consommation, sur consommation, gaspillage et destruction (donc rareté !) et au final délocalisation et dématérialisation ?

Une telle dépendance ne peut mener qu’à sa disparition, dans le sang et les larmes.

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Es-tu bien certain CHD que le capitalisme n’ait pas de projet de société ? Consommer toujours plus pour avoir l’impression d’exister, n’est-ce pas là un projet de société ?

“J’ai donc je suis”, pour faire court ou bien sa variante à talonnettes : “Travailler plus pour gagner plus” sous entendu “pour consommer plus et être heureux plus !” Ou bien est-ce une façon pour les plus riches d’être encore plus riche en faisant croire aux plus pauvres et aux fameuses classes moyennes que le bonheur est dans le prêt !
Piège dans lequel même la gauche dite radicale en France (Besancenot) est tombée avec son incessant appel au “pouvoir d’achat”. (Donnez, donnez moi, le pouvoir d’achat, et je m’offrirait… “La Chanson du Dimanche”).

Hum ?

On peut en discuter…

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Si, si, de nouvelles banques se créent, enfin… de nouvelles banques issues de la fusion ou de l’acquisition d’autres banques !! C’est ça le monde rêvé de la concurrence, une, saine et indivisible, amen !

Credo in unum deum, patrem omnipoténtem, factórem cœli et terræ, visibílium ómnium et invisibílium… tout un programme !

Le capitalisme est une religion, les cours de la bourses égrenés comme savent le faire les commentateurs sur France inter, n’ont rien à envier aux cinq Pater et quatre Ave de nos confessionnaux d’antan!

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Quant aux comportements “révolutionnaires” ou non du peuple… “le crédit sur le dos et son lot de rêve d’un monde meilleurs” risque d’avoir raison des jacqueries naissantes. Je veux dire par là que devoir bosser pour assurer son logement et le reste (véhicule, canapé, TV…) calme les ardeurs des révoltés face à l’injustice.

Comme l’écrit beaucoup mieux JC Michéa, il y a un siècle l’ordre social était maintenu par l’église (sermons, confession, bonne conscience…) et l’armée (service national, drapeau, patriotisme, valeurs nationales…). Aujourd’hui l’ordre social est organisé par la publicité dont l’effet premier n’est pas de vendre de la lessive, mais de montrer la “normalité” à travers la vie rêvée d’une famille modèle (pavillon, femme au foyer, petit dèje dans le jardin, enfant roi choisissant la bagnole du père de famille…), entretenu par les centres commerciaux, les sondages, l’avis des consommateurs, les grands messes télévisuelles (Téléthon, Mondial, KO Lanta et consorts…), et maintenu par LE CRÉDIT ! Le fameux crédit venu pallier la baisse des revenus de la populace (“la France d’en bas” de ce côté ci des Alpes) des plus pauvres aux moins riches, ceux que l’on appelle “la classe moyenne” où que ce soit sur la planète. Grâce au crédit, les gouvernants ont la paix ! Grâce à une organisation du travail (délocalisation, mise en concurrence, “travailler plus pour gagner plus”…) qui dévalorise ce dernier, les “travailleurs” de plus en plus nombreux, le coût du travail est de plus en plus bas (offre vs demande). Le crédit donne l’illusion de posséder et interdit toute révolte… Le capital est ainsi réparti en deux lots : ceux qui ne l’ont pas et qui travaillent pour l’obtenir, ceux qui l’ont et qui le font fructifier ! Ces derniers sont doublement gagnant : par les bénéfices et par le calme social qui découle de la rareté organisée pour que les premiers puissent l’obtenir (taux plusieurs fois supérieurs au taux d’inflation)!

Trop fort le capitalisme ! ce n’est même plus a love story, mais un syndrome de Stockholm.

PS, le système pourrait se perpétuer à l’infini s’il n’était ancré sur un principe par “essence” délétère : la nécessité d’une croissance éternelle basée sur l’exploitation de ressources énergétiques et premières… non renouvelables (et secondairement émettrices de GES) ! Là est le hic !
Le capitalisme crèvera par ce côté là, pic de production des ressources dans un premier temps (pic interdisant une quelconque croissance, imposant par là même une décroissance subie), changement climatique dans un second. Il se pourrait même que le système s’effondre avant l’épuisement des ressources elles mêmes… Entre parenthèses, on comprend mieux l’intérêt qu’ont les “World Cies” de tout poil à nier l’origine anthropique du réchauffement , puisqu’in fine ils serait reconnus comme directement responsable du merdier actuel.

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Une parenthèse à propos de Paul Jorion à l’attention de ceux qui ne connaissent pas son blog.

Paul Jorion est anthropologue, ayant vécu aux USA pendant 15 ans et travaillé dans la finance bancaire. Il sais donc de quoi il parle ! Il s’est fait connaître en 2007 en publiant un livre “prédisant” la crise de 2008 des subprimes.

Copié sur son blog : «Il a publié, La crise du capitalisme américain (La Découverte : 2007 : Le Croquant 2009), L’implosion. La finance contre l’économie : ce que révèle et annonce « la crise des subprimes » (Fayard : 2008) et La crise. Des subprimes au séisme financier planétaire (Fayard : 2008). Ses deux ouvrages les plus récents sont L’argent, mode d’emploi (Fayard : 2009) et Comment la vérité et la réalité furent inventées (Gallimard : 2009).»

Article: Capitalisme – quelle histoire d’amour?

Merci Anne pour cet article.

Pour continuer le débat, voici un petit lien vers un article intéressant de Paul Jorion dont je vous recommande chaudement la lecture et la visite régulière du blog.

@ Emile Verschueren : Le pire n’excuse pas le mauvais ! De plus, en prenant du recul, je ne suis pas certain que le communisme soviétique s’oppose à ce point au capitalisme. Les deux systèmes n’ont eu de cesse d’exploiter les ressources de la planète comme si celles ci étaient infinies et de promouvoir chacun à sa manière une civilisation matérialiste. Avec une différence sociale importante que cela nous fasse plaisir ou non du côté communisme (santé, éducation, culture…), mais passons , là n’est pas le propos (on pourrait en discuter, je suis d’accord).

Cela ne justifie pas le goulag, certes, mais par ailleurs, Tchernobyl ne doit pas faire oublier Bopal !
Car d’un point de vue environnemental, ces deux systèmes n’ont rien à s’envier ! Accessoirement les conséquences dont on discute vaguement à Copenhagen en ce moment mettront tout le monde d’accord d’ici peu !

Article: A l’ombre des minarets et des clochers

Bonnes remarques Tom… moins qu’hier, plus que demain !

Voilà 40 ans qu’on nous vend les vertus de l’ultralibéralisme, de la mondialisation, de la délocalisation, du toujours plus, du “travailler plus pour gagner plus” pour consommer plus et être heureux plus ou du pouvoir d’achat et ce d’un bout à l’autre de l’échiquier politique…

Mais voilà ! ÇA NE MARCHE PAS COMME ÇA ! n’en déplaise aux chantres de l’économie de marché conquérante ! Après l’Islande, l’Irlande et les pays Baltes, la Grèce… et demain ? La Grande Bretagne et les USA comme le laissent supposer certains économistes ? Too big to fall ? nous verrons bien… mais si vous regardez autre chose que le JT de 20h vous en aurez une idée plus précise…

Dans ce beau contexte on comprend mieux la remarque de Tom et par là les réactions que l’on pourrait qualifier d’extrême en n’y prenant garde.

Il est du vote contre les minarets comme de celui du FN en France, il traduit un malaise auquel la classe politique de gauche en particulier ne répond pas… et dans lequel s’engouffre la droite classique et a fortiori populiste pour gagner les élections.