Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Dom' Python
567 commentaires trouvés.
Article: Premiers contacts avec le MacBook Pro 15 pouces avec Touch Bar

François teste des nouveaux produits et nous partage ses coups de coeur et coups de gueule. Le modèle précédent, il en fait profiter un proche ou le met sur le marché de l’occasion, permettant à des gens d’accéder à des machines d’avant-dernière génération à un prix raisonnable.

Il passe un temps fou à tester, rédiger, répondre aux questions, donner des conseils, tout en administrant un blog collaboratif qui est un lieu d’une rare qualité.

Bénévolement.

Alors s’il arrête cuk parce qu’il n’a plus le temps de s’en occuper, décidant de consacrer plus de temps à d’autres tâches, par choix de vie, je l’accepterai sans problème. Avec tristesse et frustration, mais sans problème.

Mais s’il le fait par usure d’avoir à en prendre pleine la gueule chaque fois qu’il présente une nouveauté, ma tristesse et ma frustration seront certainement accompagnées d’une dose de colère.

François, juste merci.

Article: Why! et Ubuntu: 1 année après, ce que je peux en dire aujourd’hui.

Ça fait pas mal de temps maintenant que je m’efforce d’adopter progressivement un comportement socialement et écologiquement plus responsable dans ma consommation. Et un des domaines les plus sensibles est certainement ce qui concerne la technologie. M’en passer totalement, pas glop. Mais opter pour des produits qui s’inscrivent dans cette préoccupation me semble de plus en plus souhaitable.

Je crois volontiers que certaines grandes entreprises comme Apple sont sensibles à ces valeurs, ne fût-ce que pour des raisons de marketing. Mais faire appel à des alternatives plus convaincantes me semble être une manière de gagner en cohérence personnelle et peut contribuer à un changement de société. Dans ce sens, la proposition de Why! m’interpelle.

(Celle de FairPhone également, malgré Android. Un objet réparable et produit dans des conditions socialement acceptables est déjà une avancée par rapport à nos iPhone.)

Il y a effectivement le problème des programmes. J’écris sous Ulysses depuis peu et je trouve ce soft tellement bien… Mais bon. Il y a certainement des alternatives, même si elles sont un peu moins pratiques ou ergonomiques.

Car il me semble que tout le débat (je parle de mon débat intérieur) est là. Pour que j’aie envie d’acheter un ordi ou un smartphone, je vois deux critères: la fonctionnalité et l’aspect socioécologique. Et le jour où ce dernier aspect deviendra plus important que le premier, il est très probable que je bascule. Encore faudra-t-il que je sois rassuré sur deux points:

– que la fiabilité du matériel et des softs utilisés ne me fasse pas retomber dans les heures noires du temps où j’étais sous PC. Et depuis qu’un ami qui est plus à l’aise en informatique que moi a abandonné Ubuntu, j’avoue être un peu hésitant;
– que je sois capable de me “contenter” de (dans le sens d’être content avec) ce que cet écosystème me proposera, sans être constamment en train de me dire “Ah merde, Ulysses, c’était vachement mieux!” et toute cette sorte de choses.

Pour terminer, je ne comprends pas le sens de l’intervention de TTE…

Article: Ornières
Dom' Python
, le 09.11.2016 à 18:38
[modifier]
Article: Ornières

(pardon, pas pu revenir plus tôt)

ysengrain: dans mon expérience, il m’est arrivé souvent que la compréhension ne suffise pas. Ou en tout cas pas la compréhension intellectuelle, analytique. Il y a comme une intégration qui doit se faire dans des couches plus profondes avant que je parvienne à amorcer le changement. Des fois, ça va tout seul, mais souvent il me faut du temps.
Il m’est arrivé plus d’une fois que tout à coup, j’ai l’impression de découvrir une autre manière de faire ou d’être, alors qu’en fait j’en entendais parler depuis plusieurs années. Mais il fallait que « le sou tombe », que la compréhension descende de la tête à… je ne sais où, pour que le passage à l’acte puisse se faire.
S’il te suffit de comprendre pour que ça vienne « tout seul, sans effort », alors je t’envie!

Radagast Merci! Texte intéressant, qui évoque pour moi la difficulté que j’ai à choisir une option sans demeurer attentif à l’autre, sans guetter l’info qui me fera dire « je savais que j’aurais dû prendre l’autre! » J’ai d’ailleurs commis un court billet sur ce thème il y a quelques années: « Choisir c’est renoncer »

(les autres commentaires s’étant focalisés sur le spam, depuis retiré, on ne m’en voudra pas de ne point y répondre!)

Article: TimePage, le magnifique agenda de Moleskine sur iPhone, iPad et Apple Watch

Régulièrement je change d’appli agenda (iPhone), et à chaque fois je reviens sur Pocket Informant. Mon affichage de prédilection est celui de la semaine, dont voici un exemple:

C’est le mode d’affichage qui me convient le mieux, et très peu d’applications le proposent. Week Calendar le fait, mais je l’ai écarté pour d’autres raisons.

Autre avantage d’Informant: c’est une des rares applications qui permettent la saisie RAPIDE de la date et l’heure, sans passer par la si détestable roue iOS:

Pocket Informant est la seule application d’agenda que j’ai trouvé qui possède ces deux caractéristiques. Et j’espère que la nouvelle version que tu annonce, François, n’en perdra aucune des deux!

Article: Pu****, 14 ans !
Dom' Python
, le 22.10.2016 à 18:49
[modifier]
Article: Pu****, 14 ans !

Fabien, je n’ai pas connu cette grand période du Mac parce qu’à l’époque j’étais sur PC et ne connaissais pas cuk (si, c’est possible!).
Par ailleurs je ne suis pas un grand bidouilleur, et relativement peu friand d’utilitaires. Pour ces deux raisons je ne peux me joindre au concert de louange vis-à-vis de tes utilitaires et autres articles de ces temps-là. Mais il y a quand même bien quelques articles de ta main qui m’ont renseignés très utilement. Et puis il y a la série sur le Japon qui m’a fait voyager…
Et puis surtout, il y a le fait que tu a fait partie des valeureux piliers de cuk pendant toutes ces années, étant bien plus qu’un rédacteur. Si cuk est ce qu’il est, tu y es donc pour quelque chose et rien que pour ça, je t’aime (Aïe! Non, Puzzo! Pas sur la tête!).
Pour tout cela, je tiens à te remercier!

Article: D’Evernote à Google Keep

J’utilise Evernote depuis quelques années. Mais c’est vrai que depuis que j’ai eu l’occasion de tâter de OneNote à mon travail, j’hésite fortement à switcher.

Le titre du billet du jour m’a donc alléché. Mais dans ma tête, le match se faisait entre Evernote et OneNote. Je ne connaissais pas Google Keep. Ça m’a l’air très intéressant.

L’interface de OneNote a commencé par me rebuter. Mais grâce à l’enthousiasme de certains collègues, j’ai insisté et le déclic a eu lieu. J’ai trouvé que la création d’une note est beaucoup plus intuitive que sur Evernote. On peut écrire quelque chose, puis autre chose à côté et déplacer ces deux blocs de texte comme on ferait avec deux post it. J’adore.

Je vais jeter un oeil sur Google Keep. Si je comprends bien, il n’y a pas d’outil de migration d’Evernote à Google Keep? Parce que pour migrer mes 1400 notes à la main, ça va être chaud! En même temps, ce serait l’occasion de faire du tri. (Oui parce que mon problème, avec ce genre d’outil, c’est que du coup j’ai tendance à y mettre tout et n’importe quoi!)

Pour migrer sur OneNote, il semble qu’il y ait un outil, mais pour l’instant uniquement sous Windows. MàJ: je m’auto corrige. Voir ici

Question: Une fonction que j’utilise sur Evernote, c’est le mémo vocal. Est-ce que cela existe également sur les différentes autres solutions que vous utilisez?

Article: Marcher
Dom' Python
, le 12.10.2016 à 18:37
[modifier]
Article: Marcher

Zallag: Merci pour ces deux liens. J’ai également plusieurs fois lu ce genre d’information. Et j’ai fait moi-même l’expérience que les moments de marche sont souvent fécond en idées créatives.

NewAncien: Erreur d’interprétation grandement facilitée par ambigüité de mon texte!

Article: Marcher
Dom' Python
, le 12.10.2016 à 09:52
[modifier]
Article: Marcher

Merci pour ces premiers commentaires. Mais les deux premiers (ainsi qu’un autre, reçu par mail) me donnent à penser que ma première phrase peut être ambiguë. Le mot dépendance désigne ici celle du bébé par rapport à l’adulte. L’apprentissage de la marche lui permet de se déplacer librement. Il ne s’agit pas d’une addiction dont je me serais libéré par la marche.
Donc oups.
On ne se relit jamais assez.

guru: Bizarre en effet! En même temps, dans le basket et le tennis, il s’en passe des choses! La marche est plus contemplative. Question de caractère, peut-être?

Article: Savoir, savoir-faire et savoir-être

C’était durant mon apprentissage. Mon patron avait pris l’habitude de me faire tous les reproches qu’il pouvait, sans jamais relever les points positifs. A trois mois des examens, alors qu’il était en train de me tomber dessus, j’ai posé ce que j’étais en train de faire, me suis retourné et me suis entendu lui dire:

– Foutez-moi à la porte!
– Co… comment?
– Vous n’arrêtez pas de me faire des reproches, jamais un encouragement.
– Encore faut-il les mériter!
– C’est bien ce que je dis. Si je ne mérite que vos reproches, c’est que je suis vraiment mauvais et que je n’ai aucune chance de réussir mes examens de CFC (Certificat Fédéral de Capacité). Donc en me gardant vous perdez votre temps. Donc, foutez-moi à la porte!

Il s’est replié dans son bureau, m’a fait la gueule toute la journée, puis a progressivement changé de ton. Durant les trois derniers mois, je n’ai essuyé plus aucun reproche. Tout au plus quelques remarques – justifiées – dans l’esprit de m’aider à bien me préparer à mes examens, que j’ai réussi.

Encore aujourd’hui je me demande où j’ai puisé cette énergie pour oser me dresser contre lui. Mais en tout cas ça a payé!

Ceci étant, vous avez raison – je vous entends penser – juste gémir sur mon sort ne fait pas avancer le schmilblick (même si je l’admets, simplement déposer ici mon désarroi m’a fait du bien)

Il n’y a rien à « admettre »! En parler (par oral ou écrit) implique une clarification de la pensée, une mise à plat qui n’a rien à voir avec les gémissements!

Article: Rire, sourire et… ?
Dom' Python
, le 09.10.2016 à 16:48
[modifier]
Article: Rire, sourire et… ?

Merci topoman!

Cette précision, « on ne peut pas savoir », me rappelle un ancien collègue de travail, de l’époque où j’étais un chrétien convaincu et engagé. Il disait « je ne dis pas que Dieu n’existe pas; je dis que s’Il existe, Il est de toute façon hors de notre portée de le connaître, de le comprendre, de le contacter. » À l’époque, je trouvais cette position bien pratique dans la mesure où elle le dispensait de s’interroger, de se confronter à la Parole, de répondre aux exigences de la foi…

À présent, je me sens plus proche de lui (du collègue, donc). J’ai tendance à rejoindre ce « on ne peut pas savoir », mais avec tout de même une nuance. J’estime ne pas pouvoir savoir, mais je n’exclus pas que je puisse être d’une certaine manière en contact avec une autre dimension, spirituelle. Maintenant, est-ce que cette dimension est Dieu, ou bien est-ce que qu’Il est encore au-delà? Est-ce que cette dimension, que j’appelle spirituelle, est une sorte d’éternité finale, ou est-ce qu’elle est une étape sur un chemin qui en comporte encore une multitude?

Dis donc, je ne m’attendais pas forcément à ce que ce billet nous emmène si loin! J’adore!

Article: Rire, sourire et… ?
Dom' Python
, le 08.10.2016 à 18:00
[modifier]
Article: Rire, sourire et… ?

Merci Hervé !

Si je comprends bien, l’athée exclu l’existence d’un dieu quel qu’il soit alors que l’agnostique ne l’exclu pas? Dans ce cas oui, ma position est plutôt celle de l’agnostique. A cela près que, plutôt que de dire « je ne sais pas » j’aurais plutôt envie de dire « je ne sais pas, mais je ne serais pas surpris qu’il y ait quelque chose ou quelqu’un… »

Article: Rire, sourire et… ?
Dom' Python
, le 07.10.2016 à 11:57
[modifier]
Article: Rire, sourire et… ?

Un non-croyant qui bénit des choses inanimées ne le fait-il que pour le bien qu’il se fait à lui-même ou pour quelque chose qui va au-delà de cela?

Effectivement, si la bénédiction est sensée être « opérante » en ce sens qu’elle apporte une modification, une protection ou autre, on peut se poser la question du sens de la bénédiction des choses inanimée. Encore que: il peut éventuellement être dit que, à travers la bénédiction de la chose, c’est son ou ses utilisateurs (propriétaires, bénéficiaires, habitants, etc) qui sont visés par ladite bénédiction. C’est je crois le sens que donne l’Eglise lorsqu’elle bénit un pont ou un tunnel. C’est cette dimension-là, qui flirte avec la suspertition, qui m’a mis sur les pattes de derrière lorsque le mot « bénir » m’est venu.

Pris dans un sens d’état d’esprit de Gratitude, il me semble pouvoir dire que le fait de bénir provoque très certainement une sorte vibration énergétique positive. Il y a de plus en plus d’indices qui vont dans ce sens. Mais quelle que soit la nature de cette viration, quel que soit l’effet qu’elle peut (ou non) voir sur l’environnement « non sensible », je crois que ça vaut la peine de « bénir ».

Quand à la nuance entre « non-croyant » et « agnostique », cela fait partie des choses que je j’arrive pas à me mettre dans la tête, malgré mes lectures.

Merci M.G. pour ta contribution. Je conserve la référence de ce bouquin. Je ne sais pas si le sourire peut être une assurance (dans le sens d’une garantie). Certains, en fonction de leur vie, ne sont plus capable de recevoir un sourir. Il m’est arrivé personnellement de ressentir les sourrir comme des agressions tellement j’allait mal. Mais cela dit tu as raison. Le sourir est certainement beaucoup plus puissant qu’on imagine.

Zallag: ce cher Khaill Gibran! Comme beaucoup, je n’ai lu que « Le Prophète ». Je crois avoir tenté la lecture d’un autre de ses livres mais n’avoir pas accroché.

Effectivment, son origine et l’époque à laquelle il a écrit cette phrase indique que son sens n’est pas à déchifrer avec nos catégories occidentales actuelles. Personellement, j’aurais envie d’y lire que si une femme peut voiler son visage d’un sourire, elle n’a pas besoin de porter un autre voile. Mais cette interprétation est certainement totalement abusive!

Article: Rire, sourire et… ?
Dom' Python
, le 06.10.2016 à 20:25
[modifier]
Article: Rire, sourire et… ?

Merci pour vos commentaires!

Merci Jambo de nous rappeler les fondamentaux !

Madame, je suis touché que cette partie résonne en toi, parce que, bien qu’elle m’ait dérangé lors de son émergence, c’est probablement celle à laquelle je tiens le plus.

DanielH: Curieux, cette phrase. Pour ma part, je ressens qu’un sourire illumine, révèle, anime… mais voile… j’avoue ne pas saisir dans quel sens.

Article: Du sol, de l’enfant et de la bienveillance

J’attends des comparaisons chiffrées avant de me faire une opinion

Je tombe aujourd’hui sur cet article. Même s’il s’agit de la comparaison d’un même territoire entre deux époques et non de deux territoires voisins et identiques durant la même période, je trouve les chiffre assez parlant. Non?

Merci bal pour ce témoignage.

Merci Ivme pour tes liens. Je n’ai pas encore eu le temps de les consulter, mais je ne manquerai pas de le faire.

Article: Du sol, de l’enfant et de la bienveillance

En revanche ce terreaux du travail de la terre me semble une belle fumisterie.

Je ne comprends pas ce que tu nommes “terreaux du travail de la terre”. Peux-tu m’éclairer?

S’il en était ainsi pourquoi tous les agriculteurs ne l’ont-ils pas adopté ?

euh… Il me semble que ce ne serait pas la première fois que ce qui est devenu une évidence reconnue a commencé par être une pratique à contre-courant, décriée par les spécialistes! On pourrait inverser la proposition: S’il était vrai que la pollution mettait en danger notre survie, pourquoi tout les êtres humains continuent-ils à polluer?

Quant à ta proposition de test, jpg, pourquoi pas… Mais il me semble que les témoignages des paysans qui ont changé de technique est assez parlant. Unanimité suspecte? Moi aussi je voudrais connaître des échos plus réservés. Mais en attendant d’en trouver, je reste tout de même impressionné par la démarche.

Merci lutoblerone pour ton commentaire et ton lien. Je n’ai pas le courage de lire le document en entier, mais il me semble tout à fait pertinent pour répondre à la proposition de jpg.

Finalement c’est peut être la finance qui sauvera l’agriculture après l’avoir emmené au bord du gouffre :)

J’aime beaucoup. Et j’ai parfois eu le même sentiment, notamment de visionnant le film “Demain”, en lisant certains articles, en voyant le nombre croissant de témoignages qui vont dans ce sens…

François, en lisant ton commentaire, je réalise que je donne peut-être l’impression de ne pas être conscient que ces valeurs sont déjà une préoccupation des enseignants d’aujourd’hui (et d’hier). Ce n’est bien sûr pas mon cas. Et je veux bien croire que ces nouvelles méthode que tu mentionnes tout dans ce sens.

Mais il me semble qu’il y a tout de même dans l’expérience de Céline Alvarez des propositions qui tranchent avec la pratique officielle actuelle. Je reconnais toutefois que, mon fils ayant 29 ans, ça fait belle lurette que je ne suis plus en contact direct avec le monde de l’enseignement. Cela dit, je connais des personnes qui le sont et j’ai quelques échos. Et il y a dans les témoignages des parents des chose que je n’ai personnellement jamais entendues sur l’enseignement public d’aujourd’hui (et d’hier).

Article: Picture Life ferme parce qu’il est trop petit: la belle excuse! Et qui est son sauveur? Smugmug le magnifique

les galeries simples à partager avec mes amis, ce sera sur Adobe CreativeCloud. Mais si j’ai une jolie galerie à faire, je la ferai sur SmugMug

Cela signifie-t-il que tu ne partage que les galeries moches!
Gag à part, tu peux préciser?

Article: Test de la feuille de papier A4, pour protéger l’écran de votre MacBook

Damned !
L’affaire est plus sérieuse que je pensais…
Mais c’est quand même l’épaisseur de la feuille qui compte, non?
Il faudrait donc disposer d’une table d’équivalence entre la densité et l’épaisseur, pour un papier standard, de manière à ce que nous puissions faire la conversion au cas où le papier utilisé à une densité autre que standard!

Article: Test de la feuille de papier A4, pour protéger l’écran de votre MacBook

J’avais hésité à en parler dans mon commentaire 13, j’y avais renoncé, mais finalement je me décide.

Je suis inquiet.
Suis-je le seul?
François baisse.
Avez vous remarqué?
Tout un test sans aucune capture d’écran ni photo de l’accessoire testé, ça doit être la première fois, non?
François, tu veux qu’on en parle?

Article: Test de la feuille de papier A4, pour protéger l’écran de votre MacBook

Ben ça alors! François, tu étais derrière moi, hier soir, quand j’ai ouvert mon MBA ? Tu sais, le moment où j’ai constaté, stupéfait, la présence de traces de doigts sur mon écran que je suis le seul à toucher et que d’ailleurs justement je ne le touche jamais? Mmmh? J’t’ai pas vu! C’est con j’aurais pu t’offrir un thé ou une bière !
J’ai bien pensé au clavier, mais je ne suis dit que non, pas chez Apple!
Encore une désillusion !
Je vais de ce pas piocher une feuille dans mon bloc et la tailler à 11 pouces.
Merci!
Question cependant: n’y a-t-il pas des qualités de papier qui on tendance à produire une fine poussière qui pourrait s’infiltrer et causer problème ?

Article: D’un nuage à l’autre
Dom' Python
, le 17.08.2016 à 19:04
[modifier]
Article: D’un nuage à l’autre

Intéressant, merci! Peut-on synchroniser n’importe quel service de Cloud, ou bien la liste est limitée?

P.ex. MyOwnCloud: Je m’intéresse depuis quelques temps à ce truc, utilisé par mon ancien employeur, Open Source, et qui m’a l’air pas mal. Et d’ailleurs, existe-t-il quelque part une étude comparative entre les différentes solutions de Cloud? Avec les aspects sécurité, ergonomie, cryptage, coût, etc.?

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

Bravo Jean-Yves! 👏 👍 👌

Je reviens un peu tardivement et viens de prendre connaissance des commentaires précédents.

@Hi-Phil,

De quels « services » parle-tu (132)? Des conseils et informations que Gilles dispense dans ses commentaires? Insinue-tu que ces conseils sont une contrepartie du droit de faire de la pub pour son bouquin? Autrement dit, si Gilles partage ses connaissance sur cuk, c’est pour « payer » la pub qu’il peut y faire? Les bras m’en tombent…

Le fait que cette « source » procure un gain à « l’intervenant » ne te pose aucun problème?

Non. Et je ne comprends pas que cela puisse en poser, ce d’autant plus en tenant compte du très faible (pour ne pas dire ridicule) gain en question, si tant est qu’il y en ait un.

Et le fait que ce soit « l’intervenant » (et pas le « producteur ») qui procède directement au « placement de produit » ne te pose pas non plus de problème?

Je le redis, pour moi il n’y a pas de placement de produit. Je ne peux donc pas répondre à cette question. Et merci tibet d’exprimer un avis semblable!

Cela dit, je pense avec Madame Poppins que, dès l’instant où un terme ou une phrase a blessé quelqu’un, même si son auteur ne comprend pas cette blessure, il me semble élémentaire qu’il exprime, sinon des excuses, au moins son regret d’avoir involontairement blessé l’autre… Ça m’est arrivé plein de fois…

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

@Hi-Phil,

Très volontiers.

Signaler quelque chose se réfère à une information objective et vérifiable. J’ai utilisé le terme d’accusation car à mon sens il n’y a pas de placement de produit. Mais peut-être aurais-je du écrire plutôt « signalement fautif de placement de produit »?

Pour moi, le placement de produit implique que le producteur de l’oeuvre dans laquelle il y a placement (ici François) touche une rémunération en échange dudit placement. Cette rémunération est même un des moyens de financement de l’oeuvre en question (film, émission de télévision, etc.)

Là, on a un échange d’informations sur un produit (le programme sur lequel l’article est écrit) et un intervenant mentionne une source de renseignements plus complète au cours d’une réponse. Le fait que cette source soit son propre bouquin est à mon sens anecdotique.

Pour info, au cas où le dialogue devait se poursuivre, je suis en mode rando cet après-midi. Je ne pourrai donc y prendre part que ce soir.

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

J’ai plusieurs fois envie de poster dans le sens de ce qui suit, mais je craignais que le côté « analyse de texte » ne déplaise à certains. Puisque d’autres s’y sont mis (merci à eux), je me permets d’apporter ma modeste contribution.

Intéressé par ce qui fait une relation et notamment par la façon dont une discussion peut partir en… vrille, j’avais relu plusieurs fois ce fil pour essayer de comprendre. Voulez-vous que je vous dise? Je n’avais pas compris. J’aurais voulu pouvoir poser à plat tout ce qui avait été écrit et réunir les protagonistes pour leur demander de m’expliquer calmement les points qui, selon eux, avaient posé problème. Grâce au commentaire 119 de TTE, j’y vois plus clair.

Je n’avais absolument pas saisi que le commentaire 9 était si « lamentable » pour reprendre le terme de TTE. Personnellement, je n’y avais vu qu’une manière un peu musclée, peut-être maladroite de s’exprimer.

J’ai à présent l’impression que ce qui me différencie des autres intervenants, c’est que je n’ai pas de « contentieux » avec Gilles. Et certaines réactions sont — du moins me semble-t-il — chargée de scories du passé plutôt que centrées uniquement sur les termes du commentaire incriminé, ce qui rendais l’emballement du débat difficile à comprendre pour le Cukien moins expérimenté que je suis.

Les accusations de placement de produit, certains termes précis (exécrable, roquet…) par contre, m’ont profondément déplu et n’ont à mon sens rien à faire ici (ni ailleurs!).

Voilà. C’était, en gros, mon point de vue à moi. Et j’espère qu’il sera perçu pour ce qu’il est, c’est à dire comme une démarche de partage qui se veut constructive (François, comment on fait un émoticon?).

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

Je craque: dj, je suis agacé. François ne juge pas. Il dit simplement que lorsqu’on publie sous son vrai nom, on est généralement plus enclin à se contenir. Et Lorsque tu dis que Gilles a du « pouvoir » sur François, je trouve cette affirmation ridicule et pour le moins inconvenante; à la limite, aussi diffamatoire que le « roquet » de TTE, par exemple.

J’ai trouvé cet article intéressant, j’ai participé aux commentaires, mais là vraiment j’en ai ras-le-bol des agressions. François, si on créait un espace « Ring » où ceux qui ont besoin de se défouler puissent aller le faire sans polluer les sujets? ;-)

Article: Le barrage de Moiry, au-dessus de Grimentz, et la publication de collections de Lightroom Mobile

@ Gilles et François: depuis, j’ai regardé la galerie sur mon MBA. En fait je réalise que Adobe n’a pas prévu que l’image occupe toute la fenêtre, ce que j’aimerais bien. Oui , je sais, les proportions ne sont par forcément les mêmes. Disons que j’aimerais que l’image soit le plus grande possible. Parce que là, sur un iMac 27 pouces ça va, mais sur un MBA 11 pouces… l’image est vachement petite et sans flatterie, tes images, François, mérite mieux que format réduit!
Sur cuk, lorsqu’on clique sur une image puis dans une nouvelle fenêtre, l’image est bords à bords avec ajout de bandes noires ou blanches selon le navigateur. Cela m’a toujours paru la bonne manière de présenter une image. Non?
(À ce détail près qu’à ma connaissance, aucun navigateur ne propose un « vrai » plein écran qui masque les barres d’outils et autres, du moins dans leur version OS X. Parce que sous iOS, on a un vrai plein écran!).

Article: Le barrage de Moiry, au-dessus de Grimentz, et la publication de collections de Lightroom Mobile

Extra, en effet, merci!

Mais… Est-il normal que je ne parvienne pas à obtenir une image plein écran sur iPhone ?
Et quand je bascule mon bidule en paysage, l’image devient une petite vignette au centre ?

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

Je me permets de revenir sur mes deux questions :

  • Beaucoup n’aiment pas forcément confier leur vie à Google. Et Adobe, qu’en est-il? N’est-ce pas aussi un « monstre américain » (pour faire simple) ?
  • Cette solution permet-elle de créer des albums publics où faut-il pour cela déposer ses images sur un site/blog/portfolio… ?

J’ai conscience que ce sont deux questions « grand public »; peut-être que LR ne vise pas cette clientèle et que j’ai meilleur temps de rester sur des solutions genre Goggle Photos ou autres ?

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

Gilles, merci pour ta réponse.

Mais dès lors que tu as une couverture 3G/4G (ou Wi-Fi, chez toi, au bureau, au MacDo, à l’aéroport), tu consultes tel quel, sans avoir à charger quoi que ce soit.

C’est marrant, je réalise à quel point j’hésite à être dépendant du réseau. J’ai du mal à me dire que je n’ai plus rien avec moi, et que en cas de panne de réseau ou d’inaccessibilité momentanée (p.ex. en vacances dans un coin perdu) je n’ai plus accès à rien. Ma zone de confort est d’avoir mes documents et photos dans mon ordi, et de profiter de la synchronisation pour qu’ils se trouvent également dans mon portable ou mon iPhone. Tout cloud, ça me fait peur. Je suis le seul?

De plus, j’ai une autre hésitation: me passer de Picassa donc de Google me plait bien dans le sens d’un indépendance vis-a-vis de ce qu’on appelle les GAFA. Mais Adobe, quid? Plus mieux que Google, ou kif kif?

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

Je suis justement en train de chercher une solution.
Jusqu’à il y a peu, j’utilisais Picassa. Le programme me permettait de faire une peu de post traitement, élémentaire cette, mais correspondant à mon niveau. Mon fils m’avait convaincu de prendre LR, j’avais adoré, puis assez vite trouvé trop pointu pour moi et abandonné. J’me demande si je ne vais pas m’y remettre…
Picassa Album Web, pour le partage, ça me plaisait bien.
Et puis Google a annoncé la mort de Picassa. Passer à Google Photos, son successeur? Je me tâtais. Pourquoi ne pas en profiter pour reprendre LR?
Ce que tu nous présentes, François, m’intéresse dans la mesure où cela répond à la fois au besoin de traitement, de catalogage et de partage entre mes différents outil de travail électronique.

Pendant que je redirige ce commentaire, je vois celui de Gilles (17), et du coup je pose la question: les images qui font parties de collections synchronisées sont-elles vraiment consultables hors-ligne sur iPhone?

Par ailleurs, est-il possible, sur LR Web, de donner un accès en consultation à certaines collections à d’autres personnes, comme le fait Picassa Web? Question qui rejoint celle de jp (13).

Article: Que la montagne est (re)belle

Merci pour cette chouette balade, magistralement documentée.

Mais, sauf vot’respect, m’sieur Pastor, je trouve dommage que tu termines sur cette note négative. Le principal n’est-il pas le plaisir de l’effort, des paysages, tout ça, et m… au chrono?

Allons, allons! Et puis zut, quoi! Même: ne perdre que deux minutes en 16 ans, je trouve ça plutôt pas mal, non? Moi, dans le même temps, j’ai pris 20 kilos.. De quoi te plains-tu!

En tout cas, y faut que je vienne faire un saut à Grenoble. Depuis le temps que je me dis ça, habitant Genève, ce serait la moindre d’y aller au moins une fois!

Article: Façon de parler = façon de penser?

Voilà exactement de dont je parlais.

Oups. Peut-être n’avais-je pas vraiment compris ton com’. Ça m’arrive parfois: Je connais tous les mots, mais le sens ne m’est pas immédiatement accessible et je dois relire plusieurs fois pour capter.

« Non mais quelle bite, celui-là! », je ne connaissais pas. Par contre, « gland », tête de noeud », je connais, mais n’y avais pas pensé. Quant à « con comme une bite », c’est effectivement une forme de parité!

Les paroles s’envolent

Là je ne suis pas d’accord. En matière contractuelle, peut-être. Mais une insulte peut faire des dégats. Ce qu’on appelle le cyber-harcèlement existait avant internet; la transmission orale était plus lente et moins massive, mais les dégats étaient bien réels. Moins visibles et immédiats que la mains sur le pif, mais plus durables.

Article: Façon de parler = façon de penser?

Radagast: J’aime bien cette expression d’intériorisation des termes dévalorisants par ceux qui en sont victimes. Effectivement, le combat n’est pas facile lorsqu’il oppose des victimes conscientes et leurs bourreaux (pour faire simple); mais lorsqu’une partie des victimes a tellement intériorisé le poison qu’elle en viennent à le revendiquer comme normal et à prendre parti pour leur boureau, ça se complique. Cela me rappelle la BD des Bidochon, lorsqu’une voisine viens proposer à Raymonde de venir avec elle à une réunion féministe et que Raymonde demande à Robert la permission d’y aller!

grandegigue: Le mot con est un cas particulier, me semble-t-il. Car le sens premier a disparu. En tout cas je ne l’ai jamais entendu utiliser. Et je me souviens bien du jour où j’ai appris ce sens premier. Question? A-t-on jamais traté quelqu’un de bite?

Cela dit, les injures ne sont pas vraiment la cible de l’article de Jaddo. Bien plus les expressions – aparamment – innocentes, ce que les injures ne sont pas, qu’elle soient à connotation sexiste ou non.

Merci à tous pour vos commentaires. A demain peut-être!