Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Michel Gaboly
18 commentaires trouvés.
Article: Fin annoncée de Cuk.ch
Michel Gaboly
, le 14.01.2017 à 22:40
[modifier]
Article: Fin annoncée de Cuk.ch

Bonsoir,

J’ai longtemps été un habitué de ce site, sur lequel j’intervenais régulièrement dans les commentaires.

Beaucoup m’ont connu sous le pseudo de Bigalo, déformation phonétique de Gaboly, et sutout surnom que j’avais dans le milieu des joueurs de go français.

J’ai abandonné ce pseudo, quand j’ai rédigé une série de 3 humeurs consacrées à Excel, que j’ai préféré signer de mon nom.

J’ai perdu mon père il y a un peu plus de 4 ans, le 12/12/12 précisément, et les mois qui ont suivi ont été difficiles. C’est à cette période que j’ai malheureusement perdu l’habitude de consulter Cuk.ch quotidiennement. Depuis lors, je ne venais plus que de façon irrégulière, et je n’intervenais pratiquement plus.

Malgré tout, Cuk.ch reste pour moi une référence. J’ai le souvenir de nombreuses humeurs et discussions passionnantes sur des sujets variés. Régulièrement, j’évoquais auprès d’amis des articles lus ici, et je leur envoyais le lien correspondant.

Je regrette vivement que ce beau site initié et brillamment animé par François prenne fin, mais en même temps je peux le comprendre : ces derniers temps, les commentaires étaient moins nombreux, parfois malheureusement plus agressifs, et je conçois que l’énorme travail que tout ceci implique pour François ne devait plus être aussi gratifiant.

Quoi qu’il en soit, François, je tiens à te féliciter et à te remercier vivement !

Comme beaucoup, j’espère que les humeurs de Cuk.ch resteroont en ligne le plus longtemps possible. S’il faut participer au financement pour que le nom de domaine et le l’hébergement du site perdurent, j’y participerai volontiers.

Bonne chance pour la suite et tous mes vœux, bien au-delà de la seule année 2017.

Article: La liberté d’internet en danger?

Bonsoir Gr@g, cela faisait longtemps !

Un peu d’accord avec myvista. Tu embrasses trop large, et tu aurais peut-être dû aborder le sujet via plusieurs humeurs successives. Facebook, les applications et probablement la votation que tu évoques auraient suffi à justifier 3 humeurs distinctes.

Combien de personnes confondent la barre de recherche et la barre de navigation ! D’ailleurs, même Apple participe à cette confusion, avec une barre unique dans Safari.

Qui se rend compte encore que derrière ces deux fonctions se cache une réalité très différente?

Tout individu avec un cerveau fait en principe la différence. Personnellement, cette barre unique me paraît extrêmement pratique au contraire : si je veux aller sur un site que je connais, je tape le début de l’adresse, et Safari me propose de la compléter. Il peut y avoir plusieurs options proposées (par exemple MacBidouille, MacG et Mac Mac4ever, quand j’ai tapé « mac »), et je choisis celle qui me convient, ou je tape 1 ou plusieurs caractères supplémentaires. Si je cherche une information, ce système me permet d’entrer directement les mots-clefs, sans devoir saisir l’adresse de mon moteur de recherche par défaut, sauf si je veux voir ce que me propose un autre moteur. Il n’y a aucune confusion possible puisque selon le cas, Safari va m’afficher le site (ou la page) dont j’ai entré l’adrese, ou les résultats d’un moteur de recherche. Je me suis tellement habitué à ce système, que quand je dois faire une recherche sur le MacBook Air de ma mère sous Mac OS 10.6.8, où Safari comporte encore 2 barres distinctes, je peste parce je me fais avoir régulièrement en entrant ma requête dans la barre de navigation. Je dois alors recommencer en passant par la barre de recherche. Enfin tu ne l’évoques pas, mais si on accéde à diverses pages d’un même site, il est plus pratique d’utiliser des signets, et pas du tout la barre.

20Minutes parlait récemment du filtre d’information que représente Facebook pour ses utilisateurs, et surtout pour ceux qui n’utilisent que ce canal pour s’informer. Du coup, sommes-nous réellement libre de nous informer lorsque seul ce site est utilisé pour ce faire?

Ne faut-il pas avoir le cerveau atrophié pour se contenter d’une seule source d’information ? En l’ocurrence, Facebook me semble surtout être un révélateur : crois-tu vraiment que ceux qui se contentent de lire « le Parisien / Aujourd’hui en France » ou « le Matin » en Suisse, ont une vision plus nuancée et plus complète que ceux qui se limitent à FB ?

Pour moi, Facebook est un outil pratique pour certaines choses :

– FB m’a permis de retrouver une ancienne secrétaire malgache partie s’installer à Montpellier. Cela nous a permis de nous revoir avec plaisir pour déjeuner lors d’un séjour dans sa région.

– J’ai également utilisé FB pour chatter avec des amis installés en province où à l’étranger.

– FB me permet également d’admirer de très belles photos d’insectes, de reptiles et de plantes que publie régulièrement un naturaliste rencontré en Guyane, où il vit.

– Il m’est également arrivé de passer par FB pour accéder à des jeux dont j’appréciais le graphisme.

Mais selon moi, Facebook n’est sûrement pas le lieu où s’informer de ce qui se passe dans le monde.

Le problème n’est pas Facebook, mais l’absence de curiosité et/ou de sens critique d’un grand nombre d’individus, probablement la majorité, malheureusement.

D’ailleurs, le terme d’application est-il encore valable lorsqu’on parle d’un outil permettant simplement d’accéder à un site internet avec une interface améliorée…

L’interface améliorée peut justifier à elle seule l’existence d’une application, à condition qu’elle soit de qualité.

Par ailleurs, dans certains cas, il est possible de contourner ce type d’application. Par exemple, pour chercher des infos sur la période de vol d’un papillon, ou les plantes-hôtes de sa chenille, je vais me connecter à lepinet ou leps.it depuis mon Mac à mon domicile, tandis que sur le terrain avec mon iPhone, j’utiliserai l’application Butterflynder, qui stocke toutes ses données en local, et ne nécessite donc pas de connection.

C’est bien pratique quand on est dans un zone sans couverture Internet, ou simplement à l’étranger. En particuller en Suisse pour un « Européen » ou dans l’UE pour un Suisse, car les frais facturés par les opérateurs montent très vite.

Bigalo

Article: Chipolo, c’est rigolo, et ça vous tire de l’embarras

D’ailleurs on nous prédit une pandémie planétaire de myopie d’ici à 2050

Où est le problème ? Être myope est une bénédiction : ôter ses lunettes suffit pour percevoir un niveau de détail inaccessible à ceux qui ont une vue « normale ».

Dans la nature en particulier, c’est pouvoir mieux profiter de la beauté d’une fleur ou d’un insecte. Moi qui suis entomologiste amateur, j’aurais sûrement beaucoup plus de mal à dénicher des œufs de papillons sur le terrain, si je n’avais pas la grande chance d’être myope.

Par exemple je n’aurais probablement pas pu faire cette photo :

Il s’agit d’un œuf et d’une chenille d’Aurore (Anthocaris cardamines). La chenille se confond souvent avec sa plante nourricière. Au point qu’ici, une femelle s’est trompée, et a pondu un œuf sur une chenille de la même espèce, au lieu de le pondre sur la plante-hôte.

Si je le pouvais, je me ferais volontiers opérer pour augmenter ma myopie !

Article: ADSL, oui, mais sans Dé

@ saluki

Si tu ne connais pas cette dictée, elle devrait t’intéresser ;-))

Un sot à cheval porte dans un seau peu large le sceau du roi. Le cheval trébuche et l’étroit seau tombe.

Au début, les gens sont contents d’avoir écrit correctement « sot », « seau » et « sceau ». Puis ils se demandent comment écrire le mot qui suit « les 3 » (1 sot + 1 seau + 1 sceau, cela fait bien 3 objets). À l’oral, le premier réflexe est que les 3 entités chutent, mais d’une part, aucun moyen ne permet de transcrire cela, et d’autre part compter 3, c’est additionner des choux et des carottes.

L’astuce consiste à se rendre compte que l’expression « peu large » n’est pas naturelle, et est donc à prendre comme un indice : « peu large », c’est donc « étroit », ce qui amène à la solution !

Article: ADSL, oui, mais sans Dé

@ Saluki

Contrairement à ce que tu suggères (mode humour on, heureusement), j’avais repéré ton lien vers l’article. ;-))

Simplement, je ne voulais pas vexer Ysengrain en ne lui faisant qu’une remarque négative, d’autant plus que notre désaccord ne porte que sur la forme.

@ Ysengrain

J’ignore si le fait que l’accès soit réservé aux abonnés est limité dans le temps, mais je peux lire tout l’article sur le site du Monde, alors que je ne suis pas abonné.

@ Ysengrain bis (18h44)

Merci d’avoir enlevé l’ex commentaire 6, en laissant les 2 liens (le tien et celui de Saluki), bien suffisants ;-))

Article: ADSL, oui, mais sans Dé

@ Ysengrain

Je ne comprends pas l’intérêt du commentaire n°6. Il reprend en effet un texte du Monde pour lequel tu donnes un lien dans le commentaire n° 5.

Passer par ton lien aboutit à l’article original, tandis que le commentaire 6, reprenant le même texte, est complètement illisible (pratiquement aucun saut de ligne, perte des repères fournis par les chapeaux, ou par l’italique pour les citations, …). En gros, tu supprimes toute la valeur ajoutée apportée par le secrétaire de rédaction ;-((

En outre, il y a un problème de respect du droit d’auteur. On n’est pas censé citer intégralement un article de presse, à ma connaissance.

Selon moi, le lien que tu donnes en 5 est parfait, tandis que le commentaire en 6 est contreproductif !

Article: Excel et VBA, version 2011, fin

Merci pour les compliments reçus pour cette série de 3 articles :-)

par contre je m’interroge la maintenance de telles applications ? Ayant développé des petits script vba pour automatiser certaines taches, je suis contraint de réviser le code à chaque maj, c’est un peu dommage !

Aurais-tu des exemples ? J’ai rarement été confronté à ce genre de problème. Cela provient en général d’un changement de l’interface qui implique une adaptation, mais à part ce cas, j’ai rarement eu des problèmes lors des changements de version, à part avec Excel 2004 qui était bien plus instable que la version précédente, et bien sûr Excel 2008, qui a été la seule version (Mac et Win) depuis 1993, où VBA avait été retiré !

Article: Excel et VBA, version 2011, suite

Complément de ma réponse 12

Si je nomme mes cellules “A”, “B”, “E”… aucun souci par contre le nom “C” est impossible !

Je suis allé faire quelques tests. Comme je l’ai indiqué dans mon article du mois dernier (figure 12), la zone de noms permet de se déplacer dans la feuille en sélectionnant un des noms définis.

Cette fonctionnalité n’est pas limitée aux noms ; elle fonctionne aussi avec les références ; entrer « BC1728 » dans la zone de noms et valider, est le moyen le plus rapide d’atteindre la cellule correspondante (si elle n’est pas nommée, bien sûr).

La référence ne doit pas nécessairement désigner une cellule unique, on peut entrer par exemple « BC1728:BD2000 », ou « CA Suisse » pour sélectionner l’intersection de 2 plages nommées« CA » et « Suisse », comme nous l’avons vu dans le commentaire 12.

Il existe encore d’autres possibilités :

  • « C » ou « c » sélectionne la ligne entière correspondant à la cellule active
  • « L » ou « l » sélectionne la colonne entière correspondant à la cellule active

« R » n’est pas non plus utilisable pour nommer une plage ; je suppose, mais je n’ai que des versions françaises d’Excel, qu’avec une version en anglais, « R » dans la zone de noms permet de sélectionner la ligne (« Row » en anglais).

Voici pourquoi, guillôme, tu ne peux pas utiliser la lettre C (ou L ou R) pour nommer une plage.

Article: Excel et VBA, version 2011, suite

La fin de mon commentaire précédent est une bonne illustration des contraintes des langages informatiques : les commentaires de Cuk.ch sont écrits en Textile, un langage de la même famille que le HTML.

Certains caractères servent à la mise en forme et donnent un résultat inattendu quand on ignore les règles ; j’avais cherché à écrire :

« Ainsi si une plage est nommée « CA », comme Chiffre d’affaires, et une autre « Suisse »,

=SOMME(CA Suisse)

renverra la part de CA en »

et ma formule a initialement été transformée ainsi :

=<acronym title= »CA Suisse »>SOMME</acronym>

Pour obtenir que la formule soit affichée, j’ai dû aller consulter la documentation de Textile, et modifier mon commentaire précédent, en faisant précéder et suivre la formule d’un « @ ».

Article: Excel et VBA, version 2011, suite

Raah, on croirait l’assistance Microsoft qui à l’époque m’expliquait que les bugs que je rencontrais sur Office (dans le cadre support entreprise, bugs reproductibles et documentés) ne devaient pas me poser de problème si j’utilisais autrement le produit (et qu’en gros j’étais un idiot si je ne l’utilisai pas comme ça). Et que de toute façon, rien n’était prévu pour corriger ces bugs (circulez y’a rien à voir).

Tu es dur, là !

Si on ne peut pas dans tels ou tels cas, cela limite l’intérêt et c’est important à mon avis de le signaler (c’est le cas pour “Prix (HT)”, “Antoine & Marc”, “Blé, sucre, …”, “Total Net”,…).

Les formules et les noms d’Excel, ce n’est pas du texte libre, mais les éléments d’un langage de programmation atypique. Comme dans tout langage, il y a des mots interdits et des contraintes à respecter : dans la plupart des langages, tu as des contraintes pour nommer une variable. Les noms en sont l’équivalent.

Les espaces par exemple sont interdits, mais il y a une excellente raison pour cela : l’espace est en effet l’opérateur d’intersection, ce qui n’est pas très connu, je te le concède volontiers !

Ainsi si une plage est nommée « CA », comme Chiffre d’affaires, et une autre « Suisse »,

=SOMME(CA Suisse)

renverra la part de CA en Suisse.

Article: Excel et VBA, version 2011, suite

– Si je nomme mes cellules “A”, “B”, “E”… aucun souci par contre le nom “C” est impossible !

– De même le nommage “(a)” est impossible, j’imagine à cause du caractère “(“

Guillôme, l’intérêt essentiel des noms, si on se limite à les employer pour des cellules, repose sur la facilité qu’ils apportent pour mieux s’y retrouver, grâce à la plus grande lisibilité des formules que confère leur présence.

L’emploi de lettres uniques n’offre absolument pas cette plus grande lisibilité ; si tu dois modifier un document au bout de plusieurs mois ou années, une formule utilisant des noms comme « A »ou « B » ne présentera aucun avantage par rapport à l’utilisation des classiques références de cellules.

Par conséquent, ce genre de nom me paraît peu compatible avec l’avantage qu’il est censé apporter. Dans ces conditions, que telle ou telle lettre ne puisse être utilisée comme nom me semble sans importance !

En tout cas, merci pour l’astuce du “Copier Liste” que je ne connaissais pas ;)

Ce n’est pas vraiment une astuce, plutôt une fonctionnalité de base méconnue ;-((

Article: Excel et VBA, version 2011, suite

Pour ma part, il y a une chose que m’énerve, avec la version 2011 numéroté 14.0.1. Si j’ouvre une feuille de calcul, uniquement pour la consulter, un tarif par exemple.

La première chose à faire est d’installer la dernière version d’Excel. Mon humeur est basée sur la version 14.1.2. En principe, un outil est fourni qui recherche les mises à jour, mais la recherche automatique est peut-être désactivée.

Tu peux lancer la recherche manuellement :

Ensuite, est-ce que cela concerne tous tes fichiers, ou seulement certes d’entre eux ? Pour certains fichiers, c’est normal, car certaines fonctions dites volatiles, impliquent un recalcul permanent. C’est le cas par exemple de MAINTENANT ou AUJOURDHUI. Ce recalcul provoque le comportement que tu décris.

Article: Il est des questions qui n’ont pas de réponse…

En ce qui me concerne, je me sens bien plus proche de la position de Mme Poppins et de ses « clichés » que de l’analyse de coacoa.

Selon moi, je parlerais naturellement d’art à propos d’un objet ou d’une musique , si mon réflexe est de réagir en me disant que c’est magnifique.

Devant une œuvre que ne n’apprécie pas ou modérément, si une proportion significative des gens (disons le quart ou le tiers) qui y ont confrontés semble trouver cela très beau, je reconnaîtrais également que c’est de l’art.

Par exemple, je n’apprécie pas du tout les impressionnistes, car — peut-être parce que je suis myope, et perçois mieux les détails que la plupart des gens — si quelque chose me plaît, je veux pouvoir le regarder à 10 cm, pour mieux l’apprécier. Cette approche est évidemment incompatible avec l’impressionnisme. Je préfère infiniment Brueghel l’Ancien, mais j’admets que Monet ou Van Gogh sont aussi des artistes.

Pour poursuivre dans les « clichés », l’art qui aurait besoin d’une profonde culture spécialisée pour être appréciée, me fait irrésistiblement songer à l’histoire du roi nu.

La Fontaine de Duchamp) me paraît en être une excellente illustration. Un autre exemple, qui remonte aux années 80, ce sont les colonnes de Buren. Je rappelle, mais est-ce bien nécessaire, qu’il s’agit de petites colonnes en noir et blanc, qui ont été érigées à l’entrée des jardins du Palais-Royal à Paris. Elles sont toutes identiques, à la hauteur près, et auraient pu être fabriquées de manière industrielle (c’est peut-être le cas, mais je n’ai aucune envie de consacrer ne serait-ce qu’un instant à le vérifier).

Pour moi, les colonnes de Buren resteront à jamais une horrible verrue qui défigure un lieu magnifique. Ceci, ou un tableau monochrome, sans la moindre nuance dans la couleur choisie, je ne vois pas comment on pourrait appeler cela de l’art. Ce sont au mieux des délires personnels.

Par ailleurs, je suis assez d’accord avec Zallag à propos des vases grecs et des peintures rupestres (« artisan » et « artiste » partagent la meilleure racine) , à un élément près :

Les peintures rupestres sont une forme d’art, mais les chasseurs qui les réalisaient ne le faisaient peut-être pas pour faire de l’art. Ils étaient des chasseurs, pas des artistes de profession.

Ce n’est pas probablement aussi simple : tous n’étaient pas forcément chasseurs ; il pouvait y avoir des artistes travaillant au service d’un chaman, ou qui l’étaient eux-mêmes. Voir la très belle série des Enfants de la Terre.)

Par contre, contrairement à coacoa, je ne place absolument pas l’art au niveau des sciences.

Fondamentalement, pour moi c’est un loisir. Certains, particulièrement doués, ou parce qu’ils ont eu de la chance à un moment de leur vie, parviennent à en vivre, de la même façon qu’il y a des gens qui font du théâtre amateur, et des gens qui sont des professionnels.

La particularité de l’art est de parfois déclencher des émotions fortes chez les tiers, mais cela ne suffit pas à en faire quelque chose de vital.

La science au contraire, est à la base de toutes les techniques relativement complexes. Sans elle, il n’y aurait ni appareil photo, ni automobile, ni avion, ni vaccination, ni antibiotique, ni même radio, télévision ou chaîne Hi-Fi, ni bien sûr ordinateur et iPhone, et on pourrait aisément allonger la liste de beaucoup. Sans science, nous serions encore des chasseurs-cueilleurs. La Terre s’en porterait probablement mieux, mais ceci est un autre débat !

Enfin, pourquoi limiter l’art à une production humaine ? Certaines fleurs de montagne, orchidées ou insectes peuvent, avoir une livrée splendide, et les rencontrer dans leur biotopedéclencher chez moi une émotion bien + intense que ne pourrait le faire un tableau ou une musique !

Article: Bon ben j’ai migré. Ça n’a pas été tout seul mais j’ai migré

En ce qui me concerne, j’ai fait les différentes mises à jour (iTunes 7.5, iOS 5 sur mon iPhone et Mac OS 10.7.2) en fin d’après-midi.

Les serveurs étaient sans doute moins sollicités, et je n’ai pas eu à m’y reprendre à plusieurs fois.

Pour le moment, le seul point réellement agaçant est que j’avais transféré quelques documents PDF (par exemple des notices de matériel photo) du Mac vers la bibliothèque iBooks de l’iPhone, via iTunes, et qu’ils ont tous disparu lors de la mise à jour.

Ce n’est pas très grave, dans la mesure où je les ai sur mon Mac, et qu’il y en avait peu, mais j’aurais trouvé cela franchement pénible, s’il s’était agi de documents obtenus de tiers, auprès de qui il n’est pas forcément facile de les récupérer (bref contact professionnel, non conservé, rencontré lors d’une conférence par exemple).

Autre chose, mais c’est + anecdotique, la disposition des icônes des apps sur l’iPhone : j’ai 4 écrans remplis (1, 3, 4 et 5), mais l’écran 2 ne comporte que 4 icônes, et l’écran 6, 1 seule ! Un peu de réorganisation, mais rien de bien compliqué.

Voilà pour les premières impressions.

Article: Bon ben j’ai migré. Ça n’a pas été tout seul mais j’ai migré

Je décide donc jeudi matin d’effacer les préférences iCal dans le dossier Bibliothèque (encore heureux que je sache comment l’atteindre, cette bibliothèque, depuis que Lion a décidé de la cacher).

François, il y a un moyen très simple d’accéder à la bibliothèque. Dans le Finder, il suffit d’appuyer sur la touche option, ou Alt pour les nouveaux ;-)) et de cliquer sur le menu Aller, et miracle, le menu comporte une commande « Bibliothèque ». On peut même dérouler le menu Aller, et cliquer ensuite sur option. On voit alors « Bibliothèque » qui s’ajoute au menu, et en disparaît dès qu’on cesse d’appuyer sur option.

PS – Ceci est le premier commentaire d’un nouveau compte, créé aujourd’hui, mais pas d’un nouvel utilisateur. J’utilisais jusqu’à présent « Bigalo » comme pseudo, surnom qui m’avait été donné autrefois dans le milieu des joueurs de Go.

J’ai publié ici mardi mon premier article, sur l’usage des noms dans Excel . Il y en aura d’autres, et je préfère les signer de mon nom, plutôt que d’un pseudo.