Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Tristan Boy de la Tour
102 commentaires trouvés.
Article: Toujours dans la rubrique « je ne comprends pas…. »

Les tatouages je n’aime pas beaucoup ça, en plus c’est rarement du Picasso ou du Van Gogh! Mais il y a un truc que je trouve pire encore: les piercings. En plus, il faut les enlever pour passer la sécurité aux aéroports, la radiographie, ou bêtement quand on fait du sport. Comment fait-on alors pour boire un verre sans que tout sorte par les trous?

Je sais, je regarde trop Tex Avery

Article: La cité – chef d’oeuvre en péril

Anne: si les pragois ne supportent pas les touristes qui se soûlent et vomissent sur leurs vieilles pierres, ils n’ont qu’à fermer leurs célèbres brasseries! J’ai visité Prague avant la chute du mur, il y a depuis très longtemps dans cette ville un tourisme de la bière et de la fête plus ou moins alcoolisée, c’était même un des rares endroits à l’Est où on pouvait rencontrer des gens et s’amuser…

Madame Poppins: oui c’est bien ce que je dis, c’est un musée. On y préserve la beauté, le passé glorieux… Mais la laideur de la guerre civile fait partie de l’histoire de la cité, pourquoi vouloir effacer les traces à tout prix?

Article: La cité – chef d’oeuvre en péril

Habitant Lausanne, je suis bien sûr attaché au maintien des centres-villes historiques, même si ma ville n’est pas un modèle dans le genre, comparé à Berne ou Lucerne… Mais pour avoir visité Venise, Bruges, Dubrovnik, et entendu quelques échos récents de Prague, je dois avouer que ces «villes musées» m’ennuient profondément! Plus de population dans les centres, à part quelques bobos fortunés. Les rares passants excédés par ces hordes de touristes, les prix frisant l’arnaque. Dans ces cas, la préservation à tout prix du patrimoine a un effet encore plus dévastateur que le bétonnage et la circulation en auront eu sur l’âme des grandes villes européennes!

Pour moi, un ville, c’est avant tout un regroupement de population, qui marque le tissu urbain selon les événements historiques. La ville moderne est un livre ouvert: elle peut être détruite complètement, éventrée, comme Berlin, et reconstruite en réinventant tout… Bien sûr, il y a depuis peu la mainmise des bobos et de leurs gros 4×4 au centre ville, mais une agglomération aussi immense est un monde en soi. On y trouve toutes les facettes de l’humanité, toutes les expérimentations sociales même les plus barges! Je ne vois pas d’«autodestruction» dans ce développement; c’est la réalité que nous vivons tous les jours. Les grandes villes attirent du monde. Alors nous essayons de faire avec, de ne pas répéter les stupidités des années 60 et 70, de développer des espaces verts, des transports en commun, de préserver quelques monuments, de limiter les zones de circulation, de développer des centres de loisirs, etc…

Les villes modernes sont devenues des espaces de liberté, d’expérimentation de la vie du futur, même s’il y a trop de voitures, de béton, de caméras et de loyers abusifs.

Article: Ca m’énerve mais ça m’énerve, vous n’avez pas idée…

La publicité réduit tout-un-chacun dans un rôle traditionnel et caricatural. Aussi bien les femmes que les hommes ! Il ne faut surtout pas faire appel à l’intelligence, mais à l’émotion immédiate. Il y a ces temps une pub qui me sort par les trous de nez, c’est celle avec cette famille “bobo geek” pour une célèbre marque de téléphonie… Monsieur crie “wahou” devant son laptop, Madame crie “oh!” et la fille “lol!”. Sur certaines affiches immenses on les voit les trois ensemble chacun devant son écran dans leur 3 pièces de 120m2 à 4000 Fr.! Sympa la communication dans cette famille… La femme est beaucoup plus mise en avant que les autres: il faut bien faire comprendre que les femmes, c’est capable de surfer sur internet et même de s’étonner!… Mais le papa et la fille, c’est pas triste non plus! Si après tout ça vous n’avez pas compris que l’augmentation du débit de données est une chose indispensable à votre ascension sociale et au progrès, vous n’avez plus qu’à retourner à la lessive qui lave plus blanc que blanc.

Article: Coup de cœur musical : Nina Attal

Quel talent! Elle ira loin celle-là… Et en plus, la guitare, elle assure! C’est drôle ce retour en force du Soul et de la Fusion, ça ne m’étonne pas que le public soit surtout composé de quinquas (comme moi!). Il y a des grands talents méconnus en France, par exemple Virginie Teychené, une très grande chanteuse de jazz, mais dans un genre plus «classique».

Article: Photographe de guerre

Dans ce cas, pourquoi est-ce que l’ensemble des guerres dans le monde ne cesse pas? Je suis certain qu’il y bien plus de photos qui trainent sur toutes les guerres d’aujourd’hui qu’il y a 30 ou 50 ans.

TTE, tu as la mémoire courte, ou bien tu ne lis pas la presse… C’est pourtant bien une photo qui a contribué largement au retrait des américains d’Irak: celle de la soldate tenant en laisse un prisonnier nu! Et c’est depuis la diffusion de cette image (et quelques autres) qu’on a compris qu’une nation démocratique pratiquait la torture. Et j’ai bien dit «contribué à l’arrêt» et pas «arrêter», il est évident qu’il faut aussi d’autres éléments pour faire cesser une guerre! Mais à la base, il y a toujours un déclic… Si ce n’est plus un grand reporter de guerre, ce sera peut-être un simple pekin avec une petite vidéo Youtube.

Article: Photographe de guerre

Il y a deux photos qui ont contribué à l’arrêt de la guerre au Vietnam: celle de l’exécution sommaire d’un civil soupçonné d’être un militant communiste, et celle de cette petite fille atrocement brûlée au napalm (elle a survécu, sauvée par le photographe qui a réussi à la transporter dans un hôpital). Ces photos n’avaient aucune vocation artistique: ce sont des shoots instinctifs. La démarche de Gilles Caron est certainement humanitaire, mais dans un autre registre: pas celui du témoignage de la violence pure, plutôt celui de la réflexion sur le genre humain. Sa photo peut-être la plus forte sur le Vietnam est celle de ce soldat américain en gros plan. Son regard ne dit qu’une chose: «qu’est que je suis venu foutre dans cette galère?». En cela oui, photographier et sélectionner la scène exprimant le plus la réalité du moment, d’après moi c’est de l’art. Et du témoignage en même temps.

Il est vrai qu’en écoutant les rares interviews de Gilles Caron, il est difficile de se faire une opinion sur ses intentions réelles. Mais je pense que dans son cas, la discrétion était indispensable dans l’exercice de son métier.

Article: Photographe de guerre

Il me parait évident que le travail de Gilles Caron mérite qu’on s’y arrête. Mais au delà, je m’interroge toujours à propos de la fonction de ces images publiées. Ces images, je les classerais “informatives” par opposition à des images “artistiques”.

Elles sont à la fois informatives et artistiques. Les résultats de ce travail? Je n’en sais rien! C’est pour faire de l’art? Dénoncer? Vendre du papier? Vendre du Nikon? Pour l’héroïsme?

Peut-être tout ça à la fois, et c’est toute l’ambiguïté de la photographie «de terrain». Un reflet d’une réalité instantanée, mais chacun est libre de voir ce qu’il veut. En tous cas, le talent du photographe est incontestable.

Article: Ras le bol de la politique!

Les fonctionnaires ont souffert, le peuple a souffert, mais le pays se porte bcp mieux.

Ah bon? C’est quoi le but d’un état démocratique? Infliger des souffrances à ses citoyens, et dire que «tout va mieux»? Sûr que les grecs, portugais, espagnols, irlandais et italiens vont adorer ce genre de raisonnement…

Article: Taxe au sac: l’humain est tout de même incroyable

La taxe au sac, c’est très beau en théorie, le pollueur payeur etc… Mais moi qui suis en plein déménagement, je peux vous dire que ça ne facilite pas la vie! Il faudrait que tous les acteurs du «concept régional de la gestion des déchets» jouent le jeu, ce qui est loin d’être le cas en ville. Pas assez d’espace disponible pour les nouveaux containers, distribution des nouveaux containers complètement bureaucratique et arbitraire, disparition du ramassage public des déchets encombrants (meubles, électroménager), la Migros et les grands magasins censés installer des places pour le tri des emballages: on attend toujours, explications incompréhensibles des employés des déchetteries mobiles, on a parfois l’impression d’être pris pour un idiot, éloignement des déchetteries fixes, si on a pas de voiture rien n’est prévu! Bref jamais vu autant de cochonneries traîner dans les rues de notre bonne ville de Lausanne… Ce genre de truc, ça repose sur la notion bien suisse de citoyen-soldat, dévoué à l’ordre et la propreté, ça ne marche plus depuis les années 70, en tous cas dans les villes romandes… Ou alors il faut lever des armées de bureaucrates pour surveiller tout le monde, caméras vidéo et que sais-je encore. Et au final ça va coûter très cher.

Article: Le marché médiéval au château de Chillon

Sachant que le Moyen-Âge a duré environ un millénaire, c’est quoi un marché médiéval ? Je veux dire ça correspond à quelle époque ?

ça veut dire médiéval! En l’an 3000 on fera peut-être des marchés «ère industrielle», on y mettra des machines à vapeur, des téléphones portables, des bicyclettes, des bombes à fragmentation, des PC! Et on dira «quelle époque barbare», enfin, si l’humanité survit jusque là…

Article: Un maronnier passe… Pendant ce temps là, sur Mars…

Mais pour l’autoportrait de ce robot, comment est tenu l’appareil ? On ne voit aucun bras qui sort.

J’ai aussi été frappé par cette anomalie: le robot est-il capable d’installer un trépied surmonté d’un Mark3 avec un déclencheur à distance? Un petit homme vert avec un Leica X2 passait-il par là? La réponse est beaucoup plus simple: la photo est un stitching de 55 images dans lesquelles le bras mécanique a été gommé, ou tout simplement hors champ.

Par ailleurs, les photos sur le site de la Nasa sont fabuleuses; le robot est dans une sorte de vallée style Grand Canyon, on voit des strates, des galets prouvant que l’eau a coulé sur cette planète. Pour les preuves de vie passée, c’est moins évident: aucune trace de méthane n’a été découverte jusqu’à maintenant.

Article: Des pistes cyclables, oui, mais de quel genre ?

A Lausanne, ville en pente, et très fréquentée par les vélos électriques, il y a surtout des bandes cyclables, mais uniquement dans le sens de la montée. Et dans les rues à forte déclivité, étroites et non équipées de ces bandes, les automobilistes sont bien obligés d’attendre derrière le vélo… Je n’ai jamais ressenti d’agressivité jusqu’à présent, je pense que l’introduction des «zones 30» y est pour quelque chose: on ne prend plus sa voiture en ville pour faire de la vitesse, on roule plutôt lentement à la recherche d’une place de parc!

Seul aspect un peu frustrant dans cette ville: dur quand on a un vélo «pédalique», de se faire laisser sur place à la montée par des vélos électriques!

Article: Le recyclage : la nouvelle religion ?

La taxe aux sacs, c’était inévitable, car si seulement quelques villes et villages l’appliquent, il y a forcément un tourisme des déchets (j’ai vu des collègues amener discrètement leurs déchets au travail et les mettre dans les containers). Malheureusement, je ne crois plus du tout au consentement citoyen, il n’existe que dans des petits villages où tout le monde se connait et donc se “surveille”.

Pour les campagnes, villages, et petites villes, je peux comprendre qu’on veuille diminuer les coûts d’élimination et éviter le tourisme des déchets… Mais dans les grandes villes, c’est la jungle, et la jungle c’est pas toujours propre! Tout est fait pour consommer un max, le plus rapidement possible (voir la zone du Flon le week-end!). Le fait de taxer et de «responsabiliser» par ce moyen ne va rien changer du tout! Je me suis amusé à faire un tour des places de containers à Lausanne le week-end passé: c’est hallucinant, tout déborde, tout est mélangé. Un appartement vidé, et tout est sur le trottoir… D’après moi, avec la taxe ce sera encore pire! L’anonymat des grandes villes ne permet absolument pas un contrôle précis des habitudes des citoyens, et heureusement d’ailleurs! Alors c’est quoi l’avenir, remplacer les éboueurs par des flics? C’est un peu comme ceux qui pensent qu’on peut éliminer la drogue et les marginaux des villes, c’est évidemment totalement impossible…

Alors peut-être à Zurich ça marche, les Suisses-allemands sont plus disciplinés. Mais je trouve très désagréable, à Bâle par exemple, de ne trouver que très peu de poubelles publiques, et des containers systématiquement cadenassés.

Je ne baisse pas les bras, je suis très soucieux de l’état de la planète, mais sans consentement des citoyens, sans travail en amont (emballages de marchandises p. ex.), on arrivera à rien…

Article: La plus petite république de Suisse…

J’ai tourné le coin pour voir: il y avait là une étable (disparue entre temps), quelques vaches, et… un Mac (SE30) sur une table de jardin, au beau milieu de l’étable, dans lequel un jeune paysan notait, probablement, le résultat de la traite.

Il faut retrouver ce SE30! Sûr que la recette secrète du fromage se trouve sur le disque dur!

Article: La plus petite république de Suisse…

Ailleurs, il y a des endroits où le conservatisme ambiant est sensible, et pèse sur les épaules du visiteur comme une chape de plomb.

Je n’ai jamais été à Appenzell, et je ne connaît pas grand chose de la Suisse “primitive”. J’ai été une seule fois à Schwytz, il y a deux ans. Le conservatisme ambiant est sensible, mais ce n’est pas une “chape de plomb”: c’est autre chose, comme un autre monde, qui ne veut pas se mélanger au reste, qui ne s’ouvre à l’extérieur que partiellement… Quand on visite, on est le bienvenu, mais faut pas s’incruster, faut pas trop plaisanter non plus sur les particularités locales, on sent tout de suite une crispation.

Je dirais que c’est une sorte de paradis du “capitalisme utopique”: pas de pauvres, pas de marginaux, pas ou peu d’étrangers, pas de centres urbains ni de zones bétonnées “taguées”, presque pas d’impôts, des paysages de rêve assez préservés. Mais une quantité énorme de voitures, de villas, de signes de propriété privée, d’églises rutilantes (et ouvertes!). On dirait que le temps s’est arrêté aux années fastes (1960-70), qu’on a plus besoin de changer quoi que ce soit, même le droit de vote aux femmes risque de déranger l’ordre établi!

On peut aimer ou détester, mais on peut aussi comprendre que ces gens n’aient pas envie de changer leur mode de vie, et profiter à fond de leurs hauts revenus et de leur basse fiscalité, puisque le fédéralisme le leur permet!

Article: L’anti mouches presqu’absolu.

Des mouches à Bière! (et même pire: des mouches dedans). Même là bas le canon semble inefficace… Tout au plus le boucan couvrira les bourdonnements! Mais quelle idée d’aller vivre dans des coins pareils, alors qu’il est simple de s’installer dans une grande ville polluée, sans vaches ni chèvres. A Lausanne, j’ai juste de temps en temps une grosse mouche à m… qui entre de temps en temps, mais pas plus d’une à la fois. Alors quel plaisir de lui courir après, et de l’exploser d’un puissant coup de tapette. D’en faire ensuite de la bouillie sous le talon, afin d’être sûr que les asticots ne survivent pas. Elle paye pour toutes les autres!

Mais bon, à long terme je ne suis pas très optimiste: Fukushima, réchauffement climatique, guerre nucléaire au proche-orient, ces bestioles seront bientôt maîtres du monde!

Article: Nouvelles impressions de Grèce.

Mais bon, je ne rêve plus : entre chaos, corruption, tricherie, nombre de fonctionnaires astronomiques payés à rien f… un Oriental-Balkan-Style inadapté à l’European-Style et autres défauts connus comme un manque d’entrepreneuriat évident; ça sent le roussi grave.

Je ne suis pas Grec, je ne prétend pas tout connaître de ce pays, mais il m’arrive de consulter les statistiques… Nombre de fonctionnaires en Grèce: 3 pour 100 habitants. Nombre de fonctionnaires pour 100 habitants en Suède, Danemark et Finlande: entre 12 et 14! Horaires de travail en Grèce: 44 heures par semaine, seule l’Autriche fait plus!

Quand je parle d’état faible qui n’aide pas les citoyens à s’en sortir, qui n’a pas de projet de développement à long terme (par exemple des écoles et des universités performantes), qui souffre de déficit démocratique, c’est bien là que se situe le problème… Quand à l’entrepreneuriat, le néo-libéralisme prône le laisser-faire, la destruction de l’état. Mais dans un champ de ruines comme la Grèce, c’est sûr, aucun investisseur étranger ne veut y aller! Ou alors seulement en achetant à bas prix les «bijoux de famille», par exemple certaines îles complètement gérées par des Tour Operators…

Est-ce là un avenir pour un pays?

Article: Le franc fort a bon dos pour le tourisme suisse

Oui, je confirme qu’en Suisse, on a un gros problème dans l’hôtellerie: en revenant de nos vacances en Grèce par l’aéroport de Bâle-Mulhouse, nous avons dû dormir une nuit dans un hôtel à Bâle, car trop tard pour le dernier train pour Lausanne. Déjà, trouver un hôtel «Family frendly», chambre à 4 lits, ce n’est pas de la tarte! Enfin, on en a trouvé un, l’hôtel Rochat, apparemment correct et pas trop cher (200 Francs suisses la chambre à 4 lits).

Ah oui, mais il y des frais annexes! 3,50 Francs par personne de taxe de séjour, petit déjeuner non compris, 16 Francs par personne! Même pour les enfants? Oui mon bon Monsieur! Votre chambre est au 4e, mais l’ascenseur ne marche pas, enfin, on veut bien vous aider un peu pour monter toutes vos valises… L’escalier est en bois, je te raconte pas le boucan quand les clients descendent avec leurs valises le matin pour choper l’avion de 6h30.

La clim fonctionne à plein tubes, ça fait rire quand tu reviens de Grèce, mais impossible de l’arrêter! Il faut faire venir le réceptionniste qui va mettre un long moment avant d’y parvenir.

Seule compensation, le mini-bar est gratuit, mais tu penses bien, ils ont enlevé les bouteilles d’alcool (bon c’est vrai, on n’avait qu’à pas prendre la chambre Family frendly!)

Bon d’accord, en Suisse, les salaires du personnel, le prix du terrain, de la construction, c’est pas comme en Grèce, mais on s’attendrait tout de même à un minimum de prestations. La prochaine fois que je passe par Bâle-Mulhouse, je prend un hôtel côté français. C’est 2x moins cher…

Article: Rachel Z au Chorus

Elle était le 16 mai à Zürich… Mais il me semble tout de même qu’entre Bâle et Zurich il y a de nombreuses boîtes de jazz, et pas des moindres! Et il reste les festivals, nombreux en Suisse. Le problème c’est l’audience de plus en plus misérable du jazz, alors qu’actuellement les musiciens n’ont jamais été aussi virtuoses et inventifs…

Article: Chick Corea & Gary Burton

@levri

Je suis d’accord avec toi, on devrait s’en foutre des appartenances religieuses ou politiques des artistes, et se concentrer sur la musique… Je sais que beaucoup de musiciens sont membres de la Scientologie, je les écoute et je les admire souvent sans même connaître leur appartenance à cette «église». Mais voilà, Chick Corea n’est pas n’importe quel membre, c’est un porte parole avec des propos souvent outranciers: il a déclaré récemment que les autorité allemandes étaient «nazies» parce qu’elles avaient refusé de subventionner un de ses concerts. La Scientologie est considérée en Allemagne et en France comme une association de malfaiteurs, et non comme une «église».

Mais je suis d’accord avec toi, les religions dans leur ensemble son responsables de pas mal de morts, et je n’en ai pas qu’après la Scientologie. Par exemple quand Abdullah Ibrahim (ex Dollar Brand), fabuleux pianiste de Jazz, se prosternait en direction de La Mecque au début de ses concerts, ça me dérangeait fortement. J’écoute du jazz pour le plaisir de la musique sans préjugés politiques, philosophiques ou religieux, et comme la plupart du public, je n’ai pas envie qu’on m’emmerde avec ça… Ou alors, je vais écouter du Gospel ou de la musique religieuse.

Article: Chick Corea & Gary Burton

Parmi mes albums préférés de Chick Corea figurent : – Friends (avec le flûtiste – saxophoniste Joe Farrell)

Bien d’accord avec toi, d’autant plus que Joe Farrell était un saxophoniste fabuleux – hélas mort d’un cancer dans les années 80 – c’était un disciple de John Coltrane, au point que parfois il s’en inspirait jusqu’à ne plus pouvoir les différencier!

Article: Paysages polaires

le pire, c’est qu’en balayant la page et en associant l’image au mot bouée, j’ai cru à un objet publicitaire tiré par un hors-bord et vu du ciel.

Depuis le pont, en visant la bouée, j’ai attendu l’arrivée d’un canard, d’une mouette ou n’importe quelle bestiole pour donner l’échelle, mais tous faisaient de grands détour pour éviter cette chose effrayante! Mes doigts à moitié gelés, j’ai fini par renoncer, et je trouve finalement que la photo est bien comme ça…

Article: Auschwitz, 66 ans après…

Magnifique reportage, merci Smop.

J’ai visité il y a plus de dix ans le camp de Dachau, j’ai ressenti la même chose… A l’entrée il y avait des groupes rigolards, genre touristes faisant les attractions du coin! A la sortie, ça ne rigolait plus du tout…

Je me suis toujours demandé pourquoi des gens voulaient absolument nier l’existence des chambres à gaz. Peut-être faire comme-ci les internés des camps étaient de simples victimes de guerre? Et expliquer ensuite que la guerre ne peut en aucun cas générer un génocide? Probablement aussi «expliquer» que les vainqueurs de la barbarie nazie, ce sont eux les salauds, les menteurs, les comploteurs, que c’était mieux avant, quand le petit moustachu était au pouvoir, on avait du travail, des autoroutes etc… «C’était mieux avant», on nous ressort ça à chaque catastrophe, chaque génocide, comme s’il n’y avait rien à apprendre, qu’on ne pouvait rien y faire…

Pauvre humanité!

Article: Le judo
Tristan Boy de la Tour
, le 31.01.2012 à 18:18
[modifier]
Article: Le judo

@Levri: Il y a un truc qui t’échappe, le judo, c’est juste un sport avec un code éthique, ça sert à se faire plaisir… Pas à martyriser des gosses, attaquer des loubards de banlieue, ou gouverner le monde. En occident, il a aussi des sports basés sur une charte éthique rigoureuse, comme l’escrime par exemple!

Si tu veux écrire un article sur la boxe, la savate, ou la lutte à la culotte, fais-le, je le lirai avec plaisir.

Article: Le judo
Tristan Boy de la Tour
, le 30.01.2012 à 16:03
[modifier]
Article: Le judo

La progression en judo pour et partir de la ceinture noire peut se faire par la compétition, mais également par les « katas », dont Tristan a également parlé : un ensemble cérémonial complexe de mouvements à reproduire au millimètre.

Cette vidéo montre bien l’efficacité du judo, pour autant que la technique soit maîtrisée… D’abord un Ura nage version «débutant» et dans seconde partie la version «avancé» (1er dan minimum). On voit bien le principe dans ce mouvement de kata: l’attaquant se jette sur vous avec un couteau, et vous utilisez son élan pour le projeter avec une très grande puissance. Dans la version «avancée», la chute est très très rude, heureusement les tatamis sont souples!

Article: Le judo
Tristan Boy de la Tour
, le 30.01.2012 à 12:42
[modifier]
Article: Le judo

Jamais, je n’ai vu un maître punir un élève et ceci quelque soit son niveau. De toute façon, non seulement ce n’est pas dans la philosophie de ce sport mais de plus est ce véritablement efficace ?

Encore une fois, je n’aime pas trop ce genre de pédagogie. Mais il s’agit d’un entraînement, et non d’un cours. Et je suis persuadé que dans tous les sports à ce niveau de compétition, c’est pareil. Il ne faut pas exagérer non plus, 2 ou 3 grimpers de corde n’ont jamais tué personne… Je compare à un certain propriétaire d’un fameux club de foot suisse, actuellement à l’ombre, qui menaçait ses joueurs de mort s’ils perdaient le match! On est quand même loin du compte…

Article: Le judo
Tristan Boy de la Tour
, le 30.01.2012 à 09:30
[modifier]
Article: Le judo

L’entraîneur dont il est question ici, ce Sergeï Aschwanden, m’aurait fait fuir aussi. Pas parce que ses entrainements sont durs physiquement (c’est toujours vrai), mais jamais aucun de mes entraîneurs n’auraient eu l’idée de punir quelqu’un parce qu’il avait perdu !!! Cette idée me révulse ! Ce n’est pas du judo, ça.

Oui Frank, je suis d’accord avec toi. Mais le judo de compétition, c’est comme dans tous les autres sports de compétition, la barre est placée de plus en plus haut. Et on ne sais plus quoi inventer pour atteindre la performance: pas étonnant dans ces conditions que le dopage fasse son apparition, ce qui est un comble dans un sport comme le judo, basé sur l’éthique et le respect des autres…

Mais on impose pas encore le port de judogi (kimono) remplis de marques et de sponsors, ni de casques avec caméra incorporée. Mais ça viendra peut-être…

Ma fille ne faisait pas de compétition, elle a simplement été jusqu’à la ceinture jaune. C’est la discipline qui la rebutait. Et pourtant, en tant que gauchère, elle aurait pu progresser rapidement.

Article: Que de chemin parcouru en photographie numérique!

Diantre, pourtant l’imago avait été choisi avec soin dans sa boite à papllllon, dite “planche contact”. C’était au sciècle dernier, le Cibachrome.

Ahh! Nostalgie… Le Cibachrome, quelle merveille, j’adorais ce rendu un peu métallique, inimitable. Faut bien constater qu’avec le numérique, on est dans un autre monde, peut-être un peu froid, mais quand même plus contrôlable. Je me demande d’ailleurs s’il n’existe pas la possibilité de faire tirer des images numériques sur papier Cibachrome, ou quelque chose de similaire?

Article: Que de chemin parcouru en photographie numérique!

La seule chose qui me gonfle avec le numérique, c’est la prolifération de boutons sur les boitiers et s’il n’y avait que cela, si toute cette boutonite aiguë suffisait mais non il y a en plus des menus, des sous-menus des sous-sous…

Je ne suis pas sûr qu’un Nikon F6 fonctionne avec moins de boutons qu’un reflex numérique.

Article: Que de chemin parcouru en photographie numérique!

Mon premier numérique date de 2001, je l’ai toujours, bien qu’inutilisable au vu des critères de qualité actuels: c’est un Olympus E-20 (5 mégapixels). Un appareil fabuleux, le seul bridge reflex jamais construit avec une visée optique TTL! Et c’est pas un trou de serrure, croyez-moi! Qualité optique fabuleuse, mais dynamique très faible et c’est pas du bruit, plutôt des hurlements… Mais la qualité de construction était top, du fait pour durer!

J’ai offert récemment à mon épouse un Canon Powershot S95, un compact à petit capteur d’une qualité inouie, presque aussi bon que mon eos 50d. Je confirme: le chemin parcouru est titanesque, mais voilà, j’aime pas les viseurs électroniques, ni les trucs qui filment.

Article: Alors, ces viseurs électroniques, ça vaut quoi?

@Balaise

C’est le viseur/capteur qui doit s’approcher de la perception de l’œil, et pas le contraire! Quand on fait une photo, on s’attend à ce qu’elle ressemble à ce qu’on voit, ou alors je ne comprend plus rien au développement de la photo numérique!

Et jusqu’à nouvel ordre, le viseur numérique n’est pas totalement fidèle, même sur le NEX 7, je le sais, j’ai regardé dedans.

Article: Alors, ces viseurs électroniques, ça vaut quoi?

François, j’ai bien dit «composer à partir de l’œil», c’est bien ce qu’on fait lorsqu’on admire un beau paysage et qu’on veut le photographier, non? Le viseur électronique est déjà une interprétation de l’image, un produit fini. Bien sûr, on peut cadrer, analyser la profondeur de champ, mais ce n’est pas la même chose. En tous cas pour moi, pas le même plaisir.

Bon, les mauvaises langues diront que je n’ai qu’à ressortir mon Nikon F2 tout cabossé (mais quel viseur!) et trouver un vieux Kodachrome périmé, ou pire encore, acheter des actions Kodak, ça ne doit plus valoir grand chose…

Article: Alors, ces viseurs électroniques, ça vaut quoi?

Le viseur électronique: l’avenir? Non merci, pas pour moi! Le plaisir du photographe, c’est de composer une image à partir de l’œil humain, pas d’avoir une photo toute prête avant même d’appuyer sur le déclencheur… Déclencheur? mais c’est quoi ce truc, mon bon monsieur, c’est du passé! On va bientôt filmer en continu, grâce à l’augmentation de capacité des cartes, et on va choisir ses photos en HD par arrêt sur l’image! C’est tellement plus simple! Oui bien sûr, le numérique c’est un gros progrès dans la capture de l’image, et l’écran arrière c’est un truc génial aussi bien pour visualiser que prendre des photos insolites sans se tordre le cou. Mais l’appareil de photo reflex pour moi c’est, et ça doit rester un outil de création.

Article: Maria Schneider

Pour moi, Maria Schneider, c’est l’héritière et la continuatrice de l’univers musical de Miles Davis et Gil Evans. A noter qu’elle a dirigé d’autres big bands que le sien: notamment le WDR big bang allemand, certainement le meilleur grand orchestre de jazz en Europe. Pour moi qui aime aussi le classique, quel plaisir de voir se rencontrer ces deux mondes. Le jazz est devenu tellement pointu et exigeant que les partitions et les arrangements sont incontournables; à l’époque, un certain Duke Ellington l’avait bien compris, même si l’improvisation restera toujours la force principale de cette musique…

Mais j’aimerais bien entendre Maria Schneider à la tête d’un orchestre symphonique, jouant du Strawinski, du Gershwin, ou des compositions à elle.

Article: Et si… Sur une île déserte?…

Moi, cette musique ça me remue les tripes. Le blues, c’est la vie, c’est la mort… Et cette musique survivra parallèlement à toutes les misères subies par le peuple noir outre-atlantique: inégalités, discriminations, justice sommaire etc… Pour ma part, je n’emporterai qu’un seul disque: Kind of blue de Miles Davis, le blues au sommet de l’inventivité et de la virtuosité.

Article: Le métro de Berlin

@Arnaud

Le métro de Paris n’est pas mal non plus! Il y a toute une partie aérienne à Barbès qui est très intéressante, mais d’après ce que j’ai pu comprendre, faire des photos est plutôt risqué… En parlant de la langue, ce qui me fait rire à Berlin c’est le «Zurück bleiben» (restez en arrière) qu’on entend à la fermeture des portes, et c’est toujours un vrai humain qui le dit, pas un robot synthétiseur vocal! J’ai vu aussi un cheminot avec une espèce de trompette quadruple d’un autre âge (je n’ai pas eu le temps de le photographier), je n’ai aucune idée à quoi ça sert, mais ça doit faire du bruit… Bref, dans les transports berlinois, il y a des emplois et on imagine bien que le syndicat est puissant!

Article: Impressions de Grèce

©smop:

J’ai voyagé dans plein de pays à travers la planète, j’ai même vécu 12 ans dans une île tropicale, beaucoup d’endroits m’ont déçu… Ou alors il faut aller très loin, genre Patagonie ou Nouvelle-Zélande, mais là ça coûte cher… En Europe il reste cependant des endroits paradisiaques et la Grèce en fait partie. Mais rassures-toi, je vais très bientôt publier sur cuk un article sur Berlin, une ville à visiter absolument.

Tristan

Article: Photos en basse lumière

Je n’ai pas trouvé trace de ce règlement sur le web… Mais j’ai trouvé un forumtitre. de discussion sur Lausanne dans Wikipédia qui parle de ce problème. Sont mentionnés: l’interdiction de photographier ou filmer dans les gares, les couloirs et les passages publics. Je pense que cela est lié à la protection de la personnalité, les usagers ne désirant pas forcément être photographiés à leur insu. Si mes prises de vues avaient été nuisibles à l’entreprise, comme j’ai été de toutes façons repéré par des dizaines de caméras, je pense qu’on m’aurait très vite intercepté! Mais je n’ai photographié personne, et même si je vendais ces photos au cher Leader bien-aimé pour la construction du métro de Pyongyang, je doute qu’il puisse les utiliser pour pillier les secrets d’Alstom!