Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: infisxc
92 commentaires trouvés.
Article: Audiophilie : XLD ou comment encoder sans erreurs !

@Renan : merci pour tes explications. Je reste cependant un peu dubitatif : pourquoi une lecture linéaire est-elle plus encline qu’une lecture aléatoire à interpréter les défauts d’un CD toujours de la même manière ? Est-ce quelque chose que tu as observé personnellement ou lu quelque part ? Si tu as, je veux bien un pointeur vers un article décrivant cela un peu en détail. En tout cas, merci pour ta série d’articles très fouillés. J’attends la suite avec impatience.

Article: Audiophilie : XLD ou comment encoder sans erreurs !

@Renan : je ne me suis peut-être pas bien fait comprendre. Je pense que si tes CDs ne sont pas abîmés, iTunes et un lecteur bas de gamme te permettent d’encoder 100% de tes disques en bit-perfect, en 5 fois moins de temps et pour une poignée de francs.

C’est juste que, statistiquement, il est probable qu’il y aura un ou deux morceaux que tu devras encoder 4 ou 5 fois avant d’obtenir deux fois le même fichier, et donc de déterminer lequel des encodages s’est fait sans erreur.

Un lecteur de haute qualité peut se justifier pour écouter de la musique parce que tu veux que le CD soit lu sans erreur au moment où tu l’écoutes. Mais pour encoder dans un format lossless, ça n’a aucune importance de devoir t’y reprendre à plusieurs fois avant d’avoir la version bit-perfect.

Article: Audiophilie : XLD ou comment encoder sans erreurs !

Merci Renan pour cet article fouillé qui m’a fait m’intéresser d’un peu près à des choses que je n’avais jamais regardées en détail. Après avoir un peu creusé la question, j’apporterais néanmoins quelques nuances.

Certes, c’est un produit onéreux, mais lorsqu’il s’agit d’encoder toute sa cdthèque (plus de 500 disques), il est vite rentabilisé.

Cela demanderait à être validé par l’expérimentation, mais j’ai des doutes sérieux sur cette affirmation.

Si j’en juge par ce site je ne dirais pas que iTunes est si mauvais que ce que tu affirmes dans le cas de CDs en bon état. Il a l’air de faire très bien le job. Son problème semble plutôt qu’il ne tient pas compte de l’offset du lecteur, ce qui peut-être rend la vérification avec accuraterip compliquée. Mais il met 20 secondes à encoder un morceau là où les méthodes de type paranoïa mettent entre 5 et 9 minutes !

Les statistiques sur la qualité des lecteurs ne sont pas si alarmantes : les plus mauvais lecteurs ont un taux d’erreur de 10% lorsque les meilleurs culminent à 0.5%.

Prenons le protocole suivant : chaque piste est encodée deux fois par iTunes. Si les fichiers obtenus sont les mêmes, on les considère bit-perfect. Sinon, on ré-encode une troisième fois, et si on obtient la même chose qu’une des deux fois précédentes, on considère cette version comme bit-perfect.

Mettons une moyenne de 20 morceaux par CD, fois 500 CDs, soit 10 000 morceaux à encoder. Je fais l’hypothèse que les CDs sont en excellent état et donc les erreurs qui surviennent sont dues uniquement aux imperfections du lecteur et arrivent aléatoirement et indépendamment les unes des autres, avec une probabilité constante (c’est sans doute l’hypothèse la plus contestable, mais faute de mieux, il faut bien partir de quelque chose).

Avec un logiciel type XLD + un lecteur excellent (0.5% d’erreur), il y a 9 chances sur 10 que le processus d’encodage déconne moins de 59 fois. Donc, on encodera au total 10000 + 59 morceaux et on sera bon. À raison de 5 minutes à chaque fois cela fait 35 journées complètes de 24 heures passées à encoder.

En utilisant iTunes + un lecteur merdique (10% d’erreur), on doit tout encoder en double, donc 20000 morceaux. Parfois (souvent, diront certains), on n’obtient pas le même fichier lors des deux encodages. Il y a 99 chances sur 100 que ça n’arrive pas plus de 2300 fois. Il faut alors ré-encoder une troisème fois. Comme il y a 10% de chances que ça déconne à nouveau pour cette troisième fois (plus une petite probabilité que les deux encodages précédents aient été mauvais), il y a quelques centaines de titres sur lesquels on va se casser les dents (3 encodages donnant lieu à 3 fichiers différents). À la louche, on n’aura pas plus de 22500 morceaux à encoder. À raison de 30 secondes par morceau, c’est moins de 8 journées de 24 heures qu’il faudra pour encoder toute la collection.

Ma conclusion est donc l’inverse de la tienne : si on a pris soin de ses CDs, il vaut mieux utiliser iTunes et un lecteur pas cher. Tu passes 5 fois moins de temps à encoder ta bibliothèque et tu ne te ruines pas dans l’achat d’un lecteur d’excellente qualité.

Cela n’enlève rien au mérite de XLD, EAC, etc., ainsi qu’aux lecteurs CD de très bonne qualité, qui réussissent à faire du bon boulot de façon plus systématique et sur des CDs mêmes abimés. Mais l’argument suivant lequel il faudrait jeter les lecteurs CD basiques ainsi que iTunes à la poubelle me semble hautement contestable.

Enfin, il semble que la seule chose qui empêche de vérifier un fichier généré par iTunes avec accuraterip vient de l’offset laissé par iTunes. Encore que je ne sois pas complètement sûr, parce que ce que je lis sur accuraterip est confus. Cela tient au fait que accuraterip (que je trouve être une excellente initiative par ailleurs) est très fermé : il n’y a pas de documentation technique sur comment faire des requêtes à leur base de données, et quand on comprend comment faire (il y a des codes qui trainent sur internet pour ça), on voit qu’on ne peut obtenir qu’une information parcellaire sur le contenu de la base de données. En tout cas, rien n’empêche en principe (et c’est ce que je ferais si je devais personnellement ré-encoder toute ma discothèque) d’enlever l’offset dans le fichier généré par iTunes, en utilisant un petit script pour ça, puis d’interroger la base de données accuraterip pour vérifier l’intégrité du fichier généré par iTunes.

Article: Escape, la malédiction du temple

Salut Puzzo,

merci pour cette présentation ainsi que le petit rappel à Space Dealer, que j’avais loupé (comment diantre ai-ja raté un billet de cuk.ch, surtout un billet présentant un jeu, je l’ignore).

J’ai lu les règles, mais certains points restent un peu obscurs. Comment les avez-vous éclaircis ? Merci d’avance pour tes lumières.

1) « Note: chaque masque d’or ne vous permet d’aider qu’un seul autre joueur. » Mettons qu’Anna et Bertrand soient dans la même pièce, avec chacun un masque noir. Anna tire un masque d’or. Est-ce qu’elle peut débloquer les deux masques noirs, ou bien « aider un joueur » interdit d’utiliser le masque d’or pour soi ?

2) « Un joueur peut mettre de côté tous les dés qui n’ont pas été utilisés pour une action afin de les utiliser ultérieurement pour une autre. » C’est tout ou rien ? On ne peut pas en conserver un ou deux qu’on trouve intéressants par exemple, et relancer les autres ?

3) « À tout moment, un joueur peut relancer tous les dés qu’il avait mis de côté précédemment » Même question : c’est tout ou rien ?

4) Est-on obliger d’effectuer une action à chaque lancer de dés (à partir du moment où au moins une action est possible bien entendu), ou bien peut-on relancer les dés immédiatement si un tirage ne nous plaît pas ?

5) Juste pour être bien sûr : on lance les dés frénétiquement, c’est ça ? Je veux dire, rien ne limite la vitesse à laquelle on relance les dés, à part notre capacité à prendre des décisions rapidement, si ?

Article: Quand Madame Poppins en veut à votre lecteur mp3….

Bonjour Madame Poppins.

Si je ne pouvais n’en emmener qu’un seul avec moi, ce serait Allain Leprest sans hésiter. Mais pas que ce morceau, que je donne à titre d’exemple. J’emporte tout ou presque.

Et si on avait la gentillesse de m’en accorder un second, alors Rémo Gary . Là aussi, je prends tout.

Si on m’en donnait plus, et pour viser à l’éclectisme, petit florilège parmi ce qu’on trouve sur youtube :

Tom Waits qui me laisse sans voix

Je ne partirai pas non plus sans Nougaro ni sans le trio Brel , Brassens (chanté par Leforestier comme ça j’en ai deux en un), Ferré .

Johnny Cash .

Mano Solo .

Boby Lapointe pour ses jeux de mots savoureux.

La rua Madureira de Nino Ferrer une des chansons les plus cinématographiques que je connaisse.

Et tant d’autres…Mais je ne veux pas te faire perdre une autre journée de travail… :-)

Article: Sortie de scène
infisxc
, le 09.01.2013 à 10:59
[modifier]
Article: Sortie de scène

Salut à toi Modane. Quand Madame Poppins nous a annoncé qu’elle nous disait au revoir pour un temps, ça m’a pincé le cœur. Mais j’avais une petite lueur d’espoir, car la porte n’était pas fermée. Peut-être allait-elle revenir après un temps (pas comme Okazou et Alec6, autre pincement au cœur, et sans lueur d’espoir). Et quand elle est revenue, ben ça a été un rayon de soleil.

Alors je te dis bon vent, regagne ta confiance et reviens-nous. Tu illumineras ce petit coin du web, à ce moment-là. Au plaisir de te lire.

Article: zit chevauche un dragon.
infisxc
, le 16.08.2012 à 12:19
[modifier]
Article: zit chevauche un dragon.

Ahah ! Fantastique. Un article sur les vélos couchés sur Cuk ! Et puis, quand zit s’y colle, il fait les choses méthodiquement.

Alors : deux petites remarques pour compléter l’article.

1) Le record actuel de distance parcourue sur route en 24h sur véhicule à propulsion humaine est de 1220 km (à moins qu’il ait été battu depuis, mais je ne suis pas au courant). Le record a été établi dans une vélomobile du commerce par un homme qui, s’il est indéniablement un bon sportif, n’en reste pas moins un amateur de 50 ans. Ça fait plus de 50 km/h de moyenne (de moyenne !) tenue pendant 24h.

2) @zit : je suis très surpris par ta phrase : “Et j’ai donc aussi été voir où l’on pouvait essayer ce genre de machine dans mon coin (région parisienne), et bin rien à moins de 500 km !”. Il y a à 50 km de Paris un magasin, qui, visiblement, fait des séances d’essai. Je n’y suis jamais allé, mais je l’avais repéré, justement, pour le jour où j’aurais un peu de temps pour essayer un vélo couché. http://roulcouche.com/page/page.php?id=plan Est-ce que tu l’as loupé ?

Ce que je ne comprends pas (et que je déplore fortement), c’est cette volonté maintenue depuis 1934 de l’UCI de ne pas homologuer les vélos couchés. C’est un peu comme si on décidait que le crawl n’est pas une nage autorisée dans les compétitions de natation, sous l’unique prétexte que “c’est de la triche, c’est bien plus efficace que les autres nages”. Ou si la technique de Fosbury était interdite au saut en hauteur.

Ça fait du mal au vélo couché : d’abord parce que beaucoup de gens ignorent que ça existe ; quand ils savent que ça existe, ils n’ont souvent pas conscience que c’est plus efficace qu’un vélo droit (et comment pourraient-ils le soupçonner puisque ce n’est pas utilisé en compétition ?) Si le vélo couché était autorisé en compétition, tous les cyclistes auraient tôt fait de l’adopter, ce qui démocratiserait l’engin de plusieurs façons : les gens sauraient que ça existe, ça ferait taire les railleries à son sujet, et enfin, il y aurait un investissement important en recherche et développement et des processus de fabrication en chaîne.

Tout cela diminuerait fortement les coûts, et rendrait également l’achat plus facile, parce que les vélos couchés seraient disponibles chez tout bon marchand de vélo.

En attendant, je n’en ai toujours pas, mais j’en rêve souvent :-) Merci zit pour cet article passionnant.

Article: Black Stories : La coccinelle
infisxc
, le 23.02.2012 à 09:21
[modifier]
Article: Black Stories : La coccinelle

Pas du tout.

Le gars, pas jardinier pour deux sous a été forcé par sa femme de s’occuper de ce foutu rosier plein de pucerons. Le voilà avec le livret expliquant comment on fait pour (livret emprunté à la bibliothèque), le produit insecticide dans l’autre, et une bière à portée de main, pour garder le moral.

Dans un moment de fatigue, alors qu’il lit un paragraphe important du livret d’entretien, il se saisit de la bière pour en boire une gorgée. Pas de bol, il prend l’insecticide à la place. Il tombe raide mort avant d’avoir pu faire quoi que ce soit.

La coccinnelle du coin trop contente, vient vérifier que le type est bien froid et inoffensif, avant d’aller se gaver sur le rosier, peinarde.

Article: Comme à Seattle…
infisxc
, le 19.12.2011 à 09:24
[modifier]
Article: Comme à Seattle…

Madame Poppins, ces vers des Demoiselles de Rochefort me viennent en tête :

Envolez-vous mes tourterelles

Partez voyager au long cours

Puisque ni nos yeux ni nos discours

Ne vous font plus frémir d’amour

Envolez-vous mes toutes belles

Bon voyage et belles amours

Bon vent à toi et ta petite famille. J’abonde sur ce que dis Philob : six mois, qu’est-ce que c’est ? Ça va filer à la vitesse de l’éclair pour moi. J’espère bien que pour toi, ce sera six longs mois, de détente, de ressourcement. Et nous t’attendons de pied ferme à ton retour.

Si tu le permets, je te fais la bise.

Infisxc

Article: Dessiner avec LaTeX (première partie)

Merci Franck pour cette intéressante introduction à Metapost et mfpic, claire, et surtout très bien documentée en pointeurs de toutes sortes vers des tutoriels.

Il y a pas mal de temps que je me dis qu’il faudrait que je me mette à Metapost. Je suis assez satisfait de mon cycle de production utilisant Inkscape + le plugin TexText d’Inkscape, mais on arrive évidemment pas à la perfection d’un dessin produit par Metapost évidemment.

Ta série de deux articles est peut être l’occasion de commencer à regarder ça de plus près, même si j’ai quand même bien peur de perdre pas mal en facilité et rapidité de dessin des figures.

Article: Spotify en Suisse? Génial, que je pensais mais quelle déception!

Sébastien, tu as bien raison, ta comparaison est très juste. Je n’ai pas et ne veux pas de compte Facebook. Pour exactement le même type de raisons, je n’ai pas et ne veux pas de compte GMail.

Ton raisonnement ne prouve rien, hormis le fait que les gens désireux qu’on ne piétine pas leur vie privée s’abstiennent de s’inscrire à l’un comme à l’autre.

Article: Excel et VBA, version 2011
infisxc
, le 12.10.2011 à 10:54
[modifier]
Article: Excel et VBA, version 2011

Merci pour ce billet très intéressant. Je suis utilisateur (occasionnel à vrai dire) d’Excel depuis les toutes premières versions et j’ai toujours trouvé ce logiciel puissant et très bien fait. Il s’agit pour moi d’une des rares réussites absolument incontestables de Microsoft.

VBA est un outil puissant, que j’ai appris sur le tas. Je suis toujours preneur d’infos pour compléter mes connaissances à ce sujet. J’attends donc la suite avec impatience.

Article: Steve Jobs
infisxc
, le 06.10.2011 à 11:57
[modifier]
Article: Steve Jobs

Comme tous les matins, Cuk est le premier site auquel je me connecte. J’ai donc appris la nouvelle sur Cuk avant de voir que le web entier ne parlait que de ça ce matin.

Lorsque je pensais à Steve Jobs, même avec les ennuis de santé qu’on lui connaissait, je pensais : cet homme a 55 ans, s’il n’a pas le malheur d’être emporté prématurément cela signifie qu’on peut espérer encore au moins une vingtaine d’années ou plus de son génie créatif. Personne ne peut imaginer ce que ce type-là est capable de nous inventer en vingt ans.

Tous les signes montraient que ça n’allait pas bien depuis plusieurs années, et sa décision de quitter la tête d’Apple, évidemment, signifiait qu’il savait ses jours comptés. Je le savais. Mais je ne l’avais pas vraiment intériorisé.

Ce matin, je fais le deuil de ces vingt prochaines années d’innovations surprenantes que j’espérais. Même s’il n’était pas seul bien sûr, même si les équipes sont toujours là et continueront de travailler, la vie d’Apple et ses moments de génie sont tellement corrélés à la présence de Steve Jobs à sa tête que je ne peux m’empêcher de penser qu’une page se referme aujourd’hui.

Article: Pourquoi le gratuit est-il si moche?

François,

j’aime bien te lire, car je trouve que tu prends généralement le temps d’étudier ton sujet en profondeur avant d’écrire une humeur. Tu as généralement une pensée critique et une vraie réflexion. Alors pourquoi tant de confusion (et depuis si longtemps, car c’est loin d’être la première fois que tu abordes ce sujet) à propos des logiciels gratuits et/ou libres ?

Je voudrais enfoncer le clou (ça a été bien dit dans les commentaires précédents) :

1) Libre et gratuit sont des notions bien distinctes, même si on les trouve souvent présentes simultanément. iTunes, Safari, Flash, Acrobat Reader sont gratuits et pas libres. Et comme l’ont rappelé Franck Pastor et Guillôme, le logiciel libre n’est pas synonyme de gratuit, ni de travail bénévole.

2) Le modèle de developpement du logiciel libre a été couronné de nombreux succès et a beaucoup influencé le monde que nous connaissons. Ton navigateur Web est rapide et respecte les standards : c’est grâce à son moteur de rendu. Ton système est stable et bien sécurisé : c’est grace à ses fondations BSD. Wikipedia te renseigne sur tout et n’importe quoi : son modèle vient du libre. Des milliers de gens ont un blog sous WordPress ou Dotclear. Tout ça, c’est du logiciel libre. On est d’accord qu’on ne parle pas d’interface là. Mais ne jette pas le bébé avec l’eau du bain. Le libre pêche souvent par son ergonomie, c’est vrai. Mais n’oublie pas le positif.

3) Le problème de l’ergonomie d’une interface est complètement indépendant de gratuit ou pas gratuit, et tu le sais très bien. Je t’ai vu faire des billets assasins pour certains logiciels tout ce qu’il y a de plus payants, qui étaient buggués, dont l’interface était merdique, etc. Et il y a des logiciels gratuits qui sont ergonomiquement très convenables : Adium, Firefox, Inkscape, par exemple.

4) En matière d’interface, il faut comparer ce qui est comparable : si tu es sous Mac et que tu veux comparer un logiciel payant (développé avec l’API Cocoa) avec un logiciel libre, prends-en un qui soit également développé en Cocoa, c’est-à-dire nativement conçu pour tourner sous Mac OS X. Compare iChat à Adium par exemple. Évidemment, si tu prends un logiciel qui n’a pas d’interface spécifiquement dédiée (i.e. où il faut passer par X11), ne t’attends pas à trouver une merveille d’ergonomie.

5) Tout cela étant dit, je suis d’accord avec toi pour dire que Gimp a une interface assez merdique (avec une logique propre, que je trouve assez contestable). Et je suis d’accord également pour dire que l’ergonomie est le point faible de nombreuses interfaces graphiques de logiciels libres. Des idées intéressantes ont été suggérées en commentaire pour expliquer cela : pas de conception de l’ergonomie en amont, relatif dédain des programmeurs pour la partie interface, graphistes qui n’ont pas le hobby de faire leur métier sur leur temps libre contrairement aux programmeurs, coût important du développement d’une bonne interface graphique. J’ai aussi l’explication suivante en tête : le logiciel libre sort doucement (mais sûrement) de la confidentialité dans laquelle il se trouvait à ses débuts. Lorsque personne (hormis quelques développeurs fous) n’avait entendu parler ni n’utilisait de logiciel libre, il ne fallait pas s’étonner que personne (hormis quelques développeurs fous) ne développe du logiciel libre. Mais une fois qu’une certaine masse critique est atteinte, on commence à toucher un autre public. C’est à partir de ce moment seulement (quand monsieur tout le monde entend parler du logiciel libre et se dit “tiens, est-ce que je pourrais contribuer à ça, de mes modestes moyens ?”) qu’on peut espérer agréger autre chose que des développeurs. Or, il y a de la place pour bien autre chose que des développeurs dans un projet de logiciel libre : faire un site web attrayant pour présenter le logiciel, écrire la documentation, traduire le logiciel, rédiger des tutoriels et des tests, concevoir une interface bien pensée ergonomiquement, dessiner des icônes, etc. Jusqu’à présent, c’était les développeurs fous qui faisaient ça (parce qu’il fallait bien le faire et que personne ne l’aurait fait sinon). Ils le faisaient souvent mal, certes. Mais on peut espérer que, dans les années à venir (et à condition que des gens comme toi, François, ne démolissent pas cette entreprise et cherchent plutôt à voir comment ils pourraient y contribuer), on peut espérer (donc) que des gens qui ne sont pas compétents en programmation viennent enrichir ces logiciels de leurs compétences. Tout comme des gens qui ne connaissaient rien au logiciel libre sont venus contribuer à Wikipedia.

Article: Symphonie inachevée…
infisxc
, le 23.05.2011 à 09:35
[modifier]
Article: Symphonie inachevée…

Fidèle lecteur de Cuk, j’ai eu une impression de déjà-vu en lisant cet article ce matin. @Saluki : Alec6 a publié cet article, le 20 septembre dernier.

Je ne connaissais Alec6 quasiment qu’à travers ses commentaires (vérification faite, et hormis cet article du 20 septembre dernier, il n’avait effectivement pas publié depuis longtemps). Mais, comme tous ceux qui postent régulièrement, il m’était familier, et ce d’autant plus que j’étais souvent d’accord avec lui.

Toutes mes pensées vont à ses proches ce matin.

Article: Nos maux sont-ils nos mots non dits ?

Ma’me Poppins, si je comprends bien, tu en as plein le dos de ton boulot.

Moi, depuis très longtemps, je développe une angine à l’approche d’un oral (pour un concours, une représentation théâtrale). C’est comme ça que j’ai pris conscience que angoisse et angine avait la même éthymologie.

Aucun conseil à te donner malheureusement. Je trouve que poser le diagnostic (le problème de santé est lié à un problème dans ma vie), c’est déjà faire un bout du chemin.

À court terme, et pour relâcher un peu la pression, tu ne peux pas prendre 15 jours de vacances et penser à autre chose ?

Article: Un enfant, oui mais….
infisxc
, le 08.11.2010 à 14:00
[modifier]
Article: Un enfant, oui mais….

Si je peux me permettre :

1) L’argument (pourtant répété à l’envi) selon lequel un enfant aurait besoin d’un papa et d’une maman pour s’épanouir est une absurdité qui ne repose sur rien d’autre qu’un préjugé culturel. Je vous renvoie à la lecture de cet article paru dans le journal du CNRS : l’humanité a développé bien d’autres formes de cellules familiales que la prétendue normale cellule père-mère, et ça n’a jamais empêché les enfants de devenir des adultes équilibrés (cf. http://www.loria.fr/~chevilla/Homoparentalite.pdf). Pour dire, le mot “papa” n’existe même pas dans certaines langues.

Il ne s’agit pas d’un argument, mais d’une position de principe, qui n’est fondé sur rien d’autre qu’un prétendu “ordre naturel”. Je suis désolé de le dire si abruptement, mais ça n’est ni plus argumenté, ni plus réfléchi que de dire “un couple normal doit faire intervenir deux personnes de sexe opposé ; si on est attiré par quelqu’un du même sexe, c’est qu’on a un problème dans son rapport à l’autre et dans son identification sexuelle, il faut se faire soigner”.

@Smop: si un couple homosexuel donne à l’enfant une version “biaisée du monde”, c’est donc que l’homosexualité est un “biais”, une anormalité ? Et bien non, un couple homosexuel n’est pas moins “normal” qu’un couple hétérosexuel, et cela ne constitue certainement pas un mauvais exemple qu’il faudrait se garder de donner aux enfants.

2) Un autre argument qui revient : la construction psychologique de l’enfant, en particulier, face au reste de la société. Là, je suis obligé de souscrire : un enfant élevé par un couple d’homosexuel (de même qu’un enfant noir élévé par un couple blanc, comme le fait remarquer Zallag) va être confronté au regard des autres et va devoir le surmonter. C’est vrai. Et, oui, on peut se demander de quel droit un couple homosexuel pourrait décider d’infliger ça à son enfant (comme le disent 406 et M.G.). Et bien tout simplement, parce qu’un couple décide de faire un enfant parce que les deux partis ont envie d’un enfant, jamais pour une autre raison. Des couples violents ont des enfants, des couples alcooliques ont des enfants. Des couples ont des enfants et se séparent ensuite. Mais ça ne s’arrête pas là : des handicapés ont des enfants, des intégristes ont des enfants, des marginaux ont des enfants. Croyez-vous qu’il soit plus facile pour ces enfants-là d’affronter le regard des autres ?

Le traumatisme induit par un divorce me semble bien plus important que celui induit par le fait d’être élevé dans un couple homoparental. Dans de nombreux cas, deux personnes qui divorcent ne peuvent plus se supporter. L’enfant doit d’abord supporter ça à la maison (avant le divorce) puis il est le témoin au quotidien de la tension entre ses deux parents. Il est tiraillé entre deux maisons, deux éducations, victime d’un chantage affectif lui demandant en permanence de choisir (explicitement ou implicitement) lequel des deux il préfère. Et là-dessus, il doit encore apprendre à co-exister avec une belle-mère et un beau-père à qui, peut-être, il aurait préféré ne jamais avoir à faire.

Alors, oui, un enfant élevé par un couple homosexuel aimant va devoir faire avec le fait qu’il a deux “mamans” ou deux “papas”. La belle affaire. Il faut bien comprendre que pour lui, la normale, ce sera d’avoir deux parents du même sexe. Et à part le regard des autres, contre lequel il faudra bien lutter, ça ne devrait pas lui poser plus de problème que ça. Et il s’en tirera probablement mieux que son petit copain de classe dont le père est alcoolique et bât sa femme.

Tiens, d’ailleurs, en post-scriptum. Un couple de lesbiennes a récemment défrayer la chronique en France. Le couple avait eu un enfant (techniquement, légalement, une des deux avait eu un enfant ; l’autre, au regard de la loi, au regard de la société, elle n’existe pas). Le couple s’était séparé (ça arrive aussi aux homosexuels). Et bien la deuxième “maman”, elle voulait une garde partagée. La première “maman”, elle disait “non, c’est mon bébé, pas le tiens” (comme quoi, on peut être homosexuel et pas ouvert, l’un n’empêche pas l’autre). Ça s’est fini devant les tribunaux, qui ont tranché pour la garde partagée. Et bien, ils ont eu raison : car un enfant qui a eu deux mères, il a toujours besoin de ses deux mères. L’autre n’est pas rien. Elle l’a élevée, elle lui a donné son amour et elle en a reçu en retour. Et priver l’enfant de ça, ça c’est dévastateur. Pas le fait de lui avoir donné deux mamans au départ.

Infisxc

Article: Madame Poppins part acheter des étagères…

Une fois mes achats effectués, j’ai passé à nouveau juste à côté de ces places

Madame Poppins, voyons ! “Une fois mes achats effectués, j’ai passé ma colère sur le jeune couple qui manquait de civisme” : ça vous auriez pu ; “Une fois mes achats effectués, j’ai passé ma main par la fenêtre du sale type pour l’attraper par le col et lui dire ma façon de penser” : ça aussi vous auriez pu ; mais “Une fois mes achats effectués, je suis passée à nouveau juste à côté de ces places”.

Pour ce qui est de dire sa façon de penser aux malotrus, personnellement, je trouve ça difficile, car il faut rentrer dans la sphère de l’autre et aller au conflit. D’ailleurs, gare aux bourdes : regardez-y à deux fois derrière le pare-brise à la recherche du fameux macaron avant de venir faire la morale à quelqu’un. Les apparences sont parfois trompeuses, et telle personne en bonne santé semblant usurper une place handicapée peut être affectée d’un handicap pas forcément bien visible à première vue, ou bien être accompagnatrice d’une personne handicapée. Et quand on s’aperçoit de sa boulette, on n’a plus qu’à être confus pour un bon moment.

Cela étant, lorsqu’il y a effectivement incivilité, je suis plutôt favorable au fait d’intervenir. Contrairement à ce qu’ont dit Tof et Smop, il ne s’agit pas de faire la loi : il ne s’agit pas de casser la figure aux malotrus. Juste de leur faire remarquer leur manque de savoir-vivre. Le vivre ensemble, ça s’apprend, et c’est le respect des autres. Lorsque quelqu’un ne respecte pas les règles de la communauté, n’importe quel citoyen est en droit de se sentir agressé et de le faire savoir. @Smop, @Tof : si votre voisin met sa musique trop fort à 3h00 du matin, il vous paraît naturel de le lui faire remarquer. Vous ne faites pas la loi : vous vous contentez de rappeler quelqu’un à l’ordre, parce que sa liberté empiète sur la vôtre. C’est la même chose.

Article: TeXworks, pour faire du LaTeX sur toutes les plateformes

Ainsi, si on modifie son document source et si on le re-compose, on n’a pas à fermer le lecteur de PDF externe (Adobe Reader le plus souvent) puis le rouvrir pour y constater le changement. Cette manœuvre, particulièrement fastidieuse à la longue, était jusqu’à présent le lot de toutes les interfaces graphiques sur Windows et Linux que je connaisse, et est également celui de TeXmaker.

C’est vrai que Adober Reader est incapable de raffraichir un document ouvert. Mais xpdf le fait très bien. Sous Linux, lorsque je travaille sur un fichier LaTeX, j’ai ma fenêtre d’éditeur d’un côté et xpdf de l’autre. Un coup de pdflatex puis j’appuie sur la touche “r” dans xpdf et le document est raffraîchi.

Autre remarque : il existe un plugin pour emacs appelé whizzytex (dans mon souvenir, c’est un peu une usine à gaz de le faire fonctionner, cela dit). Ce plugin est intéressant si on utilise le lecteur de DVI advi : la vue du dvi est alors raffraichie automatiquement en temps réel. De plus, il y a le même principe que SyncTeX : une sélection côté éditeur ou côté lecteur est simultanément retranscrite de l’autre côté.

Infisxc

Article: SMS, la nouvelle sténographie sociale

@Philob : bien d’accord avec toi. Lorsque je suis en train de discuter avec quelqu’un, il a la priorité de ma conversation. En règle générale, la personne que j’ai en face de moi reste interdite de me voir ignorer la sonnerie.

Comme toi, je suis navré que cette sonnerie prenne le pas sur absolument tout ce qui se passe autour.

infisxc

Article: Une focale, des faux c…ls (?)

Moi, à un moment où ça m’arrivait souvent, je faisais un truc : je prenais une clé (toute métallique) et je touchais une surface métallique avec. On se décharge à travers la clé, donc il n’y a pas d’arc entre notre main et un objet (d’où : pas douloureux) mais on garde la côté rigolo (chacun ses goûts) de faire une étincelle. En plus on a le petit plaisir de voir toute cette électricité partir et on se dit “ah, tu croyais me faire mal. Bah c’est moi qui t’ai eue !”

Article: Open Office 3 Mac : Une alternative crédible à Microsoft Office?

De la même façon que Linux copie Windows. C’est insupportable.

Je suis obligé, comme Diego, de m’insurger. Ce que tu dis là est complètement faux. Si tu disais “une copie de Mac OS X” on pourrait argumenter, parce que le socle Unix commun fait qu’il y a des points communs.

Mais Windows, ça n’a rien à voir. Mettre un peu le nez dans Linux, c’est déjà se rendre compte qu’on ne peut pas affirmer des phrases péremptoires du genre “Linux c’est …” parce qu’entre deux installations différentes de Linux, il peut y avoir un monde.

Je travaille toute la journée sous Linux. Mes collègues aussi. Et bien je peux t’assurer que je ne sais pas me servir de l’ordinateur de certains collègues. Et pourtant je sais me servir de Windows et de Mac OS X.

Infisxc

Article: Excel 2008 (Office aussi) sensible aux polices

Pour moi, le “user/biblio/fontes” est un dossier égoïste.

Je peux pas te laisser dire ça. C’est parce que tu es administrateur et/ou seul utilisateur de ta machine que tu as ce regard là. Sur un système multiutilisateur, seul l’admin a le pouvoir d’aller installer des nouvelles polices dans /system/biblio et /biblio. Et pour des tas de raisons, il peut ne pas vouloir en installer beaucoup (toute la discussion d’aujourd’hui le montre). Mais quand toi, pékin moyen, utilisateur du système comme peut-être 50 autres personnes as envie d’utiliser la-super-police-que-ma-grand-mère-a-dessiné-pour-mon-anniversaire, tu es bien content d’avoir ce mécanisme du /user/biblio pour pouvoir l’utiliser. Parce que tu ne connais pas forcément l’admin et parce que même si tu le connais, il n’a pas forcément envie d’installer ta police.

C’est toute la force des systèmes vraiment multi-utilisateurs ce mécanisme : n’importe quel utilisateur peut réellement faire ce qu’il veut avec la machine, sans qu’il soit nécessaire de lui donner les pouvoirs de super-utilisateur.

Article: Hé ho, faut pas pousser… Commentaires…

…. je ne vais pas me faire que des copains …

évidemment que tu ne vas pas te faire des copains. Coacoa a pris la peine de rédiger un long commentaire circonstancié pour t’expliquer la nécessité de la subvention. Et pour toute réponse, tu te fends d’un nouveau post où tu n’apportes aucune réponse aux arguments de coacoa. Qui plus est (à mon sens) pour servir une argumentation de mauvaise foi : des abus, il y en a partout ; mais affirmer “il suffit de s’autoproclamer artiste pour avoir droit à des subventions”, c’est bête et gratuit.

Article: Hé ho, faut pas pousser… Commentaires…

mais est la juste contrepartie d’une exception au droit d’auteur. Cette « taxe » existe depuis 1981 (en France Loi Lang).

D’abord, ce n’est pas exactement le cas. Sur une cassette audio, essentiellement, tu copies de la musique. C’est vrai que ça peut-être de la musique que tu as personnellement créée. Mais on peut estimer qu’il s’agira d’une faible minorité.

Pour les supports numériques, c’est complètement différent. L’usage premier d’un support numérique n’est pas d’y stocker de la musique. Beaucoup de gens achètent des disques durs, des CDR, des DVDR, avant tout pour faire de la sauvegarde. Sauvegarde de données qui généralement sont ta propriété (photos, fichiers, rush du film de la dernière réunion de famille).

Par exemple, l’extension de la redevance aux baladeurs mp3 prête beaucoup moins à débat.

Cela étant, je crois qu’il est sain aussi de débattre du droit d’auteur tant qu’on y est. Et cette histoire “d’exception au titre de la copie privée” m’a toujours semblé abusive. Je ne vois aucune raison valable pour donner à l’auteur un droit sur la copie privée d’une de ses oeuvres. On peut reconnaître un droit d’auteur relativement fort sans pour autant lui donner des droits qui semblent abusifs à n’importe qui de raisonnable.

Article: Hé ho, faut pas pousser… Commentaires…

Bonjour à tous.

  • D’abord, le livre et la musique me semblent deux débats complètement distincts, parce que le livre reste essentiellement un bien matériel, ce que n’est plus la musique. Oui, on peut photocopier, oui, on peut imprimer soi-même une copie pirate (mais à quel prix…), oui, on peut lire sur un écran. Mais honnêtement, qui croit qu’il y ait là un préjudice sérieux en pratique ?

Je vais donc me concentrer sur la musique.

  • Je crois qu’il y a consensus pour reconnaître que la situation des artistes est intenable. Maintenant, la question en débat n’est pas la situation des artistes mais la redevance sur les supports. Le problème fondamental, déjà dénoncé plusieurs fois dans les commentaires est que cette redevance est injuste. Elle touche largement un public qui n’est pas du tout concerné. La situation actuelle des auteurs est injuste ; la régler par une autre injustice n’est pas un “pis-aller”, Anne, c’est inacceptable. Comme dit Stilgar, c’est du “racket” : “je crève la faim, alors je m’autorise à casser la gueule à un passant dans la rue pour avoir son sandwitch. Et s’il crève la faim à présent, c’est son problème, plus le miens”
  • Les pirates, parlons-en. Sur Cuk, les humeurs sont généralement très bien étayées. Je demande à voir une étude sérieuse quantifiant l’impact des pirates sur l’économie de la musique. Il y a ceux qui téléchargent, mais qui achètent quand même plein de musique ; il y a tous les albums téléchargés par des gens qui ne les auraient jamais achetés. Sur quoi se fonde-t-on pour dénoncer le piratage ? 1) on peut estimer le volume de musique téléchargée illégallement (et ça fait vraiment beaucoup). 2) on constate une baisse des ventes de musique sur support matériel. Il n’est pas dit qu’il y ait un quelconque lien de cause à effet. Si je veux, je peux télécharger gratuitement 300 heures de musique en deux heures. Est-ce que je vais l’écouter ? Même pas sûr. Est-ce que je l’aurais achetée ? Certainement pas. Je n’ai privé personne en faisant ça. Au moment de la loi DADVSI en France, Roberto Di Cosmo expliquait que si les gens achètent moins de disques, c’est peut-être qu’ils ont moins d’argent. L’INSEE a récemment fait savoir qu’un fonctionnaire aujourd’hui gagne mois qu’il y a cinq ans (compte-tenu de l’inflation). Et je ne serais pas surpris si on me disait que globalement, le salaire médian français diminue (en monnaie constante). Ajoutons à cela que les loyers grimpent (peut-être bien plus vite que l’inflation, j’en sais rien), l’essence idem, et que depuis dix ans des postes budgétaires nouveaux se sont ouverts dans quasiment chaque foyer : quel est le montant laissé en moyenne par un foyer dans la téléphonie mobile aujourd’hui. Or l’essence, le loyer, même la téléphonie, pour nombre de gens, ça passe avant le théâtre, les livres, les disques et les concerts. Est-ce que quelqu’un a chiffré le trou que cela représente et rapporté ça aux baisses de ventes de CDs ? Je dis juste : on avance en terrain miné. Personne n’a la moindre idée des raisons profondes qui conduisent à la situation que nous connaissons. N’accusons pas à tord et à travers, et surtout, ne faisons en aucun cas payé ceux dont il est évident qu’il ne sont pas les coupables.
  • Il demeure que la situation n’est pas tenable. Comment faire ? En France, ce qui a fait débat au moment de la loi DADVSI, c’est la license globale. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, en deux mots : de même qu’il y a aujourd’hui des forfaits internet+téléphonie illimitée (voire + télévision), la license globale, c’est proposer des offres internet+téléchargement de musique illimité. Le montant correspondant à l’offre de téléchargement étant reversé aux auteurs. Après on peut inventer des variantes mais l’idée générale est là.

Je pense que si ça avait été mis en place, ça aurait fait un tabac (l’iTMS fait un tabac, et c’est autrement plus cher que la licence globale avec les restrictions des DRMs en plus). Anne, c’est une redevance, mais c’est une redevance juste, librement consentie par les usagers d’un service. Ça permet d’être très sévère avec les gens qui téléchargent de la musique alors qu’ils n’ont pas souscrit à l’offre de téléchargement. Et je pense que ça permet une augmentation de la qualité de ce qu’on trouve en téléchargement.

La lutte a duré quatre mois en France. Qu’est-ce qui a été décidé ? Pas de license globale. Pourquoi ? Parce que les labels ont crié au vol et à la mort de l’art.

Je vais te dire ma pensée Anne : je pense que les artistes se sont fait roulés dans la farine. Ils ont crié au vol avec leurs labels, et ils ont eu tord. Ils se sont fait entuber par des éditeurs frileux et qui voulaient protéger un marché (marché du disque, dont ils soupçonnaient qu’il allait s’écrouler si on acceptait la license globale. Je n’en suis même pas sûr).

Je crois qu’il faut être aveugle pour penser que le processus de téléchargement de musique pourra être enrayé. Et il faut avoir la vue courte pour penser qu’une solution aussi minable que des DRMs, des procédés anti-copie, ou une redevance sur les supports de stockages numériques offrent une solution durable.

La seule chose que vous allez gagner, vous auteurs, derrière les éditeurs, c’est l’explosion complète du système de production artistique actuel. Et ça, on est tous d’accord, ça va tuer les artistes et sans doute après, les éditeurs. Et les amateurs de musique seront bien tristes.

Mais je ne suis pas sûr que la stupidité des pirates aura été la cause principale de ce désastre.