Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: zit
1602 commentaires trouvés.
Article: La dernière page d’un livre de 15 ans se tourne ce jour (mise à jour avec un film résumant l’âme de Cuk.ch)

Bin oui, c’est vrai, la dépouille de cuk est encore chaude, un peu de respect, tout de même !

Ah, mais en fait, il est encore vivant, ce mort !

z (pfouuuu, un mot du Boss et ça file doux, ici, je répêêêêêêêêêêêêête : mais on ne me bayonnera pas, même avec un jambon éponyme, je suis ici par ma volonté seule, et n’en sortirait que par la force, je baille, honnête ;o)

Article: C’est déjà demain.
zit
, le 09.03.2017 à 08:28
[modifier]
Article: C’est déjà demain.

Bon, j’ai bien attendu pour répondre que plus personne ne se manifeste, devrait pas trop déranger ;o).

Soleil vert, oui, un drôle de gout, encore un film que j’ai vu très jeune et qui m’a inconsciemment détourné de toute nourriture de provenance industrielle.

Cher (très cher) Argos, je crois qu’il y a un malentendu : je ne possède ni iPad ni ne porte une quelconque montre au poignet, et, bien que légèrement atteint de geekitude, je ne suis pas un thuriféraire du progrès, je serais plutôt dans un état d’esprit à la limite du luddisme, et en tout cas, vraiment très décroissant : tous les appareils électroniques que j’achète depuis des années sont de seconde main : l’iMac sur lequel je tape est un mid 2010 du refurb, mon ordinateur de poche ayant une fonction cartographie, bloc note, appareil photo, scanner et qui peut éventuellement servir de téléphone, un 6 tout court, a aussi été acquit d’occase, tout comme mes appareils de prise de photographie et leurs optiques (et l’immeuble ou j’habite aussi), mon ampli doit avoir 35 ans.

Je ne suis pas particulièrement optimiste pour l’avenir de la civilisation telle que l’on la connaît : que Babylone crève, ce n’est un secret pour personne, et j’aurais plutôt tendance à m’en réjouir, le soucis, c’est que ça risque de très mal finir pour une très grande majorité des espèces vivantes à la surface de notre planète (c’est déjà fini pour un très grand nombre d’espèces, comme tu le dis si bien), dont évidemment la nôtre). Quel gâchis !

Je suis complice, certes : je n’habite pas dans une hutte, et il m’arrive encore de manger de la viande que je n’ai pas chassée, mais j’essaye d’en faire le minimum en terme d’empreinte, mon seul luxe, c’est les chaussures de vélo… et des pneus neufs un peu trop souvent ;o).

Et donc, si les écrits peuvent d’une manière ou d’une autre influencer l’avenir, il est intéressant de connaître un maximum de possibles, en vue de pouvoir choisir l’avenir qui nous paraît souhaitable. Le problème de la Hessheffe, c’est que les bons auteurs ont du mal à envisager des futurs positifs (les mauvais, les plus nombreux, c’est encore pire), et on peut se demander si ils n’auraient pas aussi une influence sur la trame du champ morphique de l’avenir de la Terre (et des créatures qui y grouillent de partout).

Il est donc urgent d’imaginer des avenirs positifs pour tout le monde, ce qui est bien difficile de part notre condition de mortels conscients de l’être : « après moi, le déluge, j’en ai bavé, y’a pas de raison que mes enfants n’en bavent pas aussi, et il est hors de question que je ne m’empiffre pas comme mes parents ont pu le faire… ad nauseam… ».

z (demain, ça peut aussi être super, demain, je répêêêêêêêêêêêêêête : mais il faut pas mal d’imagination ;o)

Article: La dernière page d’un livre de 15 ans se tourne ce jour (mise à jour avec un film résumant l’âme de Cuk.ch)

Et puis moi aussi, je voudrais profiter de l’occasion pour encore remercier François le père, Noé, le fils, et tous les rédacteurs de cuk, l’esprit cuk (désolé, je ne pouvais pas la manquer, celle là ;o).

J’ai toujours été sidéré de la capacité du BigBossPatronD’Ici à produire toutes ces humeurs, surtout depuis que je sais le temps que ça prend d’écrire un article !

Je le soupçonne même en fait d’être comme Screwy Squirell, à la fin de l’épisode Screwball Squirell (je viens de me le revoir : une merveille d’inventivité cinématographique et de punkitude, pour 1944 !), il avoue être deux jumeaux, François, c’est au moins des triplés qu’il doivent être ;o).

En tout cas, je ne regrette pas le temps passé dans le coin, un le cyber-espace cukien aura été un lieu de culture, un peu geek, mais trop, il était surtout empli d’une belle volonté de partage des connaissances : cette archive sera un endroit intéressant à visiter, même dans quelques années, même pour ceux qui n’ont pas connu cuk.ch vivant.

Et je dois admettre que je suis très honoré d’avoir pu participer à l’aventure qui a pris fin hier.

Et je suis ravi d’apprendre la renaissance du grand cuk, tel le phénix, enfin seul pour une nouvelle aventure que je souhaite féconde et longue (et puis je viendrais y poser un commentaire de temps en temps, quand même).

z (et j’ai vraiment beaucoup appris, je répêêêêêêêêêêête : que ce soit comme lecteur, comme commentateur, ou encore rédacteur)

Article: La dernière page d’un livre de 15 ans se tourne ce jour (mise à jour avec un film résumant l’âme de Cuk.ch)

Ah , oui, une dernière petite question comme ça : une date est-elle prévue pour la cryonisation de cet espace d’échanges et de débats ?

z (je crois qu’il faut que j’aille répondre à un zigoto ou deux, je répêêêêêêêêête : de ci, de là ;o)

Article: La dernière page d’un livre de 15 ans se tourne ce jour (mise à jour avec un film résumant l’âme de Cuk.ch)

Superbe, le film !

z (Et bin en voilà un truc que j’ai pas fait à temps pour cuk, je répêêêêêêêêêêêêêête : j’aime pô ma voix, et ma gueule… keskella ma gueule ?)

Article: Le monde va mieux
zit
, le 09.02.2017 à 18:44
[modifier]
Article: Le monde va mieux

C’est pas pour casser l’ambiance, mais : à lire si vous êtes vraiment trèèèès optimistes, assez long, mais à mon avis très pertinent.

z (je suis hyper optimiste, je répêêêêêêêêêêêêête : je sais que ça va être de pire en pire, alors…)

PS : et effectivement, j’ai beaucoup de mal avec l’anthropocentrisme, bien que j’en fasse partie, je ne suis pas très fier de l’homme et de son « progrès ». Et il semble bien que nous sommes en plein dans la sixième extinction massive des espèces vivantes peuplant cette planète, vous croyez vraiment de le primate bipède va s’en sortir sans dommages ?

Article: Le monde va mieux
zit
, le 09.02.2017 à 12:22
[modifier]
Article: Le monde va mieux

Merci Dom’ pour cette bouffée.

Quand on me demande si ça va, je réponds en général :

« Ha bin tu sais, quand je me réveille le matin, si je suis vivant, c’est déjà formidable ! »

c’est la différence entre les optimistes et les pessimistes :

Mic (pessimiste) : « Ça peut pas être pire ! »

et

Mac (optimiste, qui sait pertinemment que ) : « Ça pourrait être bien pire… »

z (Tant qu’il reste une goutte dans le verre, y’a encore à boire, je répêêêêêêêêêêête : et quand mon verre est vide, je le plains/pleins ;o)

PS : pour une fois que j’arrive à répondre à une chronique du reptile à sang chaud dès le premier jour, c’est pour l’ultime !

PS 2 : quand à la vindicte de TTE à l’encontre des mass media, si je partage son ire et son juste courroux (coucou ;o), je ne perds même plus mon temps ne serais-ce que par en parler (bin si, là c’est fait). Mais je ne pense pas que les journalistes soient tous des nuls incultes, ils sont complices.
Je me suis totalement déconnecté , tout au plus, les infos sur FIP (une minute par heure, comme on n’est pas nécessairement à côté quand c’est le cas, ça suffit largement à se faire une idée des tendances) et un feuilletage rapide d’un quotidien trainant sur un zinc une ou deux fois par mois. Je n’ai pas de temps à perdre avec la litanie sans fin des malheurs du monde (je suis un autre genre de reptile).

PS 3 : enfin ça ne va quand même pas si bien que ça, pour Gaïa : elle est confrontée à une espèce invasive très active dont elle peine à se débarrasser. Mais ce sinistre épisode est bientôt fini.

Article: Retour vers un Jardin Extraordinaire – Les abeilles et nous

Ah mais ça fait déjà un mois depuis le précédent article ??? !! ? !

Je voulais te féliciter pour ces merveilles que je vais essayer de mettre en pratique… un jour ;o).

J’avais d’ailleurs une petite question sur les proportions de Portland dans la couche d’étanchéité.

Qu’est-ce que je pourrais bien utiliser comme bois pas trop imputrescible qui pousse sous nos latitudes ? Du robinier ?

En tout cas, quelle réussite !

Sinon, pour les fanes de navet, tu peux faire des tsukemono, c’est un petit accompagnement japonais comme ils en proposent tant pour le petit déjeuner en particulier (mais qui peut se déguster à tous les autres repas ;o) : tu les coupe en tronçons d’environ 2 ou 3 centimètres, tu les sale et tu malaxe doucement, écrasant entre les doigts, pas trop fort en les prenant par poignées, pour en faire sortir le verjus. Il est possible d’ajouter un peu de cayenne en poudre et ou quelques gousses d’ail écrasées. Ce n’est pas un « légume », ça se consomme en toute petite quantité, en accompagnement et avec forcément un bol de riz blanc (rond) nature.

z (en tout cas merci Marc pour tous ces articles, je répêêêêêêêêêêêête : à un de ces jours)

PS : C’est magnifique, en 2017, aucune commune de France n’a plus le droit d’utiliser de substances « phytosanitaires » (poueeerk), les agrotoxiques, pour les espaces verts, par contre, on continue à en déverser des kilotonnes sur les campagnes : vive la ville et ses particules fines !

PS 2 : J’ai eu une expérience très amusante à la fin de l’été dernier, au moment de la récolte de la lavande, qui se fait quand les fleurs sont fanées, qu’elles ont perdu leurs couleurs vives pour cette teinte gris-bleu caractéristique. Je taille à la faucille, c’est très efficace pour cette plante, et au milieu de chaque gros plan, il y avait deux ou trois tiges portant des fleurs encore butinables; dès que j’ai commencé, un gros bourdon est venu, sans même me tourner autour avec la ronde habituelle de ces espèces, se poser directement sur l’une de ces fleurs, me montrant qu’il y avait encore là de la pitance pour lui est ses amies rayées, je lui ai répondu courtoisement que j’avais bien prévu de ne faire qu’une récolte partielle et il est aussi allé vérifier les fleurs coupées dans le panier que je ne lui racontais pas de bêêêêêêêêtises, et il me tournait autour, m’observant de loin.
Au plan suivant, même manège, dès que je commence à couper, il se jette sur une fleur encore fraiche pour bien me faire comprendre, et va vérifier dans mon panier que je n’ai pas fait n’importe quoi.
Ça a duré jusqu’au quatrième plan, de plus en plus brièvement, puis mon contremaître, rassuré sur mes intentions et mon habileté, m’a laissé finir les deux ou trois autres plans sans plus m’observer de si près : nous nous étions compris ;o).

PS 3 : j’aurais juré que tu mettais plutôt du Portland dans la soupe ;o)

Article: Fortissimo
zit
, le 27.01.2017 à 09:31
[modifier]
Article: Fortissimo

Hé, quoi ? comment ?
comment est-ce possible ?
Mââââââââme P., mais il ne te reste pas au moins un article à écrire, dans tout ce mois de février ?
C’est quoi s’taffaire ?
Mééééeuuuuh, je sais que dans le tantrisme, l’interruption est un des secrets du bonheur, mais là, chuis pas d’accord, ça va pas, pas du tout !
C’est François, hein, déjà qu’il t’a exilée pour ce MmmmHhhmm (respiration, soupir; concupiscent, le soupir, profonde, la respiration, une expiration, pour être précis), texte, y t’a punite ? le bannissement définitif ?

z (en même temps, c’est quand même une bonne chose que ça s’arrête, cuk, je répêêêêêêêêêête : vachement dangereux, ça, la scène de la bagnole, avec tout le symbolisme du levier de vitesses toussa, surtout que vers le Cap Ferret, y’a plein de cyclistes sur la route, non mais hein !)

Article: El Museo de la Revolucion Industrial

Magnifico !

Quelle ambiance, j’ai eu tout de suite envie d’aller y faire des images, il aurait fallu m’en faire sortir de force ;o). En tout cas, les tiennes, de photos, sont superbes.

Tilékol, Jules Verne, le roi du classement produit ? incroyable !

z (z’ont quand même un gout bizarre, ces madeleines, je répêêêêêêêêêêêêêête : métallique ? rust-ique ?)

Article: Une table lumineuse ? (Cuk.Gadget ?)

tibet, de la poésie, du jargon, des mots, il faut essayer de choisir chacun de ceux que l’on écrit, soigneusement, parce qu’il est dit qu’ils restent, à l’inverse des paroles, qui s’envolent (bon, après les dictons, la sagesse populaire toussa…), toujours est-il que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire ici pendant ces années, j’en ai beaucoup appris, des choses, à tenter de les faire comprendre aux lecteurs inconnus.

Jean-Yves, oussa ?

infisxc, Stakhanov était grassement payé pour ses quelques heures supplémentaires, pour ma part, je profite honteusement de la bande passante d’un site neutre pour y déverser une ode à la visseuse sans fil. Mais il est possible que je me soit fait avoir à un moment ou à un autre dans mes négociations (âpres, c’est toujours âpre les négociations avec la direction ;o).

Modane, me dis pas que c’est à cause de moi que tu as sorti les moufles et la chapka ?

François, un blog, j’en ai un, ça va faire bientôt trois ans que je n’y ai pas fichu les pieds, va effectivement falloir que je retourne y faire la poussière ;o).

Albert, oui, ça fait toujours ça, au début…

z (et sinon, z’avez vu ? Kodak annonce la reprise de la fabrication d’Ektachrome, je répêêêêêêêêêêêête : et p’tet même de la Kodachrome !)

Article: Du parc au rack (un Cuk.Gadget de plus)

fxc, je crois que l’on va tous, plus ou moins, en fonction des affinités, se manquer, oufti !

ysengrain, je ne connais pas ce Zedermut, mais si il le dit… ;o)

yomel, mais toutes les archives vont rester un moment, et on en a écrit, des conneries pendant toutes ces années, pour ma part, 128 articles (ça sonne bien, ça deux puissance chépakombien, comme numéro final, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’en pondre trois dans la journée, juste histoire de me contredire et de finir sur un 129 tout à fait quelconque et sans trop d’histoires, enfin, « on », j’en ai écrit des conneries ;o). Je me suis fait un plaisir de relire l’article et tous les plus de 250 commentaires dont j’ai parlé ailleurs aujourd’hui.

Jean-Yves, je trouve que c’est une dérive par rapport à la ligne rédactionnelle (le BigBossPatronD’Ici, pour ne citer que lui), la bidouille, oui, mais dans le terminal .
En ce qui me concerne et plus sérieusement, je crois qu’il est impératif de se préparer à hacker le monde, c’est à dire, à prendre le contrôle de tout ce que l’on peut. Faire, apporte une satisfaction qu’acheter you can’t get no, ça n’active certainement pas les mêmes réactions chimiques qui nous font fabriquer des endorphines ou je ne sait quelles molécules, et plus on fait, moins on éprouve le besoin, compulsif (?) d’acheter. C’est un phénomène que je n’avais jamais envisagé avant de mettre des mots dessus, là, en ce moment, mais ça fait des années que c’est en chemin chez moi (je ne suis pas du tout introspectif, ma curiosité va vers l’extérieur ;o).
Ah, mais j’ai mis ton lien en mémoire, et j’irais faire un jour un tour exhaustif, autant que faire se peut, sur ce site. Il est vrai cependant que si j’ai des question bricolage à la con, je vais voir mes collègues des ateliers, dont PascalMétal que vous connaissez, et c’est tous des bons, chacun dans son domaine (j’ai de la veine d’avoir de bons camarades de sous-sol).

infisxc, je suis bien content que ça plaise, même si c’est très lauthèque, je crois que l’avenir est à la récup et à la bidouille… va bientôt falloir aller faire des stages de survie là où l’on sème la misère ;o).

Modane, ce truc, ce rack, je l’ai fait le dernier jour de l’année dernière, et j’étais très content de moi, rien que comme objet, avant qu’il disparaisse sous ce fatras de cochonneries ;o).

z (qui va aller voir ailleurs si il y est, je répêêêêêêêêêêêêête : où cà ?)

Article: Premier Open Bar de l’année
zit
, le 02.01.2017 à 09:50
[modifier]
Article: Premier Open Bar de l’année

Si parmis vous il y a des férus de phénomènes météorologiques, quelques images de windytv.com et https://earth.nullschool.net prises le 19 décembre 2016 :

Désolé, je n’ai pas le même azimuth, ça le fait moyen pour bien comparer, faut pencher la tête ;o).

Depuis le pôle nord, et le sud, pour voir ?

La configuration de l’hémisphère nord, avec cet anticyclone ceinturant entièrement une énorme dépression polaire, ça ne correspond pas au peu de connaissance en géographie que j’ai : un anticyclone, c’est patatoïde, pas un ruban de 30 000 km de long. Et le pôle est sud encore plus spectaculaire avec sa ceinture de dépressions entourant un minuscule anticyclone polaire, pour une symétrie troublante (ou naturelle, c’est moi qui n’y connais rien).

Mais peut-être est-ce un truc connu ? la situation semble avoir duré du 18 au 21 (l’historique sur windytv) avec cette ceinture ininterrompue de hautes pressions.

z (la fin du monde nous guette-t-elle, tapie au cœur des anticyclones ? je répêêêêêêêêêêêêête : en tout cas, ça fait de jolies images)

Article: Débattre?
zit
, le 29.12.2016 à 23:32
[modifier]
Article: Débattre?

Merci Gr@g pour ce point de vue à chaud, j’ai eu aussi envie d’intervenir sur le bien-fondé de cette histoire de j’aime / j’aime pô dans les commentaires, ce ne serait-il pas introduire une petite dose de jeux du cirque chers à fesse-bouk et autres du même ordre ?
Les trolls, c’est quand même pas difficile de s’en dépêtrer, déjà, tu ne le nourris pas, ça ne veut pas nécessairement dire « ne pas discuter » (qui est la première bonne chose à faire : « Don’t feed the troll ! »), ça veut dire de ne pas se mettre à son niveau de langage, et argumenter longuement, non sans manier l’ironie à la pelle, ça prend du temps, mais c’est payant… mais il eût été préférable de ne pas le nourrir plutôt que d’en arriver à ces extrémités pénibles et chronophages.
Et effectivement, un peu de poil à gratter, de temps en temps, ça fait du bien aussi, les certitudes, pour moi, c’est comme le disait Desproges « La seule chose dont je sois sûr, c’est que je doute ».

z (quand au débat « public », je le laisse à ceux qui y croient encore, je répêêêêêêêêêêêêête : pas de temps à perdre avec la propagande)

Article: Quand le « bon » titre n’existe pas…

Alors ouais, ÇA VA PAS DU TOUT !

Chuis bien d’accord !

Déjà, te faire ça…

« Ouiii, t’séé, c’est pour l’annive, c’est rituel, le 26, c’est ma date, ça te dérange vraiment pô ou bieeen ? c’est kool, merci, tchoo. ».

(Il va sans dire que je ne dispose pas de l’enregistrement intégral de la conversation et que le BigBossPartonD’Ici s’exprime à l’oral, aussi admirablement qu’à l’écrit, avec une verve dans le verbe qui émeut même les autruches, rien à voir avec cette fausse citation pathétique).

Mais quand même, je comprends, te mettre le mardi à essuyer les plâtres du désastre, cé pô kool, ça va pas, pas du tout !

Et tu t’en es tirée avec une élégance rare !

Et puis des humeurs, j’en avais encore tout plein de toutes prêtes (enfin, pour lesquelles il reste juste à écrire, à faire les tests, les captures d’écrans, la mise en forme, mais bon, elles sont là), donc effectivement, ça va pas, PAS DU TOUT !

z (Bon, par contre, j’ai bien vérifié, la nuit passée a été plus brève que la précédente, je répêêêêêêêêêêêêêêêête : tout de même que la journée a été plus longue que celle d’hier, ça, ça va encore, les sacrifices rituels de volatiles, de mollusques et autres arthropodes ont encore fonctionné cette fois… mais, l’année prochaine, je crains le pire)

PS : pour la nouvelle… Mmmmm, ça, ça va, et pourquoi pas un roman ;oP.

Article: Et de quinze! Mais ce n’est pas la joie…

Bon anniversaire, François !

Quinze ans, c’est l’âge rebelle, chuis d’accord avec toi, même si je ne suis dans la galère que depuis neuf ans (mais plus en commentaires, hein), je vais te donner un coup de main… passe-moi une hache que j’ouvre une voie d’eau de l’autre côté, ça coulera à plat, là, tu déséquilibre, tu vois bien, ça penche ;o).

Je comprend très bien l’usure, je me suis toujours demandé comment tu faisait pour que tes nègres écrivent tous comme toi, c’est quand même spectaculaire, cette capacité à écrire des tests à cette fréquence. Un test exhaustif comme je n’ai plus la niaque pour en faire demande de nombreuses heures de travail, et de nombreuses heures de rédaction, ça peut se préparer sur des mois, avec un poil d’organisation, mais ça prend quand même un temps fou.

Je comprend donc sans problème que ça te fatigue qu’un quidam passant par là vienne tenter de te CASSER, juste pour le fun, et puis surtout que tu aie peut-être envie de passer un autre chose, t’occuper des tiens et de toi, par exemple.

Mais un truc va te manquer, pas les louanges, ni les zolibrius, mais l’écriture; quand on pratique autant que toi, ça ne peut pas arrêter de couler. Alors fais-nous un bouquin, écris des nouvelles, des romans, des chroniques du coureur violoniste.

z (mais bon, si jamais tu changes d’avis, je répêêêêêêêêêêêêêêêêêête : je veux bien aider à écoper)

PS : Le deuxième accord toltèque, ça je pratique sans le savoir, je suis comme le canard, jamais mouillé : ça glisse (et ça marche très bien).

Article: L’électricité en France ? Des chiffres et des faits

J’en remet une petite couche par rapport à mon commentaire de dimanche avec cet article de Basta sur les « petits soucis » occasionnés par une irradiation : c’est pas facile pour tout le monde.

Sinon, pour l’odeur, si ce n’est que ça pue, je ne sais pas, on est tellement dedans qu’on la sent plus, mais quand un enfoiré se fait une petite flambée, ça sent le feu de bois que c’en est désagréable, donc, si on sent sporadiquement le feu de bois, c’est que ce n’est pas le parfum ambiant.

z (mais ce n’est pas un problème d’odeur, la pollution, je répêêêêêêêêêêêêête : c’est plutôt les voies respiratoires au papier de verre)

Article: L’électricité en France ? Des chiffres et des faits

Peur, pourquoi avoir peur du nucléaire ?

La vie, depuis son commencement sur cette petite planète, semble avoir eu à faire face à de très nombreuses modifications totalement fatales pour la quasi totalité des espèces, fort nombreuses, qui y habitaient, mais à chaque fois, ceux qui ont survécu étaient plus forts, mieux adaptés à leur environnement (qui avait changé de manière extraordinaire), « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort (ou, me ingorda, en castillan ;o) », ça n’a pu se produire (cette adaptation à un environnement a priori hostile) que par des mutations importantes, très importantes.

Certaines espèces vivantes semblent adorer bouffer du becquerel, je pense en particulier aux fungi, ni plantes ni animal. La survie du vivant en général, dépend peut-être de sa capacité à muter rapidement, à changer d’habitudes (nous sommes en pleine sixième extinction massive, à notre connaissance).

Les mutants ont été quelques fois le thème de récits de science-fiction, souvent vus comme une dégénérescence de l’espèce pure, des trucs avec des bosses et des plaies, une sale gueule pas très sexy, mais on trouve aussi :

le mutant de Gotlib capable de replier une carte routière du premier coup, ou les sympathiques mutants de Julia Verlanger (plus connue comme Gilles Thomas), voire les évolutions divergentes imaginées par Ayerdhal et Dunyach dans Étoiles mourantes ou de nombreux autres.

Si l’on devait craindre la vitrification de la planète du temps de la course à l’armement, entre tous les essais de plein air et les quelques accidents graves du nucléaire civils récents, nous avons déjà tous été largement irradiés, et nos parent aussi pour les plus jeunes (je n’ai qu’une dizaine de lustres au compteur). Et je n’ai jamais trouvé (et donc dégusté) autant de champignons qu’en 2011, année de Fukushima (et je faisait du stop, aller retour depuis Paris, pour aller à un concert de Tuxedomoon au Paradiso, à Amsterdam, quand le nuage de 86 n’est pas passé en France ;o).

Alors forcément, ce ne sera pas sans douleurs, cette sixième extinction massive du vivant à laquelle nous participons, même pour les hommes, à un moment ou à un autre. D’ailleurs, pour une grande partie de l’espèce humaine dont aucun des participants du débat d’aujourd’hui ne fait partie, l’existence sur cette petite boulle n’est pas une sinécure… Et ça ne fait que commencer.

Nonobstant, nous pourrions aussi bien essayer d’éviter une irradiation massive, faut quand même qu’il reste quelque chose de reconnaissable et qui ne doive pas repartir de zéro (pour aller où ;o), ou bien ?

Je remercie beaucoup M.G. d’en avoir remis une couche sur Lowtechmagazine, très riche tant dans les articles que dans les débats, précis ;o), y succédant, j’avais zappé le lien pensant à un autre site que je visite déjà.

z (qui est convaincu que le problème principal de l’énergie, c’est les monopoles, je répêêêêêêêêêêêêêêêête : vive la décentralisation de l’énergie, et de l’économie, par la même occasion)

Article: Auto oui, mais Autolib !
zit
, le 09.12.2016 à 18:35
[modifier]
Article: Auto oui, mais Autolib !

Alors là, je dis bravo !

Une voiture est une voiture. Elle est donc a priori mon ennemie.

Mais je crois que la voiture partagée, et plus encore la voiture autonome, c’est la solution pour qu’il y ait beaucoup moins de ces saloperies dans nos vies : parlez à un accroc du volant d’un véhicule sans volant, vous verrez qu’il n’en voudrait pour rien au monde. Je suis donc pour une généralisation obligatoire de la voiture autonome, à la plus brève échéance possible : ça en fera passer plus d’un à la trottinette atomique, dont l’emprise au sol est quand même moindre (tout comme le risque en cas de collision).

Par contre, le principe de privatisation, gratuite qui plus est, de milliers de m2 au profit d’un industriel, même breton, ça me chagrine légèrement. Surtout que ledit industriel a des pratiques plus que douteuses quand à la liberté d’expression (sans parler des « petits » copains qu’il emmène en croisière).

z (c’est le concept même de véhicule automobile privé qui doit disparaitre, je répêêêêêêêêêêêêête : YA PAS LA PLACE, BORDEL !)

PS : Les rois du volant : sur circuit… j’offrirais la couronne (mortuaire).

Article: L’électricité en France ? Des chiffres et des faits

Débat intéressant. Je suis totalement en accord avec dortmunder 19 :
« L’avenir me semble clairement à la production décentralisée d’énergie ».

Le principal problème vient de la concentration monopolistique des systèmes (que ce soit pour l’énergie ou l’économie en général), je suis convaincu que la meilleure manière de consommer moins, c’est quand on produit soi-même !

Opportunément, un article parle de Power to change, un film à sortir bientôt qui traite de ces options.

z (quand aux hommes politiques, le jour qu’on en parlera plus ils cesseront d’exister, je répêêêêêêêêêêêêêête : pour moi, il n’existent plus)

PS : quand au stockage, magnifique, le volant ! très élégante solution.

PS 2 : la surconsommation, c’est la faute à Saluki : les bolorettes, elles le pêchent où, leur courant ?

Article: Quelques semaines avec l’iPhone 7 Plus

Ah oui, l’appareil photo intégré dans ces machins à tout faire est de plus en plus efficace, j’admet utiliser de moins en moins rarement (mais quand même pas trop souvent non plus) celui de mon 6… que je trouve largement suffisant d’ailleurs.

Effectivement, si, comme Guillôme, on y regarde de plus près, le mode +flou derrière a l’air de travailler à la machette. J’en profite pour remercier François de n’avoir mis ce bokeh qu’entre parenthèses, c’est un mot japonais pour dire flou (d’ailleurs, on se demande d’où vient le h final, je l’écrirait plutôt boke, voire boké… si j’avais envie de l’employer), qui n’est apparu que dans les années 2000 aux tazus et dont je trouve l’emploi très pédant. À la maison, nous parlons franponais, et mon fils, qui fait aussi de la photographie (et qui lui parle le japonais) a le même sentiment : ceux qui parlent de bokeh (pouah ;o), ça fait cuistre ! Je suis désolé pour ceux qui ont pris ce regrettable tic de langage, et, du coup, je ne vous en veux pas ;o).

Par ailleurs, je rejoins l’exaspération de Tom 25 quand aux sempiternelles requêtes de mises-à-jour proposées par iOs, à chaque allumage du merdier, rebelotte : à mes yeux, ce n’est pas une fonction, mais pire qu’un bug. Alors bien sûr, les nouveaux Os sont plus meilleurs ki tue, avec plein de sécurité et d’émoji en plus, c’est pour notre bien qu’ils sont faits, il faut les adopter au plus vite… jusqu’au jour où la nouvelle mise à jour transforme la merveille en un magnifique galet à faire des ricochets, passkilétait trop vieux, sans doute. Et quand on est pingre (ou pauvre ?) et qu’on a pris le modèle à la plus petite capacité de mémoire, leurs saloperies de mises à jour téléchargées d’office, elles ont tendance à plomber les merveilleuses capacités de l’engin à faire de la photographie, ou quoi que ce soit d’autre, d’ailleurs… jusqu’à ce qu’on aie compris que c’était ça et qu’on aille faire le ménage.

z (le mien, il tient presque la moitié de la semaine avec une charge, je répêêêêêêêêête : c’est dire s’il est sollicité ;o)

Article: Quiconque nourrit un homme est son maître

Ahh, redécouvrir London ! J’en était resté aussi à Crocs blancs et L’appel de la forêt.
Mais il a écrit bien d’autres ouvrages, relatant souvent des souvenirs à peine romancés, comme dans Les pirates de san Francisco où il nous raconte ses aventures de gamin passé de pilleur d’huitres à un job de garde côte (à l’âge de 16 ans) et d’autres histoires maritimes bien humides et brumeuses.
Et dans le même type de sujet qu’aujourd’hui, je ne peux que recommander Le talon de fer, un roman de politique fiction très engagé, et prévoyant (en 1905) que la révolution socialiste (à l’époque, le mot n’avait probablement pas le même sens qu’aujourd’hui) aurait fort à faire avec les forces réactionnaires, mais finirait, après quelques siècles de lutte, par gagner (on n’y est donc pas encore). Ce livre est vraiment un joyau. À lire si possible dans l’édition (10-18 si ma mémoire est bonne) comprenant une préface de Léon Trotsky ;o).

En tout cas, merci pour la découverte de celui-là.

z (London, c’est des douceurs souvent pas très drôles, je répêêêêêêêêête : mais quand on est dans le livre, on est vraiment dedans)

Article: Premiers contacts avec le MacBook Pro 15 pouces avec Touch Bar

En tout cas, si j’ai effectivement dit dans une autre discussion récente que j’aimerais que le dessinateur en chef (?) d’une certaine marque aille dessiner des presse-citron ailleurs j’en serais fort aise, je crois tout bien réfléchi que c’est sans doute à moi de reconsidérer certaines options technologiques.

Le marché des camions n’intéresse plus ce fabriquant là, ils ont absolument raison sur tous les points qu’ils veulent puisqu’ils sont les producteurs, créateurs, de leur marchandise, le consommateur fait ce qu’il souhaite de son côté : soit il s’adapte à l’offre, soit il va voir ailleurs.

Or ici, l’ailleurs n’est pas vraiment séduisant pour tout un tas de bonnes ou mauvaises raisons. Et donc, de nombreuses frustrations se focalisent dans l’évolution de l’informatique d’aujourd’hui.

Pour certaines personnes, l’ordinateur personnel, le camion, est réellement le fameux hub numérique tant vanté à une époque qui est aujourd’hui révolue : c’est une machine de production, sur laquelle sont branchés de nombreux « périphériques » qui sont en fait sa seule raison d’âtre dans ces environnements dans lesquels ledit périphérique est un scanner Hasselblad à 12000, un traceur à 7500 ou encore une tablette graphique, sans parler d’un écran mat à 2500, et une bonne pile de disques durs, le tout relié à un gros tuyau à données par éther-net.

C’est ça le truc : quand l’ordinateur n’a de raison d’être que par le besoin de « périphériques », et qu’il est tout d’un coup décrété que tout ça est obsolète, c’est un peu dur à vivre ;o). D’où certaines aigreurs d’estomac.

Mais finalement, tous ce fatras est-il vraiment indispensable ?

Le Personnal Computer devient vraiment ce que son nom indique, et les usages pros vont devoir s’adapter, voire être totalement délaissés pour ne plus dépendre que de solutions propriétaires très onéreuses et austères totalement pas du tout évolutives.

z (Avez-vous noté que le lider maximo s’était fait la malle un black friday ? je répêêêêêêêêêêêêêête : les temps changent ;oI)

Quand à François, je lui apporte évidemment tout le soutien possible, vu que c’est le BigBossPatronD’Ici, je ne saurais mieux dire que Dom’Python 78 et Phb 86 ;o).

Article: iRobot Roomba 980, un aspirateur avec caméra et piloté par iPhone, serait-ce plus efficace?

Un peu des deux : un gros morceau d’ironie et un bon zeste de la parano que tout geek doit avoir… quand on lit ce genre d’article chez Korben, ça fait un peu froid dans le dos. Les objets connectés, c’est chouette, mais il faut quand même s’en méfier.

z (même les paranos ont des ennemis, je répêêêêêêêêêêêêêête : on n’est jamais trop prudents)

Article: Des anglaises, vieilles mais séduisantes.

J’adooooooore !

Toutes ces merveilles immobilisées pour toujours, je parie que ça sent presque bon dans ces lieux.

z (Vive les musées de l’automobile, je répêêêêêêêêêêêêête : yenna pas pour les 2 et 3 RM aussi ? qu’on soit débarrassé de toutes ces daubes puantes et bruyantes sur nos routes)

Comment ça, il en reste dehors ? Ahménooooon ! Toutes les ouatures au musée ! et hop !

Article: La révolution tant attendue pour le Mac s’appelle Touch Bar

Après, les prix, c’est franchement très relatif. Il faut environ 20 minutes de salaire à Tim Cook pour se payer un truc à 2000, et il est loin d’être le mieux payé chez Apple. Pour eux, ça doit sembler raisonnable les config ultimes…

z (qui n’est pas jaloux, je répêêêêêêêêêêêêêêête : on ne vit pas sur la même planète)

PS : Laurent, si t’as pas un 7 +, t’es un naze, y’a ke ça pour faire de bonnes photos aujourd’hui ;o)

Article: La révolution tant attendue pour le Mac s’appelle Touch Bar

Mouvement orbital périodique d’un corps céleste, en particulier d’une planète ou d’un satellite, autour d’un autre de masse prépondérante ; période de ce mouvement, appelée aussi période de révolution.
Mouvement d’un objet autour d’un point central, d’un axe, le ramenant périodiquement au même point.
Changement brusque et violent dans la structure politique et sociale d’un État, qui se produit quand un groupe se révolte contre les autorités en place et prend le pouvoir.
Les forces révolutionnaires, le pouvoir issu de ce changement : La victoire de la révolution.
Changement brusque, d’ordre économique, moral, culturel, qui se produit dans une société : Une révolution dans la peinture.
Agitation soudaine et passagère, provoquée dans le public par un fait inhabituel : Un cambriolage audacieux a mis le quartier en révolution.
Pour une futaie, temps nécessaire pour obtenir la régénération complète d’une forêt ; pour un taillis, temps qui sépare deux passages successifs en coupe sur une même parcelle.

François, ne trouve-tu pas légèrement exagéré d’appeler ça une révolution ? Ou était-ce un de ces traits de l’humour glacial et sophistiqué que tu maitrises si bien ?
Je n’ai jamais eu de portable, n’ai pas du tout l’intention d’acheter un de ceux présentés, et donc je suis aussi un poil, mais à peine, déçu par cette « révolution », qui me fait penser à un pet de lapin sur une toile cirée qui ne casse pas trois pattes à un canard.
Cette barre à toucher sera certainement un truc intéressant, je n’en ai aucun doute, mais faut quand même garder les pieds sur terre.
Apple est dominé par un Ive obsessionnel de la maigreur de ses produits et du lisse sans aspérités ni angles… Quand j’ai acheté mon premier Mac, c’était parce que son design permettait un accès élégant et pratique à ses entrailles, où tout était configurable, cette idée d’accessibilité à la machine a perduré jusqu’au chef d’œuvre qu’était le G 5, effectivement, un putain de camion, par contre le chemin inverse a été fait par l’iMac où la disparition du port SD du côté pour le mettre derrière, avec tous les autres ports (de moins en moins nombreux) est un truc que je juge d’une débilité profonde, du point de vue de l’ergonomie. Mais l’idée, c’est que tout doit passer par le gloude et l’air maintenant, donc plus besoin de câbles toussa. C’est sûr, mon prochain Mac, j’ai déjà le boîtier : je vais le faire dans la carcasse du G 5 de mon fils qui traine quelque part (au moins, il encombrera pour quelque chose), et puis je vais acheter un bon écran… MAT !

z (qui préfère un outil moche et pratique à un truc zouli et inutilisable, et qui préfère l’open bar à la touch bar, je répêêêêêêêête : allez, Jonathan, va dessiner des presse-citrons pour Ikéa ou des ouatures pour Lada et laisse les ordinateurs aux gens sérieux ;o)

Article: Quelques galettes savoureuses.
zit
, le 29.10.2016 à 10:46
[modifier]
Article: Quelques galettes savoureuses.

Bouhouhouhouhou… Encore un kernel panic alors que j’avais presque fini de répondre à vos commentaires, en allant écouter les propositions de Zallag sur illoutioube (c’est assez fréquent chez moi, d’ailleurs, je crois que j’ai trop de RAM pour mon modèle de machine —alors que ce n’est même pas le maximum qu’elle puisse recevoir—).

Donc, je vais dorénavant commenter dans TextEdit, paske ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, et que c’est navrant.

Saluki, les vide-greniers sont effectivement une bonne source d’approvisionnement, mais j’y cherche surtout de la quincaillerie et de l’outillage, à Vitry, on trouve assez facilement les Chœurs de l’armée rouge (faut bien ça pour repousser H. von K. ;o), ma dernière bonne trouvaille est le double 33 des époux Turner (Tina et Ike) en concert à l’Olympia en 1971, mais j’avoue ne pas prendre trop le temps de chiner ce genre d’article.

skyroller01, oui, 1 balle, c’est le tarif en vide-grenier, ça fait six cent cinquante anciens francs, tout de même.

samuel, je suis ravi de ton enthousiasme. Effectivement, c’est une musique qui donne la patate, l’une des raisons qui me fait choisir ce style enjoué, c’est que le matin, avant de partir, je passe à l’atelier récupérer mon dragon et m’y préparer, quand il fait frais, pluvieux, venteux, j’aime bien avoir une petite musique entrainante en tête pour le départ, et donc, j’appuie sur lecture dès que je rentre dans la pièce.

dpesh, c’est vrai que les disques de ces deux là contiennent de magnifiques morceaux, assez traditionnels tout de même, bien que Kusturica tout seul soit plus rock’n’roll. J’écoute plus facilement des choses plus modernes d’inspiration balkanique, mais avec de gros morceaux de punk-rock, d’électro et de plein d’autres trucs dedans, comme les Balkan Beat Box, Firewater, Shantel, tous passés au R’n’P d’ailleurs… Dernière découverte, Kabatronics, un disque de la fanfare Tirana (donc des albanais), avec Transglobal Underground, le sitar, le dahl et les boucles électro se marient très bien avec les cuivres fanfarons.

jibe22, je ne doutais pas que nombre de lecteurs du site étant abonnés à ce genre de services allait y jeter une oreille, c’est pourquoi les seuls liens que j’aie mis pointent vers les sites des artistes eux-même (surtout pour les images et le texte pour Soundtrax ;o). Le dématérialisé, c’est très bien, j’y viendrais probablement un jour aussi, mais j’apprécie toujours l’écoute d’un album en entier, avec les morceaux qui s’enchaînent dans l’ordre prévu par les musiciens, jeter un coup d’œil au livret, pour savoir qui joue quoi, c’est un tout. Par ailleurs, tous les nouveaux cédés dont je fais l’acquisition sont immédiatement numérisés, par contre, j’ai beaucoup de retard avec tout le son plus ancien.

myvista, pour les vinyles, il y a aussi un son différent, en particulier au niveau de l’attaque, qui semble bien sèche, et de la dynamique, à la fois plus réduite, mais aussi plus sensible, l’autre jour, j’ai écouté Master Blaster de Stevie Wonder avec la galette de 1981, et ça claquait ! D’ailleurs, je me le remet ! et ça craque à peine, mais quel plaisir. Pour ce qui est des ayant-droits, je suis très attaché à l’idée de participer phynancièrement pour remercier les artistes qui dévouent leur vie à la musique, car la maîtrise d’un instrument à un haut niveau impose un entrainement quotidien, quel que soit le nombre d’années de pratique, c’est comme le sport de compétition, sauf que la carrière dure plus longtemps. Par contre il est pour moi très difficile d’accepter de payer le prix fort pour les artistes décédés, là, j’ai vraiment l’impression de me faire plumer par les éditeurs et autres producteurs, tout comme les musiciens le sont toute leur vie.

Zallag, merci pour ces découvertes, j’adore. Pour ce qui es des protections auditives, je plussoie, il faut se protéger, les pertes auditives sont définitives.

Efish, on en trouve encore, des platines, il y a même des modèles avec une sortie USB !

Dom’ Python, Jimmy Smith, c’est du bonheur en barre, et avec Lalo Schifrin à la baguette, ça confine au sublime. Allez, je t’en propose un dernier : un chef d’œuvre de la musique d’escalator de centre commercial pour certains, une merveille tout court pour d’autres : https://en.wikipedia.org/wiki/Free_Ride_(album). Rien à jeter dans ce disque, un Dizzy Gilespie magnifiquement canalisé par un Lalo Schifrin au meilleur de sa forme.

z (qui aurait du mal à vivre sans musique, je répêêêêêêêêêêêêête : sauf à la campagne, avec le chant des oiseaux, les grenouilles, le vent ;o)

Article: Rire, sourire et… ?
zit
, le 13.10.2016 à 13:45
[modifier]
Article: Rire, sourire et… ?

Ahh, sourire, je passe souvent pour un benêt auprès des gens car j’affiche en permanence un sourire : au lycée, dans ma salle principale, quelqu’un avait affiché un dessin représentant deux visages, la même personne souriant, simplement, et faisant la gueule, visiblement avec effort, une légende indiquait que l’on devait utiliser bien plus de muscles du visage pour faire la gueule que pour sourire, je ne sais pas si c’est vrai, mais ça a impressionné le paresseux qui m’habite, le même qui me fait pédaler allongé paske c’est moins dur pour le cul et que c’est plus efficace…

Ça en énerve plus d’un ou une d’ailleurs, vu que je suis capable d’être trèèèès ironique, quelle que soit la position hiérarchique de la personne à qui je m’adresse, quelle que soit la teneur de mes propos, je souris, et comme avec l’âge, je commence à ressembler à Jack Nicholson (dans Shining ou Batman ;o), yenna k’on peur !

Je souris même en dormant, ce qui énerve madame, ou en lisant, voire les yeux en l’air, repensant à un truc qui me fait encore plus sourire, ce qui l’inquiète ;o).

Et j’aime quand je croise des personnes qui se cachent derrière ce masque, je trouve leur abord plus agréable, et me porte d’autant plus à actionner mes zygomatiques (ou à les laisser ses détendre ?) par effet de miroir comme pour exprimer le plaisir.

Quand au rire, que c’est bon ! ça devrait être obligatoire ! au moins une fois par jour pour les débutants. Comme j’aime ces auteurs capables de me faire rire franchement en lisant (ce qui peut me valoir des regards circonspects dans les transports, tellement le rire semble être inconvenant, quand on ne le partage pas, mais aussi des sourires complices). Le dernier à avoir réussi ça est Jonas Jonasson, éblouissant successeur d’Arto Paasilinna avec son deuxième livre : « l’analphabète qui savait compter », du grand n’importe quoi tout à fait jouissif.

Pour ce qui est de bénir, tu as bien fait de mettre des points de suspension dans le titre, tant le mot est chargé pour un anticlérical primaire agnostique tel que moi. Et j’abonde dans le sens que tu y met. La vie des villes rend cette action (ce devoir ?) moins évidente qu’auprès de la nature.

Et un agnostique peut très bien honnir les religions et les questions y étant relatives tout en étant très attentifs à des détails que les religions ont confisqué à leur profit.

Pour ce qui est des majuscules, je pensais qu’on n’en mettait qu’aux noms propres et à la première lettre de chaque phrase, topoman, ysengrain et zit sont de bons exemples, étant des pseudonymes, ils ne méritent pas la capitale, pour ce qui est de dDieu(x?), est-ce un nom de famille ou un prénom ? ou une qualité ou un job ? Il me semble qu’il est correct d’écrire, par exemple : « le président de la république », comme on dit « le balayeur du hangar 42 » (je ne trouve pas d’exemple où j’aurais besoin d’employer dieu, mais je comprend que l’on puisse mettre une majuscule à Gaïa, qui est un nom propre ;o).

z (qui affiche comme toujours un grand sourire, je répêêêêêêêêêêêête : ;O)

Article: Marcher
zit
, le 13.10.2016 à 12:23
[modifier]
Article: Marcher

Ah, oui, la marche, c’est formidable aussi. Je marche peu à cause du vélo, mais je me suis aperçu de l’effet décrit dans les articles cités par Zallag : c’est souvent après avoir un peu marché que les pages de mon carnet se remplissent de croquis et de pattes de mouches, le vélo n’a pas le même effet (les cocktails à hautes doses d’hormones sont plus corsés par l’effort, sans doute comme pour la course, et submergent l’encéphale, l’orientant en mode « survie » et non « rêverie »).

z (marcher, c’est formidable, mais, après avoir bien marché, je répêêêêêêêêêêêête : il y a aussi manger… et faire une petite sieste ;o)

Article: Prise en mains du Canon EOS 5D Mark IV

J’ai toujours trouvé la visée réflex médiocre, lui préférant de loin un beau viseur de M, c’est un problème de luminosité, surtout sur les réflex modernes, calés pour nous faire voir à f:2,8 pour rendre plus claires les optiques moins lumineuses ! Faites donc l’essai avec un réflex, si vous avez une optique plus lumineuse que f:2,8, du testeur de profondeur de champ entre f:1,4 et cette valeur : on ne voit aucune différence ! c’est quand même bien embêtant, puisque c’est à des valeurs comme celles là qu’une grande précision de mise au point s’impose. Et justement quand il fait sombre, il est vraiment facile de faire une mise au point précise avec un bon télémétrique, ou de voir ce qu’il se passe, grâce à l’amplification lumineuse des viseurs électroniques qu’avec ce trou de souris du réflex, fût-il 100 %.
Et pour le vrai plaisir de visée, un dépoli de chambre avec une bonne loupe 10 x (et une focale pas trop courte), c’est quand même vraiment un autre plaisir (par contre, là, avec des optiques ouvrant au mieux à f:5,6, faut de la lumière !).
Après, tous les viseurs électroniques ne se valent pas : je ne supporte pas ceux de Sony, tout de même que les Panasonic, alors que les Olympus et les Fuji me plaisent beaucoup, et puis il y a le SL, vivement que Seiko puisse en fourguer à d’autres clients que Leica, paske là, c’est vraiment fabuleux (mais malheureusement totalement hors budget pour ce qui me concerne), on est du niveau d’un Rolleiflex 6008 avec l’image à l’endroit en prime !
Le plus important, pour moi qui ai choisi de ne faire de photos que pour mon plaisir, ce qui compte, c’est que l’outil réponde à mes besoins, et comme je suis très paresseux, il faut qu’il soit le plus efficace possible ;o).

Pour ce qui est de la fiabilité de l’IS, il ne fait aucun doute que les fabricants n’ont aucun intérêt à avoir des pannes : ça coûte une fortune (qui a dit Samsung ?), tant que le matériel est encore dans le circuit… mais quand j’achète une optique, c’est pas pour cinq minutes, ni cinq ans, c’est un instrument d’une très haute précision mécanique si l’on veut que les résultats soit à la hauteur de nos espoirs, et ces micro-moteurs, les accéléromètres et les lentilles qui se baladent, ça peut tenir un moment, mais ce n’est vraiment pas pour moi un gage de longévité. Si dans une optique quelque chose doit lâcher, ça sera d’abord par là, puis la motorisation de l’AF, et enfin le diaphragme, à moins d’un choc violent une rampe hélicoïdale peut fonctionner des siècles.
Il suffit de faire une recherche sur l’EFS 17-85 de sinistre mémoire pour voir que ça arrive. Bon, dans le cas de cette optique, ce n’était pas fréquent, c’était quasi systématique, la panne due à l’IS.

Donc l’IS dans le boîtier, ça fonctionne aussi bien que dans l’optique, mais avec toutes les optiques, même mes vieux clous, et comme je garde les optiques et change les appareils…

z (l’important étant de prendre du plaisir, pour moi, la photo, c’est le chemin qui compte, je répêêêêêêêêêêêêêêêête : pas le résultat ;o)

Article: Prise en mains du Canon EOS 5D Mark IV

Ah, l’IS dans l’optique c’est génial : avant, pour qu’une optique tombe en rade, il fallait vraiment y mettre du sien, maintenant, si ce magnifique système s’enrhume, ton caillou, c’est un presse-papier !

z (toujours aussi fan de trépieds, je répêêêêêêêêêête : Mmmmmm, qui a évoqué le cube ?)

Article: Prise en mains du Canon EOS 5D Mark IV

Vous me faites bien marrer avec les « pros » (ctologues ou ctophages ?), d’abord, à vous lire, on dirait qu’ils sont tous des clones les uns des autres, et que sitapa un cakon, tépapro. Les fréquentant depuis des lustres avec de nombreuses casquettes, je peux vous assurer que l’on a affaire à une espèce des plus diversifiée tant du point de vue morphologique que psychologique.
J’en connais un qui travaille avec un D 300 (sorti en 2007), après s’être fait subtiliser dans le train son D 700 (sorti la même année), lui, il a bon, il est chez Nikon, et ce n’est pas le manque d’argent qui l’a fait attendre pour acheter mieux : l’outil qu’il a a sa disposition lui suffit à satisfaire les besoins de ses clients, il le maîtrise parfaitement (depuis le temps !), connaissant ses points forts et ses faiblesses, et, à moins d’un accident, d’une panne fatale ou d’un vol supplémentaire, il va continuer comme ça. Nous avons de temps en temps des discussions sur les boîtiers qui sortent : il est à peu près au courant de l’actualité technologique (mais il n’est pas à un ou deux mois près) et finira bien par passer à un D 810, ou pas. Pour lui, et de nombreux autres professionnels de la photographie, un boîtier, c’est l’équivalent d’un marteau pour le charpentier : il en a besoin pour réaliser la fonction qui est la sienne, et c’est tout.
Quand on passe son temps professionnel à tripoter toute la journée des trucs, quels qu’ils soient, avec le temps, on finit par s’habituer, voire presque être blasé, ça dépassionne, le quotidien !
J’en ai aussi connu un qui avait commandé (c’est une vieille histoire) un 5,6/13 mm de chez Nikon, à 100 000 francs (français) et avec six mois de délai pour faire une seule photo pour répondre à la demande de son client (certainement un bon client !). Il y en a aussi qui sont dans une autre galaxie, shootant (à ce prix là, on shoote) avec du ‘Blad ou du Phase One quand c’est nécessaire, avec du Ninon pour être plus mobile et un hybride pour être vraiment léger.
Donc il ne faut vraiment pas généraliser : les pros, c’est pas un troupeau homogène.
Il y a quand même un truc qui les fait se ressembler un peu, du point de vue matos : c’est une certaine frilosité quand à la nouveauté. Et c’est tout à fait normal : ils ont une obligation de résultat, et un bon tien vaut mieux que deux tu l’auras (entre le moment où je l’ai entendue et lue pour la première fois à l’école primaire et le jour où j’ai eu l’étincelle, j’ai mis des lustres à comprendre cette phrase), il faut que ça marche, c’est aussi pourquoi ils restent en général fidèles à une marque; outre l’important investissement que représente le parc optique, il faut connaitre son appareil sur le bout des doigts pour pouvoir faire ce que l’on a à faire sans y réfléchir, automatiquement, et les ingénieurs des marques ont des logiques d’ordonnancement des menus assez différentes les unes des autres.
Le milieu professionnel a mis très longtemps à passer au petit format (vous savez, le 24 x 36 ;o), il en est même qui continuent à s’en passer, tout comme la couleur a longtemps été un signe d’amateurisme, pareil pour l’autofocus, et pour ce qui est de la transition au numérique, elle a été subie par la pression économique : les photographes restés à l’argentique n’étaient plus compétitifs avec leurs frais techniques (films + développement).
Pour ma part, je suis un pro-am, comme les pisteurs au ski, mon métier, c’est la photo, mais je ne gagne pas d’argent en vendant mes images (ou si peu souvent que c’est négligeable), la photo est pour moi une passion qui me coute de l’argent plutôt qu’elle m’en fait gagner, mais je ne doit mes salaires depuis plus de 25 ans qu’à mes connaissances dans le domaine. J’ai toujours été un peu geek, et je suis presque nerd de certaines pratiques photographiques, j’ai en outre obligation professionnelle d’être bien renseigné dans le domaine.
N’étant rémunéré par aucune marque, j’ai de moins en moins envie de faire des tests de matériel, et puis je ne change pas si souvent que ça ;o), en fait, à part les boîtiers que j’essaye de revendre au plus vite quand un nouveau sort, je ne revend plus mes optiques, et je confirme le bonheur de pouvoir utiliser mes petits cailloux de chez Leica ou mes gros bazars de chez Nikon sur mon Olympus, et une bague Novoflex, ça ne vaut quand même pas le prix du moins onéreux de mes objectifs !
Tout ce long préambule pour dire que je sais que l’on peut faire dire tout et son contraire aux chiffres, mais que les progressions de plus de 10 % du chiffre des hybrides Olympus (pour ne citer qu’eux) depuis au moins trois ans se font forcément aux dépends des deux mammouths, et que la tendance lourde ne me semble pas du tout aller vers le réflex, la tendance lourde s’oriente vers du plus léger !
La visée réflex, c’est effectivement joli, mais elle est très imparfaite, et je la trouve bien moins performante qu’un bon viseur électronique, duquel on peut enlever toutes les informations si on le souhaite, mais surtout qui ne va pas supprimer une information essentielle : le contre-jour. Les viseurs réflex affaiblissent tant le contraste que ce type de scène est amoindri au point qu’il est facile de ne pas en tenir compte, avec un viseur électronique (tout comme avec un viseur télémétrique), cette information assez importante saute aux yeux. Pour ce qui est de filmer, l’ergonomie du réflex est une catastrophe, ce n’est pas de la vidéo, c’est du cinéma, alors que l’hybride s’utilisera comme une caméra légère, l’œil au viseur.
En tout cas, moi, je dis qu’il en faut, des gens comme François : ça va permettre à un gars de pouvoir se payer l’alpha de ses rêves à un moindre coût, mais qui voudra de ton mark XXIII quand tu en sera lassé ?

z (qui va aller nourrir son F 4,au bon grain, je répêêêêêêêêêêêêête : Velvia, Elite chrome Extracolor, Astia, E 200, 64 T, Agfa Precisa…)

Article: Caméra thermique FLIR one V2
zit
, le 30.09.2016 à 09:02
[modifier]
Article: Caméra thermique FLIR one V2

Alors ça c’est super ! L’app permet-elle quelques réglages (luminosité, affectation des couleurs aux températures) ou est-elle très spartiate ?

Depuis que j’ai vu un gars contrôler un tableau électrique avec un engin pro de ce genre (pas du tout le même budget), j’ai très envie de faire joujou avec.

z (on peut faire des trucs très jolis en thermique, je répêêêêêêêêêêêête : je pense en particulier à Dorothée Smith)

Article: Prise en main du Fuji X-Pro 2
zit
, le 30.09.2016 à 08:52
[modifier]
Article: Prise en main du Fuji X-Pro 2

Je l’ai eu en main, et il est vraiment très agréable : léger par rapport à son volume (c’est pas du laiton comme un bon vieux M), et le truc du PIP avec l’image agrandie de la zone de MAP dans le coin en bas avec la visée optique très lumineuse pour toute l’image, c’est vraiment absolument génial pour une mise au point précise en manuel.

D’ailleurs Fuji est aussi la seule marque à proposer un mode de MAP manuel qui découpe l’images en quelques bandes horizontales, le split focus, qui fait bien penser au stigmomètre de nos antiques réflex antéahèfiens et qui est très agréable à utiliser.

z (mais alors effectivement, les menus, chez Fuji… je répêêêêêêêêêêêêête : c’est pas les plus clairs)

Article: Et toi, t’écris avec combien de doigts ?

T, la disparition des voitures (pas que les grosses avec un gros moteur), je la sent bien venir, mais les bureaux, déjà, c’était sans doute pas au même siècle que ça date des années 60, et je ne vois pas comment tu imagine certains fonctionnements sans regrouper quelques personnes travaillant ensemble dans une même pièce…

Pour ce qui es des interfaces neurales, il n’y a aucun doute que si tu reste chez Apple, la traduction automatique en langage diplomatique ne sera désactivable qu’au prix d’un jailbreak hasardeux, faudra passer sur Androïd et acheter des app douteuses pour bénéficier du slang ;o), tu vois déjà les quiproquo avec la correction auto aujourd’hui, imagine demain… sans possibilité de se relire tranquillement.

Diego, mais les Tazus, c’est les gringos, les yankees, d’ailleurs, Jean-Yves, dans son premier commentaire donne un indice assez précis. Pour être bien clair, tazu, c’est l’abréviation de éTAt’ZUnisd’amérique, je répugne à simplifier par américain qui est un manque de précision géopolitique outrancier ;o).

z (vive le progrès, je répêêêêêêêêêêêêêêête : vivement demain, paske c’était quand même mieux hier)

Article: Et toi, t’écris avec combien de doigts ?

Jean-Yves, ce néologisme est apparu à plusieurs reprises sous le plume de Roland C. Wagner (en particulier dans La saison de la sorcière), j’avoue l’apprécier pour sa concision.

ysengrain, Ainsi donc je n’ai pas été le seul à peiner avec cette histoire, ça me rassure. Et je bat ma coulpe : « connexion », effectivement, avec ce joli x si peu employé. Le barbarisme est corrigé.

Modane MDR ! c’est exactement ça, où as-tu pris cette photo de moi ? Je me doutais bien que j’avais un air circonspect quand j’utilisais mon machin.

TTE, l’ordinateur à qui on parle, c’est incroyable, ça a effectivement l’air de s’améliorer à grande vitesse, mais, d’une part, ayant vu 2001, Space odyssey beaucoup trop jeune, j’ai vraiment beaucoup de mal à parler aux machines, et de plus, dans un bureau partagé à plusieurs, ça me paraît douteux comme procédé, cacophonique et d’un manque de discrétion… Quand par contre on pourra subvocaliser à la machine qui nous habitera, voire, mieux encore, lui envoyer des requêtes par l’interface neurale, ça ira bien mieux et beaucoup plus vite.

Pour ce qui est de la meilleure mémorisation par l’apprentissage manuscrit, il semblerait que tu n’aie pas faux, des études vont dans ce sens.

skyroller01, je suis bien d’accord, c’est bien pour ça que malgré la douleur, je prenais des notes. Apparemment, si on tape, ce ne sont pas exactement les mêmes zones du cerveau qui sont actives (pour peu qui que ce soit comprenne vraiment quelque chose à cette affaire) que quand on écrit à la main.

infisxc, merci pour ces détails, fallait y penser au coup des lettres identiques à une symétrie près.

Saluki, comme pour tous les sports de haut niveau, sans entraînement…

François, j’avais déjà cette idée en tête quand tu as fait cet article sur Nebo, le temps que je réfléchisse à quoi dire, et c’est une sorte de commentaire interrogatif que le mien.

Jean-Yves, n’aie pas peur, je l’ai bien dit en préambule, ce sujet à l’air d’être un nouveau marronnier. Je ne suis par contre pas du tout opposé à l’idée d’une connexion d’un genre télépathique grâce aux champs morphiques décrits par Rupert Scheldrake. On en reparlera. Excellent, d’ailleurs, ce dessin du jour, tout comme l’article sur nos amis dinosaures !

z (qui trouve quand même qu’écrire au clavier, c’est quand même moins violent, je répêêêêêêêêêêêêête : et au moins, tout le monde arrive à me lire)

Article: Les indispensables de la cuisine N° 4 : aglio, olio e peperoncini.

Alors oui, Caplan, il est dit que c’est un repas de pauvres qui cultivent leurs aulx et leurs piments et qui ont suffisamment d’oliviers pour produire leur huile, sinon, considérant le prix actuel des ingrédients, de l’huile d’olive potable, de l’ail de qualité, ce sont presque devenus des produits de luxe, c’est que l’huile d’olive de qualité n’est pas encore cultivée trop ailleurs qu’autour de la Méditerranée, ça tombe bien, c’est là qu’elle est consommée en majorité aussi, mais ça commence à se savoir ailleurs que c’est une merveille, ce liquide vert ! Quand aux convives, mes voisins en redemandent tous, même ceux au palais le plus gaulois ;o).

J’ai oublié de dire que c’était aussi délicieux froid, comme une salade de pâtes, en ajoutant pas mal de tomates et ou de poivrons aussi, ou en fritatta, c’est à dire recuit longtemps à feu doux, soit à la poêle, soit au four, j’adore le croustillant des spaghetti recuits ainsi.

Nic, toutes mes excuses, mais là, l’erreur est juste, peperoncino, c’est au singulier ;o).

Marcolivier, mais c’est incroyable car ma salsita est presque la même que la tienne, à la différence des tomates, par contre, j’ai complètement oublié l’ingrédient pour lequel je l’appelle créole, c’est que juste avant de mettre les tomates, j’ajoute un peu de sucre de canne bien brun, quand à la force, ce ne sont pas deux ou trois pauvres tomates qui vont diluer la vigueur de plus de vingt habaneros, et d’une petite dizaine de Cayenne vitriots !

Pour ce qui concerne le style, je tiens à faire amende honorable, la relecture a été bâclée, les trois heures et quelques à pédaler en plein cagnard m’ont ralenti les connections synaptiques, je vais aller corriger ces très nombreux n’importe quoi effectivement issus de quelques malentendus entre le clavier à touches très désuet sur lequel je frappe et un bienveillant correcteur orthographique quelque peu dépassé par les événements dès que j’aurais répondu à vos commentaires.

Quand à la boisson, c’est assez incroyable, mais, de l’eau à la Guiness, en passant par un Cadillac bien liquoreux, ou un Cahors bien râpeux, toutes les saveurs semblent aller bien avec ces pâtes !

Saluki, ouiiii, envoie la recette des pâtes, je trouve qu’il est important de partager une bonne recette, plutôt que d’en faire un secret d’état !

ysengrain, je ne doute pas de ton assertion, ça me paraît évident, tout cet afflux de souffre, d’un coup, ça sent le souffre ! Quand à ton innocuité aux culicidés (très goutû, effectivement), as-tu fait faire un examen de ton génome ? quel est ton régime alimentaire ?

T, terrible effectivement, le machin qui double littéralement de volume !

François, il y a un truc ! ne pas manger QUE de l’ail ;o) et pour l’haleine, pas de problème après avoir mâchouillé quelques gousses de cardamome pendant un moment, non seulement c’est délicieux, mais ça dissout vraiment bien l’odeur souffrée !

z (bon, je vais aller corriger les horreurs d’hier, je répêêêêêêêêêête : et quand même ajouter quelques mots sur l’ail en toute fin d’article…)

Article: Vitesses intégrées sur les vélos

C’est un système qui se trouve souvent sur les vélos horizontaux, la plus jolie intégration du Rolhoff est à mon avis celle du Green machine de Flevobike :

Fourches monobras avant et arrière (pas besoin de démonter la roue pour réparer une crevaison), l’intégralité de la chaine passe dans le cadre.

Je viens de changer mon dérailleur arrière de base à huit vitesses et déjà, j’ai mis une bonne heure à le régler (il fonctionnait parfaitement, mais avec sept pignons seulement, n’utilisant que très rarement le plus petit, celui qui ne voulais pas passer, j’ai pensé m’en tenir là, et aller voir mon vélociste qu’il le fasse, et finalement, un regain d’orgueil m’a fait retendre le câble et là, il passe très bien), je crois que ces engins là sont encore plus sioux ! Un voici a l’Alfine 8 vitesses de Shimano sur son vélo de ville et il a fallu qu’il retourne trois fois chez le revendeur pour que ça soit au poil, mais apparemment, ça ne se dérègle pas trop vite. Par contre, enlever la roue pour une crevaison est encore moins pratique qu’avec une transmission standard.

Il existe aussi un système à deux vitesses pour pédalier, le schlumpf qui doit être intéressant en complément du Rollhoff ;oP.

z (plus que dix jours avant la vallée verte, je répêêêêêêêêêêête : la Haute Savoie, ses cols, sa tartiflette… sans oublier le plus grand festival de rock de Haute Savoie au monde !)

PS : je viens de monter un Schwalbe One : du velours, ce pneu, et ça envoie, en plus !

PS 2 : le Galibier en Fixie ! je ne l’envie pas du tout, surtout pour la descente…

Article: Les indispensables (et autres) de l’atelier N° 5 : pince-mi, pince-moi

Voilà le gif promis (il n’est pas vraiment formidable, mais je l’ai promis) :

(j’ai l’impression qu’il faudrait que je fasse quelques tests dans l’interface de publication pour voir si ce n’est pas un problème d’attribut d’image, puisqu’apparemment, les images de l’article ne sont plus clicables par défaut, sans doute suite à une mise à jour de WP)

jpg, la pince monseigneur, tout comme le menton en galoche, ou le nez camus, ça fait partie des trucs que j’ai lus à de nombreuses reprises dans divers romans, sans jamais chercher à mettre une image sur le mot. Là, pour le coup, j’ai regardé, et j’aurais plutôt tendance à appeler ça un pied de biche, j’en ai deux, le classique orange à double bec, et un vrai monstre d’un mètre vingt au moins pour une bonne quinzaine de kilos,
impeccable pour dégonder les portes !

Saluki, m’enfin, pas devant tout le monde !

ysengrain, oui, c’est impressionnant la variété de ces belles pièces d’inox, un voisin médecin m’a offert deux bottins rouges qui sont des catalogues d’instruments chirurgicaux… je m’en sert surtout comme cales pour rehausser un truc sur l’établis.

Blues, ah, oui, des pinces à linge, j’en ai quelques unes, mais elles servent surtout en photo, pour faire tenir des gélatines ou surtout du diffuseur sur des sources lumineuses, il va sans dire qu’elles se doivent d’être en bois pour ne pas fondre ! (bon, avec l’halogène, pask’avec les LED, ça chauffe beaucoup plus modérément)

djtrance, pour ma part, je ne pince pas, je ris !

guru, l’essayer c’est l’adopter, n’est-il-pas ?

le Corbeau, je crois que c’était volontaire de ma part ;o);

Dom’ Python, mais non, reste !

z (allez vraiment jeter un coup d’zyeux sur ces vidéo, je répêêêêêêêêêêêêête : ils sont forts ces nippons !)

PS : bon, même là, le gif ne fonctionne pas, j’abandonne pour l’instant !

Article: Rephotonisation
zit
, le 30.05.2016 à 10:55
[modifier]
Article: Rephotonisation

ysengrain, je suis d’accord, autant les raffineries fermées, c’était vraiment super pour la circulation à vélo, mais toucher à l’atome, niet !

grandegigue, je l’ai fait un peu exprès, ce manque de clarté, cette apparente contradiction. Comme magnifiquement expliqué par Jaxom et Stilgar, plus une température est élevée, plus la lumière émise va vers le bleu, et les couleurs rouge/orangé des températures les plus basses sont perçues comme chaleureuses, chaudes à l’inverse des valeurs bleutées perçues comme froides, ça tient certainement au fait qu’un feu de cheminée émet une lumière jaune-rouge, alors que la neige, la glace ont des reflets bleutés… J’avais écrit un très joli article au sujet de la balance des blancs, et j’y évoquais cette histoire de température de couleur, je pensais que c’était acquis, mais apparemment, yenna qui ne suivent pas !

Dom’ Python, il est difficile, voire dangereux, de regarder une LED puissante dans les yeux, mais si on utilise un système pour adoucir ça, comme une feuille de calque, par exemple, la perte de rendement est très importante. Il faudrait faire des tests sérieux, mais il me semble que l’on perde plus à diffuser une LED qu’un autre type de source.

Bon, comme vous avez été sages, je vous propose quelques .gifs :

en voilà un, vous noterez, en haut à droite un bidon d’huile Castrol, paske dans mon atelier, on rigole (et il n’y a ps de Motul ;o).

et la seconde

z (cette pratique s’appelle normalement le relamping, mais qu’est-ce-que ce mot est laid ! je répêêêêêêêêêêête : je préfère rephotonir, qui est aussi bien laid, mais qui contient photon)

Article: Rangement surprise
zit
, le 25.04.2016 à 10:41
[modifier]
Article: Rangement surprise

PhB, ça, c’est impossible, car pour être président, il faudrait que je postule pour le poste, et ça ne m’intéresse absolument pas, à plusieurs titres.

TTE, oui, ça m’amuse aussi beaucoup, mais c’est frustrant de ne pas arriver à ce que ça fonctionne dans le corps de l’article.

J-C, les rails encastrés dans le plafond, la classe, mais j’ai de plus en plus tendance à privilégier la fonction sur l’esthétique, le dizaïne doit se caler sur le besoin. Et puis je n’aime pas passer trop de temps sur les finitions, le bois est laissé brut, il va foncer, se tacher, vieillir beaucoup plus vite que si je l’avais lasuré ou verni…

Modane, ;o)

Jean-Yves, j’avoue, bien que les dates de nos articles soient magistralement mises dans un splendide planning par notre vénéré BigBossPatronD’Ici, des mois à l’avance, j’ai toujours tendance à commencer la rédaction de mes articles le jour j -1, à quelques heures de l’échéance… Et il peut arriver que l’article publié à minuit ne soit qu’une ébauche, la plus propre possible (en tout cas, intelligible), amélioré et mis à jour au fil du temps dans les minutes qui succèdent minuit. Là, j’ai perdu pas mal de temps à refaire le .gif (à enlever des images pour lui faire perdre du poids) pour essayer de le faire fonctionner dans l’article, sans succès, ce n’est que le lendemain que l’idée de l’insérer dans un commentaire m’est venu, j’essayerais de m’en souvenir à l’avenir. Quand à cette pôvre fenêtre, son ouvrant droit est définitivement réduit à une ouverture maximale d’environ 45 ° à cause du rail de la première étagère (celle qui n’est pas encore réalisée), ce n’est pas l’exploit dont je suis le plus fier !

Tom25, je stocke une partie de mon savoir sur les serveurs helvètes de cuk.ch ;o)

M.G. merci pour tes conseils, je vais m’occuper de ces câbles rapidement (je dispose de tout ce qu’il faut en matière de serre–câbles). Pour l’agression du sol par les roulettes, j’y ai pensé bien sûr, on verra à la longue, mais c’est de toute façon un parquet en chêne massif de 24 mm, donc même si ça marque, un coup de ponceuse permettra de refaire le niveau si nécessaire. Quand au sol et à sa solidité, je demeure dans un ancien bâtiment industriel édifié en 1867 avec des murs en pierre de 60 cm d’épaisseur et il me semble que les planchers ont une capacité de charge supérieure (d’autant qu’on est juste à côté d’un mur porteur), en tout cas, ça m’ennuierai beaucoup de tomber à l’étage du dessous avec mes bouquins, c’est là qu’habite le gérant de l’immeuble ! ;o) En tout cas, si tu veux faire une étude préliminaire, tu es le bienvenu (payement en liquides : jus de fruit, Perrier, moka… ). Et merci pour le contreventement, je ne savais pas que cette pratique portait ce joli nom.

jvi, c’est du multipli bouleau en 21 mm et la longueur des étagères fait 73 cm, je crois aussi ne pas avoir de risque de fluage/fléchissement, j’aurais pu faire bien plus léger en faisant des tablettes creuses un peu plus épaisses avec renforts internes, mais j’y ai pensé trop tard, et puis c’est beaucoup de travail. Et effectivement, une partie des étagères est juste posée, mais il y en a 4 qui sont vissées depuis l’extérieur, ça serait effectivement beaucoup plus propre et solide avec ta technique de liteau (encore un mot que je ne connaissait pas). Pour ce qui est de l’ingéniosité du procédé, je ne mérite par contre pas de louanges, ça vient d’un architecte japonais : ils se sont inspiré intelligemment de bien de nos inventions, je ne vois aucun problème à leur rendre la pareille.

Article: Rangement surprise
zit
, le 20.04.2016 à 15:58
[modifier]
Article: Rangement surprise

Coucou, alors je me suis battu comme j’ai pu, mais je n’ai pas vingt culs, donc le magnifique .gif que je vous ai concocté ne fonctionne pas dans l’article (trop gros ? il fait dans les 7 Mo), donc j’essaye de le poster ici depuis Dropbox :

Merci à toutes et à tous pour ce concert de louanges (totalement méritées ;o).

Gr@g, il est possible de passer commande, mais l’atelier est débordé et l’attente risque d’être longue… trèèèès longue.

J-C, djtrance, les rails sont imposants car le plafond est sensiblement plus haut que ne le sont les meubles, limités en altitude par une poutre coffrée au fond (invisible sur les images), et puis je voulais un truc solide qui ne risque pas de s’arracher au premier courant d’air, mais le principe, c’est un guidage, il n’y a aucune force exercée dessus, donc ça pourrait être moins important. Pour ceux de l’originale, ils ne me semblent pas beaucoup plus petits que les miens, par contre. Et j’ai effectivement l’idée de voir si la technique ne pourrait pas s’appliquer à un dressing aussi… faut que l’idée plaise à madame.

fxc, mais bien sûr que j’en ai mis, de la paraffine, de toute façon, vous savez bien, tout ce que l’on peut faire avec les hydrocarbures si ce n’est pas les brûler, ça m’intéresse : non seulement cramer du pétrole pour faire avancer un tas de ferraille, ça pue et fait du bruit, mais il y a tellement de choses fantastiques à faire avec cette matière première (qui fût vivante) que c’est vraiment du gaspillage que de juste le brûler.

Hi-Phil, oui, on trouve ce genre de systèmes dans les centres d’archives et autres bibliothèques, en plus chic et lourd. Pour ma réalisation, ce n’est quand même que de la menuiserie de base, ça prend du temps, mais ce n’est ni difficile, ni compliqué; et comme je l’ai mentionné à la fin de l’article, on peut tout aussi bien ajouter quelques roulettes sous des billi de chez Ik… et ça le fait aussi.

Caplan, je suis incapable de dévoiler une roue… ou plutôt, rien qu’à me voir approcher avec la clef à rayons, elle se gondole encore plus avant même que je l’aie touchée ;o).

Modane, c’est un voisin qui m’a suggéré l’astuce. Et c’est moi qui ai eu l’idée de les faire passer dans des découpes au milieu de l’étagère… mais il faut que je les retende un poil maintenant que je suis satisfait.

Guillôme, d’une part, de très nombreux livres ne sont pas disponibles en numérique, et puis je ne sais pas, c’est pareil avec la musique, mais j’aime bien, quand j’achète quelque chose, avoir l’impression d’en être vraiment propriétaire, plus le temps passe, moins j’ai de confiance dans les « nouvelles technologies ». Je ne suis pas fétichiste ou collectionneur, mais j’ai quand même une très bonne capacité à amasser.

Hi-Phil, je me demande si le « mur » formé par mon dispositif n’aurait pas de très bonnes propriétés, surtout si chaque meuble est mal rangé, légèrement décalé par rapport à son voisin, comme les pièges à son dans les studios sérieux.

z (bon, alors il marche, ce .gif ? je répêêêêêêêêêêêêête : Yaisse !)

Article: Technophile edition
zit
, le 15.04.2016 à 15:48
[modifier]
Article: Technophile edition

On peut voir ici un débat à la cinémathèque avec Joe Dunton, chef op’ de Kubrick qui raconte quelques anecdotes intéressantes et, à partir de 2’50, un petit film où il montre quelques uns de ses jouets et explique les bidouilles du maître : passionnant !

z (effectivement, c’est du Zeiss, je répêêêêêêêêêêête : f/0,7, ça fait rêver un trou de 71 mm de diamètre alors qu’un 1,4/50 n’a qu’une ouverture maximum de 35 mm)

PS : pour Myriam, chais pas, nous n’avons pas échangé nos cartes de visite ;o)