Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Argos
397 commentaires trouvés.
Article: Il était une fois sur la Baltique…

Passionnant et témoignage sur la folie destructrice humaine. Alors qu’en Russie, nombre de villes ont retrouvé leur dénomination d’avant la Révolution, là, le triste Kalinine, dont la ville de Tver portait également le nom, continue à sa rappeler au souvenir des habitants. Et que va-t-il se passer avec ce territoire devenu russe et enclavé à l’intérieur de l’Union européenne ?

Article: Quel sériephile êtes-vous ?
Argos
, le 23.07.2014 à 18:20
[modifier]
Article: Quel sériephile êtes-vous ?

Oui, les séries françaises. La catastrophe. Mais aucune chaîne n’aurait voulu s’engager dans la production d’un projet tel que The Wire le situant par exemple en banlieue parisienne ou dans les quartiers Nord de Marseille. Quant à Borgen, n’en parlons pas. Et dire que Homeland est tiré de la série israélienne Hatufim…

Article: Quel sériephile êtes-vous ?
Argos
, le 23.07.2014 à 11:40
[modifier]
Article: Quel sériephile êtes-vous ?

En fait, je ne regarde pas les séries à la télé. Attendre l’épisode suivant est trop fastidieux. Donc, je télécharge la saison entière en v.o. lorsqu’elle s’est achevée et la mets sur le home cinéma. J’ai ainsi visionné en très peu de temps l’ensemble de Breaking Bad. Netflix a innové en mettant en ligne en même temps la totalité de la saison 3 de House of Cards, qui rendrait jaloux tout anti-américain patenté. On attend avec impatience la quatrième saison.

Article: Quel sériephile êtes-vous ?
Argos
, le 23.07.2014 à 07:45
[modifier]
Article: Quel sériephile êtes-vous ?

J’ai dû vivre dans un univers un peu différent celui de l’auteur de l’article.

Parce que dès l’adolescence, la littérature bis – policiers, science fiction, fantastique – a toujours tenu chez moi, ainsi que dans mon milieu plutôt intellectuel, une grande place. La lecture du mensuel Fiction, qui reprenait nombre de textes des grands auteurs américains puis français y est pour quelque chose. C’est là que j’ai découvert Sheridan le Fanu et sa vampire Carmilla. Lovecraft et les grands anciens, ainsi que tous les modernes, Poul Anderson Philip K. Dick, Richard Matheson, etc. etc.

Au cinéma, presque autant que Metropolis, dont il n’existait alors qu’une version tronquée, Aelita de Protosanov, Les Mains d’Orlac de Wiene et Paris qui dort de René Clair qui le précèdent, puis Le Jour où la terre s’arrêta, Vingt mille lieues sous les mers ou Planète interdite m’ont familiarisé avec le genre.

La série télévisée est sans doute devenue majeure avec Twin Peaks de David Lynch, un vrai choc. Avec l’arrivée des réseaux cablés, ces séries se sont affranchies de ce qui handicape le cinéma américain, la nécessité de s’adresser aux 16 – 24 ans. C’est là où se situe aujourd’hui la création. The Wire est une formidable épopée dans les sous-sols d’une ville, Baltimore. Homeland révèle les démons de l’après-11 septembre. Et dans le dérangeant, American Horror Story ou Hannibal dépassent nombre de limites. Et on garde un souvenir ému des Sopranos- Enfin dans un autre genre, européen cette fois, Borgen a réussi l’extraordinaire pari de transformer la politique danoise en un suspense hitchcockien.

Article: Comme quoi Audiard mène à tout…

Ouais. Clémenceau est l’exemple du personnage qui ne saurait être réduit à une formule. On peut le considérer comme un géant, si on le compare à nombre politiciens de la Troisième République, mais arrivait-il seulement à la cheville de Jaurès ? « Père la victoire », certes. Mais son intransigeance et son mépris à l’égard des Allemands lors des discussion du Traité de Versailles a largement contribué aux conditions conduisant à la Seconde Guerre mondiale.

La politique française est souvent faite de mots, et Clémenceau s’y est illustré, après et avant d’autres. Aujourd’hui, on parle de petites phrases, cela permet aux chroniqueurs de commenter celles du week-end et évite d’aborder l’essentiel.

Le cinéma français est souvent aussi fait de mots. Audiard, comme Prévert, pouvait faire oublier le réalisateur, ce qui l’a conduit derrière la caméra. J’ai eu la chance de le rencontrer un certain nombre de fois et ses répliques dans la vie égalaient parfois ses films. Carmet et lui faisaient un duo incroyable. Tous deux sont morts trop tôt.

Article: T’inquiète pas Doc, j’y suis pas allée à fond.

En lisant les derniers commentaires, il me manque un contexte pourtant évident : La France, et Paris en particulier, est devenue un lieu d’agressivité et d’affrontement où l’attitude des agresseurs telle qu’elle est décrite est considérée comme presque normale. Et bien, non merci, je n’aurais aucune envie de vivre dans ce qu’est devenu un tel pays.

Dans la capitale d’un million et demi d’habitants où je vis, je me promène avec ma petite chienne dans des coins parfois un peu déserts. Il m’arrive d’y rencontrer des groupes de d’jeuns à capuche. Dans ce genre de situation, à Paris par exemple, j’aurais immédiatement les sens en alerte, considérant la possibilité d’un provocation. Et je suis un mec, pas une Nana. Mais chez moi, cela débouche sur un échanges de sourires, accompagnés d’un « Bonjour Monsieur » et souvent : « Il s’appelle comment votre chien ? » Bref, un autre monde où je me sens bien.

Ce sera tout.

Article: T’inquiète pas Doc, j’y suis pas allée à fond.

J’ai lu tous les commentaires précédents et j’ai l’impression que quelques aspects n’ont pas été abordés.
Ainsi, Ysengrain note que ces jeunes filles ont une tenue qui les définit comme musulmanes . Or, il existe une frange d’individus qui par principe ne les aime pas tellement (litote. Que dans certaines situations elles puissent réagir plus vivement à une agression est logique.

Maintenant le contexte parisien est devenu plus agressif et parfois plus violent. Un tel comportement dans le métro aurait été impensable il y a trente ans et reflète bien un contexte général où les incivilités sont de plus en plus tolérées.

Le seule manière d’arrêter une agression est de la stopper immédiatement. Selon la situation. il peut s’agir d’une attitude, d’un mot, mais dans la plupart des cas une riposte paraissant parfois disproportionnée est la seule à calmer le jeu.

Je vis dans une région (le Caucase) où il y a quinze ans on vivait dangereusement. Les agressions étaient quotidiennes, les passants se faisaient tabasser pour quelques dollars et prendre une balle perdue à la suite d’un règlement de comptes n’était pas exceptionnel.

Face à cette vague de criminalité, le gouvernement issu d’une révolution a décrété la tolérance zéro et mis en même temps fin à la corruption policière. En un temps relativement court les rues de la capitale sont devenues plus sûres que celles de Genève et il est possible pour une femme de rentrer seule à deux heures du matin sans risquer de mauvaises rencontres.

Cerise sur le gâteau : un certain nombre de criminels, découragés par les risques encourus, sont venus se réfugier en Europe où, assurés d’une plus large impunité, ils ont découvert un terrain de jeux propices.

Certes, ces propos ne vont pas dans un sens très politiquement correct, mais correspondent à une réalité. Ainsi, depuis plusieurs années, je ne ferme plus la porte de notre maison à clé.

Article: T’inquiète pas Doc, j’y suis pas allée à fond.

Parfois il faut employer des moyens disproportionnés pour éviter une escalade ultérieure. Moi cette anecdote me fait penser à ce qui se passe en Ukraine. Si, dès le début, les Ukrainiens avaient eu les moyens d’en mettre une aux « Pro-Russes », on n’en serait pas là aujourd’hui.

Article: Kenwood Cooking Chef
Argos
, le 27.01.2014 à 09:05
[modifier]
Article: Kenwood Cooking Chef

A lire ces deux articles j’ai l’impression de me trouver dans un salon des arts ménagers avec un camelot qui nous fait…l’article. Si un mixer se justifie, les robots ménagers finissent le plus souvent dans un placard faute d’usage régulier. A ce prix, on peut presque se payer un MacBook pro.

J’aime à cuisiner avec mes vieilles poêles en fonte qui donnent à la viande tout son goût. Je n’utilise pas de plaques électriques mais le gaz, infiniment plus souple. Certes j’ai investi dans un excellent four et ma fille en sort des gâteaux à s’en relever la nuit.

Dans mon coin du Caucase on trouve au marché des truites dans les viviers pareilles à celles qu’on pêche en rivière. Je les prépare tout simplement en papillotes, moins d’une vingtaine de minutes au four. Accompagnées d’un Tsinandali, un vin blanc sec issu d’un cépage affichant ses sept mille ans d’histoire au compteur, c’est un délice incomparable.

Article: Plus jamais sans mon thermomix
Argos
, le 24.01.2014 à 08:39
[modifier]
Article: Plus jamais sans mon thermomix

On parle plus haut de risotto, mais le résultat manquera fatalement de ce petit quelque chose qui fait les grands plats. Parce qu’il est essentiel de dorer d’abord des oignons à l’huile d’olive, d’y mettre un bon arborio jusqu’à ce que les grains deviennent transparents puis y ajouter peu à peu le bouillon en recouvrant à peine le riz. Quelques pistils de safran délayés dans un peu de bouillon complèteront la préparation quelques minutes avant la fin. Et, le feu arrêté, nu peu de parmesan rappé donnera la touche finale. Et il y a mieux encore : le risotto du restaurant Centovalli non loin de Locarno, Anne Cuneo pourra vous en dire quelque chose.

Article: La frontière est mince…
Argos
, le 09.12.2013 à 10:14
[modifier]
Article: La frontière est mince…

Eh oui, des fois on ne se rend pas compte. On peut sans le vouloir, et parfois avec les meilleures intentions du monde, adopter des attitudes qui vont blesser un interlocuteur. La communication et l’échange peuvent souvent se transformer en rapport de force, il s’agit d’imposer son point de vue, qui ne saurait qu’être le meilleur. Bref, finalement, c’est une affaire de pouvoir sur l’autre. Mais, chut, surtout ne pas le dire. Alors, la personne qui explique à une autre “qu’elle est cassante” rend finalement un grand service à autrui.

Article: Quelques mots sur le Lumia 1020
Argos
, le 07.08.2013 à 13:45
[modifier]
Article: Quelques mots sur le Lumia 1020

Dans le comparatif, les trois photos de la jeune femme aux guirlandes sont aussi nulles les unes que les autres. Dans ce cas, la course aux pixels ne sert strictement à rien. On imagine ce qu’une photo tirée avec par exemple un Nikon 7100 et traitée avec Lightroom ou Capture NX donnerait. Dire qu’il n’y aurait pas photo serait une litote.

Article: La course à pied, pour quoi faire et ce que ça implique

La marche pendant une heure pour promener le chien me suffit. J’habite sur une colline et je descend chercher les croissants en parcourant un chemin ombragé puis en remontant je passe chez le fruitier acheter en ce moment un kilo de framboises. Puis, un peu plus haut je m’arrête à la petite épicerie avec de la double crème et de la glace à la vanille. Un grand mélange pour lequel on ferait des kilomètres.

Article: La cité – chef d’oeuvre en péril

La destruction du tissu urbain s’est souvent faite au nom de la “lutte contre les taudis”. Au lieu de rénover des bâtiments centenaires, il était préférable et plus juteux de les démolir. A Genève, le pittoresque ensemble du Perron, au bas de la vieille-vieille, comme une partie du Saint-Gervais historique ont ainsi disparu. Mumford considérait qu’une ville ne saurait être réellement vivable que si on peut la parcourir à pied. L’automobile a mis fin à ce mode de vie, et a causé plus de dégâts que le Seconde Guerre mondiale.

Article: J’ai baissé la tête, à tout le moins le regard…

Madame Poppins, votre article de ce matin est très riche, abordant plusieurs faces de la vie et de la mort.

Je n’en aborderai qu’une seule, celle d’une mère qui a abattu le meurtrier de sa fille. Je suis d’une manière absolue contre la peine de mort. Je trouve honteux par exemple d’avoir fait exécuter un criminel comme Saddam Hussein. Il y a quelque chose de pornographique dans la condamnation à mort et celui qui la décide et l’applique se salit bien plus que celui qui la reçoit.

Pourtant, je n’hésiterai pas une seconde à abattre comme un chien celui qui ferait du mal à l’une de mes filles. Contradiction ? Que non pas, La justice n’a pas à exercer une vengeance, elle n’a pas souffert dans sa chair ; moi oui, et je refuserais à tout autre d’exercer ma vengeance, et surtout à l’Etat, entité impersonnelle. La douleur justifie ainsi un geste que moi seul peut exercer. Je n’en sera pas moins un criminel, mais selon le principe : la jutice pardonne, moi pas.

Article: Photographe de guerre
Argos
, le 27.03.2013 à 22:04
[modifier]
Article: Photographe de guerre

Je crois TTE que nous sommes fondamentalement en désaccord mais je n’ai pas envie de polémiquer. Il se trouve qu’en 1977 j’étais à Varsovie pour tenter d’amener L’Homme de marbre à Locarno. Mais le véto des autorités polonaises fut absolu. Eux avait eu conscience de ce qu’il représentait et je n’ai jamais vu aucun film avoir un tel impact. Les privations endurées par les Polonais avaient eu un bien moindre effet. Même la suite, l’Homme de fer, sur Solidarnosc, présenté à Cannes, n’aura pas un effet semblable.

Article: Photographe de guerre
Argos
, le 27.03.2013 à 16:26
[modifier]
Article: Photographe de guerre

Certes de telles images ne changeront pas le monde, mais elle peuvent y contribuer. Pour moi, le meilleur exemple en est le film de Wajda, L’Homme de marbre. Il sort en 1977 et provoque immédiatement un incroyable bouche à oreilles en Pologne. Il cristallise l’opposition et un mouvement est lancé sur ses bases qui s’appellera Solidarnosc. Douze ans plus tard le Mur de Berlin tombe. Wajda, à côté de quelques autres, pense y avoir apporté sa contribution.

Article: Photographe de guerre
Argos
, le 27.03.2013 à 11:41
[modifier]
Article: Photographe de guerre

L’impact d’une image aura d’abord une influence sur un régime démocratique où l’opinion peut exercer une pression sur ses dirigeants. C’est pourquoi ni les images de la Tchétchénie ni celles, rares, du Tibet n’ont la moindre influence sur les responsables russes ou chinois. Aucune image de la Syrie, aussi atroce soit-elle, ne fera plier al-Assad. L’aspect passionnel du conflit palestinien annule, lui, l’effet des images,

Elle n’en sont pas moins nécessaires, constituant des témoignages essentiels pour le futur. Aujourd’hui un conflit n’existe pas s’il n’est pas documenté par l’image.

Parler d’ego à la recherche du sensationalime parait inadéquat. Bien sûr que les photographes ont envie de faire connaître leur production, comme un cinéaste n’a pas envie que ses films restent confidentiels et qu’un écrivain ne soit pas lu. Le choix des thèmes et les risques pris les concernent avant tout eux-mêmes.

Le Sunday Times ne représe pas exactement la référence en matière de reportages photographiques. Aujourd’hui, beaucoup moins de médias qu’auparavant envoient des photographes sur le terrain et beaucoup d’agences de photos sont à l’agonie. Il reste alors le free-lance, qui a décidé de s’investir et je ne vois pas au nom de quoi on l’empêcherait de faire le job qu’il a décidé.

Les vues prises par des téléphones des drames d’aujourd’hui ne remplacent pas le regard du photographe. Pour reprendre l’exemple de la petite fille vietnamienne, il ne suffisait pas de déclencher, mais de le faire au moment juste, Cartier-Bresson parlait de l’instant décisif. Cette photo en témoigne.

Article: Photographe de guerre
Argos
, le 26.03.2013 à 10:51
[modifier]
Article: Photographe de guerre

Tristan, votre regard sur la photo de conflit est tout à fait intéressant. Capa et Caron, puis bien d’autres, ont apporté des documents essentiels à notre civilisation, devenue celle de l’image. J’aimerais aussi évoquer les risques énormes pris par ces photographe pour rendre compte de ces drames,où les morts dans l’action sont trop nombreux. Artistiques, ces photographies le sont certainement, comme l^étaient les peintures de Goya titrées les Horreurs de la guerre. Et la petite fille fuyant l’incendie sur une route vietnamienne a fait plus pour l’arrêt de cette guerre que nombre de protestations.

Article: «La vérité sort de la bouche des enfants.» (Platon et Jésus)

Les cartes de la Palestine proposée par Korbo semblent inclure une petite manipulation.La première indique en vert une Palestine qui n’existait pas. Celle du plan de partage, refusé par les cinq pays arabes qui déclencheront le premier conflit, évoque une partie arabe et une partie juive, avec Jérusalem géré par l’UNU. La Palestine, c’est l’ensemble des deux Etats. Certes ce ne sont que des mots, mais les mots peuvent parfois être mortels.

Article: «La vérité sort de la bouche des enfants.» (Platon et Jésus)

Il y a en Suisse des personnes qui se sont indignées du traitement réservé à ceux qui tentaient de se réfugier en Suisse. On les connait peu et cela n’apparaissait pas dans les journaux, mais par le bouche-à-oreilles chez pas mal de gens. Et ceux qui voulaient savoir savaient. Mais s’il était impossible d’accueillir ces réfugiés dans des familles, dès 1945 de nombreux rescapés se sont vu aider par des Suisses, avant souvent d partir pour le Canada ou les Etats-Unis. Korbo : on parle ici de la Suisse et pas de la Palestine.

Article: Audiophilie : Quel format choisir ?

Merci Renan pour cet article très pertinent. Il y a quelques années, lorsque j’expliquais que je téléchargeais musique classique et jazz à partir de dossiers Flac pour les transférer sur CD à travers toast et que je prétendais que la qualité était à peu près la même que le CD original, je me faisais traiter de petit rigolo dur de la feuille. Alors j’ai procédé à des écoutes à l’aveugle. Et majoritairement la préférence allait au CD provenant du téléchargement. Depuis quelque temps, je décode le FLAC sur Aiff et ensuite le Mac lit le dossier.

Article: Test de la machine Special-T de Nestlé

Korbo, peu de gens savent vraiment préparer le café turc et fabriquent souvent une infâme bouillie où il y a plus à manger qu’à boire. Pourtant c’est simple : après avoir fait monté le café deux ou trois fois et provoqué quelques bulles, il suffit de verser quelques gouttes d’eau froide qui précipitent le mélange et font descendre la mouture au fond.

Article: Test de la machine Special-T de Nestlé

Pour le café, pas non plus de machine à la maison. On se fait du café turc. Moi je me le prépare à la syrienne, sans sucre et avec quelques grains écrasés de cardamome. Et pour varier, j’ai une vieille cafetière napolitaine.

L’avantage avec le café turc, c’est qu’ensuite on peut lire l’avenir dans la tasse. ;)

Article: Test de la machine Special-T de Nestlé

Rien que d’entendre le mot “machine à thé” me hérisse le poil. C’est comme le vin en cubitainer. Et j’ai toujours pensé que les anglais étaient passés à côté de vraies qualités du thé, qu’ils ne connaissent généralement que noir, consommé avec du sucre et du lait pour censément en améliorer le goût. Leur thé est noir parce qu’autrefois il pourrissait lors du long transport de depuis la Chine à bord de clippers clippers.Bien sûr, je charge un peu, mais au fond c’est l’idée.

Alors, petit mode d’emploi : La meilleure façon de faire du thé c’est avec une chaussette à thé. L’eau ne doit jamais bouillir mais suivant la sorte se situer entre 80 et 90 degrés. Le champagne du thé c’est le Darjeeling first flush, c’est-à-dire une récolte de printemps d’un grand jardin comme un puttabong ou un castleton. Quelques Oolong (thé semi-fermenté) de Taiwan offrent aussi des plaisirs rares, comme les meilleurs thés verts japonais.

Chaque fois que je vais à Paris, je m’arrête non pas Chez Marriage,un peu surfait, mais au Palais des Thés, situé dans le Marais tout près du Centre culturel suisse qui offre un choix extraordinaire où vous pouvez humer dans d’immenses boîte votre sorte favorite. Pour ceux qui aiment le thé noir au petit-déjeuner, plutôt qu’un “English Breakfest tea” dont les feuilles sont brisés, vous trouverez de magnifiques assam, qui m’ont reconcilié avec le thé noir.

Comme pour le vin, les connaisseurs de thé parlent de crus et les prix de certains d’entre eux peut se chiffrer à plusieurs dizaines d’euros pour cent grammes. Mais leur dégustation n’empêche pas de conduire ensuite.

Article: Si ces distinctions ne sont pas forcément une preuve de qualité..

La littérature française actuelle m’indiffère – j’emploierai bien un autre mot, mais il ne s’agit pas de choquer – même s’il y a deux ou trois trucs pas inintéressants chez Houellebecq. Non, récemment c’était Joseph Anton de Rushdie et avant deux ou trois polars américains. En général je choisis en lisant les rubriques littéraires de Libé ou du Nouvel Obs que je lis sur internet, où je télécharge pas mal de bouquins.

Article: Quelques photos d’un Nikon équipé cinéma…

Bon, on va rappeler une donnée bien connue. Les appareils tels le 5DII ou III sont intéressants pour des utilisations spécifiques comme les clips en raison de la grandeur de leur capteur et le coût. En revanche leur ergonomie est inapte à faire face à la complexité de la plupart des tournages. Les utiliser en reportage est par ailleurs absurde, sauf à vouloir se compliquer l’existence.

Article: Quelques photos d’un Nikon équipé cinéma…

Impressionnantes, certes, les transformations d’un Nikon, qu’on peut équiper par exemple d’un Angénieux Optimo 15-40, objectif cinéma qui vaut plusieurs fois le prix du D4. Mais cela reste malgré tout du bricolage. Dans un tournage professionnel, le prix de la caméra, souvent louée, représente un pourcentage minime et les caméramen préfèreront de loin une Arriflex Alexa, aux performances époustouflantes, par exemple. Et c’est du 4k alors que le Nikon se contente du 2 k.

Article: Moskova ou Borodino ?
Argos
, le 21.11.2012 à 12:11
[modifier]
Article: Moskova ou Borodino ?

Très beau parcours à travers la Russie et des coins qui me furent autrefois bien familiers, même si Gorki était à l’époque interdit aux étrangers. J’aime bien cette approche qui consiste à opposer le passé soviétique toujours présent avec une volonté d’être à la pointe de la nouveauté. Le rapport des Russes avec la voiture mérite un chapitre, les plaques d’immatriculation comportant 007 sont toujours prisées et le grand échec de Poutine est d’avoir été incapable de redonner vie aux industries automobiles et aéronautiques.

Article: Un maronnier passe… Pendant ce temps là, sur Mars…

Y aurait-il quelqu’un qui pourrait livrer une analyse comparative des effets sur les visiteurs du salon de l’automobile de G’nève et du salon de la photo de Paris ? Très déçu par ailleurs des photos de Zit, pas une seule hôtesse alors que normalement ça foisonne dans les salons.

Article: L’homme aux 60’000 passeports: Carl Lutz

Vous avez très certainement raison, Anne. Le cas de Lutz me fait penser à un autre, Paul Grüninger, chef de la police à Saint-Gall, qui laissait passer des juifs à la frontière. Ce juste a été poursuivi par les autorités helvétiques et il a fallu en particulier les efforts de Ruth Dreyfuss pour qu’on lui rende enfin justice.

Article: Berlin pour les enfants
Argos
, le 30.10.2012 à 14:11
[modifier]
Article: Berlin pour les enfants

Juste une chose, pour Berlin, bien choisir sa saison. Pendant longtemps, je n’y allais pour le boulot qu’autour de février et une année, je l’ai découvert en été. Un autre monde, des terrasses dans les rues piétonnes, énormément de gens dehors jusqu’à deux-trois heures du matin, une ambiance calme, souvent festive et en même temps on se serait cru dans une ville du Sud.

Article: Berlin pour les enfants
Argos
, le 30.10.2012 à 13:05
[modifier]
Article: Berlin pour les enfants

Pour moi le musée le plus impressionnant reste le Musée de Pergame avec la reconstitution du grand autel et la Porte d’Ishtar de Babylone. C’était l’une des excursions favorites à Berlin-Est lorsqu’il fallait encore franchir le Mur par Checkpoint Charlie ou Friedrichstrasse. Mais j’imagine qu’en raison des travaux sur l’Ile des musées, il doit être fermé

Article: De la bobine de 27… des K7 et enfin… des DAT: du son, quoi !!

Moi j’avais commencé par un Philips à bandes 18 centimètres pour enregistrer les concerts sur le deuxième programme romand puis France-Musique qu’on pouvait enfin recevoir. On pouvait alors acheter des enregistrements stéréo RCA sur bande. Puis, pendant les vacances étudiantes, j’ai bossé pour me payer la merveille des merveilles, le Revox G36. Je l’ai encore dans un garde-meuble et il n’a jamais eu la moindre panne.

Article: DxO 8, une référence
Argos
, le 25.10.2012 à 21:51
[modifier]
Article: DxO 8, une référence

Je comprends l’approche de Zit, mais je serais moins catégorique. Effectivement, nombre de fichiers (je sais l’expression peut choquer en photo, mais c’est bien de cela qu’il s’agit) n’ont pas besoin de post-traitement si l’exposition est correcte et si le sujet présente un contraste disons normal ou acceptable. Mais avec la diapo, on se contentait souvent d’ombres bouchées, cela faisait partie du jeu. Aujourd’hui, il est possible de tirer de ces ombres beaucoup plus grâce aux logiciels évoqués ci-dessus. Et à partir d’une photo destinée autrefois à la poubelle on peut parfois découvrir de vraies perles.

Article: DxO 8, une référence
Argos
, le 25.10.2012 à 12:49
[modifier]
Article: DxO 8, une référence

François, ma remarque ne se voulait pas critique bien sûr. Et je suis persuadé que le nouveau DxO présente de sérieuses avancées. Mais, à image égale, verra-t-on la différence entre DxO et Lightroom sur un tirage papier A3 ? C’est vrai que comme j’ai passé pas mal de temps à comprendre les fonctionnalités de Lightroom, je n’ai pas vraiment envie de recommencer pour un autre logiciel, tant qu’il me donne satisfaction du moins. Mais, que ce soit l’un ou l’autre, ils sont indispensables si l’on utilise le RAW, ou NEF chez Nikon. Le passage de la photo brute à la photo traitée est souvent bluffant.

Article: On ne dit pas tanagra mais ton Nagra !

L’autre moment génial a été l’introduction du quartz qui rendait inutile le pilotage par câble. Caméraman et preneur de son étaient dorénavant indépendants, ce qui permettait une beaucoup plus grande souplesse. L’introduction, vers la fin des années septante, de la vidéo mobile, appelés au départ ENG (Electronic News Gatering) a paru une régression aux opérateurs. L’appareil d’enregistrement devait à nouveau être relié à la caméra par un câble est était extrêmement lourd. Les preneurs de son doublaient souvent ces enregistrement avec un Nagea lorsque la caméra était relativement fixe. Heureusement, quelques années plus tard, les caméras, encore analogique enregistraient sur des cassettes VHS puis Béta incorporées.