Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Diego
418 commentaires trouvés.
Article: C’est partout comme ça en France?

Je ne suis donc pas le seul ! François, j’aurais pu écrie le même article …

Donc mes petites vacances dans le Languedoc m’ont conduit dans un camping 4 étoiles où la couverture WIFI était facturée € 15.- / jour, un grand mystère pour moi à l’époque de la 4G, mais passons : des commerçants qui n’ont rien compris au monde qui les entoure, ça se trouve dans tous les pays, et après ils pleurent quand Uber arrive et les bouffe.

De passage au centre commercial du coin, je suis entré dans la boutique Orange pour voir ce que coutait un prepayed data et suis ressorti avec un paquet « prêt à surfer » à € 85.- (hotspot + carte SIM avec 7 GB valables 1 an).

J’étais sûr d’avoir trouvé la solution ! C’était sans compter sur l’inénarrable service client Orange dont j’ai pourtant beaucoup entendu parler sur le net …

En bref :
– l’activation par téléphone n’est possible que depuis un mobile Orange (mais pourquoi donc cette restriction ? Ça m’échappe encore)
– les paramètres de connexion APN Orange ne sont pas configurés correctement dans le hotspot estampillé Orange
– la hotline Orange n’est pas atteignable depuis un téléphone étranger (le numéro abrégé ne fonctionne pas et il n’y a pas de numéro depuis l’international)
– lorsque depuis un téléphone fixe, on compose le « numéro vert » de la hotline et qu’on arrive enfin à avoir un opérateur, on abouti au helpdesk du réseau fixe et les opérateurs « ne peuvent pas » transférer l’appel à la hotline mobile (vous comprenez, ils sont à Rabat, m’a-t-on répondu !)
– lorsque, de retour à la boutique, j’ai annoncé que je ne repartirais qu’une fois mon hotspot actif et testé, on m’a répondu qu’on ne pouvait pas passer autant de temps avec un seul client ! (prêt à surfer, c’est écrit sur la boite !)

Bref, une heure et demie plus tard (l’employée Orange m’a dit au moins 3 fois qu’elle allait perdre son job si elle ne passait pas au client suivant), je suis sorti avec un hotspot fonctionnel … et du 4G plein pot dans mon camping (plus de 50MB/s up et down) tout comme dans plein d’endroits tout à fait surprenant (au coeur des Sévennes, dans les gorges du Tarn : 4G, 5 briques). Par contre, je ne sais pas si la dame est encore en emploi.

Tout ceci pour dire que si au final et après quelques énervements, l’infrastructure m’a donné satisfaction, j’ai le sentiment que c’est le « customer care » qui est très différent entre nos deux pays. Je ne pense pas qu’une entreprise offrant une prestation pareille sur ce point précis pourrait survivre en Suisse. D’autre part, comme le relève Renaud, je ne pense pas non plus qu’une entreprise pratiquant les tarifs de Swisscom pourrait survivre en France !

Donc fvrun, à mon sens, un point partout, balle au centre ;-)

Article: Y en a, j’te jure, c’est des vrais tordus.

Ça fait rêver, j’adore. Vous Genevois avez quand même une toute autre idée de la ville que nous, pôvres Vaudois, où tout projet d’architecture de ligne sur notre futur tram T1 est « trô cher » !

Pis en aparté, j’ai bien connu un François qui, il fut un temps aussi, ne pouvait arrêter ses mains de frapper toute surface résonante ou non, de saisir tout objet oblong pour en faire une baguette et dont le pied droit battait irrémédiablement le tempo … Once upon a time ;-)

Article: Un pont en Casamance
Diego
, le 16.07.2015 à 15:18
[modifier]
Article: Un pont en Casamance

Magnifique travail, j’adore !

J’admire le mélange HiTech du MBMG et LowTech du repiquage au marteau/burin, je visualise le petit compresseur (que j’imagine 2 temps et un peu poussif vu la distance de projection) à l’autre bout du flexible du bétonneur ! Faudrait que je t’envoie en stage quelques conducteurs de travaux pour qu’ils découvrent qu’un dumper en panne ne devrait pas arrêter un chantier …

Et puisqu’on parle de pont, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer un truc assez joli sur lequel on va bosser ces prochaines années :

Article: Un mois avec l’Apple Watch
Diego
, le 18.06.2015 à 10:14
[modifier]
Article: Un mois avec l’Apple Watch

6 mois d’utilisation d’une autre smartwatch (Pas THE, mais une autre qui offre globalement les mêmes fonctions …), je contredis ce qui précédé : l’engin sait se rendre indispensable.

Ni pour la boussole, ni pour les reminders evernote, ni pour le chronomètre, ni pour le timer, ni pour Ok Google, ni pour la calculatrice, ni pour écouter de la musique, ni pour le « find my phone », ni pour compter mes pas ou mesurer ma fréquence cardiaque, ni même pour payer, téléphoner ou déclencher un photo on un enregistrement à distance.

Moi je retiens deux fonctions sans lesquelles je constaterais une régression :

– Mon smartphone ne sonne plus, ne notifie plus, ne vibre plus, ne m’emm.. plus. C’est ma montre qui vibre et il me suffit d’une discrète rotation du poignet pour savoir s’il m’est nécessaire d’interrompre mon boulot ou ma conversation pour réagir à une sollicitation.

– Les « device de confiance » (je ne sais pas si cette fonction existe sur l’AppleWatch, mais je vous le souhaite grandement) : tant que ma smartwatch est connectée en bluetooth avec mon smartphone, celui-ci ne se verrouille pas. C’est plus rapide et plus efficace que tout lecteur d’empreinte ou autre « smart unlock ».

Article: Je RAM, je TRIM, et ça m’énerve!

Heu … @TTE, tu vas choper des boutons, mais … why ?, entre autres.

L’ordi qui trône sous mon bureau a plus de 10 ans, je l’avais monté moi même, il n’a plus une seule pièce de sa config d’origine, son OS a changé bien des fois, mais seulement quand j’estimais que je devais migrer, pas quand on me le disait ! Le prix à payer : me passer de ce fameux eco-système et du design si plaisant (rester une soirée à 4 pattes sous mon bureau avec un cruciforme dans les dents et un lampe frontale sur le crâne est un plaisir pour moi, Mme Poppins confirmera ;-)).

Concernant l’ergonomie, je préfère régler ma chaise de bureau selon mes goûts, mais ça n’engage que moi ;-)

Article: Je RAM, je TRIM, et ça m’énerve!

Si vous ne savez que faire de tous ces SSD inutilisables sur vos vieilles daubes de 7 ans, je suis preneur …

J’ai plusieurs de très vielles daubes bien plus anciennes qui sauront bien s’en accommoder !

Et @Gilles à raison, obsolescence programmée, tout ça, une invention des écolos pervers pour empêcher les Californiens de s’enrichir tranquillement ;-)

Article: Adware et grosse amélioration de connexion

Je vois, merci @Origenius : ces trucs sont délibérément intégrés dans un package logiciel par les éditeurs, mais ne servent à rien d’autre qu’à générer des pub c’est ça ? Retors …

Pour moi, un adware, c’est un logiciel dont le financement est assuré par la pub qu’il affiche sur un espace de sa fenêtre d’exécution (type Candy Crush), je comprenais pas pourquoi j’aurais eu besoin d’un logiciel pour désinstaller Candy Crush !

Article: Et cet iPhone 6 Plus, alors?
Diego
, le 01.04.2015 à 12:30
[modifier]
Article: Et cet iPhone 6 Plus, alors?

@TTE T’es au courant que dans l’Altro Mondo ça existe depuis un moment les smartwatch non ?

Je vois pas bien ce qui pousserait un non-Apple user à switcher pour avoir la même chose.

Côté expérience, je porte une LG watch R depuis 5 mois maintenant et c’est franchement un plus, mais pas pour les raisons pour lesquelles on nous les vente.
– En premier lieu, mon téléphone ne sonne plus, c’est ma montre qui vibre
– En second, le « device de confiance » déverrouille mon téléphone, plus besoin de m’identifier sur mon téléphone qui ne se verrouille que quand je m’éloigne de plus de 2 ou 3 mètres
– En troisième, mes notifications sont visualisées en une rotation de poignet et je ne sors mon téléphone que quand c’est vraiment nécessaire
– En quatrième, j’enclenche le tethering WIFI avec ma montre quand j’en ai besoin sur ma tablette
Le prise de pouls et les objectifs d’exercice physique, je m’en fous …

Article: Le son, grandeur et subjectivité

@ Diego
Voilà pour les enceintes, soyons fous!

Pour les enceintes

J’ai l’ai ridicule du coup :-((

Qui dit mieux ?

J’ai très majoritairement utilisé mes oreilles via le nerf auditif qui n’a pas de prix…en d’autres temps, sans autre échantillonnage que celui réalisé par la psycho acoustique de mon cerveau (cf Émile Leipp)

Je me souviens justement avoir entendu de valeureux ingénieurs affirmer sans ambages que le maillon faible de leurs créations se trouvaient entre le pavillon et le cortex.

Article: Le son, grandeur et subjectivité

Je te trouve fort péremptoire mon ami @AlDem. Il se trouve que les gens dont je parle ont tout de même développé un ampli de puissance qui fait encore référence 20 ans plus tard, ils savaient donc à priori utiliser et que faire de XSpice … et connaissaient le différence entre R et Z ! (heureusement)

Ce que tu développes illustre exactement mes propos, sans pour autant démontrer d’une totale méconnaissance des lois de la physique, au contraire ! L’effet Kelvin est exploité en HF, mais son effet n’en existe pas moins à des fréquences plus basses.

Dans le cas qui nous occupait, le problème consistait à obtenir une résistance (R, pas Z) constante en fonction de la fréquence.

La théorie dit : plus la fréquence augmente, plus le courant circule en périphérie du conducteur (effet Kelvin) ->
plus la fréquence augmente plus la section de conducteur utilisé par le courant est faible ->
plus la section utilisée par le courant est faible plus la résistance augmente ->
si on force les basses fréquences à utiliser la même section que les hautes fréquences, la résistance est égale pour toutes les fréquences ->
tube
CQFD, que ce soit un paramètre caractéristique ou pas importe peu.

Pour le polissage, je te le concède, aucun impact technique. De plus, ce n’était pas la mode des boitiers en plexi, donc aucun intérêt esthétique non plus ! (par contre, ça coûtait un bras)

Article: Le son, grandeur et subjectivité

Je n’ai très certainement pas ton oreille Roger, mais j’ai œuvré pour des fabricants de matériel audio et constaté jusqu’où la théorie peut, au stade du développement, mener à ce qui semble être l’absurde.

Sur une planche à dessin (ou plutôt sur XSpice), le système de traitement de signal parfait existe, le problème apparait quand il s’agit de le fabriquer.

La démarche consiste à prendre en compte tout ce que la technologie au moment du développement met à disposition pour approcher ce que la théorie demande. En principe, on évalue si l’optimisation d’un paramètre donné aura un effet caractérisé sur le résultat et on compare son coût de mise en production avec son apport.

Dans le très haut de gamme, il n’y a quasiment pas de limite de prix, donc on agit parfois sur des paramètres qui objectivement, n’influent pas le résultat dans une mesure supérieure à l’incertitude introduite par d’autre étages du même système.

Je travaillais dans une vie antérieure sur la fabrication de prototypes d’amplis de puissance pour … (suis-je encore soumis au devoir de réserve ? C’est possible). J’illustre avec un exemple de cette époque.

La connexion entre les sources des transistors FET et la borne des câbles d’enceintes était réalisée avec un tube de cuivre de diamètre 20 ou 30 mm et de section de moins d’un mm, ce qui est cohérent puisque considérant un courant électrique alternatif, les électrons ne circulent que sur la périphérie du conducteur, mais posait un problème particulièrement délicat au cintrage. Il a fallu trouver des solutions constructives parce que tel était le souhait du designer ; pourtant, un tube cuivre plus épais, voir une barre de cuivre, n’auraient probablement pas altéré le son de manière mesurable (je ne parle même pas de perceptible).

Dans ce même ampli, il s’est ensuite agit de polir ledit tube de cuivre avec une tolérance d’état de surface extrême, ceci afin de favoriser « le déplacement des électrons en périphérie ». Je ne vous raconte pas la tête des polisseurs de saphir pour verre de montre quand on leur a expliqué le topo.

J’avais alors demandé au développeur pourquoi ne pas pousser cette logique jusqu’à l’enceinte en faisant réaliser des connecteurs et câbles coaxiaux haute intensité pour maintenir les électrons en périphérie ? C’était à l’époque techniquement impossible et nous nous étions arrêté là, mais j’ai appris que depuis, on vend des câbles à conductivité variable, âme en cuivre et périphérie en or (probablement ce que tu as vu @ysengrain).

Nous avions aussi inventé le transformateur torique blindé, pour réduire les champs magnétiques susceptibles de perturber les transistors FET, alors que par définition, les transformateurs toriques sont quasi amagnétiques.

… et j’en passe !

Article: Open Bar
Diego
, le 02.03.2015 à 16:42
[modifier]
Article: Open Bar

Et moi ça me déprime que tout fonctionne nickel, j’ai même plus de sueurs froides en lançant un

#sudo apt-get update && sudo apt-get dist-upgrade && sudo apt-get autoremove && sudo apt-get autoclean

Y a plus de cambouis dans ma distro, c’est le début de la fin … ah non, j’ai perdu le lien vers mon fond d’écran la dernière fois, un vrai scandale.

Bon, je -> du bar.

Article: Et si on leur disait merci?
Diego
, le 10.02.2015 à 11:06
[modifier]
Article: Et si on leur disait merci?

J’en ai peur, je vais être un peu long!

En leur nom, je te remercie François.

C’est assez paradoxal en fait. Le travail des employés d’exploitation, ou cantonnier, ou employé de voirie, selon le milieu, est ingrat, peu visible et en éternel recommencement. Faucher les talus de bord de route et lutter contre les plantes nuisibles, entretenir les revêtements en bouchant les fissures et comblant les affaissements, réparer la signalisation, vider les « sacs de route » des boues polluées et nettoyer les canalisations, intervenir en cas d’accident pour balayer, et toujours, toujours, toujours, ramasser les cannettes, les mégots, les emballages et depuis l’avènement de la taxe au sac, les poubelles.

Pour les autoroutes, tu ajoutes mettre sa vie en jeu tous les jours pour assurer la sécurité aux entreprises qui y interviennent des automobilistes qui l’emprunte.

Et ceci en se faisant copieusement insulter, avec force geste et verbe, dès que l’automobiliste doit « par ta faute » ralentir sa course effrénée vers le prochain endroit où … il est pressé d’arriver !

Et puis il y a l’hiver, où enfin le travail se voit.

Je peux te dire que la reconnaissance immédiate, ça compense tout l’effort demandé. Je n’ai jamais vu un cantonnier se plaindre d’un hiver rigoureux, au contraire, et ceci même si, comme à la fin de l’hiver 2011-2012 par exemple, tout le monde était bel et bien « sur les genoux ». Bien sûr, il y a les heures supplémentaires que chacun se réjouis de reprendre, mais il y a surtout la valorisation publique et (quasi) unanime.

Une fois encore, la fausse note vient des autoroutes, où quel que soit l’engagement des collaborateurs, l’Office Fédéral des Routes trouve toujours quelque chose à redire. La légende veut que ces théoriciens imaginent qu’on peut rattraper les flocons avant qu’ils ne touchent le sol … cette image n’est pas de moi, mais des hommes en orange.

J’ajoute encore que le déneigement se voit, mais qu’une fois terminé, reste le « travail de l’ombre », à savoir redonner à l’eau de fonte l’accès au canalisations en ouvrant à la pioche et à la pelle ces murs de glace créés par les fraiseuses pour que les « gueulards » et autres grilles d’évacuation fassent leur office.

Donc oui, merci pour eux, ils ont beaucoup et bien bossé ces derniers jours, tant les collaborateurs des villes que du canton, et aussi bien sûr tous ceux des entreprises privées qui les épaules.

Concernant les pare-neige, j’ai un avis un peu moins tranché que mon ex chef de division : il y a d’autres considérations qu’il ne peut évoquer et mon devoir de réserve m’impose de les garder pour moi. L’article cité par Mme Poppins est ici : http://h2g2.ch/lt

Et finalement, pour le coup, on parle moins de pollution salline quand il s’agit de sécurité … parce que du sel, le canton en mis un paquet la semaine dernière sur les routes. Pour ceux qui ont le « palais fin » comme moi, vous sentez probablement sur les bords avant de votre langue ce goût caractéristique quand vous roulez sur les routes, non ?

4277 tonnes pour être précis, c’est une info publique qu’on trouve ici : http://h2g2.ch/sel2015, et les villes probablement au moins autant !

On va en faire de l’hypertension ;-)

Article: Remonter à la source
Diego
, le 19.01.2015 à 11:34
[modifier]
Article: Remonter à la source

ce qui est vrai avec la différence fondamentale que l’Eglise catholique, ne suscite (plus) pas des vocations de terroristes.

La différence fondamentale entre quoi et quoi ?
– Rome et la Mecque ? L’un a une autorité, l’autre pas.
– Les catholique et les salafistes ? Il faudrait plutôt comparer les baptistes et les salafistes, les deux génèrent de l’extrémisme.
– Les chrétiens et les musulmans ? Pas sûr lesquels ont le plus tué par leur prosélytisme.
– La bible et le coran ? Des livres, à mon humble avis, qu’il faut lire dans leurs contextes, ce que la majorité fait, mais pas les baptistes et les salafistes.

Amalgame, quand tu nous tiens !

Article: Remonter à la source
Diego
, le 19.01.2015 à 10:40
[modifier]
Article: Remonter à la source

L’humain est un animal violent par nature. Peut-on douter de ça ?

Les religions ont été une tentative d’endiguer cette violence en posant une cadre d’amour et de paix. La nature humaine les a débordé. Mais nous nous focalisons sur les débordements, le principe fonctionne pour les masses.

L’éducation et le culture ont poursuivi le même dessein, qui fonctionne pour ceux qui sont prêt à fournir l’effort de s’y intéresser. Mais l’humain cumule violence et paresse, ce qui n’aide pas. J’inclus l’humour dans cette mouvance : la dérision exige de la culture, sa compréhension de l’éducation.

Reste la voie vers laquelle nous nous acheminons, le contrôle par l’abrutissement. Satisfaire aux trois couches inférieures de la pyramide de Maslow, noyer le sens critique dans un déluge de médias ludiques et donner le sentiment de droit à la parole par les réseaux sociaux. Voilà le cocktail qui nous fera poser les kalash.

Il y aura toujours des débordements, mais ça nous donnera l’occasion de promptement manifester notre dégout contre leurs auteurs et d’avoir l’impression de vivre ; et ça aidera nos dirigeants élus ou pas à assoir leur utilité et leur position en prenant des mesures qu’ils auto-évalueront nécessaires et suffisantes. On en fera finalement un blockbuster qui nous expliquera clairement qui est gentil et qui est méchant et permettra aux générations futures de court-circuiter les livres d’histoires qui expliqueront le contexte de manière plus nuancée donc trop complexe.

En vérité je vous le dis : donnons le wifi, netflix, 20min et des iPad à Daesh et tout ira bien.

Article: Partir…
Diego
, le 12.01.2015 à 13:58
[modifier]
Article: Partir…

@TTE : c’était déjà le cas à l’époque où Bashar était fréquentable et où l’Irak, c’était les gentils et l’Iran les méchants …

Je crois que ça a plutôt à voir avec le fait que les services de renseignement turcs doivent avoir de la peine à obtenir les coordonnées d’un abonné de la part de leurs collègues étrangers !

Article: Partir…
Diego
, le 12.01.2015 à 13:31
[modifier]
Article: Partir…

Par contre, ce qui se confirme ci-dessus, c’est bien parce que les techniques de communication ont évolué qu’il est plus facilement possible d’aller voir ailleurs.

C’est par contre politiquement de plus en plus compliqué.

Exemple : Le saviez-tu ?
En Turquie, toute carte SIM émise par une un opérateur non turc présente sur les réseaux turcs pendant plus de 3 mois est désactivée. C’est beau non ?

Article: Partir…
Diego
, le 12.01.2015 à 09:09
[modifier]
Article: Partir…

Comment ? Utiliser le moyen le plus chez et le moins confortable pour aller d’un point A à un point B, et qui plus est en ne s’intéressant ni au point A, ni au point B, mais uniquement à l’espace et au temps qui les sépare ? Est-ce bien raisonnable ?
Non bien sûr, mais le raisonnable manque d’émotion ?

Sinon, je réfléchis à un truc intelligent à dire, mais ça me vient pas spontanément :-(

[mode JeMeLaPetememeSansQobuz]
La mer elle m’a pris, je m’en souviens, c’était pas un lundi. C’était en apercevant les Needles, sur l’ile de Wight, au lever du soleil d’une nuit de grande marée où, folie de jeunesse, j’avais opté pour la route du raz Blanchard. Ce n’était ni ma première traversée, ni mon premier voyage, mais c’est celle-là. Ni la traversée du Victoria Harbour, ni le passage sous le Golden Gate, ni même l’atterrissage à Horta, qui pourtant est immanquablement chargé d’émotion.
[/mode JeMeLaPetememeSansQobuz]

Mais partir, ça peut aussi être de bonnes chaussures et un sac à dos, et François en connait un qui est en plein dedans. Ça peut être un camping car, sorte de bateau sur roues qui fait plus de bruit mais reste stable au mouillage.

En ce qui me concerne, c’est d’abord rencontrer des gens qu’on n’aurait pas pu approcher « de chez nous », c’est voir des choses qui mettent en perspective ce qu’on a sous nos yeux tous les jours, c’est s’émerveiller de moments qu’on sent instantanément comme uniques, bref c’est indispensable et ça devrait être obligatoire.

Un dernier mot : Je te remercie Roger de ne pas avoir utilisé le mot aventure. Les seuls à mon sens qui méritent ce terme sont un autre type de voyageurs, au autre type de gens qui partent, et dont on ne veut pas chez nous. Les prétendus aventuriers qui peuplent nos journaux et nos 20h sont des nantis qui s’ennuient, ça n’a rien a voir.

Article: Internet, Apple et les nomades.
Diego
, le 02.01.2015 à 21:05
[modifier]
Article: Internet, Apple et les nomades.

Fabuleux ! Merci de nous montrer que cette utopie n’en est pas une … oserais-je te demander quelle est ta zone de nav ?

Une chose m’effraye carrément dans tes premières lignes … rassure-moi, un compas de relèvement, une règle de cras, des cartes papier, un journal de bord tenu avec un crayon et l’almanach du marin breton sont bien à ton bord, à part toute cette belle électronique ? Et si je te dis règle des douzièmes ou déclinaison magnétique, tu vois de quoi je parle ? Parce que personnellement, confier un passage du raz de Sein à iNavX, tout geek que je soie, je ne le ferais pas … je dois être vielle école …

Sinon, côté carte SIM, je suis passé à xxsim qui offre des tarifs data tout à fait compétitifs tout réseau confondu.

Finalement, pourquoi n’as-tu pas opté pour créer un wifi sur ton bateau ? Moi j’ai ce petit seagate wirless plus alimenté en 12V et un vieux smatphone (android) en tethering sur le même wifi, ce qui me donne accès au NAS et au net depuis tous les appareils sur le WIFI avec une seule carte SIM que je recharge via la net.

Article: Des Hackers de l’Apple II aux « Petits Génies » de 42.fr

Ouf ! En lisant le fil de commentaires, j’ai eu peur que personne ne cite Adams dans cette histoire, grâce à @Ange, c’est fait ! Merci.

Comme j’ai débuté en 86 avec un Mac plus avec HD 20Mb, Imagewriter II et modem 1200 bauds, j’avais la chance de ne plus envoyer de disquette par la poste, mais d’envoyer des emails via compuserve ! La classe !

Juste un petit retour à Caesar :

Ruppert Lissner, faisait travailler le programme en Overlay entre la RAM disponible et la disquette. Aujourd’hui, UNIX et donc Mac OSX ne font pas autrement ;-)

Disons plutôt que les devs sur Unix et BSD ne faisaient pas autrement avant que Lissner n’y pense pour AppleWorks…

Article: Fracture numérique, antenne de toit de 14 mètres, parabole satellite et désillusions

Salut @ysengrain,

Je compatis …

Petite question : tu es sûr que c’est une bonne idée de mettre l’email de ton « remarquable professionnel » en clair dans ton texte ?

A moins que le « remarquable » soit sarcastique et que tu agisses par vengeance, je trouve pas ça terrible personnellement.

Article: Le hornuss
Diego
, le 24.11.2014 à 19:12
[modifier]
Article: Le hornuss

Ça soulage @Forbouc ? J’aurais bien voulu te lire en situation de victoire ;-)

Je me rappelle Marie Jo Pérec qui passait de guadeloupéenne à française, et inversement, selon ses chronos, et Yannick Noah qui redevenait camerounais au besoin : c’était rigolo vu d’ici !

Le saviez-tu ? Federer a aussi la nationalité sud-africain. Y a un Sud-africain pour dire on a gagné dans la salle ?

Article: Une nuit aux Urgences
Diego
, le 17.11.2014 à 11:56
[modifier]
Article: Une nuit aux Urgences

Mon anecdote à moi : j’ai pas attendu avant, j’ai attendu après.

Accidenté, deux doigts déchiquetés par l’hélice en carbone de mon multicoptère, je suis arrivé très largement ensanglanté vers minuit aux urgences d’un hôpital de zone (quel joli nom pour « tout ce qui n’est pas CHUV », n’est-ce pas ?).

Pris en charge immédiatement, recousu avec méticulosité et précision par un interne qui avait, je cite, enfin quelque chose d’intéressant, les autres attendront sous la main, on m’a ensuite parqué dans un box.

Les heures passent, je tente sans succès d’obtenir de l’attention, je vois les soignants changer, rien de rien, on m’a oublié. Au bout d’un temps certain, je décide de me lever et de partir, personne ne s’y oppose.

Quelques heures plus tard, mon téléphone sonne : Bonjour, je suis le médecin qui vous a recousu. Pouvez-vous me dire où vous êtes ? (…) Fallait pas partir comme ça, on vous a cherché partout : on débriefe avant de libérer un patient.

A bien, désolé, merci Docteur, j’irai faire enlever les fils chez mon médecin traitant … et bien le bonjour chez vous !

Article: Haut-Parleurs Bluetooth
Diego
, le 10.11.2014 à 11:48
[modifier]
Article: Haut-Parleurs Bluetooth

Pour moi qui aime bien Coelho (à défaut de des Cars ou Lévy), j’apprécie beaucoup ces enceintes de poche, j’en ai d’ailleurs plusieurs.

Ma dernière acquisition du genre est d’ailleurs assez marrante : Marmitek BoomBoom 75 (un nom qui devrait vous plaire guru et ysengrain ;-)) : un simple récepteur bluetooth qu’on branche sur l’entrée minijack « aux » de n’importe quelle installation audio, comme par exemple un autoradio « d’avant ».

Article: Mon rythme cardiaque
Diego
, le 06.10.2014 à 11:44
[modifier]
Article: Mon rythme cardiaque

Hors sujet, mais en rapport avec le billet de Laurent Sagalovitsch lié plus haut par Modane, je me permets de citer un bon mot trouvé sur twitter ce matin :

Le Père et le Saint-Esprit ont voulu un fils mais ne pouvaient l’avoir seuls. Ils ont fait appel à une mère porteuse. Mais je reconnais les limites de l’analogie. Dans la GPA, on demande leur accord aux femmes. Marie n’a pas eu le choix