Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: myvista
37 commentaires trouvés.
Article: Ma vie sans iPhone
myvista
, le 18.01.2017 à 14:04
[modifier]
Article: Ma vie sans iPhone

Tant que je récupère ton iPhone, dit la descendance de 14,5 ans …
Lost generation, comme si on s’était contentés d’un bout de bois pour jouer il y a 50 ans, euh, disons 40. Je n’ai jamais autant aimé un tech-objet que ma calculatrice Casio petitement programmable acquise en 1975 et que je possède toujours. En panne définitive, elle sera transmise à ma descendance, qui enfin, la fichera en l’air, se demandant depuis quelques années comment un truc aussi gros et moche a pu être considéré comme révolutionnaire à l’époque (et à l’échelle des médias de cette même période)…

Article: Ma vie sans iPhone
myvista
, le 18.01.2017 à 13:58
[modifier]
Article: Ma vie sans iPhone

@ivme, @ Ysengrain
C’est parfaitement juste et dû à l’effet de halo de Samsung sur ce système d’exploitation dont la marque doit être premier utilisateur en valeur absolue ou au moins relative de cet OS.
Je n’ai pas « creusé » l’approche comme tu as pu le faire et la conclusion, dont je te remercie, aboutit in fine à la conclusion que je m’imposerai, ce malgré ce qu’Ysengrain apporte.
Oui il existe plus que toute autre motivation de ma part une affection bi-décennale toute particulière pour Apple, d’où de ma part aussi, une extrême sensibilité au fonctionnement, au prix et au coût, à la maintenance, et tout ceci aboutissant à un choix contraire à celui d’Ysengrain. L’espérance de vie de mon iPhone d’une part et de CuK d’autre part ne me laissera pas la possibilité de vous faire part de l’épisode N°3 que vous devinerez sans peine :
après une cohabitation avec un Nokia … quelconque, retour à la maison Apple la qXXXX entre les jambes, un peu comme après une crise de la cinquantaine, mais avec une personne particulièrement laide para rapport à sa devancière.
Tout compte fait et étant compris que j’ai peu de chances d’échapper au pathos qui me lie à Apple, je devrais commander sans attendre le dernier iPhone sorti, ce qui me fera économiser 30€, mais aurait eu des vertus éducatives sur ma descendance, comme quoi, on peut très bien utiliser un phone pas smart, mais alors l’air malheureux, beaucoup, beaucoup, beaucoup, pour réutiliser la conclusion d’Ysengrain …

Article: Ma vie sans iPhone
myvista
, le 18.01.2017 à 09:19
[modifier]
Article: Ma vie sans iPhone

Bravo d’avoir réussi la transition iPhone vs Samsung. Je l’ai tentée, fait des efforts, acheté quelques guides de « Jellybean pour les dummies » à « Bien utiliser son Smartphone Samsung. En résumé, on sent bien que le Samsung a un potentiel matériel équivalent à supérieur à celui de l’Iphone. Ne seraient-ce que les qualités d’affichage, d’écran (certes flatteur), de rapidité d’affichage liées aux processeur et coprocesseur (s’il y en a un). Mais ce qui m’a bloqué, c’est d’avoir à chercher mes « apps » dans un online shop qui est, je trouve, bien moins pratique que celui d’Apple, avec des propositions en double, dont on ne comprend pas bien l’utilité (est-ce la « surcouche logicielle » sur Android imposée par Samsung qui crée cette double offre ?). Tout m’a semblé plus compliqué (malgré un investissement en temps et publications important) que sur Apple. Ma conclusion : sont-ce les 10 années passées sur un smartphone Apple qui m’ont rendu captif d’un modus operandi « maison » qui rend le changement difficile/impossible (pour moi) ou est-ce réellement plus complexe, moins ergonomique, plus difficile à comprendre, moins intuitif ? 2 questions :
1 /Qu’en dites vous suivant vos expériences personnelles ?
2/ Je pense sérieusement prendre la fois prochaine un Nokia de base avec Tél, SMS et radio. C’est moche, pas smart, pas de musique, pas d’internet, mais sert à téléphoner, reçoit les messages texte et coute 20 fois mois cher qu’un Apple ou Samsung. Conscient du caractère provocateur de cette alternative sur CUK, merci néanmoins de m’indiquer si cela ferait partie de votre plan de marche … ou pas !

Article: Fin annoncée de Cuk.ch
myvista
, le 15.01.2017 à 22:07
[modifier]
Article: Fin annoncée de Cuk.ch

Pour obtenir que CUK existe après sa mort, gentillesses, compliments, flatteries, promesses de récompenses, d’abord symboliques, ensuite substantielles, tentatives de corruption actives, fâcheries, insultes, menaces, PIRE, tout ceci en pure perte. Rien n’y a fait. Rien n’y fait, rien n’y fera plus, jamais. CUK is over. On ne déride pas « le chef ». On le respecte, on se soumet. Le chef est triste, je m’interroge, le chef décide, je me tais.

C’est décidé, et il y a presque 100 commentaires à l’annonce du jour dont les incunables qui entraînent les usuelles « appellations » et pré-injures +/- contrôlées, les débuts de conflits, les inimitiés larvées revenues au grand jour , les « je ne rentrerai pas dans ce jeu là … mais n’en pense pas moins et mon immense sagesse force ma décence … »

Eh oui, le matin où il n’y aura plus de nouvel article est désormais prévisible, le jour se lèvera quand même, chacun vaquera à sa grande, moyenne ou p’tite vie, fera chauffer son café, regardera son Appletruc ou son réveil à 2 balles. La vie continuera pour moi, sale égoïste, n’ayant pas saisi ou pu saisir l’essence constitutive du chef (d’oeuvre). Plus sérieusement, vous êtes tout de même effroyablement sérieux.

J’aurai bien aimé CUK à ceci près : son absence quasi permanente près de bons rires francs et l’utilisation du blog (même si ça n’est plus un blog, c’est un pic, c’est ….) à plusieurs niveaux, « le Club », coopté, et les autres, honnêtement traités s’ils restent dans l’opinion dominante, et fréquemment secoués plus que de raison s’ils ne sont pas d’accord, auquel cas, ils sont parés non pas de toutes les vertus (Ah, qu’est ce que j’aime ta manière d’écrire, si sensible, qui montre combien tu as du souffrir et savoir te taire par pudeur…) mais des défauts symétriques souvent résumés à (quel sale Troll…) et il n’est pas ici question des injurieux qui me font autant horreur qu’à vous sur le net.

Alors So long, Old Chap, see you another time, wherever, whenever, whoever with ! Les histoires d’amitié même scripturales finissent mal, en général, mon général

Article: Fin annoncée de Cuk.ch
myvista
, le 14.01.2017 à 16:06
[modifier]
Article: Fin annoncée de Cuk.ch

ET SI CUK SAVAIT AUSSI REUSSIR SA FIN, CUK SAURA.
C’EST UNE VRAIE COMPETENCE, QUI PASSE PAR :

. Eviter le « post » de trop, celui écrit alors que de désir il n’y a plus,
. Ne pas céder à « l’amicale pression », certes très amicale mais qui ne fait pas le « job »,
. Fermer la boutique le sentiment du travail accompli, pas du « devoir »,,
. Quitter au sommet, sans revenir sur sa trace, sans nostalgie gluante
. Ne pas laisser un « noyau » s’approprier une création sur plusieurs années/décennies
. Conserver la possibilité d’accéder à ce qui sera les archives de CUK.ch
. Se garder de poursuivre sous un autre nom, dans l’esprit, à la manière de …
. Respecter l’avis des bâtisseurs, le seul légitime,
. Réécouter la première fois que cette fois-ci, l’idée d’arrêter a été susurrée
. Penser que le meilleur reste à venir

ET PENSER QUE TOUT CECI FUT UNE FORT BELLE AVENTURE !
Qu’en dites-vous ?

Article: Se prendre la tête pour une flèche

Oui Dom c’est particulièrement parlant de prendre l’exemple des anciens fichiers attachés des bibliothèques (pour moi, ce furent la BSG, Cujas, la TGB, et vous ?). Et ce défaut que tu attribues à « Musique » par Apple, je le retrouve dans la plupart des apps et particulièrement celles « built in » par Apple.
Imaginez, vous avez sélectionné le Kol Nidre de Bruch, vous l’écoutez, eh bien je vous rappelle que vous étiez juste avant branché sur le Take Five de Dave Brubeck et vous ai choisi The lady is a Tramp par « The Voice » après. Perturbant, non ? Pas pour certains qui ont une écoute type Playlist, qui ne vaut que parce qu’elle a été décidée par l’auditeur et non par un algorithme.

Ce principe du « vous étiez ici il y a une fraction de temps, vous serez presque déjà là après », je le ressentais sans pouvoir le décrire. Merci d’avoir placé « les bons mots dessus ».

N’est-ce pas la contrepartie de disposer de plusieurs milliers de morceaux « en poche » que de les transformer dans leur ergonomie en « ready to use/ready to dispose off » ? Le jeu … la chandelle ?

En résumé, ne faut-il pas, pour échapper à ce « problème », revenir à une écoute moins « zappante » mais qui permet de ne pas se sentir pressé, voire opprimé ? Sans rentrer dans les discussions sur tel ou tel support et/ou logiciel, la Hi-res, Audirvana … , après l’avoir banni 10 ans durant, le CD remplace peu à peu chez moi les morceaux Itunes, in fine machine à ensevelir sous 10 ou 12 000 titres, le CD restructurant lorsqu’il y a lieu des oeuvres, offrant une qualité souvent supérieure à celle du « téléchargé » légal, qui à iso-qualité, ne rendra jamais son entièreté à l’Hymne à la joie comme partie de la IX ème de Beethoven ou prosaïquement, la totalité de l’album Honesty de Billy Joel, qui n’a pas placé ses titres au lancé de dés, à moins que. Et vous, combien êtes vous à revenir au CD, ceux de la cave ou du grenier ou achetés ?

Article: Mezzo piano
myvista
, le 09.01.2017 à 16:23
[modifier]
Article: Mezzo piano

citation/escalier@fxc : 1 – Tout dépend s’il est monté, l’escalier, en premier ou en second, devant ou derrière … évidemment, l’ascenseur n’ouvre pas de pareilles pensées, quoique je manque d’imagination …
2 – Clémenceau est l’auteur me semble t’il de cette pensée, l’homme resta vert bien après son retrait … de la vie politique, mais l’essentiel est dans l’ écriture de Dame Poppins à la fois légère et sensuelle, bien plus que Guitry ou Clémenceau, le tigre, n’écrivit. 3 – Et puis que ce soit l’un ou l’autre, qui ne l’a jamais pensé dans de telles circonstances ?
Bon, « J’entends déjà les commentaires » …mais « il suffirait de presque rien ». Belle plume … en tout cas.

Article: Jean-Christophe Victor
myvista
, le 04.01.2017 à 16:41
[modifier]
Article: Jean-Christophe Victor

Et sans aucunement dénier l’oeuvre de JCV et sa partie visible, en profiter pour se replonger dans l’oeuvre de PEV tant sur le « froid » que le « chaud » où il est moins universellement renommé mais tout aussi passionnant. Il est rarissime qu’une personnalité comme celle de PEV réussisse à transmettre à ses enfants ce qu’il était tout en leur permettant de voler de leurs propres ailes. Oui à la suggestion d’une rediffusion des prod. de JCV dans l’intérêt de tous.
Quant à lui trouver un « remplaçant », l’ambition d’un successeur semble déjà immense, quand on compare ses travaux et la vulgarisation à laquelle ils ont donné lieu et … aucun nom ni programme ne me vient à l’esprit. Et vous, que proposeriez vous pour (re)prendre le flambeau ?

Article: Cuk arrête: Pourquoi ça fait biologiquement mal ?

Pour apporter de l’eau au moulin du « mécanisme de la satisfaction » : chez certain(e)s, c’est la boite du macbook et son ouverture depuis l’état neuf pelliculé cellophané, conçue sans doute pour être dopaminergique, qui entraînera une sécrétion intense, avec pour que ça se reproduise achat d’autres macs avant même usure, casse, pour le plaisiiiiir comme disait l’autre bellâtre. La toxicomanie de la consommation est déclenchée ! Regardez-donc les youtubeurs qui mettent en ligne leurs videos d’ « unboxing » de leur dernier produit à pomme pour partager ce grand moment. A ce propos, ça vous fait quelque chose, à vous, l’unboxing ?

Et ça change en fonction d’un tas de facteurs, non chez vous ?
Ma toxico du mac a beaucoup baissé depuis 20 ans, sans doute en raison de la multiplication de l’acte (le mac de l’étudiant que je fus était un produit presque unique, atrocement cher par rapport à mon pouvoir d’achat y compris avec la réduction étudiant d’alors, le produit était considéré (par moi et à l’époque) comme étant particulièrement innovant, rare et disons-le, d’un usage et d’un effet rapprochant des consoeurs étudiantes pour qui un portable, qui plus est mac n’était pas l’objet le plus commun et rendait son usager … pas plus laid. Déjà expérimenté par les Cukiens « anciens ». Et récemment, étant moi-même un peu rangé, ça le fait encore ?

Chez d’autres, le circuit produisant cette hormone de la récompense/satisfaction bonheur ! bonheur ! bonheur ! était, est ou sera activé par … un plat de gnocchis, la recette des gnocchis, l’image de gnocchis, l’odeur, voire l’image de l’odeur… je crois que c’est compris. Et si la dopamine de François était au fil du temps plus « stimulée » par certaines de ses autres activités (Violon, course …) comme il a pu l’écrire récemment dans son « post » annonçant la fin de CUK ? Quant au manque de dopa qui est ici évoqué, baisse de sécrétion de cette hormone ou ce qui n’est pas le cas ici, disparition du facteur déclenchant, elle ne peut être incriminée directement dans la décision de François me semble t’il, et c’est vraiment tant mieux ainsi !
Et vous y comprenez quelque chose, vous, aux émotions provoquées par notre petite chimie interne ?

Article: Débattre?
myvista
, le 28.12.2016 à 23:15
[modifier]
Article: Débattre?

Pour être franc et/mais direct, voici pourquoi je pense qu’il faut laisser la nature faire son job, dit autrement, respecter la décision prise de stopper :

1 – L’usage de la terminologie médicale par les profanes est dangereuse, tentante mais très agressive et fréquemment utilisée « de travers », ouverte à tous, parfois tentante j’imagine, et un blog n’est pas, à mon avis, le lieu pour un diagnostic psychiatrique des quelques « curieux » ou « trolls » qui le fréquentent. Je ne vois pas ce qu’apporte l’usage des termes « psychopathes égocentriques et belliqueux », « névrosés souvent paranoïaques », sauf à « claquer le beignet », mieux vaut citer Audiard que le DSM … C’est bien plus drôle d’où qu’on parle.
Quant à la définition du troll, apparemment, ici, « le troll, c’est l’autre » …

2 – Commentaires : oui, j’ai eu quelques fois le sentiment qu’il y avait une différence entre les opinions et commentaires des « membres fondateurs », très fréquemment rédacteurs, méritants mais pas nécessairement non plus producteurs d’incunables, et d’autres commentateurs qui donnaient un avis dans ce qui pour moi, doit rester, c’est des blogs dont il s’agit, une « petite boutique artisanale » et non pas une académie qui coopterait ses membres, impression que j’ai eue. Soit on en tient compte parce qu’on est dans le domaine du sensible et entre personnes censées, soit on s’en moque et CUK y perd de son identité, pas toute entière bien sur. La démocratie dont CUK s’inspire largement est le pire des régimes …

3 – Dit autrement, le sentiment que j’ai parfois ressenti est celui d’une cooptation de fait plutôt que de l’acceptation d’une opinion parfois divergente mais étayée, à différencier de l’injure ou de l’insulte qu’il est tout de même aisé d’identifier (notamment par la longueur et la syntaxe du message, et certains termes classiques dans la vulgate internet, très malheureusement)

4 – Hors CUK, la période reine des blogs a culminé il y a déjà quelques années, et par ailleurs, 15 années à développer, maintenir, devenir un autre homme ainsi que décrit par François et comme chacun sur une période aussi longue est la marque d’une ténacité hors de pairs. Faut-il continuer ? L’anonymat est-il la règle ? Peut-on tenir ainsi malgré la crasse de certaines injures … C’est d’une discussion sur les blogs en général et internet plus encore en général que sur CUK dont il s’agit ici. Le monde change. J’ai 50 balais. D’autres ici aussi. Soit nous regrettons ad libitum et ad nauseum le monde ancien, et doutons probablement à juste titre de l’avenir, mais je pense qu’on confond absolument tout en interprétant l’avenir éventuel de CUK à l’aune de « moments historiques » épouvantables. En la matière et pour m’être « tapé » l’intégralité des commentaires depuis quelques jours, certaines comparaisons sont absolument ahurissantes !

Conclusion : l’avis appartient à FC et il en a déjà fait part de manière non ambigüe et transparente, sans effet ni posture, ce qui a donné lieu à une maelström de commentaires, et pas que de passions, parfois même contraires.

Ceci doit-il donner lieu à telle avalanche qui dans leur ton et leur fond, pour un certain nombre d’entre eux, ne sont que des caricatures des raisons pour lesquelles ce blog s’arrête, eh bien je pense que non. Chacun a et donne son opinion; sont-elles toutes contributrices à la non-question posée, et plutôt à la décision dont FC fait part ?

Eh bien re-non, à commencer par la mienne. Etais-je passionné par CUK ces derniers temps comme je le fus il y a 10/12 ans, voire 3/4 ans, eh bien franchement plus autant, ce qui tient tant de ma lassitude de lecteur que des contributeurs dans des formules lisibles mais moins impliquantes (le créatif Open Bar et d’autres formules de renouvellement / qui bene amat, bene castigat)

Sur ceux, connaissant un peu le background, je retirerai dans l’ambiance actuelle du présent « post » peut-être le traitement réservé aux « trolls », peut-être autre chose, peu me chaut, et cela revient d’ailleurs à peu près au même. Sur ceux, il est tard et … je me retire. Buena Vista et bye bye, MERCI CUK.

Article: Et de quinze! Mais ce n’est pas la joie…

« Ceux qui fatiguent le boss » : insupportable de se livrer même pour « la cause », j’imagine, à l’exégèse et la censure …. et une caricature de ce/ceux qui m’a/m’ont fait fermer mon clapet une fois pour toute. Que CUK ne soit pas un site de yes men qui croient défendre l’auteur qui n’en veut mais, mais celui des contributeurs et de l’esprit critique, comme il le fut avec bonheur si longtemps. Le seul dépositaire de la marque, c’est son inventeur, nom d’un petit bonhomme !

Article: Et de quinze! Mais ce n’est pas la joie…

Dur, dur. Mais pas inédit, pas anodin non plus, pas asymptomatique de l’époque en France et apparemment en Suisse et plus largement sur « le net » et ses réseaux … parfois fort peu sociaux.

D’un côté, l’inventeur, c’en est un véritable, au sens littéral et juridique de CUK et ses « formules », créatif, d’une ouverture et d’une créativité majeurs, amoureux de la liberté technologique, plus encore de celle des opinions, attentif aux réactions sur … les siennes, qui « produit » avec régularité, dévouement, curiosité, opiniâtreté, concentration … and so on, et de l’autre autre, ceux qu’on nomme « trolls » ici, j’ignore ce que cela signifie mais me doute que cela n’est pas un compliment.

Lisant ce qui parfois remplit la rubrique commentaires, c’est parfois et de manière croissante désolant, malgré la concentration sur un très faible nombre de personnes, mais c’est le propre du modèle démocratique, que de pouvoir être déstabilisé par quelques malfaisants, nous en avons ici une preuve supplémentaire « à bas bruit », mais pas sans dommages ni dégâts.

Et que c’est difficile, et de plus en plus difficile, de tenir un blog commenté librement dans le temps, et sur une durée si considérable, a fortiori lorsque des mutations aussi nombreuses (et pas toujours positives) se produisent (naissance et développement des réseaux sociaux, utilisation anonyme par les plus lâches pour polluer les commentaires, fatigue et usure inhérente à la fonction de « taulier » terme affectueux, interface quasi-unique avec les lecteurs, qui vit, subit, parfois s’use aussi à maintenir et développer les thèmes, la qualité …).
C’est formidable d’avoir vécu ensemble ces mutations. Quel en est le prix ? Apparemment ni neutre, ni gratuit, à lire le « post » de ce soir, tout sauf une surprise pour qui se respecte.

Je peux aussi témoigner personnellement de cette usure et de ses effets délétères parfois, sur la patience, celle d’accepter des points de vue différents, celle d’être mis en doute ou en cause, et celle parfois de conserver des commentaires qui ne le méritent pas ne serait-ce que par leur grossièreté.

Et pour m’être fait jeter deux ou trois fois par François ou ceux que je nomme sa « garde rapprochée », le symptôme d’usure était déjà lisible il y a un an ou deux. C’est aussi une forme de franchise de l’écrire, alors que rien d’autre ne justifiait ces réactions que d’avoir posté au mauvais moment. J’ai senti cette usure, cette fatigue, et probablement la conclusion à laquelle François est parvenu, hélas quatre fois zélasse en se déjugeant, consistant à clore ces années passionnantes, sans j’en suis certain, aucune posture ni effet, tant ce n’est pas le genre de la maison.

Ses amis les contributeurs les plus fidèles auront servi parfois de rempart, mais l’homme n’est pas du métal à accepter la déresponsabilisation qui va avec la délégation, même pour une période intérimaire qui permettrait de reprendre du souffle notamment en course, mais surtout à réfléchir à une formule différente pour ce blog, qui ne mérite pas de s’autodétruire.

Et puisque chacun avec beaucoup de volonté que ça continue, beaucoup et pas des pires y vont de leurs idées pour sauver le navire CUK, et chacun de sa générosité, pourquoi ne pas mettre CUK, dans un temps restant à définir, en libre consultation, puis, espérons-le, reprendre sur des fondamentaux hélas moins confiants à l’endroit des lecteurs déposants, qui délivrent parfois des coups de génie, souvent des banalités malgré tout passionnantes car reflétant une vraie richesse, celle d’un autre continent, d’un autre angle du vue, d’une autre culture aussi, parfois aussi vident leurs ordures, et là, il est assez aisé de ne pas tomber dans l’arbitraire tant la longueur du post, la récurrence de certains termes, celle de leurs auteurs est caractéristique du « produit » (très mal) fini dont la seule finalité est de toucher là où cela fait mal, et ça n’est pas bien difficile. C’est ce mélange bien odorant à 99% qu’il faudrait poursuivre non pas de sa vindicte comme certains, mais de son mélange inédit, et des contributeurs, il en reste et il y en aura encore.

Que les nombreuses idées produites pour continuer portent leurs fruits dès lors qu’elles n’aboutissent pas à une prolongation artificielle, perseverare diabolicum, dont la seule finalité serait de ne pas avoir eu l’opiniâtreté d’aller jusqu’au bout de l’aventure et d’en décider la fin au moment opportun, c’est-à-dire celui retenu par François, seul capable d’exprimer ce qu’il a pondu ci-dessus, et que je n’imagine pas être dans un simple petit état d’âme compte-tenu de la solidité et de l’entièreté de l’homme.

Les temps changent, CUK est à la pointe de certains changements aujourd’hui comme avant, ne serait-ce que par son modèle, précurseur, presque indépendamment de son contenu ! Si le prix à payer consiste à transformer un plaisir certes consommateur notamment de temps, à avoir à le justifier comme ce fut fait ce soir et déjà avant, c’est d’ailleurs désolant, le jeu en vaut-il la chandelle ? Mieux vaut mettre la pédale douce un moment, et effectivement, travailler qui son violon, qui sa calligraphie ou son yoga. Nous n’y gagnerons pas en sagesse, en curiosité et en ouverture, mais après tout, si l’auteur y « trouve son compte », c’est me semble t’il le signe de gratitude à lui adresser après tant d’années et, peut-on le dire, une souffrance qui ne devrait pas avoir sa place ici … c’est sans aucun doute le lot des sincères et des justes.
Ceci dit, la suite au prochain numéro, je le souhaite ardemment.

Article: pas envie
myvista
, le 19.12.2016 à 17:33
[modifier]
Article: pas envie

Avoir trouvé le temps de cette expression dans CUK, communauté faite apparemment d’habitués, voire de personnes se connaissant, et de passants dont je suis, autant touchés par l’évènement que par le geste, ne va pas de soi.
C’est indicible.
Chacun exprime sa douleur comme il le peut, et s’il le peut.
Merci de cette humanité au moment ou il en faut tant.-

Article: Roue à aubes, moulin hydraulique, ou comment vivre au sprint incessamment

UN POINT SUR CES DERNIERS JOURS POUR UN LECTEUR « STANDARD » DE CUK

Afin de prendre en compte tant les chicaneries de ces derniers jours sur les nouveaux Mac et les commentaires divers en qualité, en estime de soi et des autres contributeurs d’une part, et ce que CUK a apporté avec sa livraison de ce matin, qui à titre perso, me réconcilie avec bien excès, des pensées qui ont dépassé des mots ou l’inverse, du moins je le souhaite vivement, ce blog est à l’image de la vie, il héberge le meilleur comme le moins bon. Ce serait enfoncer une porte ouverte que d’insister sur le lien « Qualité du blog/qualité de ses contributeurs » mais on en a ici et à quelques heures d’intervalle une démonstration flagrante. Qualité, écoute, niveau, capacité de chaque lecteur à y trouver s’il le souhaite matière à lecture, réflexion et pourquoi pas plaisir, c’est ce que CUK apporte depuis bien longtemps, et certainement pas TROP longtemps. J’avais proposé de contribuer il y a quelques années puis m’étais rétracté par manque de temps. La qualité aurait pu faire défaut quand on lit ce qui est parfois produit ici. En résumé, !! keep going on, keep going up !! Ayant mes propres blogs professionnels, je comprends bien le découragement, au moins la lassitude que François peut parfois éprouver mais demande, et sais que nous sommes fort nombreux à ce que l’Aventure CUK se poursuive avec ses plaies, ses bosses, ses plaisirs de grand gosse, ses engueulades tant certain(e)s prennent du plaisir à jouer le rôle du « bad guy », ceux d’adultes, et surtout l’ouverture et la diversité des contributeurs, des sujets, et le plus souvent des réactions. Je ne parlerai pas de tolérance, de convivialité qui, mis à toutes les sauces, galvaudés, usés jusqu’à la trame, sont devenus des « non mots ». MERCI FRANCOIS.

Article: Roue à aubes, moulin hydraulique, ou comment vivre au sprint incessamment

Que de sagesse et de sagacité dans ces réponses. Effectivement, et même si je n’en doutais pas un instant ayant suivi les contributions régulières et éclairées d’Ysengrain, de sa dilection pour l’écoute dans ses fonctions, écoute qui n’a pas du s’arrêter à la porte de son office médical, c’est un véritable plaisir de lire ses lignes qui donnent le sentiment d’être un peu moins ignare, d’avoir un peu mieux compris quelques uns des comportements qui nous guident et auxquels il arrive, sur des durées variables, consciemment ou non, d’être « soumis », voire d’imposer à d’autres. MERCI YSENGRAIN, je tâcherai d’être à mon tour un Renart face aux autres Ysengrin »s ».

Article: Roue à aubes, moulin hydraulique, ou comment vivre au sprint incessamment

Si bien écrit et écrit ! Merci. Tableau mère « ignare » et a-affective, père en position « frontale » de sécurité car ayant « abdiqué  » devant l’agression permanente que ce conjoint entretient : tableau classique. Question N°1 : n’est ce pas le degré auxquels ces comportements s’exercent qui font ou non le caractere pathologique et destructif pour cet enfant et « à partir de quand » est-ce destructif … ? Question N°2 : quid d’une mère « abusive », relativement cultivée, médecin, agissant dans le mythe de l’hyper puissance et « ratiboisant » tout, dont les « affects » de ses enfants et de son conjoint, qui de ce fait, se replie pour éviter tout conflit (qui s’il ne se produit pas de son fait, est simulé, provoqué), de manière à répéter cette autre antienne la George W Bush, « ou vous êtes avec moi, ou vous êtes contre moi », doublé du « j’ai le pouvoir économique et peux selon votre addiction à moi vous couvrir d’or ( mais à quel prix !) ou de honte (en se victimisant). C’est a réalité, qu’aucune construction romanesque n’excède. Ma « solution » : ai pris la fuite et me suis « orphelinisé ». C’était un choix cornélien. Ai créé ma cellule familiale sans reproduire, ce qui n’est pas rien, ce lait pathologique bu durant … 20 ans.

Article: Premiers contacts avec le MacBook Pro 15 pouces avec Touch Bar

Quand ça n’avance pas, ça recule.
Ne serait-ce que le nombre d’adaptateurs, la barre si innovante et dont on se passait très bien jusqu’alors, la vitesse du SSD qui … n’est pas significativement supérieure, et puis un tas de détails dans la rédaction qui, quand on lit le rédacteur dans le texte depuis des années, montrent que ça n’est pas, comparativement à d’autres machines déjà nouvelles autrefois, LA nouveauté et L’ENTHOUSIASME. Une question : est-il possible de le reconnaître ou compte tenu de « l’affection » portée à Apple, il y a un cap à ne pas franchir ? J’ajoute que j’en suis désolé car client Mac depuis … 20 ans, je ne vois aucune alternative mais n’ai pas l’intention de dépenser 3 ou 4 000 € dans l’absolu, et pour une machine qui est aussi imparfaite ! Ceci dit, Merci pour ce moment.-

Article: Quelques galettes savoureuses.

Mes galettes en vinyle noir 30 cm et celles en vinyle argenté 12 cm apportent la qualité, l’accès 24/7 sans internet, la possibilité d’écouter sans avoir rien prévu ni sauvegardé, sans connexion internet donc, sans doutes sur la qualité (avec les enregistrements réussis et les autres).

Comparant la place nécessaire aux 33T et celles des CD, les prix des CD par rapport à ceux des morceaux achetés en ligne (in fine la même), l’oubli des morceaux achetés sur Itunes et ceux qui se voient d’un coup d’oeil parce que la jaquette … est sous le nez, pas de doute, je suis tradi.

Et … viens de souscrire à Apple Music pour mes enfants, génération Y, qui non seulement m’estime archaïque, mais refuse d’utiliser les moyens traditionnels … mais reconnaissent que ce qu’elles écoutent ne tiendra pas la distance et qu’il n’en restera rien dans … quelques années, ce qui n’est d’ailleurs pas leur finalité.

D’un côté, conservatisme, constitution d’une bibliothèque audio sur une vie (ce qui pose la question de la pérennité des supports), de l’autre, écoute dans l’instant avant le morceau suivant qui précède le morceau … vogue le navire ! Quant à la rémunération des ayant-droits, autre débat mais oh combien important si on tient à préserver la création !!

Article: Salon de la Photo: Paris ou Cologne?

En résumé, mon avis est que bien des photos nécessitent un minimum de « post-prod » et qu’Apple a fait changer la signification de ce terme, puisqu’avec un IP VII, il y a bien du retraitement dès la prise de vue, et des possibilités de post-prod après. C’est différent sur un réflex où la post prod reste effectivement après la production du cliché. L’IP VII et ses concurrents vont-ils rattraper/dépasser, notamment par leur facilité d’utilisation, le couple Réflex ou hybride, transfert sur Mac et post prod distincte ? Eh bien, utilisateur tant de smartphones que de tout autre type d’appareil pour mes photos :

Sur la « rivalité » Smart/Iphone et par exemple Lumix ici cité, mon avis de profane ayant beaucoup appuyé sur le déclencheur de son Nikon multi-objectifs avec tous ses défauts (cf. les commentaires de François ces dernières années sur les évolutions de son « parc » de matériel), il me semble qu’un smartphone n’arrive à être concurrentiel d’un « vrai » appareil dès lors que bien des conditions trop restrictives doivent être réunies pour permettre la comparaison des deux prises de vues :

Smart : éclairage suffisant, mieux encore soleil, afin de pallier un capteur restant inefficace en basses lumières, ni utilisation du flash … pire, un angle de cadrage et une distance de prise de vue qu’on ne peut choisir (pas tout à fait juste avec le dernier iPhone à « double objectif »), pas de Bokeh (pas tout à fait juste avec la combinaison matériel/logiciel Bokeh de l’IP VII), utilisation du soft de post prod intégré assez « user friendly », même s’il est limité dans ses prestations et par la qualité du cliché d’origine.

Mais vous savez bien que ces « avancées » de l’Iphone 7/précédents sont permises par des softs maison ajoutés, et in fine, c’est un mix production/post production qui s’effectue à chaque fois que le doigt appuie sur le « déclencheur » … et après.

Jusqu’où iront ces ajouts par intégration des possibilités d’hybrides et de réflex aux smartphones, sur les photos desquels on peut/doit fréquemment corriger les défauts optiques par une post-prod pour rivaliser avec des « vrais » appareils mono-usage ?

D’autres lecteurs diront que la différence qualitative entre la partie photo des smartphones et les appareils à tâche unique ne cessera de se réduire ces prochaines années. Je n’en sais rien, qu’en dites vous ?

Article: Prise en mains du Canon EOS 5D Mark IV

Y’ aurait peut être matière à siffler la fin des concours de ….. Fut une époque pas si lointaine où l’on attachait de l’importance, sur cuk, à rapporter des arguments étayés et on n’avait pas à subir les avanies qui precedent, que je trouve penibles car sans intérêt au fond. Paroxysme : nous en avons parlé « en privé » , chef, chef. Cela devient Astérix chez … les helvetes …. Moi j’ai pas accès au chef qui change d’APN comme d’autres de chemise ou d’autres de jet d’affaires, qu’une question d’echelle. Enfin tous les contributeurs ont du lui faire bien plaisir; c’est aussi la contrepartie de tenir un blog depuis si longtemps, que de s’amuser avec le chat et sa proie, si prévisibles !

Article: La liberté d’internet en danger?

Au risque de passer pour un ignare et/ou un imbécile patenté voire une andouille … l’intention du rédacteur est certainement louable mais le propos est longuement développé dans plusieurs directions, au point que j’éprouve des difficultés à comprendre non pas l’intention, a priori louable (défense et bon usage du net) mais l’argumentation, qui embrasse trop de sujets pour bien les étreindre. La critique est aisée …

Par ailleurs, les précautions décrites par certains des répondants en amont de ce message contribuent certainement à la volonté de protection des données personnelles sur le net, mais y parviennent-elles réellement ? J’en doute complètement; entre l’information volontairement saisie et qui donne le sentiment de maîtriser sa communication notamment sur les réseaux sociaux, celle qui nous est demandée pour tout autre fin (achats, inscriptions …), et celles moins publiques mais bien existantes, qui représentent en France plus de 50% de la masse des données sur le net, dont nous ne contrôlons pas l’émission, les démonstrations faites par les organismes spécialisés, notamment ceux dépendant de l’état français, conduisent par collationnement à la conclusion suivante : à moins de ne pas être connecté, ce qui impossible, les volumes et types de données disponibles en libre accès et/ou dans les zones grises ou noires font courir un risque sans précédent pour les libertés individuelles, et nous sommes en démocratie …
Quelle antidote ? La question est bien posée et le reste …

Article: Les chargeurs sans fil pour iPhone

Essayé et pas adopté. Stupide je ne sais pas, non abouti je dirais plutôt.
Effectivement, temps de charge majoré, efficacité énergétique non mesurée (*), occupation du bus lightning et mise en place et retrait du récepteur induction nécessaire et délicate avec risque d’arrachage à force, fait chauffer l’iphone ce qui est inhérent à la charge par induction mais n’est pas a priori optimal * (dissipation d’une partie de l’énergie consommée en chaleur) … en résumé, idée intéressante mais non aboutie avec un iPhone.
Question : y-a t’il un lecteur de CUK qui possède un smartphone disposant de la recharge par induction d’origine, et qui puisse témoigner en bénéficier sans les défauts rédhibitoires énumérés ci-dessus ?

Article: Retour sur le test du BBQ Guru

Heureusement, l’hiver arrivera bientôt et ce dispositif ingénieux aurait de toute façon été remisé de longs mois, jusqu’à en oublier l’existence ou à ne plus savoir où le trouver. D’où :
1 – Te reportant au prix de ce « BBQ Guru », combien d’€ ou de CHF estimes-tu avoir pu utiliser en valeur absolue et par rapport au prix total ? 2 – M. ou Mme. Barbecue Gourou vont-ils être saisis par cette réclamation « Cukwise » et modifier leur traitement des réclamations ? Tiens-nous informés.

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

Après le post du 02/08 portant comme titre … Ces français qui massacrent leur langue … Et puisqu’on en est au n’165, je relève, sans prendre parti, ce magnifique « pledoyé » qui ne plaide pas vraiment pour son « hauteur »
Fermez le banc,
Salutations.

Article: My Passport Wireless de Western Digital

Au risque de passer pour le benêt de la classe, beau produit, design correct, mais ergonomie + facilité d’usage un cran en dessous des matériels et logiciels Apple. Comme beaucoup de « nouveautés », j’ai été assez attiré par la promesse produit, notamment la capacité supérieure à celle d’une clé et … la facilité d’usage et ai été déçu a fortiori par le wifi qui, en effet, se traîne. Mais l’achat d’impulsion comporte ce risque et on peut aussi lire les tests des revues informatiques… la/lesquelles lisez-vous ?

Article: DxO passe en version 11
myvista
, le 11.06.2016 à 09:47
[modifier]
Article: DxO passe en version 11

Dans le tournoi réponse 6/ contre réponse 9/, je n’apporte rien à CUK sauf à noter et c’est probablement inévitable dans toute communauté, que cela arrive y compris sur ce site dont je crois comprendre que les valeurs sont assez différentes et plus orientées vers des apports « constructifs ». C’est pour cela que je ne contribue plus à CUK, sauf ce matin, après m’être fait autrefois verbalement agresser par des tenants d’un « Canal Historique » qui eux, savent ce qu’on aurait le droit ou pas d’écrire. C’est assez dommage et n’ôte rien à la qualité de 99,9% des contributions, expertes, aimables, pragmatiques, parfois même proches de petites histoires ou nouvelles, et dont la diversité fait pour moi l’intérêt, parce que c’est l’humanité de CUK, bien loin des … chicayas. Sur ceux, Hasta luego, Amigos.

Article: Oups!
myvista
, le 19.05.2016 à 16:50
[modifier]
Article: Oups!

@Jean-Claude :
et je préfère grandement l’opinion de MG à la tienne, même si elles ne se recoupent pas entièrement. Espérant que mon GPS ne fasse pas dérailler CUK, qui a quand même connu des discussions bien plus étayées et animées !

En plus court, cher Jean-Claude, chantre de la tolérance « (il y a.. vait) des maisons pour ça », voir les dernières lignes de ce post sur cette citation souvent malmenée.
Pour recentrer, comme on entend à la TV française le soir des manifs bloquantes fréquemment à l’interview du public : « je suis contre mais je suis solidaire » i.e. l’esprit dit oui mais le corps dit non, bref c’est le bordel complet dans le laptop sous brushing.

Bel exemple de dissociation mais quelle que soit l’expression utilisée, on a aussi le droit de penser, dire et d’écrire que les grèves en France ne devraient pas avoir pour objet premier de bloquer l’activité d’une région ou d’un pays, en dérangeant, voire en perturbant gravement les journées de celles et ceux qui n’ont pas de plan B, c’est à dire les plus vulnérables, totalement dépendants des transports en commun, de leur heure de prise de poste, du courrier …

Et ceci n’est pas une opinion d’opportunité, puisque je suis organisé (jusqu’à présent, bien fol qui s’y fie) de telle manière que les grèves ne perturbent pas l’activité de mon entreprise, en bon salaud de patron (qui n’emploie que 8 personnes, mais quand on est patron, on est nécessairement l’objet de nombreux procès, autant que possible d’intention)

En revanche, on peut être contre ces blocages de population et par ailleurs pointilleux sur le respect et l’exercice du droit de grève et c’est mon cas. L’histoire du XXème siècle en France démontre que l’exercice du droit de grève par les seules corporations n’est pas un signe probant de la vitalité de la démocratie, voir les années 30 à 40.

Et pour chauffer à blanc le défouloir, à quand la défense inconditionnelle du droit de casser, qui semble depuis longtemps mais ça ne s’arrange pas vraiment, le corollaire du droit de manifester d’une minorité infime des personnes défilant, puisque pour avancer 2 ou 3 perles (de comptoir), la violence ne devrait pas être le monopole des forces de l’ordre, merci Max W., que les casseurs utilisent un moyen d’action politique ou t’as rien compris, pauvre « bas du caisson », et que bien des terroristes sont devenus des résistants … et on peut en empiler des tonnes ainsi, qui font mouche dans l’opinion, mais qui ne sont pas nécessairement exactes.

Ainsi, si le terroriste recherche avant tout l’effroi par la publicité,l’image, la notoriété, le résistant s’investit dans l’action pour peu qu’elle reste clandestine, et ne cherche pas du tout à voir son nom et son visage publiés ou diffusés …

Maintenant, peux-tu me citer l’une des libertés fondamentales qui ait été obtenue ab initio à partir d’une des dates importantes que tu cites godwin style ? Pour parler de la France, la 5ème semaine de congés payés, les 35 heures étaient des points de programmes électoraux séducteurs et fonctionnels, qui ont été mis en oeuvre sans jamais avoir donné lieu à des manifestations … ce à quoi à peu près n’importe qui peut porter objection sur le plan logique … et la réponse fusa par l’angle des congés payés accordés en 1936 …

Enfin, pour rendre à ce post un peu de hauteur et de dignité, celle ou celui qui connaît l’auteur de la citation initiale, de préférence sans Google-iser (qui ne provient pas de Gabin dialogué par Audiard, loin s’en faut) participera à la diffusion d’un peu de culture, et en l’espèce, que j’ai redécouvert (l’auteur de la citation sur la tolérance) il y a 5 jours ! Sur ceux, à la prochaine, espérant ne pas déclencher le feu nucléaire sur Cuk quant à la liberté d’expression, et bien qu’en désaccord avec JC, je me battrai (s’il en fait de même, y’a tout de même des limites) pour qu’il ait le droit de poursuivre la diffusion de ses opinions, y compris et surtout si …

Article: Article rasoir
myvista
, le 08.10.2015 à 22:53
[modifier]
Article: Article rasoir

En ajout à ce qui précède : le plus confortable est en effet le rasage « à la demande » tous les 3 jours ou mieux, quel pied de se raser après un mois de pousse. Mais l’acceptation sociale pour reprendre Franck est variable, tant professionnellement que familialement, et puis personnellement, certains visages sont creusés et vieillis par une barbe de 3 jours, plus blanche et grise que « les poils de la tête ». Mais si c’est possible et beau, d’abord pour soi, alors, vamos !

Article: Article rasoir
myvista
, le 08.10.2015 à 12:43
[modifier]
Article: Article rasoir

Bon, sujet superbement traité. Il ne manque qu’une variable, la qualité de la barbe. Je ne donnerai pas dans le descriptif marketingueu des fabricants de mousses et rasoirs (barbe dure + peau fragile) et qui aurait envie de se raser avec un kit barbe molle + peau super résistante ? Ceci dit, déterminer à quelle vitesse pousse son poil (certains y ont passé une partie de leur vie, voire à l’écouter pousser) est une variable clé, à laquelle s’ajoute l’implantation de ce poil (un peu comme sur la tête, certains ont du gazon anglais, d’autres dont je fais partie des épis, enfin là où ça pousse). Partant qu’il est plus intéressant de traiter le plus complexe (j’ai besoin d’être rasé tous les jours, barbe ne méritant de n’être rasée que tous les 2 jours mais devant l’être quotidiennement « pour faire super clean », enfin excepté les coupures qui elles, font plutôt crado), après 20 ans d’essais divers, voici ma stratégie.

Jour 1 : application d’une crème hydratante grasse (Nivéa, pour ne pas la nommer),
ingestion du café N°1. Application d’une bonne mousse (pas un gel !!) et attente de 5′ de plus (café N°2) Il arrive qu’un peu de mousse tombe dans le café, vous prétendrez que vous aimez le capucino, franchement dégueu… ; il importe néanmoins de ne pas trop trembler pour éviter les accidents de coupe, puis rasage avec un W ou un G à N. lames (jeter immédiatement les lames « ratées en fabrication, selon moi de l’ordre de 1/4 ou 5, c’est simple, on sent que ça ne va pas bien se passer) un coup dans le sens du poil (là où il y a un sens, c’est à dire pas partout) puis dans le sens inverse immédiatement (ne pas attendre d’avoir fait la joue opposée). Soin particulier aux commissures des lèvres et pour la moustache, zones de coupure préférentielles. Douche, finition au rasoir à sec là où il resterait quelques poils (on est à l’unité, là). Application d’une bonne crème après rasage, surtout ne pas lésiner sur la qualité et la quantité.
Temps nécessaire : 15 minutes.

Jour 2 : Rasoir électrique à 3 têtes compatible avec l’eau, que j’utilise sur la peau à sec pour 1 seul passage, puis sous la douche pour le second, sans fluide émollient (j’ai l’impression que ça permet au poil d’éviter la lame). Ne pas passer plusieurs fois au même endroit, si ça ne coupe pas la 1ère fois, ça ne le fera pas ensuite, en revanche, les rougeurs, elles, apparaissent rapidement.

Changement de tête de rasoir une fois par an soit environ 80 €, soit le prix de 7 ou 8 lames manuelles complexes. temps nécessaire : 4 minutes. Je sens ma barbe repousser à +3 heures après le rasage. Efficacité moyenne à médiocre mais mieux que rien.

Avantage perçu : permet éventuellement d’adapter le mode de rasage au temps disponible, j’ai fait des semaines à 3 électriques + 1 manuel.
Contrainte : laisser la peau se reposer et le poil repousser au moins chaque week-end, sinon, le risque de coupure et de résultat médiocre sont exponentiels.
Coûts : ensemble du matériel pour une année : rasoirs à main + lames : 120 €, mousses et crèmes : 40 €, Rasoir électrique amorti sur 3 ans : 110 €, tête de rasage remplacée annuellement : 80€ soit sans facturer le temps passé, 350€ !, 1€/J.

Rapporté au nombre de poils et au service rendu, fort cher, mais à mettre en balance avec l’entretien d’une belle barbe, des favoris et de tout ce qui va avec, et là, c’est en dizaines de minutes qu’il faut compter, avec du matériel autrement plus précis !

Voici comment il est possible de publier dans le temps à peu près nécessaire à un rasage manuel ! Je suis preneur d’autres tactiques.

Article: Escargot, mon ami….
myvista
, le 13.07.2015 à 09:13
[modifier]
Article: Escargot, mon ami….

Modane, fais-toi éditer, cela te permettra de quitter ta condition de … rampant (je n’ai pas dit gluant) pour atteindre les cimes éternelles sans quoi, l’escargot … aura notre peau à tous, pris qu’il est dans un espace-temps différent et plus étendu que le nôtre !

Quant au mérou, certes il pète, mais pardonnez-moi, pire, le mérou se tond, comme le prochain défilé du 14 juillet français, demain mardi. Tondez-vous pour défiler demain mardi et je ne veux voir qu’une tête, celle des trois premiers, NdD !

A quand la candidature à l’OULIPO, que certains billettistes doivent connaître ici, au vu de la qualité de leur production, sans baver sur quiconque, bien sur. Gastéropode, céphalopode, va comprendre, Charles !

Article: Assurance incendie, bouquins, CD, et dématérialisé

Les contradictions de l’homme/la femme modernes souhaitant être bien assuré(s) :

Pour ceux payent des impôts, et pour ceux de ces ces impôts qui sont auto-déclarés (Taxe d’habitation : combien ai-je de lavabos …, Impôt sur la fortune en France ou dans certains cantons suisses …) les déclarations d’assurance peuvent être demandées par l’Administration afin de croiser les informations et de déceler maladresse et/ou l’intention du type :

j’évalue un peu trop modestement mes biens pour les services fiscaux, souhaitant modérer l’assiette de mon impôt, mais d’autre part, désirant être bien assuré, je déclare la valeur la plus proche du réel, voire un peu plus (sans prendre en compte la vétusté dont les assureurs sont des champions). C’est ici que valeur comptable ou vénale et valeur d’usage prennent tout leur sens. Pensez-donc à votre voiture de 15 ans d’âge qui fonctionne fort bien, qui coûterait le quasi-prix du neuf en cas d’accident non réparable, or pour l’assureur, une bagnole de 15 ans n’est pas économiquement réparable … et dont la valeur d’usage reste élevée … et je ne parle pas de la valeur affective, oui Monsieur, oui Madame, car il arrive qu’on s’y attache pour y avoir vécu de la conception du premier enfant jusqu’au trajet vers le « lieu de livraison » de ce petit qui un jour, est à accompagner à l’aéroport pour s’établir ailleurs terminer ses études …

En clair, la cohérence des déclarations d’une part, et l’interconnexion croissante des fichiers et informations d’autre part doivent inciter à être/rester cohérent entre différentes déclarations dont les objectifs et les conséquences directes (impôt) ou potentielles (sinistre/assurance) sont pourtant différents, voire divergents. Rien de plus vexant et coûteux que de se faire « coincer » de bonne foi, parfois juste parce que les déclarations ont été établies à 1 an d’écart et que les dossiers n’ont pas été ressortis, pour avoir tenté une « optimisation » dont les chances de rapporter des emmerdements et des surcoûts sont bien plus grandes que d’économiser soit de l’impôt, soit de la prime d’assurance …

Et pour conclure comme Mirou, voix de la sagesse, encore un truc à faire d’urgence …

Article: Des livres (romans, nouvelles, techniques, BD) à lire à l’ombre loin ou près de son écran

Pour celles et ceux qui rêvent parfois comme je le fais d’aller à Samarcande (Samarkand) :

Si vous avez aimé « S’abandonner à vivre » justement recommandé par François, dont le meilleur moment de chaque nouvelle est …., je n’en dis pas plus, vous apprécierez du même auteur »Dans les forêts de Sibérie », (Poche) récit d’un hiver passé seul dans une cabane au bord du lac Baïkal, hors du temps et du monde, avec de gros morceaux d’expériences bien rudes et sincères dedans; et ayant l’habitude de lire quand l’agenda/les insomnies le permettent toute la production d’un auteur contemporain lorsque je le découvre et que « nous nous entendons bien », ses ouvrages vécus et écrits avec Priscilla Telmon, récits de voyage, sont hautement recommandables. Priscilla oeuvre, entre autres, dans l’ethno-médecine (à préciser) et apporte un regard complémentaire de celui de ST, géographe et pas seulement. « La Chevauchée des steppes » est parmi bien d’autres hautement recommandable. Enfin, pour avoir eu la chance de le rencontrer brièvement, la sincérité de l’auteur est totale, au point qu’il a manqué d’y laisser sa peau dans l’une de ses « escalades citadines », d’ailleurs objet d’une des nouvelles de « S’abandonner à vivre ».

Merci pour les nouvelles données de ce bon vieux Michel Vaillant dont comme beaucoup, je regrettais que l’époque Graton et immédiatement suivante, soit bel et bien terminée, me forçant à différer la re-re-re lecture des albums incunables et connus au mot et à la vignette près. Nous devrions être beaucoup autour de la cinquantaine à retrouver ces aventures avec plaisir. Combien de vocations de pilote MV a t’il crées chez les jeunes gens de 8/15 ans dans les années 75 ?

Article: Je RAM, je TRIM, et ça m’énerve!

Tout ce qui suit pour dire la chose suivante : s’il existe un lien (mise à disposition de produits le temps d’un essai, prêts de moyen long terme avec ou sans « oubli de reprise par la marque », dons au titre d’une influence supposée ou constatée …), un peu comme cela existe de long terme avec la presse automobile, il est indispensable de le dire car, pour moi, CUK a longtemps été totalement indépendant. Mais par exemple, le « don » d’un Iphone à l’auto-proclamé meilleur contributeur de l’année jette, pour moi, le doute sur cette indépendance. Merci de préciser ce point qui mettra un terme aux procès d’intention, conflits d’intérêt et autres soupçons potentiels qui nuisent d’abord au site, ensuite à ses contributeurs qui constituent n’en déplaise, un rassemblement de « chics types ».
Merci de modérer ou auto-modérer une réponse que je préfèrerais sur le fond, sachant que cette question est sincère, que je ne suis pas le seul à me la poser, et qu’elle n’a rien d’infamant.

Article: Paris, ça bouge!
myvista
, le 15.04.2015 à 12:13
[modifier]
Article: Paris, ça bouge!

@ « To the End »,
Je te lis avec plaisir d’autant que tu illustres très bien le fait que la pyramide du Louvre, de 25 ans d’âge, ne laisse toujours pas indifférent. N’est-ce pas aussi la vocation d’un tel édifice, tout comme la FLV, que de susciter le débat et parfois le désaccord, au delà des années suivant juste sa construction, alors que la plupart des parisiens et visiteurs n’ont pas d’esprit critique à consacrer à ce bâtiment ? C’est en soi une victoire que de continuer de le regarder, et surtout, que certains dont tu fais partie continuent de défendre leur opinion.

Et que tu penses du sous-sol de cette « voie d’accès » qu’est finalement la pyramide, voie d’accès notamment aux fondations historiques du Louvre, et … à une galerie commerçante dont un intérêt, s’il en faut un, et bien parce que nous sommes sur Cuk, est la présence d’un Apple Store, certes très bien placé, mais l’un des plus moches, petits et chauds qu’il m’ait été donné de fréquenter parmi une bonne cinquantaine.
Pour me replacer dans notre débat, je suis bien plus gêné par le fait qu’on puisse préempter une zone boisée consacrée principalement à la détente des familles parce qu’on en a les moyens (carnet de chèques, temps) que par le « geste » comme disent nos amis architectes, qui est par définition subjectif, critiquable et à voir.

Une lutte du même tonneau est en cours en plein Paris, avec le même donneur d’ordres, quant aux anciens bâtiments de la Samaritaine, formidablement bien placés face à l’Ile de la Cité et au Palais de Justice (Pont-Neuf pour les non-parisiens) et dont la destination souhaitée par le nouveau propriétaire (Hôtel catégorie Palace, Galerie commerçante HdG, une dose de logements sociaux …) a jusqu’à présent été refusée par la Mairie de Paris. Ce refus est motivé non pas en raison de la transformation d’un magasin populaire en « participation à la haut-de-gammisation » de la ville et sa muséification (on est à un jet de pierre du … Louvre) mais par le projet architectural constitué d’un voile de verre et apprécié par les services compétents comme n’étant pas compatible avec une « bonne intégration » avec le reste du quartier (c’est évidemment bien mieux dit que cela).

Si le lieu est différent, en plein centre de Paris, le processus employé présente des analogies avec celui en son temps utilisé pour la Fondation au sein du Jardin/Bois de Boulogne et dont on reconnaît qu’il est commun à bien des « projets immobiliers de prestige ». Les bâtiments de l’ex- Samaritaine sont fermés depuis une bonne décennie (pour des raisons économiques et de sécurité) entretenus a minima, comme si l’on souhaitait exercer une pression sur les services compétents de la mairie de Paris, en conservant dans l’un des plus beaux sites de cette capitale, une sorte de verrue qui ne fait que se dégrader. Idem avant la construction de la FLV avec les manèges du Jardin d’Acclimatation je crois bien propriété de forains en concession avec … LV, mais laissés pour beaucoup dans un état de délabrement avancé, leur rénovation, voire simplement leur mise aux normes étant trop coûteux pour les seuls forains. Rien n’a changé quant aux manèges sauf que certains devenus non conformes ont du fermer, et que la vue naturelle des terrasses de la FLV oriente l’oeil sur le « jardin coréen », joli espace vert, et non sur les manèges et/ou les clubs hippiques qui pourtant, occupent la grande majorité de l’espace restant.

Je conserve mon seul problème qui est celui du changement de destination des terrains dans une ville pourtant hyper-réglementée, mais selon que vous serez … . A titre de comparaison par définition grossière, le Guggenheim de NYC pourrait recevoir des reproches analogues à la FLV, mais il est situé en pleine ville, l’existence même de musées exige des initiatives culturelles intégralement privées (le « Ministère de la Culture » est une étrangeté pour les américains) et s’il était situé dans Central Park de l’autre côté de la rue, j’aurais exactement les mêmes remarques que pour la FLV. Ceci dit, je continue de croire qu’au pays du libéralisme, l’obtention d’un permis de construire dans un parc-bois-forêt aurait posé bien plus de problèmes que dans cette vieille France dirigiste et colbertiste. (En revanche, les ombres portées des nouvelles tours qui assombrissent considérablement le Park n’ont pas été prises en compte). En France et en passant, les écologistes alors au gouvernement ont été d’une pudeur exemplaire sur le sujet.
Quant à ta dernière remarque sur la capacité à bloquer des projets, on ne peut qu’y souscrire en contemplant, désolés, le site de l’Ile Séguin, emplacement des usines Renault historiques. François Pinault, très longtemps en concurrence dure avec le fondateur de LVMH sur le plan business et culturel, et qui souhaitait disposer d’une partie du site pour y implanter sa fondation d’art contemporain, a fini, malgré le soutien du président de la république d’alors, Jacques Chirac, par acquérir le Palazzo Grassi à Venise pour y créer sa Fondation qu’il a ensuite agrandie de la Douane de Mer.

Et les nombreux recours exercés contre son projet (Pinault) n’ont eu pour effet, 15 ans plus tard, non pas d’en modifier les contours et d’améliorer ce projet, mais de conduire son initiateur à partir en Italie avec sculptures, tableaux, installations et cimaises.

Résultat : projet exporté avec succès à Venise (on apprécie ou pas la Fondation), désertification de l’île Séguin, qui n’accueille que des installations temporaires et démontables comme des opérations commerciales et institutionnelles, l’excellent cirque du Soleil durant quelques semaines/mois. Quant à la Fondation Pinault à Venise, un autre post avec réactions, contre-réactions et synthèse serait nécessaire pour recueillir les réactions de ce qu’on a pour certains loupé, pour d’autres à quoi on a échappé !

Dicté à mon mac, susceptible d’inclure des erreurs d’interprétation.

Article: Paris, ça bouge!
myvista
, le 14.04.2015 à 18:54
[modifier]
Article: Paris, ça bouge!

Quelques remarques d’un parisien depuis plus de 50 ans :

Tout d’abord, je suis très impressionné par l’image globale qu’offre Paris à ses visiteurs. Y habitant et travaillant, j’ai progressivement perdu cette faculté d’émerveillement et dois parfois forcer ma motivation pour sortir et profiter de cette chance.

Oui, la Fondation Vuitton est terminée au niveau « state of the art ». Franchement,
« j’y dinerais volontiers par terre ». Elle a bénéficié d’un financement 100% privé, au contraire de la philharmonique qui a eu, et c’est dit par le rédacteur, notamment à supporter les problèmes budgétaires et certains errements de décideurs publics. Mais la FLV a amputé le Jardin d’Acclimatation d’une partie importante, LVMH
en étant devenu le concessionnaire il y a une bonne décennie et demi, avec l’idée que l’exploitation de manèges plus ou moins en bon état n’était pas nécessairement leur ambition, mais plutôt à terme la possibilité de construire en plein bois de Boulogne, dans un jardin existant depuis 100 ans et qui appartient au patrimoine des parisiens, qui abrite 3 clubs hippiques où l’on peut monter dès 3 ans pour pas cher, et qui font l’objet de pressions à la fermeture. Une histoire de foncier vous dis-je. Pas seulement bien sur.

Ce bâtiment peut être apprécié comme étant remarquable. C’est ce que j’en pense.
Il n’empêche que la Fondation a réussi ce que d’autres moins madrés, moins bien
dotés, avec un carnet d’adresses moins puissant, n’auraient même pas pu imaginer au regard des règles d’urbanisme en vigueur dans cette partie de Paris (à laquelle le bois appartient). De conviction plutôt libérale économiquement, là, la loi du marché, je ne l’aime pas, quelle que soit la qualité de l’assemblage bois, béton et verre, ce n’était pas nécessairement l’endroit,alors que certains manèges non visibles sans torticolis depuis les terrasses de la FLV tombent en ruines, un peu comme au Prater à Vienne.

La photo depuis la FLV de la Tour Eiffel est amusante. Celle de la FLV depuis la Tour
l’est moins. Du 2ème étage de la Tour, on se demande ce qu’est cette « noix » qui
dépasse considérablement du bois, par définition plat par ailleurs. Peut-être que
l’oeil des visiteurs de la Tour s’y fera … ou pas. On ne pourra pas comparer la FLV à
la pyramide du Louvre, par exemple, avec ou malgré les scandales que sa construction avait en son temps déclenchés et qui aujourd’hui, du moins en surface,
remplit très bien son office.

Voir aussi comme c’est dit ci-dessus comment cela va vieillir et la dotation à
l’entretien pour les prochaines décennies. Il est juste de regretter comme ci-dessus
que cette manne n’ait pas profité à des structures culturelles moins majestueuses,
préexistantes, pas du tout élitistes, mais plus indispensables au lien social dans les
quartiers parisiens où les associations artistiques peinent à rassembler de quoi
boucler leur budget. Certes, quand il y a de l’argent … mais faut-il de l’argent pour construire et valoriser les oeuvres comme le fait la FLV d’une part, et d’autre part utiliser ces mêmes fonds pour faire modifier à convenance personnelle des règles et des sites qui font aussi partie du patrimoine ?

Effectivement, milice n’est pas dans le vocabulaire utilisé pour représenter autre chose que les supplétifs (et plus) français des troupes d’occupation allemandes pendant la 2ème guerre mondiale. En revanche, le développement des polices privées, puisque c’est de cela qu’il s’agit, est impressionnant (on estime leur nombre compris entre 2 et 3 fois celui des forces de l’ordre habilitées et agissant sous commandement ministériel électif (Police nationale, Gendarmerie, Police municipale). Il est parfaitement exact que la présence policière dans Paris est plus importante qu’il
y a un an, et moins qu’il y a 2 mois. Je ne m’étendrai pas sur les causes que chacun
connaît ni sur les réflexions sur l’utilité supposée par les uns ou les autres de la
présence visible des forces de l’ordre.