Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: VRic
278 commentaires trouvés.
Article: Joli Petit Robert deviendra grand… ou bien?

Merci Karim, je vais essayer. Cela dit, ça prend de la place sur le disque dur…

Pas vraiment, non: si tu t’y prends comme moi, une image disque compressée du CD/DVD original prend toujours beaucoup moins de place que l’installation normale, tout en évitant de barbouiller ton disque de myriades de fichiers.

Selon les produits il est possible ou pas de lancer le logiciel directement depuis son support sans “l’installer”, auquel cas ça marche depuis l’image disque. Ceux qui sont trop mal faits pour ça proposent souvent une “installation minimale” sans les données, ce qui même en comptant l’image disque reste plus léger qu’une installation normale, et férocement plus rapide que le support original.

Article: Joli Petit Robert deviendra grand… ou bien?

image disque […] avec toast […] ne doit pas fonctionner avec le format .dmg

Il est probable que si car il n’y a pas de différence pour le système une fois le volume monté, si les images représentent bien la même chose (il y a plusieurs façons d’imager un disque, indépendamment du format utilisé, pas le temps d’expliquer, c’est un peu technique).

Il y a en revanche une différence notable pour l’utilisateur: une image dmg peut être compressée et verrouillée en écriture (Toast propose aussi une compression — en dmg — et un format qui par effet de bord monte en lecture seule — hybride Mac/PC —, mais c’est une limitation de son format hybride HFS/ISO, non une fonctionnalité).

J’ai automatisé par script le montage et lancement de divers ouvrages de référence, jamais mis à jour pour OS X. J’en recauserai un de ces jours si je m’y remets.

Article: Cyberduck, un fabuleux petit canard

il n’aime pas les accents ou caractères spéciaux

Ce n’est pas qu’il n’aime pas les accents, c’est que le client n’a pas deviné l’encodage utilisé par le serveur.

J’ignore si on peut le reprocher à Cyberduck (j’ai là un serveur AppleShare IP dont par défaut Cyberduck affiche mal les accents, ce qui empêche l’accès aux éléments concernés, mais d’un autre côté quand je regarde le transcript dans Transmit, à aucun moment il n’évoque l’encodage: il se passe peut-être quelque chose que j’ignore, mais ça peut aussi bien être un coup de bol que Transmit utilise l’ISO 8859-1 par défaut comme le service FTP d’AppleShare IP, alors que Cyberduck plus moderne suppose UTF-8).

Dans Cyberduck il est possible de choisir l’encodage par défaut dans les préférences, mais surtout de définir manuellement l’encodage de chaque signet, ce qui règle le problème, car chaque serveur décide de son propre encodage:

– créer un signet

– renseigner les divers champs (il manque celui du mot de passe, car Cyberduck utilise le trousseau de Mac OS pour ça)

– déployer les options supplémentaires “More Options” et sélectionner l’encodage utilisé par le serveur en question, paf, c’est tout

Lorsqu’on ignore l’encodage du serveur (cas le plus courant), cela prend quelques instants de tester, modifier le signet, re-tester.

Les encodages les plus courants dans notre partie du monde sont ISO 8859-1 (Latin-1), UTF-8 (Unicode), UTF-16 (Unicode aussi, ah c’est malin, si le but était de remplacer tous les encodages pour résoudre les ambiguités qu’ils causaient, alors fallait pas faire 4 versions d’UTF, bande de rigolos), éventuellement Windows-1252 (presque du Latin-1, mais pas tout à fait).

Article: Du blues, du blues, du blues!…
VRic
, le 11.01.2007 à 00:21
[modifier]
Article: Du blues, du blues, du blues!…

Robert Johnson. On dit de lui qu’il a gagné sa maîtrise du blues en signant un pacte avec le diable, et d’autres disent qu’il est devenu un énorme blues man du jour au lendemain. L’album s’appelle “Crossroads”

C’est le thème de la chanson Cross Road Blues, ainsi que de l’extraordinaire hommage au blues qu’est le film Crossroads de 1986 sur une musique de Ry Cooder.

On y voit Karate Kid, à la recherche de la 30e chanson de Robert Johnson (qui n’en a enregistré que 29), affronter Steve Vai pour sauver l’âme de son vieil ami bluesman (pas à coups de pieds, hein, mais avec une Fender Stratocaster, ce film-ci n’étant pas tout à fait identique à Karate Kid malgré des similitudes).

“Crossroads” est aussi l’une des meilleures chansons de Calvin Russell et probablement le titre le plus courant de ce courant musical!

elle pensait qu’elle était fausse, bien que je lui avais expliqué maintes fois que j’avais demandé à Mr Zemaitis que cette guitare soit conçue pour être accordée un ton en dessous

On dirait que ton amie a l’oreille absolue, auquel cas elle n’y peut rien et rien ne sert de lui expliquer que c’est exprès: elle entendra toujours le décalage absolu de chaque note par rapport à ce qu’elle a appris une fois pour toutes comme on apprend à marcher, même si relativement elles sont accordées entre elles. Ça a des avantages et des inconvénients, l’incapacité à transposer et donc apprécier ta guitare en est un. En revanche je te dis pas ma moyenne en dictée au conservatoire :-)

Si du coup elle essaie de l’accorder “normalement” (c’est-à-dire au seul La qu’elle entende “La”, 440 Hz chez nous quoique ça varie selon époques, formations et pays) et que pour une raison technique l’instrument n’est pas content, alors il est très possible qu’il soit effectivement faux dans ces conditions. Même si c’est “sa faute” de ne pas transposer, elle n’y peut rien: ce n’est facile qu’avec l’ouïe relative (qui oblige à accorder son oreille avant de jouer); avec l’ouïe absolue on ne peut pas accorder l’oreille, alors il faut accorder l’instrument. Quand on vieillit il paraît que ça peut devenir une torture (l’oreille se “désaccorde”, ce qui ne change rien pour une ouïe normale, relative).

Article: iWork 07: une petite merveille (cherchez l’erreur)

499 $ pour un disque dur de 4 Gb

Pas un disque : de la mémoire flash.

Comme déjà dit par certains, prétendre – ou croire – qu’Apple délaisse ou va délaisser les ordinateurs me semble plus qu’exagéré.

C’est surtout absurde. Le Steve l’a pourtant expliqué à demi-mots en annonçant la disparition de “Computer” dans “Apple Inc.”: il n’a jamais dit “parce qu’on ne fait plus seulement des ordinateurs”, mais “le Mac est le seul auquel vous pensez vraiment comme à un ordinateur” devant une diapo affichant Mac, iPod, AppleTV et iPhone.

Le débat est ouvert quand à la cible de ce “vous”, habile “on” générique pour évoquer une confusion dont il est évident que lui-même n’est pas victime: lui, il sait bien que ce sont tous des ordinateurs, justement. Quoiqu’en pensent les TTE qui trouveraient “logique” qu’Apple “abandonne le matériel”, comme s’il suffisait de faire avaler du soft à un Rio ou un Dell pour le transformer en iPod ou PowerBook.

Ce n’est pas parce que mamie ne voit pas la différence entre un iPod et un tourne-disque qu’il faut lui faire un tourne-disque de poche. L’iPod, c’est un ordinateur, et les autres aussi. Avant que les fabricants d’imprimantes sortent du moyen-âge, on plaisantait sur le fait que “le meilleur ordinateur d’Apple, c’est la LaserWriter”.

Ce n’est d’ailleurs pas sans rapport avec les difficultés des concurrents: quand tu pars avec l’intention de faire “un téléphone”, “un marteau”, ou “une machine à écrire”, aucune chance de sortir l’iPhone ou la cheville à expansion ou l’imprimante PostScript. C’est ce qui se produit quand les cons prennent les décisions (ma façon à moi de résumer les interventions d’alec6 sur le processus de projet).

Citation de PO “Pourquoi Apple est capable de faire un truc aussi génial que le iPhone et d’autres pas…”

La réponse provient sûrement de la structure et l’organisation interne d’Apple. Steve Jobs donne le la mais ensuite il faut que cela suive.

C’est très précisément ce qu’évoque le CEO de Cingular, avec sa tronche à lire des revues de “management”, dès le début de son épuisante intervention (un vrai “executive”, lui, ai failli me mordre la tête; passé ce mauvais moment en comptant ses mentions de “Cingular” et “AT&T”: environ 17023 par seconde).

déçu de ne pas voir apparaî un complément dans la gamme des portables.

Eh ben, qu’est-ce qu’il te faut? Un Tablet-Mac qui tient dans la poche au point de faire téléphone, moi je trouve ça gravement portable!

OK, j’aimerais bien aussi un remplaçant du PowerBook 12”, mais est-ce que ça mériterait de partager la vedette avec l’iPhone? Et puis n’aie pas peur, ils sortiront en même temps :-)

De plus, aucune innovation côté soft.

Eh ben, qu’est-ce qu’il te faut? Tu as bien regardé ceux des téléphones “équivalents”?

Iwork est vraiment le parent pauvre de la gamme il est de très loin insuffisant pour travailler sur Apple en bureautique.

Aah, “soft” c’est MS Office, OKOK :-)

OK, j’aimerais bien aussi un remplaçant de ClarisWorks et ce serait important si l’on manquait de choix dans ce domaine, mais comme ce n’est pas le cas, où est l’urgence? Et puis n’aie pas peur, iWork 2007 sortira en 2007. Ce qui ne veut pas dire qu’il va remplacer Excel.

Si la batterie sera accessible et remplaçable. l’iPhone s’ouvre facilement, puisqu’on doit pouvoir y mettre la carte SIM, mais aura-t-on accès à la batterie? Pourra-t-on, comme avec les vieux iPod, utiliser des accus tiers plus performants, ou Apple va-t-il verrouiller le truc comme avec les Nanos (=jeter le Nano à la poubelle après 2 ans car accu qui ne tient plus

Probablement peu accessible et probablement sans importance. On nous bassine avec ça depuis le premier iPod, maintenant c’est le nano, bientôt l’iPhone, je vais finir par me fendre d’une humeur sur le sujet. Évidemment que les batteries ont une durée de vie limitée, mais dans “durée de vie limitée”, il y a “durée de vie”: de quoi auraient vécu les vendeurs de batteries de rechange pour ipod s’ils les avaient sorties en même temps que l’iPod? Trois ans après il y a un marché et paf, il y a des batteries de rechange.

Il n’est pas absolument parfait (appareil photo faiblard, autonomie légère

L’autonomie annoncée ne me semble pas légère. Mon Nokia 3330 ne donne pas mieux et il est loin de faire salle de ciné de poche.

Personnellement, je suis plutôt déçu de la présence de l’appareil photo: un téléphone ne pourrait de toute façon rivaliser avec un appareil photo sans prendre le poids et la taille d’un appareil photo, alors autant le mettre de l’autre côté et s’en servir de webcam, car ça l’appareil photo ne sait pas le faire.

Ce qui m’étonne, moi, c’est que l’iPhone, qui déchire furieusement à tous points de vue, qui communique par WiFi et qui tourne sous OSX, n’ait pas sa version d’iChat AV. Aucune raison, il suffit de mettre le trou de l’autre côté. Et ce n’est même pas nouveau chez les concurrents. Comprends pas.

c’était un peu court au niveau software et hardware

Eh ben, qu’est-ce qu’il te faut à toi aussi? Si Nokia avait montré ça, ce serait un événement majeur autant soft que hard, et là c’est “un peu court”.

c’est la fonction zoom qui me bluffe: 2 doigts sur l’écran qui s’écartent = zoom […] première fois que je le vois matérialisé/commercialisé

Commercialisé, probablement (à 6 mois près, tout de même), mais matérialisé … aurais-tu raté les ahurissantes démos FTIR de l’an dernier? Si c’est le cas, jette un œil sur cette page au machin dont le nom “FTIR multi-touch” ressemble étrangement au “multi-touch” évoqué par iSteve.

Il est possible que les pages originales aient évolué depuis que j’ai compilé ces miroirs; les adresses d’origine sont en haut de chaque.

mon portable à 7 euros fait très bien ce pourquoi il est conçu, c.a.d. téléphoner

Et si vous avez des Nokia 3330 en trop, envoyez-les moi, j’en veux de rechange!

curieux qu’Apple n’est fait aucune annonce système et logiciel dans la foulée

Et tu crois qu’ils marchent comment, ces gadgets? Ce n’est pas parce qu’Apple trouve plus intéressant de montrer l’iPhone que d’annoncer Windows CE et un SDK que ce n’est pas un événement système et soft majeur. Tout développeur Mac est potentiellement devenu un développeur pour “smartphone” sans bouger de sa chaise, c’est pas rien.

Pas “annoncé”, certes, mais c’est quand même affiché en énorme sur le mur. Il n’est pas toujours judicieux d’annoncer un mouvement que l’on lance (après tout, on peut se planter, et ce d’autant plus qu’on l’aura expliqué à ceux qui auraient à y perdre).

Et avec un peu d’imagination, l’intégration avec iTunes et iTunes Store, déjà utilisé pour les jeux iPod, a le potentiel de révolutionner la distribution/vente de ces logiciels, ce qui n’est pas rien non plus.

Après quoi on peut se demander ce qui retiendrait des éditeurs de logiciels “traditionnels” de conclure des accords similaires: Apple peut fort bien ne jamais le leur proposer, mais si ça arrive ceux qui refuseraient se retrouveraient avec un handicap énorme face à des concurrents qui seraient constamment à une recherche iTunes et un clic près de l’achat sur tout Mac relié au réseau.

Article: Spotlaser, le sucre qui fait passer la pilule Spotlight

Sinon, je sais pas comment attaché un raccourci au lancement d’une application sur mac :(

j’ai bien fait le +, j’ai selectionné spotlaser, et la il me demande “titre de menu”, j’ai tout essayé: call, open, run (j’ai bien renseigné le raccourci ;)

Tu sembles parler du prefpane “Clavier et souris” dans les préférences système, qui ne sert pas à ça mais à ajouter des raccourcis dans les menus: ce que tu es en train de lui demander, c’est d’attribuer un raccourci-clavier à un élément de menu de Spotlaser, donc il attend que tu lui indiques le nom de l’élément de menu auquel tu veux que ce raccourci fasse appel quand Spotlaser est au premier plan.

Pour faire ce que tu veux il y a plein d’utilitaires comme Spark, iKey ou Butler.

Tu pourrais probablement aussi utiliser le prefpane “Clavier et souris” pour un résultat équivalent, en attribuant un raccourci au nom d’un script lançant Spotlaser que tu aurais préalablement mis dans le menu Scripts.

Article: Lausanne de nuit…
VRic
, le 29.12.2006 à 21:12
[modifier]
Article: Lausanne de nuit…

C’est un peu comme une Renault, ils font de mauvaises bagnoles et ce n’est pas en allant chez un carrossier qu’on améliorera l’affaire.

Meuh si, tu te laisses aveugler par la haine…

Exemple.

a) Une Renault 8 :

b) Une Fournier-Marcadier Barzoï (dont la carte grise dit “Renault 8 modifiée”) :

Donc tu prends ta Renault par la main, tu lui présentes un émule des Fournier-Marcadier, et à peine auront-ils changé la carrosserie, donc, ainsi que le châssis, la position du moteur, l’orientation de la boîte, et le reste, que tes problème de “voiture à vivre” seront du passé!

Bon, je reconnais que lors de la précédente participation aux 100 tours de Nogaro elle n’a pu terminer, sur problème mécanique, qu’à l’édition 2005 en photo ici on a manqué de temps pour réparer une fuite et que cette année elle n’a pas réussi à prendre le départ. Certes.

Mais ça n’empêche pas la victoire 2005 dans sa catégorie :-) Voilà ton problème: tu compares avec les vraies voitures. Alors forcément, les Renault c’est moins bien. C’est de la cruauté de ta part: on ne fait pas boxer Opel contre VW, ou alors on consent à donner un handicap à VW, comme faire exploser une grenade dedans.

Article: Spotlaser, le sucre qui fait passer la pilule Spotlight

il serait plus judicieux de modifier votre pseudo en “doigts froids”, “pogne glacée”, “phalanges givrées”… Enfin, un truc pas en anglais… ;-)

Rhoo, mais arrêtez de le charrier: pisqu’il vous dit qu’il ne comprend pas l’Anglais, enfin :-)

Coldfingers, c’est son nom. James Coldfingers.

Ce qui m’étonne le plus dans cette histoire, c’est que François s’enthousiasme pour un soft GRA-TOS!

Gratos, mais qu’il suggère de payer quand même! Pas pareil…

Article: Premières impressions sur la Wii

la barre qui permet de capter la position de la manette

GeekNote : formulation officielle (sensor bar) mais trompeuse, car c’est la manette qui “capte” (et peut-être même calcule sa position toute seule), la barre fixe ne contenant qu’une paire de lampes infrarouges, dont la manette “observe” les déplacements comme référence pour ses accéléromètres.

Notre Puzzo n’y est pour rien: c’est Nintendo qui pour une raison indéterminée préfère laisser croire le contraire. Si c’était dans l’espoir qu’on n’ose pas lui chercher d’autres usages (la barre étant “branchée” sur la console), c’est raté!

Article: Aperçu de Shiira, un navigateur prometteur

Et quel est-il, ce raccourci? Car il n’apparait pas dans l’item “raccourcis clavier” de l’aide de Safari. C’est d’ailleurs un truc que je reproche de plus en plus à Apple qui ne se soucie que des utilisateurs très novices (swichers?) et ne veux surtout pas leur encombrer l’esprit avec plein de choses compliquées qui pourraient les leur embrouiller les synapses. Mais où qu’elles sont les infos?!

Effectivement, si Apple faisait quelques efforts pour promouvoir les commandes standard, ce serait mieux pour tout le monde. Ça éviterait que les développeurs fassent n’importe quoi par ignorance (le développeur c’est un utilisateur comme les autres: si tu ne trouves pas, lui non plus, d’où les comportements inorthodoxes de Firefox, Camino, Opera, …)

C’est Pom-Maj-Flèche gauche ou droite pour changer d’onglet dans Safari, iCab et les rares autres qui se donnent la peine de vérifier les conventions avant de décider qu’elles n’existent pas. Omniweb, on l’excuse: sa liste d’onglets est verticale :-)

Article: Copier/Coller en toute liberté avec JumpCut

plus ne signifie pas mieux ;)

Certes, mais moins non plus comme le rappelle François. Mieux, ce serait plutôt ce dont tu as besoin|envie au moment où c’est le cas. Et sur Mac, pas mal de monde a souvent besoin de plus que de texte brut.

Je plussoie donc pour Butler, mentionné par Cheg, qui fait tout ce que les commentaires ont évoqué, plus des brouettes d’autres choses sans rapport avec le presse-papier, à part une donc: être “basique”.

Il est certes plus complexe qu’un autre plus limité, mais d’un autre côté il est loin d’être plus complexe que la douzaine d’utilitaires distincts qu’il faudrait installer/maîtriser/configurer/maintenir pour le remplacer.

Concernant le presse-papier multiple, voici mon menu qui parle de lui-même. Tu veux coller sans mise en forme? Pas de pb, c’est toi qui décide. Tu veux conserver mise en forme ou plus que du texte, comme le presse-papier normal? Pas de pb, tu choisis combien il en garde. Tu veux le voir avant? À toi de dessiner la taille de la prévisualisation. Etc.

Le seul truc qui lui “manque” concerne aussi le texte brut, mais n’est pas non plus du ressort de JumpCut (à vérifier): il s’agit de la fonction de Mactylo/TypeIt4Me qui “tape” le texte du presse-papier en simulant l’action de l’utilisateur sur le clavier, avec pour effet non seulement d’ignorer la mise en forme, mais surtout de fonctionner dans les situations où il est impossible de “coller”.

Et encore, je m’avance un peu en disant ça car Butler peut aussi exécuter des scripts, auxquels on pourrait peut-être demander ça.

Article: Le sommeil du MacBook Pro: confirmation et correction

24 novembre : bug – c’était le pilote d’impression Adobe

15 décembre : PhotoShop CS3 dispo en beta, quel plaisir!

17 décembre : retour du bug

Tu es sûr de ne pas dédouaner un peu vite les “Adobe PDF Library Files” qu’on devine dans ta copie d’écran d’installation, ou le pilote d’impression Adobe qui pourrait bien avoir été mis à jour?

Ce n’est pas parce qu’on n’a pas “créé” une imprimante dans la liste qu’on n’a pas 2 Go de pilotes d’impression (cas “normal” si on n’a pas pensé à ne pas les installer avec le système et possiblement pareil avec l’imprimante Adobe).

Article: Les médias, suite et fin!
VRic
, le 08.12.2006 à 17:53
[modifier]
Article: Les médias, suite et fin!

loic : très bon.

>TTE, ne pourriez-vous pas demander un coup de main rédactionnel à Anne Cuneo, Okazou ou un autre de ces esprits clairs et littéraires qui gravitent autour de ce site?

En fait ça existe, c’est le “secrétariat de rédaction”, informel, sollicité à l’initiative du rédacteur et constitué essentiellement de François, qui est surchargé, et moi, qui me suis fait oublier depuis les vacances et cuk v3 (au fait, ça y est, je suis rentré :-)

>comment on passe à la ligne sans passer une ligne dans ce système de saisie de commentaires?

On peut pas, c’est LE méga-big problème de Textile. Ou alors il faut encadrer le bloc dans des balises HTML < pre> … </pre>, ce qui est très exactement le contraire d’une simplification, pourtant unique raison des formats de texte structurés dont Textile.

Syntaxe Textile (en Anglais).

Article: iView est mort selon certains? Vraiment? Un petit coup de sang…

>ToTheEnd :

>Moi, quand je dis que Renault c’est de la merde, c’est comparé à tout, pas juste à Mercedes ou Audi.

Toi, tu n’as pas dû bien regarder une Opel !

>Je dirais même plus, si François arrêtait d’affamer sa famille avec tous ses gadgets et softs, il pourrait acheter des vraies voitures!

Bien dit !

Un logiciel ne meurt pas. Une bagnole, parfois, mais un logiciel non: s’il marche maintenant, il marchera pareil demain dans les mêmes conditions. L’éditeur peut fermer, l’auteur exploser dans une chute de piano, mais pas le logiciel. Toute démarche délibérée contre son support de stockage se cantonne à ton exemplaire.

Donc si le machin te plaît, tu le gardes sans changer l’eau et tout va bien, c’est le contraire d’un poisson rouge.

Beaucoup font une grossière erreur conceptuelle : ce qui arrive à la PROCHAINE version d’un logiciel (comme de ne pas exister) ne change strictement rien à l’actuelle. Ça se passe dans la tête. Il est idiot de s’agiter terrifié par le futur incertain d’iView car:

• le futur est par nature incertain, pour iView pas plus que pour ton boulanger

• si dans le futur on ne fait plus rien d’aussi bon qu’iView, ben garde iView

• si dans le futur la concurrence fait mieux que la descendance d’iView, ben donne tes sous à la concurrence

Du point de vue de l’useur, pas moyen de pas avoir ce qu’il préfère, alors pourquoi gémir?

Certes, il arrive parfois qu’un machin réellement exceptionnel soit laissé sans descendance ni concurrence et cause peu à peu de petits inconforts à ses utilisateurs, mais est-ce que ça va m’empêcher d’utiliser Claris Emailer 2 tant que personne ne m’aura proposé mieux? Est-ce que 10 ans sans mise à jour l’empêche de tourner ici 24h/24 ? Est-ce que je vais me plaindre d’être “forcé” d’en changer pour d’autres qui me plaisent moins, alors qu’il marche parfaitement sur une plate-forme qu’on trouve par palettes entières sur eBay?

Est-ce que je me plains de ma vieille perceuse qui ne comprend pas les nouveaux forets à montage rapide? Est-ce que ça l’empêche de trouter?

Maintenant, si les contraintes réelles ou imaginées ne te conviennent pas et que tu choisis quelque chose d’autre, alors il faut te mettre dans la tête que ce n’est pas Emailer sous 9.2.2 sur un Mac beige qui cesse tout d’un coup d’être aussi bien, mais TOI qui n’en as plus envie, quelles que soient TES raissons, donc aucune de te plaindre, puisque c’est toi qui as choisi. Surtout, ne pas te plaindre à haute voix de la version suivante que tu aurais préférée alors qu’elle n’existe que dans ta tête.

Au fond, c’est le même problème que les bagnoles : ce n’est pas parce qu’un truc est nouveau qu’il est bon, ou meilleur qu’un précédent. Pourquoi je paierais plus cher si je peux avoir mieux pour moins cher? Est-ce qu’on change de toaster avant que le précédent cesse de marcher? Note qu’il y a peu de pubs pour des toasters.

Personne n’est “obligé” par ses moyens financiers d’acheter régulièrement des Renault neuves s’il préfère une Jaguar. Pour le prix d’une berline neuve quelconque tu fais largement tourner 5 ou 10 ans une Jaguar d’occasion sans nourrir un banquier au passage: je préfère payer que pouic une voiture “de luxe” (regarde le prix d’une Jaguar sur eBay, tu seras surpris, autant en prendre 2) et remplacer les échéances de crédit par les frais d’entretien (j’aime plus la mécanique et les mécaniciens que la finance et les banquiers, mais surtout j’aime plus les bidules de qualité que les bidules neufs).

D’ailleurs, si tu tends à t’affoler chaque fois que tu te rappelles que le futur est incertain, mieux vaut acheter d’occasion un modèle à la fiabilité éprouvée plutôt qu’une Renault neuve ou n’importe quelle première série de Mac. Ou qu’une Jaguar d’occasion, remarque, ce n’était pas le meilleur exemple :-)

Donc quand :

>WIPA :

>Ce que je reproche a Iview c’est d’avoir pris un coup de vieux brusquement avec l’apparition de logiciels comme Aperture et Lightroom qui font beaucoup plus que cataloguer des photos et ceci avec une interface des plus “léchée”.

… je dis prout. Est-ce qu’on reproche à une copine d’être devenue vieille parce que la nouvelle voisine est mieux finie? C’est dans la tête. Si tu préfères Aperture, alors tu devrais être content, si tu préfères toujours iView c’est un non-problème; remarque si tu ignores qu’iView fait “beaucoup plus que cataloguer des photos”, alors ce n’est peut-être pas le logiciel qu’il te fallait de toute façon: Aperture il est bien joli, mais c’est pas ça qui aide quand on a besoin d’iView.

Article: Les médias, suite et fin!
VRic
, le 29.11.2006 à 13:43
[modifier]
Article: Les médias, suite et fin!

En occident, nous avons la chance de vivre en démocratie et pouvons voter, choisir et avant tout, réfléchir. Il appartient à chacun de faire la distinction entre l’information et l’endoctrinement commercial, idéologique ou religieux.

Il n’y a pas de rapport particulier entre occident et démocratie. C’est de l’endoctrinement, justement, et l’occasion de profiter de ta capacité “occidentale” à réfléchir pour jeter un œil à La démocratie des autres de Amartya Sen, qui l’explique très bien en moins de 90 pages, merci à mon papa de me l’avoir prêté.

si la publicité n’existait pas, nous aurions tous un PC

Moi pas comprendre : pas eu besoin de pub pour choisir un Mac. Quand la question s’est posée, j’ai observé des Macs, observé des PC, et choisi un Mac quand j’ai eu fini de rire, comme 70 à 80% des archis de l’époque en France avant que l’équipement se “généralise” selon des modes décisionnels totalement différents. Et c’est là la clé: l’achat d’un Mac est infiniment plus souvent le résultat d’un choix informé que celui d’un PC. La pub c’est le contraire. Donc ton argument sent le poisson.

Le succès commercial du PC sous ouin est assez communément entendu comme celui du non-choix: quand le “grand public”, c’est-à-dire la part non spécifiquement informée sur un domaine particulier, s’est ou a été équipée, le processus du choix raisonnable individuel et informé a été remplacé par le “bon sens” populaire, qui comme chacun sait vaut nib. Hi. Ça s’est passé au début des années 90, où il se trouve qu’Apple faisait la sieste ou des conneries, alternativement, ce qui n’a certes pas aidé.

et Apple aurait fait faillite après sa première et délirante publicité télévisée de 1984

Ah, je comprends. En fait tu as bu :-) Si je te suis bien, tu expliques que si la pub n’existait pas, Apple l’aurait donc inventée en 1984 et puis pouf, oubliant de breveter l’immense potentiel de ce puissant concept, serait morte de chagrin. Ou alors ta phrase n’a aucun sens.

Je n’ai jamais eu de TV de ma vie. Je suis donc ridicule, merci pour cette amabilité

Boah, kestananafout de ce que TTE pense de toi? Je n’ai plus de TV depuis longtemps et quand mon copain Ju m’en donne, je les distribue aux volontaires. Eh ben toute remarque sur ce sujet glisse sur moi comme le pastis sur le glaçon: c’est pas le glaçon qui se trouble.

Ceci dit il y a d’excellentes choses à la TV, mais ce n’est pas vraiment à ça que sert la TV: la qualité de certaines productions est un effet de bord, un dommage collatéral.

Je sais que plus un produit est mauvais, plus il faut faire de la pub pour le vendre. Donc, corollaire, je fuis les produits qui font de la pub.

Ça ne marche pas. Il te faudrait fuir tous les produits, car industrie et commerce emploient des clones tous convaincus des mêmes lois “naturelles”, dont il se trouve que fait partie la manipulation mentale renommée com, pub et autres brillantes terminologies dignes des IUFM.

Reste la possibilité de choisir ceux qui en font le moins, mais pas tant pour la raison que tu invoques, qui est incertaine (les fabricants d’outils chinois à 10 balles ne font aucune pub et c’est quand même de la merde), mais pour celle-ci, qui elle est parfaitement établie: c’est toi qui paies la pub dans le prix du produit, donc moins il y a de pub, plus tu as de produit pour ton argent (aux marges près, mais ça ça échappe de toute façon à ton contrôle au moment de l’achat).

Que dirais-tu d’un type qui se vante de ne jamais lire?

De se présenter aux élections US? Tu serais surpris de la quantité de gens pour lesquels “intellectuel” est péjoratif, même en Europe, et de plus en plus depuis que le PC se minusculisant, il ne fait plus office de centre culturel et librairie de prêt auprès des classes dites “populaires”, ce qui accessoirement ne veut pas dire grand chose.

(upd — oui, heu, PC : Parti Communiste, hein, soyons pas niais)

Enfin, à quel point la première page d’un journal est meilleure qu’un téléjournal?

Ah celle-là c’est une facile : elle est meilleure en ce qu’il y en a d’autres derrière.

“Ba pk jecriré otreman??” Parce que le jour où tu seras face à un employeur, si tu écris comme ça, tu vas pas faire long feu.

Non : parce que si tu écris comme ça, tu n’as pas compris le concept de langage.

Mais c’est intéressant de constater le recentrement des priorités: l’humain n’est plus doué de langage, il est employé. Cool. Vivement la fin du monde.

Article: Vive le look, mais bon
VRic
, le 16.08.2006 à 10:07
[modifier]
Article: Vive le look, mais bon

Le soucis des touches qui s’effacent sur les ibooks vient… des ongles. Selon leur longueur et la position des doigts selon la frappe, les touches s’éffacent, ou pas.

Les ongles aident sûrement, mais il y a bien un problème de qualité sur certains modèles (probablement les iBooks G4, à vérifier).

Sur la plupart des claviers, les sérigraphies semblent à peu près indestructibles, c’est le cas par exemple des iBooks coquillages et des premiers iBooks blancs rectangulaires (à coque luisante et touches translucides). Leurs successeurs opaques et mats ont un clavier sérigraphié par la force de la pensée qui s’efface rien qu’en le regardant un peu fort.

En d’autres termes, c’est de la merde. Et vu le mal que je pensais déjà du câblage de leurs charnières, je n’ai plus pu conseiller l’achat d’un iBook depuis des années: excellentes configurations, mais économies mal venues sur des pièces d’usure.

Ceci dit, c’est pas cher :-)

Article: Bibble Pro 4.8, un outil génial pour traiter le RAW et vos images

quel est le meilleur ecran plat pour un Mac mini ?

À part le BenQ spécialement dessiné pour poser le mini sur son pied, tout bon écran est bon sur un mini comme sur un biggy.

Un revendeur qui voulait écouler des 17″ Viewsonic VGA pourris et plein d’adaptateurs DVI-VGA parfaitement inutiles a prétendu que les mini ne marchaient pas bien avec les 20″ Apple alu. Apparemment c’est du pipeau: je n’ai eu aucun problème sur ceux d’ici.

Tous les connecteurs DVI ne sont pas compatibles (vieille carte analogique vers écran numérique; le port DVI de l’ATI Rage 128 d’origine des G4/450 n’a pas l’air de marcher avec nos 20″ Formac, celui des Radeon 7000 PCI n’a pas les mêmes broches, etc.), mais sur les UC récentes la question ne se pose plus.

C’est une erreur que de rechercher une « homogénéité » de prix sur une config bas de gamme (cause de  » l’écran PC de merde »): un bon écran, peu importe le bouzin sur lequel tu le branches, il est bon (à quelques cartes vidéo et câblages pourris près en mode analogique), il reste valable plus longtemps que l’UC, et surtout c’est l’élément le plus important (selon ton activité les autres périphériques prennent plus ou moins d’importance, mais l’écran est primordial pour tout le monde, y compris ceux qui ne s’en rendent pas compte et prétendent le contraire, sauf les aveugles bien entendu).

Mieux vaut donc mettre le paquet sur écran/clavier/souris, avec lesquels tu intéragis constamment, plutôt que sur l’UC qui de toute façon sera obsolète dans 3 mois.

Quand tu branches des écrans/claviers/souris niveau Carrefour sur un G5 ou PC haut de gamme, tu as exactement l’impression de conduire un PC Carrefour: pareil qu’essayer une Ferrari avec des mouffles et du fumier plein les bottes, les performances ne compensent pas l’odeur.

Oui, bien sur, mais tout dépend le budget :)

Toujours prendre le meilleur écran possible avec le budget disponible, quelle que ce soit l’UC: quand tu prends un écran en-dessous de tes moyens, tu ne vas pas seulement subir une qualité inférieure, tu vas aussi le changer plus tôt et l’économie s’envolera (c’est le fondement du marché du PC bas de gamme: on change tout à chaque fois, et c’est toujours pourri, donc la fois d’après on rechange tout, et…)

Bien sûr ce raisonnement ne vaut pas que pour l’écran, mais le reste tu n’as pas le nez collé dessus en permanence, c’est donc un peu moins grave.

À ce propos, pour le prix d’1 seul 24″ Dell, j’attends la livraison de deux 20″ Formac Gallery achetés neufs sur eBay env. 470 EUR pièce :-)

Article: ScummVM: Monkey Island et les autres tournent toujours!

Eh oui, pourquoi fait-on encore des jeux de cartes en carton?

Lorsque la technique permet l’apparition de jeux innovants (Tetris en réseau ou en 3D, yeah!), c’est bien mais ça ne remet pas plus en cause l’intérêt des précédents que Tetris ne remet en cause le poker ou que l’extraordinaire Serenity n’éclipse Les 7 samouraïs.

Quand le progrès technique rend un jeu obsolète, soit c’est qu’il n’avait d’autre intérêt que ses « prouesses » techniques, auquel cas ce n’était pas un jeu mais un gadget éphémère, soit c’est que le nouveau est le même jeu, ou un plagiat « au goût du jour », ce qui le met dans la même position vis-à-vis du suivant.

La technologie ne fait pas plus les bons jeux que les bons remakes hollywoodiens, même s’il est plus rentable à court terme d’augmenter le budget explosions et implants mammaires sur un scénario éprouvé que de s’en remettre à d’éventuels talents pour inventer un nouveau film.

Article: Alexis Bonnefous présente « Le plein SVP » de Jancovici/Grandjean

je te conseille vraiment de lire Le Rapport Lugano, ça cadre assez bien avec ta vision des choses …

Il se trouve que je l’ai, mais il ne faudrait pas trop en conclure: je ne l’ai encore que feuilleté.

des boissons sous le nom de « jus de fruits » alors qu’elles ne contiennent pas la moindre molécule de fruit ?

Mais, mais… tu n’aimes pas le Tang? :-)
Si je me souviens bien, la pub se vantait même du « 100% synthèse ».

Penses-tu vraiment que si l’on n’avait pas pu aller à N-Y, à SF ou à Taiwan tu serais aujourd’hui occupé à tapoter tes commentaires sur ton clavier?

Mais gros malin, d’une part ça n’a strictement aucun rapport avec la pertinence de la pétrochimie et d’autre part quelque chose a changé depuis la découverte de l’Amérique: tu n’as plus besoin de venir me voir pour me dire ça, justement. Ça change quelque chose, non? Les 2 mois de bâteau ou tonnes de kérosène correspondant au voyage ou au transport du courrier ont perdu de leur intérêt. Ça ne devrait pas être trop compliqué à comprendre.

J’ai pas dit (aujourd’hui) qu’il aurait mieux vallu ne jamais aller découvrir l’Amérique. Ce que je dis c’est que désormais, quand tu prends l’avion pour une réunion à NY, si ça te fait mal au cul de vivre dans un monde vaguement pourri, la question n’est pas de se demander combien ça coûte mais si tu as vraiment besoin de pouvoir toucher les fesses de tes homologues ou si ce que tu veux ne se règle pas aussi bien sans te déplacer. Après quoi tu réalises normalement que c’est un choix, une envie, une préférence, un ordre, etc., mais pas vraiment une nécessité. L’article de ToTheEnd sur les x.days ne laisse aucun doute sur le fait que les gros capitalistes découvrent vite que finalement l’avion bof quand on a la vidéo-conférence, même si leurs raisons n’ont rien d’altruiste ou écologiste.

Notre activité s’oriente vers de plus en plus de pratiques dématérialisables, par nature non-localisées et donc antinomiques du concept même de déplacement professionnel. C’est curieux que ça t’échappe alors que tu es toi-même assis devant un clavier qui marche exactement pareil qu’il soit à 2 h ou 10 s de ton lit. Il est très possible qu’une génération ultérieure trouve parfaitement ridicule que nous ayons été forcés de posséder une voiture pour bosser, pas juste une voiture polluante. Et c’est déjà ridicule puisque des gens moins instruits ont réussi à s’en passer avant nous, parfois pile au même endroit que nous, alors qu’ils bossaient plus que nous, tant en temps qu’en proportion de l’effectif. Bizarre, non?

Certains y étaient forcés par l’absence de Twingo au moyen-âge, mais ça ne change rien au résultat: le type a pas de bagnole, il se lève le matin, il va au boulot, il rentre le soir. Qu’entre les 2 il ait utilisé un toaster, un frigo, un accélérateur à particules et flirté avec la réceptionnistre plutôt que lustré une armure avec la langue en se faisant fouetter par un tyran n’a strictement rien à voir avec ce qui leur permet ou pas de passer d’un endroit à un autre à pied en 10 min gratuitement plutôt qu’en polluant en 1h. Il y a des choses qui relèvent de la haute technologie, et pi d’autres, non: la solution à 2h de transport polluant, c’est pas 2h de transport non-polluant. Habiter loin, c’est pas de la technologie.

Non, tu serais probablement en train de crapahuter avec une cousine dans les douves médiévales d’une ville tellement mieux conçue.

Et ça n’a strictement aucun rapport. Tu peux te faire scalper exactement aussi bien dans une chambre au Hilton que dans une hutte de l’âge de bronze, ça n’informe en rien sur la pertinence des choix technologiques en vigueur alentour.

Tout quartier suffisamment ancien fourmille d’exemples de mixité du bâti qui marchent très bien et les gens qui y vivent sont tout à fait aussi civilisés et bien habillés que toi: quand tu emménages au-dessus d’une boutique qui a 4 siècles, tu ne te transformes pas en loqueteux édenté souffrant de maladies de peau.

La scierie dans mon ilôt fait parfois un peu chier et on ne peut pas habiter au-dessus d’un haut-fourneau, mais je ne connais personne ici qui ne préfèrerait pas bosser au coin de la rue plutôt que se taper les embouteillages. Or ça, c’est de l’urbanisme. Il n’y a aucune loi de la nature qui dit que l’urbanisme est forcé d’être con et si quand je le dis tu en déduis que je suis pour Gengis Khan ou contre l’invention du mixer, tu es un âne.

Dans une ville médiévale, on n’avait pas de voiture pour aller bosser ni faire ses courses à Carrefour et coup de bol: on n’en avait pas besoin, ce qui n’était pas un hasard. Tu peux traiter de cons les rares qui ont la chance de vivre dans des villes organisées pour se passer de bagnole mais c’est eux qui ont raison et ils sont largement aussi satisfaits de leurs conditions de vie que les autres. Tu crois que tout d’un coup c’est le moyen-âge chez eux? L’inquisition? La servitude? Le chaos? Que ça a poussé comme ça tout seul?

Personne n’a dit que l’inquisition était meilleure pour Toulouse que la voie rapide à péage vers Portet (d’ailleurs au Moyen-âge il n’y avait pas que la torture ici, il y avait aussi des péages). Ce que je dis c’est que rien n’empêche un cerveau de maintenant de résoudre des non-problèmes qu’un cerveau du moyen-âge maîtrisait sans effort.

C’est d’ailleurs le moteur de l’urbanisation: éviter de faire 20 bornes de charrette chaque matin, le crétin qui aurait essayé de l’imposer prenant des coups rustiques. Parce que c’était un âne. Ou que son frère était vendeur de charrettes. Celui qui l’impose maintenant ou qui prétend qu’il n’y a rien d’autre à faire dans ce domaine, c’est le même âne: ça mérite des baffes mais on se retient parce qu’au fond, on est amoureux des bagnoles que nous vend son cousin.

Un jour ou l’autre ça changera. Parmi les survivants, ceux qui auront été malins avant diront méchamment « on vous l’avait bien dit » et les cons continueront à les traiter d’arrogants totalitaires au motif que « toutes les opinions se valent ». C’est pourquoi laisser la nature faire office de mur nous semble parfois plus reposant.

L’idée n’est pas compliquée, le problème est évident, ses conséquences sont devenues si ridiculement énormes qu’on les voit de l’espace et quand je dis que les causes ne sont pas juste une « évolution » qui serait tombée du ciel, tu en déduis que je veux vivre au moyen-âge: mon vieux, tu es un âne.

Prétendre que l’on vivait mieux avant est le meilleur moyen pour ne pas trouver de solution pour après.

Tu m’emmerdes: je ne dis pas qu’on vivait mieux avant l’invention du vaccin contre la rage, je dis qu’on savait déjà fabriquer de la vaisselle qui dure plusieurs générations sans polluer avant l’invention de la vaisselle jetable, qu’on savait déjà concevoir des bâtiments habitables sans la centrale nucléaire « nécessaire » pour climatiser un clapier et que si tu considères que les solutions à de tels non-problèmes restent à « trouver », tu es un âne. D’autres technologies si tu veux, tant que tu veux, pourquoi pas. Mais amalgamer l’éventuelle barbarie du passé au sens pratique consistant à utiliser mes mains comme un primitif plutôt que le sac offert par le commerçant et la modernité, c’est trop bête: là je ne peux rien pour toi.

Article: Alexis Bonnefous présente « Le plein SVP » de Jancovici/Grandjean

Heu, Vric, j’ai la sensation que tu te trompes de débat : je ne regretterai pas la disparition de la moitié de ma liste

On est essentiellement d’accord. Je savais que ça ressemblait à une contradiction, mais flemme de préciser.

Mon but était simplement de mettre en perspective l’évolution de notre société en tenant compte de l’augmentation du prix d’une matière première qui est présente absolument partout[/] et indispensable à beaucoup …


Pas indispensable, justement. Imposée. Ce qui n’est pas pareil.

Il n’y a pas besoin de complot « ridicule » pour subir effectivement des conditions choisies et organisées par une minorité pour son profit. Une « théorie du complot » n’est pas une théorie quand elle est démontrée et il n’y a rien de plus démontré que l’activisme des « exploiteurs et accapareurs » pour l’instauration et le renforcement des conditions de leur profit indépendamment ou contre le bien de la communauté.

En effet, tout le monde ne refuse pas en bloc le café brésilien, les vacances aux Seychelles et les SUV, comme toi.


Je ne refuse rien de ces machins: j’aime ces machins. Je refuse leur catégorisation stupide et hypocrite en « nécessités ».

C’est une question de vocabulaire, de raisonnement, de pensée et c’est essentiel: quand un langage ne comporte pas « altruisme » mais dispose de 65 termes pour les nuances de « baffe », c’est déterminant quant à la nature de la société.

C’est la pub et la « com » qui ont inventé la confusion entre « envie » et « besoin ». C’est les mêmes qui ont unilatéralement renversé la connotation péjorative du terme « consommation ». Avant l’époque absurde que nous vivons, le concept même de consommation avait un caractère péjoratif: curieux que ça ait changé, non? Curieux que ce changement profite plus aux commanditaires qu’à la communauté. C’est une théorie du complot ça?

Quand bien même on préfèrerait de les qualifier « d’évolutions » au lieu de « manipulations », nous ne serions pas en train d’avoir cette conversation si ces 2 changements d’ordre sémantique n’avaient pas eu lieu. C’est donc bien là qu’est le problème.

Alors je trouve un peu inutile (et assez symptomatique…) de recentrer systématiquement le débat sur la critique de la société actuelle … l’objet, à mon sens, n’est pas (ou plus) là : à quoi bon fustiger pour la énième fois le libéralisme, le tout-voitures, l’exploitation du prolétariat par le grand capital (et j’en passe) si tout celà est de toute façon amener à changer avant la moitié du siècle?


Tout simplement parce que ça continue à merder en attendant d’être dans le mur: la catastrophe règlera tout ça, OK, super. Je suis convaincu qu’on y va et que c’est pas plus mal s’il n’y a pas moyen de faire mieux avant.

Mais ce serait encore mieux de faire mieux avant, justement: en attendant ça reste con de gaspiller en futilités des ressources limitées, mauvais de ce faisant aggraver les inégalités et souffrances de la population, et les putains de pauvres du sud continuent de crever de faim pendant que les putains de marchés financiers leur préparent un avenir où même respirer soit dangereux ou payant.

Que ce projet s’effondre pour d’autres raisons n’y change rien: il y a bien en attendant des sales cons qui font souffrir des pauvres cons.

Quand tu vois un conducteur de SUV polluant foncer dans le mur en regardant ailleurs, tu ne considères pas que ça règlera le problème, même si tu as confiance dans les airbags et surtout si tu es à bord du véhicule. C’est notre situation: le mur va régler une part du problème, mais en attendant la situation mérite certaines critiques.

J’ai donné plusieurs liens, les as-tu consultés ?


Pas tout pour l’instant. Très bien le dossier de Libé.

Article: Alexis Bonnefous présente « Le plein SVP » de Jancovici/Grandjean

Tout ça tourne en rond.

On peut par exemple sans trop se tromper affirmer qu’il deviendra complètement inintéressant de produire de la vaisselle en plastique.

« deviendra » est déjà une CONcession au CONcensus: il est de tous temps complètement idiot de produire de la vaisselle en plastique alors qu’on en découvre régulièrement qui date de l’antiquité, produite une fois pour toutes avec des matières premières trouvées quasiment en se baissant et une source d’énergie qui a repoussé 50 fois depuis: ce non-problème-là aussi est réglé depuis des millénaires.

Concernant les transports, ce qu’il faut se poser comme question ce n’est pas si ça fonctionnera encore, ou pas … Mais c’est leur coût !
Quid du billet pour NY dans 10 ans ?

Non. La vraie question c’est pourquoi se déplacer? Pourquoi aller à NY? Pourquoi habiter à 2h de son lieu de travail? Pourquoi pas de logement dans les quartiers d’activité et réciproquement? Pourquoi aucune ville médiévale n’a une structure aussi débile? Pourquoi inventer un problème là où probablement même Biblos n’en avait aucun il y a 5000 ans?

Il y a le tourisme de masse, qui comme évoqué précédemment ne manquait à personne avant son apparition, et les « affaires » qui, à des élucubrations fumeuses sur la « nécessité » des rapports « humains » dans ce domaine, ne font rien de plus que gaspiller en déplacement et fatigue le temps de gens qui se croient importants mais savent très bien faire le même boulot à distance chaque fois qu’ils n’ont pas le temps ou les moyens.

Certaines de ces activités sont même plus efficaces et plus faciles à distance, quand on considère par exemple l’absence d’accents déroutants et de distractions dans la communication écrite, la possibilité de mobiliser des ressources humaines et matérielles dont on se passe en voyage, etc.

Il y a des cas particuliers. Par exemple pour le quidam il semble a priori « nécessaire » pour un archi de se déplacer sur les lieux d’un chantier. Mais d’un autre côté, ça fait 5000 ans qu’on construit des trucs très bien sans avions et à part au Groënland le monde grouille d’architectes, donc on peut sérieusement se demander s’il est nécessaire d’en faire venir d’un autre continent alors qu’il y en a au coin de la rue.

De plus, il n’y a pas besoin de chercher longtemps pour trouver des agences qui même dans leur propre voisinage sous-traitent le suivi de chantier par préférence ou incompétence (l’une et l’autre se nourrissant mutuellement, sans jugement de valeur: chacun se concentre sur ce qui l’intéresse).

Donc même là, on en revient comme pour le tourisme, les affaires et l’immense majorité des autres prétendues « nécessités » à une question de préférence, d’envie, pas du tout de nécessité.

Les transports et la voiture sont une aliénation, pas du tout une nécessité ou une loi de la nature. C’est GM qui a créé la civilisation de la voiture aux USA en faisant racheter par des sociétés écrans les compagnies de transports en commun parfaitement fonctionnelles pour les « gérer » dans le mur et rendre l’automobile individuelle « nécessaire » après leur disparition, bonne excuse pour un jouet.

Je suis le premier à soutenir la légitimité des jouets et autres béquilles psychologiques, mais pas avec des rationalisations hypocrites les prétendant nécessaires, qui sont du même ordre que le « droit » et la « nécessité » d’auto-défense pour justifier la vente libre d’armes de guerre.

Combien coûteront les produits importés de Chine par voilier, dans 30 ans ? …

S’ils pouvaient coûter 10 ou 1000 fois plus et les transports aussi, ce serait parfait: on n’aurait pas le moindre dispositif administratif ou coercitif à instaurer pour se retrouver tout bêtement avec des produits locaux de qualité et durables, comme l’humanité n’avait aucun mal à en produire avant le pétrole.

Allez, une petite liste en vrac d’objets fabriqués en partie ou complètement à base de dérivés de pétrole ? (source wolfatthedoor.org.uk)

Liste très intéressante: elle montre que presque tout saurait parafitement se passer de pétrole depuis toujours.

Climatiseurs, calfeutrage, mazout de chauffage,

On savait construire, chauffer et climatiser avant même qu’il existe des architectes. En fait, même des chauves-souris et des insectes y arrivent très bien sans faire d’études supérieures.

ammoniaque, antihistaminiques, antiseptiques, aspirine, cortisone, crèmes, glycérine, détergents, produits-vaisselle, produits dentaires, médicaments, capsules de vitamines, résines

Je ne connais pas assez chimie et pharmacie pour juger la part pertinente du pétrole dans leur production, mais ce serait probablement raisonnable une fois débarrassé du gaspillage inepte car ce qui est sûr c’est qu’on peut très bien emballer des produits sensibles sans 3 niveaux jetables de plastique, carton et chimie compliquée de l’impression sur supports techniques.

Dans ces domaines, la part de l’emballage est particulièrement disproportionnée puisqu’on sait parfaitement les conditionner en grandes quantités pour le transport et qu’on retrouve régulièrement des boîtes à médicaments datant d’avant le plastique que le propriétaire faisait simplement remplir par un apothicaire stockant lui-même en vrac dans des bocaux qui ont traversé les siècles.

gazon artificiel

Là j’aime mieux rien dire :-)

ballons, pansements, bateaux, bouteilles, peignes/brosses, vêtements, bougies, cire, déodorants, chewing-gums, couvertures chauffantes, toile isolante, matériel de pêche, balles de golf, cordes de guitares, teintures pour cheveux, bigoudis, crayons de couleur, peintures, moquettes, adhésifs, colles, encres, isolation, gilets de sauvetage, linoléum, beurre de cacao, rouges à lèvres, vernis à ongles, pinceaux, éponges, paraffine, stylos, parfums, vaseline, mobilier en plastique, sacs poubelle, bottes en caoutchouc, chaussures de jogging, saccharine, joints, cirage, chaussures, rideaux de douche, lunettes, pulls, balles de ping-pong, raquettes de tennis, collants, garnitures de WC, dentifrice, roues de skateboards, parapluies, tapisseries, conduits d’eau,

Tout ça ou les usages correspondants (construction, habillement, jeu, cosmétique, arts plastiques, etc.) a été inventé ou découvert avant le pétrole, donc l’usage du pétrole n’y est en rien nécessaire.

C’est une erreur et une connerie tant que ça dure, mais les usages en question se passaient et se passeront très bien du pétrole. Ce qui serait bien serait d’y revenir le plus rapidement possible.

S’il faut attendre d’avoir épuisé le pétrole c’est dommage et con, mais pour d’autres raisons: la pollution engendrée entre-temps et le gaspillage d’une ressource qui aurait eu des usages infiniment plus pertinents.

insecticides, engrais,

On s’est passé de pétrole pendant des millénaires pour se protéger des insectes et cultiver la bouffe, on saurait très bien le faire maintenant.

Le seul argument contre c’est ici aussi la productivité: il faut plus de travail et donc de gens pour produire quand on n’a pas de chimie et de légumes génétiquement modifiés. Or tous les pays industrialisés se désolent du chômage. C’est pas possible que je sois le seul à voir que la solution est tout bêtement dans l’énoncé du problème.

cassettes vidéo, CDs / DVDs, pellicule cinématographique, enregistreurs, téléphones, magnétoscopes, transparents, rubans encreurs,

Obsolètes: on ne les regrettera pas et il faut hâter leur abandon.

voitures, batteries pour l’automobile, carrosseries de voitures, filtres à huile, casques de moto, pneus,

Usages essentiellement bêtes: le problème n’est pas dans les produits, mais dans les conditions qui les rendent « nécessaires ».

Une fois que tu habites l’étage au-dessus de ton bureau, plus besoin de bagnole, de carrosserie de bagnole, de filtre à huile, de super sans plomb, de parking, d’avenues à 4 voies, etc.

Et juste après: disparition de la clientèle des hypermarchés hors agglomération, remplacement du sous-prolétariat qui les anime par 10 fois plus de monde chez des petits commerçants qui te livrent à pied quand tu deviens trop vieux pour descendre au coin de la rue; et redistribution du fric de la bagnole dans les ventres de ces gens au lieu de partir en fumée dans les embouteillages et les poches des actionnaires de Peugeot et Carrefour.

butane, kérosène, lubrifiants

Comme matières presque « premières », ce sont des produits intrinsèquement légitimes, ce sont leurs usages actuels qui sont bêtes.

Ça nous laisse :

asphalte,

Voilà un excellent usage du pétrole: une fois posé il est toujours là, utile et inoffensif pour des décennies, pas consumé en chaleur futile et pollution durable.

ordinateurs, cameras, valves cardiaques, haut-parleurs, congélateurs, parachutes, ruban adhésif, contreplaqué, réfrigérateurs, pare-vapeur, solvants, chaînes-stéréo, thermos, …

Une finalement petite classe de produits technologiques utiles auxquels les ressources précieuses devraient être dédiées.

Faisons ça.

Article: Alexis Bonnefous présente « Le plein SVP » de Jancovici/Grandjean

l’énergie dépensée à recycler est au moins égale à celle dépensée pour fabriquer un nouveau truc et jeter l’ancien !

Je suis sûr que cro-magnon avait déjà la solution à ce non-problème: ne pas jeter l’ancien et paf, pas besoin du nouveau. Mon Powermac 9600 a 10 ans cette année, il est en super forme, je n’ai toujours rien trouvé qui vaille son clavier Apple étendu II et aucune souris multiboutons n’a réussi à me séparer de l’excellente d’origine, alors même que j’en ai une au même endroit en permanence pour le G4.

je pense que le voyage est à la base de la mixité et que ça nous rend humainement meilleur d’être confronté aux joies ou difficultés des autres. Si la France ou la Suisse ne voyageait pas, c’est pas 22% que Le Pen aurait fait aux élections, mais bien 78%.

Tu devrais regarder autour de toi: tu remarques qu’on n’est pas là? Plus besoin de bouger pour s’enrichir mutuellement, dingue non?

Intéressant, agréable, etc., pas pareil que nécessaire. C’est la différence entre maintenant et la Renaissance.

Certains des peuples les plus doux et tolérants n’ont pas bougé de chez eux depuis le néolithique alors qu’à l’inverse tous les peuples agressifs, conquérants et commerçants se sont forcément caractérisés par leurs déplacements incessants.

La base de la mixité c’est l’ouverture d’esprit, pas le voyage: l’ouverture d’esprit est préalable tant au départ qu’à l’enrichissement éventuel une fois parti. Ce n’est pas le tourisme qui rend l’électeur de Le Pen moins con.

Il y a forcément dans la littérature des exemples de ce que tu décris, mais écrits par des gens déjà relativement éclairés, pas des ex-électeurs de Le Pen: il est extrèmement rare que quelqu’un cesse d’être con et quand ça arrive, c’est une démarche intérieure dont la magnitude relègue l’éventuel voyage au rang d’anecdote circonstancielle.

Article: Toyota Prius:  » Think Different, drive different »

Au pied d’un article sur le Palmarès 2006 des émissions de CO2 des voitures , je viens de tomber sur un guide pratique de l’ADEME présentants des infos synthétiques sur les différents types de voitures et carburants.

Pour les non-Gaulois, l’ADEME est l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie.

Article: Numérisez vos vinyles grâce à GarageBand

Je suis sur le point de me payer ce que j’imagine être du bon matos (l’ensemble 2k de chez Denon pour ceux que ça intéressent). Mais si je dis ça, c’est uniquement à cause du prix.
(…)
ou je ne sais qui aurais le courage de nous faire ça à l’occasion: les bases de la HiFi! Et expliquer sommairement la différence entre un ampli à 500 balles et 2’000 balles

J’ai un suggestion: et si tu étais pris de folie et faisais toi-même un « gaspillage » de 30 € en prélude à ton équipement pour répondre à cette question qui me trotte aussi dans la tête?

Je m’explique: il souffle depuis quelque temps un vent de folie dans certains milieux « audiophiles » à cause d’une famille d’amplis au prix d’une paire de CD, capables de marcher sur piles et qui ridiculisent des modèles coûtant et consommant plus que ma voiture.

Si tu dois de toute façon te rééquiper, ça peut valoir le coup de tester un de ces « jouets » juste pour voir: après tout c’est pas plus cher que quelques magazines de référence. Tu n’auras aucun mal à trouver des infos en googlant « T-Amp » ou Tripath.

Il s’agit d’amplis basés sur les circuits « classe T » de Tripath. Les modèles les moins onéreux fonctionnent sur piles ou alim optionnelle (choisir un transfo stabilisé), délivrent 6 à 11W et donnent des résultats acoustiquement à la hauteur du très très haut de gamme pour le 100e du prix.

La faible puissance impose des restrictions: pas assez pour sonoriser un hall de gare et pas terrible avec des enceintes de faible sensibilité. Mais avec des enceintes sensibles il paraît que c’est ahurissant, d’autant que selon d’autres tests la puissance effective transmise sur un système audiophile dépasse rarement 12 W (les enceintes de forte sensibilité produisent plus de 100dB pour 1W à 1m). Des solutions existent toutefois avec plus de puissance, mais moins extraordinairement bon marché.

Un test :
T-Amp – Class T integrated amplifier – [English]

Le modèle testé :
ThinkGeek :: T-Amp

Côté design, le modèle de base de Sonic Impact n’est évidemment pas à la hauteur de Denon (quoiqu’il y ait aussi un plaisir pervers à montrer un bidule en plastique tenant dans la main au copain super-fier de son équipement de 90Kg qui ne marche pas mieux), mais il y a des alternatives tierces offrant des boîtiers et connecteurs de meilleure prestance.

Certains le feront eux mêmes:
Reboxing your T-Amp [English]
T-AMP TWEAK UPGRADE
Class-T amplifiers
AudioDigit.com – Class T Amp audiophile amplifiers

D’autres préfèreront acheter directement des modèles mieux finis que celui de Sonic Impact, comme SI+ chassis ou ceux de Red Wine Audio , dont les caractéristiques sont personnalisables à la commande. Red Wine Audio est d’ailleurs aussi connu pour offrir de modifier ton ipod 4G pour en faire une source de qualité digne de ces amplis: AW – Red Wine Audio iMod .

Et le faible nombre d’entrées sur les modèles de base donne l’occasion de découvrir une marque de préamplis eux aussi extraordinairement bon marché:
TCC TC-754 Phono preamp – is this the T-Preamp?

Laquelle est d’ailleurs spécialisée dans les préamplis de phonos, ce qui finalement rejoint le thème de l’article: Phonopreamps.com Home Page

Article: Qu’est-ce qu’un processeur?
VRic
, le 18.05.2006 à 22:57
[modifier]
Article: Qu’est-ce qu’un processeur?

nos solutions ne sont pas différentes

Si, car ce qu’il évoque là c’est allongé sur le tapis avec la bouche ouverte, que tu avais négligé:-)

Solution forcément multi-taches sauf à porter un imper en plastique, préemptive car pendant que tu y es plus personne ne peut se servir (en s’y prenant bien il est même possible d’obtenir qu’ils n’aient plus envie de se servir), et écologique car il faut combattre les emballages excessifs.

Et ça marche aussi avec la bière!

Pas mal, l’exemple des pots de glace.. Pour être tout à fait complet, on pourrait ajouter un cas de figure fréquent : le système voudrait bien remplir de la vanille, parce que c’est son tour, mais il n’y a plus de pots. Donc on remplit à nouveau de la fraise le temps que les pots vides arrivent.

Remplir avant que les pots vides arrivent, c’est un exemple de bug: la fraise est sur le tapis, manque de pot ;-)

C’est ce qui arrive lorsqu’un programme attend une entrée sortie(une lecture disque, par exemple)

Un programme oui, s’il est multi-thread, mais dans le processeur une attente se traduirait par des noop (no-operation, instruction vide, aussi utilisée pour l’empêcher de chauffer), ce qui correspond à ne rien remplir du tout. Si on a autre chose à faire au niveau logiciel c’est le moment d’en profiter et c’est du ressort du multi-tâche ou du multi-thread, en l’occurence effectivement la décision de ne pas laisser le processeur à un processus qui n’a rien à faire.

Mais on n’a pas forcément un autre processus qui attend, auquel cas c’est le processeur qui attend en faisant « rien » très très vite et c’est ça qui est le plus fréquent: le processeur n’a généralement rien à faire. Les procs actuels en profitent pour faire des siestes super-rapides ou baisser leur fréquence histoire d’exécuter « rien » moins de fois et économiser du courant.

Tout ça se mélange un peu quand le processeur décharge le logiciel d’une partie de la gestion du multi-thread. Allez, voyons si quelqu’un peut étendre l’exemple glacial à la virtualisation, considérant que les processeurs actuels intègrent aussi des fonctionnalités à cet effet. Pour ceux qui hésitent sur leur prochain bouzin, c’est l’une des différences entre le bas et le haut de gamme Intel: les « gros » procs intègrent des fonctionnalités dédiées à la virtualisation et les « petits » non, laissant supposer que les Macs pro seront meilleurs que les mini pour des trucs comme Parallels Workstation.

Article: Qu’est-ce qu’un processeur?
VRic
, le 18.05.2006 à 15:53
[modifier]
Article: Qu’est-ce qu’un processeur?

J’ai rien compris sur le coup des pipelines, en particulier cette phrase:

Citation de 6ix:
Nous pourrions voir le pipeline comme un premier pas vers le parallélisme, même si ce n’est pas le cas.

Pourtant, en regardant le schema, on dirait que le processeur est capable de faire plusieurs choses a la fois, non?

Le parallélisme, c’est le traitement simultané de plusieurs machins. Par exemple une force d’Altivec est de pouvoir appliquer simultanément une même instruction à plusieurs données, qui entrent en même temps et sortent en même temps: elles auront été traitées en parallèle (on parle dans ce cas de traitement vectoriel car d’un point de vue géométrique elles se seront déplacées selon un même vecteur).

Le pipeline c’est ne pas laisser le reste d’un processeur se tourner les pouces pendant qu’une instruction qui nécessite plusieurs cycles passe d’une partie du processeur à une autre. Par exemple pendant que la zone dédiée à l’arithmétique fait une addition, rien n’empêche la zone chargée de lire l’instruction suivante de le faire, donc on organise le proc pour ça, ce qui a des avantages (pour des raisons techniques, plus le pipeline est long plus on peut augmenter la cadence du processeur) et des inconvénients (plus le pipeline est long, plus on risque de devoir attendre longtemps lorsque l’instruction suivante dépend du résultat d’une précédente).

En gros les architectures CISC (instructions nécessitant beaucoup de cycles) tendent vers de longs pipelines et fréquences élevées et les architectures RISC (instructions nécessitant peu de cycles ou un seul) vers des des pipelines courts et fréquences moins élevées.

Article: Qu’est-ce qu’un processeur?
VRic
, le 18.05.2006 à 14:33
[modifier]
Article: Qu’est-ce qu’un processeur?

(màj: rajouté les liens pour réf.)

Quant au multi-threading, il permet au système de reconnaître plusieurs processeurs logiques au sein d’un unique processeur physique.

J’ai bien peur que tu parles là de l’hyper-threading, nom commercial donné par Intel au Simultaneous multithreading (SMT).

Le multi-threading est une notion logicielle: la capacité d’un système d’exploitation à exécuter simultanément plusieurs processus simples (threads, qui signifie fils) pouvant appartenir ou pas au même programme. Ce qui conditionne son utilisation, ce n’est donc pas les caractéristiques du processeur, mais le fait qu’un programme ait été écrit sous la forme de plusieurs sous-processus simultanés et que l’OS le permette, ce qui est un avantage pour l’organisation des programmes mais pas a priori pour l’exploitation des ressources matérielles.

Quand la partie logicielle est multi-thread, il est possible d’améliorer le rendement avec un processeur optimisé pour ça (multithreaded processor) par une technique appelée superthreading ou time-slice multithreading, qui consiste en gros à permettre à l’OS de demander au processeur d’exécuter lui-même plusieurs threads simultanés (alors que sans ça, le multi-threading consiste pour l’OS à découper l’exécution de chaque thread dans le temps avant de les transmettre au processeur et leur exécution n’a donc que l’apparence de simultanéité).

Le superthreading présentant encore des limitations techniques, en gros de ne pouvoir exécuter simultanément que plusieurs threads d’un même programme, l’amélioration suivante est le simultaneous multithreading , appelé hyper-threading par Intel et qui correspond à ta description: un processeur non seulement capable de gérer lui-même des threads, mais se présentant de plus au système comme plus d’unités de traitement qu’il n’en comporte physiquement, ce qui permet à l’OS de gérer plus librement et plus simplement ses threads et laisse le processeur optimiser ses propres ressources.

Ces optimisations successives ont donc consisté à faire « descendre » dans le matériel de plus en plus des fonctionnalités nécessaires à l’exécution simultanée de plusieurs processus. Ceci améliore l’exploitation du matériel et simplifie le travail du logiciel, mais le multi-threading reste une fonctionnalité logicielle: un OS ou programme non multi-thread n’en profitera pas et inversement un OS ou programme multi-thread fonctionnera aussi sur un processeur non optimisé pour ça (du moins tant que l’OS prendra la peine de prévoir ce cas, qui se raréfie).

Trop de détails en Anglais: Introduction to Multithreading, Superthreading and Hyperthreading

Ou beaucoup plus synthétique dans ce lexique d’un homologue anglophone de notre 6ix : The Computer Processor

Article: Toyota Prius:  » Think Different, drive different »

C’est vrai qu’on a envie de consommer moins. Peut-être est ce que parce que c’est ma premiére voiture qui affiche la consommation?

Ah ça, je confirme: ma 1e voiture qui affiche la conso me donne très envie de consommer moins.

Je passe mon temps à jouer à me passer du moteur (c’est aussi ma première voiture capable de se lancer sur 15 m et garder son allure au point mort dans la circulation sur 800 m ou plus, largement de quoi atteindre le feu suivant, ça m’ébahit toujours).

Du coup moi aussi c’est en ville que j’arrive à afficher la plus faible consommation: j’ai réussi 5,7! Mais l’affichage me ment éhontément, le gredin, je serais surpris de faire beaucoup moins de 10.

Le look
(…)
Avec tout ca, je me demande si je ne vais pas m’acheter une vielle Alfa ou BMW avec un bon 6 cylindres melodieux et polluant…

Toi, tu devrais essayer une Corrado VR6 :-)

C’est même ma 1e voiture à arborer fièrement la pastille verte antipollution! (VW a catalysé avant les normes, du coup le test anti-pollution du contrôle technique est sans objet: on est testé sur les normes antérieures alors qu’on a un catalyseur, ça passe forcément).

Ou une Passat VR6 de la même époque, c’est aussi mélodieux avec la section cargo en plus. Côté look, hmph.

une diesel ou… une plus petite voiture (comme le fait aussi remarquer Gassee: une Prius sans tout le poids du systeme hybride ne serait-elle pas plus… efficiente?)

Et sans la clim, les vitres élec., etc. C’est une des dérives inacceptables de l’automobile contemporaine: les moteurs ont beau s’améliorer, on n’économise rien si le poids de la voiture double. Ce qui est précisément le cas par exemple entre la 1e Golf GTi et le modèle actuel équivalent: 2 fois plus puissant, 2 fois plus de roues motrices, 2 fois plus lourd et même pas rigolo à conduire à force de confort et neutralité. Les voitures de maintenant, ça ne sert à rien.

On contrecarre les gains de carburant en repoussant les limites dynamiques, en déplaçant plus de poids et en usant plus de gomme, c’est bête (en bas comme en haut de gamme tout le monde va plus vite avec des moteurs plus performants, caisses plus lourdes, direction assistée: les voitures actuelles bouffent du pneu pour rien, les modèles sportifs sont des camions et les autres des péniches).

Des copains ont des Lotus (radicalement léger et efficace), c’est d’aspect « sportif » et tu passes pour un frimeur, mais le rendement énergétique ridiculise les prétendues citadines alors que rien n’interdit de développer des 4 portes sur les mêmes principes.

Et puis le vélo est ludique, on peut même jouer à chasse-piéton sur les trottoirs (alors que c’est tellement plus compliqué avec une voiture, fut-elle hybride)

Tu n’as pas dû jouer assez à Carmageddon: on peut parfaitement chasser sur les trottoirs en voiture! et c’est très ludique!

Les constructeurs veulent nous faire croire que les diesels sont des voitures propres. Malgré tous les progrès réalisés, c’est bien loin d’être vrai.

La question des rejets est un problème, qui n’est certainement pas sans rapport avec la course à la puissance, mais reste l’équation de départ: avec une même quantité de pétrole, on déplace nettement plus et plus loin avec un moteur Diesel qu’avec un moteur à étincelle. Le moteur Diesel a intrinsèquement un meilleur rendement énergétique.

Il y a moyen d’améliorer les rejets du Diesel comme il y moyen d’améliorer le rendement des moteurs à essence, mais pas moyen de changer grand chose au bilan écologique sans réduire le besoin et les quotas pétroliers. Par exemple raffiner plus réduit les rejets (l’un des intérêts du principe Diesel étant de marcher à n’importe quoi, le gasole était moins raffiné), mais le raffinage ne se fait pas sans consommation et rejets, même si c’est hors du champ de vision du conducteur.

La question n’est pas de savoir s’il vaut mieux faire venir un kiwi par avion ou sur un cargo de 45 000 ch (d’ailleurs Diesel), mais de savoir si l’on veut vraiment brûler 1 l de pétrole pour faire bouger un kiwi (je dis 1l au pif, je sais que c’est plus que le poids du kiwi mais j’ignore combien exactement).

Ne pas oublier qu’un véhicule aujourd’hui n’est plus un moyen de transport seulement mais aussi un STATUT SOCIAL

Ça n’a jamais été seulement un moyen de transport. La généralisation de l’automobile tend plutôt à la banaliser, même si cela entraine simultanément l’élargissement de la population qui y accorde un intérêt pervers. Il y avait forcément plus d’affect dans les années 50 ou 60 où les gens espéraient un jour avoir une voiture qu’à présent où en gros tout le monde sait qu’il en aura forcément une à part les parisiens qui espèrent l’éviter.

Par exemple pour moi c’est entre autres un jouet, comme un Mac un crayon ou un tournevis. Comment on évalue le rendement d’un jouet?

La vitesse n’est pas forcément synonyme de pollution
(…)
Si tu oscille entre 100 et 160 ben à chaque super accélération tu en bouffe de l’énergie…

Louis, tu as raison, raison de plus pour limiter la vitesse (synonyme de consommation) !

C’est pas si simple: j’ai constaté que je pouvais consommer moins ou pas plus en conduisant nerveusement qu’à allure uniforme (sur un véhicule qui s’y prête) et d’une façon générale moins qu’un autre conducteur moins habitué au véhicule, car beaucoup de facteurs interviennent.

Les voitures ont des personnalités. Par exemple en 205 CTi (conso élevée de base vu aérodynamisme terrible décapoté) sur route départementale ou Corse, tu ne gagnes rien à rouler « pépère soutenu » par rapport à « nerveux » pour une même vitesse moyenne, car ce que tu gagnes à ne pas accélérer en sortie de virage, tu le perds en ne profitant pas de sa coupure d’alimentation à la décélération (coupure d’alimentation: conso zéro alors que le véhicule avance). Or c’est beaucoup moins drôle à allure stabilisée et c’est même inconfortable sur route sinueuse car soit tu es trop rapide en courbe, soit le type derrière se demande ce que tu attends entre les courbes. Sur le même trajet en Twingo, non seulement tu ne profites ni du ciel ni de l’agrément de consuite et tu arrives plus tard, mais en plus tu es obligé d’utiliser des rapports plus courts, qui consomment plus (pas forcément plus que le moteur GTi de 19 ans, mais plus que la même distance à plat en ligne droite, différence moins sensible avec l’autre).

Il est évident qu’un véhicule consomme plus à plus grande vitesse, mais c’est surtout une question de régime: je consommerais sensiblement pareil par unité de temps à 4000 tours/minute en 1e à 50 qu’au même régime en 5e à 160 (ce ne serait certes pas le cas de tout véhicule). Et évidemment je consommerais furieusement plus par unité de distance dans le premier cas. Il est donc plus important d’apprendre à se servir de la boîte de vitesse en fonction des caractéristiques du véhicule que de surveiller la vitesse. D’ailleurs c’est à l’arrêt que tu consommes et pollues le plus si le moteur tourne: consommation au kilomètre infinie.

Il est certes probable qu’on consomme plus en accélération qu’à vitesse stabilisée car on combat une inertie, mais pas certain que ce soit significatif si le couple du moteur le permet sans rétrograder (et donc que la même distance est parcourue avec le même nombre d’explosions).

Car ce qui est certain c’est juste que la consommation instantanée est supérieure à ce qu’elle était l’instant d’avant où le moteur tournait moins vite, pas la consommation comparée à la vitesse moyenne qui couvrirait la même distance dans le même temps, surtout aux vitesses élevées car au-delà de 90 le surplus de consommation sert plus à déplacer l’air qu’à vaincre l’inertie de la voiture (avec de fortes inégalités entre les modèles).

Hydrogène ?
(…)
le stocker (attention gaz très très volatile)

Volatil c’est juste qui s’évapore facilement (à – 252°C ici), mais on s’en foutrait qu’il s’évapore facilement s’il voulait bien rester dans la bouteille une fois qu’on l’y a mis et ne pas exploser ou brûler aussi joyeusement une fois sorti.

La molécule est trop petite pour être retenue par un matériau existant et il faut une débauche d’énergie pour le liquéfier à -252 ou en compresser une quantité raisonnable dans un réservoir de taille raisonnable dont l’étanchéité et l’isolation thermique ne sont pas franchement résolus.

Or une fois qu’on est capable de cette compression à plusieurs centaines de bars, pourquoi chercher à inventer des réservoirs étanches à l’hydrogène, produire un gaz qui n’existe pas à l’état naturel et surcharger le véhicule en isolant thermique alors qu’on peut tout bêtement le faire avancer à l’air comprimé?

Article: Après l’anti-virus, voici l’anti-moustique

Ne vous moquez pas, les spirales et les répulsifs c’est mon quotidien ;)
En effet j’habite à la Réunion !

Ici tout le monde fait avec, le plus souvent la maladie se cantonne à de fortes douleurs. Les réunionnais ne sont pas des pestiférés, comme l’aime raconter la presse française!
Alors s’ils vous plaît venez chez nous, histoire de remonter un peu le toursime et par la même l’économie

En dehors de cette maladie, qui ne sévissait pas encore, je ne me rappelle pas avoir particulièrement souffert des moustiques à La Réunion malgré leur tendre affection pour moi. Donc oui, allez-y tous: il parait qu’il n’y a aucune bête dangereuse sur l’île (les requins ne sont pas à proprement parler sur l’île, et puis ils ne sont pas venimeux).

J’ai bien eu un avant-bras qui a triplé de volume, mais c’est ma faute: quelle idée de voler le volet anti-cyclone d’un essaim de guèpes qui s’en sert encore. Et la compresse à 1 l d’alcool a rendu tout le monde heureux pour la journée dans le bureau.

Les vrais moustiques, dans mon souvenir c’est à Mayotte: d’énormes vampires émettant un bruit de mobylette. D’un autre côté leur taille et la nonchalance ambiante qui s’étend apparemment jusqu’à eux permet de les attraper d’une main même après la 43e bière (forte chaleur: flux continu de liquide de refroidissement). Quand on dort c’est une autre histoire. On dort remarquablement après 43 bières.

Article: Ils ont bousicraqué mon MacBook Pro

L’installeur s’est planté sur le disque deux (quelle merde ce truc, déjà rien qu’à désinstaller pour réinstaller).

C’est pour ça que j’ai fait des images de la pile de CD et que j’installe depuis un disque Firewire: ça va nettement plus vite, ça annule les traces de confiture sur le CD et pas besoin de rester à côté pour nourrir le lecteur.

Ce n’est pas non plus une idée nouvelle: qui aurait installé Word 6 à partir des 32 disquettes alors qu’il suffisait d’en faire des images, les monter toutes à la fois, jeter les originales au feu et aller jouer avec la machine à café?

Là, j’ai vu que l’installeur avait eu le temps de remettre VersionCue dans le startup item.

C’est pour ça que je ne fais que des installations « personnalisées » de la suite Adobe: 110% de leur clientèle n’a pas besoin de VersionCue et encore moins d’en voir l’icône en permanence dans la barre de menus. Franchement, qui s’en sert de ce truc?

Article: Désolé de vous le dire mais…
VRic
, le 14.05.2006 à 21:35
[modifier]
Article: Désolé de vous le dire mais…

Et pi y’a autre chose: commenter, c’est fatiguant.

Alors cadeau pour inciter les flemmards comme moi à commenter plus ou mieux: le petit kit de saisie en BBcode dans BBEdit sans lequel je n’aurais pas le courage de citer ou insérer des liens dans commentaires ou forums.

VRicBB(code|Edit)

Le glossaire de BBEdit permet bien plus que la simple insertion de texte. Il peut utiliser la sélection, le contenu du presse-papier, faire mouliner le résultat par un script shell ou AppleScript, positionner le point d’insertion, sélectionner une partie du résultat en vue de la suite de la saisie…

J’invite qui le souhaite à utiliser ce kit comme modèle pour reproduire l’équivalent dans d’autres éditeurs.

Ça se présente comme ça:
image

Les éléments les plus simples mettent des balises comme gras ou italiques autour de la sélection, d’autres font nettement plus, comme:[list][*]convertir la sélection en lien avec pour adresse le contenu du presse-papier;
[*]citer la sélection puis sélectionner l’attribut « auteur » pour qu’on n’ait plus qu’à coller ou taper le nom de l’auteur;
[*]convertir ces paragraphes en liste;
[*]etc.
[/list]
Exemple récursif, ce commentaire en cours de rédaction:
image

Article: Désolé de vous le dire mais…
VRic
, le 14.05.2006 à 14:36
[modifier]
Article: Désolé de vous le dire mais…

Le commentaire 43. gnondpom me semble éclairer parfaitement la situation. La qualité du contenu tire les commentaires vers le haut et la chronologie donne l’impression d’être « en retard » quand on n’a pas pu s’exprimer le jour même.

présentation des commentaires

Le frein principal me semble être d’ordre temporel, or l’orientation chronologique du site tient plus à la présentation des pages principales qu’à celle des commentaires.

Comme on en avait parlé lors de l’élargisement de la rédaction, je connais des assidus timides qui ne se sentent pas capables d’intervenir avec pertinence à chaud et n’osent plus une fois que l’article du jour est remplacé, car mine de rien il faut du temps pour formuler quelque chose de pertinent. Les rarissimes interventions tardives commencent d’ailleurs parfois par des excuses.

Il y aurait sûrement quelque chose à faire en termes de présentation pour que les articles passés soient moins vite enterrés ce qui décourage leurs commentaires, car il n’y a aucune raison que tout lecteur ayant quelque chose d’intéressant à dire soit aussi un lecteur quotidien qui a du temps ce jour-là.

Il me semble que la présentation de la page d’accueil dissuade de retrouver un article ancien: les articles disparaissent vite, à part éventuellement la « page de tests » qui leur donne une chance supplémentaire. Je suis persuadé que réduire l’emphase sur la chronologie et faciliter l’accès aux articles précédents augmenterait les commentaires « tardifs ». Par exemple un lien similaire à « Collection complète » qu’on trouve au pied des Mic & Mac inciterait au moins à revenir sur un article lu la semaine précédente et auquel on vient de repenser, alors qu’il m’est arrivé de laisser tomber devant le petit effort supplémentaire pour le retrouver.

Une présentation qui donnerait autant de poids à chaque catégorie d’article qu’à la chronologie générale aurait assurément pour conséquence d’augmenter la consultation d’articles passé et donc potentiellement leurs commentaires.

Pour ce qui est de l’affichage des commentaires, il pourrait être judicieux effectivement d’élargir la fenêtre, mais dans ce cas il faut passer en deux colonnes, car, foi de designer, deux colonnes étroites sont plus lisibles qu’une seule colonne très large.

Attention, hein: 2 colonnes dans chaque commentaire, sinon le défilement devient apocalyptique. Ou plus de 2 colonnes, en se basant sur justif et largeur de fenêtre, ce qu’on espère possible un jour dans autre chose que Gecko, le moteur de Mozilla, qui a sa propre définition des colonnes.

Mais alors les commentaires courts auront un air très bizarre si la structure ne revient pas à une seule colonne quand le commentaire fait 1 ou 2 lignes.

Reste un grave problème d’implémentation: la gestion de colonnes est un casse-tête inacceptable tant qu’aucun navigateur ne supporte la norme css correspondante , qui d’ailleurs n’est pas encore au point comme l’indiquent les problèmes identifiés en rouge à la section 7 du brouillon à jour au 15 décembre 2005 (cette page évolue, donc un jour où l’autre la section « unresolved issues » sera vide, mais pour l’instant c’est un bon prétexte pour ne pas l’implémenter dans les navigateurs).

Donc les colonnes c’est encore trop compliqué: un jour la norme sera au point et les navigateurs seront au courant, attendons ce moment.

Article: Désolé de vous le dire mais…
VRic
, le 14.05.2006 à 14:27
[modifier]
Article: Désolé de vous le dire mais…

N’est-il pas vrai que de poster pour dire des banalités (que l’on trouve sur d’autres sites) ça tuerait l’esprit Cuk tu ne crois pas ?

C’est probablement un facteur intimidant: cuk brille en bonne partie pour la qualité des commentaires, tant leur écriture que leur contenu, ce qui plaît manifestement mais n’est pas une pratique courante ni facile.

Le rapport signal/bruit des commentaires cukiens est exceptionnel car peu des intervenants confondent la « discussion » comme support animal de lien social (ce qui se traduit par la « confrontation d’opinions » en un catalogue désolant de lieux communs) et l’enrichissement mutuel par échange d’informations.

Je suis sûr que ça intimide nos probables lecteurs communs avec le reste du web (ben oui, ceux qu’on voit commenter ailleurs façon sms, il y a de grandes chances qu’ils passent aussi sur cuk). Parler pour dire quelque chose, c’est du boulot.

Article: iMovie: j’voudré bien, mais chpeux point (enfin chcroyais)

« Shuttle Pro* et mettre toutes les commandes importantes sur les boutons de cette souris

Yes! Yes!

Mais le truc n’a rien d’une souris:
image

Parfaitement testé par Mac-Vidéo , qui partage en plus diplomatique ma seule critique: le matériel est excellent, mais le logiciel est atroce, quoique utilisable (et tout récemment mis à jour pour Intel).

Peu intégré au système, fastidieux à régler à cause de son interface. Par exemple, impossible de laisser un bouton utiliser un réglage par défaut: si l’on veut qu’un bouton fasse la même chose dans des logiciels définis qu’en l’absence de réglage spécifique, il faut le définir pour chaque logiciel. Il est possible de copier une configuration existante, mais le jour où l’on veut changer un réglage « par défaut » , il faut donc le refaire pour tous les logiciels.

Je n’arrive plus à m’en passer mais il y avait moyen de faire beaucoup mieux, j’ai bien envie d’en parler dans une nouvelle race de test. Bottez-moi un peu les fesses pour voir si ça m’aide à m’y mettre.

Article: Test de VirusBarrier X4
VRic
, le 02.05.2006 à 22:26
[modifier]
Article: Test de VirusBarrier X4

Barzi: tu veux dire qu’Office n’avait pas déjà réussi tout seul à mettre votre réseau à genoux avant d’être infecté? ;-D

Ici, bien qu’il accepte de fonctionner à peu près sur des comptes centralisés, il cesse quand ça lui chante de réagir, met alors toute la vie à réfléchir avant de sauver parce qu’il est bien connu que les étudiants ne sont pas pressés, se lance comme si on avait activé le retardateur et surtout, si on ne m’a pas écouté avant l’installation, copie probablement ses polices à l’identique dans chaque compte. 83 Mo de polices, env. 1000 comptes, 80 Go sur le XServe juste pour que tout le monde charge lentement en réseau des polices identiques aux exemplaires locaux bêtement stockés dans le dossier Office de chaque poste. Quel talent.

Ça c’est quand il ne refuse pas de se lancer en parlant de mémoire insuffisante (un fichier à supprimer dans le compte concerné quand ça arrive). Il y a progrès: il paraît que certaines versions pleuraient même en local si le compte utilisateur n’était pas sur le volume de démarrage.

Quand un logiciel gratuit commet le 10e de ça on le jette. Imaginons qu’un logiciel gratuit s’avère en plus être la seule cause d’infection…

Mais non: MS Office on le paie et on trouve même judicieux de payer d’autres trucs pour l’empêcher de s’autodétruire trop souvent.

Article: Vivez tranquille informatiquement grâce à Virus Barrier X4

Ne pas se laisser bourrer le mou: on peut envisager d’un point de vue théorique un rapport entre la part de marché d’une plate-forme et la part de marché de malveillance qu’elle subit. Effectivement, toutes choses égales par ailleurs, ça semblerait logique.

Mais ce qui est parfaitement idiot, c’est d’en déduire ou de supposer que « toutes choses sont égales par ailleurs », car ce n’est pas le cas: personne ne prétend que la faible part de portes blindées défoncées à coups de pied tient à leur rareté par rapport aux moustiquaires en toile et balsa.

On peut rabâcher sans savoir de quoi on parle « on peut pas empêcher un imformaticien compétent de faire son office », « tous les ordinateurs se valent », etc. Mais c’est idiot: dans la vraie vie les assurances imposent des serrures 5 points parce que toutes les portes ne se valent pas, toutes les serrures ne se valent pas, et que ça n’a rien à voir avec le taux de criminalité constaté ou sa répartition. Et devinez quoi: ce qui vaut pour les portes et les fourchettes vaut pour les ordinateurs et les programmes. Tous ne se valent pas.

Ce qui fait qu’un dispositif est meilleur qu’un autre pour un usage tient à sa conception et sa réalisation, par exemple le simple fait qu’on ait cherché à l’adapter à cet usage.

Or la sécurité, sous Windows comme sous Mac OS avant X, tout le monde s’en foutait: les 2 ont été développés comme des systèmes mono-utilisateur sur lesquels il n’y avait aucune raison d’empêcher le donc unique utilisateur de faire certaines choses, car alors qui s’en serait chargé? D’autant qu’on commence à peine à pouvoir compter sur la présence d’un port réseau sur à peu près tout PC neuf.

Des fonctionnalités multi-utilisateurs ont été ajoutées par la suite, mais essentiellement au plan applicatif pour répondre à des carences fonctionnelles, PAS à des impératifs de sécurité. Et donc sans les intégrer trop sérieusement au système, comme la « sécurité » le commanderait. Car cela aurait forcé une réécriture lourde et surtout, comme constaté récemment avec XP SP2, brisé fonctionnalités et produits tiers dépendants du fonctionnement antérieur non restrictif.

C’est absolument, totalement, parfaitement différent de tous les unix et apparentés: conçus dès l’origine comme intrinsèquement multi-utilisateurs et connectés, ils seraient pratiquement incapables de fonctionner sans une gestion d’autorisations d’accès au plus profond du système: même avec un seul « compte utilisateur » visible dans la liste présentée au démarrage, les tâches exécutées sur un système unix le sont de son point de vue par divers « utilisateurs » dont l’humain n’a pas à connaître l’existence mais qui sont bien là et incapables de se marcher sur les pieds les uns des autres. La « sécurité » obtenue est le résultat structurel de cette approche technique du fonctionnement du système.

Cela en fait intrinsèquement des systèmes plus difficiles à compromettre. Pas impossibles, mais plus difficiles. C’est structurel et parfaitement indépendant des parts de marché.

La part de marché est un sujet intéressant, mais un argument indéfendable. Concernant les virus le rapport n’a jamais été démontré et les faits ont même parfois montré le contraire, les coquins: sur les serveurs web, le parc installé est à très forte majorité d’Apache sous unix et le parc visé et cassé par virus à une écrasante majorité (voire exclusivité?) de MS IIS sous Windows (il y a des « attaques » d’autres types et des virus pour routeurs matériels, mais quelqu’un a-t-il eu vent de virus ciblant des serveurs web non-MS?)

Or personne n’a prétendu que c’est parce que moins il y a de part de marché, plus il y a de virus, évidemment. Si on choisit d’ignorer les faits quand ils contredisent le préjugé, alors on n’a pas à prétendre raisonner.

Ceci dit il reste un fond de rationnalité chez les tenants de cet argument: ce sont aussi de fervents adorateurs du mythe du « tout se vaut », car sans lui celui des parts de marché s’écroule. Ça fait penser à une humeur financière de TTE;-)

Il y a eu des virus sur mac avant OSX. Les sensationnalistes diront « des dizaines ». Plus précisément 3 ou 4 dizaines selon ce qu’on compte comme virus.

Est-ce que cela a un jour reflété la part de marché du Mac? Non.

Est-ce que leurs caractéristiques ont reflété la facilité de leur mise en œuvre? Oui. Il y a eu des virus pour HyperCard probablement parce que c’était facile plus à faire. De même qu’il y a des chevaux de Troie et phishings parce qu’il est plus facile de convaincre quelqu’un d’être un con que de deviner son n° de carte bancaire. Il est plus facile de faire une macro Word ou Excel qu’un rootkit. Etc.

La part de marché qui importe, ce n’est pas celle des plates-formes visées, c’est celle des compétences nécessaires à les compromettre. Les 2 ne sont pas totalement indissociables, évidemment, mais on atteint là une subtilité qui mettrait en vrille les tenants du « toutes choses égales ».

Article: Un vilain doute me tenaille
VRic
, le 28.04.2006 à 22:56
[modifier]
Article: Un vilain doute me tenaille

On peut en savoir plus ?

Le détail me passe au-dessus de la tête, mais la version pour nous humains:

– selon Linus Torvalds, Mach c’est de la merde et l’idée même de micro-noyau mauvaise car inefficace.

– il semblerait que de graves défauts d’implémentation se manifestent par des performances catastrophiques en multithread, selon des tests d’anandtech sur des configs serveur.

Le 1e problème pourrait inciter à faire du shopping pour un noyau monobloc, le 2e pourrait expliquer qu’Apple ne se vante pas trop des XServe, dont le rapport prix/fiche technique a pourtant toujours eu de quoi faire un malheur.

Pas de problème tant qu’ils sont complètement sous-exploités par des entreprises habituées de la marque qui cherchent surtout des serveurs sans administration, mais pas bon d’attirer des clients ayant vraiment besoin des performances du bouzin s’il marche 1000 fois mieux sous Yellow Dog Linux.

[MàJ] : garder à l’esprit que ça ne veut pas dire que c’est vrai. D’autres gens sont d’avis contraire. Et s’il y a bien des problèmes, il est plus judicieux de les régler que de les remplacer par d’autres en changeant de fondations alors que la maison est déjà posée dessus.

Article: Un vilain doute me tenaille
VRic
, le 28.04.2006 à 22:06
[modifier]
Article: Un vilain doute me tenaille

Peut tu me dire ce que j’ai dit comme ânerie ?

Oui.
Mais ça prendra de la place, j’hésite encore à coller.

Qu’Unix n’est pas open source ? Navré de te contredire, mais c’est la stricte vérité.

Et qui a dit le contraire? Moi?

« De ça je déduis que tu as pratiqué Mac OS X, malheureusement. »
Pas du tout.

Ah. Donc, comme tu « ne parles que de ce que tu connais pour avoir pratiqué », la réflexion que j’avais relevée au départ ne concernait pas Mac OS X.

Bon, pris d’un doute soudain de m’être trompé et devoir te présenter des excuses, je vérifie: ben si, il était bien question du noyau de Mac OS X.

Mais dis donc, c’est épuisant de discuter avec toi.

Dans les années 80 et 90, pas mal de minis tournaient sous Unix R3V5. Si je ne m’abuse, OS X ne devait pas être né à cette époque..

Désolé… si. Non vraiment, je suis presque gêné.

Il s’appelait NeXTSTEP dans les années 80 et OpenStep dans les années 90.

Sur 68k, puis Solaris, SPARC, PA-RISC et x86. D’où l’efficacité de la « transition » sur Intel: c’est pas une transition du tout. C’est la version PPC qui était un portage nouveau, d’où l’accélération constante de Mac OS X PPC au fil des versions et sa furieuse molesse originelle.

Rapport ? Il me parait pourtant évident.

Oui, on est visiblement quelques-uns a avoir remarqué ton problème, il est tout simple: des trucs te paraissent évidents, on les voit gros comme des camions, presque un par phrase, et ils sont tous faux. On appelle ça des préjugés, ça fait des trous partout dans tes idées, qui font des trous partout dans tes réflexions, qui te font dire des âneries, pour lesquelles on te paie. C’est rigolo. On t’a tous rencontré.

Quand on a passé quelques années à installer des systèmes Unix (…), on fini par avoir une petite idée de la façon dont ça fonctionne … On aura compris que je parle de ce qui est sous la couche graphique de vos Macs adorés

On a très bien compris de quoi tu parles. Ce n’est pas la question.

Ce qui est sous la couche graphique de nos Macs adorés s’appelle Darwin. La couche graphique s’appelle Quartz. Tu as une raison particulière de nous étaler ta connaissance d’autres unix mais de ne pas t’abaisser à nommer Quartz et Darwin? Ce ne peut tout de même pas être que tu ne sais pas de quoi tu parles? Pas toi. Pas un technicien.

La question c’est: quel rapport entre le fait que tu aies fait marcher des unix et le crédit qu’il faut t’accorder quand tu expliques que tu ne peux pas télécharger ici les sources de Darwin , comme ont essayé de te l’expliquer plusieurs contributeurs précédents?

Si tu as la flemme de compiler la distrib, il y a des binaires de chaque version majeure pour ton PC.

Article: Un vilain doute me tenaille
VRic
, le 28.04.2006 à 16:13
[modifier]
Article: Un vilain doute me tenaille

Pourquoi Apple n’a t’il pas sorti de nouveaux design pour ces mac intel ? pour ne pas « choquer » les mac adicts ou pour faire des économies de design en laissant tomber à terme ces bestioles?

Vous êtes marrants, avec ça.

OK, voyons.
Changements de design en même temps que d’architecture?

— 1e PPC de bureau : nope, Powermac 8100 dans boîtier du Quadra 800
— 1e PPC portable : nope, PowerBook 1400 similaire aux séries 500 au lecteur CD près car c’est le 1e
— 1e G3 de bureau : nope, Powermac G3 dans boîtier des 7200 et 8600
— 1e G3 portable : nope, boîtier du 3400
— 1e G4 de bureau : nope, boîtier du G3 bleu à la couleur près
— 1e G4 portable : oh, tiens, oui, G4 Titanium
— 1e G5 de bureau : aussi, mais là le design précédent datait de 2 générations de proc

Donc si je suis le raisonnement, Apple avait l’intention d’abandonner rapidement le PPC 601, le G3, le G4 et de garder longtemps le G5 et le PowerBook G4.

Pour le PowerBook G4, effectivement ;-)

Tu tiens probablement quelque chose avec « économies de design ». Pour le reste, doit y avoir un défaut de serrage dans les rouages à causalité.

Il y a plein d’idées possibles qui ne soient pas aussi simplement réfutables. Mets-toi à la place d’un fabricant de machin, que dis-tu de collaborateurs qui proposeraient:

— concentrer ses moyens sur l’ingénierie plutôt que sur la couleur des boutons quand on essaie d’innover?
— passer du temps sur le design pendant les périodes moins chargées en technique?
— ne pas changer à la fois le nom et l’aspect du produit pour que le chaland ait une chance de le reconnaître?
— ou pour rassurer les éternels inquiets lors des migrations?

Par exemple.

Article: Un vilain doute me tenaille
VRic
, le 28.04.2006 à 15:03
[modifier]
Article: Un vilain doute me tenaille

il y a, me semble t-il, une petite erreur de raisonnement

Hola! Une erreur de raisonnement? Moi?
Vite! Voir ça :-)

si je suis bien informé

Ouuuf, tu me rassures, pfiouu. J’ai eu peur.

J’ai le regret de t’annoncer que si tu étais bien informé on l’aurait remarqué. Et que ce n’est pas le cas.

Comme j’ai d’ailleurs fini par le suggérer dans les commentaires des résultats financiers après m’être retenu (pour l’instant?) d’en poster un autre plus long de peur de gêner.

Et que dire du nombre de drivers existants sous Linux…

Eh oui, qu’en dire?

Je parlais de l’Unix ATT, le pur, le vrai, le tatoué…
Les autres, je n’ai jamais pratiqué, donc je me tais..

De ça je déduis que tu as pratiqué Mac OS X, malheureusement.
De ce que tu en as dit je déduis que tu dois être rigolo à écouter.

Et, pour autant que je sache, il ne doit pas en rester des tonnes en services, de ceux là,

Rapport?

celui que Microsoft avait sorti pour les PC dans les années 80 (j’ai oublié son nom)

Xenix

Je ne doute pas des dires de Vric, ni de ses compétences

Manifestement, si. Tu es sûr que tu te relis?

mais personnellement, après 10 ans passés à installer des machines sous Unix chez mes clients, j’y ai un peu touché..

Rapport?

Y compris à OSF/Motif, dont le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas celui qui s’est taillé la part du lion.. Et les comparaisons entre Unix et Linux, là encore, c’est du vécu.

Rapport?

J’ai une très vilaine habitude : je ne parle que de ce que je connais pour avoir pratiqué.. Je sais, c’est très présomptueux :-)

Non, c’est rigolo.
Essaie de parler plutôt de ce que tu sais, ça évite de dire des âneries.

Je crois que pour le créateur, un bon outil est un outil transparent et neutre

Ben oui, c’est la différence entre créateurs et techniciens. Comprennent rarement.

Que trame Apple avec Red Hat ? Je n’en sais foutre rien mais ça ne m’inquiète absolument pas et quand j’entends d’aucuns prétendre que le noyau de notre OS va être dûment remplacé par celui de Linux, je me dis qu’il vaut mieux entendre ça qu’être sourd.

Objectivement, c’est vrai qu’on s’en fout. Mais ça pourrait arriver: l’actuel pose des problèmes.

les fiers (!) utilisateurs du plus mauvais système d’exploitation que le monde ait jamais eu à connaître

Le plus mauvais c’était « Windows » avant NT et éventuellement 95, parce qu’il est exagéré de considérer que Windows évolue: ce qu’ils appellent une version majeure c’est quand Windows change. Ils pourraient changer le nom sans choquer (tu n’as pas remarqué que nos versions « majeures » sont considérées mineures par les analystes d’en face? C’est que ça change pas assez, penses-tu: tout marche pareil qu’avant).

Mais il ne doit plus rester trop de fiers useurs de Win3.1 (à l’époque en revanche, c’était marrant).

Depuis c’est très mauvais, mais on ne peut plus dire que c’est le pire :-)

étaler leur savoir (ou ce qu’ils estiment comme tel)

Tu mets le doigt sur le problème fondamental: peu de gens hors de labos de recherche font la différence entre ce qu’ils croient et ce qu’ils savent, leurs préjugés et leurs connaissances.

D’ailleurs on passe notre vie à faire le tri. Enfin, ceux d’entre nous qui prennent la peine.

Le sachant

Oui, mais là tu fais un gros raccourci: le sachant, sûr, évidemment, mais avant d’en arriver là, où est ta méthode permettant à une démonstration de remplacer une croyance par un savoir contradictoire?

Parce que si tu l’as, le marché est gigantesque.

il ne faut pas être bien malin pour ne pas choisir désormais Macintosh.

Donc faut pas y compter !
Tu te souviens des stats sur la pénétration du paranormal selon le niveau d’étude? (lien dans un de mes commentaires récents)

le prétexte toujours aussi aberrant de faire comme la majorité

Grégaires. C’est génétique. Vois pas comment changer ça. Une mode de la pensée critique?

et se disant compétents

Mais ils [u]sont[/u] compétents selon les critères de leur environnement: leur « compétence » est un statut qui vient avec le badge.

Tu n’as jamais entendu l’expression « hé, on va pas m’apprendre mon métier »?

Si ce n’est pas de la pensée courte ça !

Tu cherches de la pensée où il n’y en a pas. Le problème est en amont: c’est une perte de temps que de pointer des erreurs de réflexion dans l’évaluation d’informations « déviantes » dont leurs préjugés les protègent de toute façon.

Enfin, pour conclure, la fierté, le chef-d’œuvre, l’enfant chéri de Steve Jobs n’a jamais été et ne sera jamais l’iPod — l’appât, l’esche — ni l’improbable IMTS mais Mac OS X et sa station d’accueil Macintosh — l’hameçon qui ne relâche pas une prise profondément accrochée. C’est un bon père, le Steve, alors c’est pas demain qu’il reniera sa descendance. Souhaitons donc à Jobs de vivre vieux.

Il y a de l’écho. L’ego et l’humain, c’est ce que j’essaie aussi de faire remarquer à TTE dans un comm précédent: ce qui fait qu’un produit existe, c’est aussi que quelqu’un a envie de le faire. Pour un produit qui requiert du talent c’est surtout que quelqu’un a envie de le faire. Et pour une œuvre d’art c’est presque uniquement que quelqu’un a envie de le faire.

Si l’envie n’est pas née à cause d’une courbe, elle ne meurt pas à cause d’une courbe.

Article: Résultats financiers d’Apple, second trimestre 2006

Ca n’appelle pas un débat tout ça ?

Non, parce que, sans vouloir te vexer, tu es plein de trous et qu’on y est habitués: on est submergés de techniciens convaincus qu’Apple, au fond, ça peut pas vraiment exister, c’est pas vraiment des ordinateurs, on peut pas vraiment s’en servir, et qu’heureusement qu’ils sont là, eux, avec leurs préjugés et leurs lacunes, pour empêcher les utilisateurs d’utiliser ce qu’ils veulent utiliser. Et ils nous font chier, tu peux pas savoir, en particulier quand on réalise à quel point on en sait plus qu’eux. Ce qui n’est pas grave remarque, comparé au destin de ceux qui n’en savent pas plus qu’eux et qui leur demandent conseil.

Par exemple, je ne suis certainement pas le seul à me demander ce qui t’a empêché d’utiliser tes polices à 39 € sur Mac. Et comme tu te répêtes technicien on hésite à dire des conneries, on suppose que tu as une bonne raison, mais franchement plus j’y réfléchis plus je vois pas comment tu as pu réussir à trouver des polices tellement pro qu’elles n’étaient ni Opentype, ni Truetype, ni Postscript, ni Multiple Master. Des polices Atari?
Mac OS X: Font file formats

À moins qu’il se soit agi de 2 versions des mêmes polices: une version « basse résolution » (plutôt Truetype, pour les postes de PAO) et une version « haute résolution » (plutôt PostScript), pour les imprimeurs.

Mais c’est toi le technicien, hein, donc tu as la seule réaction saine et raisonnable: putain, le Mac c’est de la merde. Surtout pas te demander si par hasard le revendeur il t’aurait pas vu arriver comme un bon gros pigeon qui ne risque pas de se renseigner, puisqu’il est déjà « technicien ».

D’ailleurs ton message précédent répété, j’ai passé un temps fou à y répondre une immense tartine avant de considérer qu’autant d’exhaustivité dans l’erreur ne pouvait être qu’un troll. Apparemment je me trompais, tu es sérieux.

Je peux envoyer la purée si tu veux, mais pas sûr que ça réussirait à ne pas te vexer inutilement en plus de flooder la zone commentaires.