Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Sylvain
34 commentaires trouvés.
Article: Sommes-nous trop exigeants ?
Sylvain
, le 08.12.2014 à 12:44
[modifier]
Article: Sommes-nous trop exigeants ?

Le comportement de ce père impatient est-il vraiment surprenant dans notre société du « tout et tout de suite » ? Là où l’omniprésente publicité nous martèle à qui mieux mieux que je suis le meilleur et que je le vaux bien. (À force, ça doit laisser des traces, non?)
Dans un « monde » où la véritable valeur des choses (et du travail d’hommes et de femmes) est complètement faussée, d’une part par les distorsions d’un système économique globalisé se vautrant sur la dignité de nos semblables qui ont eu la malchance de naître au « mauvais » endroit, et d’autre part par l’envahissante gratuité (apparente) qui s’est généralisée avec Internet.

Vaste sujet que celui-là !

Dans le livre que j’aime le plus, il est écrit : « Aime ton prochain comme toi-même ! » (le texte dit bien « comme », il ne dit ni « plus », ni « moins »).
C’est sans doute une piste susceptible de nous aider à faire germer un peu plus de justice sur notre petite planète bleue.
Et cela commence sûrement dans la banalité des scènes de notre quotidien comme celle que cerok nous a racontée ici.

Article: Histoires de bois flotté
Sylvain
, le 03.12.2014 à 16:09
[modifier]
Article: Histoires de bois flotté

Je trouve tout cela féérique et très esthétique, créatif, festif et sympathique. Je suis également d’avis que ce genre d’animation remplace avantageusement tous ces marchés de noël kitchissimes qui « fleurissent » un peu partout. Mais c’est une question de goût. :-)
Pour rebondir sur le message de djtrance, je ne vois pas ici de rapport avec le sens originel de la fête de Noël.

Article: C’est l’histoire d’un JE qui n’aime pas être pris pour un ON

@Dominique: Je suis absolument d’accord avec ce que tu dis à propos de la justesse et de la justice. Il m’apparait également essentiel d’apprendre à se connaître entièrement – corps, âme et esprit – afin de faire fonctionner le plus harmonieusement possible ces 3 différentes parties qui font de nous cette créature extraordinaire qu’est l’humain. Primordial aussi de n’en étouffer aucune et de chercher laquelle est la plus apte à diriger l’ensemble.

Par ailleurs, qui dit justesse ou justice dit référence ou modèle, car au même titre qu’un navire a besoin d’éléments extérieurs, de points de repère, pour arriver à bon port, je ne peux trouver mon chemin en regardant juste mon « bourillon » (nombril pour les non-helvètes).

Pour ce qui est de la communication non violente, je n’ai jamais vraiment creusé la question mais, intuitivement, j’ai l’impression que c’est un concept intéressant mais qui ne doit pas se borner à l’application de techniques inspirées d’études psychologiques. Comme tu l’évoques, Dominique, je crois qu’il y a d’abord un travail personnel intérieur à faire d’où peut ensuite découler « naturellement » une communication aimante. Et cela me fait d’ailleurs penser à un passage de ce très vieux livre, le plus lu au monde, et que j’aime tant :

« Je peux parler les langues des hommes et les langues des anges. Mais si je n’aime pas les autres, je suis seulement une cloche qui sonne, une cymbale bruyante. Je peux avoir le don de parler au nom de Dieu, je peux comprendre tous les mystères et posséder toute la connaissance. Je peux avoir une foi assez grande pour déplacer les montagnes. Mais si je n’aime pas les autres, je ne suis rien ! Je peux distribuer toutes mes richesses à ceux qui ont faim, je peux livrer mon corps au feu. Mais si je n’aime pas les autres, cela ne me sert à rien !  »

@Marcolivier: Quelque chose m’interpelle dans le 5e paragraphe de ton intervention nourrie. Par rapport à ce quelque chose qui nous unit tous sur cette planète, je crois intensément qu’il existe au plus profond de chaque être humain une réminiscence de Dieu, comme un germe spirituel d’où émane plus ou moins de cette énergie mystérieuse et insaisissable qui a donné naissance à l’univers: l’Amour.
Cet amour capable par exemple d’engendrer à son tour l’espérance, le pardon, le sens de la justice et tant d’autres choses qui font grandir l’être humain dans sa globalité et en toute humilité.

Tiens! savez-vous que le mot homme et le mot humilité ont la même racine ? et c’est le cas de le dire puisque il s’agit du mot humus (la terre)

Bonne nuit.

Article: C’est l’histoire d’un JE qui n’aime pas être pris pour un ON

Merci Dominique pour cette réflexion qui m’a beaucoup touché.
Il me semble que tu soulèves là rien moins que ce qui habite toute relation humaine : la manière de me considérer moi-même et de considérer mon vis-à-vis.

Ou, dit autrement: pour aimer les autres il faut s’aimer soi-même. (Toute la question étant alors dans la signification du verbe aimer (tellement passe-partout en français) . Vaste sujet !

Pour rebondir sur les propos de Madame Poppins, je serais tenté de dire que la forme est indissociable du fond et que les deux relèvent de l’intention profonde, de ce qui sort du cœur de chacun.
C’est lorsque je me laisse emporter par certaines émotions, que je perds en quelque sorte la maîtrise de moi-même, que je peux alors devenir blessant. Ou alors si je ne suis pas attentif aux émotions de la personne à qui je m’adresse.
De même que, submergé par d’autres émotions, je peux aussi devenir extrêmement sensible et vulnérable à ce qui peut m’être dit sans la moindre volonté de blesser.

C’est le travail de toute une vie que d’apprendre à donner une place adéquate à mes propres émotions et à comprendre et accueillir celles de ceux que je côtoie.

Tiens, en passant, ça me fait penser à ce fameux mot du renard dans « Le Petit Prince » : « … le langage est source de malentendu ! »

Article: Journal d’une semaine avec un iPhone 6 Plus

@ToTheEnd:
Nos derniers messages ont dû se croiser.
Loin de moi l’idée de faire le procès de l’informatique et de l’innovation technique en général. (je suis ingénieur de profession et travaille à l’EPFL) :-)

Mais tu me sembles bien optimiste lorsque tu déclares que toutes les inventions humaines ont eu pour but de faire grandir l’humanité. Même s’il est vrai que c’est bien souvent l’usage que l’on fait ensuite d’une invention qui peut poser problème plutôt que l’invention elle-même. Certaines inventions se prêtant plus que d’autres à des détournements…indésirables.

Les smartphones sont des outils formidables, mais qui doivent garder ce statut d’outil.
À mes yeux le risque majeur réside dans le fait de vouloir en faire une sorte d’objet universel de la vie quotidienne, ce qui le rend toujours plus incontournable.

Tandis qu’il symbolise une forme de liberté, il recèle paradoxalement les attributs de la dépendance. (tiens! la nomophobie, ça vous dit quelque chose ?)
Sans parler des diverses formes d’exclusion dont feront peu à peu l’objet les rares personnes qui par choix ne souhaitent pas faire usage de ces appareils. Car partant du principe que tout le monde a un smartphone, certains services ne seront, par commodité économique (?), vraisemblablement plus accessibles que par ce biais.

Ouvrons l’œil et soyons toujours attentifs aux revers de la médaille, surtout lorsqu’elle parait aussi belle !

Article: Journal d’une semaine avec un iPhone 6 Plus

@jdmuys:
Pas de problème, il s’agit de la Bible et en particulier ici d’extraits du Nouveau Testament. Il existe certainement de très intéressantes applications pour iPhone. (toutes versions :-) )

Je comprends ta réaction face à mon évocation de la faim dans le monde. Je me suis peut-être mal exprimé. Ce n’est pas un argument contre ces machines qui ne sont pas mauvaises en soi, c’est une interrogation sur nos échelles de valeur et nos priorités.

Article: Journal d’une semaine avec un iPhone 6 Plus

@ToTheEnd
Le problème c’est que le smartphone a déjà largement passé le stade de simple outil pour devenir une icône ou, oserais-je dire, une idole. Il suffit pour s’en convaincre d’observer l’attachement à son égard et l’usage qui en est fait par énormément de gens.
Souvent on essaie de se convaincre qu’on en est encore maître, mais est-ce vraiment le cas ?

Le flux incessant d’informations protéiformes qui s’en déverse nous nourrit-il vraiment et nous fait-il grandir en tant qu’humain?
Au fond qu’en reste-t-il d’un jour à l’autre qui soit utile pour nous construire durablement ?

@Tilékol
Bien sûr qu’Internet et le smartphone sont une véritable révolution. Une révolution qui apporte un certain nombre de très bonnes choses mais aussi une sacrée quantité de détritus.

Ton image de fenêtre ouverte sur tout le savoir du monde est très jolie, mais sur les plusieurs milliards de terriens dont tu parles, combien mangent à leur faim ?
Ah, la sacrosainte « fracture numérique » !

Pour ce qui est des trois moments clés de l’espèce humaine cités par M. Babinet, c’est un point de vue, il peut y en avoir d’autres.

Quant à l’étendue des dégâts que tu mentionnes, ta réponse tout à fait lucide constitue peut-être un élément de la preuve du contraire à propos du prix à payer.

Avant de dormir, je vous laisse deux citations tirées d’un livre qui, en ce qui me concerne, remplace avantageusement le smartphone :

« Chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. »

« Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile. Tout m’est permis, mais je ne me laisserai asservir par rien. »

Bonne nuit. :-)

Article: Journal d’une semaine avec un iPhone 6 Plus

@François: :-)

@ToTheEnd: Au delà du fait qu’il soit toujours plus indispensable d’être « connecté » 24 heures sur 24, d’assoir ainsi notre dépendance à ces engins aussi fantastiques qu’ils fussent (là réside justement le piège!), Il me semble que le problème principal est une sorte de désincarnation. À force d’être ailleurs, en contact indirect avec des personnes plus ou moins distantes, on n’est de moins en moins présents à l’instant que l’on vit, dans le lieu où l’on se trouve. Du coup nous devenons moins conscients de nous-mêmes et de ceux qui nous entourent.
Alors bien-sûr que les passagers du métro ne discutaient déjà pas beaucoup entre eux, mais je me demande combien de regards ne s’échangent plus depuis quelques années.

Article: Journal d’une semaine avec un iPhone 6 Plus

1’200.– CHF pour un « téléphone » ?!? Voilà qui me fait choir sur mon popotin.

Mais dîtes-moi, chers intervenants, comment peut-on s’enflammer pareillement pour un bête objet de consommation ? Qui plus est lorsque l’on a un tantinet conscience de la pollution que son cycle de vie absurde génère, et des conditions de travail plus que discutables dont fait l’objet sa fabrication.

Je suis sidéré de voir le nombre de personnes dans la rue, dans les transports en commun, au restaurant, etc. qui sont continuellement la tête baissée et le regard vissé sur leur écran. Toute cette attention consacrée à cette chose qui a su, en quelques années, s’imposer comme intermédiaire incontournable dans toujours plus d’activités de la vie courante. Je trouve cela très inquiétant et le fait que l’on puisse s’en enthousiasmer de la sorte ne me rassure pas.

Merci de m’éclairer.

P.S.
Madame K, cela ne vous dérange-t-il pas d’hériter systématiquement des « vieux » techno-joujoux dont votre époux ne veut plus ?
J’aurais trouvé terriblement chevaleresque qu’il vous offrît ce nouveau bidule et qu’il conservât le sien, non ? Aïe… ok, je sors !

Article: Temps
Sylvain
, le 07.10.2014 à 22:56
[modifier]
Article: Temps

Dominique et Madame Poppins, tout est question d’équilibre, je ne prétends pas qu’il faille s’ignorer ou cesser d’exister. Je suis tout à fait d’accord avec vous sur la nécessité de prendre du temps pour se (re)construire, pour s’édifier, et apprendre à se connaître.
Mais il me semble que nous ne sommes pas assez attentifs à ce temps que nous passons hélas trop souvent à nous disperser (ou nous divertir?) plutôt qu’à nous rassembler. Et c’est fou le nombre de bonnes excuses qu’on arrive à se trouver.

Merci Anne pour ce très beau texte.

Article: Temps
Sylvain
, le 07.10.2014 à 12:39
[modifier]
Article: Temps

Très jolie réflexion poétique, merci Dominique.

Ne croyez-vous pas que ce temps qui nous est prêté ne prend de réelle valeur que lorsqu’on l’offre aux autres ? Que le temps gardé que pour soi peut être doux et agréable, mais qu’il nous file cruellement entre les doigts en nous laissant une certaine impression de manque ou d’insatisfaction ?

Le fait d’essayer de donner un peu moins d’importance à notre personne en nous appliquant à assaisonner toutes nos actions avec une pincée d’amour, peut changer radicalement notre perception du temps qui passe.

Vous prendrez bien un peu de kaïros dans votre chronos ?

Article: Quelques photos…
Sylvain
, le 01.10.2014 à 10:02
[modifier]
Article: Quelques photos…

@Jaxom
Je précise bien des merveilles de la nature :-)
Parce que je ne sais pas si vous avez remarqué mais, même s’il arrive évidemment à l’homme de faire de très belles choses, tous les trucs vraiment « moches » que l’on peut voir dans le paysage sont hélas le fruit de sa main.
(juste à titre d’exemple la photo des chutes du Niagara ci dessus)

Article: iBidules : Vous reprendrez bien un Snap-in ?

À lire ces divers témoignages, je me demande s’il n’y aurait pas une sorte de jalousie de la part des voitures un peu prestigieuses à force de se voir affectivement concurrencées par ces petits bidules insolents qui se permettent, en plus de chanter la « cansonnette » aux occupants, de leur dire par où aller, etc… hum hum serais pas surpris ! :)

Article: Les deux mystères de Time Machine

Il est bien clair que la sauvegarde régulière de données qui lui sont chères devrait être un réflexe chez tout utilisateur d’ordinateur. Mais philosophons un petit coup, tant qu’il fait encore un peu frais:

Qui dit réflexe ne dit pas obsession. Ne sommes-nous pas en train d’accorder une importance démesurée à certaines « choses » au détriment d’autres sans doute bien plus importantes ?
Ne trouvez-vous pas que nous passons beaucoup de temps et mettons pas mal d’argent pour bidouiller et stocker des fichiers de toutes sortes qu’en moyenne nous ne consultons finalement presque jamais ?
Parallèlement, combien passons nous de temps à développer notre maitrise de soi ou notre patience vis à vis de ceux qui nous entourent ? ou travaillons-nous à être plus agréables avec les personnes que nous aimons ? ;-)

Bonne journée

Article: f.lux, pour vivre au rythme de votre ordinateur

Oh que ce sujet est intéressant ! Merci Thomas. :)
Intéressant en particulier parce qu’il débute par la question fort pertinente du nombre astronomique d’heures que nous consacrons tous à ces fantastiques, séduisantes et captivantes machines à écran.
La solution proposée par f.lux pour atténuer certains méfaits physiologiques occasionnés par une focalisation « excessivotardive » de nos petits yeux sur lesdits écrans semble astucieuse et élégante, mais à mon sens le meilleur remède réside dans une véritable et volontaire limitation de l’usage de ces omniprésentes « machines » qui décidément monopolisent bien trop nos esprits.

Article: États des lieux à l’instant T

>Modane : Vous serait-il aussi facile, le cas échéant, de défendre ici publiquement certaines idées du FN que de vous acharner sans distinction sur tous ceux qui ont soutenu ce parti pour des raisons qu’il serait plus constructif d’analyser plutôt que de juste s’en offusquer ?

>Lebarron : C’est donc si différent dans les autres partis ? il me semble que diverses affaires récentes ont montré que tout n’est pas aussi clair qu’on voudrait le croire au sein de partis tellement plus respectables…
Et à mon avis, un parti politique qui « veut le pouvoir » c’est malsain. Mais bon, je suis un helvète qui n’y comprends rien en politique française.

Article: États des lieux à l’instant T

Eh bien Modane, que d’avis bien tranchés ! formulés dans une prose colorée et savoureuse. :)

Cependant, dans le paragraphe dédié à la politique, pareille expression de mépris à l’égard des personnes qui ont une opinion différente de la vôtre me laisse un peu perplexe. C’est finalement très « politiquement correct » tout ça, non ?
Car, au fond, si ces 60% d’abstenus s’étaient effectivement exprimés dans les urnes, le résultat en eût-il été meilleur ?

PhilSim, je ne crois pas que notre système d’exploitation soit dépassé, loin de là. C’est l’usage que nous avons choisi d’en faire qui nous met dans la panade.

Le grand malheur de notre société réside à mon sens dans l’ignorance du sens profond de l’existence, de la méconnaissance de la valeur de chacun des battements de notre cœur.
Et il faut bien admettre que des efforts considérables sont faits pour maintenir la « populace » bien loin de cette préoccupation essentielle en l’abrutissant de toutes parts par l’apologie des divertissements, par une nutrition industrielle dénaturée, par l’érection de l’individu comme auto-centre de sa vie, par notre mode de vie effréné et j’en passe et des meilleurs…

Mais…Vous savez pourquoi vous êtes sur cette planète, vous ?

Si l’on veut construire ensemble une société un peu moins barbare ne faudrait-il pas que chacun se soucie davantage des autres que de soi-même ?

Eh ben, los amigos, il y a encore du boulot !

Article: Le Jawbone UP24, c’est mieux que le UP normal, m’sieur?

Ouais ! Il m’apparaît que ce genre de bidule a comme effet sur son porteur de le faire se soucier de son propre corps jusqu’à un point qui peut devenir quasi obsessionnel.
C’est évidemment important de prendre soin de son corps mais dans une certaine mesure.
Et je trouve symptomatique de notre formidable époque de ne pas pouvoir prendre raisonnablement soin de sa personne sans faire appel à une prothèse technologique intrusive qui en arrive à se rendre indispensable au point de vous dicter votre conduite.
Ne sommes-nous pas, en tant qu’humains, dotés d’une intelligence et d’une volonté suffisamment fortes pour vivre sainement sans être sous observation permanente ? Et si tel n’est effectivement pas le cas, n’y a-t-il pas quelque chose à explorer pour essayer de retrouver cette autonomie et une certaine simplicité ?

Article: On peut encore penser ce que l’on veut, ou bien ?

Le titre de ce sujet est une question pertinente.
Car de nos jours, on est souvent amené à la conclusion que cela dépend malheureusement largement de ce que l’on pense.
Ainsi, lorsque l’on s’écarte de la mouvance bienpensante de rigueur, on risque fort d’être littéralement mis en pièces par quantité d’adeptes de la « libre pensée » et autres chantres de « l’ouverture » et de la sacrosainte « tolérance ».

Quelque chose dans ce fil de discussion a particulièrement attiré mon attention. Y est apparu tout à coup le mot « Bible ». La Bible, véritable bibliothèque portative composée de plus de 60 livres écrits par une quarantaine d’auteurs différents sur une période d’environ 1500 ans.
(fait unique dans l’histoire de l’humanité)

La Bible qui aujourd’hui encore est le « livre » le plus lu au monde, intégralement traduite dans plus de 470 langues (le Nouveau Testament dans plus de 1200 langues ou dialectes).

La Bible, un livre de Vie dont le sens profond est dit demeurer caché à ceux qui se prétendent sages, à ceux qui ne comptent que sur leur intelligence mentale pour en décrypter les mystères.

Difficile donc de la comparer avec un simple manuel de civisme…

Quant au fait que « l’histoire biblique » en tant que telle ait sa place à l’école publique aujourd’hui, je ne sais pas trop, c’est assez délicat.

Voilà, pour conclure, je pense qu’on a la liberté de penser ce que l’on veut, mais lorsqu’on l’exprime, il me semble essentiel de ne pas l’asséner comme une vérité indiscutable mais bien comme un avis personnel.

Sylvain

Article: Jours simplement « non travaillés » ou jours chargés de sens ?

dpesch, souhaiterais-tu donc un Dieu tyrannique et interventionniste bannissant toute liberté d’action et de choix, faisant de ses créatures ses esclaves ? Moi pas. Je pense que si le monde est ce qu’il est, c’est parce que l’Homme (que Dieu a créé avec un libre arbitre) a choisi de faire cavalier seul avec son nombril comme seule référence. (c’est un peu comme un navigateur qui se dirigerait en ne fixant que le fond de son embarcation)

Pour ce qui est de l’éternité, je ne suis pas sûr que ce soit si long que ça :-) Car plutôt qu’une durée infinie, ne serait-ce pas l’inexistence du temps qui la qualifierait le mieux ?

Mais c’est un autre sujet ;-)

Article: Jours simplement « non travaillés » ou jours chargés de sens ?

Quel bonheur de voir fleurir un tel sujet en ce week-end de Pâques. Merci Madame Poppins de l’avoir semé. :-)

Chaque intervenant y met de soi plus que du sien, va puiser dans ses questions intimes, affiche ses certitudes, ses convictions ou ses questionnements.

Pour ma part, la foi en le Créateur du Ciel et de la Terre est d’abord une affaire personnelle, profondément intime. Elle est comme une petite graine semée en chacun de nous, que nos parcours, nos rencontres et nos choix de vie vont plus ou moins étouffer ou laisser germer. Quand cette graine germe, c’est une véritable relation qui peut prendre naissance. Une relation d’Amour et de confiance source d’une liberté bienfaitrice.

J’encourage celles et ceux dont la foi a été cryogénisée par les errances –voire les horreurs– commises au fil des siècles aux noms de religions instrumentalisées par les pouvoirs humains de s’arrêter un moment, de laisser le silence prendre la place que nos existences trépidantes lui ont volée, et d’ouvrir leur coeur à Celui qui les aime plus que quiconque ne les a jamais aimé.

Et je pourrais être navré de ne pouvoir vous donner la moindre preuve de ce que j’avance, mais avec des preuves ou des évidences, la foi perdrait tout son sens, non ?

Article: Petit test sonore
Sylvain
, le 29.11.2004 à 12:04
[modifier]
Article: Petit test sonore

oulala ! le test est assez ardu !
pour le 1 c’est le type de sons que font très bien les machines -> 3
pour le 2 c’est un montage à partir d’échantillons d’un orchestre réel -> 3 si on fait abstraction des motifs musicaux enregistrés par l’orchestre
pour le 3 je dirais 2
pour le 4 je dirais 1

alea jacta est !

Article: Nisus Express 2.1, il grandit et parle français

Merci Anne pour cet article une fois de plus très fouillé.
Et puis ça fait du bien d’avoir les impressions de quelqu’un qui pratique ce programme depuis belle lurette. Je m’y suis mis il y a quelques mois, suite à ton précédent article, et j’en suis très content. Merci.
C’est vrai que je ne fais rien d’autre que du texte avec, mais je le trouve tellement agréable que l’autre traitement de texte des gars d’en-face ne me manque pas le moins du monde :-)

Je me réjouis cependant que l’équipe de Nisus nous ponde un Thesaurus en français. Sais-tu si c’est prévu ?