Profitez des offres Memoirevive.ch!
Vous avez dit « réalité augmentée »?

Au programme aujourd’hui, deux apps qui n’ont pas grand chose à voir… A moins que?

WordLens

Vous êtes-vous déjà trouvé dans la peau d’un analphabète? Aux confins de la Chine? Dans la campagne russe? Sans doute avez-vous déjà fait l’expérience de ne pas comprendre la langue du pays dans lequel vous étiez de passage?

Pour vous aider dans ces situations, il y a WordLens. Le principe est extrêmement simple: vous cadrez le texte à déchiffrer avec l’appareil photo de votre smartphone, sélectionnez la langue à traduire, et le texte est remplacé par sa traduction dans l’image qui s’affiche à l’écran. Pour un meilleur confort de lecture, vous pouvez faire un arrêt sur image. Le principe est simple et c'est un peu magique!

WordLens

Exemple d’utilisation de WordLens. À gauche, la photo originale. À droite, l'interface de l'app: le texte pertinent est traduit directement dans la photo.

Cerise sur le gâteau, WordLens n’a pas besoin de connexion pour traduire. L’app est gratuite et vous devez faire des achats in-app gratuits pour charger les dictionnaires. Principale limitation: les traductions se font depuis et vers la langue de Shakespeare; impossible par exemple de traduire de l’allemand en français directement.

Peakfinder

Amateurs de grand air, Peakfinder vous permet d’identifier les montagnes qui vous entourent lors de vos ballades et de vos sorties en montagne. Plus aucune excuse pour confondre le Titlis et la Jungfrau, ou le Weisshorn et le Weissmiess. Pas besoin d’appareil photo dans ce cas, Peakfinder utilise votre position et la direction dans laquelle vous pointez votre smartphone pour afficher le panorama du moment. Le rendu graphique est très réussi, avec les lignes de crête et quelques traits supplémentaires qui aident à se repérer dans le paysage: c’est beau et efficace. Là encore, l’app est utilisable sans connexion puisque le dessin est calculé en temps réel à partir d’un modèle topographique chargé avec l’app. Vous pouvez aussi utiliser Peakfinder pour rêver entre deux sorties puisqu’il est possible de consulter le panorama depuis tous les sommets enregistrés.

Peakfinder

Le panorama depuis le sommet du Dom, en regardant vers le Mont Blanc, avec le Cervin et le Weisshorn au premier plan.

Vers une réalité augmentée ?

Pourquoi présenter ces deux app cote à cote? Parce qu’elles servent, avec des modalités différentes, le même but: nous aider à mieux appréhender notre environnement. A ce titre, on peut les qualifier d’apps de “réalité augmentée. A l’heure où l’”expérience utilisateur" est servie à toutes les sauces, cette expression sonne comme une belle promesse. Cela ne serait-il pas le meilleur moyen de tirer partie du concentré de technologie que sont nos smartphones?

Pourtant, ces deux apps souffrent de mêmes défauts: si la réalisation est de très bonne qualité, cela reste difficile de les utiliser en conditions réelles. WordLens se heurte à des difficultés de traduction et Peakfinder a le plus souvent du mal à interpréter correctement la direction dans laquelle le smartphone est pointé. Au delà de ces preuves de principe, je me demande quel niveau de fiabilité des ténors du développement (Apple, Google et cie) pourraient atteindre pour ce type d’apps.

Et vous, convaincus par la réalité augmentée?

10 commentaires
1)
Dom' Python
, le 04.09.2014 à 06:04
[modifier]

Je suis convaincu que cette technologie peut nous apporter quelque chose. Mais je suis également convaincu que l’appellation réalité augmentée (qui n’est pas de toi, je sais) est abusive. Je m’explique:

Augmenter signifie, selon Antidote, Rendre plus grand, plus important en ajoutant quelque chose de même nature. Or, ce que cette technologie ajoute à la réalité n’est pas de même nature que ladite réalité. Il s’agit plutôt d’information sur celle-ci, non?

Exemple avec Peakfinder: le bidule n’ajoute rien aux montagnes, il donne des infos sur elles. (Et encore, quand il veut. Mon expérience avec cette App ne fut pas convaincante.)

Je pense donc pour ma part, qu’il serait plus juste de parler de réalité informée. Ou autre chose. Mais augmentée, certainement pas.

Nous vivons dans un monde dans lequel il faut toujours plus, plus vite (et moins cher!)… Donc l’appellation réalité augmentée à de beaux jours devant elle!

2)
Renaud LAFFONT
, le 04.09.2014 à 06:36
[modifier]

merci, je note WordLens.
J’utilise FlightRadar 24, qui permet de localiser en quasi temps réel les avions et qui a une fonction de réalité augmentée: on pointe vers le ciel et il affiche les détails sur les avions qui passent. Bluffant

3)
fxc
, le 04.09.2014 à 09:35
[modifier]

Je viens de voir ceci

sur internet, ce n’est pas de la réalité augmentée, juste une façon de voir la montagne autrement en réalité tout court.

5)
ysengrain
, le 04.09.2014 à 12:07
[modifier]

Depuis un an, environ, Michel Onfray parle de notre monde disant: « Le réel n’a pas (eu) lieu »

Réalité augmentée ? Je pouffe !!

6)
M.G.
, le 04.09.2014 à 15:08
[modifier]

Depuis un an, environ, Michel Onfray parle de notre monde disant: « Le réel n’a pas (eu) lieu »

J’aime cette affirmation de Michel Onfray qu’il a le mérite de développer et de défendre cours après cours. Très beau développement récemment. À écouter en podcast sur France Culture dans « Contre-Histoire de la philosophie ».

@ thomas : Le concept de réalité augmentée est éminemment intéressant. Flight Radar 24 et A.R.FreeFlight (pilotage de drone AR.Drone de Parrot) en sont de très bons exemples. La définition du terme sur Wikipédia précise ce qu’il en est réellement. Mais l’appellation Réalité Augmentée a en effet de beaux jours devant elle ;-)

7)
thomas
, le 05.09.2014 à 07:52
[modifier]

Merci pour vos commentaires. Je ne m’étonnais pas à ce que le terme (que je pensais bien adopté, comme par exemple « interface utilisateur ») suscite tant de réactions!

Je dois dire que ce billet a été motivé par ma relative deception face à l’absence de développement qui m’aient convaincu dans ce domaine. Pour ainsi dire, pas de vrai progrès par rapport à la capacité de d’afficher une carte et sa propre localisation (chose assez ébouriffante soit dit en passant, et dont les consequences positives et negatives ne font que commencer à se montrer).

8)
François Cuneo
, le 05.09.2014 à 17:57
[modifier]

J’ai essayé l’application sur les montagnes il y a un moment (je crois que Théodore en avait parlé à l’époque): même avec ça, je ne retrouve pas les montages, je n’arrive pas à les reconnaître…

Je suis nul en géo.

9)
Ange
, le 05.09.2014 à 20:27
[modifier]

1) pour WordLens, c’est amusant et en tout cas en ce moment, les dicos en achats in App sont gratuits. Voir si cette app est vraiment utile, mais en tout cas amusante.
2) Peak finder : je me demandais si j’allais essayer car j’avais testé feu « Peak ar », gratuit, qui était aussi bluffant aux premiers essais, mais qui ne marchait pas tant que cela, donc j’avais regardé les apps de même style, mais j’hésitais à acheter. J’ai bien fait d’après vos retours : on rencontre les mêmes soucis (acceptables si gratuit, moins si payant (je sais ce n’est toujours pas cher à moins de 4€, mais en relatif… et si de plus cela ne marche pas…)

Et désolé, c’est plus facile pour moi de discuter d’apps, que de concepts tels que « Réalité augmentée »… Certes l’idée d’utiliser nos outils informatiques reliés à de grosses bases d’information, augmente l’information qu’on peut avoir sur telle ou telle chose réelle, mais elles ne l’augmentent pas, elles la complètent. La réalité est la réalité. point. non ?