Profitez des offres Memoirevive.ch!
14 mois et 1650 kilomètres, et après?

14 mois.

1650 kilomètres

160 sorties

Et alors?

Il faut passer l’hiver

J’ai commencé à courir le 26 mars (je crois) 2013.

Ce fut quelque chose de très important pour moi. Vraiment, je l’ai d’ailleurs déjà écrit ici.

Physiquement d’abord, avec une perte de poids importante associée pourtant à une augmentation de la masse musculaire.

Psychologiquement ensuite: quel plaisir de voir que, alors que je pensais n’être qu’une loque, je pouvais… Je pouvais avoir de la volonté, je pouvais me fixer des objectifs et les atteindre, voire les dépasser.

Oh… quand je parle de perte de poids, la course à pied était importante, certes. Mais courir pour perdre du poids, c’est une bonne idée, certes, mais ça ne suffit pas: il faut l’adjoindre à un régime bien pensé, à base de protéines entre autres, si l’on ne veut pas bouffer du muscle, et, en ce qui me concerne, j’ai dû passer par des mois sans une seule goutte d’alcool, à manger à midi des fruits et du séré maigre 0 %, du blanc de poulet et des salades le soir. Mais comme j’adore ça, cela ne m’a pas posé de problèmes (à part peut-être le fait de ne pas boire du tout, qui m’a parfois un peu attristé).

Ce fut dur, mais pas tant que ça.

Ceci dit, j’avais des objectifs, comme je l’ai dit plus haut: quelques courses, le semi-marathon des gorges de l’orbe, Morat Fribourg, le semi-marathon de Lausanne, et puis la course de l’escalade en ville de Genève.

C’était super, méga motivant, mais une fois passé tout ça, est venu l’hiver.

Que faire sans compétitions? Sans véritable but.

L’hiver à Bière, 700 mètres, pied du Jura, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux pour la course à pied, même si cet hiver a été particulièrement clément dans nos contrées.

Courir sur le bord des routes, quand il fait froid (tout de même), qu’il bruine et qu’il vente, il y a mieux.

C’est tout de même là qu’entre en scène le matériel vestimentaire: purée, qu’est-ce que c’est génial, ces fibres modernes, qui laissent passer la transpiration vers l’extérieur, et qui transforment tout ça en chaleur ou tout au moins en barrière contre le froid efficace.

Bon. Il faut être clair: s’habiller prend un petit moment.

En ce qui me concerne j’ai une faiblesse dans une cuisse qui m’a lâché deux fois (rien de grave, mais pénalisant) dans l’été, depuis, j’enfile un de ces caleçons qui me fait penser à une pub de je ne sais plus qui qui disait à l’époque "ciel, ma gaine me tue". Par-dessus, un pantalon de course long, aux pieds chaussettes longues, et chaussures Brooks de course, avec du Gortex un peu partout pour éviter le froid et l’humidité.

Pour le haut, une première couche de type Thermolactyl, un pull technique longues manches, et une veste technique elle aussi.

Plus le bonnet (lui aussi en fibres spéciales), les gants, tout pareil, avec en plus un revêtement spécial pour pouvoir piloter l’iPhone en le tapotant.

Et l’hiver, il fait nuit le matin, nuit en fin d’après-midi, donc il faut encore une frontale, qui éclaire devant, mais aussi derrière… Rechargeable en USB, pas trop lourde si possible.

Vous l’avez compris, tout cela n’est pas donné.

Et c’est l’équipement d’hiver! Après il y a celui d’été…

Il n’empêche, si vous voulez tenir à raison de 2 sorties en moyenne par semaine en hiver, c’est nécessaire.

Cela dit, même avec ce matériel, les sorties au pied du Jura avaient quelque chose de triste, ce qui fait que je me suis beaucoup rabattu sur des sorties entre midi et deux heures, lorsque je pouvais, au bord du lac Léman, entre St-Sulpice et Ouchy-Lausanne ou entre St-Sulpice et Morges. Le problème, c’est qu’il ne s’agit plus de boucles, que j’apprécie particulièrement, mais d’aller et retour, ce qui me plaît beaucoup moins.

Mais j’ai passé l’hiver, et j’ai fait quelques centaines de kilomètres, sans jamais me dire qu’il faisait trop ci ou pas assez cela.

Une seule semaine, je n’ai pas couru, parce que j’avais trop la crève (j’en ai même quand je ne cours pas, donc la course ne doit pas y être pour grand-chose): j’ai culpabilisé comme une bête, et à la reprise, j’ai battu mon record de vitesse. Comme quoi, laisser le corps se reposer un peu ne doit pas faire de mal…

Ah, et puis une autre semaine sans course, celle que j’ai passée en skiant tous les jours pendant les vacances.

Tiens, à ce propos: incroyable la différence sur des skis cette année: un ressenti tout différent certainement dû à une musculature un peu plus développée que l’année d’avant! Une impression d’être simplement plus solide.

J’ai passé l’hiver en reprenant un petit kilo, que j’ai vite reperdu au printemps et pourtant je rebois de temps en temps.

Et ça pour moi ça n’a pas de prix. J’ai tellement fait de régimes yoyo dans ma vie que je me rends compte que si je tiens depuis un an au même poids, je le dois tout de même à la course et au fait que dès que je peux, je bouge, je marche, j’évite les ascenseurs, je ne prends plus ma voiture pour de tout petits trajets. En cela, merci aussi à Jawbone et son bracelet UP que j’ai testé ici. Le UP 24 change vraiment la vie par rapport au UP normal, qui lui n’est pas Bluetooth.

Et maintenant?

Maintenant, c’est à nouveau exceptionnel!

Je cours au minimum 3 fois par semaine, dans des paysages (jurassiens) tellement beaux que c’en est émouvant. Après les champs magnifiques de colza, voici les coquelicots, les millions de coquelicots dans les champs de blé, les fleurs de toutes les couleurs, l’odeur de l’herbe coupée.

Tout cela, je le vivais déjà en moto, mais pas à ce point intensément.

Pour la suite, je me suis inscrit à 3 courses: le semi-marathon des gorges de l’Orbe, Morat Fribourg, la course pédestre de Renens, le marathon de Lausanne (j’ai un peu peur, après avoir fait l’an passé le semi), et je pense m’inscrire à l’Escalade, et peut-être à une étape ou deux du tour du Pays de Vaud, on verra.

Donc des objectifs, j’en ai.

Les futurs tests pour Cuk.ch

J’ai passablement changé de "structure technique" depuis que je vous ai parlé de mon matériel l’an passé.

Je me propose de vous faire découvrir:

  • 3 logiciels ou plateformes dont je ne me passerai plus (Garmin Connect, RubiTrack 3, associés à Runkeeper dont j’ai déjà parlé ici)
  • les chaussures "révolutionnaires", Brooks Transcend.
  • la montre Garmin Foreruner 620 (ouaouh!) et le fait que je n’utilise plus mon iPhone pour courir
  • le système de musculation par électro-stimulation Compex Wireless

Ceci dans cet ordre ou dans un autre, il faudra voir.

 

 

 

18 commentaires
1)
ToTheEnd
, le 13.06.2014 à 01:30
[modifier]

Déjà que tu changes souvent ton Matos photo, je ne suis pas surpris que tu changes de Matos vis a vis de la course a pied;-)

Ceci dit, je pense que dans ce genre d’outil il va y avoir de grosses évolutions dans les années a venir et pas juste parce qu’apple va se lancer la dedans… C’est vraiment général.

Dans tous les cas bravo pour avoir tenu le rythme et objectifs… C’est jamais facile, surtout passé un certain âge;-)

T

2)
cvanquick
, le 13.06.2014 à 08:56
[modifier]

Bravo.

Pour le matériel, ça va, ça vient et un jour on trouve chaussure à son pied. Quoique pour mes pieds c’est le vrai point sensible.

Et plus tard, on reprend plaisir à courir « nu » sans rien sauf une swatch (ou rien).

En tout cas, je veux bien participer à la création d’une catégorie course à pied.

A très bientôt pour te parler de London Calling.

3)
nic
, le 13.06.2014 à 10:20
[modifier]

Cher François,
si tu n’aimes pas les aller-retour, ce n’est pas le marathon de Lausanne qu’il faut envisager…
Ma course préférée est le Grand Prix de Berne. Très beau parcours et magnifique ambiance.
ciao, n

4)
Modane
, le 13.06.2014 à 10:21
[modifier]

Très impressionnante, cette mutation! Sincères félicitations et merci pour le partage!

6)
jd
, le 13.06.2014 à 12:23
[modifier]

Puisqu’on parle de matériel, j’en profiter pour évoquer une marque que j’ai découvert il y a pas longtemps un peu par hasard : cimalp (http://www.cimalp.fr).
Je leur ai acheté un peu de matériel, notamment des t-shirts techniques pour des randonnées un peu longues et sportives (la dernière en date étant le GR20 en Corse), et j’ai été franchement satisfait : j’ai porté leur t-shirt strategic warm pendant deux jours, un en altitude, avec des températures fraiches et beaucoup de vent, l’autre a plus basse altitude, avec une température nettement plus élevée.
Dans les deux cas, je suis resté très confortable, sans souffrir du froid (en utilisant un coupe vent quand c’était nécessaire, quand même), et sans avoir la sensation de baigner dans ma sueur quand il faisait chaud.

Etant donné que cette entreprise ne fait pas de pub et compte sur le bouche à oreille, je joue le jeu, puisque je suis satisfait :-).

Promis, je n’ai aucun intérêt dans cette boite :-).

7)
jd
, le 13.06.2014 à 12:25
[modifier]

Sinon, je suis 100% d’accord avec le patron : quel bonheur de se balader en pleine nature, à des endroits ou aucun véhicule ne peut arriver et où on a une vue magique !
C’est relaxant, ressourçant … bref, ça fait un bien fou.

Et dans ce domaine, le GR20 à plein de paysages incroyables en stock, avis aux amateurs de randonnées sportives :-).

8)
Mirou
, le 13.06.2014 à 15:25
[modifier]

Je rejoins ce que tu dis, sauf que mon régime à toujours inclus l’alcool (perdu 10-11 kg depuis fin juillet ), et que j’adore courir quand il fait moche, sauf si ça glisse.
Je me réjouis de ce matin de pluie à New York pour visiter l’incroyable Paragon Sport sur Union Square, et la boutique Icebreaker de Soho: j’ai changé, en sommes (j’adore les serré 0%, même).

Une question matériel: vous avez une bonne idée d’un brassard iphone pour quand il pleut? J’ai bousillé mon iPhone durant une sortie valaisanne arrosée (donc par la pluie) et je ne trouve rien de satisfaisant…

9)
ysengrain
, le 14.06.2014 à 09:18
[modifier]

À l’été 2009, ma petite fille ainée âgée de 4 ans et demi, me voyant sortir de la douche, pointe son doigt sur mon ventre et me dit: Ton ventre, il est plus gros que celui de Maman quand elle attendait ma petite soeur ! » Un genre de baffe qui réveille !!.
1,77 m pour 86 kg. Elle avait raison. J’ai donc fait un régime dont je ne déroge plus. Depuis 18 mois, je suis stable à 73 kg. Je fais un peu de vélo, et je marche.

11)
Franck Pastor
, le 14.06.2014 à 11:17
[modifier]

Une question matériel: vous avez une bonne idée d’un brassard iphone pour quand il pleut? J’ai bousillé mon iPhone durant une sortie valaisanne arrosée (donc par la pluie) et je ne trouve rien de satisfaisant…

Ne plus prendre ton iPhone pour courir ? :-b Comme François maintenant, apparemment !

Désolé, pas pu résister… En fait mon problème ce n’est pas l’iPhone en lui-même, ce sont ceux qui courent (ou roulent!) avec leurs écouteurs dans les oreilles, ce qui n’est peut-être pas ton cas. J’en ai tellement assez de risquer l’accident sur mon vélo à cause des joggers ou autres cyclistes qui ne me voient ni ne m’entendent venir, perdus qu’ils sont dans leur bulle sonore, et qui sont susceptibles de faire un écart à tout moment.

D’autre part, la course à pied, que j’ai pratiquée longtemps avant de passer au vélo et qu’il m’arrive encore de faire occasionnellement, j’ai toujours trouvé que c’était un plaisir qui se suffisait à lui-même. La gestion de l’effort, le rythme des foulées, les paysages qui défilent… Je n’ai jamais pu m’ennuyer en courant.

12)
Franck Pastor
, le 14.06.2014 à 11:21
[modifier]

À l’été 2009, ma petite fille ainée âgée de 4 ans et demi, me voyant sortir de la douche, pointe son doigt sur mon ventre et me dit: Ton ventre, il est plus gros que celui de Maman quand elle attendait ma petite soeur ! » Un genre de baffe qui réveille !!

Ma nièce, alors trois ans, devant l’embonpoint alors un peu trop proéminent de son grand-père, avait elle aussi pointé du doigt vers ce ventre et dit : « Bébé, pépé ? »

:-))

Est-il utile de dire que depuis le grand-père a fait quelques efforts pour perdre cet embonpoint ?

13)
jvi
, le 15.06.2014 à 23:21
[modifier]

Franck,

Nous avons bien ri, moi qui m’apprêtais à poster cette anecdote !

Et je confirme : rien de tel qu’une remarque assassine de sa petite fille pour tâcher de garder le contrôle ensuite !

14)
Blues
, le 16.06.2014 à 09:53
[modifier]

Chapô à notre CukBoss pour cette persévérance (sans compter le régime, les privations (ah le bon coup de rouge) et tout ce qui va avec), pas évident (surtout à notre âge).
Comme l’a dit un trainer que j’ai eu, le principal c’est d’y trouver un max de plaisir !

15)
Mirou
, le 16.06.2014 à 10:41
[modifier]

Ne plus prendre ton iPhone pour courir ? :-b Comme François maintenant, apparemment !

Désolé, pas pu résister… En fait mon problème ce n’est pas l’iPhone en lui-même, ce sont ceux qui courent (ou roulent!) avec leurs écouteurs dans les oreilles, ce qui n’est peut-être pas ton cas. J’en ai tellement assez de risquer l’accident sur mon vélo à cause des joggers ou autres cyclistes qui ne me voient ni ne m’entendent venir, perdus qu’ils sont dans leur bulle sonore, et qui sont susceptibles de faire un écart à tout moment.

D’autre part, la course à pied, que j’ai pratiquée longtemps avant de passer au vélo et qu’il m’arrive encore de faire occasionnellement, j’ai toujours trouvé que c’était un plaisir qui se suffisait à lui-même. La gestion de l’effort, le rythme des foulées, les paysages qui défilent… Je n’ai jamais pu m’ennuyer en courant.

Ah mais je suis tout à fait d’accord.
Je n’écoute plus de musique en courant. J’ai de tous petits écouteurs qui me servent juste pour que la dame de Runkeeper me dise où j’en suis.
J’aime écouter les bruits alentours, mes propres pas sur le bitume ou l’écorce, les sons de la ville….

Je pourrais utiliser une de ces montres GPS, mais j’aime bien pouvoir prendre une photo à la fin de ma course et mon compagnon est rassuré de me voir partir avec un téléphone…

16)
Amely
, le 16.06.2014 à 11:04
[modifier]

Juste François je te reprend, le semi-marathon c’est des côtes de l’Orbe et non gorges de l’Orbe.
J’espère que cette année j’aurai l’honneur de masser les mollets du grand patron à l’arrivée

18)
cvanquick
, le 17.06.2014 à 16:11
[modifier]

François,

Si tu te sens de venir courir le semi de Boulogne-Billancourt (11/2014) ou le semi de Paris (03/2015), dis-moi quoi et je t’inscris.

Tu seras le bienvenu.