Profitez des offres Memoirevive.ch!
Pour être fort, prenez exemple sur les faibles

Non, ce n’est pas l’intitulé du prochain bac philo ! 

C’est juste une constatation que j’ai bien dû faire, en réalisant un documentaire appelé « Le Regard des Autres ». Explications... « Le Regard des Autres », c’est un film de 56 minutes décrivant le regard que porte notre société sur les personnes en situation de handicap. Ce moyen métrage sort le 30 mars et si vous désirez les détails, il faut aller ici. Pour voir la bande annonce, c'est

recto rvb

l'affiche du film

De vrais combattants

Si vous croyez que les handicapés sont des gens mous et ternes, il faudra revoir votre jugement. Je crois que j’ai rarement autant rigolé lors de repas pris avec de véritables « bras cassés ». Le pourquoi ? Derrière des pathologies parfois assez lourdes, tous ces êtres humains ont en commun une rage de vivre et une envie féroce d’avoir leur petit bout de place au soleil. Leur combat est la plupart du temps énorme. Certains gestes, pour nous simples, sont chez eu une véritable ascension de l’Everest. Et pourtant le sourire reste, l’envie de progresser aussi. Durant le tournage des plans, j’ai pu voir comment des jeunes mal favorisés par la vie arrivaient à tirer et à enthousiasmer des ados beaux, en forme, intelligents, mais dont la vision du monde s’arrêtait parfois à l’écran de leur smartphone. Pourtant, dans notre société du parfait, comme le dira un témoin du film, il est souvent difficile de reconnaitre et d’accepter la différence. 

 Une drôle d’identification

Mais ce qui m’a vraiment le plus surpris, c’est que plusieurs « valides » se sont reconnus dans des témoignages de personnes en situation de handicap. Ils avaient aussi l’impression que de ne pas être parfaitement dans le moule pouvait entrainer de la part des autres des regards désobligeants, parfois même agressifs. La personne en situation de handicap, elle, vous prend généralement comme vous êtes et si elle voit en vous des défauts, elle en aura juste un sourire amusé et c’est tout !

 Retour chez les valides, ou presque

Du coup, mon prochain sujet tournera autour de la dépression et du burn-out. Qu’est-ce qu’on rigole, me direz-vous ! Là, c’est clair, il sera peut-être plus difficile de déclencher les rires dans la salle ! Mais on se retrouve devant la même situation : une dépression a pour cause plusieurs facteurs, mais un sur lequel on peut directement intervenir, c’est celui du regard que l’on porte à la victime. C’est par l’autre qu’on se construit, il ne faut jamais l’oublier. L’effet de compétition au travail, peut-être sain tant qu’il ne dépasse pas certaines limites. Si chacun tente d’écraser l’autre, l’ambiance risque de devenir rapidement malsaine. C’est là que j’en reviens à mes « mal fichus ». Dans les milieux du handicap, l’entraide est indispensable. Du coup, ces personnes cherchent le plus souvent à tirer à la même corde plutôt que de se battre entre-elles (euh, ça, ça arrive aussi de temps en tempes). Mais en général, elles finissent par avancer, car la nécessité de la solidarité est la plus forte.

La morale de l’histoire

En vivant avec « mes » handicapés, j’ai découvert que la lumière était plus belle et que le soleil brillait plus fort. Le film que je viens de réaliser (monter exclusivement sur Mac, il fallait que ce soit dit), va passer dans pas mal d’écoles et d’institutions. Vous pouvez vous aussi l’obtenir (le demander ici) si vous le désirez. Si cela pouvait permettre à certains de comprendre que notre société est plurielle et non monolithique, ce serait déjà pas mal.

 Le Regard Original

Le troupe "Ensemble", présente dans le film

 

 

 

10 commentaires
1)
Dom' Python
, le 28.03.2014 à 07:50
[modifier]

Merci Roger.

La première « résonance » qui s’est faite en moi, c’est en lisant ton titre. J’ai pensé que j’avais plusieurs fois fait l’expérience que le fait de montrer ses faiblesses, de les accepter, rend (un peu plus) fort.

J’ai aussi pensé au bouquin de Jollien que je viens de lire: Le métier d’homme. Formidable. Ce type est vraiment vivifiant et je vais m’empresser de continuer à le lire.

Mais j’ai envie de te poser une question. Lorsque j’étais enfant, ma mère faisait du catéchisme auprès d’enfants handicapés mentaux. On disait « les handicapés ». Puis est venu l’expression « personne handicapée ». J’ai trouvé ça très bien. Cela remiet la personne au premier plan, le handicap venant ensuite.

Maintenant on lit de plus en plus souvent « personne en situation de handicap ». Est-ce qu’on est pas en train de verser dans un politiquement correct à la noix? Puisque tu utilises cette expression, puis-je te demander le sens qu’elle a pour toi? Est-ce qu’elle apporte vraiment un surcroit de respect? Et si oui, en quoi?

Perso j’ai plutôt l’impression que cela alourdi considérablement le propos, que cela souligne le fait que la personne en question est différente. Et alors, pourquoi ne pas écrire « personne en situation de validité » pour désigner les non-handicapés?

J’ai peut-être l’ai de provoquer un peu, mais c’est une vraie question et je serai très intéressé de lire ta réponse.

J’irai visiter les liens durant le week-end.

2)
Roger Baudet
, le 28.03.2014 à 09:48
[modifier]

Dominique tu as tout à fait raison!
Le terme « personne en situation de handicap » est en fait une désignation européenne dont le but est de ramener la notion de « personne » au premier plan. Ça a dû certainement être pensé dans de beaux bureaux par des personnes bardées de beaux diplômes! Dans les faits, un déficient mental n’hésitera pas à te dire « je suis trisomique » et une personne souffrant d’autisme « je suis autiste.

Le politiquement correct touche plein de secteurs comme: « personne de couleur » pour un noir et j’en passe. Dans la réalité, c’est oser la plaisanterie et la franchise qui supprime les barrières. Quand on arrive à dire « salut pédé » à une connaissance homosexuelle ou « salut l’enfoiré » (merci Coluche) à un bon copain, c’est qu’on a franchi un obstacle et qu’une amitié peut naître. Pour conclure, je ne résiste pas au plaisir de vous donner le mot d’insulte qu’aime prononcer une personne sans jambes que j’ai rencontrée. C’est: « tu me casses les pieds »!

3)
Dom' Python
, le 28.03.2014 à 10:24
[modifier]

Ces « personnes en situation de technocratie linguistique » mettent mes gonades « en situation d’hypertrophie aérophagienne »!

4)
Foyan
, le 28.03.2014 à 11:17
[modifier]

@Dominique

+1 !

[Mode Johnny ON]

Ah ! que voilà « un gonflement de burnes », qu’il est sévère ! ;’-))

[Mode Johnny OFF]

Only kidding…

5)
Modane
, le 28.03.2014 à 11:18
[modifier]

Si cela pouvait permettre à certains de comprendre que notre société est plurielle

Quel beau souhait! Et qu’il est urgent que cette tendance actuelle de retour à l’abêtissement et à la négation de la différence s’inverse. Puisse ton film y contribuer!

6)
Migui
, le 28.03.2014 à 12:59
[modifier]

J’ignore si ce film va sortir en Belgique; si c’est le cas, j’irai le voir! Merci pour le beau message envers ces personnes qui ont tant à recevoir… et tant à donner!

Entretemps, je me réjouis déjà d’aller voir « De toutes nos forces », l’histoire d’un père qui a du mal a voir le handicap de son fils et qui va pourtant réaliser une prouesse sportive avec lui.

7)
Roger Baudet
, le 28.03.2014 à 14:44
[modifier]

Pour Migy, le documentaire passera en Belgique début septembre, à l’occasion de l’ouverture de l’action annuelle en faveur de l’association de Pascal Duquenne (qui joue dans le film) « Le 8ème Jour ». Ensuite « Le Regard des Autres » va tourner dans une trentaine d’écoles, collèges et lycées de la ville de Tournai pour commencer, puis ailleurs sur le territoire et dans le nord de la France. Il est aussi possible d’obtenir le film en s’adressant à insiemeVaud.

8)
tetardbleu
, le 28.03.2014 à 15:09
[modifier]

Fidèle lecteur de cuk, j’ai lu ce matin avec plaisir l’article du jour. Je n’ai pas commenté depuis longtemps et mon compte n’a pas survécu à la migration sous WordPress. j’ai donc pris la peine d’en recréer un. car je voulais vous féliciter pour le projet!
Je suis moi-même touché de plein fouet par le sujet, et mon job depuis un an, le premier dans le domaine du handicap, m’a fait rencontrer la plupart des jeunes que l’on aperçoit dans les teasers. À première vue, le film a l’air de porter un regard honnête et rafraichissant sur le handicap, plutôt éloigné des reportages bien pensants, limites mélodramatiques ou qui insistent lourdement sur le calvaire de celui-ci. J’espère ne pas me tromper! En tout cas, ayant pratiqué le ski assis et le théâtre, tout en étant en fauteuil, je trouve génial de mettre en avant et montrer aussi ces aspects-là aux gens et j’espère que le public sera présent!

P.-S. J’ai moi-même horreur de l’expression « en situation de handicap « , même si je suis obligé de l’utiliser professionnellement, ne sachant pas toujours à qui j’ai affaire. Qu’une personne soit handicapée c’est un fait, et je ne vois pas en quoi il faudrait choisir une appellation alambiquée pour aider les valides à voir plus loin que le bout de leur nez. J’ai donc bien aimé votre réponse au premier commentaire! Ceci dit, je dois quand même admettre que ce fut une bonne idée de rajouter le terme « personne » devant le mot handicapée, mais cela suffit amplement à mon humble avis!

9)
skyroller01
, le 28.03.2014 à 15:47
[modifier]

Pour connaître un peu le domaine du handicap, le terme « personne en situation de handicap » n’est, comme le précise Roger, pas dès plus gratifiant; il est vrai que la personne atteinte dira toujours ce qu’elle a, « je suis en chaise roulante », et non j’ai un problème de mobilité…

Enfin bon, ce qui est à retenir dans cette histoire c’est qu’on est tous des handicapés en puissance; les maux de nos sociétés modernes font de nous des handicapés; lunettes, asthme, maux de dos, allergies, …

Et puis, pour ma part (étant en chaise), je dis souvent que j’ai la « chance » d’avoir un handicap qui se voit… Ce qui n’est pas le cas de tous les « mous du bulbe » que je croise quotidiennement :-)

Bon week-end et au plaisir de vous relire

10)
mff
, le 28.03.2014 à 20:10
[modifier]

Roger dis: Ça a dû certainement être pensé dans de beaux bureaux par des personnes bardées de beaux diplômes!

Des tricoteurs de cerveau ça c’est évident et en prime certainement gentil, poli, bien élevé refaisant le monde en buvant le thé ;) ………ouf la sale langue ;)

skyrollero1: j’ai la « chance » d’avoir un handicap qui se voit… Ce qui n’est pas le cas de tous les « mous du bulbe » que je croise quotidiennement :-)

:)

Je suppose que certaines personnes se sentent gênée par ce qu’ils ne connaissent pas et en perdent leur naturel .

C’est aussi vraie que beaucoup de personnes on de gros handicapes qui ne se voie pas et qui a cause de cela son souvent incompris et doivent résoudre les problèmes qui en découle seul :((((((