Profitez des offres Memoirevive.ch!
Qu’est-ce qui «relie» la Calypso et Tintin?

Petite humeur aujourd'hui, suite à cette réflexion en titre que je me suis faîte il y a quelques jours... Mais d'abord je pose les deux protagonistes.

Dans le premier exemple, on se retrouve avec une embarcation des plus célèbre, probablement le bateau le plus connu après le Titanic de part le monde et que les moins de 20 ans (qui a dit 30 ou même 40 ans ?!?) ne connaissent assurément pas. La Calypso, du temps de sa splendeur, c'était ça:

 

La Calypso de Cousteau, à la fin des années 80. © Cousteau Society

La Calypso de Cousteau, à la fin des années 80. © Cousteau Society

 

Le navire «amiral» de l'équipe Cousteau, avec laquelle une très grande majorité des multiples documentaires, recherches scientifiques et autres livres ont été réalisés, tournés et écrits. Une jolie machine, toute de bois vétue (ancien démineur oblige, le bois ne réagit pas aux mines magnétiques durant la 2e guerre mondiale), et régulièrement mise à jour avec des technologies avancées (sous-marin de poche, soucoupe plongeante, hélicoptère, sonar latéral, bulbe d'observation à l'avant, ...).

Aujourd'hui, malgré toute la bonne volonté de la Cousteau Society, la Calypso reste une carcasse décrépie, perdue dans un hangar de Bretagne, suite à un naufrage dans le port de Singapour en 1996 (et un renflouage 20 jours après, puis un rapatriement en France, Marseille d'abord, puis La Rochelle, et enfin Concarneau), et surtout la mort du Pacha, Jacques-Yves Cousteau, une année après cet événement. Je vous laisserai l'opportunité de passer par votre moteur de recherche préféré pour avoir de plus amples renseignements sur l'historique complet du navire et ses histoires juridico-financières rocambolesques, mais actuellement cela donne ceci:

 

2014.05.01_Calypso

Prise le 1er mai 2014 à Concarneau... © Pixels-Evasion.com

 

Mon deuxième exemple est un monument, encore un, de la culture francophone: Tintin. Là encore, un organisme, Moulinsart S.A., a hérité des droits et fait vivre l'après Hergé.

Là aussi, je vous laisse vous retourner auprès de vos moteurs de recherche pour recevoir plus d'infos sur cette BD; je n'ai volontairement pas mis d'images illustrant les aventures de Tintin, car Moulinsart est relativement "chatouilleux" sur le droit à l'image de son petit protégé (un exemple récent en Suisse).

En fait, j'espère qu'aucun avocat de ces deux organismes n'est lecteur de cuk.ch, car là je suis mal... Mais on touche le fond de ma question du titre de cette humeur: qu'est-ce qui "relie" la Calypso et Tintin?

Il s'avère que ces deux organismes "doivent" gérer un patrimoine culturel important, qui a touché des millions de gens de part le monde et ce depuis des décennies, patrimoine qu'elles doivent "franchiser", "autoriser", "éditer" et "partager" contre monnaies sonnantes et trébuchantes. En même temps, faire de l'argent sur de la propriété intellectuelle, pourquoi pas...

Mais ce qui me désole dans ces deux exemples (et je suppose qu'il y en a pleins d'autres), c'est que si vous prenez n'importe quel gamin ou ado dans la rue, que vous lui demandez sans détour ce qu'il pense de Tintin, ou bien qui est Cousteau et qu'est-ce que la Calypso, vous aurez presque à chaque fois au mieux une question polie de qui est-ce et qu'est-ce que c'est, et peut-être que pour Tintin vous aurez la chance qu'il vous sorte les films de Spielberg.

Mais on ne pourrait pas le lui reprocher, au gamin ou à l'ado, car dans nos deux cas qui nous concerne, la "faute" si faute il y a vient bien des organismes qui font "vivre" ces patrimoines, et non d'un prétendu manque de culture du jeune. Pour prendre l'exemple de l'exposition dédiée à Tintin et à ses parodies à Fribourg, qui était au départ un témoignage sur Tintin, l'ayant droit a mis un vêto. L'expo a du être en bonne partie remaniée suite à dépôt de plainte pénale, et ce à quelques jours de son inauguration, car une partie du contenu était "inapproprié et non autorisé"... Citation.

En même temps, si on y réfléchit un peu, une oeuvre comme Tintin, on va forcément trouver des parodies, des pastiches et des reproductions plus ou moins imagées, et plus ou moins autorisées... Et en ce qui concerne la Calypso, nombres de blogs existent pour rendre hommage à ce navire et symbole culturel, ne serait-ce que pour en faire un modèle en miniature. L'empêcher peut se comprendre au sens du droit, mais n'est-ce pas justement ce qui rend un patrimoine "vivant"? Dans les deux cas qui nous concernent, on se trouve en présence d'organismes ayant droit sur tout ce qui touche de près ou de loin à nos deux exemples. Toute dérive de ce texte, plus au moins appropriée, n'est pas autorisée, ni même souhaitée.

Comment expliquer autrement alors que notre petit jeune plus haut, n'ait pas plus à nous donner comme réponse? Hormis par l'intermédiaire d'un membre de sa famille, ayant des albums de Cousteau, ou bien la collection des Tintin, des vidéos VHS pourries de la redécouverte du Monde par Cousteau, ou bien les dessins animés de Tintin, rien n'aurait pu le mettre sur ces pistes d'intérêts. Et encore... Encore faut-il que notre jeune soit ouvert d'esprit, car il n'y pas grand chose de "moderne" à se mettre sous la dent...

Alors oui, les ayants droits pour Tintin ont créés quelques iApp, permettant d'avoir les albums de Tintin sur son iPad, cool... et les ayants droits de la Calypso ont créé une iApp qui permet de "collectionner des cartes des expéditions Cousteau", comme on le faisait dans les années 70 et 80 pour les petites voitures... Ce n'est pas une blague, regardez dans l'AppStore de votre iPhone ou iPad, vous verrez.

J'ai utilisé ces deux exemples, car ce sont des cas qui me touchent; je suis un tintinophile convaincu depuis mon enfance, et je reste scotché sur mon écran quand un épisode de la redécouverte du Monde de Cousteau passe à la TV, ce qui n'est pas arrivé depuis au moins 10 ans si je ne m'abuse.

Alors oui, il y a le merchandising... Vous pourrez acquérir presque n'importe quoi, y compris en édition collector, des objets et livres, des calendriers et autres rééditions pour un Nième anniversaire avec une préface inédite, et que sais-je encore... Et ce ne sera pas donné. Ce qui m'interroge grandement, pour ne prendre que ces deux cas, c'est que des organismes officiels d'ayants droits n'arrivent pas à faire "mieux", plus intéressant, plus captivant, plus visible, plus intelligent, plus quoi... Avec un tel patrimoine en leur main, et ce sans renier les souhaits et désirs des géniteurs, à savoir ne pas republier de nouvelles histoires de Tintin, et garder la fondation Cousteau à l'existant.

Je comprends aussi que le fils aîné de Jacques-Yves Cousteau (qui a été le principal organisateur de la quasi totalité des expéditions Cousteau, au nom de son père; il est dans tous les génériques) la trouve un peu amère car de plus, outrecuidance suprême, il s'appelle aussi Cousteau (pas de bol, c'est "aussi" son nom de famille) et le comble, a eu aussi des démêlés avec la Cousteau Society en justice et sa propre association de sauvegarde de la mer, juste parce qu'il portait le même nom... Et je ne parle pas ici de tous les anciens de l'équipe Cousteau, qui se sont faits laminer avec peu d'égards. Comme c'est désolant.

Bref, pour terminer, comment faire pour qu'un tel patrimoine puisse vivre, et non croupir dans un quelconque hôtel particulier, et des cabinets d'avocats qui épluchent la presse, la télé et le web pour voir si, à tout hasard, on parle d'eux...

Navrant, vous ne trouvez pas ?

Au plaisir de vous relire.

 

16 commentaires
1)
guru
, le 26.05.2014 à 10:00
[modifier]

Concernant la protection des oeuvres de Hergé, il est d’autant plus piquant de constater que la personne qui gère les droits est quelqu’un qui n’a même pas connu Hergé; et qui n’a probablement aucun respect pour l’oeuvre elle-même. Dans ce cas, seul l’argent semble compter.

Je renvoie au livre de Hugues Dayez, journaliste de la RTBF, « Tintin et les héritiers : Chronique de l’après-Hergé, Le Félin,‎ 1999 ».
On en arriverait presque à dire: heureusement, il y a Spielberg…

2)
M.G.
, le 26.05.2014 à 10:06
[modifier]

Déprimant et pas Glop pour commencer la semaine :-(

Cela dit, merci de cet exposé sur deux héros de ma jeunesse et ce qu’en font leurs héritiers légaux.

Sur le site fr.cousteau.org, comme par hasard, le lien vers la page sur la restauration du navire renvoie vers une page vide !

J’ai une totale aversion envers ces gens qui s’attribuent des droits sur une œuvre dont l’auteur est disparu.

Pour moi, ça porte un nom : c’est de l’enrichissement sans cause !

Marc, l’Africain

3)
Migui
, le 26.05.2014 à 12:54
[modifier]

C’est vrai que ces histoires me scandalisent moi aussi!

Il y aurait sans doute un problème légal à régler: Hergé s’est rendu riche et célèbre essentiellement en vendant ses albums de Tintin. A l’heure actuelle, je suppose que les produits dérivés permettent de faire tourner encore davantage la « vache à lait ».

Mais pourquoi ne pas autoriser officiellement (je parle de la loi, pas de la société Moulinsart)toute mention ou autre étude sur Tintin, étant entendu que cela ne peut avoir qu’une influence positive sur les ventes?

Dernier point concernant les droits d’auteurs: eux aussi devraient peut-être être revus: en Belgique, ils tombent 70 ans après la mort de l’auteur. Pour des gens qui ne l’ont pas ou peu fréquenté, c’est tout simplement un pactole dont ils n’auraient jamais dû hériter…

4)
Diego
, le 26.05.2014 à 14:03
[modifier]

A mon sens, ce qui est scandaleux, c’est la mauvaise gestion que font les ayant-droits de leur patrimoine, pas l’existence d’ayant-droits.

Que ce soit la Cousteau Society et Moulinsart qui détiennent les droits des sujets qui nous occupent est le fruit d’une négociation commerciale. La propriété intellectuelle s’achète et se vend comme n’importe quel bien.

Maintenant, que ces sociétés préfèrent prendre le risque d’un oubli collectif de l’oeuvre soumise à propriété plutôt que de laisser la « mémoire collective » maintenir gratuitement leur bien en vie, c’est leur (mauvais) choix. Le résultat, déjà lisible pour la Calypso, est que l’oubli va tuer la source de leurs revenus.

5)
Caplan
, le 26.05.2014 à 17:11
[modifier]

Il y aurait sans doute un problème légal à régler: Hergé s’est rendu riche et célèbre essentiellement en vendant ses albums de Tintin. A l’heure actuelle, je suppose que les produits dérivés permettent de faire tourner encore davantage la « vache à lait ».

M’en f…! Il y a plus de 20 ans que trône dans mon salon un tableau que j’ai fait moi-même à l’acrylique:

6)
skyroller01
, le 26.05.2014 à 17:15
[modifier]

@Caplan:

Magnifique! Comme je t’envie :-)

@Diego:

Tout à fait d’accord avec toi, le but n’est pas de remettre en cause le principe même des ayant-droits, mais ce qu’ils font avec ce patrimoine.

7)
Tom25
, le 26.05.2014 à 18:01
[modifier]

N’y a t’il pas une histoire comme quoi ça tomberait dans le domaine public au bout d’un siècle ou … ?

8)
Gr@g
, le 26.05.2014 à 21:29
[modifier]

c’est atroce! J’ai découvert les mers grâce à la Calypso et au bonnet rouge! Mais hélas, les héritages, lorsque cela se mélange avec des droits d’auteurs, sont quelques fois très lourds (durs) à porter…

et quelle drôle de coïncidence, je vais parler demain d’un sujet se rapprochant (un peu), soit des héritages professionnels et de la perception que certains peuvent avoir de nous, héritiers.!

9)
okgenial
, le 26.05.2014 à 22:22
[modifier]

La fondation Cousteau appartient à la 2ème épouse, ainsi tous les droits de Commandant Cousteau.

C’est vrai qu’il ne reste plus grand monde de l’équipe, Albert Falco est décédé il y a 2 ans.

Reste François Sarano, le jeune de l’équipe, qui se lance dans un programme scientifique pour étudier le requin en Méditerranée.
http://www.grandrequinblanc.org/

On ne remerciera pas Spielberg pour « les dents de la mer », qui a mis dans la tête du monde entier que les requins sont des prédateurs pour l’homme, alors qu’ils sont en danger.

Je ne sais pas s’il y a des plongeurs chez CUK, mais défendre ces animaux est une cause noble.

11)
okgenial
, le 26.05.2014 à 23:28
[modifier]

@Diego.

Ce film date des années soixante, la mer était encore un lieu inconnu et très peuplés.

Pour infos, en 20 ans 50% des papillons ont disparu en France, du fait de l’utilisation des pesticides, et des voitures, et là pas d’images ou de videos sur youtube. C’est comme pour les abeilles.

Les conneries qui ont été faite il y a 50 ans n’ont pas le même impact que maintenant. Cousteau n’était pas un saint comme tous les « explorateurs-scientifiques » de l’époque, regarder le nombre d’éléphants, rhinocéros, tigres et autres animaux qui ont été massacrés pour de raisons économiques (ivoire) et qui le sont encore.

Et pour les détendeurs Mistral le site de vieux matos

http://plongervieuxdetendeurs.blog4ever.com/blog/index-126301.html

12)
skyroller01
, le 27.05.2014 à 07:11
[modifier]

@okgenial:

Tu as parfaitement raison, le requin est un animal magnifique, qu’il faut démystifier. Tu te lances dans un article pour cuk? Je pense que le Maître de ces lieux n’y serait pas contre :-)

Pas besoin d’être un plongeur chevronné pour ce faire, mais simplement du respect et un peu d’admiration pour ce qui nous entoure, même le requin…

13)
Diego
, le 27.05.2014 à 08:23
[modifier]

Ce film date des années soixante, la mer était encore un lieu inconnu et très peuplés

Et ceci explique cela ? Pas pour moi. Parmi les gens un peu curieux du monde sous-marin (du moins ceux que je fréquente), le fait que M. Cousteau était un businessman qui vendait une vision grand public du monde sous marin, et pas un scientifique qui l’étudiait, n’a jamais fait débat.

14)
skyroller01
, le 27.05.2014 à 09:52
[modifier]

@Diego:

+1

La marque « Cousteau », avec sa logistique, ses moyens et sa médiatisation (et JYC lui-même avec son charisme) a permis de vulgariser à large échelle le domaine de la mer, mais il y avait toujours quelques chercheurs de renom pour cautionner tout ce travail. « Cousteau », ça a été une formidable plateforme qui permettait ce mix.

Quand on sait que lui-même, JYC, n’était que rarement présent sur les lieux des expéditions… Mais cela n’enlève rien au travail accompli, c’est cette plateforme globale qui en était la force motrice…

15)
okgenial
, le 27.05.2014 à 16:00
[modifier]

@Diego

Et ceci explique cela ?

Je n’explique rien, tant de films de cette époque montrent les erreurs des hommes (essais nucléaires, urbanismes…)

Je ne cautionne surtout pas ce qu’a fait Cousteau, mais il a permis à des enfants de découvrir la faune et la flore sous marines.

Il n’était pas un scientifique, c’était un militaire, imbu de sa personnalité.
Et parmi tous les plongeurs que je fréquente, cela ne fait pas de débat également.

Ces films permettent aussi de comparer ce que « nous » avons fait depuis 40 ans de nos mers, un ocean de plastique et un vide de vie, non il reste les méduses.

16)
drazam
, le 30.05.2014 à 06:13
[modifier]

Pour habiter à Concarneau, j’y vois malheureusement croupir la Calypso depuis des années. Quelle tristesse, heureusement il reste notre mémoire collective, pour ceux qui connaissent, pas les jeunes… Les marins et locaux ne sont pas tendres avec la veuve Cousteau, et beaucoup pensent que la meilleure destination pour ce navire mythique est un fond marin, en le coulant.

http://www.ouest-france.fr/calypso-le-bateau-de-cousteau-libere-de-lecueil-judiciaire-1619290
http://www.ouest-france.fr/calypso-concarneau-lequipe-cousteau-va-faire-appel-de-la-decision-de-quimper-1620310