Profitez des offres Memoirevive.ch!
«Mes» 30 ans du Macintosh

2014 étant l'année des 30 ans du Mac, il fallait marquer le coup. Mais, en y réfléchissant plus à fond, je me suis dis pourquoi ne pas le faire, mais en orientant l'humeur non pas sur ce qui a déjà été dit, mais plutôt sur nos propres expériences du Mac. Qu'est-ce qu'a apporté le Mac, pour vous lectrice/lecteur, dans votre vie?

D'autres bien meilleurs que votre humble serviteur s'y sont attaqués, un exemple parmi d'autres étant la publication magnifique du numéro spécial de iCreate (une jolie pièce d'Histoire sur un beau support qu'est le papier), mais rarement du point de vue «utilisateur». Pour certain, le Mac n'est qu'une machine parmi d'autres, une casserolle bien faîte qui suffit à bien cuisiner... Et pour d'autre, c'est «la» casserolle à avoir, à utiliser, à aimer, à chérir, et à partager avec les autres. J'en fais partie je l'avoue, j'adore le Mac.

Alors allons-y, voici un bon coup de rétro-pédalage...

1986; un jeune ado introverti, scolairement moyen hormis en math - boutonneux et lunetteux à souhait, portant de belles chemises à carreaux dignes d'un bûcheron canadien ainsi qu'un pantalon en velour lui remontant jusqu'aux aisselles, un brushing d'époque (quel horreur) et des lunettes à la Bill Gates - découvre ce qui informatiquement parlant va changer sa vie. Durant certains cours à option, on pouvait choisir «informatique», et mon établissement scolaire avait une salle complète pleine de ceci:

 

 

Macintosh Plus et une LaserWriter, retouchés pour mieux les faire ressortir ©AppleUn Macintosh Plus et une LaserWriter, retouchés pour mieux ressortir ©Apple

 

A l'époque, je n'étais pas tombé de la dernière pluie; en informatique, j'avais déjà usé pas mal de livres de programmation, et était un adepte des petites machines du type Sinclair ZX/81 ou Sharp PC-1401 avec un Basic© intégré (en voici une petite histoire, bon c'est en japonais mais la ligne du temps est compréhensible):

 

PC-1401Sharp PC-1401

 

Mais ce Mac Plus, quelle claque! En vrac: la souris, les menus déroulants, la disquette, et puis les logiciels tels que Mac Paint, Mac Draw, un peu plus tard HyperCard (un point que nous avons partagé avec le Boss). Bref, je n'avais qu'une envie, finir l'école et pouvoir travailler avec cette machine magnifique. Et quel était le domaine, à l'époque, qui était «the place to be», le Facebook/Google/Twitter/Web2.0 de l'époque? Le Mac a révolutionné un domaine en tout premier: la PAO.

Dernière chose en rapport avec le Macintosh Plus, essayez ceci... Ça ne fonctionne pas sur iPad me semble-t-il, mais avec un navigateur récent c'est trop cool :-)

Tout en faisant mon apprentissage de typographe, toujours aussi boutonneux et lunetteux, j'ai d'abord bassiné mon père pour nous acheter un Mac; le premier modèle que nous avons eu, suivi d'une longue série d'autres modèles, était un Mac SE; pas un iMac SE d'il y a 14 ans, mais un Mac SE qui en a 27..., que nous avons assez vite upgradé en SE/30... Une pure merveille:

 

6_SE-30Un Macintosh SE/30

 

Une perfection ce SE/30; d'ailleurs je l'ai toujours et il fonctionne parfaitement. La force de cette machine était qu'Apple a condensé un Mac IIx dans un compact, en gardant son port de connexion direct, un PDS full 32 bits; j'y ai mis respectivement une carte vidéo RasterOps 264 (un monstre capable de gérer un écran couleur externe jusqu'au 21" en 24 bits 16Mio de couleurs simultanés), puis une carte Ethernet. Toujours apprenti, cette carte vidéo m'avait coûté largement plus qu'un bras, des mois de côtisation pour arriver à remplir le bordereau de commande. Ça fait peut-être rire aujourd'hui, où le moindre iPhone/iPad en affiche plus; un écran 21" de l'époque (plus de 25kg sur la balance) était normé avec la résolution 1152x870 pixels, un iPad rétina 2048x1536...

Le hic, c'est que l'on ne pouvait pas mettre 2 cartes dans le SE/30; pour ça, je suis passé à un Mac II:

 


4_MacII
Un Mac II, avec son écran 13" Trinitron, retouché pour mieux ressortir ©Apple

 

Dans ces machines, on pouvait mettre au moins une carte vidéo (enfin on devait, il n'y avait aucune carte d'origine) ou plus, ainsi que d'autres cartes, dont réseaux. Internet était à ses balbutiements, et pourtant j'ai fait mes premiers travaux de développement sur ce Mac; entre deux, il était passé de Mac II à IIfx...

Petite anecdote en rapport avec la photo précédente: Apple a toujours mis en avant les capacités graphiques des Mac II, à juste titre; elle y présente toujours la même et superbe image en 3D, en couleur et tout et tout... Sauf que cette image n'a jamais été «rendue» et calculée sur Mac, mais sur un Cray; ce même Cray servait à concevoir les schémas logiques des cartes mères de nos Macs :-)

Dernièrement, en fouillant/backupant mes dernières disquettes, que j'ai toutes sauvegardées sur d'autres supports en passant par un PowerBook 1400c (avec une carte réseau PCMCIA Ethernet sur un point de partage avec OSX), je suis retombé sur le fichier originel de la fameuse image; à l'époque c'était comme avoir le Graal, la voici:

 

5_MacII_Spheres_Desktop_1987Un sacré morceau d'histoire, que ce tas de pixels... Résolution d'époque SVP, 640x480.

 

Et en voici une version moderne, refaîte avec les techniques d'aujourd'hui, ici.

Après, je suis passé au PowerPC. En 1997-98, en tant qu'étudiant à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne, où il me fallait quelque chose de performant et de transportable, chose doublement difficile à l'époque, d'abord techniquement et surtout financièrement... Et donc j'ai coupé la poire en deux, un bout dans un Mac de bureau raisonnablement performant (PowerMac 7200, puis 7500 avec carte PowerPC 604@180Mhz), et l'autre bout dans un eMate 300. Pour moi cet eMate est réellement l'ancêtre de l'iPad; une autonomie à tomber, plus d'une semaine sur sa batterie, utilisation journalière pour la prise de notes et dessins/schémas. L'eMate 300 est réellement la première machine dessinée par Jonathan Ive, un certain designer chez Apple...

En cherchant le moyen d'avoir du matériel et un service correct pour mes Macs (ne pas oublier l'époque que nous vivions, il fallait vraiment être motivé pour rester sur Mac dans la 2e moitié des années 90...), je suis tombé sur une petite boîte à Lausanne qui venait d'ouvrir son échope quelques mois plus tôt; j'y ai trouvé ce que j'étais venu chercher, à savoir une nième carte d'extension pour mon Mac II et des gens sympathiques.

Et voici ma 2e claque en rapport avec le Mac, et elle est double:

 

PommeA_PAJPommeA, puis le projet PommeAJour, à Lausanne.

 

Ce que je ne savais pas c'est que j'allais également repartir avec un job; d'abord à mi-temps, puis à temps plein. C'est là que j'ai fait la connaissance également du Boss, cuk en personne. Chez PommeA, le projet PommeAJour a pris de l'ampleur; d'une part il y avait des développements classés «secret défense», et l'autre carte de PAJ a été Mac OS X et le navigateur OmniWeb.

Je ne vous apprendrai rien, Mac OS X est directement extrapolé de NeXTStep/OpenStep; on dit qu'Apple a racheté NeXT, c'est vrai «financièrement», mais du point de vue technique c'est l'inverse... Peu de temps après l'achat de NeXT, 8 hauts dirigeants sur 10 étaient des anciens de NeXT. Mac OS X permettait d'apporter la stabilité du système qui manquait terriblement avec les versions Apple de Mac OS 7.5.x et 8; avec la 8.6 US on revenait à quelque chose d'utilisable, et avec la 9.1/9.2 c'était à nouveau bon, mais on avait les limitations technologiques d'un système en bout de course.

Pour PommeAJour (je pense qu'aujourd'hui il y a prescription...), il nous fallait des bases de données, mais il fallait surtout les remplir avec quelque chose; et là le couple OS X et Omniweb a fait merveille. Entièrement scriptable depuis le Terminal (désolé François :-) je sais que tu n'es pas trop porté là-dessus) et les services du système, on pouvait demander à Omniweb de checker un contenu de liens et ainsi ressortir ce qui était nouveau/mis à jour dans un fichier de log. Exécuté plusieurs fois par jour, cela nous permettait de rentrer les nouveautés, et à vous utilisateurs/trices du service de recevoir les mails avec les liens directs.

Bref, c'était cool; et NeXTStep/Mac OS X a été le renouveau d'Apple, et ma 3e claque:

  NeXTStep_MacOSXNeXTStep 3.3 à gauche, Mac OS X 10.1 Puma à droite.

 

Pour exploiter convenablement Mac OS X, j'avais troqué mon PowerMac 7200, mis à jour en 7500 avec un PowerPC 604@180Mhz, mis à jour avec une carte mère d'un G3 gris Desktop (qui utilisait la même carcasse), contre un PowerMac G3 bleu/blanc Yosemite. Du point de vue matériel c'est mon 2e coup de coeur, cette machine est magnifique et tellement bien pensée et construite... Je l'ai toujours également, parfaitement fonctionnelle.

 

C36961 FAMILY_LOW
Un PowerMac G3 B/W Yosemite

 

A nouveau, c'est une machine qui a duré; après de multiples mises à jour (changement du processeur G3@350Mhz d'origine par un à 500Mhz, puis une carte mère d'un G4 AGP ce qui lui permet de supporter Mac OS X 10.5 Leopard, une carte PCI-ATA@133 pour de meilleurs débits, puis une PCI-SATA pour de nouveaux gros disques durs en SATA, ainsi que toute une série de cartes vidéos diverses, ...), il a été remisé tout dernièrement, précieusement avec les autres anciens et dans sa configuration d'origine je précise, après plus de 12 années de bons et loyaux services. Pas mal quand même, non?

Puisqu'on est dans les G3, j'ai adoré les iBook G3 pour 2 raisons; d'abord leur gueule:

 

13_iBook_300.jpgUn iBook coquillage G3@300Mhz

 

Ensuite, c'est grâce à un modèle 14" G3@900Mhz, un des tous derniers blancs dual-USB que j'ai rencontré celle qui allait devenir Mme Skyroller. Pour toutes ces raisons, j'adore ces machines; hormis quelques modèles avec la carte vidéo ATI boîteuse (dual-USB de 500 à 700Mhz), ce sont des machines increvables. Aussi bien mon coquillage G3@466Mhz que le dual-USB blanc G3@900Mhz de Mme Skyroller sont encore fonctionnels, batteries fatiguées soit.

Actuellement ma machine principale est un MacBook Air, mais ma machine de backup - vous savez, celle que vous sortez en catastrophe quand plus rien ne va; c'est rare mais ça arrive... dernièrement le disque du Air a lâché; alors ok, TimeMachine est là pour vous sauver, mais sur le moment il faut bosser, et là la machine de backup est présente - est un PowerBook G4 12".

Oui, c'est un PowerPC! Et alors? On ne peut pas travailler en 2014 avec un PowerPC? Et bien c'est peut-être le sujet d'une prochaine humeur sur cuk.ch, démontrer par l'exemple que le PowerPC n'est pas mort...

 

 14_PB_G4_12inch_4Il est pas beau, mon PB G4 12"? Hein?

 

Il a une réputation de machine pas facile à réparer; c'est vrai, mais comme les iBook G3/G4, ce sont des machines bien pensées et quand on fait bien attention à faire les choses dans l'ordre, tel que décrites par nos confrères du merveilleux site iFixit, c'est dans la poche.

Il est vrai qu'aujourd'hui je suis plus sur des iBidules et dérivés que sur mes Macs, mais sans Mac pas de développement pour iPad/iPhone/iPod, et avec iCloud et autres outils dans le nuage tout est partagé... Quel confort. Cette humeur en est le parfait exemple, presque intégralement faîte sur iPad y compris la recherche des photos et autres sources, en passant par une petite séance de recadrage/retouche sur le Mac, c'est ça l'outil informatique aujourd'hui, un mixte bien pratique.

Voilà, c'était ma première humeur récente (si vous cherchez bien dans les archives de cuk, mais vraiment anciennes); aucun sujet déjà prévu pour les suivantes, mais en écrivant celle-ci je trouve l'idée d'en faire une sur le PowerPC et son utilisation aujourd'hui intéressante, non? Un intérêt quelconque?

Autrement, si c'est trop «moderne», on pourrait faire de même avec les 68000 ;-)

Au plaisir de vous relire, et encore un bon anniversaire Macintosh!

 

1_Mac-apple-30-ans

PS: alors? Qu'est-ce qu'a apporté le Mac, pour vous lectrice/lecteur, dans votre vie?

24 commentaires
2)
ysengrain
, le 24.03.2014 à 08:49
[modifier]

Comme chacun s’en doute, j’évoque les MacManiaques, on a à peu de différences près, tous eu le même parcours: tu rencontres ou a rencontré un jour cet ensemble magique et c’est pour la vie.

MacPlus, SE aussi transformé en SE/30, une carte video me permettant un écran >20″ (d’aussi 30 kg), un MacII sur lequel j’avais monté un DD de 150 Mo, monstrueux à l’époque – qui n’a jamais pu digérer un soft d’édition musicale permettant de jouer la partition; après 2 disques durs, j’ai renoncé, un Mac II ci,2 MacBook Duo, d’innombrables disques durs, m’ont permis d’apprendre encore et toujours. Réseaux et leurs logiques, programmation, et enfin mise au point d’une énorme base données qui a géré mon service pendant 29 ans (la néphrologie traite les maladies de reins: nous avions appelé cet applicatif Rein-Formatique).

Depuis, j’ai eu 2 Powerbook G4, 3 MacBookPro, j’ai dû oublié quelques LCx et l’Apple II GS qui fonctionnait en réseau avec les Macs. Je ne sais même plus comment on fait.

Je n’oublie pas que cette structure utilisait des imprimantes, maillons faibles, et irréparables au plan de la fiabilité. Quat à celle des Mac, l’histoire du Mac II mise à part, j’ai juste constaté la rupture du disque dur de 40 Mo de mon premier Powerbbok G4

3)
Tom25
, le 24.03.2014 à 09:12
[modifier]

Je ne sais pas comment tu fais pour écrire un article depuis l’iPad, les iBidulles sont quand même peu pratiques dès qu’on fait quelque chose d’un peu plus long et d’agrémenter (d’images etc.).

Je suis sur le point de replacer mon MacBookPro 17″ intel qui a 5 ans par le dernier né en 15″ rétina.

4)
Alain Le Gallou
, le 24.03.2014 à 09:19
[modifier]

J’ai eu à peu près le même parcours en type de machine. J’ai toujours mon ZX81, mais je n’ai plus mon premier SE30 achat en 1989, ni mon Iici en 1994 pour qui je garde un souvenir ému pour sa construction. Un PowerMac G3 bleu a suivi en 1999, un pismo en 2000, un MacMini 2005, iMacC2D en 2007, un MacBook Air en 2008. Un iMac27 en 2009 qui durera jusqu’à sa mort.

5)
marcdiver
, le 24.03.2014 à 10:38
[modifier]

En 1995, dans la vingtaine, j’entendais mes amis parler de « machin 486 », de MS DOS, de disque dur, et je n’y comprenais rien ! Finalement je me suis dit qu’il fallait que je passe le pas. Je suis entré dans un magasin, sans savoir qu’il y avait différents mondes, dont Apple et les autres ! C’était une boutique Apple, et je suis sorti une semaine après avec un Power PC 5200. Je l’ai fouillé tout l’été…. extensions, préférences…. nouvelles applications, enlever d’autres… jusqu’au moment où il a affiché « processeur arithmétique absent »…. bon là j’étais mal….
Puis en Power mac violet en 98 que j’ai toujours et qui fonctionne encore, que mes amis sur PC m’ont eu emprunté pour monter des films ! Un imac 21 en 2006, un imac 27 en 2012 (de la bombe !!!) et trois portables fournis par l’école depuis 10 ans.

6)
François Cuneo
, le 24.03.2014 à 11:52
[modifier]

PS: alors? Qu’est-ce qu’a apporté le Mac, pour vous lectrice/lecteur, dans votre vie?

Tout…

Je suis entré dans la secte, je me nourris d’elle, je pense à elle, je lui donne tout mon argent…

7)
ToTheEnd
, le 24.03.2014 à 11:55
[modifier]

Je suis entré dans la secte, je me nourris d’elle, je pense à elle, je lui donne tout mon argent…

Allons allons, y a la photo aussi…

T

8)
Saluki
, le 24.03.2014 à 12:16
[modifier]

Je suis entré dans la secte, je me nourris d’elle, je pense à elle, je lui donne tout mon argent…

J’ai compris pourquoi ile ne reste rien pour ça

9)
Goldevil
, le 24.03.2014 à 13:27
[modifier]

Mon premier contact avec Apple fut la salle d’informatique de mon collège remplie d’Apple ][. Le basic, les lecteurs de disquette, l’assembleur 6502… Une autre époque ou l’informatique était avant tout une affaire de bidouilleurs.

J’ai fait une incursion bien plus tard dans le monde Mac en poussant mes parents à acheter le premier iMac G3 vers 1999… même si de mon côté je continuais à utiliser des machines Windows, Linux voire SUN Solaris.

Cet iMac était une belle machine, très simple à utiliser, avec une interface agréable mais l’OS était vraiment primitif avec des limitations parfois ridicules pour l’époque (comme la gestion de la mémoire). Mes parents m’appelaient parfois à l’aide à cause de paramétrages techniques particuliers. Dommage sur une telle machine.

En 2005, quand Apple a proposé le premier Mac mini G4 à 499€ j’ai décidé de m’y mettre, entre autre de manière à pouvoir tester des logiciels multi-plateformes que je développais. J’ai vraiment apprécié OS X qui rassemblait la puissance et la fiabilité Unix et une interface graphique un cran au dessus de Windows Vista.

En fin de compte j’ai surtout brillé en société avec des montages réalisés avec PhotoMagico et iMovie.
Mais le virus était là et j’ai investit dans un MacBookPro 15, un MacBook blanc, un second Mac mini comme serveur et depuis peu un MBPro Retina 13.

Néanmoins, peut-être que cette histoire s’arrêtera là.
Quand je suis passé au Mac, des PC haut de gamme proposaient parfois déjà un hardware équivalent aux Mac mais le système d’exploitation et les logiciels faisaient vraiment la différence.

Aujourd’hui, Windows 7 est d’une grande stabilité, certains logiciels Windows sont devenus aussi bons que leur équivalent Mac et je ne suis plus autant émerveillé des nouveautés apportées pas les dernières versions d’OS X.

On verra d’ici 5 ans, je pense que ma bécane tiendra bien jusque là.

10)
RMN73
, le 24.03.2014 à 15:39
[modifier]

Bonjour,

Ah que de souvenirs !
Mon tout premier Apple était un Apple IIc où mon dernier Fils coloriait des dinosaures en … nuances de vert. Ensuite un Apple II GS histoire de faire un peu plus sérieux, et enfin une flopée de macs : en partant du Macintosh II SI, en passant par le Cube pour finir (pour l’instant par un iMac 24″). Sans compter ceux de ma femme qui reprenaient mon ancien modèle quand je passais à un nouveau ! Et qui maintenant évolue comme une grande dans sa propre gamme portable (Macbook Air actuellement).
Quand je regarde bien, ça fait un peu peur de savoir le fric que j’ai laissé dans cette passion … mais quand on aime on ne compte pas !

11)
Dom' Python
, le 24.03.2014 à 16:37
[modifier]

mais quand on aime on ne compte pas !

Ben si… Avec ma femme on s’aime et on compte beaucoup l’un pour l’autre.

12)
Tom25
, le 24.03.2014 à 16:45
[modifier]

Moi aussi j’aimais beaucoup ma femme, et je compte encore combien ça m’a coûté ! :-))

J’ai également débuté sur Apple ][e, j’avais même, sur la fin, 4 lecteurs de disquettes car j’avais récupéré des trucs je ne sais où. Puis Mac Classic, Mac LC, iMac G3 (les fameux de toutes les couleurs qui ont relancé Apple), un iMac Intel et un MacBook Pro intel, et là, aujourd’hui, je me suis commandé
MacBook Pro avec écran Retina 15,4 pouces reconditionné avec processeur quadricœur Intel i7 à 2,3 GHz

13)
Madame Poppins
, le 24.03.2014 à 17:19
[modifier]

T’as vraiment porté des chemises de ce genre ?????? Et pour le brushing, t’aurais pas une photo ?

Le Mac, moi, c’est le classique puis le performa, où j’avais l’impression d’entrer dans une nouvelle ère ! Puis j’ai adoré mon coquillage, exactement de la couleur de celui dans ton billet.

Bref, que de bons souvenirs mais rien de bien original, je n’avais pas préalablement utilisé de floppy disk !

Ce que l’informatique, mac ou pas, n’a pas changé : mon agenda trop plein qui m’empêche de rencontrer aussi souvent que je le voudrais certaines personnes !

14)
Microbd
, le 24.03.2014 à 18:14
[modifier]

Super, j’ai pratiquement revu tous les Mac que j’ai eu et aussi le Sharp PC-1401 avec un Basic© intégré… A quand un Basic sur Mac ?
Applement vôtre.

15)
Jean Claude
, le 24.03.2014 à 18:22
[modifier]

Je suis entré dans la secte, je me nourris d’elle, je pense à elle, je lui donne tout mon argent…

Et les machines »expresso » à thé, et les appareils photos, et dernièrement les montres : ce n’est quand-même pas du matériel volé !

De mon côté j’ai une collection de logiciel… par exemple l’ensemble des versions d’Xpress, de Freehand bloqué par Adobe en Version 11. Cela fait toujours un petit quelque chose en faisant le tour des disques durs qui s’empilent : une vrai bibliothèque de métal.
La programmation ce fut sur une HP 41 avec sa fameuse notation polonaise inversée, puis comme beaucoup sur le Basic d’Apple sur un apple 2C puis sur l’Apple 2GS.
Je me souviens d’avoir râler à l’apparition de Lisa : quoi ? système fermé à l’utilisateur lambda, ne plus pouvoir intervenir sur les programmes ! J’étais jeune, on change puis on domestique ces drôle de bêtes.

16)
Tom25
, le 24.03.2014 à 20:08
[modifier]

J’étais jeune, on change puis on domestique ces drôle de bêtes.

Ouais bof, je n’ai pas l’impression que les gens s’adoucissent en vieillissant … ;-) .

Nos stats Françaises ne nous donnent pas les âges suivant les ratios des votes, mais je suis loin d’être sûr que ce soit les plus jeunes qui aient les votes les plus … “dures”.

19)
Gr@g
, le 24.03.2014 à 21:21
[modifier]

Merci!

Pour ma part, avec un père typographe il m’a amené un Mac SE je crois. Avec l’écran noir et blanc c’est bien cela?
Ensuite, j’ai récupéré souvent ses anciens ordis lorsqu’il est devenu indépendant:
Un Quadra avec un lecteur CD externe qui est l’ordi qui a tenu le coup le plus longtemps, soit environ 14 ans il me semble, un 8500, et ensuite j’ai pu m’acheter un IBook en 2001, puis je n’ai eu que des MacBook Pro.
J’ai par ailleurs à la maison, mais c’est celui de ma femme, le plus dingue de tous je trouve en matière de design: un iMac tournesol!

20)
Macramé
, le 25.03.2014 à 05:46
[modifier]

Bonjour,

Merci pour ces souvenirs qui me replongent dans ma vie « pommée » …

Après fait joujou sur un PC équipé de DOS (Des lignes blanches sur un joli fond noir …), puis une courte utilisation d’un Amstrad refilé par une copine, je me suis retrouvé à utiliser un LC et un Performa, système 7. Que de bons souvenirs !
A suivi un « berlingot bleu » (iMac G3) équipé du système 9, une belle esthétique, mais un système déplorable qu’il fallait régulièrement ré-installé…
Des ordinateurs de bonne qualité qui fonctionnaient toujours quand je les ai donnés à des amis … Je n’en dirais pas autant des suivants :
– iMac blanc G5, mort de la carte mère en un peu plus de 3 ans … (idem pour celui de ma compagne)
– iMac Alu Intel : au bout de 3 ans, il ne fonctionnait plus que sur 3 pattes, il fallait sans arrêt y faire des réparations …
– Depuis août 2012, un nouvel iMac dont je suis satisfait (cependant, il a fallu changé l’écran de celui de ma compagne, écran qui présentait de jolies barres verticales multicolores…, Ouf ! Cela n’a rien coûté grâce à l’Applecare) …

La qualité des ordinateurs Apple s’est réellement détériorée au fil du temps, mais si c’était à refaire, la Pomme serait toujours à mon menu quotidien, d’autant que chaque fois que je pianote sur un PC équipé de Windows je trouve le système mal-aisé, peu logique, peu intuitif …

Bonne journée pommée.

22)
rdp10
, le 25.03.2014 à 18:36
[modifier]

Comme l’avance Ysengrain, nous somme sans doute assez nombreux à présenter ce genre de profil d’utilisateur Apple.

De la caisse à savons de l’Apple II à celle du Mac II et la suite de la fin d’années 80 et début 90 (Ah, l’irruption de Pepsi-Cola chez Apple !) en passant par les premiers Mac compacts de 84, jusqu’aux alus design actuels en passant par les bulles multicolores des premiers iMac. J’allais oublier les portables du début, noirs et à l’autonomie dérisoire.

Et aussi les premiers mails, avec ces modems grésillants à 56 k qui permettaient de lire en ligne et répondre de même.

Le temps aussi du « Club Apple ». J’en fus même un temps un animateur (si, si, même pas honte !). Et celui de Compuserve et compagnie, et en France de CalvaClub devenu CalvaCom et sa « cité Mac » pleine de « fora » souvent marrants où l’on rencontrait même Marc (l’Africain) qui rôde parfois par ici et que je n’ai toujours pas pris le temps de visiter du côté de Dakar.

Le monde du Mac est une petite nébuleuse où l’on rencontre encore pas mal de gens fort sympathiques, même si Apple semble s’ingénier depuis quelques temps à nous compliquer de plus en plus l’existence, et quelque fois même à nous la pourrir un peu.

23)
zitfan
, le 25.03.2014 à 19:19
[modifier]

Bonjour les Pommeux !

Il y a une nuance, le seul Mac qui a 30 ans, c’est le 128k et ses quelques déclinaisons (SE…). Il y a eu tellement de lignes de produits que ça n’a pas trop de sens de dire « le Mac a 30 ans ».

Pour contribuer quand même à cette foire nostalgique, des faits marquants :
– avoir cliqué sur une souris d’un Mac 128K lors de l’Apple Expo 84
– avoir réussi à faire tourner Mac OS X 10.1 sur un vieux Mac pas prévu pour (604e à 200 MHz !)
– à force de récup, bidouilles, occas, n’avoir payé à Apple que quelques titres sur aïeTunes
– continuer à survivre sous Snow Leo, le dernier MAC OS

Bons iOS et iTrucs à tous !

24)
Ange
, le 29.03.2014 à 05:44
[modifier]

Même type de parcours en parallèle : après des début de programmation en basic sur une Casio 702P, début de mon aventure mac; alors étudiant, avec l’achat d’un mac LC (« Low Cost » à 19 000 F…), LC qui est dans mon grenier et que j’ai déjà relancé dernièrement pour montrer le jeu « Tinies », puis un Powermac qui tourne encore dans la pièce d’a côté avec un second récupéré, où mes enfants ont découvert les jeux en réseau (mes enfants, ces « ingrats » ! ;-) qui sont passés au Pc pour compatibilité avec tous leurs potes), puis 2 iMacs 21″ et 24″ qui eux, ont leur carte graphique ou écran qui ont lâché :-(, et qui m’ont poussé à passer sur mac mini. Constat : mes anciennes machines tournent encore, alors que les dernières sont HS…
Cet article me fait également me rappeler ma vie d’utilisateur de mac, souvenirs de découverte des logiciels dans les journaux tous les mois, de sauvegarde sur disquettes 3,5 (toute ma kyrielle de D7 est encore ici dans des cartons), de mes développements sur Filemaker pour des assocs, de mes recherches généalogiques sur mes propres softs avant de passer à des logiciels commerciaux, de mes nombreuses piges sur MacGe,…. un monde bien différent et plus attachant que celui de mon boulot passé de Solaris, à silicon graphics, à linux, puis aux windows….