Profitez des offres Memoirevive.ch!
118

118 quoi ?

Biin, 118 éléments, as far as we know, c'est le nombre des éléments chimiques qui composent toute la matière qui nous entoure —et encore, parmi les 118, quelques uns des derniers sont faits de la main de l'homme— (on essaye, dans les quelques rares laboratoires suffisamment équipés dans le monde de synthétiser des éléments plus lourds, mais pour le N° 118, on a observé un atome une fois, et deux lors d'une autre expérience, ça n'a pas l'air simple).

Ils sont regroupés dans un magnifique tableau :

que voilà, avec plein de jolies couleurs de ci de là.

que voilà, avec plein de jolies couleurs de ci de là (image Wikipedia).

Une autre version plus précise (dans la langue de Buster Keaton) :

La même chose en plus précis, donc (image Wikipedia).

La même chose en plus précis, donc (image Wikipedia).

Mais en fait, on le voit mieux dans cette image :

Les deux lignes du bas des figures ci–dessus viennent en fait vers le milieu en bas...

les deux lignes du bas des figures ci–dessus viennent en fait s'intercaler vers le milieu en bas (image wikipedia encore)...

ça fait un tableau plus large.

Ce tableau a été inventé au XIX ième siècle par Dmitri Mendeleïev, pour y « ranger » les éléments connus en fonction de leur numéro atomique (le nombre de protons du noyau). Pour en savoir plus, je vous encourage à lire par exemple la page wikipedia qui s'y rapporte (parce que si j'en écris plus, je risque de dire de grosses bêêêêêêtises).

Donc, tout ça pour en venir au fait que, bien que faiblement comprenant des choses des sciences, ça ne m'empêche pas d'en être très intéressé et curieux. J'ai fait partie de ces enfants qui ont eu la chance de découvrir ces choses avec une boîte de chimie amusante contenant diverses substances dans de petits flacons et éprouvettes, quelques tubes à essais, des pipettes et un ballon... Et j'adorais ça !

Et, bien que j'aie de plus en plus de mal à me concentrer sur les images qui bougent, je vous propose aujourd'hui d'aller visiter un site qui montre plein de petites vidéos, de moins de deux à moins de dix minutes pour les plus longues...

Periodic Videos

C'est un site de l'université de Nottingham qui nous donne à voir une vidéo pour chacun des éléments du tableau.

Le professeur Martyn Poliakoff en pleine action.

Le professeur Martyn Poliakoff en pleine action.

 

Rien que la tête de notre hôte, le professeur Martyn Poliakoff me met en joie, mais il est vaillamment secondé par toute une équipe qui met la main à la pâte pour nous montrer, quand c'est possible, une ou des expériences simples... et les plus spectaculaires possibles. C'est en britannique, mais (à part une des actrices à l'accent assez prononcé) vraiment compréhensible, et puis, en fait, les images parlent souvent d'elles mêmes :

Explosion d'un ballon rempli d'hydrogène.

Explosion d'un ballon rempli d'hydrogène.

Je ne suis pas encore arrivé au bout du site, je picore, dans l'ordre, quelques vidéos par jour (j'en suis au zirconium, l'élément N° 40), mais c'est vraiment un plaisir renouvelé. Toutes les vidéos ne montrent pas forcément d'expériences, certaines, celles de moins de deux minutes se contentent de nous parler un peu de quelques propriétés de l'élément et de nous le montrer, au terme d'une séance d'ouverture de paquets (unboxing) digne des dernières nouveautés à la pomme ((j'exagère à peine).

C'est la plupart du temps très drôle (l'équipe est vraiment à fond) et toujours passionnant (vu mon faible niveau de connaissances dans le domaine).

Pour les feignasses ou les trop occupé paksaâfoutdregardertoussa, quelques éléments avec des expériences spectaculaires : le sodium (Na) et le potassium (K) ou le fer (Fe) —une blague de potache à grand spectacle y est racontée, redoutable !—, ou encore le soufre (S), dingue, le souffre !, voire l'incroyable cœur de gallium (Ga)...

Et une petite pensée émue pour un certain mélange de sodium (Na), un métal léger et mou qui s'enflamme spontanément au contact de l'eau et de chlore (Cl), gaz plus lourd que l'air d'une toxicité telle que c'était le composant principal du fameux gaz moutarde utilisé dans les tranchées au cours de la guerre de 1914-1918; donc ce mélange, NaCl, on en absorbe tous les jours, c'est le sel de table !

Dans un autre ordre d'idée, allez donc jeter un coup d'œil à cette page inquiétante sur un composé terrifiant, le monoxyde de dihydrogène (pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ;o).

Et voilà, j'espère que ça vous a plu, pour ma part, j'y retourne !

 

PS : et vous pouvez aussi aller jeter un regard sur molecular videos, de la même équipe, moins simple, mais tout aussi passionnant.

PS 2 : Et si vous êtes tentés de vous lancer dans l'expérimentation, voyez dans les vidéos les précautions qu'ils prennent : gants, lunettes de protection, sorbonne (hotte aspirante puissante) quand il y a dégagement gazeux, dehors quand ça risque de péter. Vers 15 ou 16 ans, je me suis fait très mal avec de la soude sous les ongles en fabricant de l'hydrogène (sans même le savoir ;o), donc oui, une paire de gants en nitrile, c'est pas un gros investissement...

8 commentaires
1)
ToTheEnd
, le 10.06.2014 à 00:44
[modifier]

J’adore les vidéos de Martyn… tout l’humour et le flegme Anglais avec une super dose de pédagogie.

Bref, je recommande aussi!

T

3)
Jambo
, le 10.06.2014 à 09:17
[modifier]

monoxyde de dihydrogène… donc O et deux H… hmmm ça me rappelle quelque chose, mais je ne vois pas…

7)
sebasto
, le 10.06.2014 à 22:33
[modifier]

Une expérience redoutable en chimie, produire du sulfure d’hydrogène… inoffensif en vidéo, mais en vrai, gare !

H2S