Profitez des offres Memoirevive.ch!
Stratégie de stockage des photos à long terme

Il y a quelque temps, je me suis posé la question de la pérennité de mes photos. J'avais déjà un backup, ce n'était donc pas uniquement une question de protection contre les crashes, mais aussi de répondre à la question: “Comment m'assurer de pouvoir profiter de mes photos dans 30 ans.”

Mon installation était alors la suivante:

  • Un Mac Book Pro, ma machine principale, avec une librairie iPhoto
  • Un backup TimeMachine sur un disque externe
  • Un backup dans le cloud, sur CrashPlan (un chouette service dont je vais vous parler prochainement)

Le principal problème de cette installation est le fait qu'elle se base sur iPhoto. Si, comme moi, vous avez cru Apple quand ils nous annonçaient que leur logiciel resterait performant avec une librairie contenant 250'000 photos, vous en êtes sans doute revenus. Et bien avant 250'000. Ma librairie contient un peu moins de 25'000 photos, et iPhoto a déjà de la peine. Mais la performance n'est pas le seul problème. L'autre, c'est ça:

iphoto lib

Toutes mes photos sont contenues dans un seul fichier. C'est un package que l'on peut ouvrir d'un simple clic droit, mais soyons honnêtes: si Apple met tout ça dans un conteneur unique, c'est parce qu'ils en gèrent le contenu d'une manière un peu plus complexe que si tous ces fichiers étaient disponibles sur le disque. Ce fichier est une sorte de base de données, avec des fichiers de descriptions, des fichiers de raccourcis qui sont là pour augmenter les performances d’iPhoto, etc… Si les détails vous intéressent, il y a un très bon article chez FatCat Software.

Si toutes les photos sont dans une base de données, il y a un risque de corruption qui pourrait me faire perdre toutes mes photos. Et ce risque n'est pas si faible que ça. Il n'y a qu'à voir le nombre de gens à qui c'est arrivé, et le nombre d'articles sur le sujet.

Mon but était de revenir à une organisation des fichiers dans le Finder, sans organisation centralisée dans une base de données. Une librairie qui ne serait pas gérée par iPhoto mais, il ne faut pas déconner, une librairie que je n'aurais pas à gérer moi-même, à la main.

Ma nouvelle organisation doit aussi tenir compte du fait que je prends un nombre grandissant de photos avec mon iPhone. De plus, il faut prévoir que ma chérie puisse ajouter des images, elle aussi. Et tant qu'on y est: j'ai toujours détesté le fait que les captures d'écran et les photos soient mélangées dans iOS ou dans iPhoto. On va en profiter pour régler ce problème.

Exporter les photos

La première étape de ma réorganisation est de sortir les photos d'iPhoto. Le logiciel d'Apple offre une fonctionnalité d'export, mais je ne vous la recommande pas. Tout d'abord parce que ça vous prendra un temps fou (l'export est plutôt fait pour sortir un album ou juste quelques photos) mais surtout parce que cet export modifiera les dates de création des fichiers, ce qui va poser problème pour plus tard.

L'outil que j'ai utilisé pour réaliser l'export s'appelle PhoShare. Ce logiciel, gratuit, est très simple: on le point vers une librairie iPhoto, configure quelques paramètres et l'export va créer une arborescence de dossiers en fonction des images contenues dans la librairie. Parmi les paramètres à configurer:

  • Le dossier cible, où seront stockées les images exportées
  • Les modèles de noms de dossiers (je vais y revenir)
  • L'export ou non des originaux (pour les photos qui ont été modifiées)
  • L'export des méta data et des données GPS.

PhoShare peut créer une arborescence de dossiers en fonction des images qu'il exporte. J'ai choisi d'exporter des dossiers qui suivent le nom suivant:

année - mois - nom de l'album éventuel

Pour que PhoShare puisse exporter toutes les méta data et les données EXIF, il faut installer un outil en ligne de commande: exiftool qui sera lancé par PhoShare durant l'opération.

L'opération va prendre plus ou moins de temps suivant la taille de votre librairie. Chez moi, un peu moins de 25'000 photos ont été exportées en 2 h 30 environs.

Organiser les photos

J'ai choisi de ranger les photos dans une arborescence finale comme suit:

année / année numéro du mois

image arbre

Dans ces dossiers, on trouve toutes les images prises durant le mois, et un dossier Movies, qui contient toutes les vidéos du mois. Il y a une duplication évidente: l'année est présente à la fois dans le dossier “parent” et “enfant”. C'est pour préparer la suite.

À ce stade, ces dossiers sont vides et mes images sont dans une arborescence qui ne correspond pas du tout à ça. Et rappelez-vous, j'ai bien spécifié avant que je ne souhaitais de toute façon pas devoir gérer le rangement à la main. Il faut donc une solution qui va automatiquement trier et ranger les fichiers selon mes besoins.

C'est là qu'intervient Hazel. Ce logiciel, déjà présenté par Fabien sur Cuk.ch, observe le contenu d'un dossier et applique une série de règles sur les fichiers qui s'y trouvent. Ces règles peuvent être assez complexes et touchent plein de concepts de Mac OS X, y compris les tags récemment ajoutés dans Mavericks. Ici, nous allons nous concentrer sur les règles que l'on peut appliquer sur des photos.

J'ai créé un dossier “Camera Uploads”, dans lequel je dépose toutes les nouvelles photos. Hazel va ensuite automatiquement trier ces fichiers pour les ranger dans l'arborescence que j'ai mise en place. Pour ce faire, Hazel utilise les règles suivantes:

hazel rules

La première règle se borne à appliquer les règles suivantes dans les sous-dossiers, pour le cas où je dépose des dossiers dans le dossier “Camera Uploads”. Ensuite, on trouve des règles qui vont identifier tous les types de captures d'écran et les ranger dans une autre arborescence. Pour cela, les règles se basent sur le type du fichier (PNG pour les captures) et les tailles d'images:

hazel rules

Pour ordonner à Hazel de ranger les images dans une organisation comme celle que j'ai présenté plus haut, c'est dans la partie inférieure de la capture précédente que ça se passe. Hazel va trier le fichier, dans deux niveaux de dossier, tous deux basés sur la date de création du fichier. Le format du nom du dossier va, par contre, être différent pour les deux niveaux:

hazel date patternshazel date patterns

Comme vous pouvez le constater, Hazel est très flexible sur le format des noms de dossiers.

La règle de tri des photos est très proche de celle utilisée pour les captures d'écran, avec toutefois une différence importante: on exécute un script en début de règle, et on ne se base plus sur la date de création mais celle de modification. La raison est simple: parmi mes photos, certaines sont dans des fichiers dont la date de création n'est pas celle de la prise de vue de l'image, allez savoir pourquoi.

exif dates

Sur la base d'un excellent article de Federico Viticci sur MacStories, j'ai repris et modifié un script PHP qui va aller regarder les données EXIF de l'image, récupérer la date de création originale et “toucher” le fichier pour renseigner la date de modification avec la date de création originale.

Voici le script en question:

<?php
date_default_timezone_set(“Europe/Paris”);
$exif = exif_read_data($argv[1],“EXIF”);
if ($exif !== false) {
  if (isset($exif[“DateTimeOriginal”])) {
    $date = $exif[“DateTimeOriginal”];
    $time = date_parse_from_format(“Y:m:d H:i:s”,$date);
    $time = mktime($time[“hour”],$time[“minute”],$time[“second”],$time[“month”],$time[“day”],$time[“year”]);
    touch($argv[1],$time,$time);
  }
}
?>

Le reste de la règle est identique à celles pour les captures d'écran: on range le fichier dans l'arborescence décrite plus haut.

À ce stade de ma nouvelle organisation, je sais ranger automatiquement des photos que je copie dans un dossier donné. Les captures d'écran sont triées dans un dossier à part pour ne pas polluer mes photos. C'est un grand pas en avant, mais ce n’est pas encore assez. Je suis encore le seul à pouvoir ajouter des photos dans le dossier, et il faut le faire à la main.

Ajout de nouvelles photos

Entre en scène Camera Sync [lien iTunes] . Cette app iPhone et iPad permet d'uploader automatiquement les images prises par l'appareil mobile vers un dossier sous DropBox, Box.net, FTP, un compte Amazon, un dossier WebDav, un compte Flickr, Microsoft SkyDrive ou encore Google Drive. Pour ma part, ayant déjà un compte DropBox, j'ai choisi ce service.

J'ai également configuré Camera Sync pour lancer automatiquement un upload lorsque je rentre chez moi et accède à mon Wifi. L'upload est donc automatique et rapide. Une fois que les photos sont dans le dossier “Camera Uploads”, elles sont téléchargées sur un ordinateur grâce à la synchro de DropBox et rangées par les règles Hazel.

Le dossier “Camera Uploads” est partagé avec mon épouse, ce qui lui permet d'ajouter des photos à notre collection. Évidemment, rien n'empêche d'ajouter des photos autrement qu'avec Camera Sync. Par exemple, lorsque je prends des photos avec mon reflex numérique, je copie simplement les photos depuis la carte SD vers le dossier “Camera Uploads” et le reste se fait tout seul.

Lorsque je souhaite regrouper des photos en albums, je saute une étape. Je crée directement le dossier de l'album et le range dans le dossier de l'année. Par exemple, le dossier de l'anniversaire de ma fille, en juin de cette année, s'appelle “Anniversaire Anna”. Il est rangé dans le dossier “2013-2006”, lui-même dans le dossier “2013”.

Partage et sauvegarde

Pour aller encore un pas plus loin, j'ai souhaité partager toutes les photos de la famille avec mon épouse. J'ai donc non seulement créé le dossier “Camera Uploads” dans DropBox, mais aussi le dossier cible des règles Hazel. Ça a duré un bon moment pour uploader toutes les photos, mais j'ai maintenant un dossier avec toutes mes photos sur mon compte. Mon épouse y a accès et nous avons maintenant la possibilité de voir toutes nos photos à tout moment.

Comme je voulais tout de même retrouver mes photos dans le dossier “Pictures” sous Mac OS X, et pas seulement dans mon dossier DropBox, j'ai créé un lien symbolique dans le dossier DropBox, à l'aide de SymbolicLinker. Au final, mes photos sont réellement dans le dossier “Pictures”, mais je suis le seul à m'en rendre compte.

En plus de l'accès aisé, mes photos sont sauvegardées une fois de plus sur le compte DropBox. Si ma maison flambe et que je perds les deux ordinateurs portables et les disques durs de backup, il me suffira de me reconnecter à mon compte DropBox pour tout récupérer. Évidemment, si quelqu'un accède à mon compte DropBox et décide d'effacer mes photos, elles disparaîtront de tous les appareils d'un coup. Mais à ce moment-là, il me restera mes disques durs de backup.

En plus de tout cela, mes ordinateurs sont liés à un compte familial chez CrashPlan. Cette entreprise vend un système de sauvegarde dans le cloud qui me plaît bien. On installe un petit logiciel sur l'ordinateur à sauvegarder, et on le laisse faire. Lentement mais sûrement (lentement pour ne pas déranger l'utilisateur quand il travaille), CrashPlan sauvegarde toutes les données que l'on a sélectionnées. Vu que l'espace disque sur le cloud est illimité, CrashPlan ne supprime jamais les fichiers que l'on efface du disque, et garde un grand nombre de versions de chaque fichier. On peut ainsi toujours récupérer ses fichiers en cas de perte de données.

Visualisation et modifications

La librairie était totalement indépendante d'iPhoto, je n'utilise pas ce logiciel lorsque j'ai une image à modifier. Il y a environs une année, j'ai découvert Pixelmator. Ce logiciel est une sorte de “petit photoshop”. Il me fait un peu penser à Photoshop Elements, que j'utilisais il y a des années. Il est nettement plus puissant que ce dont j'ai besoin, et les fonctionnalités de bases (recadrages, retouches légères, yeux rouges, etc…) sont facilement accessibles. Tout cela pour CHF 29.00… autant dire un excellent rapport qualité prix.

Cela dit, avec l'organisation mise en place, n'importe quel logiciel qui n'impose pas sa base de données fait l'affaire. C'est à chacun de trouver chaussure à son pied.

Pour ce qui est de la visualisation des photos, j'ai cherché des apps iOS qui sont spécialisées dans l'affichage d'albums stockés sur DropBox. C'est finalement en lisant un autre article du même Federico Viticci que j'ai installé Unbound [lien iTunes] sur mon iPhone et iPad. Cette app à CHF 4.00 pour iPhone, et pareil pour iPad, se configure simplement en sélectionnant un dossier sur DropBox. Elle permet ensuite de voir ces dossiers comme des albums, avec un bon confort d'utilisation.

unbound iphoneunbound ipad

Unbound maintient un cache local, ce qui rend la navigation rapide et confortable après le premier chargement. De plus, il est possible de désigner des albums à ajouter dans le cache, ce qui permet de les garder en local et les visualiser offline.

Coût de l'opération

Les logiciels et services mentionnés dans cet article sont payants, pour la plupart. Voici le détail:

  • PhoShare: gratuit
  • Exiftool: gratuit
  • Hazel coûte USD 28.00.
  • Compte DropBox Pro. Le mien fait 100 Go, et coûte USD 100 par années. Des tailles supérieures sont disponibles.
  • Unbound iPhone et iPad. CHF 4.00 par app.
  • Camera Sync [lien iTunes] coûte pour sa part CHF 3.00
  • CrashPlan: notre contrat familial coûte USD 149.90 par années et permet de sauvegarder 10 machines. Un compte individuel, pour une seule machine, est facturé USD 60.00.

Je me rends bien compte que cette organisation n'est pas gratuite. Cela dit, on a deux dépenses plus importantes, de 100 et 150 dollars par an. Le reste est très bon marché. De ces deux dépenses, je pense que CrashPlan n'est pas obligatoire: on peut très bien faire sans et se contenter de la copie sous DropBox et utiliser un disque externe, par exemple.

À propos de DropBox, il faut faire attention à un point: ce n'est pas un backup à proprement parlé, mais plutôt une copie synchronisée. Si quelqu'un supprime le dossier en local, il est supprimé chez tout le monde! Pour éviter ce genre de problèmes, DropBox vend un service, à USD 40.00 par années, qui fait office d'historique illimité. Les fichiers effacés sont sauvegardés (ainsi que ceux qui sont modifiés) et peuvent être restaurés si besoin.

Conclusion

Après quelque temps avec cette organisation, je ne voudrais plus revenir en arrière. C'est certes plus compliqué que simplement utiliser iPhoto, mais une fois que c'est en place, il n'y a plus qu'à profiter, tout se fait automatiquement.

Pour ajouter une petite dose de confort en plus, les opérations de rangement sont effectuées par mon MacMini. Il fait normalement office de media center branché à notre TV. J'y ai installé DropBox, Hazel et un client CrashPlan, et c'est lui qui s'occupe de tout. Du coup, les ordinateurs du foyer (deux Mac Book Pro), ne doivent pas rester actifs pour que nos photos soient rangées.

Maintenant la question qui tue: est-ce que tout cela sera effectivement encore là dans 30 ans? Je n'ai évidemment pas la réponse, mais je suis persuadé d'être bien armé pour affronter ces prochaines années!

Je vous souhaite à tous une excellente journée!

… et si vous souhaitez partager des idées d'articles, des liens, des apps, etc… vous pouvez me retrouver sur Twitter.

56 commentaires
1)
fxc
, le 04.12.2013 à 00:15
[modifier]

C’est à chacun de trouver chaussure à son pied.

Surtout les boites, c’était facile une boite par année….

Accessoirement un album, mais cela c’était avant (;D

3)
iYannick
, le 04.12.2013 à 08:52
[modifier]

Je ne me reconnais pas vraiment dans ce genre de besoin, mais je relève l’existence de CrashPlan, j’attends ton article sur celui-ci avec impatience, vu ce que je me suis renseigné, c’est assez le type de service qui me conviendrait.

4)
mazuak
, le 04.12.2013 à 08:53
[modifier]

Excellent ! Je n’utilise pas iphoto pour les mêmes raisons, par contre je fais le tri manuellement. Me réjouis de tester Hazel en combinaisant avec Dropbox.

Merci

5)
Alain Le Gallou
, le 04.12.2013 à 09:13
[modifier]

J’ai évité le piège en m’interdisant d’utiliser iPhoto dès le début à cause de son stockage alambiqué et privé, et en choisissant Lightroom (en promo en ce moment) qui lui stocke les photos directement dans des dossiers du Finder, donc libre d’utilisation.

C’est une règle chez moi, autant que faire se peut, stockage standard et si possible logiciel existant aussi sur PC. Je souhaite ne jamais quitter mon Mac, mais qui sait ce que Apple nous réserve.

6)
Caplan
, le 04.12.2013 à 09:16
[modifier]

C’est bien joli, ces montagnes de photos numériques… Mais qu’est-ce que vous croyez? Que vos descendants vont s’emm… à gérer vos téras de photos en plus des leurs? Tous ces fichiers, aussi bien organisés qu’ils sont, vont disparaître dans les tourbillons numériques de l’histoire.

Le mieux, pour une réelle pérennité, c’est de faire une sélection par année et de commander un album de 100 pages. Là, il y a une chance pour que les générations futures regardent réellement ces photos. En plus, l’acte de sélection est un joli défi, plus exigeant que l’empilage numérique.

Mais si l’accumulation est un simple plaisir personnel, c’est une autre histoire…

7)
Alain Le Gallou
, le 04.12.2013 à 09:23
[modifier]

CrashPlan : le jour où ton disque dur est en panne, il te faudra combien de temps pour downloader ton backup qui est dans le nuage ?

Chez moi c’est une minute, le temps que le Mac démarre sur le backup disque dur local fait avec SuperDuper.

En cas de vol ou d’incendie, idem après récupération du backup qui est chez mon voisin. Pour cela j’ai deux disques en alternance.

8)
Filou53
, le 04.12.2013 à 09:35
[modifier]

Merci pour cet excellent article.

Je me pose aussi des questions sur le même sujet.

Ce sera l’occasion de refaire le point au départ de ton expérience.

Jusqu’ici, j’utilisais également iPhoto avec notamment une sauvegarde en ligne via Memopal (dont je suis d’ailleurs très content ! http://www.memopal.com/fr/ ) et en ne sauvegardant que le répertoire Masters du package iPhoto…

9)
Jambo
, le 04.12.2013 à 09:52
[modifier]

Salut,

Une bonne alternative privée à Dropbox et CrashPlan: http://www.filetransporter.com/

En d’autres termes tous les avantages du cloud sur ses propres disques réseau avec une facilité d’utilisation comme on l’aime sur Mac. D’autres (comme moi) pourront utiliser un NAS à la place.

10)
Sébastien Pennec
, le 04.12.2013 à 09:52
[modifier]

Merci à tous pour vos commentaires! :)

Caplan: ce que mes enfants feront de mes photos, j’en sais rien, et c’est pas vraiment le mon soucis parce que si maintenant je ne fais pas quelque chose pour assurer la pérennité de ces images, ils n’auront rien de toutes façons :) Je le fais pour moi, avant tout.

À la maison, on imprime un album de temps en temps, mais je ne crois pas du tout au côté long terme de ces albums… Un album, ça se perds, ça brûle, l’impression passe avec le temps et, évidemment, le jour où je veux voir une photo précise, elle ne sera pas dans l’album :D

Alain: Si je veux faire un backup régulier, c’est au minimum une fois par semaine. Aller une ou deux fois par semaines chercher le disque, faire le backup et le ramener, c’est pas pour moi. Et avoir un backup chez un voisin, avec mes données d’il y a 3 semaines, ça ne sert à rien puisqu’en cas de crash ça me forcerait à fusionner ce backup avec un autre qui contiendrait des données plus récentes. Le cauchemard.

Maintenant, imaginons le pire: ma maison brûle, avec nos portables, et nos disques de backup. Ils ne sont évidemment pas les uns à côté des autres, il faut donc que tout y passe. Le plus urgent sera de retrouver l’accès à mes mails. Cet accès, je l’ai depuis mon iPad ou iPhone. Pour le reste, je peux attendre quelques jours le temps de tout télécharger. Je n’ai pas besoin de toutes mes photos tous les jours, pareil pour la musique etc… Si j’ai besoin d’un document particulier, je peux y accéder grâce aux apps iOS de CrashPlan. Et au pire, je crois que CrashPlan offre une solution d’envoi de disque dur par FedEx pour récupérer les données plus vite.

11)
Sébastien Pennec
, le 04.12.2013 à 09:53
[modifier]

Jambo: Filetransporter, c’est avec des disques que tu achètes toi? L’idée est intéressante, mais je préfère laisser ce genre de choix, et de maintenance, à des pros.

12)
Jambo
, le 04.12.2013 à 10:10
[modifier]

Exactement. C’est le même fonctionnement que Dropbox excepté que les données sont herbergées sur tes disques. Tu me demanderas: “quid de l’incendie, cambriolage etc?” Et bien c’est là que Filetransporter change par rapport aux autres NAS. Si tu achètes un autre Filetransporter, tu pourras l’installer ailleurs, comme chez les parents/frangins/cousins/maison secondaire, etc, bref, ailleurs que chez toi et tous les Transporters de ton réseau se synchroniseront en peer-to-peer.

De plus il semble également possible, d’accéder à tes images sur iDevice en dehors de chez toi (à confirmer) et tu peux aussi par exemple partager des données de certains répertoires publiquement sur certains transporter comme avec Dropbox. Ainsi tes parents pourraient automatiquement accéder à des photos de la famille sans que tu n’aies besoin de leur passer une clé USB ou créer une gallerie. Sympa non?

Bref Filetransporter c’est Dropbox géré par toi. Non seulement tes données restent en ta possession, mais tu n’auras pas de déconvenue comme avec certains services de stockage qui ferment leurs portes inopinément (suivez mon regard vers Ever…x). C’est une alternative au cloud qui ne conviendra pas à tout le monde, mais qui a le mérite d’exister.

13)
Jambo
, le 04.12.2013 à 10:17
[modifier]

Par ailleurs, je serais très intéressé par connaitre votre avis concernant des catalogueurs de photo alternatifs à iPhoto. Ce dernier devrait avoir au moins les mêmes possibilité d’édition et de création d’album/slideshow que ce dernier.

Je sais, il y’a Lightroom, Aperture ou Picasa, mais concernant les deux premiers (que je n’ai jamais utilié), j’ai l’impression qu’ils seront “trop pro” pour mon usage et celui de ma famille. Quant au dernier, hmm, mes photos avec Google, je ne sais pas…

Bref, si je trouvais un clone de iPhoto (je peux me passer de l’analyse de “Faces” que je trouve vraiment inutile) avec une gestion de librairie photo plus ouverte, je serais très content

14)
Sébastien Pennec
, le 04.12.2013 à 10:20
[modifier]

Jambo: merci pour la précision! En fait ça ressemble au mode gratuit de CrashPlan. On peut acheter un disque dur que l’on connecte chez un ami (via un iMac ou MacMini connecté au net) et on y installe le client CrashPlan. Ensuite, ce disque dur devient une cible de backup, comme le cloud pourrait l’être dans le mode payant.

Peut-être qu’un article sur CrashPlan serait pas mal finalement :)

Pour l’instant je n’utilise pas de logiciel précis pour créer un catalogue, juste Unbound… donc je ne peux pas t’aider là dessus. Si ce n’est que je n’utiliserait pas Google comme gestionnaire de mes photos, ça c’est certain! :)

15)
zit
, le 04.12.2013 à 10:42
[modifier]

Je n’ai jamais utilisé iPhoto, ni l’ail troume, ni aperture, ni aucun logiciel de ce genre. À chaque fois que je décharge des photos, je les met dans un dossier au nom explicite, ensuite, je les taggue, et éventuellement… je les regarde ;o), dans les cas extrêmes, je fais des sous dossiers. En tout cas, la solution présentée aujourd’hui est intéressante

z (quand à l’archivage et aux sauvegardes, je fait ce que je peux, je répêêêêêêêêêêêête : j’empile les disques durs…)

16)
Hervé
, le 04.12.2013 à 10:48
[modifier]

J’ai un peu la même attitude qu’Alain : LR + backup + Time Machine. Tous les raws sont gardés dans LR, les images les plus intéressantes sont mises à disposition de la famille et des amis sur site privé et stockées dans l’iPad comme un album (merci PhotoManager de me donner enfin des dossiers, sous et sous-sous dossiers)

Précision : le Backup reste à la maison et va dans un coffre en banque lors de nos absences (y a pas que des photos dans mon ordi et certains documents – depuis que je suis passé au 0 papier – se doivent d’être en sécurité bien qu’ils soient aussi dans Dropbox)

Comme catalogueurs, il y a pléthore. En son temps, j’en ai essayé deux qui paraissent pas mal, mais que je n’ai pas utilisés vu le passage à LR : Adobe Bridge et l’ex-iView MediaPro quand il était encore 3 et avant son rachat puis sa revente par MS. J’ignore son nom actuel.

17)
Macramé
, le 04.12.2013 à 11:05
[modifier]

Merci pour cette article très intéressant.

Personnellement, je range les photos manuellement :

– un dossier par année,

– dans chaque dossier annuel des sous-dossiers par mois (2013-01, 2013-02, etc.),

– dans chaque sous-dossier mensuel, un sous-dossier quotidien (2013-01-01, 2013-01-15, 2013-02-12,etc),

– avec un titre explicite pour chaque dossier, sous-dossier et chaque photo.

Cela prend du temps, simplement cela me permet de m’y retrouver facilement au milieu de toutes les photos.

Bonne journée de classement de photos

18)
ysengrain
, le 04.12.2013 à 11:15
[modifier]

Très beau billet, très détaillé dont mes besoins pourraient s’inspirer.

Mon souci est, aussi, un peu différent. Qui dit que les formats de fichiers utilisés aujourd’hui seront encore lisibles dans 30 ans. Un Tiff J0+30 sera t il lu par le remplaçant de mon MBP ? La gestion de fichiers de ce MBP J0+30 permettra t elle de lire l’arborescence de nos dossiers ? Quelqu’un pourrait ici me dire comment lire le contenu d’une disquette 3,5” ? d’un quelconque mobile-truc gnre disquette-disque dur dont les années 90 étaient friandes ?

Avec mon MBP d’aujourd’hui sous Mavericks, je ne peux pas lire mais fichiers .cwk. Alors nos photos, quid ?

21)
ysengrain
, le 04.12.2013 à 12:15
[modifier]

@ soizic: merci pour l’info. mais …

Pour pouvoir les ouvrir sous Lion, deux choses sont nécessaires : • une machine sous Mac OS 10.6.x maximum, qui permet à AppleWorks de fonctionner.

Or, mon problème est là.

Au fait, je n’ai rien dit des très vieux fichiers MacWrite/Pro. Même punition pour le même motif.

22)
Migui
, le 04.12.2013 à 12:35
[modifier]

@Jambo

Lightroom est un logiciel conçu pour les professionnels, mais je trouve son utilisation si simple (à un niveau élémentaire en tout cas) que je le conseille vivement pour tout le monde. Je suis également bluffé par Picasa, gratuit, qui offre un catalogage rapide des photos, en plus de multiples possibilités d’édition.

@iMac27

Flickr, pourquoi pas, mais je ne suis pas encore parvenu à uploader en une fois plus que quelques dizaines de photos. Et je trouve l’interface de Flickr très mal conçue. Espérons que Yahoo améliore rapidement ce produit…

23)
Blues
, le 04.12.2013 à 13:00
[modifier]

Bien vu, mais bien compliqué aussi Sébastien, du moins dans mon cas (surtout “le trop de softs” rien que pour ça)

… tous ces fichiers, aussi bien organisés qu’ils sont, vont disparaître dans les tourbillons numériques de l’histoire. Le mieux, pour une réelle pérennité, c’est de faire une sélection par année et de commander un album de 100 pages. Là, il y a une chance pour que les générations futures regardent réellement ces photos.

Bien dit Caplan, je pratique plus ou moins à l’identique. A part que j’emploie Lightroom comme catalogueur et que je trie de temps en temps mes images 2ème choix en direction de la poubelle. En plus des albums édités (à noter que ce type d’impression laser ne tiendra pas le long terme comme sur du vrai papier photo), je mets à disposition de la génération suivante (donc mes enfants ou mes proches); toutes les images (basse et haute réz) valables de l’année dans un dossier verrouillé que pour eux sur mon site web, comme ça ils y ont accès quand ils le désirent.

Et comme déjà dit ici, à part Lightroom pour ma bibliothèque-catalogue et Photoshop pour quelques petites retouches, je n’emploie aucun autre soft et surtout je passe le moins de temps possible à gérer ou à triturer mes images. Le seul plaisir étant de réaliser la meilleur prise de vue possible, le reste (la partie informatique qui suit) n’étant pas importante pour moi.

Ah oui, ma façon de ranger est la suivante :

Au premier niveau: les styles ou type d’images (Spectacles-Concerts / Vacances-Voyages / Famille / Paysages-Nature / Architecture-Batiment / etc… e

Au 2ème niveau (à l’intérieur des dossiers sus-mentionnés) comme Sébastien, par ex.: 2013-12-04_Événement-Nom explicite, et les dossier se suivent ainsi l’un sous l’autre, avec de rares sous-dossiers à l’intérieur

Ah oui, et encore : pour se protéger un max, car on ne sait jamais ! j’ai un HD de 4 To dans un Safe @Bank que je reprends à la maison env. tout les 15 jours et remets ainsi à jours tous mes docs (images comprises)

24)
fxc
, le 04.12.2013 à 13:49
[modifier]

JE NE FAIS QUE DES PHOTOS SANS INTERETS,

L’AVANTAGE SI ELLES SONT RATEES…

JE M’EN FOU

Et je ne crie pas, je constate

25)
Jean Claude
, le 04.12.2013 à 14:35
[modifier]

@isengrain

J’ai eu le même problème que toi : pour un client j’ai un nombre considérable de fichiers Freehand à mettre chaque annėe à jour.
Sous Mavericks j’utilise Vmware qui virtualité Snowboard Léopard Serveur (10.6) et là : tous mes anciens logiciels dont Freehand 11 et AppleWorks fonctionnent.

26)
Ritchie
, le 04.12.2013 à 15:10
[modifier]

@sébastien : Très bon article, très bien détaillé, très intéressant.

J’avais commencé sous iPhoto à une époque lointaine, pour ensuite poursuivre sur Aperture. Mon père a une photothèque immense sous iPhoto et a pas mal de soucis de performance.

Je recherchais justement un Workflow simple, pour un Non-Informaticien (mes parents), permettant justement :

1) L’import facile

2) L’organisation évidente

3) La création d’album triviale

4) Le PARTAGE transparent (pas évident du tout pour l’instant)

5) La sauvegarde sûre et intégrée au reste

6) Le coût très faible (les abonnements sont un trou financier à budgeter sur le long terme)

7) La mise en place et l’administration des logiciels ne requérant pas une éternité à chaque MAJ (par moi)

8) Sans compter la pérennité à très long terme (là, personne n’a trouvé de solution)

Disons, que pour l’instant, je n’ai encore rien trouvé ! Je contemple Flickr, mais ce service n’a rien de simple et son interface est catastrophiquement inabordable au premier coup d’oeil.

Pour l’instant, je suis tjrs coincé, aucune solution ne remplissant tous ces critères (et je sais que je demande un miracle, même très gros miracle).

Je garde l’article sous le coude, on sait jamais !

++

Ritchie

27)
iMac27
, le 04.12.2013 à 15:37
[modifier]

@Migui . J’utilise iPhoto pour uploader vers Flickr et ça fonctionne plutôt bien. Pour la présentation , ça ne me gêne pas. Ce qui compte c’est la sauvegarde de mes photos.

28)
Sébastien Pennec
, le 04.12.2013 à 15:53
[modifier]

Wow, plein de commentaires! :)

ysengrain: pour ce qui concerne le format des fichiers, je n’ai rien fait de spécial: j’utilise le format JPG créé par l’appareil… pour la simple et bonne raison que je ne connais pas de format susceptible d’être encore là plus longtemps que le JPG. Cela dit, si le JPG doit devenir un format mourant, ça ne se fera pas en 1 journée, donc je prendrai le temps de tout convertir, avec la perte de qualité que la transformation entraînera sûrement.

iMac27, et tout ceux qui sont sur Flickr: c’est un très bon service, et 1To pour des photos, c’est pratiquement sans fin. Vous pouvez tout uploader, et ne plus jamais rien effacer. Cette phrase ne vous rappelle pas quelque chose? Gmail peut-être? Et qui est maintenant aux commandes de Yahoo!, maison mère de Flickr? Marissa Mayer, l’ex product manager de Gmail. À mon avis, la stratégie de Flickr est celle de Gmail à l’époque: construire une base de données assez grande pour l’exploiter après coup. Attention donc aux modifications des conditions d’utilisation du site.

Blues (et re-Caplan): plus j’y pense, et moins la solution de l’album papier me plaît. Au final, un album papier règle un problème de visualisation des photos, mais n’assure pas du tout la persistance des images à long terme. Si le but de l’album est de pouvoir profiter des meilleures photos longtemps après leur création, un bon logiciel de création d’albums virtuels basé sur des photos marquées (vive les tags) ferait mieux l’affaire qu’un album papier.

fxc: c’est une très bonne stratégie! :D

29)
aacp
, le 04.12.2013 à 17:08
[modifier]

iView Media Pro 3.1.3 fonctionne sous Mavericks sur mon Macbook Air 2012. Je n’ai pas testé à fond mais je me demande si je ne vais pas m’y remettre pour de “petits” albums.

J’ai aussi branché un lecteur ZIP 100 Mo USB : ça fonctionne ! Bien sûr ça ne règle pas le problème des “vieux” formats de fichier…

30)
Caplan
, le 04.12.2013 à 22:32
[modifier]

Blues (et re-Caplan): plus j’y pense, et moins la solution de l’album papier me plaît. Au final, un album papier règle un problème de visualisation des photos, mais n’assure pas du tout la persistance des images à long terme. Si le but de l’album est de pouvoir profiter des meilleures photos longtemps après leur création, un bon logiciel de création d’albums virtuels basé sur des photos marquées (vive les tags) ferait mieux l’affaire qu’un album papier.

Je ne voudrais pas avoir l’air d’insister, mais je suis intimement persuadé qu’une infime partie des millions de fichiers dont vous parlez seront ouverts par quelqu’un d’autre que leurs auteurs.

Et pour le reste, je trouve limite pathologique, lorsqu’on n’est pas un pro de la photo, d’accumuler 25’000, 50’000, voire 100’000 photos. Faut pas classer. Faut juste consulter… ;-)

31)
vibert
, le 04.12.2013 à 22:36
[modifier]

Ouh la, la ! Quelle usine à gaz ;-)

De quoi effrayer les plus courageux…

Dire qu’il y a Lightroom qui est si efficace ! ET pas si compliqué…

Avec les publish services, pour balancer ses images en ligne, en trois clics ;-)

32)
Ritchie
, le 04.12.2013 à 22:38
[modifier]

@Caplan

Concernant le nombre de photo, je crois que la première chose que bcp de gens ne font pas c’est trier & jeter. Maintenant que les softs trient par date, par défaut, en créant un événement par jour (ex. iPhoto), les gens ne s’emmerdent plus et gardent tout. On arrive rapidement à la limite de 50 000 voire 100 000 après laquelle un système plus évolué est nécessaire.

De plus, sur les 50 000 photos, moins de 10% sont potables, moins de 5% bonnes et moins de 1% mériteraient vraiment d’être conservées !

L’argentique avait qqch de bon, c’est qu’on prenait son temps à faire LA photo !

33)
ToTheEnd
, le 04.12.2013 à 22:54
[modifier]

Je ne voudrais pas avoir l’air d’insister, mais je suis intimement persuadé qu’une infime partie des millions de fichiers dont vous parlez seront ouverts par quelqu’un d’autre que leurs auteurs.

+1… et il y a 10k raisons à ça.

Perso, je suis de plus en plus drastique dans les sélections de mes photos et alors qu’à une époque je gardais facilement 300 à 500 photos d’un shooting, aujourd’hui, j’essaie d’être à 50 max… mais c’est pas facile et il faut parfois se faire violence. Cette démarche ne provenait pas d’un problème de place mais vraiment d’une nécessité à être plus sélectif pour ne garder que la qualité à défaut de la quantité. Objectif à terme, pas plus de 30 photos par shooting… mais ça va être dur!

Enfin, je pense que le jpg restera un format supporté pour les décennies à venir au moins…

34)
Ritchie
, le 04.12.2013 à 23:01
[modifier]

@TTE

Une méthode que j’avais lu pour la sélection utilise les étoiles.

Première passe, tu mets 1 étoile à tout ce qu’il vaut la peine d’examiner. À la fin, tu détruis tout ce qui n’a pas une étoile.

Deuxième passe, tu rajoute la Seconde étoile à ce qui est mieux. À la fin, tu détruis tout ce qui n’a pas 2 étoiles.

À partir de la 3 étoile, on peut commencer à archiver au cas où.

Normalement, quand on arrive à la 5ème étoile, on est devant les superbes photos sans défaut.

Ensuite, on refait une passe vite fait sur les 3 et 4 étoiles, et on détruis ce que l’on a plus besoin.

Évident à dire (écrire), mais devant les photos c’est un autre problème !!!

36)
Laurent Vera
, le 05.12.2013 à 06:23
[modifier]

D’accord avec vous, TTE et ritchie, il faut élaguer’…. et c’est dur. Quand au format de conservation, je privilégie toujours le raw.

37)
Gilles Theophile
, le 05.12.2013 à 08:53
[modifier]

Tout d’abord, merci à Sébastien de s’être lancé dans le sujet difficile et délicat de l’archivage et de la sauvegarde.

Il n’en reste pas moins que je trouve la méthode effroyablement compliquée, et que je rejoins totalement l’approche d’Alain Le Gallou qui, d’une part a choisi le bon logiciel, qui ne stocke pas dans une bibliothèque obscure et cachée, et qui confie la sauvegarde à des disques en alternance, à mon avis la seule méthode absolument sûre, à condition d’être rigoureux.

J’ajouterai deux remarques à la méthode d’Alain (que j’utilise aussi) : – 3e archive d’une sélection des meilleurs images et souvenirs. – Ajouter le cloud dans l’équation (mais garder les disques alternés). – Ne pas hésiter à archiver, d’un côté, les originaux, et, de l’autre, un duplicata des originaux dans un autre format, comme le DNG qui est tout à fait indiqué (format ouvert, routines intégrées de vérification).

Enfin, pour terminer, les remarques de Caplan sont particulièrement pertinentes et soulèvent, effectivement, un certain nombre de points méritant débat.

Cdlt, Gilles.

38)
Sébastien Pennec
, le 05.12.2013 à 09:41
[modifier]

Caplan: en fait ma méthode fonctionne pour 1000 pour 20000 photos par an. Si tu souhaites ne garder que les meilleures libre à toi. La seule contradiction entre nous, c’est le fait d’imprimer sur paper, et là je reste persuadé que mes backups ont une durée de vie plus grande que tes albums paper. Et qu’un bon logiciel de visualisation m’assurera plus de photos vues que tes albums qui vont prendre la poussière dans des armoires au sous-sol.

Si ton soucis, c’est que tes photos seront trop nombreuses pour être vues (et je te rejoins sur la probabilité qu’elles soient vues), alors supprime-en… ça ne remet pas vraiment en cause la méthode que j’ai présenté.

vibert, et ceux qui pensent que c’est compliqué :) Oui, cette méthode est compliquée à mettre en oeuvre. Mais après, elle est plus simple que toutes les autres. Montrez-moi une méthode avec Lightroom ou un autre soft qui transfère et trie automatiquement les clichés pris sur vos iPhones… C’est facile de penser à transférer ses photos quand on sort avec son reflex et qu’on revient à la maison, mais tous les petits clichés pris rapidement avec son iPhone, on les oublie, on se retrouve avec un rouleau qui contient 1500 photos et oups, l’iPhone tombe par terre.

Pareil pour les backups: les disques externes, c’est pas mal, mais pas top. Il faut y penser. Qui n’a jamais vu le petit avertissement de TimeMachine: “Vous n’avez pas sauvegardé votre disque depuis X jours”? Avec des copies sur DropBox et CrashPlan, il n’y a rien besoin de faire. On a un backup plus fiable que des disques externes, dont la mise à jour est effectuée plusieurs fois par jour.

39)
Gilles Theophile
, le 05.12.2013 à 09:47
[modifier]

Moi c’est Gilles, pas JF Vibert :-)

Ici, on parle d’archivage, pas de transfert d’images après la prise de vue, non ? Pour l’iPhone, ça n’est pas compliqué : suffit de penser à le faire, au même titre que la carte mémoire. De plus, lorsqu’on connecte un iPhone à son ordi, il y a de fortes chances que le menu Importer de Lr s’ouvre automatiquement.

Donc, que l’iPhone tombe par terre ou pas, l’approche doit être rigoureuse à tous les étages.

Concernant Time Machine, je ne m’en sers que pour la sauvegarde système. Pour mon stock de photos, j’utilise un jeu de DD externes et un logiciel de synchro pour mettre à jour la sauvegarde de mon serveur d’images Thunderbolt.

40)
Sébastien Pennec
, le 05.12.2013 à 13:40
[modifier]

Gilles, excuse-moi: en fait je voulais répondre à JF et toi…

Ma méthode permet non seulement d’archiver les images dans des dossiers en fonction des dates, mais aussi de les transférer automatiquement depuis mon iPhone vers DropBox, grâce à CameraSync. En gros, quand j’arrive chez moi, les photos qui n’ont pas déjà été triées sont automatiquement uploadées, triées, et archivées.

Lorsque j’utilise mon reflex, c’est pour un événement particulier. Je pense donc toujours à décharger la carte en rentrant chez moi. Avec un iPhone, c’est très différent. On peut prendre des photos n’importe quand sans encombrement supplémentaire, et j’en profite beaucoup. Ce matin je suis allé faire des courses avec ma fille et j’ai attrapé un joli moment, où elle pousse un caddie taille enfant (elle a 3.5 ans) et choisit des légumes. Je ne vais pas synchroniser mon iPhone juste pour ça. Ce genre de petits moments, il y en a plein… et ils finissent tous sur mon iPhone.

Pareil pour le backup: je n’ai rien à faire une fois que le client CrashPlan est installé. Tout se fait tout seul.

Du coup, une méthode qui m’assure que toutes mes images sont triées et sauvegardées sans que je ne fasse rien, c’est précieux.

Je suis d’accord qu’avec de la rigueur, on peut se passer de tout ça. On peut penser à décharger ses photos de son iPhone tous les jours, on peut penser à brancher un disque dur externe tous les jours aussi, et à faire l’aller-retour chez le voisin pour le 2è disque. Mais cette rigueur prend du temps. Selon moi, aujourd’hui ce temps est du temps de perdu, parce que nos outils ont assez évolué pour que tout se fasse automatiquement.

J’accepte volontiers l’argument que ma méthode est un peu compliquée à mettre en oeuvre, par contre après coup, elle offre un très grand confort et une sécurité des données quasi-certaine.

41)
Gilles Theophile
, le 05.12.2013 à 14:34
[modifier]

C’est à moi de m’excuser, je n’avais pas vu que JF était également intervenu.

Il n’empêche qu’avec Lightroom et un bon logiciel de synchro, je n’ai besoin d’aucun autre intermédiaire, et le programme d’Adobe gère très bien des contenus off-line, notamment des disques d’archivage qui ne sont pas connectés à l’ordinateur.

Il y a aussi les services de publication qui permettent de faire énormément de choses sans se compliquer la vie, je l’ai déjà dit à François l’autre jour, par mail, dans sa tentative de flux de travail sans Everpix.

Alors bien sûr, tout le monde n’utilise pas Lightroom et, bien que je reconnaisse certaines qualités à iPhoto, je pense que le choix au départ de ce logiciel fausse la donne, car il n’a pas le comportement ni les capacités qu’un photographe consciencieux peut en attendre, notamment pour mettre sur pied une stratégie de sauvegarde.

42)
Migui
, le 05.12.2013 à 20:26
[modifier]

@Sébastien Pennec

Le seul hic avec phoshare, c’est que l’application a été stoppée. Ou bien l’as-tu utilisée telle quelle récemment avec la dernière version de iPhoto?

43)
vibert
, le 05.12.2013 à 23:32
[modifier]

Pour les photos de l’iPhone : c’est très simple, elles sont synchronisées automatiquement par le “Flux de photos” d’Apple, via iCloud (sans aucune action de ma part)…

J’ouvre iPhoto et je tombe dessus…

Ensuite si je veux les voir et les retoucher (puis exporter) grace à Lightroom, je “catalogue” le dossier Masters de la Bibliothèque iPhoto, en important en mode “Ajouter”

Je synchronise de temps en temps pour prendre en compte les nouvelles images (d’un rapide clic-droit).

Besoin de rien de plus !

Si j’ai besoin de faire une retouche, Lightroom n’endommage pas la Bibliothèque iPhoto…

Pas trop besoin de sauvegarder cette bibliothèque iPhoto (puisque tout est dans iCloud)… En plus je stock ma bibliothèque iPhoto dans mon Dropbox (donc elle est sauvegardée 2 fois : dans le Cloud + dans le dossier Dropbox local). Mon catalogue Lightroom est lui sauvegardé (3 fois lui) grace à Dropbox : (3 exemplaires en permanence mis à jour : dans le Macbook Air + dans le Cloud + dans le Mac Pro).

Je sais que Gilles n’y y croit pas… Mais ça marche au quotidien chez moi depuis des années (reste que je ne le considère que comme une sauvegarde des catalogues , pas comme un système de partage de catalogue).

Reste que je fait tout de même des Clones de mon disques, j’ai aussi une Time Capsule pour le portable… Et dans le Mac Pro un disque de 3 To (en interne) pour Time Machine… Qui sauvegarde le catalogue Lightroom (4 sauvegardes donc ! ! ! )

Pour le fun, j’ai une fois tenté la récupération du catalogue LR (de 250.000 images) par Time Machine : long, mais aucuns soucis ! Cela a parfaitement fonctionné…

44)
Blues
, le 06.12.2013 à 07:46
[modifier]

et là je reste persuadé que mes backups ont une durée de vie plus grande que tes albums paper.

Je ne suis pas vraiment d’accord, puisque aucun support de données informatique (HD, DVD, Bandes, Magneto optique, etc..) n’est reconnu comme fiable à long terme. De plus quand la malchance s’en mêle il peut arriver que non-seulement que le HD principal crashe, mais la/les sauvegarde(s) aussi (oui, oui, on a tout vu). Il y aussi de plus en plus de problèmes de cambriolage (j’ai eu 2 chez moi = ont disparu 1 portable + un HD externe / depuis lors j’ai un HD régul. remis à jour dans un safe @Bank).

Je pense par contre qu’une image révélée sur papier photo et stockée au sec se comportera bien dans le long terme (à moins d’un incendie). A ce sujet, pour réaliser un livre, on vient d’avoir accès à une superbe collection d’images d’archives fin 1800-bébut 1900 (donc 120 ans de recul); pratiquement toutes étaient bien conservées.

Le seule sauvegarde informatique qui me fait un peu plus confiance, c’est le Cloud car redondances sur divers serveurs. Par contre au vu des vitesses de transferts actuelles, des problèmes de confidentialité (la NSA est partout) etc… Dans mon cas, ce n’est pas encore pour aujourd’hui.

45)
Gilles Theophile
, le 06.12.2013 à 09:24
[modifier]

Je sais que Gilles n’y y croit pas… Mais ça marche au quotidien chez moi depuis des années (reste que je ne le considère que comme une sauvegarde des catalogues , pas comme un système de partage de catalogue).

Hello JF, du coup je te croise plus souvent en Suisse qu’à Paris :-)

Juste pour rectifier : glop-glop pour la sauvegarde de catalogue sur DropBox, mais pas glop pour le partage de catalogue qui est un non sens d’un point de vue pratique.

D’ailleurs, étant donné qu’il est inutile d’espérer une version “server” de Lightroom, les développeurs ont d’autres idées en tête pour faciliter le partage de catalogue. La grande inconnue étant de savoir quand…

46)
Sébastien Pennec
, le 06.12.2013 à 12:18
[modifier]

@Migui: j’ai utilisé la version disponible sur le site, avec une libraire iPhoto de la dernière version d’iPhoto.

@JFVibert: le but de la manoeuvre est justement de ne plus utiliser iPhoto et sa base de données, donc la synchro par iCloud ne sert à rien sur ce coup. Et si c’est pour ajouter une étape pour sortir les photos d’iPhoto à chaque fois, j’appelle pas ça “simple” :)

Ceci dit à force de te lire sur Lightroom, il va bien falloir que je teste ce soft, un de ces quatre…

@Blues: mes backups sont sur un disque externe et deux fois dans le Cloud… C’est nettement plus fiable que des albums en papier, tu ne crois pas?

47)
Blues
, le 06.12.2013 à 13:12
[modifier]

@Blues: mes backups sont sur un disque externe et deux fois dans le Cloud… C’est nettement plus fiable que des albums en papier, tu ne crois pas?

Quitte à que ce soit bien parano : alors oui ta stratégie m’épates, je l’avoue :D

Pour les tirages sur papier, je ne vais pas essayer de convaincre plus, car moi je le suis.

Pour Lightroom, je pense que tu aurais intérêt à le tester et ainsi éventuellemnt envisager une simplification de ton “bazar”

48)
vibert
, le 06.12.2013 à 21:01
[modifier]

@ Sébastien : ce serait bien dommage de se priver de iPhoto, lorsqu’on a un iPhone et un iPad… je n’ai jamais rien vu de plus efficace et rapide que le flux de photo iCloud, pour ce genre de petites photos du quotidien… ! iPhoto c’est un “petit Lightroom” en fait. ET flux de photo une merveille !

Et lorsque l’on arrive à intégrer cette Bibliothèque iPhoto dans Lightroom, ce n’est que du bonheur…

@ Gilles : oui, je n’utilise pas le catalogue Dropbox pour la synchro… seulement pour la sauvegarde ! Depuis le début, je n’ai jamais rien dit d’autre.

Toutefois (toutefois ! ! ! ) : et bien à chaque fois, que j’ouvre un catalogue A du Mac A, depuis le Mac B… et bien ça marche impeccable ! ! !

Seule précaution, avant de réouvrir le catalogue A depuis le mac A : attendre (scrupuleusement), que le synchro soit terminée… (car B a évidement modifié le catalog A).

Le seul risque n’est pas un plantage du catalog, mais la duplication du catalog (modifications conflictuelles)… Pas un risque énorme, mais faut éviter cette situation.

49)
Sébastien Pennec
, le 07.12.2013 à 08:11
[modifier]

Tu as lu le début de l’article… donc tu comprend bien pourquoi je veux vraiment me passer d’iPhoto. Avoir mes photos ( ou même une partie d’entre elles) dans une base de données n’est pas fiable. J’ai entendu tellement d’histoire de gens qui se sont retrouvés devants une base de données corrompue que je ne veux pas prendre ce risque. Camera Sync me fournit la même fonctionnalité que le flux de photo d’iCloud.

Un autre point: baser mon workflow sur le fait que l’intérieur du fichier iPhoto est organisé d’une manière particulière est une erreur. Si tout est caché dans un fichier, c’est parce que ceux qui ont conçu ça veulent créer une couche d’abstraction entre nous et leur organisation. C’est le principe de séparation des responsabilités dont j’ai parlé il y a quelques temps à propos des URL Schemes… baser quelque chose de sérieux sur l’intérieur de ce fichier c’est lancer la peau de banane soi-même, juste pour être vraiment sûr de marcher dessus un jour.

@Blues: qu’est-ce que Lightroom simplifierait? Il ne sait évidemment pas uploader les photos depuis mon iPhone, sa fonctionnalité d’auto-import ne permet de le faire que vers un dossier plat:, donc il ne pourra pas créer la structure de dossiers que je souhaite…

50)
pat3
, le 07.12.2013 à 12:22
[modifier]

Je suis admiratif de l’énergie et du temps consacré à la sauvegarde de vos photos. Mais j’ai vraiment du mal à croire à une stratégie passant par 7 logiciels ou services, plutôt qu’à une stratégie passant par un logiciel et les services automatiques qui lui sont associés. Ok, avec Apple on droit se méfier des évolutions logicielles, mais pour l’instant iPhoto conserve mes photos numériques depuis 2004, et tous les catalogueras meilleurs qu’on me vantait à l’époque ont disparu ou changé plusieurs fois de proprio (iview, m’entends-tu?). Pour moi, le fait d’associer tous les objectifs dans un même processus est ce qui rend ta démarche complexe et risquée. Perso, je garderais iPhoto (ou Lightroom, le logiciel qui vous convient) pour l’usage courant des photos (les regarder, les partager, les retoucher). Puis je ferais un circuit de sauvegarde le plus simple possible, par exemple :

  • sauvegarde sur… la carte mémoire de l’appareil photo (donc aucun effacement avant que les autres étapes ne soient finies, voir rotation sur deux ou troirs cartes non effacées);
  • à l’extraction, copies doubles: sur un disque dur dédié via transfert d’image, branché seulement à cet usage (sauvegarde uniquement), puis dans le logiciel d’usage courant. À ce stade, on a déjà trois copies des photos (carte mémoire, ordi, disque dur); c’est là qu’on choisit son mode rangement personnel (date seule, date + nom) et qu’on s’y tient;
  • pour ceux qui croient au Cloud, on peut automatiser une copie Cloud à ce moment-là, soit en dupliquant vers DropBox, soit via n’importe quel logiciel de synchro online (par exemple, synchro/clonage du disque de sauvegarde ou du seul dossier photo de ce disque).

Et pour moi, ça s’arrête là. Je dissocie l’usage des photos de leur sauvegarde, je sauvegarde les originaux non manipulés de manière systématique, et de temps en temps, à ma guise, un florilège de mes meilleures photos ou d’un événement particulier (album, diaporama en ligne, stockage sur site web)…

L’intérêt du logiciel d’usage courant, c’est qu’il permet le partage avec la maisonnée, d’envoyer quelques photos à la famille et aux amis éloignés, et il est très facile de récupérer des photos de cet outil pour leur sauvegarde pérenne. En plus, si je devais disparaître brusquement, ma famille pourrait récupérer mes photos sans manip particulières, soit via le logiciel, soit via la sauvegarde (je n’ai qu’à indiquer Photos sur mon disque de sauvegarde). Deux logiciels au Max (trois si on cloude), une sauvegarde dossier/fichiers, et un logiciel pratique d’utilisation pour toutes les photos courantes, dont l’intérêt est d’être vues au moment et à volonté.

En tout cas, merci de t’être lancé dans un tel exercice descriptif, ça permet à tout le monde de se poser des questions sur sa propre stratégie de conservation et d’usage, et la seule confrontation des systèmes ici montre qu’il y a pas mal de solutions concurrentes!

51)
Sébastien Pennec
, le 07.12.2013 à 14:35
[modifier]

pat3,

Merci pour ton message :)

En fait, laisser iPhoto gérer de très nombreuses photos avait l’air d’un très bon scénario, à l’époque de son introduction. Maintenant, je n’ai plus confiance dans sa gestion des images via cette base de données (le package iPhoto Library). Entre la perte de performance et le risque de corruption, je ne me vois pas continuer encore longtemps avec ce soft.

C’est de là qu’est parti ma démarche. J’ai ensuite cherché sur le net des gens qui avaient fait pareil (étonnant comme nous sommes nombreux) et les solutions qu’ils avaient trouvé pour compenser le côté pratique d’iPhoto par quelque chose de plus sûr, et tout aussi pratique.

La méthode exposée ici est un peu complexe à mettre en oeuvre, mais tout aussi pratique que iPhoto + iCloud une fois mise en place.

La sauvegarde est dissociée de la gestion des photos, puisque c’est DropBox et CrashPlan qui s’en occupent. CameraSync et Hazel gèrent, eux, le tri des photos.

Le partage est aussi très simple, puisqu’il suffit de partager un dossier DropBox… et le service est très pratique pour cela, avec du partage “simple” d’un lien Web ou un partage avec un autre utilisateur pour lequel on peut spécifier des droits lecture ou lecture et écriture.

Tu as bien compris le but de l’article: il faut que tout le monde se pose la question “est-ce que mes photos ont une chance d’être encore là dans longtemps”. C’est comme pour les backups de données. Si les gens ne se posent pas la question à un moment donné, il ne feront rien! :)

52)
crapulfeust
, le 06.01.2014 à 15:22
[modifier]

Bonjour
je tenais à intervenir sur ce post et à en féliciter l’auteur ! UN grand coup de chapeau pour la rédaction et pour avoir posé cette problématique et avoir partagé ses solutions.
Je découvre un peu l’environement Mac (1an) et je dois dire que j’ai toujours du mal avec Iphoto, Aperture et les librairies..
Plutot Geek, je n’ai aucun soucis sous W.
J eme débrouille très bien avec des disques externes, un NAS Synology et Flickr, mais je reste dans l’attente d’une bonne organisation et cet article me donne plusieurs pistes pour enfin passer mes (toutes) photos sous Mac…
Donc, un grand merci à l’auteur , mais également à tous les contributeurs de par leurs remarques.
C.

53)
eltotoro
, le 05.02.2014 à 23:20
[modifier]

Bonjour, ma compagne pense que je suis parano avec les sauvegardes, en voyant vos messages, me voilà rassuré.
En quelques mots, voici un résumé de mon expérience…

1, Gestion des photos et sauvegardes temps réel :
– utilisation de iPhoto avec environ 250 Go de photos et vidéos
– les noms d’évènements sont structurés de la façon suivante : 3 premières lettres du mois – intitulé – année. Ex : dec – toto – 2014 (l’année sert de mots clés ensuite pour phoshare)
– time machine sauvegarde sur un DiskStation
– crashplan sauvegarde également la photothèque sur un disque dur externe distant au boulot

2, Interopérabilité et partage (windows, picasa, diskstation…) :
– une tache de calendrier automator exécute tous les dimanches soirs le logiciel phoshare en mode ligne de commande afin d’exporter la photothèque sur le diskstation (ex : ./Phoshare –export « /Volumes/photo/2014 » –iphoto « /Volumes/Photos/iPhoto Library » -e « .*2014 » –foldertemplate « {mm}-{name} » –nametemplate « {title} » –captiontemplate « {description} » -u -d -f -K –gps). Il y a une ligne comme celle-là par année, ce qui permet de créer une arborescence de dossier temporelle. Ensuite, il y a un dossier par évènement dans le dossier de l’année.
– Sur un netbook windows, j’ai installé le logiciel AllWays Sync qui permet de faire la synchro one-way avec les dossiers du diskstation. Comme çà, je peux voir mes photos/vidéos en déplacement avec picasa sur ce PC avec la même organisation qu’iphoto. Autre interet, je pars toujours en vacances/week-end avec ce PC qui fait office de back-up des éléments critiques du diskstation hors site. En cas de longue absence, le diskstation est débranché et caché dans la cabane de jardin.
– l’application PhotoStation du diskstation est vraiment bien permet de partager simplement les photos en ligne sur un cloud privé. Bémol, ma bande passante en sortie n’est pas suffisante pour les partages vidéos.

3, Back-up distant et partage web : j’ai essayé pas mal de choses
– synchro sur google + via picasa qui partage les photos du diskstation : pleins d’avantages à Google + mais ce n’est pas intégré à iPhoto et il faut penser à démarrer Picasa (ou à le lancer automatiquement au démarrage) et faire la synchro. Et puis c’est Google, j’hésite toujours.
– hubic : cloud en France avec tarifs interessants et applis de synchro PC, MAC et Iphone. S’améliore avec le temps mais toujours pas au niveau de dropbox (qui lui est trop cher). Interface pas très adaptée pour partager des albums photos en ligne.
– Partage Flickr depuis iphoto. Exporte bien les évènements en conservants tags, géo, image clé… Semble synchroniser les éléments en ligne en cas de modif sur le mac. Par contre, Flickr est nul en terme de partage par rapport à Google +. Export des photos taille réelle mais vidéos tronquées à 3 minutes. Pour info, il y a une petite appli pour mac qui s’appelle back-up iphoto to flickr sur l’app store.

Bref, sur ce dernier point de back-up/visualisation et partage en ligne, pas de solution répondant complètement à mes attentes.

En conclusion, j’utilise indifféremment mac ou pc et je ne me voyait pas enfermé dans le système de photothèque d’Apple. J’ai vite découvert phoshare et je pense que c’est le logiciel idéal et la pierre angulaire pour garantir un bon export/partage/sauvegarde de la photothèque. Problème, le développeur a décidé d’arrêter le développement de son outil car la photothèque d’Apple devient trop complexe à exploiter au fur et à mesure des nouvelles versions. Fonctionne encore sur la dernière version d’iPhoto mais jusqu’à quand…
Coté prix : tous les logiciels utilisés le sont dans leur version gratuite.

54)
cameldesert
, le 12.02.2015 à 09:00
[modifier]

Bonjour !

Je découvre aujourd’hui cet article : c’est vraiment excellent et j’adhère totalement à la démarche !

Je m’apprête, du coup, à faire de même….

MAIS Phoshare ne détecte pas ma bibliothèque iphoto qui est sur mon nas :-( et je n’ai pas trouvé d’alternative (l’export d’iphoto me fait des problèmes avec certains fichiers or ma bibli fait 200 Go et je peux pas exporter les fichiers problématiques un par un…)

Une idée?

56)
Yaya
, le 06.08.2015 à 17:05
[modifier]

J’ai essayé de mettre le script proposé qui fixe la date avec les données exif, mais ça ne marche pas. Idem si je prends le script sur le site de Federico Viticci sur MacStories.
Y a-t-il eu des changements vu que l’on est à Hazel 3 ?

Sinon, excellente méthode que j’appliquais plus au moins.