Profitez des offres Memoirevive.ch!
Et un Morat-Fribourg, un!

Bon.

C'est là que Cuk.ch est mon Facebook à moi…

Ce matin, départ très tôt pour courir cette course qui est un vrai mythe en Suisse, Morat-Fribourg.

J'étais parti dans le dernier groupe, pensant lors de l'inscription faire "1 heure et 50 minutes et +", ceci pour 17.45 kilomètres bien vallonnés.

image

Quelle suprise d'avoir le sentiment de voler (à mon niveau), et de dépasser des centaines de personnes parties 3 minutes, 6 minutes, voire plus de 10 minutes avant moi…

Tout ceci en 1:38.33 (soit 5 minutes 39 par kilomètre, soit 11.1317254174 km/h).

Au final, 388e des hommes entre 50 et 55 ans en course (hors Walking) sur 616 partants, et je peux vous dire que dans cette tranche d'âge, il y a pas mal de vraies bêtes!

4076 des hommes sur 5674 classés, toujours en course.

4'905 tous sexes confondus sur 7'661.

Pour dire que j'étais une loque en mars, je dois dire que je suis assez content de moi.

Et tout ça sans même être essoufflé, et sans avoir mal nulle part (OK, je vous écris avec une poche de glace sur le pied droite, pour éviter les risques d'aponévrose (merci Ysengrain), mais je n'ai pas mal je vous dis.

Et avec un plaisir monstrueux surtout!

Voilà, fin de mode Facebook, bonne fin de dimanche!

16 commentaires
5)
Jean Claude
, le 06.10.2013 à 21:32
[modifier]

François, ce n’est pas sympa pour moi qui en suis à compter mes pas avec un podomètre. J’étais content de faire mes 10000 pas par jour, maintenant j’ai honte.

Un grand bravo du fond de ma “loquitude” !

9)
Modane
, le 07.10.2013 à 09:37
[modifier]

Félicitations! Qui l’eût cru?!…

Décidément, la vie, c’est comme une boîte de chocolat! ;)

10)
Madame Poppins
, le 07.10.2013 à 09:58
[modifier]

BRAVO ! Elle est en effet mythique, cette course : il semblerait que la dernière ligne n’est pas “droite”…. Pour notre part, on a été beaucoup plus modeste ce week-end mais on était content quand même !

PS: rassure-moi, François, t’as un look plus classe que Forest quand tu cours :-))) Et tu ne termines pas avec une épaisse barbe !

11)
marcdiver
, le 07.10.2013 à 12:17
[modifier]

super ! Bravo François ! Il faisait un joli temps pour courir hier, c’était mon 13e consécutif, que du plaisir. Même si ça monte….!!!

13)
ysengrain
, le 08.10.2013 à 12:31
[modifier]

1- Bravo, félicitations

Et tout ça sans même être essoufflé, et sans avoir mal nulle part (OK, je vous écris avec une poche de glace sur le pied droite, pour éviter les risques d’apnévrose (merci Ysengrain), mais je n’ai pas mal je vous dis.

que cette poche de glace ne jette pas un froid entre nous ;•))

14)
Danye
, le 08.10.2013 à 20:20
[modifier]

Encore mille fois bravo François. Toi qui, il n’y a pas si longtemps, me traitais de folle quand tu me voyais partir courir, maintenant tu es aussi fou que moi…sinon plus !!

15)
TroncheDeSnake
, le 09.10.2013 à 18:59
[modifier]

Je suis passé souvent dans le coin en voiture, mes beaux-parents habitant Pensier. Et bien chaque fois que je faisait la montée depuis la Sonnaz, confortablement installé dans ma totomobile, j’avais une pensée émue et admirative pour les gens qui la faisaient en courant et sans y être forcés!

16)
zit
, le 09.10.2013 à 23:57
[modifier]

Bin alors c’est du stakhanovisme, ça, patron !

Quatre articles en moins d’une semaine et une course de malade en plein milieu, tu veux nous mettre la honte ou bieeeen ?

Je n’ai pas du tout l’esprit de compétition, j’avoue même abhorrer viscéralement la chose… sauf sur le dragon, quand la voie est libre de polluants divers et variés et que je suis confronté à un petit coq voulant montrer la suprématie du vélo « normal » sur le truc tout plat, là; j’adore les voir se rapprocher à fond dans le rétro, et s’éloigner, à fond aussi ;o).

Sauf dans les côtes où je suis a priori désavantagé, mais le petit stage d’une semaine dans les cols de la vallée verte m’a bien fait gagner en puissance dans les petites côtelettes parisiennes, qui ne sont ni si raides, ni vraiment longues, voire même plutôt courtes; pour ne pas m’endormir, ma seule côte du matin, tout à la fin, la rue Claude Bernard, je la monte maintenant en alternance avec une seule jambe qui pédale : je me fait doubler par presque tout le monde ;o). Et le soir, la seule côte, l’avenue des Gobelins, est au tout début, à froid, je l’attaque à fond, au lieu d’un pénible 17 km/h de fin de journée, je tiens le 32 km/h, ça me fait gagner deux feux, il n’y a aucun risque, c’est dans la voie de bus, mais je stoppe complètement l’effort, à bout de souffle, à cent mètres du feu qui, si je finis suffisamment lentement, passera au vert juste quand j’arrive, et je me suis refait une petite santé pour accélérer à nouveau dans les derniers mètres d’ascension jusqu’à la place d’Italie, sur laquelle, pavées obligent, je doit baisser la cadence à cause du comportement fantasque de la bête sur ce genre de terrain (mais ça tombe bien, j’y arrive cramé), après, je ne me rend même pas compte des vingt minutes de parcours qui me restent…

sauf si un jeune coq…

Donc, je comprends un peu, je me demande même si je ne vais pas me mettre à participer à des cyclosportives, pas pour la compêêêêêêt, mais pour le fun, se donner un objectif.

Le problème, ce sont les endorphines, ou un truc comme ça, une activité physique régulière provoque une accoutumance, comme la clope ou l’alcool ou l’opium, et c’est bon, et on en redemande, et plus on en fait, plus on se sent bien, ça devient obsessionnel, sans que l’on s’en rende vraiment compte d’ailleurs.

z (vive le plaisir, je répêêêêêêêêêêêête, et bravo François)