Profitez des offres Memoirevive.ch!
Ces petites choses qui sont un peu l’anti-thèse du sport…
Mais de masturbation, ne vous en déplaise, nous parlerons un autre lundi ;-)

Je l'admets, en lisant récemment François (et d'autres), j'ai eu un peu (beaucoup) mauvaise conscience : depuis de nombreuses années, mon ardeur à pratiquer du sport est très limitée. Ce qui, cela va sans dire, se traduit, au niveau de ma "surface caressable", par des hanches moins... ou plus... Bref, vous aurez compris, je ne brille pas par mon engagement sportif et suis parfois très fâchée contre la mode qui essaie de faire croire aux femmes que dès qu'elles dépassent la taille 40, elles sont "obèses". Mais là n'est pas le propos du jour, passons donc.

Je pourrais vous donner moult raisons qui me font si souvent renoncer à transpirer (au badminton, à la course, sur un vélo, peu importe), comme par exemple le fait de devoir concilier trois enfants et un emploi à temps presque plein, le fait que vivant dans un bled, je consacre passablement d'énergie à conduire mes enfants à gauche et à droite, qui chez un copain, qui chez le dentiste, qui chez la pédopsy.

Ceci serait toutefois une piètre échappatoire : le "problème" est ailleurs. Mais il reste de taille : il existe en effet mille et un plaisirs auxquels je ne veux pas renoncer. Et lorsqu'on sait que le temps n'est pas élastique...

Tenez, il y a par exemple le fait de me faire masser. Là, franchement, même vous, grands sportifs, hésiteriez-vous entre une heure de course et une heure de massage ? Il en existe tellement de sortes - relaxant, aux huiles essentielles, thaï, aux pierres chaudes - que tout le monde trouve chaussure à son pied, non ? Pour ma part, si j'ai toujours détesté les trucs "légers volatiles", j'aime être touchée par des mains plus toniques, même si elles peuvent occasionner quelques douleurs, surtout au niveau du trapèze, tendu par les heures de boulot devant un écran.

Cela dit, pour moi, le plaisir suprême en la matière provient du "wata" (passez tout de suite à 4min15 même si la vidéo n'est pas extraordinaire), où eau chaude, espace et apesanteur me transportent dans un état de décontraction incroyable. Je veux bien croire que la course libère des endorphines mais après une séance de wata, franchement, on relègue son cardiomètre tout au fond du placard !

Si d'aventure, le soir, après avoir bordé les enfants, rempli le lave-vaisselle et rangé la lessive, je me retrouve avec une heure de libre, je m'allonge sur le canapé et me laisse transporter par le Stabat Mater de Pergolesi : on ne peut pas courir en écoutant une telle musique, elle exige une présence totale et ne tolère pas d'être choisie comme son de fond pour une sortie longue en forêt.

Dans cette énumération de ces petits bonheurs qui me tiennent éloignée des salles de sport, il est un plaisir récent : boire du thé. Je n'ai pas toujours été amatrice de cette boisson, découverte suite à ma décision de diminuer ma consommation, devenue excessive, de café. Alors que j'avais adoré le thé turc pour son aspect convivial, permettant de créer un premier lien, force est de reconnaître qu'il est assez piètre au niveau gustatif. En revanche, depuis que je suis entrée, en gare de Berne, dans un magasin spécialisé, mes papilles se délectent de saveurs, jusqu'alors de moi inconnues : thé japonais pour méditer, tisane aux herbes durant la lecture d'un roman policier à l'intrigue complexe... Ce voyage ne fait que commencer pour moi et la route est plaisante, à ceci près que ce bonheur ne se marie pas du tout avec une série d'abdos, vous en conviendrez !

Je pourrais citer encore bien d'autres instants choisis au détriment de l'activité physique - manger du chocolat, un plat avec du wasabi (mais pas en même temps !), me trouver face à un plateau de fruits de mer en très belle compagnie - mais j'aimerais conclure par un "face à face solitaire", qui n'est pas calorique : rédiger un "journal". Il est par définition, du moins pour moi, "intime" car il ne sera jamais lu par qui que ce soit, mes lignes n'ont aucune qualité littéraire mais je leur prête bien des vertus malgré ma rédaction parfois brouillonne. En effet, il me permet de "faire le ménage" dans mes pensées, dans mes émotions, pour saisir toutes ces contradictions qui si souvent entraînent mes réflexions dans un tourbillon affolant. Lorsque je pose ma plume, parfois après trois lignes, parfois après de nombreuses pages, franchement, je me sens mieux, souvent bien - tiens, comme les sportifs qui ont accompli le trajet prévu mais, honte à moi, je n'ai pour ma part jamais levé mon fessier de mon siège !

Donc, à vous non sportifs, quels sont donc les plaisirs qui vous empêchent de vous lancer à corps perdu dans une activité régulière ?

19 commentaires
1)
Tom25
, le 29.07.2013 à 08:47
[modifier]

Je fais du sport, pas régulièrement, mais pas rarement non plus. Et ce qui me retient parfois d’en faire, c’est le temps que je consacre au développement de mes programmes informatiques. Le temps aussi peut me retenir, pas l’hiver quand je skie, mais l’été pour le VTT.

2)
ysengrain
, le 29.07.2013 à 10:30
[modifier]

comme par exemple le fait de devoir concilier trois enfants et un emploi à temps presque plein, le fait que vivant dans un bled, je consacre passablement d’énergie à conduire mes enfants à gauche et à droite, qui chez un copain, qui chez le dentiste, qui chez la pédopsy.

Nous avions tous compris que tu n’avais aucune activité physique

Si d’aventure, le soir, après avoir bordé les enfants, rempli le lave-vaisselle et rangé la lessive, je me retrouve avec une heure de libre, je m’allonge sur le canapé et me laisse transporter par le Stabat Mater de Pergolesi : on ne peut pas courir en écoutant une telle musique, elle exige une présence totale et ne tolère pas d’être choisie comme son de fond pour une sortie longue en forêt

Belle version. Et puis Vivica est une fille tellement sympa et si chaleureuse (quand je pense qu’elle vient d’une pays plus qu’ensoleilé: L’Alaska !! Néanmoins, je préfère cette version en oubliant que la qualité d’enregistrement donne dans l’immonde

Donc, à vous non sportifs, quels sont donc les plaisirs qui vous empêchent de vous lancer à corps perdu dans une activité régulière ?

Prendre le temps de … avec conscience, détente, abandon au temps. une fois atteint le “bon niveau”, m’immerger dans le livre en cours ré écouter pour la cinquantième fois les suites de Bach transcrites par Paolo Pandolfo reprendre pour la 10 ème fois Lightroom afin de peaufiner une image de modillon roman

3)
tyranael
, le 29.07.2013 à 11:33
[modifier]

Personnellement tous les amis que je connais et qui sont “mal foutus” : genoux, hanches, arthrose précoce etc. sont des “sportifs”. J’en ai donc conclu que le sport était très mauvais pour la santé et je m’efforce de ne pas en faire ;)

Et je ne parle même pas de ceux qui ont dû arrêter (faute de temps ou autre) et ont subitement pris 10kg en une année. Une autre très bonne raison pour ne pas commencer.

Et sinon j’ai 3 enfants également !

4)
PSPS
, le 29.07.2013 à 13:03
[modifier]

Je viens de visionner les deux séquences sur le wata et je pense que ce doit être une expérience extraordinaire de retrouver son état et ses sensations d’animal subaquatique !

En ce qui concerne l’aspect musical, j’ai constaté que des pièces en forme de variations me procurent un plaisir infini, quelque soit l’instrument concerné. Je pense, bien entendu aux Variations Goldberg (au clavecin ou au piano), mais aussi à de célèbres pièces pour guitare de Llobet, Sor, Tarrega… Et j’en arrive à me demander si l’atmosphère de la variation n’agît pas de la même manière que le wata : immersion dans milieu confortable et sécurisant permettant la mise en apesanteur des capacités sensorielles même si, dans ce cas, la musculature ne participe pas à l’exercice… Pardon pour le manque de liens, mais ce qu’on trouve sur Youtube me parait contre-productif…

5)
Franck Pastor
, le 29.07.2013 à 14:46
[modifier]

Dans mon activité physique habituelle, le cyclisme, le massage est souvent intégré à la période de récupération, juste après la sortie (et la douche). Et certains emportent systématiquement un bidon de thé au miel comme boisson. Tu pourrais donc intégrer deux de tes plaisirs favoris à cette activité sportive-là ;-)

Pour ma part j’avoue que je ne fais ni l’un ni l’autre. Je ne ressens pas le besoin de me faire masser et je ne bois pas de thé pendant l’effort.

Sinon, j’ai une fille de 4 ans en garde partagée (moitié de semaine), un travail d’enseignant sur deux établissements différents et un autre loisir assez accaparant : la lecture.

@ Tyranael : j’ai dû arrêter le sport pendant presque un an, en 2004, suite à une entorse compliquée de la cheville (en descendant un escalier…). Ça m’avait fait perdre du poids, deux ou trois kilos de moins…

6)
Madame Poppins
, le 29.07.2013 à 15:30
[modifier]

Tom25,

Que développer des programmes puisse te retenir, ça je comprends, c’est un plaisir (pour toi), cette activité mais que le temps te retienne, non mais, où va-t-on ? ;-) Du coup, quand il fait moche, tu te mets à l’ordi ?

Ysengrain,

J’étais convaincue que j’allais perdre facilement le poids pris durant ma 3e grossesse : jongler entre trois enfants, ça doit “manger de la calorie”. Il n’en est rien du tout ! J’ai tout perdu et même davantage après la naissance du 1er, où j’ai passé 4 mois à marcher avec la poussette durant des heures et des heures, au bord du lac ! Moralité, s’occuper d’enfants, c’est parfois pénible mais pas très lourd en calories (dommage d’ailleurs).

L’Alaska ? Mais c’est logique : pour avoir un peu chaud, il faut chanter ! Je vais voir si je trouve à la bibliothèque la version que tu me recommandes. Et merci de m’avoir appris ce qu’est un “modillon”, je n’avais aucune idée de ce que cela pouvait bien être !

tyranael,

Je pense que ces sportifs “foutus” sont issus d’une génération pour qui “forcer” était le mot d’ordre : même si je suis devenue très non sportive, je reste convaincue que pratiqué dans certaines limites, le sport ne peut être que bon (sauf la boxe et le squash !).

Mais on est d’accord : trois enfants, c’est “sport” ;-)

PSPS,

Le wata, franchement, c’est une expérience à faire, absolument (à mon humble avis, si on aime l’eau) mais à condition de tomber sur un praticien qui ne soit pas “top moumoute mystico-pété” : j’ai suivi la formation niveau 1 et 2 du watsu et ai jeté l’éponge ensuite parce que les formateurs étaient trop….. “illuminés” ! Je recommande généralement de choisir une personne qui, à la base, est par exemple physio (déjà dans le mouvement); pour avoir testé et des praticiens masculins et féminins, franchement, pas de différence, si ce n’est que les hommes, généralement plus grands, peuvent faire des mouvements encore plus amples.

Et je vais surfer pour trouver des exemples de variations, je ne connais que celles de Goldberg (plus écoutées depuis longtemps d’ailleurs), merci pour l’idée.

Franck Pastor,

Même pas un petit thé durant la lecture ? De quoi, d’ailleurs ? (genre de livres préférés).

La perte de poids, c’était la “fonte” des muscles, je suppose ?

A plus tard, merci pour vos messages, bonnes vacances à celles et ceux qui en ont maintenant !

7)
Guillôme
, le 29.07.2013 à 16:16
[modifier]

Moi je suis déçu, avec un teasing pareil, je m’attentai à une diatribe de Madame Poppins sur l’onanisme! Et bam, que nenni, Madame n’a pas osé.

Déçu, je suis déçu.

9)
Tom25
, le 29.07.2013 à 17:24
[modifier]

Au ski, j’y vais par tout temps. Avant le VTT, j’y allais par tout temps également, pluie ou neige. Aujourd’hui, je peux encore sortir sous la neige, mais sous la pluie j’hésite, ça demande beaucoup de temps ensuite pour remettre le vélo en état. Outre le nettoyage bien plus profond, et donc un graissage bien plus appliqué, il y a plus de casse aussi, et ça coûte cher.
Bref, tout ça pour dire que ce n’est pas par peur d’être mouillé . Enfin, il y a aussi le facteur risque qui me freine, la boue, c’est très glissant …

10)
François Cuneo
, le 29.07.2013 à 17:55
[modifier]

Alors ce sera jamais hein, pour l’onanisme!:-)

C’est que j’enseigne moi, et vous n’allez pas faire déraper ce site ou bien!

Que va dire Mme Lyon si elle lit certaines choses ici, hein, vous y avez pensé, non mais!

Bon.

Madame Poppins, pour ton journal, j’espère que tu utilises MacJournal, il est super ce programme, pour ton thé, la machine à thé de Nestlé est pas mal non plus, mais j’en ai parlé.

Comme quoi il y a moyen d’avancer en technique tout en prenant du plaisir!

11)
Madame Poppins
, le 29.07.2013 à 18:15
[modifier]

François,

Pour le journal, j’aime justement qu’il y ait le papier, les pages à tourner, le choix de la plume, du stylo…. Et la machine, pour le thé, elle me priverait du plaisir de plonger mon nez dans la boîte tendue par le vendeur pour expliciter ses explications : résolument non ! :-)

12)
M.G.
, le 29.07.2013 à 19:58
[modifier]

je m’allonge sur le canapé et me laisse transporter par le Stabat Mater de Pergolesi

Ah, Le « Stabat Mater » ! Quelle merveille !

Ma version préférée : celle dirigée par Christopher Hogwood, avec les voix sublimes de Emma Kirkby et James Bowman.

Souvenir de 1997, alors que je sortais d’une opération chirurgicale plutôt lourde, j’écoutais cette version en boucle, de six heures du matin à six heures du soir. Je sais, je me drogue avec n’importe quoi mais j’ai gardé le meilleur de cette addiction. Avec le « Requiem » de Mozart, ce sont certainement les deux pièces que j’ai le plus écoutées dans ma vie.

Cela n’a rien de très sportif mais c’est un rempart contre la dépression moins dangereux que le Lexomil ;-)

13)
Alain Le Gallou
, le 29.07.2013 à 20:47
[modifier]

Je vous lis de retour de mon bateau, aujourd’hui vent fort, soleil, et une grosse averse à 14 heures, donc sport tranquille, pas d’excuse.

PS : Merci du tuyau les suites de Bach transcrites par Paolo Pandolfo cela me changera de Tortelier. Et pour ceux qui veulent changer du stabat mater et requiem de Mozart ou Verdi, essayez dans ce style la messa di gloria de Puccini. et pour les suites essayez Offenbach, si si, Suites Pour Deux Violoncelles.

14)
JeMaMuse
, le 29.07.2013 à 23:28
[modifier]

En ce qui me concerne, la distance avec le sport doit être inscrite dans mes gênes. Je n’ai jamais eu – et n’ai toujours pas – d’affinité avec la pratique du sport, hormis le vélo que je pratique avec plaisir.

Mon activité physique principale, c’est choriste dans un chœur d’oratorio (dont j’assume aussi la présidence). Et je suis d’accord avec notre chef : “si l’on est totalement impliqué, le chant choral, même amateur, est un sport de haut niveau”. En effet, cette activité signifie technique (respiratoire notamment), concentration, écoute et travail continu.

Finalement, ce qui est primordial, c’est de pratiquer ce que l’on aime avec passion : cela fait fonctionner aussi bien le corps que l’esprit.

15)
jpg
, le 30.07.2013 à 00:14
[modifier]

J’ai très peu pratiqué le sport durant toute ma vie, un peu de marche, de vélo, de ski, car, je ne suis pas doué pour les activités physiques.

A l’âge de la retraite, je me suis inscrit au CAF (Club Alpin Français, à ne pas confondre avec la Caisse des Allocations Familiales) et j’ai découvert la montagne, qui est superbe: ski de randonnée (les peaux de phoques sont synthétiques), escalade, via ferrata. Par rapport à mes contemporains sportifs que j’admire, mes articulations sont intactes, mes genoux sont en bon état puisqu’ils n’ont jamais été sollicités, toutes mes rotules sont naturelles et pas en titane.

Le sport est génial, surtout si on a pratiqué l’anti-thèse préalablement.

16)
TroncheDeSnake
, le 30.07.2013 à 12:47
[modifier]

Décidément Madame, j’aime te lire. Malheureusement je suis souvent très occupé le lundi et je n’ai pas beaucoup de temps pour participer. Mais bon, j’y vais quand même.

Mais de masturbation, ne vous en déplaise, nous parlerons un autre lundi ;-)

(non, rien…)

le fait de devoir concilier trois enfants et un emploi à temps presque plein

et on le sait, comme le mentionne ysengrain, tout cela n’est ab-so-lu-ment pas sportif! Fils unique et père de fils unique, je me demande toujours comment font les ceusses qui en ont plein et qui aiment ça. Je n’ai qu’une chose à dire: Chapeau! Et un beau, avec des plumes et tout!

après une séance de wata, franchement, on relègue son cardiomètre tout au fond du placard !

euh… Faut quant même avoir son brevet de plongée en apnée, non? Parce que j’ai essayé de retenir ma respiration en synchronisation avec les images… ben j’y arrive pas!

Dans un autre esprit, connais-tu le Sensitive Gestalt Massage (SGM)?

on ne peut pas courir en écoutant une telle musique, elle exige une présence totale et ne tolère pas d’être choisie comme son de fond pour une sortie longue en forêt.

Moi c’est exactement le contraire: J’écoute beaucoup de musique, notamment au travail. Mais lorsque je vais marcher (je ne cours pas), j’estime que le silence, le bruit du vent, le chant des oiseaux, une certaine qualité de présence à ma démarche et à ma détente, éventuellement mon dialogue intérieur… tout cela mobilise bien assez mon attention pour que j’y ajoute une musique, quelle qu’elle soit!

Donc, à vous non sportifs, quels sont donc les plaisirs qui vous empêchent de vous lancer à corps perdu dans une activité régulière ?

Là, j’aimerais parler de ma guitare, mon blog, mes lectures… mais je dois à la vérité de mentionner plutôt… ma télévision et les séries dont, de façon assez peu glorieuse, je raffole… :-(

17)
Madame Poppins
, le 30.07.2013 à 16:28
[modifier]

TdS, non, je ne connais pas ledit massage, je vais googler la chose pour en apprendre davantage.

Pour ce qui est de retenir ton souffle, n’oublie pas que tu ne commences pas la séance par ces apnées (avec un pince-nez), tu commences par une longue phase où tu n’es pas sous l’eau et ton rythme cardiaque ralentit incroyablement vu la détente totale que cela te procure. J’ai souvenir d’avoir vu une démonstration de wata et de penser “mais remonte-la, elle va étouffer”. Lorsque j’ai commencé à prendre des séances, je me suis toujours dit “mais pourquoi je ne peux pas rester plus longtemps sous l’eau !?”

T’as un blog ? Je peux avoir l’adresse (même en privé, tu sais comment obtenir mon adresse ?) ?

Et pendant que tu y es, ajoute la liste de tes séries : lorsque je souffre d’insomnie, j’adore regarder un truc “con” à la TV, ça me donnera des idées :-)

18)
bordchamp
, le 01.08.2013 à 00:17
[modifier]

Je suis toujours ravi de lire Madame Poppins : c’est le fond sans doute, mais la forme aussi ; et je ne peux que m’inscrire en faux contre son affirmation selon laquelle ses lignes n’auraient aucune qualité littéraire !

19)
Madame Poppins
, le 01.08.2013 à 01:35
[modifier]

Je suis toujours ravi de lire Madame Poppins

Et moi, autant l’admettre, il est des jours / des nuits où un compliment tel que celui-ci me va droit au coeur, merci, vraiment !