Profitez des offres Memoirevive.ch!
Là-haut… Paroles d’estive

L’été approchant enfin, je vous propose de découvrir un aménagement sur lequel j’ai travaillé de longs mois. Si vous passez lors de vos vacances dans la vallée de la Maurienne n’hésitez pas à monter à Albiez pour faire une halte sur le plateau de Montrond. Le décor est magnifique, même pour un habitué des sommets.

image

L’objectif était de créer un sentier d’interprétation accessible à tous, personnes à mobilité réduites y compris, intégré au maximum au paysage (on ne lutte pas contre la montagne) et ayant pour thème la vie de l’alpage. La contrainte était que ces alpages sont encore utilisés par des agriculteurs.

Nous avons décidé créer une série de stations à l’intérieur de ruines d’ancien batiment, ce qui permettait une emprise minimum tout en réhabilitant ces anciennes constructions.

Pour exemple :

image

avant

image

après

 

 

Et ci-dessous le parcours complet

 

image

 

Pour le plan d’interprétation nous avons décidé de travaillé sur un double niveau de « témoignage » induisant la notion dynamique d’évolution du paysage et du territoire : Témoignages d’hier, Témoignage contemporain et sur la notion de regards croisés : d’hier et d’aujourd’hui et d’usages et d’usagers. Nous avons rajouté un témoignage « culturel » (contes & légendes, extraits musicaux, poême, chanson traditionnelle).

Je passe sur le travail de recherche documentaire et iconographique pour en venir à l’avant-dernière phase du projet, la captation des lectures et témoignages. Nous avons créé une maquette que je vous laisse découvrir ci-dessous : 

 

 

et enfin les enregistrements sur place au hameau du Chalmieu dans l’ancienne école communale :

image

Roger charvin, plus de 95 ans, dans son école....
et son témoignage

 

Ou dans un chalet d’alpage avec François Bonnet, le dernier alpagiste à « l’ancienne » : 

image

 

 

 

Chaque station est équipée d’un boitier pouvant jouer les différents témoignages (le son est réglé pour ne pas gêner). Il y a une station qui nous tenait particulièrement à cœur, « paroles de femmes ». Il nous semblait important de parler des femmes qui ont tenu un rôle important dans la vie de l’alpage. Pour preuve cette photo et sa légende :

image

Louise et Aline Reymond – le Chalmieux été 1975 –
Là où le matériel ne passe pas, les femmes prennent la relève.

Je vous livre une histoire que nous n’avons pas utilisée et que j’aime beaucoup, Anastasie par Roger Charvin :

« Il y avait des femmes très courageuses et très solides tenant un chalet et disposant d’un berger, qui une fois leurs travaux terminés, descendaient au village, rejoindre leur mari ou leur famille, pour aider à certains travaux, comme les moissons ou les labours pour le seigle. Elles remontaient le soir reprendre leur besogne d’altitude, après une marche quelques fois de deux heures, un peu moins quand il s’agissait d’aller à la fenaison plus proche. 

C’était le cas de Mollaret Anastasie, d’Hilaire, qui occupait le chalet de Bonventre vers les années 1852. Elle eut en tout 13 enfants, dont 8 vivants et 5 morts jeunes. En ce temps-là, elle avait au chalet, Marie Antoinette 9 ans, qui faisait certainement la bergère et gardait Nicolas, Nicolas 6 ans, Lucien 1 an et elle attendait Jean François qui allait naître en mars 1853. Elle habitait le coin du Patay aux Chalmieux avec son mari Charvin Etienne, de Jean François. Lorsque ce dernier avait besoin d’elle (et il paraît que c’était assez souvent) il étendait un drap blanc à la porte de la grange (celui dans lequel on enveloppait les céréales) bien visible de là-haut. 

Tous les matins Anastasie envoyait un gamin, du chalet à la pointe de Bonventre pour capter éventuellement le message. S’il y avait le drap blanc, elle confiait la maison à Marie Antoinette, et Lucien dans un berceau très léger sous le bras (car il fallait lui donner à téter), elle descendait jusqu’aux Chalmieux par les pentes escarpées des Aramelles, Cuman et Goudine. Travaux terminés, elle remontait le soir, toujours avec le berceau et en plus un gros pain de seigle.  

On a toujours raconté qu’un certain soir, au retour, près du sommet, s’étant assise pour donner le sein à son bébé, elle s’était endormie, terrassée par la fatigue et ne fut réveillée qu’au petit jour par le chant des oiseaux. C’était tellement vrai, que mon grand-père Isidore Reymond avait dit à Étienne, quoique plus âgé que lui : 

« l’yévè poué solida ta f’mèla, l’ya cushia defouè et y la pâs tuâ, é pourtan » l’yavévè zha Françaé din lo caé ». 

(Elle était puis solide ta femme, elle a couché dehors et cela ne la pas tuée, et pourtant elle avait déjà François dans le ventre). »

 

N’hésitez pas à poursuivre par l’itinéraire liberté qui vous mènera au pied des aiguilles. C’est magique et la transition entre alpages et haute montagne est réellement surprenante. Pour finir, je vous livre le « Pitch » qui présente cette promenade.

Tête de Chat (ou Septentrionale – 3364 m), Aiguille Centrale (3513 m), Aiguille Méridionale (3514 m), trois immenses flèches de pierre se dressent au milieu d’un océan de pâturage. Entre ciel et terre, cette Promenade Savoyarde de Découverte vous propose « d’emmontagner ». Sur les traces des bergers, vous cheminerez confortablement entre chalets d’alpage et troupeaux en estive. L’occasion d’une rencontre avec les enfants du pays... Berger, agriculteur, alpiniste, chasseur et guide vous content LEURS aiguilles.

Bonne balade.

12 commentaires
1)
fxc
, le 19.06.2013 à 00:57
[modifier]

Merci pour ce témoignage et ce travail émouvant?

Là où le matériel ne passe pas, les femmes prennent la relève.

Je l’ai toujours dit…. et je sors. (;D

2)
Franck Pastor
, le 19.06.2013 à 09:14
[modifier]

Albiez-le-Vieux ou Albiez-le-Jeune ? Je ne suis passé qu’une fois dans le coin, c’était à vélo (col du Mollard) il y a… 15 ans.

Beau travail que vous avez réalisé. Ton article me donne envie d’y faire un tour cet été… C’est pas très loin de chez mes parents, et j’y retourne pour mes vacances.

Merci !

3)
Desimages
, le 19.06.2013 à 10:33
[modifier]

Merci Laurent de nous emmener là-haut et de permettre à celles et ceux qui ne peuvent gambader sur leurs deux jambes d’aborder les beautés de la montagne. Un très beau travail et une bonne nouvelle pour quelqu’uns de mes amis.

4)
Laurent Vera
, le 19.06.2013 à 10:42
[modifier]

Franck, Albiez le vieux, puis col du Mollard, Monrond et le Chalmieu.

Desimages, les PSD (Promenade Savoyarde de Découverte) sont nombreuses en Savoie, le point premier du cahier de charges est l’accessibilité aux Personnes à mobilité réduite. Va voir ICI pour en savoir plus.

6)
TroncheDeSnake
, le 19.06.2013 à 17:07
[modifier]

J’adore marcher, mais je ne le fais pas assez souvent! Ce billet est une invitation à venir voir ce beau paysage. Je me le garde en référence, ainsi que le site que tu as mis en lien dans le comm 4. Ceci dit je n’y trouve pas l’itinéraire que tu présentes. C’est normal?

En tout cas merci pour ce billet et… j’en profite:

Quand je randonne, j’éprouve toujours une grande reconnaissance pour les gens qui aménagent et entretiennent les sentiers, qui plantent les poteaux indicateurs… Pour une fois que j’en tiens un: MERCI À TOI ET À TES COLLÈGUES!!! Vous faites un boulot formidablement utile!

7)
Jean-Yves
, le 19.06.2013 à 17:22
[modifier]

Merci pour cette suggestion de belle et bonne bouffée de grand air, et bravo pour ce travail ! Pour ceux que l’histoire alpine intéresserait, le Musée Dauphinois présente en permanence une expo : Gens de l’Alpe, qui couvre l’ensemble de l’arc alpin sur trois millénaires … Bon, d’accord, c’est pas le grand Rift, mais quand-même, il y fait souvent plus frais quand il fait très chaud ailleurs !

8)
Laurent Vera
, le 19.06.2013 à 18:13
[modifier]

Effectivement, tronchedesnake, mais je ne sais pas pourquoi, je vais appeler mes correspondants Savoie Mont-Blanc pour l’info. Sinon tu peux télécharger la plaquette ICI

12)
maxim
, le 24.06.2013 à 23:58
[modifier]

Bravo!

Hormis l’intéressant côté rando+découverte, ça me fait penser à «Passes-moi les jumelles», en mieux puisque j’aime bien l’ethnologie pas trop formatée façon RTS (TSR) et surtout interactive. Vraiment très bien et authentique.