Profitez des offres Memoirevive.ch!
Du coup, c’est tout à fait une épidémie.

Du coup, c'est viral.

En fait, je m'en suis aperçu cela fait environ un mois, du coup, je vous entretiens du malaise qui m'étreint. Je m'en suis rendu compte presque par hasard, un élève qui, du coup, disait deux fois dans chaque phrase « du coup », du coup, ça m'a interpelé, j'ai constaté que du coup, tout le monde ducouïsait, que même moi, je dois faire de gros efforts quand je discute pour ne pas y aller de mon « du coup » à chaque début de phrase, et du coup, il m'échappe à la fin, du coup.

En fait, il y a quelques années, j'ai été exaspéré par les « toutafé » que l'on entendait tellement souvent que même aujourd'hui, je continue à essayer d'éviter de prononcer cette locution, mais « du coup », c'est nouveau, et ça m'a l'air de s'être répandu comme une trainée de poudre. Apparement, ce n'est pas si récent, Claudine Cholet tirait déjà la sonnette d'alarme en 2006, mais j'avoue ne m'être apercu de rien. Google répertorie environ 224 000 000 de résultats (bien moins que tout à fait qui score 409 000 000).

C'est étrange, ces tics de langages hypercontagieux; la plupart des personnes interrogées à ce sujet ne s'en rendent pas compte, mais du coup, en y réfléchissant un peu admettent une forte ducouïsation de leur langage, et puis de citer les leurs propres, de tics, dont ils ne savent pas comment s'empêcher de les prononcer, genre « genre », ou  style « en mode », voire « tu vois ». Le BigBossPatronD'Ici avait en son temps été apostrophé sur son utilisation impropre et trop importante d' « au niveau », mais il a depuis fait un effort considérable pour s'amender, et du coup, il ne parle plus de niveau que pour celui de la bière dans son verre ;o).

On notera tout de même l'heureuse disparition du « trop pas » qui m'avait trop pas plu la première fois que je l'avais entendu...

Je sais que pour ma part, j'ai beaucoup de mal à ne pas employer « différent » plusieurs fois par humeur, et du coup, je dois aussi avoir des tics qui ne m'apparaissent pas à la relecture en fait.

Et vous, du coup, ducouïsez vous ? en connaissez–vous d'autres, des locutions parasites qui vous affectent particulièrement ?

PS : en fait, je vous prie d'excuser ma discrétion ces deux dernières semaines (et la brieveté de mon propos d'aujourd'hui), mais j'étais genre en mode préparation des portes ouvertes, et du coup, tout à fait débordé...

49 commentaires
1)
yfic17
, le 12.06.2013 à 00:34
[modifier]

Du coup, il faut supprimer « toutafé » et « du coup ». En même temps, il reste le coup du lapin ! Je fais une proposition : ne parlons plus, comme ça il ne restera plus d’expression. De plus, ça m’arrange, étant dyslexique…

2)
Origenius
, le 12.06.2013 à 00:44
[modifier]

Salut

J’ai stoppé la lecture dès le premier paragraphe, par crainte de contagion : celle-ci, à la différence de beaucoup d’autres passe par Internet et s’étend au delà des mers si l’on n’y prend garde…

3)
ahd
, le 12.06.2013 à 06:15
[modifier]

Merci Zit, je me sens moins seul. Voilà des semaines que j’exaspère tout le monde en leur répétant “du coup” à chaque fois qu’ils en sortent un. C’est fou, mais je n’entends plus que ça! Un peu comme quand on change de voiture et qu’on voit partout la même après :-)

5)
Kermorvan
, le 12.06.2013 à 08:45
[modifier]

Les discours sont émaillés de ‘en fait’, avec son substitut, ‘effectivement’. Nos politiciens commencent leur phrases par ‘je crois que’ ou ‘je pense que’. Abus des sigles et d’américano-anglicismes. L’inversion du verbe et du sujet a disparu. Le style s’alourdit. L’on ne dit plus jamais ‘avez-vous’, mais ‘est-ce que vous avez’.

6)
fxc
, le 12.06.2013 à 08:50
[modifier]

Il y en a un autre :”le dja

Ex: il a dja été à la mer….du coup cela m’énerve dja!!!!

M’énerve le zit, va me le mettre en tête toute la journée, du coup je répêêêêêêêêêêêêêêêêêêête

du coup

7)
guru
, le 12.06.2013 à 08:53
[modifier]

Sans parler, mais si parlons-en du “voilà” qui devient le symbole des sportifs (qui souvent n’ont déjà pas trop de vocabulaire)… Et voilà!

8)
Droopy
, le 12.06.2013 à 09:14
[modifier]

Est ce que les fautes d’orthographe sont volontaires dans cet article ?

Parce que “du coup”, on peut se poser des questions car l’auteur a l’air d’être un enseignant. En fait, je suis entièrement d’accord avec lui sur ces Tocs ou Tics qui touchent une grande partie de la population.

Est ce du aux SMS, aux programmes de TV, à la non lecture, ou à la non discussion. Je me garderai bien d’avoir des certitudes. Juste dire, en fait, que du coup, je suis d’accord.

Revenons aux fautes.

(je vous entretient) N’est ce pas “je vous entretiens ?

(je doit faire) N’est ce pas “Je dois faire” ?

(il m’échape) N’est ce pas ‘Il m’échappe) ?

(s’être répendu) N’est ce pas ” s’être répandu) ?

Désolé !

ça aussi c’est un Toc, et ce sont les guignols de l’info qui l’ont répandu.

9)
nicos
, le 12.06.2013 à 10:48
[modifier]

J’ai envie de dire, que du coup, c’est peut etre pas du coup le pire. J’ai envie de dire… pfff…

10)
Saluki
, le 12.06.2013 à 10:53
[modifier]

Du coup, tordons-lui le cou.

Et puis ce doit être un bon coup…

Edit : Il manquait le ” – ”, du coup je l’ai rajouté…

11)
Foyan
, le 12.06.2013 à 11:03
[modifier]

Bizarre que personne jusqu’ici n’ait cité l’horripilantissime “à la limite”… ;-)

12)
Hervé
, le 12.06.2013 à 11:04
[modifier]

”… ces Tocs et Tics”

Si “tic” est bien un nom et donc se met au pluriel sans majuscule, TOC est un acronyme de “trouble obsessionnel compulsif” donc se met tout en majuscules et est invariable “Des TOC…”

A moins que ce soit du toc sans valeur-

;-D

13)
ysengrain
, le 12.06.2013 à 11:11
[modifier]

Évoquer les tics de langage, nécessite une vigilance de tous les instants.

Un autre tic de langage m’afflige au plus haut point: ”… au niveau ” Arrgh, au secours.

Au niveau des tics de langage, du coup, au niveau faire gaffe, faut être au niveau.

j’arrête. Vous me suivez … enfin, au niveau … du coup, c’est bon

14)
cerock
, le 12.06.2013 à 11:36
[modifier]

C’est marrant je n’ai jamais rien remarquer sur “du coup”.

Du coup ;), je vais y prêter attention

15)
quark
, le 12.06.2013 à 11:51
[modifier]

En fait, il n’y a rien que juste quatre «en fait», dans ce billet, donc bon. Et ça, j’veux dire, que, en fait, bon, c’est vrai que ça m’horripile, voilà, quoi. Parce que, en fait, le «du coup», c’est vrai qu’on l’entend donc, j’veux dire, oui oui, non non, c’est sûr, mais pas si souvent, en fait. C’est juste que bon, c’est nouveau, en fait. En fait, c’est juste le fait de dire tout le temps «en fait» qui m’énerve le plus, quoi. Et c’est ça qui est important, j’veux dire, en fait. Donc oui, non, c’est vrai que, ouais, j’veux dire, voilà, quoi.

16)
Madame Poppins
, le 12.06.2013 à 11:57
[modifier]

Si je n’avais aucun tic de langage, je pourrais me moquer mais comme j’en ai plein, surtout quand je donne des conférences (une moyenne de 15 “nonobstant” par présentation); là, je ris surtout jaune…. ;-)

Et la vigilance évoquée par Ysengrain n’y suffit pas chez moi, il y a des tournures de phrases qui sont inscrites dans mon ADN (“notamment” “il se pose la question de savoir si….”, deux en une phrase, pas mal, hein ?!)

17)
ToTheEnd
, le 12.06.2013 à 12:32
[modifier]

En fait, il n’y a rien que juste quatre «en fait», dans ce billet, donc bon. Et ça, j’veux dire, que, en fait, bon, c’est vrai que ça m’horripile, voilà, quoi. Parce que, en fait, le «du coup», c’est vrai qu’on l’entend donc, j’veux dire, oui oui, non non, c’est sûr, mais pas si souvent, en fait. C’est juste que bon, c’est nouveau, en fait. En fait, c’est juste le fait de dire tout le temps «en fait» qui m’énerve le plus, quoi. Et c’est ça qui est important, j’veux dire, en fait. Donc oui, non, c’est vrai que, ouais, j’veux dire, voilà, quoi.

Je te défends de prendre à ton compte ce qui est, depuis des années, ma marque de fabrique lors de mes conférences… quand je regarde les vidéos après coup, j’ai tellement honte!

18)
Origenius
, le 12.06.2013 à 13:12
[modifier]

L’expression qui m’horripile, c’est « dangerosité ». N’est-ce pas une redondance ? A considérer que le « danger » est suffisant pour évoquer la possibilité d’un malheur ou d’un accident, pourquoi ajouter un risque au risque en parlant de dangerosité ? Et à titre personnel, ce mot somme mal ! « Aujourd’hui », déjà pléonastique en lui même, se voyant affublé d’un « au jour d’… » est du même genre.

Par contre, puisque je dois vivre et travailler dans une langue étrangère, en l’occurrence le japonais, il est évident que le vocabulaire à ma disposition est plus limité que dans ma langue maternelle (j’ai commencé l’étude du japonais à 27 ans). En conséquence, les expressions que je répète à longueur de journée, comme des refrains ou des ponctuations, sont (trop) nombreuses. Mais il est vrai qu’un étranger ne fait pas toujours dans la nuance : quand on sait dire quelque chose d’une (seule) manière, c’est déjà bien ! Et quand on sait dire beaucoup de choses, même d’une seule manière, c’est presque jouissif.

Quant à ces tics, dans quelles mesures ne sont-ils pas des bouche-trous dissimulant mal l’indigence sémantique autant que la difficulté à construire et organiser sa pensée ?

Comme dirait l’autre :
Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement
Et les mots pour le dire arrivent aisément.
Je n’ai pas la prétention cependant de contredire Boileau, mais j’inverserais volontiers sa proposition : la richesse du vocabulaire permet sans doute de concevoir une pensée structurée.

19)
Blues
, le 12.06.2013 à 13:55
[modifier]

Dans mon coin, les ados et autres d’jeunes on les entend tout autant dire des “j’imagine” à tout va (en réponse à n’importe quoi) ou des “logique” que des “du coup”. Le “j’imagine” me tape particulièrement sur le système (= locution parasite pour moi) ! y’a bien sûr aussi les superlatifs “trop bien” et “trop beau”. Bref le plein de bouche-trous comme le dit si bien Origenius.

20)
kris
, le 12.06.2013 à 15:10
[modifier]

– Écoutez… Il faudra mettre la main à la pâte mais c’est faisable.

– Oui, mais ça coûte un bras.

– On se fait un plan cantine et on en parle.

– Pas de souci.

– Et cerise sur le gâteau, au jour d’aujourd’hui le dir. com. est ok.

– Ben alors, si vous le dites.

21)
ahd
, le 12.06.2013 à 16:07
[modifier]

Grosse mode des ados aussi : du “genre” à toutes les sauces. Ex: Trop cool, genre! Non, mais arrête, genre!

22)
J-C
, le 12.06.2013 à 16:32
[modifier]

Bonjour,

J’approuve tout ce qui précède, et j’y plussoie !

Non mais, allo, quoi !

;-)

… et ça vient de Suisse ! ;-)

23)
fxc
, le 12.06.2013 à 17:07
[modifier]

Les commentaires ici et là ….. Ah bon sont ou…

le ca et là des speakerines du mauvais temps…

Le ou bieeen des suisses

et oeuf corse le oufti des liègois

24)
TroncheDeSnake
, le 12.06.2013 à 18:10
[modifier]

Marrant… Je n’avais pas encore entendu le “du coup”, en tout cas pas en tant que tic.

Je me souviens du fou rire inextinguible qui m’a saisi la première fois que j’ai entendu mon filleul s’écrier “TROP PAS!”; j’ai vraiment eu du mal à m’en remettre!

Ces expressions ne me dérangent pas plus que ça en elles-même, lorsqu’elles sont utilisées avec modération et à bon escient. Ça “fleuri” le langage et me fait sourire plus que ça m’agace. J’aime la belle langue, bien que ne possédant moi-même que des compétences limitées en la matière; mais j’aime aussi les expressions populaires, voire populeuse, et ne dédaigne pas à l’occasion de me laisser aller à une touche de vulgarité. Bien placé, ça chie!

Par contre, lorsque l’une de ces expressions revient à chaque phrase, comme un tic irrépressible, alors-là oui, ça me gave grave! Et je m’efforce de me corriger lorsque je m’attrape moi-même en flagrant délit de.

(Par exemple, la phrase précédente, inachevée et pourtant claire, est une “San-Antoniaiserie” que j’aime utiliser de temps en temps.)

25)
Modane
, le 12.06.2013 à 18:24
[modifier]

En fait, ça me fait rire, ces nouvelles expressions qui geyserisent d’un coup, couvrant le vocabulaire à l’entour d’une belle couche d’automatismes pratiques. Ça me repose de Proust. Mais rassurez vous! Le langage disparaît au profit des images. Qui peuvent être aussi redondantes et énervantes que ces expressions méga limite.

28)
Caplan
, le 12.06.2013 à 19:06
[modifier]

Du coup, faut que je cause de l’expression qui me gonfle, ces temps. C’est :”Y’a pas d’souci”. J’ai juste envie de balancer des claques à ceux qui le disent, d’autant plus qu’il y a souvent des bonnes raisons de se faire du souci avec eux…

29)
Ritchie
, le 12.06.2013 à 19:21
[modifier]

Sans compter le nombre de gens qui utilise par contre en lieu et place de en revanche ! Et un copain me faisait remarquer que vachement n’est pas français non-plus !

30)
Madame Poppins
, le 12.06.2013 à 20:18
[modifier]

Mince, Diego, je n’avais jamais remarqué de tic dans ta manière de t’exprimer mais je découvre ce soir que tu bégaies ? ;-)

31)
zit
, le 12.06.2013 à 20:22
[modifier]

yflic17, il ne faut rien supprimer, mais faire attention à bien heptacycloglossoantelogir, tout simplement.

Origenus, trop tard ! oui, je sais, c’était bien bas de ma part de ne pas trop prévenir avant de vous proposer la lecture d’aujourd’hui.

ahd, au lieu de changer de voiture, prends un vélo horizontal, tu es sûr de ne pas risquer de le confondre avec un autre ;o)

marcdiver, ahhhh, ok…

fxc, le dja ne s’entends pas trop par chez nous. Du coup, ça doit être un belgicisme.

Et bien voilà, guru, du coup, tu en as trouvé un autre.

Droopy, merci bien de ton aide, ces abominations sont corrigées, je n’avais pas trop les yeux en face des trous, beaucoup arrosé (à la blanche, Vieux Bruges), ces derniers jours.

nicos, j’ai envie de dire que c’est très bien trouvé, du coup, bravo !

Saluki, un bon coup, où ça ?

Foyan, à la limite, j’ai envie de dire que c’est un bon coup, OK ?

Hervé, c’est beau, la tetracapillosectomie, j’admire, tu vois ?

ysengrain, oui, il faut se mettre au niveau de notre BigBossPatronD’Ici pour être capable à ce point de se faire violence, du coup, c’est pour ça que c’est le Boss aussi, tu vois…

cerock j’ai bien dû l’entendre au moins dix fois au jour d’aujourd’hui, le le prononcer deux trois fois aussi, tu vois.

quark, en fait, je les ai saupoudrés à la fin, pour voir s’il y en avait qui suivaient ;o) et du coup, en fait, je veux dire que tu es particulièrement attentif, tu vois.

Mââââââââme P., je ne voulais pas jeter l’âne à thème (avec l’eau du bain) sur toi, mais en fait, je voudrais dire tu as ducouïsé dans ton papier de lundi, du coup j’en parle quand même tu vois.

TTE, en fait, je voudrais dire que maintenant, du coup, tu es plus tranquille, tu vois ?

Origenius, tu vois, j’ai du mal à ne pas être d’accord avec toi, d’ailleurs, je voudrais dire que du coup, je le suis, d’accord, tu vois ?

Blues, je voudrais dire que du coup, j’imagine que tu n’en peut plus, là, enfin voilà, tu vois.

kris, bin si tu le dis, il n’y a pas de sushi, je veux dire, jolies trouvailles, tu vois.

ahd, genre, je veux dire que j’en parle dans l’article, tu vois, alors ya pas photo, c’est genre de la triche.

J–C je plussoye d’abondance aussi, tu vois, du coup, je voudrais dire que trop d’accord !

fxc, ah, non, le ou bieeeen des suisses, on touche pas !

TroncheDeSnake, je voudrais dire que trop pas, c’est trop d’la balle, sinon, on est bien d’accord, tout ce qui est fait avec le corse et l’arménien (Parcimoni et Abonessian), ça déchire grave, ya que l’abus absolu (deux du coup dans la même phrase, par exemple) qui pêche, tu vois ? après, une bêêêêêêêêêtise de temps à autre, ça détends grave, non ? ou bieeeen ?

En fait, Modane, tu vois, je trouve aussi ça drôle, quand c’est quelqu’un d’autre qui souffre du problème, je veux dire que quand c’est moi, c’est moins rigolo quoi, tu vois ?

Ah ouais, Diego je veux dire, à fond ! tu vois.

Caplan, en fait, ya pas de sushi, tu ne mangera que du riz tu vois.

Richie, c’est vachement incroyable ça !

Mâââââââââme P., je voudrais dire que ce n’est pas du tout ça, ya pas de soucis, en fait, tu vois double, tu vois ;o)

z (AU SE–COUU–RS ! je répêêêêêêêêêêêêêêêête : ignoble aussi, çui–là).

33)
marcdiver
, le 12.06.2013 à 20:50
[modifier]

Les Suisses qui ont fait beaucoup d’armée ne peuvent souvent s’empêcher d’utiliser le terme “respectivement”…. L’avez-vous déjà remarqué ?

34)
Droopy
, le 12.06.2013 à 20:53
[modifier]

Alors là Bravo !

Belle tirade du soir.

Vous pouvez maintenant aller lamper une bonne bière belge. Et c’est un Ch’ti, qui vous le dit, et qui trinquerai bien volontiers avec vous.

Bonne soirée.

37)
guru
, le 13.06.2013 à 09:05
[modifier]

Je voudrais tant qu’on supprime définitivement le verbe solutionner. Du coup, et voilà, oufti!

38)
Leo_11
, le 13.06.2013 à 12:11
[modifier]

Ces petits mots parasites ne m’accrochent pas trop encore… quoique…

Un qui me hérisse le poil grave de chez grave c’est le “mec” que les d’jone’s qui portent la casquette de travers ont l’habitude de placer au moins 18 fois dans une phrase d’une 5 mots… la je supporte pas…

Après réflexion, le “jour d’aujourd’hui” déjà évoqué me froisse passablement aussi.

39)
Ritchie
, le 13.06.2013 à 13:11
[modifier]

aussi “attractif” dérivé de l’anglais “attractive”, ça me hérisse les poils à chaque fois.

Et tous ceux qui ont fait un séjour un peut trop long en Angleterre et utilise aussi “faire sens” dérivé de “make sense”, arrrggghhhh !

40)
Jean-Yves
, le 13.06.2013 à 17:36
[modifier]

Sans parler, mais si parlons-en du “voilà” qui devient le symbole des sportifs (qui souvent n’ont déjà pas trop de vocabulaire)… Et voilà!

Merci Guru !

Pour ce fameux “voilà” des sportifs, un éminent ethno-socio-anthropologue du sport qui préfère garder l’anonymat, en a retracé la genèse dans une somme qui a malheureusement laissé très peu de traces. Voire aucune.

La scène se déroulait pourtant dans l’enceinte du “Paladio der Princes”, à une époque où l’Esperanto croyait encore en son avenir. Tant pis, je le cite :

Le coach : Voilà, ça c’est une chaussure, et ça, un ballon. D’après vous, quel est le but ? Non, pardon, l’objectif ! Le but c’est le sujet de la leçon suivante.

Un jeune joueur : Qu’ils se rencontrent ?

Le coach : Voilà ! C’est une histoire d’amour qu’il faut montrer au public ! Un ballon et un pied, c’est fait pour se rencontrer. Mais, dis-moi, pourquoi c’est toujours toi qui réponds quand je pose une question ?

Le jeune joueur : Ben, je m’appelle Voilà, coach !

Bon, comme c’est sans garantie, je vais sortir …

Mais avant, Zit, j’aimerais bien que tu nous redonnes ce lien “zygomarrant” plein d’expressions capilotractées, et sur lequel je n’arrive pas à remettre le clic.

41)
zit
, le 13.06.2013 à 22:00
[modifier]

Mââââââââme P., voilà, en fait, j’ai été tester un article mien relativement récent et un peu long, pour du coup y trouver, en incluant les commentaires, QUINZE (!) occurrences de « en fait » et deux « du coup », imagine ! atterré comme j’étais, il fallait bien que je me venge sur le premier bouc émissaire passant à ma portée, de préférence une faible femme ;o)… enfin voilà, quoi, désolé…

Jean–Yves, c’est toi–même qui avais posté le lien vers ce site, mais à ta requête, je l’exhume : voilà !

z (en fait, c’est affreux, ces histoires de tics, je répêêêêêêêêêêêêêêête : et de paille dans l’œil du voisin)

42)
Jean-Yves
, le 13.06.2013 à 22:40
[modifier]

Merci, Zit. Cette fois je l’ai enregistré ce lien drolatique. Mais il y a erreur, je n’en suis pas à l’origine. C’est d’ici que je l’ai suivi, ce lien. Merci au véritable responsable. Et content pour ce rappel !

43)
Modane
, le 13.06.2013 à 23:16
[modifier]

Ça y est! Je l’ai, celui qui ne me fait pas rire! C’est “versatile” à la place de “adaptable”! Rhaaa! Rien que de l’écrire, je m’échauffe!

44)
jdmuys
, le 14.06.2013 à 07:02
[modifier]

Pour ma part, au lieu de “faire sens”, je préfère dire “faire du sens”, ou même, “manufacturer du sens”… ;-)

Un tic intéressant aussi à la radio: “les quatre coins de l’hexagone”. Si, si…

45)
Madame Poppins
, le 14.06.2013 à 21:07
[modifier]

de préférence une faible femme

Femme, ça, ok, mais “faible”, alors non, je m’insurge ;-)

En fait, c’est de “bonne guerre” :-)))

46)
François Cuneo
, le 15.06.2013 à 09:35
[modifier]

Évoquer les tics de langage, nécessite une vigilance de tous les instants.

Un autre tic de langage m’afflige au plus haut point: ”… au niveau ” Arrgh, au secours.

Au niveau des tics de langage, du coup, au niveau faire gaffe, faut être au niveau.j’arrête. Vous me suivez … enfin, au niveau … du coup, c’est bon

Si tu savais ce que je souffre pour le remplacer par “dans le domaine de” dans mes articles, et cela depuis que tu me l’as fait remarquer. Mais je le mettais tellement souvent qu’il y en a qui restent.

Et merde, je les assume!:-)

47)
Modane
, le 18.06.2013 à 18:56
[modifier]

Bah oui!… En fait, du coup, on se met à assumer grave au niveau de la tchache, mec, tu vois?

48)
maxim
, le 19.06.2013 à 00:56
[modifier]

“Sur le plan de” conviendrait aussi pour remplacer “au niveau de”. J’ai pas dit: “ça l’fait”! Mais n’est-ce pas un faux procès d’intention au plan de la terminologie? A voir selon cette source: >>> (je ne prends pas position). Il y a trente ans, certains enseignants prétendaient que le seul cas pour utiliser cette locution était pour signifier “au niveau de la mer” exclusivement. Ce qui m’a toujours semblé être une restriction abusive.

Du coup” n’est pas si grave, car s’en suit une possibilité de continuité dans le raisonnement! Alors que l’emploi à brûle-pourpoint de “voilà” à tout bout de champ est horrible! C’est un fait inaccompli! L’instantanéité sous forme unipersonnelle qui ne dit rien, avec un côté impératif qui agace! La solution de facilité servie sur un plateau par son absence de démonstratif. Comme si le fait d’utiliser ce factif, dispensait l’auteur de toute autre explication. Sauf présentation d’une action réellement subite: c’est une défection (si on peut dire…).

Le côté intéressant est que “voilà” n’est pas propre à notre époque, c’est la forme résurgente de la contraction vieillie (et populaire) de “v’là” (utilisée par A. Dumas [en 1831], et E. Zola [en 1887]. Et d’autres déclinaisons antérieures comme: “voila” [sans accent en 1627], “voylà” [1601], “velà”- [1498], “en vella” [1485], “vela” [1342], etc).

Ce qui primerait, avant la prétention même de ne plus faire aucune faute de français, ce serait “l’intention d’exprimer des idées”. Il ne serait alors pas interdit mais presque conseillé, de sortir d’une sorte de carcan idiomatique un peu brimant. De là à permettre n’importe quoi comme en cette époque de langage télégraphique, il y a une belle marge qui se nomme: parresse! (Comprenez aussi — et avant tout — notre propre méat de transmission de “l’amour de la langue” aux générations futures qui est en soit un déni culturel) Cette fainéantise alimente (et/ou fini par trahir) une représentation lacunaire du monde et des choses — qui, plus elle s’auto-entretiendrait, plus elle sombrerait dans le simplisme et aboutirait au manque de clairvoyance de la “nouvelle élite” actuelle (née de la “Y gen” ?) — c’est un cerce vicieux. Notez qu’elle sera d’autant plus facilement balayée par la suivante! :-)

A “voilà”, lancé à tout-va, je préfèrerais “nous y voilà” ou “voilà donc”.

Pauvre langue française actuellement, voilà tout!

Non je ne “ducouïse” pas, j’y veille: :-) tchüss!

49)
enezeog
, le 15.06.2015 à 15:12
[modifier]

On se sent moins seul : effectivement cette expression se généralise comme une traînée de poudre et devient insupportable d’autant plus qu’elle est relayée par des journalistes ( où par ailleurs l’orthographe ne semble plus être un critère de sélection) ou des politiques voulant paraître à la page.. Mettons nous à la place des étrangers qui entendent 20 fois ( je n’exagère pas ) le fameux mot  » du coup  » en 2 minutes de conversation. Au fait 1 question : quel est le rôle de notre éducation nationale dans tout cela : elle est sans-doute trop focalisée sur l’enseignement de l’arithmétique, de l’orthographe, de la rédaction, de l’histoire (au moins contemporaine), de la géographie, de la géo politique ou des valeurs civiques??
et voilà comme dirait nos footballeurs