Profitez des offres Memoirevive.ch!
iA Writer: la règle de la simplicité – efficace, esthétique

S’il vous plaît, ne prenez pas ce qui suit pour un test. C’est, au sens propre de ce site, une humeur. Je partage une découverte et un plaisir, plutôt que je ne teste un soft.

En cherchant pour voir si quelqu’un avait déjà parlé du programme dont je vais vous entretenir, je suis tombée sur deux humeurs qui parlent d’écriture informatique. 

Il y a eu le vaste tour d’horizon de Guillôme pour tenter de répondre à la question: y a-t-il une solution idéale pour écrire sur Mac?

Et il y avait eu, il y a quelque temps, une réflexion, également accompagnée d’un tour d’horizon, d’Olivier Spinnler sur le flux de travail de l’écrivain.

Je dois dire que ce sont deux questions que je me pose rarement: tout d’abord, quand «ça» (et je suis désolée, mais je ne peux pas définir ce «ça»-là) me prend, j’écris à la main ou sur ordinateur, dans le train ou dans mon lit, en attendant dans une file, dans la rue, à ma table, sur le dos d’une enveloppe ou sur du papier w.c. – je m’en fiche pourvu que j’écrive.

Une fois que c’est parti, que j’ai des notes disséminées entre mon agenda, mon téléphone, quelques dos d’enveloppe et ainsi de suite, je finis toujours par me retrouver devant un ordinateur. Et là, la question de la solution idéale pour écrire sur Mac pourrait se poser, mais en fait, après avoir beaucoup cherché, je me suis fixée sur Nisus, dont je ne prétends pas que c’est LA solution idéale. C’est la solution idéale pour moi. J’ai Nisus Writer Pro, parce qu’ici et là j’ai besoin, en fin de texte, d’une de ses fonctionnalités exclusives. Mais pendant que j’écris je pourrais tout aussi bien avoir Nisus Writer Express, pour écrire du texte au kilomètre cela suffit amplement.

Personnellement, chez Nisus, j’aime bien les palettes qui sont à côté de mon texte, j’ai tout sous la main, y compris l’orthographe d’un mot quand je me trompe.

LE problème

Vous vous souvenez de mon enthousiasme lorsque l’iPad a été annoncé. J’étais sûre que je me retrouverais avec une sorte de Newton.

Erreur: le Newton était un portable avec toutes les fonctions d’un portable, seul l’écran faisait la différence avec les premiers MacBook, en tout cas pour moi.

Rien de tel, au début, avec l’iPad.

Ecrire du texte, et surtout l’exporter sans se prendre la tête, ça a commencé par être difficile. En tout cas pour moi.

Et puis, il y a le problème du clavier.

Bon OK, je peux toujours utiliser un clavier externe. Mais quand je pars en balade, ce clavier me force à prendre une serviette ad hoc, alors que l’iPad entre dans mon sac. Et le clavier virtuel… Désolée, quand je suis en plein schuss et qu’il faut changer de clavier pour avoir une apostrophe, faire toute une gymnastique pour avoir les accents – merci. Mon schuss a tendance à se noyer dans l'irritation.

J’ai donc trouvé toutes sortes d’usages à l’iPad, surtout depuis qu’il est devenu iMini, mais j’avais fait une croix sur l’écriture.

Jusqu’à ce qu’arrive (sonnez trompettes)

iA Writer

iA Writer, c’est tout simple. Son créateur, le Suisse Oliver Reichenstein a voulu en faire «la machine à écrire de l’ordinateur». En un temps record, il en a vendu pas loin d’un demi-million. Et vous pouvez installer iA Writer tant sur votre Mac que sur votre iPad, et que sur votre téléphone. «iA Writer pour l’iPad a été conçu pour le voyage», dit Oliver Reichenstein. «Comme une Hermes Baby, si vous voulez. iA Writer pour le Mac, c’est la grosse Olivetti électrique.»

L’ambition d’Oliver Reichenstein est, vous l’avez compris, d’offrir un outil simple, qui permette de se concentrer sur l’écriture, selon le principe «Moins, c’est plus».

Cela dit, il offre toutes les possibilités du Markdown (pour qui l'ignore, on trouve l’explication de ce que c’est ici. Et vous pouvez en toute simplicité le passer à Antidote par la méthode habituelle: vous placez le curseur dans le texte, et vous cliquez sur l'icone Antidote dans la barre de menus. C'est intégré.

Tout ça est vraiment très bien. Mais les raisons pour lesquelles je vous en parle sont autres. Il y a la transmission du travail accompli sur toutes les plateformes – et il y a le clavier virtuel de la version iPad.

Regardez une page de iA Writer sur votre Mac.

image

Elle est nue. Mis à part le mode «focus» (j'explique ci-dessous), et le compte de mots, de caractères, et du temps de lecture. Idéal pour un article, ou un texte qu'on va devoir dire.

image

Vous voulez vous concentrer sur la phrase que vous êtes en train d'écrire, vous enclenchez le mode Focus (concentration), et tout le reste passe à l'arrière-plan

Ce texte, vous le sauvegardez sur iCloud, par exemple, ou dans Dropbox, et vous le retrouverez sur votre iPad et sur votre iPhone. D’autres le font aussi, d’accord.

image

Par défaut, Writer sauvegarde sur iCloud, mais vous pouvez demander DropBox, ou votre ordinateur (auquel cas vous ne pourrez plus y accéder depuis ailleurs)

La raison pour laquelle je l’emploierais plutôt qu'un autre, c’est sa typographie. Je suis une cinglée de typographie, j’ai fait un film sur Adrian Frutiger,  un des plus grands typographes du XXe siècle, j’ai écrit un livre sur Antoine Augereau, le typographe révolutionnaire dont nous utilisons aujourd’hui encore le travail (inventeur des accents, de la cédille, et de la fonte que s’est ensuite appelée Garamond). Et la fonte choisie par Oliver Reichenstein, œuvre du Hollandais Pieter van Rosmalen, est géniale. On voit tout de suite que lui aussi, c'est un féru de typographie. En plus, la fonte de iA Writer me rappelle celle que Frutiger - déjà lui – avait créée pour les machines à écrire IBM à boule – mais en mieux.

Et puis, il y a la version iPad...

Ah, la version iPad! C’est LÀ que ça change tout!

Le clavier virtuel de iA Writer comporte non pas trois rangées de signes, mais quatre. Et, oui, ça change vraiment tout. On peut écrire en français sans presque jamais quitter le clavier, vite, concentré, clair. Et là oui, c’est vraiment un outil pour travailler sans être constamment freiné.

image

Il y a une rangée supplémentaire de signes et d'accents, avec la possibilité (à gauche), de naviguer entre les mots ou (à droite) entre les lettres.

Vous me direz: le clavier virtuel de Evernote comporte également quatre rangées de signes. Oui, mais la quatrième rangée de Evernote est consacré au formatage, tandis que la quatrième rangée de iA Writer est essentiellement consacrée aux accents (plus les parenthèses et les guillemets).

«Les traitements de texte actuels sont comme des couteaux suisses: ils ont un mode brouillon, un mode formatage, vous pouvez faire toutes sortes de trucs dingues, mais la chose essentielle, la simple écriture, est perdue là-dedans», explique Oliver Reichenstein. «Dans iA Writer, il n’y a rien pour vous distraire pendant que vous écrivez.»

image

L’autre jour, j’ai essayé de voir si j’arrivais ainsi à écrire un texte entier sur iPad (jusqu’ici, le moment est toujours venu où la frustration a pris le dessus). Pas de problème. Et une fois que j’ai eu écrit, j’avais le choix entre me l’envoyer par e-mail (c’est prévu) et le passer par iCloud ou Dropbox. En cas de nécessité absolue, j’aurais pu l’envoyer directement à ma rédaction.

image

Voici toutes les possibilités offertes tant par l'Iphone que par l'iPad.

Mais bon, Antidote n’ayant pas la fonction de correction sur iPad, je préfère passer sur le Mac pour les finitions – je n’ai pas une confiance exagérée en mon habileté orthographique, pour elle, la correction automatique Apple (active ici aussi) ne suffit pas.

La rangée de signes supplémentaire

Sur iPad, je trouve iA Writer non seulement esthétique, mais aussi pratique. Le compteur de mots, de caractères et de temps c’est très utile.

image

Petit détail supplémentaire: vous pouvez mesurer le temps de lecture d'une partie du texte en plaçant le curseur à l'endroit où vous voulez que ça s'arrrête.

La simplicité qui fait que je m’en sers maintenant lorsque «ça» me prend, et ça remplace on ne peut mieux mes dos d’enveloppe, c’est irrésistible. Prendre des notes et les retrouver sur le Mac et sur l’iPad quand j’ai fait ça sur l’iPhone, et idem si je suis partie d’un des autres, c’est super.

Mais LE CLOU c’est vraiment la rangée supplémentaire.

Elle est là tant sur le téléphone que sur l’iPad, mais elles sont de nature différente.

Sur l’iPhone, elle offre simplement tous les signes de ponctuation qu’il fallait aller chercher sur le clavier numérique, et surtout (surtout en ce qui me concerne) l’apostrophe, le plus grand freinant quand on écrit en français, on l’emploie continuellement. En plus, elle permet de naviguer entre les caractères. C’est déjà une grosse aide.

image

Mais sur iPad, cette rangée supplémentaire va un pas plus loin: elle change avec les langues. 

J’ai un gros reproche à lui faire, que j’ai d’ailleurs déjà communiqué à la boîte de Oliver Rechenstein, information Architects - d’où le iA avant Writer: le clavier suisse romand reprend la quatrième rangée du clavier français qui comporte, lui, une apostrophe, il n'est donc pas nécessaire de l'ajouter dans les signes particuliers de la quatrième rangée. Le clavier suisse romand n’en a pas. Elle devrait donc logiquement être sur la rangée supplémentaire. Mais non. A la place, il y a deux-points (:).

 image

Voici la rangée allemande (et Suisse allemande) avec ses quatre touches et leurs signes particuliers, dont l'apostrophe...

image

...et voici les quatre touches décisives de la barre française (et hélas romande), où les deux-points remplacent l'apostrophe...

D'après mes calculs, on utilise les deux-points vraiment beaucoup moins que l’apostrophe – il y a même des gens qui ne les utilisent pas du tout. Dans ce texte, par exemple, il y a 135 apostrophes, et 15 deux-points (sur un total de 10'000 signes). Dans «La Tempête des heures», le roman dont je vous parlais le mois dernier, il y a 4266 apostrophes et 317 deux-points (sur un total de 391'000 signes). J’ai donc demandé, on pourrait carrément dire supplié information Architects, car j’ai envoyé plusieurs mails, qu’on remplace ces deux-points par l’apostrophe. Paradoxalement, elle est là sur la version allemande, alors que les Allemands utilisent vraiment très peu d’apostrophes.

Nous en sommes restés à «On verra», mais je vais insister de ce pas une fois encore. 

Cela dit, même avec cet ennui-là, le fait d’avoir les accents, les parenthèses et les guillemets sous la main, de pouvoir avancer ou reculer d’un mot d’un clic, et surtout d’un caractère à la fois, ça change tout simplement tout.

A franchement parler, je ne comprends pas que Apple n’y ait pas pensé avant.

Oui, je sais, ça semble simple une fois que quelqu’un a eu l’idée, c’est toujours plus facile de venir en second.

Bref, et pour conclure, j’aime bien iA Writer sur le Mac, je l’apprécie sur l’iPhone, et je suis enthousiaste sur l’iPad. En plus, c’est donné: 1 franc (!) pour iPad et iPhone combinés, et 5 francs pour Mac.

 

PS. Pour ceux qui lisent l’anglais, je recommande l’interview d’Oliver Reichenstein. C’est un homme intéressant, cette interview donne envie de le rencontrer pour discuter de l’avenir de l’informatique. Elle s’intitule «Le bon design est invisible», et pour ce qui est de iA Writer, on ne saurait mieux dire.

 

PPS. Pour Oliver Reichenstein s’il nous lit: n’oubliez pas les Romands – remplacez-nous les deux-points par l’apostrophe. Merci!

60 commentaires
2)
josiffert
, le 12.02.2013 à 02:09
[modifier]

Pour ma part… adopté depuis plus d’une année et avec bonheur. Autrement serait impossible d’utiliser un iPad pour la presse.

3)
François Cuneo
, le 12.02.2013 à 07:27
[modifier]

Passionnant.

Je ne connaissais pas la chose.

Bon… Le Markdown, je laisse ça à d’autres (suivez mon regard): comme toujours, je refuse de baliser mon texte sous prétexte d’avoir une portabilité quelconque, alors que j’ai pris un Mac pour voir ce que je j’écrivais pour de vrai.

Mais pour écrire un texte au kilomètre, c’est chouette.

Tu sais, le coup de l’apostrophe manquante n’est pas trop grave, on n’a qu’à écrire sans, l’iPad les rajoute automatiquement la plupart des fois.

Je trouve dommage par contre que le programme ne soit pas capable d’envoyer son texte à Evernote.

Mais merci pour cette découverte!

4)
François Cuneo
, le 12.02.2013 à 08:07
[modifier]

A part ça, si quelqu’un trouve un système de clavier virtuel mieux foutu que celui d’Apple qui permette vraiment à un type qui a fait de la dactylo comme moi de taper vite avec ses dix doigts, ce serait sympa qu’il le propose à Apple…

Parce que même si cette solution est nettement meilleure que tout ce que j’ai vu, ça ne devient pas un vrai clavier pour autant.

5)
jokef
, le 12.02.2013 à 08:15
[modifier]

Petite astuce pour l’apostrophe avec le clavier virtuel: une petite pichenette (plutôt qu’un simple appui) “glissée” vers le haut sur la touche “virgule / point d’exclamation” donne l’apostrophe. Idem pour la touche voisine du point d’interrogation, on obtient des guillemets.

6)
alienlebarge
, le 12.02.2013 à 08:47
[modifier]

Ça fait un bon moment que j’ai abandonné les formats gourmands à la Page ou Word pour ne plus traiter que du texte. Mes articles de blog, mes notes, mes tâches, mes rappels, mes factures, ma correspondance papier, etc. tous n’est que fichier texte. Et tout ça est synchronisé au moyen de Dropbox.

Ainsi, je ne suis plus dépendant du logiciel d’édition, je gagne de la place, c’est mieux indexé,etc.

7)
ggkrail
, le 12.02.2013 à 09:02
[modifier]

Pendant notre voyage d’une année, nous avons tenu un blog dont les articles étaient presque tous écrit sur iA Writer. Je confirme l’efficacité de la quatrième ligne du clavier, et la facilité d’exportation/synchronisation avec mail ou dropbox.

Je suis étonné du fait que François et Anne découvre cette application puisqu’il me semble que je l’avais installée suite à un article lu ici-même? ou alors une recommandation dans un commentaire? Quoiqu’il en soit, une bonne piqure de rappel, c’est toujours bien ;-)

8)
cerock
, le 12.02.2013 à 09:04
[modifier]

interessant, A ce pric, je ne l’achèterais que pour le mode focus ;) Comme je ne suis pas un écrivain, en bon programmeur j’écrit mes texte sur une version de “text mate” reçue en cadeau dans un bundle. Mais pour 5 francs pourquoi ne pas se simplifier la vie

9)
ggkrail
, le 12.02.2013 à 09:05
[modifier]

Quelles horreurs dans mon commentaire précédent: ”…articles étaient écritS…” ”… François et Anne découvreNT…”

Mais je ne sais pas faire une correction dans un commentaire déjà posté… Est-ce possible?

10)
jokef
, le 12.02.2013 à 09:25
[modifier]

Si le sujet des éditeurs de texte pour Mac / iPad / iPhone et celui de la syntaxe Markdown vous intéressent , Jean-Christophe Courte a a peu près tout testé, commenté, argumenté sur son site Urbanbike.com iA Writer fait évidemment partie de ses essais.

11)
Anne Cuneo
, le 12.02.2013 à 09:31
[modifier]

Petite astuce pour l’apostrophe avec le clavier virtuel: une petite pichenette (plutôt qu’un simple appui) “glissée” vers le haut sur la touche “virgule / point d’exclamation” donne l’apostrophe. Idem pour la touche voisine du point d’interrogation, on obtient des guillemets

C’est exactement ce à quoi je n’ai pas envie de devoir penser quand je suis en plein schuss. Mais merci pour le truc. Je n’en préfèrerais pas moins, avec François, un clavier mieux fait. Celui de l’iPad va pour l’anglais qui n’a pas besoin d’accents. Disons que celui de iA Writer est un grand pas dans la bonne direction.

12)
Anne Cuneo
, le 12.02.2013 à 09:36
[modifier]

je ne sais pas faire une correction dans un commentaire déjà posté… Est-ce possible?

Très facile : tu cliques sur le crayon qui est à droite de ta réponse, ton texte s’ouvre, tu le corriges et refais “envoyer”.

13)
ysengrain
, le 12.02.2013 à 09:56
[modifier]

Je trouve dommage par contre que le programme ne soit pas capable d’envoyer son texte à Evernote.

Ce n’est pas à toi que je vais apprendre que Evernote distribue à chacun une adresse e mail spécifique permettant justement d’adresser “n’importe quoi” dans Evernote.

Je vais essayer cet IAwriter dont une majorité du bien et pratiquement aucun donne un aspect négatif à cet ensemble Mac-iOS device.

Je ne saurais dire pourquoi, la sortie de Pages a généré chez moi une sorte de malaise permanent qui ne m’a jamais quitté. Je l’utilise par habitude. Son ergonomie m’agace, ses rigidités font monter ma tension artérielle et son isolement (enregistrement sous format propriétaire) m’irrite. Au moins les fichiers IA writer sont directement lisibles avec TextEdit.

Quant à Pages en iOS, je l’ai acheté et encore JAMAIS utilisé.

14)
Alain Le Gallou
, le 12.02.2013 à 11:05
[modifier]

Quant à Pages en iOS, je l’ai acheté et encore JAMAIS utilisé.

Idem pour moi, je l’ai acheté à sa sortie pour voir. J’ai testé et mis au rencard.

En mai 2011, j’ai trouvé cet article comparant la plupart des traitements de texte sur iPad, incluant iaWriter. J’ai acheté « Nebulous » qui a l’apostrophe, et surtout le lien avec TextExpander.

http://www.urbanbike.com/index.php/site/quelques-trucs-a-retenir-pour-choisir-un-outil-de-saisie-sur-ipad#When:19:00:01Z

15)
Anne Cuneo
, le 12.02.2013 à 11:08
[modifier]

Je ne saurais dire pourquoi, la sortie de Pages a généré chez moi une sorte de malaise permanent qui ne m’a jamais quitté. Je l’utilise par habitude.

Moi de même pour ce qui est du malaise. Mais moi, je n’ai pas réussi à m’habituer. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, j’aurais été prête à passer de Nisus à Pages, dans l’idée d’avoir un traitement de texte intégré à l’OS, en quelque sorte. Mais j’ai bientôt remarqué que Nisus respecte mieux la philosophie exprimée (sinon appliquée) par Apple que Pages.

Quant à Pages en iOS, je l’ai acheté et encore JAMAIS utilisé

Moi aussi, et moi non plus! On est d’éternels optimistes. Et pourquoi utiliser Pages quand on a un iA Writer?

16)
Anne Cuneo
, le 12.02.2013 à 11:34
[modifier]

En mai 2011, j’ai trouvé cet article comparant la plupart des traitements de texte sur iPad, incluant iaWriter.

Je viens de parcourir cette très bonne analyse de toutes sortes de traitements de texte sur urbanibike. Elle me confirme que pour mes besoins, iA Writer pour iPad (et iPhone, mais j’écris moins souvent sur iPhone) est vraiment ce que je veux. TextExpander ne m’a jamais convenu. Ça me prend la tête davantage que d’écrire tout. Il est sûrement super pour quelqu’un qui écrit des lettres commerciales répétitives – mais alors on a aussi besoin de pouvoir introduire des adresses, et toutes sortes d’autres choses. Pour des textes non répétitifs (sauf qu’on utilise toujours le vocabulaire dont on dispose), je préfère simple, et la possibilité de ne pas devoir changer de clavier sans arrêt quand je suis sur iPad.

17)
Alain Le Gallou
, le 12.02.2013 à 12:25
[modifier]

Je viens d’acheter iA Writer pour iPad. Difficile de savoir le mieux entre iA Writer et Nebulous. je pencherais légèrement pour iA Writer.

Notez que pour trouver comment lier à Dropbox, il faut remonter le plus loin possible dans la hiérarchie des dossiers. Icône en haut à gauche.

Pour TextExpander je ne l’utilise pas pour des phrases, mais souvent pour des noms propres compliqués, exemple iA Writer. Je viens de mettre un raccourci « ia » pour iA Writer. J’ai par exemple : air pour MacBook Air, gn pour Galaxy Note, gps pour mes coordonnées gps, etc

Pour le MarkDown j’utilise MarkDown Pro 2€ qui a la possibilité des deux fenêtres (texte et preview) côte à côte, et la possibilité de personnaliser les CSS de visualisation, donc d’utiliser celui de votre site web.

18)
Filou53
, le 12.02.2013 à 12:51
[modifier]

Merci Anne.

Je lis toujours tes ‘humeurs’ avec beaucoup de plaisir et d’intérêt !

Celle-ci ne fait pas exception.

Je vais m’intéresser de plus près à iA Writer…

19)
Anne Cuneo
, le 12.02.2013 à 16:36
[modifier]

J’ai reçu plusieurs mails me recommandant Daedalus ou Nebulous comme alternative à iA Writer. J’ai répondu à un mail en privé, je poste ici ce mail pour tous les autres, en m’excusant pour ce raccourci. Je pars du principe que si vous m’avez écrit, c’est que vous lisez Cuk, et que par conséquent vous lirez ceci.

Je connais Daedalus, dont je n’ai jamais rien pu faire. Ça ne convient pas à ma manière d’écrire. La barre supplémentaire ne présente que peu d’intérêt pour moi, ce que je veux, c’est précisément ce qu’offre iA Writer. Des accents à portée de main, plus quelques autres signes. Ça me permet de ne penser qu’à ce que j’écris. De devoir me dire (même en très abrégé) dans ma tête «maintenant-je-change-de-clavier» ou «maintenant ne pas taper, mais glisser» pour avoir un accent ou un signe typographique usuel comme l’apostrophe, ça me coupe le flux. J’ai appris la dactylo avec dix doigts à quatorze ans, c’est intériorisé, je n’ai plus besoin d’y penser, c’est la condition sine qua non. Voilà pourquoi je n’utiliserai jamais Markdown avec un de ces programmes. Tous les chichis, je les fais plus tard avec Nisus (qui est déjà infiniment plus simple que Word). Ce que je veux avec un traitement de texte, c’est qu’il écrive – comme une machine à écrire, rien de plus, juste avec moins de fatigue. Sur le Mac, je dois dire que la largeur de la fenêtre, même sur le Air 11”, fait que ce qu’il y a autour ne me dérange pas. La palette à droite du texte me permet de faire les formatages simples d’un clic, ça me va très bien. Sur l’iPad par contre, où la place est plus mesurée, dans tous ces traitements de texte il faut réfléchir, faire des apprentissages dits simples mais qui sont assez complexes et ça me trouble.

J’ai aussi jeté un oeil à Nebulous. Dommage qu’ils n’aient pas mis sur leur rangée supplémentaire de signes quelques lettres accentuées au lieu de certains signes de formatage qui font à mon avis double emploi. Cela dit, ce n’est plus la “machine à écrire” voulue par Oliver, c’est un traitement de texte sophistiqué.

(Ecrit avec iA Writer)

20)
Alain Le Gallou
, le 12.02.2013 à 18:03
[modifier]

Daedalus je l’ai acheté en même temps que Nebulous en 2011 suite à ma lecture du site de urbanibike . J’ai abandonné rapidement Daedalus, plus proche d’un outil de prise de note, sans les avantages des outils de prise de notes comme Evernote.

J’ai aussi jeté un oeil à Nebulous. Dommage qu’ils n’aient pas mis sur leur rangée supplémentaire de signes quelques lettres accentuées au lieu de certains signes de formatage qui font à mon avis double emploi.

L’outil macro de Nebulous te permet de remplacer ce que tu veux, et même de rajouter. Je viens de tester en remplaçant « % » par « .com », et rajouté à é è ’ -. Tu as aussi la fonction plein écran.

Je n’ai pas testé assez longtemps pour être formel, mais, il me semble, que Nebulous = iA Writer + personnalisation.

22)
Alain Le Gallou
, le 12.02.2013 à 19:20
[modifier]

ma personnalisation de Nebulous

Le bandeau est déroulant pour voir à gauche et à droite ceux peu utilisés.

L’apostrophe est directe sur le clavier français sur la touche avec les deux points.

Copie de l’écran ipad :

24)
Anne Cuneo
, le 12.02.2013 à 20:45
[modifier]

Tu nous donneras ton avis sur Nebulous

Quelle journée! J’avais mille choses à faire, la neige à regarder tomber (on enfonce dedans), et voilà que j’ai passé la journée à essayer des traitements de texte!

Alors, Nebulous, c’est très bien. J’ai fait comme Alain, j’ai personnalisé la barre de macros (c’est ainsi que ça s’appelle chez Nebulous). Malheureusement, le clavier suisse français reprend (c’est traditionnel, depuis les temps immémoriaux de la dactylographie) le clavier allemand qu’il arrange. C’est tellement automatique, depuis tellement de décennies (12 ou 13), que les programmeurs de Apple ont fait la même chose, et ainsi nous n’avons pas l’apostrophe en direct comme vous autres français. Ça ne fait rien, j’ai mis l’apostrophe dans les macros. En fait, j’ai tout ce qu’il me faut avec Nebulous. On peut formater, donner des couleurs, on dispose d’une vingtaine de fontes, tout, tout, tout.

Alors pourquoi est-ce que je préfère iA Writer?

Il n’est pas «mieux», en fait, il est autrement. Il n’a pas tous ces formatages divers comme si on était sur un grand. Mais les formatages, ce n’est pas que je demande à l’iPad. Je veux simplement pouvoir écrire.

Pour parler comme Oliver Reichenstein, en voyage, j’emmène mon Hermès Baby, la grosse machine c’est pour le bureau. Pour écrire mes mails, prendre des notes, jeter un texte sur écran en attendant de développer, iA Writer est très bien. Et il est beau, ce caractère est reposant, je ne saurais expliquer pourquoi. Peut-être parce qu’il a tout du sans empattement et pourtant il a des empattements.

Pour qui doit faire un texte prêt formaté à être envoyé à l’imprimerie ou sur internet et qui n’a qu’un iPad pour le faire, Nebulous est sûrement parfait. Pour moi, qui préfère faire ces choses-là sur un ordinateur de bureau, il est sympa, mais surdimensionné.

Maintenant, ce que j’en dis, Filou53, tu vois…

25)
jpg
, le 12.02.2013 à 21:41
[modifier]

@Anne Cuneo. Concernant les apostrophes, je ne comprends pas très bien. Sur le clavier français de mon MacBook, il est à droite sur la ligne médiane, et sur le clavier suisse romand, il y est aussi accessible en direct sur la ligne des chiffres juste après le 0. De façon étonnante, il figure aussi sur le clavier allemand (sur la ligne des chiffres) alors que cette langue l’utilise très peu. Mais les claviers suisses, allemand et romand, ont un accès plus aisé au $ que le clavier allemand. Quand à l’€, il n’est simple d’accès sur aucun clavier.

26)
Anne Cuneo
, le 12.02.2013 à 22:42
[modifier]

@ jpg Quel que soit l’emplacement de l’apostrophe sur le clavier des Macs, ce n’est pas de celui-là que je parlais, mais de l’iPad. Le clavier suisse de l’iPad ne l’a pas en direct, et quand j’écris vite, c’est le signe qui me demande le plus souvent une manoeuvre, quelle qu’elle soit, et ça finit par irriter à tel point que moi, en tout cas, je renonce. Je demande donc à iA Writer de nous faire un clavier iPad spécifique pour les Romands, avec l’apostrophe en direct (si je puis dire) à l’emplacement où ils ont mis un deux-points dont on se sert très peu.

Cela dit, les claviers suisses sont un compromis, il y a des bizarrerie sur ceux de toutes les langues, quand je prenais mon cours de dactylo à l’école primaire (!), le prof nous avait raconté l’histoire du clavier suisse. C’est vieux, et j’ai un peu oublié, mais je me souviens en tout cas que c’était un compromis – comme tout ce qu’on finit par réaliser en Suisse.

27)
pat3
, le 12.02.2013 à 23:42
[modifier]

Merci Anne pour ce billet, je continue de me poser beaucoup de questions sur le traitement de texte idéal pour l’iPad, et justement je lisais UrbanBike hier là dessus, qui m’a poussé à acheter Byword alors que j’ai déjà iA Writer et Nebulous; à l’occasion de ton billet et des commentaires, j’ai rouvert Nebulous et… j’ai quasiment l’impression d’avoir une autre application que vous, mais grâce à Alain Le Gallou j’ai compris pourquoi: il doit absolument être paramétré pour être fonctionnel, parce qu’au lancement, la barre supplémentaire est absolument non fonctionnelle, une côte mal taillée entre un éditeur de code et un traitement de texte. Son paramétrage obligatoire est plus un défaut qu’une qualité, pour moi. Mais il faut dire que je n’écris plus très souvent au kilomètre, et que j’intègre de plus en plus des trucs divers dans ce que j’écris (images, copies d’écrans, liens…), toutes choses qu’iA Writer ne facilite pas. Pour moi iA Writer demeure un peu trop minimaliste, même s’il est un des logiciels les plus fonctionnels pour la prise de notes en réunion, c’est-à-dire pour la frappe au kilomètre – mais encore faut-il ne pas avoir à envoyer les notes, auquel cas des petits éléments de formatage manquent.

Je poursuis plus avant mes tests de Byword, qui finalement semble plus me correspondre, notamment pour sa gestion du Markdown dont je commence enfin à comprendre un peu l’intérêt, même s’il passe par un apprentissage des éléments de formatage basiques. Sur ce point, Byword me paraît meilleur. La barre coulissante avec un écran consacré au formatage est déjà une bonne idée, mais mais on aimerait pouvoir lui ajouter quelques touches (genre: la barre droite pour formater les tableaux en markdown)…

Mais depuis que je me suis mis assez sérieusement aux éditeurs de code pour le CSS/HTML, avec complétion automatique et affichage d’erreur, j’ai l’impression que le traitement de texte est ringard (c’est là que je commence à comprendre l’intérêt du markdown, comme un pont entre éditeur de code et traitement de texte).

Pour finir, l’apostrophe, qui me faisait aussi suer que vous sur le clavier français, ne me pose plus aucun souci depuis que j’ai choisi le clavier azerty accentué: essayez, ça change tout! Le seul défaut, c’est qu’on perd l’accès rapide au point-virgule et aux deux points , qui passent en second clavier, et que j’utilise beaucoup, mais bien moins que l’apostrophe disponible en permanence après le “n”: la touche fonctionne comme un accent aigu si on la tape après un “e”, comme un accent grave si on la tape après un “a”, et comme une apostrophe dès qu’on est en présence d’une lettre qui peut être suivie d’une apostrophe; et elle change d’apparence au moment de la frappe, qu’on ait la bonne possibilité sous les yeux. Sinon, un appui long et ce sont les accents grave, circonflexe, et le tréma qui apparaissent. Je ne me souvenais même plus avant de vous lire qu’il y avait cette touche pénible avec l’apostrophe sous les deux points qu’on voit dans la copie d’écran d’Alain Le Gallou.

[EDIT] Subtilité du Textile? J’ai voulu écrire le caractère point-virgule en le mettant entre deux guillemets et ça a créé une coupure directe dans le commentaire? Quelqu’un sait pourquoi?

28)
Anne Cuneo
, le 13.02.2013 à 00:32
[modifier]

Pour finir, l’apostrophe, qui me faisait aussi suer que vous sur le clavier français, ne me pose plus aucun souci depuis que j’ai choisi le clavier azerty accentué: essayez, ça change tout!

Vous rigolez, cher Pat! Moi, si je dois réfléchir pour faire écrire mes doigts, c’est fichu. C’est comme conduire – jamais pu conduire en Angleterre (à gauche, donc), je ferais un malheur, faut penser à la conduite! D’où toute cette histoire que je fais pour l’apostrophe. Il me la faut sans que je doive y penser. Le clavier suisse, je l’ai dans les doigts. Je n’ai plus envie de penser à ça, il y a bien d’autres choses sur lesquelles dépenser son énergie.

29)
Batisse
, le 13.02.2013 à 00:56
[modifier]

Je l’ai beaucoup utilisé et ai longtemps balancé entre lui et Byword. Je suis finalement resté sur Byword. La seule chose que je regrette c’est quand même sa police de caractères la Nitti (light et medium) qui est comme tu le dis superbe. On peut l’acheter séparément pour Mac mais impossible de l’intégrer à l’iPad. Je la remplace sur Mac par DejaVu Sans Monospace et sur iPad par Helvetica en ce moment.

Byword offre le même type de fonctionnalités, mode machine à écrire, focus sur le paragraphe, compteur de caractères discret, mais en plus offre la prévisualisation et exporte en html, RTF, PDF, Word, Latex et je trouve que la rangée supplémentaire sur iPad est encore plus pratique pour Markdown que celle dont on dispose sur iA Writer qui reste néanmoins un bon éditeur.

J’en ai essayé d’autres mais aucun n’a pour l’instant détrôné Byword. Je conseille de l’essayer.

PS: à quand Markdown dans les commentaires sur Cuk ?

:-)

@Anne

L’apostrophe est dans la rangée supplémentaire du clavier de Byword. On y trouve tous les formatages Markdown en une touche : titre, italique, gras, listes, etc. C’est parfait pour écrire un blog équipé d’un module multiMarkdown (WordPress par ex.) directement avec un iPad sans passer par le Mac.

30)
pat3
, le 13.02.2013 à 01:50
[modifier]

Citation de Pat

Pour finir, l’apostrophe, qui me faisait aussi suer que vous sur le clavier français, ne me pose plus aucun souci depuis que j’ai choisi le clavier azerty accentué: essayez, ça change tout!

Vous rigolez, cher Pat! Moi, si je dois réfléchir pour faire écrire mes doigts, c’est fichu. C’est comme conduire – jamais pu conduire en Angleterre (à gauche, donc), je ferais un malheur, faut penser à la conduite! D’où toute cette histoire que je fais pour l’apostrophe. Il me la faut sans que je doive y penser. Le clavier suisse, je l’ai dans les doigts. Je n’ai plus envie de penser à ça, il y a bien d’autres choses sur lesquelles dépenser son énergie.

N’y a-t-il pas un clavier français roman accentué? Cela permettra d’avoir l’apostrophe sous la main sans y penser, dans un clavier mieux configuré. Pour ma part, alors que je pestais contre le clavier français de l’iPad, cette configuration de clavier m’a littéralement ouvert l’accès à la frappe sur iPad, pour des textes un peu conséquent.

33)
Batisse
, le 13.02.2013 à 16:54
[modifier]

N’accablons pas Pages qui est fait pour faire du papier ou à la limite de l’imprimable virtuel : PDF, et rien d’autre. Même chose pour Word ou Nisus. Sinon voici une méthode de travail du texte, Mac, iPhone ou iPad :

Byword > Markdown > RTF > Nisus Writer

Et c’est fini. On aura utilisé toutes les astuces de la syntaxe Markdown pour préparer le texte lequel sera utilisé tel quel, déjà structuré, dans Nisus. Au besoin on applique une autre feuille de style et le tour est joué. On a tout préparé sur iPad.

34)
Alain Le Gallou
, le 13.02.2013 à 17:19
[modifier]

lequel sera utilisé tel quel, déjà structuré, dans Nisus. Au besoin on applique une autre feuille de style et le tour est joué.

J’ai un sérieux doute que Nisus, comme Word ou Pages utilisent les feuilles de style CSS. Ils ont leurs propres méthodes de style qu’il faudra appliquer à la main paragraphe par paragraphe.

35)
Batisse
, le 13.02.2013 à 19:01
[modifier]

J’ai un sérieux doute que Nisus, comme Word ou Pages utilisent les feuilles de style CSS. Ils ont leurs propres méthodes de style qu’il faudra appliquer à la main paragraphe par paragraphe.

Il ne s’agit pas de style html puisqu’on a un fichier RTF. La structure avec la hiérarchie des titres, paragraphes, listes, etc. est conservée même ouverte dans Nisus ou tout autre traitement de texte. Je parle de réappliquer la feuille de style personnelle définie dans Nisus ou autre à ces éléments.

36)
Alain Le Gallou
, le 13.02.2013 à 20:08
[modifier]

@Batisse N’ayant pas acheté Nisus je ne peux pas vérifier. Pour Pages j’ai vérifié. Tu as bien la structure identique du RTF visible, mais pas liée aux styles de Pages, donc impossible à modifier, sauf à la main paragraphe par paragraphe. La totalité du texte est référencée sous le terme « Free form ».

37)
Batisse
, le 13.02.2013 à 20:44
[modifier]

Oui bien sûr, ça n’importe pas les niveaux de titres, le corps de texte, etc. Mais il n’est pas besoin de modifier paragraphe par paragraphe. Je viens de faire un test ; avec Pages moi ausi…

Je choisis tous les titres d’un même niveau en les sélectionnant en lot avec la touche commande enfoncée (et non majuscule) et leur assigne un style : Sous-section 2 par exemple, puis tous mes paragraphes non consécutifs car séparés par les titres ; je leur assigne Normal par exemple. Pages ne modifie en rien leur aspect car il n’applique pas le style et se contente d’afficher un triangle rouge en face de son intitulé. Une fois que j’en ai fini avec les différents éléments il suffit de redéfinir les caractéristiques de chaque style pour qu’ils s’appliquent en bloc à l’ensemble du texte.

Sinon il existe une macro Nisus qui convertit directement Markdown en styles Nisus standards ; c’est encore plus simple et plus rapide.

38)
Anne Cuneo
, le 13.02.2013 à 21:08
[modifier]

Je viens d’aller faire un grand tour chez Byword. Oui, pas mal, très proche de iA Writer. A part qu’il coûte le triple (10 francs pour le mac, 3 pour l’iPad, 3 pour le téléphone – contre 5 fr. pour le Mac et… 1 franc pour iPad et iPhone combinés chez iA Writer). J’en reste néanmoins à iA Writer. La typo a quelque chose de reposant, d’inspirant, que je ne retrouve nulle part ailleurs. Jugement hautement subjectif.

Par ailleurs, ce qui me séduit dans iA Writer, et presque autant dans Nebulous, ce sont les lettres accentuées visibles, c’est vraiment parfait pour moi.

En route (je le répète) les formatages sont le dernier de mes soucis. Il faut juste que je puisse prendre des notes, envoyer un mail rapide en attendant de faire plus long. Alors toutes les innombrables propriétés des traitements de texte sont perdues pour moi.

Ma conclusion de nos échanges, c’est que je garde iA Writer pour écrire mails et textes à la volée sur l’iPad, que si un jour je devais écrire un texte avec mise en forme sur l’iPad, je passerais à Nebulous.

Quant à l’ordinateur, j’en reste à Nisus, qui a tout ce qu’il me faut, et me permet d’écrire sans devoir penser à lui, mais qui par contre m’offre à portée de main tous les outils dont je puis avoir besoin. Sans parler du fait, maintes fois mentionné sur ce site, que même avant la possibilité de sauvegarder sur Dropbox il ne m’a jamais perdu un texte, chose que je ne pourrais pas dire de Word, à qui je n’ai jamais pardonné de m’avoir paumé une vingtaine de pages d’un roman avant que je ne l’ai imprimé.

39)
Batisse
, le 13.02.2013 à 21:41
[modifier]

@ Anne

Je comprends ton attachement à la police Nitti utilisée par iA Writer je la regrette dans Byword et j’ai failli l’acheter pour me retrouver dans la même ambiance.

Cependant je privilégie la portabilité, d’où mon usage intensif de la synchronisation – Dropbox et iCloud –, et de Markdown. Or pour écrire dans cette syntaxe sur iPad iA Writer est bien malcommode tandis qu’avec la barre supérieure du clavier de Byword on insère facilement tout le balisage. En plus il ferme automatiquement crochets et parenthèses.

J’actualise souvent des sites web d’après des prises de notes. J’ai besoin de disposer du texte bien mis en forme sur tous mes outils de travail, Mac, iPad, parfois PC chez des clients. Cerise sur le gâteau, je viens de tester la macro pour Nisus Writer Pro et elle m’a parfaitement balisé la structure d’un texte en styles standards d’après celle qui avait été créée en Markdown. En quelques dizaines de secondes j’ai pu changer la police de caractères et les différents styles pour obtenir quelque chose de plus classique de la Courier d’origine. Super je vais pouvoir aussi préparer mes courriers à la machine :-)

Avec Byword je dispose bien d’une machine à écrire universelle que je peux utiliser à la fois sur mon Mac et sur mon iPad pour traiter tous mes textes et prises de notes. Je peux aussi laisser celles-ci dans un dossier sur Dropbox et y accéder en recherche sur mon Mac avec nvAlt

40)
Jean Richard
, le 14.02.2013 à 10:21
[modifier]

J’utilise iA Writer deputies sa sortie. Le meilleur outil d’écriture que je connaisse: simple, efficace, et surtout une navigation dans le texte qui a mis la fonction loupe dans les limbes.

Par ailleurs, Information Architects réfléchissent depuis très longtemps à la problématique de la typo sur les plateformes numériques. Ils commercialisent un template pour WordPress qui est lisible. En cela ils rejoignent les réflexions menées dernièrement par Craig Mod et mis en pratique par The Magazine sur la typographie et le numérique: design, lisibilité et beauté sont au RDV.

Information Architects: http://informationarchitects.net/ Leur WordPress template: http://store.informationarchitects.net/product/ia³-template/ Craig Mod et le subcompact publishing: http://craigmod.com/journal/subcompact_publishing/ Finalement, The Magazine: http://the-magazine.org/

42)
Batisse
, le 14.02.2013 à 12:12
[modifier]

@Jean Richard

Merci pour tous ces liens. Le thème minimaliste pour WordPress est fort élégant mais il y a sans doute du travail à le traduire en français. Je ne vois pas que la traduction existe mais peut-être ai-je raté quelque chose.

Sinon pour qui voudrait utiliser Nitti dans d’autres logiciels en plus de iA Writer il suffit d’acheter Nitti Light et Nitti Medium ; comptez 134 € environ

J’en profite pour signaler l’existence de QuickCursor qui vous permettra de lancer votre machine à écrire préférée – y compris iA Writer –, pour éditer n’importe quel texte dans n’importe quelle application que vous utilisez sur votre Mac, très bien pour les champs de texte en ligne dans Safari, surtout pour ceux qui acceptent la syntaxe Markdown.

43)
Alain Le Gallou
, le 14.02.2013 à 13:54
[modifier]

Je choisis tous les titres d’un même niveau en les sélectionnant en lot avec la touche commande enfoncée (et non majuscule) et leur assigne un style

C’est ce que j’appelle « paragraphe par paragraphe » car il faut bien que tu déroules le texte page par page et que tu cliques sur chaque paragraphe, sans en oublier un seul du même type (« titre » dans ton exemple.).

La macro Nisus dont tu parles, elle correspond à ce que j’appelle « application d’une feuille de style ». Encore un bon point pour Nisus.

44)
Batisse
, le 14.02.2013 à 14:29
[modifier]

@Jean Richard

Il y a bien une traduction en français et en d’autres langues du Thème WordPress de “iA Architects” un très bon point.

@Alain Le Gallou

La macro Nisus n’applique pas la feuille de style : tout reste affiché en police à espacement fixe comme pour du texte brut, mais elle attribue un nom à chaque élément de la structure créé en Markdown. On peut ensuite créer ses styles, voir importer une feuille pour peu qu’elle liste les mêmes éléments ; effectivement un très bon point pour Nisus.

Deux bons points.

45)
pat3
, le 14.02.2013 à 16:14
[modifier]

J’en profite pour signaler l’existence de QuickCursor qui vous permettra de lancer votre machine à écrire préférée – y compris iA Writer –, pour éditer n’importe quel texte dans n’importe quelle application que vous utilisez sur votre Mac, très bien pour les champs de texte en ligne dans Safari, surtout pour ceux qui acceptent la syntaxe Markdown.

Au cas où on aurait raté ta subtile signature ? ;-)
Je taquine, mais justement je me pose la question, en la lisant: écris-tu directement tes commentaires ici en utilisant QuickCursor? Est-ce à dire que tu écris directement dans Byword quand tu postes ici? Si oui, est-ce que ça signifie que

  • Byword écrit en Textile ?
  • Ou bien Byword écrit en Markdown et convertit en Textile en sortie (ou encore que l’interface de Cuk lit le Markdown et nous l’aurait caché?)

Si la réponse est oui à ma deuxième question, j’aurais enfin trouvé une alternative à ces commentaires longuement peaufinés qui te claquent dans les doigts à n’importe quel soubresaut du navigateur!

Autre question: que fait Byword des documents que tu as écrit avec lui via Quick Cursor, il les sauvegarde quelque part?
Bref, à force de la lire, ta signature, j’ai fini par comprendre l’intérêt que tu portes à Quick Cursor.

46)
Batisse
, le 14.02.2013 à 16:43
[modifier]

@pat3

Non Byword n’écrit pas en Textile. Si tu veux quelque chose qui gère un peu le Textile vois du côté de nvAlt. Alors je triche, mais je peux faire du gras avec des cmd-i et c’est toujours ça de gagné. Sinon il est plus pratique de rédiger sous Byword, plus confortable que le champ de saisie de Cuk.

Une fois que Byword a collé le commentaire en retour dans le champ de saisie la fenêtre se ferme mais tu peux toujours la récupérer avec le texte en cas de problème en cherchant dans les éléments récents. Elle est là mais c’est éphémère et une fois l’application quittée, tout s’évanouit. Tu peux quand même sauvegarder au fur et à mesure si tu veux conserver tes interventions dans les discussions et te contenter de simples copié-collé… et laisser ça dans un dossier fourre-tout dédié aux textes et géré par nvAlt.

47)
Batisse
, le 15.02.2013 à 18:36
[modifier]

Pour ceux qui utiliseraient Byword additionné de nvAlt (gratuit) pour le stockage et le tri des notes, nvTagNavigator est un petit utilitaire qui permet de naviguer dans le paquet de notes en s’orientant avec les tags. Utile.

Le Read Me est en Markdown et Byword a l’avantage d’afficher les images – et aussi les vidéos mais il faut les insérer en html pur – en mode prévisualisation, et ça donne ça :

PS: on peut très bien utiliser iA Writer en éditeur avec nvAlt mais il n’affiche pas les images en prévisualisation.

48)
Anne Cuneo
, le 15.02.2013 à 19:01
[modifier]

Je vais vous l’avouer: cette discussion est passionnante, mais elle me dépasse.

J’avais eu envie de parler d’un traitement de texte simple, qui en plus offrait sur iPad et iPhone une barre supplémentaire de signes qui facilitaient grandement l’écriture au kilomètre, et vous me présentez des traitements de texte (je les ai tous essayés, ces derniers jours, je vous ai écoutés – c’est-à-dire lus – avec concentration) qui permettent de faire mille choses, aussi géniales les unes que les autres, mais enfin, nous ne sommes plus dans la simplicité de iA Writer.

Vous allez me dire que iA Writer, c’est une fausse simplicité, qu’en fait c’est très raffiné, et je suis d’accord. Mais enfin, c’est justement cela que je cherchais (surtout sur iPad): une machine à écrire pour l’ordinateur, ou l’iPad, ou l’iPhone.

Et enfin, dernier aveu, je n’utilise pas Markdown quand j’écris au km. Je fais tout ça plus tard, après avoir copié-collé mon texte dans Nisus. Je sais, c’est primitif comme philosophie, mais bon – tout dernier aveu: j’adore l’informatique, mais c’est un outil, et il ne faut pas trop que je doive me prendre la tête. C’était même la raison pour laquelle, au départ, j’avais choisi le Mac – qui est devenu très complexe, mais permet encore a des béotiens comme moi de vivre «simple».

Ecrit sur iPad avec iA Writer, importé dans le Mac par iCloud sans mon intervention, et copié-collé dans Cuk (après un petit coup d’Antidote). Pas si simple que ça, tous comptes faits…

49)
Batisse
, le 15.02.2013 à 19:23
[modifier]

@Anne

Si nous discutons beaucoup de ces éditeurs de texte (qui se ressemblent pas mal quand même) c’est qu’avec nos appareils nous cherchons des solutions de portabilité. Parce que nous ne travaillons plus avec notre seul Macintosh et nous cherchons à avoir nos textes partout, facilement, rapidement, grâce à la synchronisation Dropbox, ou iCloud…

J’avoue que j’était moi aussi un peu perdu devant le foisonnement d’applications de ce type et qu’avant de rester sur Byword je les ai quasiment tous essayés et que j’en essaie encore…

Quant à Markdown, ça s’apprend en ¼ d’heure et on est pas obligé d’utiliser toutes ses facilités. Tous ces éditeurs balisent en respectant les raccourcis clavier standards du Mac : “cmd-I” pour l’emphase, “cmd-B” pour l’emphase forte, etc. (rien à apprendre qu’on ne sache déjà) ; on peut très bien avoir besoin d’un ou de titres de chapitres dans un texte et on retient vite que deux # en début de ligne ou plus font l’affaire, cerise sur le gâteau, Nisus te les reprendra automatiquement avec la macro qui va bien que j’ai trouvée et testée.

50)
Alain Le Gallou
, le 16.02.2013 à 11:33
[modifier]

J’ose même dire que le markdown, cela s’apprend en une minute pour les besoins courants.

”#” Pour les titres de paragraphe niveau 1

”##” Pour les titres de paragraphe niveau 2 etc

”*” pour créer une liste

1 – pour une liste numérotée

Et vous n’avez besoin de rien d’autre pour préparer un texte pour un article de CUK. Les liens, images, citations se font dans le module spécialisé CUK.

J’ai du mettre # * entre ”” pour qu’ils ne soient pas interprété par Textile

51)
Batisse
, le 16.02.2013 à 11:50
[modifier]

Voyons Alain !

Titres de niveau 1, 2, 3, etc. : #, ##, ###, etc. devant le texte du titre.

Liste numérotée :

1. élément de liste numérotée

2. élément de liste numérotée

3. élément de liste numérotée

Liste :

– élément de liste

– élément de liste

– élément de liste

Dans Byword la numérotation ou les tirets s’insérent automatiquement à chaque retour chariot. iA Writer ne fait pas ça et c’est bien pour ces petites choses que je lui préfère Byword car objectivement les deux éditeurs sont très proches.

Il y aussi le bloc de citation qui est utile : un chevron fermant > devant chaque paragraphe.

> Bla, bla, bla…

> Bla, bla, bla…

Ce sont des conventions d’écriture simplissimes qu’on pourrait inventer et utiliser soi même naturellement y compris en prise de notes au stylo sur une enveloppe usagée. Il y a des variantes comme par exemple les astérisques en tête d’éléments de listes ou les soulignements pour les titres. Je ne cite ici que ce que pense être le plus évident.

PS : J’ai compris. C’est Textile qui avait converti ce que tu avais écrit. Il utilise des éléments de syntaxe communs avec Markdown que je préfère cependant car encore plus simple. À quand Markdown dans les commentaires de Cuk ? :-)

52)
TroncheDeSnake
, le 16.02.2013 à 13:12
[modifier]

Merci Anne pour cette passionnante discussion!

Mes propres recherches m’avaient orienté sur Byword. À cause du Markdown. Mais je réalise en lisant ce fil que cela me révèle une chose: je dois encore apprendre à distinguer la phase d’écriture de celle de la mise en forme. En effet, j’ai tendance à vouloir tout de suite m’occuper du ’look’ de mon texte, ce qui fait que je perds du temps et prends vraisemblablement le risque de perdre du ’fond’ à trop vouloir m’occuper de la ’forme’. En ce sens, te lire m’est utile et je t’en remercie!

Par ailleurs je réalise que la présence de la ponctuation sur le clavier est plus intéressante que celle du Markdown. Même si je regrette que la barre supplémentaire chez iA Writer soit plus large que chez Byword. Sur iPhone en paysage, ça laisse un peu moins de place pour le texte.

Et enfin, j’ai été sensible à l’argument de la police de caractère. C’est vrai que ce iA Writer est très lisible, et, allais-je écrire, paisible. Là aussi, dans un premier temps je trouvais que mon écran Byword m’en montrait plus (sur iPhone); mais je réalise que la lisibilité est meilleure que la quantité pour la santé! D’ailleurs à ce propos, je serais intéressé de lire quelque chose sur l’importance de la fonte. As-tu écris là-dessus? Pas un pavé, mais un article documenté comme tu sais si bien le faire sur Cuk: pourquoi tu préfères telle fonte plutôt que telle autre; pourquoi telle fonte est plus lisible; y a-t-il une objectivité en la matière ou est-ce principalement une question subjective; d’où vient cette domination Arial-Times-Courrier sur nos bécanes…

En tout cas, j’écris ce post sur iA Writer dans la salle d’attente d’une permanence médicale et je trouve ça très agréable (iA Writer, pas la salle d’attente!)

Merci encore, Anne, et au plaisir de te lire sur Cuk ou ailleurs!

Dominique (RTS)

53)
pat3
, le 16.02.2013 à 17:56
[modifier]

Pour ajouter à la liste des markdown editors sur iOS: Write vient de sortir pour iPhone (seulement, pour l’instant), et il est très prometteur (on en a parlé avant sa sortie, sur MacPlus par exemple).
La version mac est gratuite, et il a l’air de satisfaire autant aux exigences de simplicité de Anne (mais elle a trouvé son bonheur, non?) qu’aux demandes d’un peu plus de fonctionnalités de Batisse (mais lui aussi a trouvé son bonheur… ça s’adresse donc plutôt à ceux qui hésiteraient encore…

54)
TroncheDeSnake
, le 16.02.2013 à 18:22
[modifier]

@pat3:

Write a l’air vraiment bien. Ça fait envie! Mais j’ai une question:

Il semble que la zone d’édition est passablement réduite, entre la barre supplémentaire et les deux barres du haut. Y a-t-il un mode plein-écran en édition?

EDIT: Je m’auto-réponds: Effectivement je vois sur le site de write qu’il y a un mode full-screen. Sorry!

55)
Batisse
, le 16.02.2013 à 19:04
[modifier]

Oui, Write est un peu trop sommaire pour moi et une toute petite fenêtre en barre des menus c’est vraiment succinct alors que j’ai besoin d’une feuille de papier de machine à écrire voir d’un plein écran avec focus sur le paragraphe pour me concentrer sur l’écriture.

Pour en revenir à la typo, il est évident que pour ce qui est de la lisibilité, sur Mac et sur iPad iA Writer l’emporte haut la main avec la jolie et efficace Nitti. Si avec Byword sur Mac je peux utiliser la DejaVu Sans Mono qui est approchante sans être aussi agréable, les fontes qu’il me propose sur iPad ne sont pas aussi belles et la lisibilité sous iA Writer est bien meilleure sur la tablette.

Aussi je comprends Anne qui du fait de sa méthode de travail se contente de taper au kilomètre et réalise mise en forme en même temps que relecture et corrections sous Nisus. Pour ma part le plus souvent le texte que je sors est destiné directement au web et non à l’imprimé et c’est là que la rangée supplémentaire du clavier iA Writer me pose problème plutôt que de m’aider tandis que celle de Byword qui intègre tous les raccourcis de balisage Markdown est idéale.

Enfin sachez que Markdown devient très populaire et c’est pour ça qu’une foule d’éditeurs apparaissent, même le W3C s’en est emparé en vue d’une standardisation. En effet, c’est un excellent moyen de produire du html propre et sans erreur.

56)
pat3
, le 17.02.2013 à 22:03
[modifier]

Enfin sachez que Markdown devient très populaire et c’est pour ça qu’une foule d’éditeurs apparaissent,

Une foule d’éditeur, c’est le moins qu’on puisse dire, une revue des logiciels comme celle que nous venons de faire est tout simplement exhaustivement impossible, et même Jean-Christophe Courte, qui les essaie presque tous en monomaniaque, ne pourrait pas donner d’avis sur tous les logiciels iOS existants (il n’y a guère que les logiciels de gestion de copie d’écran qui soient plus nombreux, sur mac!
Mais au moins deux tendances se dessinent assez clairement: les logiciels minimalistes, aux rares options cachées, qui visent la frappe au kilomètre et le distraction free, d’une part, les logiciels traitements de texte modernes, qui utilisent le markdown pour leurs options de mises en forme, et ajoutent quelques options d’accès direct aux balises les plus fréquentes. Je préfère les seconds aux premiers, personnellement le minimalisme d’iA Writer m’angoisse un peu, et j’ai toujours un peu de mal à l’oublier au début de l’utilisation du logiciel.
Mais dans un cas comme dans l’autre, je vois se dessiner gentiment la fin des usines à gaz du traitement de texte, hors niche spécialisée, et le passage à une normalisation de la mise en page et à une disparition progressive des formats propriétaires. Pour que l’adoption soit rapide, il faudrait que l’une des suites open source issue d’Open Office l’adopte pleinement et le démocratise: un Markdown Office en quelque sorte, ou tout au moins un module Write d’une suite Office sous Markdown. Mais les mastodontes du logiciel ne se laisseront pas faire comme ça!

[edit] toujours écrit dans la micro-fenêtre d’édition de Cuk – faut vraiment que je me penche sur Quick Cursor ;-)

57)
Batisse
, le 17.02.2013 à 22:31
[modifier]

Attention. QuickCursor fonctionne moins bien qu’avant. Plusieurs fois il m’a gratifié du ballon arc-en-ciel de la mort. Après m’être informé sur Hogbaysoftware j’ai appris qu’il avait des problèmes avec le sandboxing Mountain Lion pour fonctionner et que de fait il a été retiré de l’App Store, donc de ma signature aussi. Dommage, une bonne idée que j’aimais beaucoup : lancer ma machine à écrire à chaque fois qu’il me fallait faire du texte, partout ; et l’écrit qui se recopiait et collait tout seul à la fermeture de la fenêtre de ladite machine à écrire.

Pour cette fois je l’ai fait avec iA Writer.

:-)

58)
Anne Cuneo
, le 18.02.2013 à 08:44
[modifier]

Pour aller jusqu’au bout de ma logique, j’ai essayé Write. Non. Cela ne vaut pas iA Writer ou Byword, qui vient en second pour moi essentiellement pour des raisons esthétiques.

Je n’ai pas essayé, mais est-ce que je n’ai pas lu dans le mode d’emploi de iA Writer qu’il dispose de Markdown?

Et j’ai encore une question: ce Macro Nisus pour convertir le Markdown, il est où? Je ne vois rien dans mes macros qui y ressemble. Et sinon, ça se prend où?

59)
Batisse
, le 18.02.2013 à 11:53
[modifier]

@Anne

Write, moi non plus. Trop simpliste et manque d’ergonomie comparé à iA Writer. Et d’accord avec toi ce dernier est bien plus élégant, de plus sur un grand écran la typo s’adapte automatiquement au redimensionnement de fenêtre. De loin la meilleure lisibilité. Oui il gère Markdown : cmd-I pour une italique, cmd-B pour du gras ; il met en valeur les titres lorsqu’on les fait précéder d’un croisillon et affiche une prévisualisation de la mise en forme par un cmd-R, voir le menu Help. Mais comparé à Byword qui lui est compatible MultiMarkdown cela reste succinct ; cependant suffisant dans la plupart des cas.

J’ai commencé une petite liste en features request à envoyer au support iA Writer et qui me feraient rester sur celui-là plutôt que Byword.

iA Writer missing features

  • give us Nitti light and Nitti medium in italic instead of underlining for emphasis
  • auto peering for []()<>””
  • automatic lists ordered and unordered: pressing return key
  • Markdown definition list
  • syntax coloring: light grey for Markdown elements & html code in order to keep focus on writing
  • match TextEdit behavior with cmd-K shortcut to add a link

iPad and iPhone app because Markdown with Writer is a hassle

  • a thinner extra keyboard row for a larger writing space
  • link, italic, bold, #, shortcuts in the extra keyboard row
  • auto lists & peering for []()<>”“

La macro Nisus est sur ce forum ; il faut la télécharger et la placer dans ~Anne/Library/Application Support/Nisus Writer/Macros ; ceci si le nom de ton dossier personnel sur le Mac est Anne.

60)
Batisse
, le 14.03.2013 à 13:02
[modifier]

Après un échange sur le support avec un développeur sur les possibles améliorations à amener au logiciel, j’ai eu une réponse fort intéressante et utile sur l’intégration au menu Services et la prévisualistion dans Marked qui interprète Multimarkdown, ce qui est un plus puisqu’on peut alors écrire, visualiser et exporter les listes de définition – pour les dialogues de théâtre par ex. –, ainsi que les notes de bas de page et bien plus encore.

De ce fait je délaisse un peu Byword pour repasser à Writer pour l’édition de texte sur Mac car son affichage qui s’adapte automatiquement à la fenêtre est de loin celui que je préfère. Je vous invite à aller jeter un œil sur cette discussion car l’intégration aux menu Services est bien pratique et c’est maintenant Writer qui prend en charge tout ce que je faisais avec TextEdit.