Profitez des offres Memoirevive.ch!
Ras le bol de la politique!

Tout est dans le titre: j’en ai ras le bol de la politique.

Voilà, tout est dit, je n’en peux plus de ces manœuvres, de ces postures, de ces débats stériles, de ces volontés d’être moderne, de cette incompétence!

Bon, ceci dit, je suis Français, et donc par définition particulièrement bien loti en la matière. Voyez par vous même: un président par défaut dont la principale qualité serait d’être normal, un premier ministre dont la seule ambition semble d’avoir de beaux costumes et de belles chaussures, sans parler de l’opposition dont la seule préoccupation est de savoir qui sera le mieux placé pour les élections présidentielles de 2017 ! Certains parlent de l’état UMPS, juxtaposition des noms des deux partis dominants ; mais le reste n’est pas mieux entre les rêveurs nostalgiques des œuvres de Lénine ou les fanatiques du tout national…

Ce qui m’agace au plus haut point reste le décalage complet entre la société dite civile (en gros ceux qui bossent et qui paient des impôts) et cette caste de politiciens à vie et interchangeable dont le seul intérêt semble être leur carrière.

Non, mais franchement, vous ne trouvez pas qu’il y aurait un peu plus important comme sujet à traiter que le mariage et l’adoption pour les homosexuels ? On nous ajoute une petite guerre pour donner l’image de force et de décision, un peu d’écologie autour des ondes nocives (éteignez ce Wi-Fi que je ne saurai voir) et bientôt on nous gavera jusqu’à plus soif avec le vote des étrangers. Ca, c’est pour 2013. Ils trouveront bien le moyen de parler des minarets dans les villes comme d’une contribution solidaire et patriote sous la forme de 5% de plus de TVA…

Par contre, le vrai challenge, celui que le 20e siècle n’a pu résoudre avec la société de consommation, reste toujours présent et d’actualité. Je ne parle pas du chômage, qui à mon avis en est une conséquence, mais de la difficulté de la réalisation du potentiel qui est en chacun d’entre nous. Où sont les visionnaires, les philosophes, les politiciens qui vont nous faire sortir de l’équation « le bonheur = un écran plat » ?

Pour ne pas seulement paraître acide et désabusé, je souhaiterais quand même proposer quelques pistes. Si je devais demain créer un mouvement politique, je l’appellerais le Parti Vertical, dans l’espoir de faire se dresser mes concitoyens et d’aspirer à une réalisation de soi. Le programme serait simple : «  valeur ajoutée par tous » !

Dans cet élan utopique, je prônerai le droit de chacun à réaliser son potentiel en créant de la valeur, du produit, du service ou de l’expérience. L’état serait alors garant de la mise à disposition de moyens pour un monde d’entrepreneur. On commencera par l’éducation où on n’apprendra plus un métier pour la vie, mais ces fameux « transferable skills » qui permettent de s’échapper des ornières de la vie tels que la compréhension du monde physique, l’économie et la gestion de projet. Ensuite, on encouragerait les ateliers de prototypage et d’usinage rapide qui permettent de réaliser des petites séries d’objets répondant à des besoins de niche, des pépinières de start-up avec tout ce qu’il faut pour éviter que la création d’entreprises porte uniquement sur les salons de coiffure et les agences immobilières. On reconnaîtra l’utilité publique des spectacles vivants (concerts, théâtres), formidables vecteurs d’expérience !  Enfin, l’état et les collectivités locales montreraient l’exemple en étant les premiers clients de ces entrepreneurs, de ces « ajouteurs » de valeur.

Et surtout, j’interdirais la notion de carrière politique : on ne deviendrait politiciens que pour quelques mandats en ayant fait preuve de sa valeur dans la société civile !

Et vous, que changeriez-vous dans ce monde politique imparfait ?

Amitiés,

Arnaud

34 commentaires
1)
Saluki
, le 31.01.2013 à 00:38
[modifier]

Bon, on se la fait quand, cette bouffe ?

Et on pourra parler de politique (ou non).

;°)

2)
djtrance
, le 31.01.2013 à 06:47
[modifier]

Et bien, je pense qu’effectivement, les politiciens (que ce soit en Suisse, en France ou partout ailleurs) pensent d’abord à leur propre confort et sécurité avant de penser à celle du peuple.

Rien qu’à voir, en Suisse, nous avons déjà les 7 nains, manque plus que Blanche-Neige…

3)
Ritchie
, le 31.01.2013 à 07:45
[modifier]

D’accord avec toi, au point que je ne suis plus les nouvelles françaises. Je suis abonné (flux RSS) à BBC et Times.

L’autre complexe dont souffre toute une classe française est le nombrillisme !!

Sinon, il va y avoir le Non cumul des madats, 20 ans qu’ils en parlent, et on va avoir droit à une loi allégée, je le vois gros comme une assemblée générale !

Une autre idée qui serait pas mal : 1 mandat politique DOIT être suivi d’un mandat dans le privée, pour tout élu quel niveau qu’il soit, mais bon c’est trop moderne !

Je ne parlerai même pas des 60 mois d’indemnités pour ceux qui ne sont plus députés ! C’était 6 mois avant 2007. Moi, je les remettrais directement au Pôle Emploi et avec aucune indemnité, ils comprendraient ce que vivent le peuple d’en bas.

Voilà,

Ritchie-qui-en-autant-ras-le-bol-que-toi (PS: et je suis canadien vivant à Paris … )

4)
ysengrain
, le 31.01.2013 à 08:34
[modifier]

Et vous, que changeriez-vous dans ce monde politique imparfait ?

En France, la résolution de quelques vrais problèmes est absente de la vie politique, j’entends dans la réalité active. Quelques faits:

– 1900 milliards d’€ de dette. Si je compte, à la louche 65 millions d’habitants, ça fait environ 29000 € par tête. Je laisse, si je compte bien à chacun de mes enfants cette dette. La classe politique, dans quelque pays que ce soit n’a apporté aucune réponse.

– En France, les stat officielles disent que 8 millions de personnes vivent au dessous du seuil de pauvreté.

– En France, la durée de vie moyenne d’une femme est de 81 ans et d’un homme 75 ans environ. Qu’a fait la classe politique pour la prise en charge du 4 ème âge. ces derniers temps, j’ai pass un temps infini au téléphone pour trouver une place en hospitalisation pour des personnes du 4 ème âge. Ces patinets sont consommateurs de temps et ne “rapportent pas”. Au fait, à quand Soleil vert)

– En France, le niveau de prise en charge médicale décline mois après mois. Un exemple récent: un ami, âgé de 73 ans, ayant eu un quadruple pontage coronarien il y a 30 ans, fait une sévère alerte cardiaque significative quelques jours avant Noël. Il est pris en charge au centre cardiologique de référence de Paris où il devra attendre la coronarographie plusieurs jours au prétexte que ”… vous êtes arrivé le mauvais de la mauvaise semaine du mauvais mois (sic)”

Le seul intérêt des politiques réside apparemment dans leur carrière. C’est un problème à résoudre.

5)
Ritchie
, le 31.01.2013 à 09:11
[modifier]

@ysengrain

Il y a plusieurs pays qui n’ont pas de déficit annuel, et je crois même en Europe.

Le Canada, par exemple, a été affublé d’un déficit annuel de 1968 ( Arrivé de P.E.Trudeau comme Premier Ministre), jusqu’à qque part en début des années 2000. A ce moment, le Canada a réalisé plusieurs années sans déficit et avec des surplus annuel, ces surplus ont été investi en partie dans les infrastructures (réfection d’autoroutes, ré-aménagement d’aéroport, etc) et en partie dans le rachat de la dette (petite partie). Sachant que le temps aidant, la dette diminuait à l’équivalent du coup de la vie annuellement ( 600 MDs $CAD valaient plus en 2000 qu’en 2008).

J’entends la question : “Qu’est-ce qu’ils ont fait pour y arriver ?” Plusieurs choses, MAIS surtout ils se sont rendus compte qu’ils n’avaient pas les sous pour payer la politique sociale qu’ils avaient mis en place à partir de ‘68. Donc, ils ont coupé partout ET SURTOUT aux avantages donnés aux politiciens (la liste est trop longue) comme par exemple, obligation de prendre une carte de fidélité de cie aérienne et d’utiliser les points pour son boulot (pas pour son plaisir), etc etc. En revanche, ils n’ont jamais revu à la baisse les impôts. Seuls les taxes de ventes (TPS = TVA) pour le fédéral, et TVQ au Québec, sont revues de temps à autre à la hausse ou à la baisse, en fonction des besoins.

Avant 200x, le $CAD valait ,65 cents US. En 2008, avant le crash financier, le $CAD valait PLUS DE 1,00$US, belle remontée, non ? Aujourd’hui, l’économie va pas trop mal, des échos que j’en ai, p/r aux US le $CAD est proche de 1,00 $, mais légèrement en-dessous., ce qui permet aux entreprises canadiennes de mieux exporter aux US (quand même + de 70% du marché de l’exportation).

Les fonctionnaires ont souffert, le peuple a souffert, mais le pays se porte bcp mieux.

DONC, c’est possible de redresser un pays, mais il faut commencer par se réformer soi-même (je parle des politiciens) pour que le peuple vous suive !

++

Ritchie

6)
Ellipse
, le 31.01.2013 à 09:42
[modifier]

Sujet épineux et complexe.

Aujourd’hui, s’engager en politique et être un “bon” politicien est difficile, tant les attentes des électeurs sont grandes, tant le monde est complexe, tant les intérêts individuels priment sur l’intérêt commun.

Pour moi, Barack Obama et Birgitte Nyborg Christensen (personnage de fiction de l’excellente série “Borgen”), et, à la rigueur Angela Merkel, sont de vrai(e)s politicien(ne)s. Non pas qu’ils ne fassent pas d’erreurs ou que parfois leurs choix soient critiquables, mais ils ont un projet de société, reconnaissent les limites de leur pouvoir face à une opposition solide qu’ils essaient de contourner ou d’associer.

Depuis l’ère Tatcher (également animal politique, mais pas vraiment my cup of tea)/Reagan, la finance a miné l’action politique, a compliqué son fonctionnement en creusant des écarts sociaux monstrueux, à l’intérieur d’une nation, mais aussi entre les pays, rendant l’exercice du pouvoir politique plus difficile tant la tension entre les extrêmes est grande.

Vous remarquerez ma prédilection pour le centre gauche, toutefois, je ne suis pas pour une assistance à tout prix et à tout va, je suis aussi favorable à une certaine responsabilisation des individus, tout en gardant une solidarité en cas de coup dur.

Comme Arnaud, chaque élu ne devrait assurer qu’un et un seul mandat à la fois, mais il faudrait alors trouver des relais pour assurer une bonne communication informelle entre les différents niveaux de responsabilité de la commune à l’Etat, en passant par les départements (cantons, régions, …). Quant à la durée, c’est un problème, il faut du temps pour qu’une idée politique se concrétise, mais les promesses électorales non tenues sont un oreiller de paresse auquel nous souscrivons trop souvent.

Alors, je peux comprendre que peu de personnes réellement compétentes s’engagent en politique ou au service d’un état, quand il y a mieux et plus efficace à faire dans l’économie réelle. Et ce n’est pas parce que l’on est bon dans l’économie réelle que l’on est bon dans la politique ou au service de l’état, de mon point de vue les buts visés ne sont pas tout à fait les mêmes.

Bon, le sujet me passionne, mais il faut aussi que je bosse…

7)
ysengrain
, le 31.01.2013 à 09:44
[modifier]

DONC, c’est possible de redresser un pays, mais il faut commencer par se réformer soi-même (je parle des politiciens) pour que le peuple vous suive !

CQFD

8)
ToTheEnd
, le 31.01.2013 à 10:43
[modifier]

Assez d’accord avec ça:

Et surtout, j’interdirais la notion de carrière politique : on ne deviendrait politiciens que pour quelques mandats en ayant fait preuve de sa valeur dans la société civile !

Mais je ne sais pas si c’est vraiment réalisable. Tout comme une entreprise, arriver au sommet de l’échelle implique une certaine connaissance du métier ou expérience dans le domaine. Être propulser au sommet de l’état alors qu’on vient d’ailleurs aurait un sens si ce même état était une sorte de gros groupe privé… Mais ce n’est pas le cas.

Ceci dit, on remerciera encore une fois nos amis journalistes qui nous tiennent en haleine en ne parlant que des sujets politiques qui prêtent à polémique. Qu’est ce que untel a dit sur l’autre? Qu’est ce que l’autre pense de l’autre parti? Est ce que cette idée n’est pas meilleure que l’autre? Etc.

Cette polarisation est totalement stérile, mais ça fait des lustres que ça continue… À croire que ça convient à tout le monde.

9)
Le Corbeau
, le 31.01.2013 à 11:02
[modifier]

J’ai pas le temps de m’investir dans les discussions ces temps-ci mais, à coté du fond de l’article, j’ai bien aimé le :

nous faire sortir de l’équation « le bonheur = un écran plat »

Arnaud, si j’en crois les articles et commentaires de Cuk.ch, tout le monde ici, nage en plein bonheur (enfin jusqu’à la sortie du nouveau modèle), faut pas le gâcher avec des propos inconsidérés :-)

Bon, je met mon casque lourd et je sors lâchement et en courant.

10)
Tristan Boy de la Tour
, le 31.01.2013 à 11:27
[modifier]

Les fonctionnaires ont souffert, le peuple a souffert, mais le pays se porte bcp mieux.

Ah bon? C’est quoi le but d’un état démocratique? Infliger des souffrances à ses citoyens, et dire que «tout va mieux»? Sûr que les grecs, portugais, espagnols, irlandais et italiens vont adorer ce genre de raisonnement…

11)
Blues
, le 31.01.2013 à 11:42
[modifier]

Et vous, que changeriez-vous dans ce monde politique imparfait ?

Pour moi c’est très simple : cette petite nouvelle, La Leçon de 1980 de Dino Buzzati me travaille depuis plus de 40 ans et la solution est là (et si c’était possible ?)

Fatigué des querelles humaines, le “Père Éternel” décide de donner une bonne leçon aux hommes. Semaine après semaine, chaque mardi à minuit, les grands de ce monde succombent étrangement. On remarque rapidement qu’à chaque fois c’est l’homme le plus puissant du monde à ce moment qui meurt. On constate alors une volonté de devenir de moins en moins puissant, de perdre toutes les guerres en donnant l’avantage à l’adversaire, de gouverner en collégialité, ce qui conduit à une harmonie totale dans le monde.

Blues qui rêve …

12)
Alexandre
, le 31.01.2013 à 12:11
[modifier]

et, à la rigueur Angela Merkel, sont de vrai(e)s politicien(ne)s.

Oui, mais à quel prix? Tout est question de perpective…

13)
Jean Claude
, le 31.01.2013 à 12:26
[modifier]

Honnêtement avec tout le respect que je vous dois à tous je n’aimerai pas que mon passage quotidien sur cuk s’apparente à une visite du café du commerce avec ses inévitables yaka faukon.

Vivement les nouvelles aventures de François avec IOS 6.1 et son dernier Nikon…

Encore que comme Ellipse (6), associer Birgitte Nyborg Christensen à tout cela semble bien dans l’esprit du lieu.

14)
Barbule
, le 31.01.2013 à 12:48
[modifier]

La clérocratie, telle qu’elle était formulée par les philosophes grecs et expliquée aujourd’hui, notamment par Étienne Chouard, semble être la seule solution pour mettre un terme au carriérisme politique, mais pour ce qui est de son avénement dans nos sociétés… c’est pas gagné !

16)
fxc
, le 31.01.2013 à 13:19
[modifier]

j’ai bien peur que l’on atteigne le point Godwin très vite.

Ne pourrait-on pas inventer le point conwin, je ne parle pas des lecteurs de cuk mais de certains foras plus pénibles les uns que les autres.

Ex1: les coupeurs de pixels en 4 qui veulent le dernier boitier à la mode et qui ne regarderont jamais leur photos que sur un 15 pouces.

Ex2: les discussions sans fin sur les carrosseries de bagnoles….

Ex3: etc

Exemples pris au hasard

Pour revenir au sujet, il suffit de changer “France” sur ce billet par quasiment tous les autres pays européens.

les hommes politiques sont totalement déconnectés de la vie des gens d'en bas.

citations de coluche:

la politique 5 ans de droit, tout le reste de travers.

Tu leur donne le sahara à gérer, après 6 mois faut acheter du sable ailleurs.

17)
Inconnu
, le 31.01.2013 à 14:49
[modifier]

certains foras

Amusant, cf LSP

Pour le reste, tout comme Jean-Claude, bien que j’apprécie l’éclectisme de cuk, je crains que ce genre de post rejoigne certains articles de chez Vibert dans ce qu’il y a de pire au café du commerce.

19)
zit
, le 31.01.2013 à 22:27
[modifier]

J’avoue en avoir soupé de ces gens qui font carrière de politique en expliquant tout le temps comment bien se serrer la ceinture quand elle s’appelle chez eux une sous–ventrière tellement ça déborde au–dessus…

Je crois bien qu’il a fallu au moins deux ans pour que j’aie une vague idée du nom du précédent premier sinistre; l’actuel, c’est drôle, d’ailleurs, à un nom faisant penser à celui d’un département, alors que son chef porte celui d’un pays (bon moyen mnémotechnique, non ?).

Ne regardant pas la radio, n’écoutant pas les journaux, et ne lisant pas la tévé, je me contente d’une veille d’un œil morne sur le net et d’une oreille qui traine du côté du café du commerce avec ses inévitables yaka faukon.

De toute façon, les politiques n’ont plus d’autre pouvoir que celui laissé les zintérêtszékonomiks, quelques miettes bien grasses et de beaux fromages quand même. Yaka voir tous ces petits conflits (vu d’ici, hein, paske ceux qui y crèvent, ou les populations qui les subissent, c’est une autre paire de manche) qui parsèment la planète depuis l’écroulement du bloc soviétique, ça fait bien marcher le bizenaisse, et puis, faut faire peur, un mouton qui n’a pas peur risque de ne plus vouloir se faire tondre.

Haddock, un blog en alexandrins, quel bonheur !

Passant, passionnant ! repasse quand tu veux par ici.

z (Et tous ces énarques et autres de l’X et d’ailleurs, ça serait effectivement formidable qu’il aient une idée de la vie, je répêêêêêêêêêêêêêêêêêêête : pour être au top, il faut ne penser que « carrière », et ça doit vraiment pas être rigolo, donc, comme ils en chient, faut que les autres feignasses en chient encore plus)

20)
dpesch
, le 31.01.2013 à 23:17
[modifier]

On ne peut changer les choses que de l’intérieur : faites de la politique et tout ira mieux.

21)
zit
, le 31.01.2013 à 23:57
[modifier]

dpesch, on peut faire de la politique par son mode de vie, en le rendant conforme, autant que faire se peut, à ses zidéhauts, sans pour autant faire une carrière politicienne, impliquant obligatoirement un ego suffisamment surdéveloppé pour penser forcément que tous ceux qui pensent différemment sont des cons et qu’il faut, soit les soumettre, soit les mettre dans le droit chemin. Il faut pour cela éprouver une envie de domination : la politique, c’est un rapport de force, et mon énergie est dirigée vers d’autres formes d’action que l’expression de la bêêêêêêêêête qui est en moi.

z (apprendre, quoi de plus passionnant, je répêêêêêêêêêêêêêêête : essayer de comprendre ?)

22)
Tom25
, le 01.02.2013 à 06:56
[modifier]

Je suis, comme beaucoup, écœuré par le monde politique. Et tout comme Zit, je n’ai pas envi de m’abaisser à tant de vilenies en rentrant dans le cercle. Je le rejoins sur un autre point, il est dommage qu’il soit aussi rare de voir des gens mener une vie en accord avec leurs idées politiques.

Pour finir, en politique, on entend souvent discuter de comment distribuer les richesses des autres. Quand chacun discutera de ses propres richesses, on éclaircira le débat…

23)
François Cuneo
, le 01.02.2013 à 07:11
[modifier]

Tout dépend de ce que l’on appelle faire de la politique.

Faire de la politique comme nous le faisions dans notre village, pour gérer la vie commune, avec toujours l’idée de voir le bien commun, en n’ayant jamais jamais jamais l’idée de détourner quoi que ce soit à son avantage, c’est assez joli tout de même.

Et il y en a qui font ça 20 ans, voire plus, et qui restent purs.

Ne dénigrons pas tous les politiciens.

L’idée du tous pourris m’agace énormément.

24)
François Cuneo
, le 01.02.2013 à 08:53
[modifier]

Un petit mot encore: juste pour dire…

Cet article n’a rien à voir avec les écrits politiques de JF Vibert que j’apprécie énormément au demeurant (Vibert, pas ses articles politiques).

Vibert saute sur la moindre occasion pour dégommer le gouvernement actuel avec une certaine furie. C’est fatigant et je trouve en effet que ce genre d’articles n’a pas sa place sur son site.

Ici rien de tel, c’est le système général qui est discuté, ou comment le politique devrait mettre tout en oeuvre pour que les gens puissent se réaliser.

Personne n’est visé il me semble (je n’ai lu cet article que ce matin très tôt, je n’ai pas eu le temps avant), même si l’on prend quelques exemples actuels.

Et pas de risque que ce site redevienne une tribune politique vantant un système plutôt qu’un autre. J’ai déjà donné…

Et justement quand je lis Vibert, je me vois il y a 5 ou 6 ans, dégommant un autre parti politique. On me disait que ce n’était pas le lieu, je suis assez d’accord finalement, même si ici nous devons pouvoir parler de tout.

Par contre je trouve que l’article d’Arnaud avait sa place.

26)
Arnaud
, le 01.02.2013 à 10:44
[modifier]

Merci de ton support, François.

Encore une fois, mon article n’était pas une charge ciblée vers le pouvoir en place, plutôt une invitation à réfléchir sur la réalisation de chacun: comment expliquer que tant de nos concitoyens sont cantonnés à des petits boulots sans avenir, ou être chômeurs pendant des dizaines d’années alors que si peu nous différencie ne serait-ce que du point de vue cérébral! La technologie représente surement un levier pour cette réalisation, et il est dommage de ne pas plus en profiter.

PS: Promis, je vais voir du côté d’Antidote pour faire des progrès en grammaire ;)

27)
yperg
, le 01.02.2013 à 14:09
[modifier]

“Par contre, le vrai challenge, celui que le 20e siècle n’a pu résoudre avec la société de consommation, reste toujours présent et d’actualité. Je ne parle pas du chômage, qui à mon avis en est une conséquence, mais de la difficulté de la réalisation du potentiel qui est en chacun d’entre nous. Où sont les visionnaires, les philosophes, les politiciens qui vont nous faire sortir de l’équation « le bonheur = un écran plat » ? “

Très juste, on oublie les vrais problèmes à parler de choses qui ne sont pas fondamentales. Les opposants au mariage pour tous, je les respecte, parlent de choix de société en oubliant que que notre société est malade du chômage, de la corruption, des trafics divers, de l’échec de l’école pour certains enfants et ados, d’une classe politique sans envergure, etc… Et bientôt effectivement nous allons avoir droit au débat sur le vote des étrangers, encore un faux “choix de société” qui a été vite réglé ailleurs ! J’aime beaucoup ce blog avec le mélange d’infos technos et de débats de société dans le respect des autres. La preuve que la technologie ne fait pas qu’”enfermer” les êtres humains. Elle peut aider au débat et la connaissance d’autrui ! @+

28)
drazam
, le 01.02.2013 à 15:11
[modifier]

Là où y’a d’la gêne, y’a pô de plaisir, surtout sur Cuk. Pas de café du commerce mais pas d’auto-censure bienveillante non plus, oui, on doit pouvoir causer de tout, ici aussi.

Et justement, comme dit précédemment, tout ce petit Monde manque d’idéal (idéaux?) et d’engagement(s). Suffit pô de s’indigner et s’enflammer. Et on peut pas tout cristaliser autour de la et du Politique, ses attentes, ses critiques, les (in)actions. Certes comme dirait l’autre qui se reconnaitra ici, mieux vaut ça que de marcher sur une mine! Bien contents d’éviter les fanatiques, dictateurs, généraux de tout poil. Mais comme indiqué dans le billet à partir du 4e paragraphe, y’a la société civile. Ou pour paraphaser un Autre: my fellow citizens, ask not what your country can do for you, ask what you can do for your country.

‘Taiiin okazou, reviens, tu nous manques…

29)
Tom25
, le 01.02.2013 à 23:11
[modifier]

François, je ne mets pas dans le même sac les petits maires de petits villages et ceux qu’on voit à la télé. D’ailleurs, les premiers ne font pas vraiment de politiques, ils gèrent. Remarquez que les seconds ne font pas de politiques non plus, mais du show-biz.

30)
lilou
, le 02.02.2013 à 18:12
[modifier]

La politique est trop importante pour la laisser aux politiciens. Je dois avouer que même avec tous ses défauts et ses zones d’ombre, le système suisse me plaît bien avec un contrôle à tous les niveaux par le peuple des décisions des politiques. J’apprécie également le principe de subsidiarité et le respect des minorités. Cela évite pas mal de * De plus l’alternative, le pouvoir aux juges, aux journalistes ou aux financiers semblent nettement plus dangereux.

La politique “What else !?”

31)
scanjet33
, le 03.02.2013 à 07:12
[modifier]

exaspérant! le commentaire typique d’un gars se prétendant apolitique.Comme disait Coluche , il n’est pas de droite mais il n’est pas de gauche! faut pas déconner non plus!. “Président par défaut” c’est l’argument type que l’on lit sur tous les fora reacs du figaro, du point et de valeurs actuelles. Un article que vous n’auriez pas écrit sous le règne de Naboléon. et pour 2017, je suis certain que vous voterez pour le mieux placé de votre bord politique car l’apparente neutralité n’est qu’une posture pour dézinguer habilement le pouvoir en place.

32)
Tom25
, le 03.02.2013 à 17:34
[modifier]

Scanjet, on, enfin je, ne vois pas trop à qui tu t’adresses. Sinon je n’ai pas spécialement de bord puisque je n’ai pas touours voté pour le même. Et non, comme d’autres ici j’en suis convaincu, je ne vote pas forcément pour le parti qui m’aménera le plus d’avantages, mais pour celui qui me semble le plus juste concernant les problèmes qui me préoccupent le plus.

Rien à voir avec le sujet, j’essaye juste de mettre un smiley depuis le clavier Emoji de mon iTruc, voir ce que ça donne ici :

33)
zit
, le 03.02.2013 à 22:44
[modifier]

François, je ne voulais pas non plus t’assimiler à un homme politique, le petit élu local (rien de péjoratif) est au contraire un rouage indispensable au fonctionnement d’une communauté…

Et concernant certains commentaires de cet article (deux auteurs qui n’avaient jamais commenté auparavant ici), je ne peux m’empêcher de penser à ce très intéressant article paru sur Korben, assez long, mais captivant, au sujet des diverses techniques de contrôle de l’opinion employées ici ou là et par ceux–ci ou ceux–là…

z (il n’y a pas de sot métier, je répêêêêêêêêêêêêêête : mais ça doit être vraiment fastidieux, de passer sa journée sur le net à réagir aux mots–clefs décidés par la hiérarchie ;op )

34)
Tom25
, le 03.02.2013 à 23:15
[modifier]

Intéressant Zit, j’ai lu le début. Marrant que justement dans le post précédent je fasse un essai de smiley-Clavier :-))) .