Profitez des offres Memoirevive.ch!
Taxe au sac: l’humain est tout de même incroyable

Entendons-nous bien.

En Suisse, le tri des déchets est depuis longtemps pratiqué de manière poussée.

De tout temps, je crois depuis tout petit, et j'ai bientôt 54 ans, je sais que l'on ne met pas le verre à la poubelle, que l'on trie le papier et le carton, que jamais, au grand jamais une pile, ne serait-ce qu'une seule ne doit pas être recyclée, que l'alu et tout ce qui est métal doit être classé dans le compartiment adéquat.

Compartiment qui, avec tous ses congénères, va être régulièrement amené à la déchetterie, ou dans des containers de rue ad-hoc.

Nous étions d'ailleurs très choqués, chaque fois que nous allions en France, de voir que, jusqu'à il y a une dizaine d'années, cette culture du tri était totalement ou presque absente de ce pays.

Heureusement depuis lors, les choses semblent s'arranger et dans la région dans laquelle nous nous rendons souvent, près de Toulon, le tri semble entrer assez vite dans les mœurs.

Mais revenons chez nous.

En Suisse, une loi fédérale RS 814.01 Loi fédérale sur la protection de l’environnement impose le système du pollueur payeur. Vous pouvez passer sans problème l'article ci-dessous, il n'est là que pour information

Art. 32a1 Financement de l'élimination des déchets urbains
1. Les cantons veillent à ce que les coûts de l'élimination des déchets urbains, pour autant que celle-ci leur soit confiée, soient mis, par l'intermédiaire d'émoluments ou d'autres taxes, à la charge de ceux qui sont à l'origine de ces déchets, Le montant des taxes est fixé en particulier en fonction:
a. du type et de la quantité de déchets remis;
b. des coûts de construction, d'exploitation et d'entretien des installations d'élimination des déchets;
c. des amortissements nécessaires pour maintenir la valeur du capital de ces installations;
d. des intérêts;
e. des investissements prévus pour l'entretien, l'assainissement et le remplacement de ces installations, pour leur adaptation àmdes exigences légales ou pour des améliorations relatives à leur exploitation,
2. Si l'instauration de taxes couvrant les coûts et conformes au principe de causalité devait compromettre l'élimination des déchets
urbains selon les principes de la protection de l'environnement, d'autres modes de financement peuvent être introduits,
3. Les détenteurs d'installations d'élimination des déchets constituent les provisions nécessaires,
4. Les bases de calcul qui servent à fixer le montant des taxes sont accessibles au public

Comme vous le constatez, dans notre bon fédéralisme, la gestion des déchets est attribuée aux cantons.

Depuis des années, la plupart des cantons alémaniques et beaucoup de cantons romands se sont penchés sur des solutions pour faire payer l'élimination des déchets selon la quantité produite.

Le canton de Vaud ne l'a pas fait au niveau cantonal, même si certaines communes ont adopté un système adéquat depuis des années.

Depuis des années, l'élimination et le recyclage des déchets est payée en partie par l'impôt communal, et en partie par une taxe individuelle ou par entreprise.

Bien évidemment, nous payions, mais, quelle que soit la quantité, nous payions la même somme.

Certes, dans la même commune, plus on avait de déchets, plus la taxe (coûts totaux des déchets/nombre d'habitants) était haute, mais celui qui produisait un sac-poubelle par semaine et l'autre qui en produisait dix payaient exactement la même somme.

Tout le monde se rendait compte depuis longtemps que ce système était à la fois injuste et peu écologique. Celui qui voulait tout mettre à la poubelle le faisait, ce n'était pas grave, il payait la même chose que les autres.

Et puis, il y a un ou deux ans, je ne sais plus exactement, une habitante d'une commune du canton a fait recours contre sa taxe déchets. Elle connaissait la loi fédérale, elle n'avait que peu de déchets, elle voulait bien payer, mais proportionnellement à la quantité comme il se devait d'être depuis des années.

Et bien évidemment, elle a gagné.

Branle-bas de combat, il a fallu trouver une solution dans tout le canton, puisque l'affaire ayant fait grand bruit, il était certain que si les communes ne changeaient rien, elles allaient au-devant de gros problèmes, tout un chacun n'allant plus se gêner alors pour faire opposition à sa facture.

Deux solutions pour que le pollueur devienne enfin payeur proportionnellement à sa production de déchets se présentent alors aux communes:

  • introduction d'une taxe au sac
  • introduction d'une taxe au poids

La première a l'avantage d'une certaine simplicité: vous payez le sac deux francs, et ainsi vous couvrez les frais (pas tout à fait puisqu'à cela s'ajoute une taxe personnelle forfaitaire de 70 francs dans notre commune, plus ou moins dans d'autres) que vous engendrez.

La seconde vous permet d'être absolument juste: vous jetez vos déchets au poids réel, et c'est bien plus correct ainsi puisque la destruction des ordures nous est facturée à la tonne. Elle implique une carte à puce par famille, et la pose de containers intelligents qui pèsent les déchets lorsqu'on les apporte, et qui, une fois que vous êtes reconnus par votre carte, ajoute le poids à votre compte.

C'est certainement un peu plus cher que la taxe au sac, mais encore plus correct pour le citoyen et pour la communauté.

La où l'humain devient incroyable, ou de la compréhension du titre de cet article

Je vous l'ai écrit en introduction: de tout temps, j'ai trié, nous avons tous trié en famille.

Mais il est évident que par paresse, lorsqu'un emballage était composite, parfois nous le jetions à la poubelle.

Par confort, je n'ai jamais été un adepte du compost.

Nous en avions un à Bofflens, mais le gérer au quotidien en revient presque toujours à nous trouver avec un mini container (17 litres) vert à la cuisine, que nous oubliions de monter plus souvent qu'à son tour au tas de compost situé à l'extérieur, à 30 mètres toujours bien trop longs quand il se fait tard le soir et plus encore quand il pleut, mini container vert qui finissait plus souvent qu'à son tour également par être survolé de quelques moucherons, certes tout petits, mais bien agaçant et qui pouvaient nous porter la honte aux joues quand nous recevions quelqu'un à l'improviste, et oui, je lis ces jours le roman de Jérôme Ferrari, qui écrit certes bien mieux que moi, mais qui finit par déteindre sur mon style vu tout ce que je viens de vous expliquer sans mettre le moindre point, style qui finira par me faire écrire une humeur en une seule phrase, comme lui est capable de vous faire une description d'un sentiment en une phrase de plus d'une page.

Bref, pour en revenir à un style plus cukien: ras la patate du composte, tous les légumes à la poubelle.

Mais ça, c'était avant!

Tout change quand vous payez en direct live!

Depuis que nous devons acheter nos sacs 35 litres 2 francs pièce, je peux vous dire que les choses ont chanté, et méchamment!

D'abord, nous avons acheté des sacs biodégradables pour les déchets de cuisine.

Désormais, rien de ce qui est déchet de cuisine, cru ou cuit, finit dans notre poubelle.

Les restes qui restent dans la grille de l'évier: au compost!

Nous avons à Bière des containers pour les déchets de cuisine, qu'ils soient crus ou cuits.

Dont l'un est à 100 mètres de chez nous.

Avantage des sacs? Une fois enlevé, le machin dur qui est autour reste propre.

Mais ce n'est pas tout: le plus petit papier fiche le camp au... papier. Avant je jetais le papier dans le papier, mais là, même les petits trucs qui sont au bout du fil des sachets de thé finissent au papier, le sachet de thé l'étant dans le compost.

Même le papier ménage, on le fait sécher et on le met au vieux papier.

Et tout est à l'avenant.

Résultat?

Au moment où j'écris ces lignes, nous sommes le 19 janvier, et nous en sommes, depuis le 1er janvier, à notre 3e sac-poubelle qui est plein au tiers.

Avant la taxe, nous aurions été largement au double, et sûrement au triple.

Avec en plus un avantage énorme: notre poubelle se remplit tout tranquillement de déchets secs, qui ne sentent rien. Elle reste là, plus d'une semaine, largement même, et elle ne sent rien, mais rien de rien, alors qu'à l'époque, elle puait en permanence.

Je me réjouis déjà de cet été, à l'époque des melons que je n'aime pas plus que ça mais que tout le reste de ma famille adore: quelle horreur, une fois dans la poubelle! Là c'est fini, on amènera les restes directement au contaminer à compost.

Conclusion

Bien sûr, ces sacs à 2 francs m'ennuient.

Mais force m'est de constater que les taxes incitatives sont incroyablement efficaces.

Dès qu'il faut payer, il faut voir comment les comportements peuvent changer dans le sens de ce que l'on nous proposait de faire avant, quand nous ne payions pas, et que nous ne faisons pas toujours, par paresse.

Bien sûr, vous allez dans n'importe quel bistrot vaudois ces jours, vous êtes pratiquement certains d'entendre des clients partir dans une discussion ou tout le monde trouve scandaleux cette taxe qui ne sert qu'à en mettre plein les poches à nos communes.

Sauf que c'est entièrement faux! Les communes ne pourront pas faire de bénéfices sur la gestion des déchets. Certes, les impôts qui sont maintenant remplacés par la taxe passeront ailleurs, mais au final, cet argent revient d'une manière ou d'une autre au contribuable!

Et sauf que mon exemple de diminution drastique de déchets à détruire dans un incinérateur se retrouve à un niveau général: il semble que les quantités de déchets aient diminué de manière impressionnante depuis l'introduction de la taxe au sac dans notre canton.

Vous me direz: ça ne va pas durer.

Eh bien, il semble que non: dans la plupart des cantons qui sont déjà passés à cette taxe, la diminution est durable et ne s'est pas estompée.

Alors quoi...

En conclusion finale, je dirais que j'ai vraiment honte d'avoir attendu d'avoir "le couteau sur la gorge" pour réagir.

J'aurais dû le faire bien avant.

Alors finalement, même si je n'étais pas chaud, je crie "Vive la taxe au sac!"

56 commentaires
1)
lilou
, le 21.01.2013 à 01:18
[modifier]

De mon côté je trouve ces taxes poubelles……….nulles

Taxe poubelle = police de poubelle Taxe poubelle = administration pour l’encaissement des taxes.

Dans un pays, tel que la Suisse qui comme tu le dis recycle déjà à plus de 80 % et pour certain produits même à 99 % je ne vois pas le bénéfice écologique.

Si je prends ma commune, Epalinges, qui va introduire les fameusese poubelles blanches à 2 CHF. La déchetterie étant trop petite, des queues de voitures bien polluantes se forment tous les jours pour pouvoir aller jeter ses déchets recyclables dans les poubelles adéquates.

De plus, le marché du déchet est très opaque, les déchetteries sont des organismes privés recevant des fonds publiques. On ne sait pas exactement où vont nos belles bouteilles en PET (recyclage, incinération ?). On a construit de beaux incinérateurs qui manquent de matières premières, il existe paraît-il un commerce du déchet. Avec trains traversant la Suisse pour aller alimenter les incinérateurs.

Pour résumé, si tu penses que l’homme est naturellement bon (ce que je pense) tu lui facilite le recyclage (nombreux points de collecte, moins d’emballage dans les magasins, déchetteries adéquates). Si tu penses que l’homme est naturellement mauvais, tu taxes.

Mon pronostic, comme nous les suisses somment de bons petits soldats, nous allons super bien recycler, le produit de la taxe va diminuer et finalement pour pouvoir payer les coûts de fonctionnement du système, les sacs seront vendus plus chers.

2)
ptinutz
, le 21.01.2013 à 02:41
[modifier]

Bizarement quand j’ai déménagé de Genève à Zürich, cela ne m’a pas dérangé plus que cela. J’ai constaté le même résultat, je triais plus, pas au point de la languette de thé, mais plus et j’habitais un minuscule appartement, ce qui était fort peu pratique, pas de balcon. Changement de décor, plus de taxe et oui, j’avoue je fais moins attention.

Est-ce un mal de vouloir faire passer de 80% à 99% et en six ans à Zürich, je n’ai vu aucune augmentation du sac poubelle et pas de sac poubelle dans les forêts ce qui était ma crainte avec cette taxe…

3)
Leo_11
, le 21.01.2013 à 05:47
[modifier]

Tu n’as pas complètement tort Lilou… depuis que j’habite dans le canton de Fribourg (7 ans) dont les sacs sont facturés depuis assez longtemps la taxe a augmenté de 20 cts… pas énorme me diront certains… mais je me demande si ça n’est pas qu’un début…

Ceci dit je suis parfaitement pour l’incitation au tri et recyclage…

4)
djtrance
, le 21.01.2013 à 07:04
[modifier]

Incroyable, on en parle même sur cuk :)

Je suis comme François, on m’a appris à trier les déchets et à ne pas mettre n’importe quoi dans la poubelle, je le fais depuis que je suis tout petit.

Cette taxe aura quand même eu comme effet de me prendre conscience de tous les déchets dits “plastiques”. Il est vrai qu’avant, un petit plastique par ci, un autre par là… Au bout du compte, il y en a une masse incroyable!

Cette taxe n’est pas autrement importante pour moi: depuis le 31, je n’ai utilisé qu’un seul sac (je passe en fait d’un sac par semaine à un pour deux semaines), qui plus est j’utilise des 17 litres. Le prix est donc super raisonnable!

Mais, là où je ne suis pas d’accord:

1) Payer des taxes communales en plus 2) Payer des importations italiennes parce que les centres d’incinération n’ont pas assez de matières

5)
Blues
, le 21.01.2013 à 07:38
[modifier]

Nous avons fait partie des initiateurs ! il y a 15 ans dans mon village (250 hab. à l’époque) nous avions monté une commission (avec les motivés dont je faisais partie) pour étudier la taxe au sac et divers autres détails à appliquer dans les façons d’effectuer des tris de déchets pertinemment. Une année plus tard nous avons présenté le projet au Conseil Général (législatif) et le projet avait passé (étonnement) assez facilement la rampe.

Comme nous avions de l’avance, nous étions largement habitués lorsque les réglementations Fédérales et Cantonales sont arrivées. Donc chez nous fastoche, personne ne se plaint puisque rien n’a changé :)

Moralité : je suis d’accord avec tout. Le seul problème, c’est le TEMPS nécessaire pour que les gens s’habituent… non, ça va pas évident,ça c’est sur ! Et moi, ce qui me fait peur, c’est qu il va falloir policer-surveiller ceux qui iront … ? … là où ils sont inconnus; le WE ou la nuit avec le coffre de leur voiture plein de déchets pour les “lâcher” discrètement n’importe où !

6)
Inconnu
, le 21.01.2013 à 08:54
[modifier]

Si tu penses que l’homme est naturellement mauvais, tu taxes.

C’est le dogme de base du Calvinisme, très en vogue dans le coin, non?

Et entre nous, l’homme je le trouve pire que mauvais, je trouve que c’est un con. Il n’y a qu’a voir qui il laisse le manipuler.

Ceci dit, il y a une explication scientifique .

Sinon pour en revenir au sujet, on paye 1.70 les 35 litres a Berne ou le compost n’est pas collecte partout. J’ai mes 4 bacs de recyclages devant ma porte: alu, pets/bouteilles plastique/piles/filtres Jura, papier/carton, verre. J’ai gagné quoi si je trouve ça tellement naturel que je n’aurais meme pas eu l’idee d’en faire un article (ce qui etait une bonne idee, merci François)?

7)
Le Corbeau
, le 21.01.2013 à 09:13
[modifier]

Pff
ils sont nuls ces suisses.
Voici comment faire
Pour les sacs, ouvrir délicatement et vider le sac du voisin dans un endroit tranquille et le récupérer, c’est lui qui sera emmerdé en cas d’enquête. Attention, par précaution, ne rien mettre d’identifiant dans le sien (il pourrait y avoir des gens aussi malhonnêtes que vous).

pour les poubelles. Quelque soit le système, il faut pouvoir les ouvrir pour les jeter dans le camion avec un système de type “passe”. Récupérer le système, ouvrir la poubelle du voisin et y fourguer ses propre ordures juste avant le passage du camion.

pour les voyageurs en camping car, qui ne peuvent accéder à ce type d’enlèvement et qui n’ont pas de solution : bourrer les corbeilles à papier dans les rues ou profiter d’une benne de chantier(les porcs, jetteront leurs déchets en campagne). L’hypocrisie qui consiste à faire venir le touriste puis à lui demander de transformer son véhicule en camion benne jusqu’à son retour (ou de faire supporter le traitement par la commune voisine) est inadmissible.

En France, on n’a pas de pétrole mais des idées.

Au fait, cet article, c’est pas un peu du recyclage? Noooon pas taper !

8)
Zallag
, le 21.01.2013 à 09:40
[modifier]

Je me prends souvent trois cafés durant la journée, parfois plus, ce qui fait dans les 10 à 12 balles en CHF, au moins, chaque jour. Mine de rien ça fait cinq à 6 fois cette somme par semaine. Et je ne rouspète contre personne.

Je prends maintenant depuis des années cette dépense de pur agrément, et de plus totalement dispensable, comme base de réflexion quand j’évalue le prix de quelque chose à payer. La taxe au sac en devient ridiculement infime de ce point de vue.

Notre famille a depuis toujours trié ses déchets, son papier et ses cartons, et les sortes de verre à recycler, les métaux, et je fais de l’excellent compost. Le truc, François, c’est d’y aller chaque jour, à tes tas de compost (le frais, l’ancien, le plus ancien, celui que tu utiliseras ce printemps, qui est noir et sent la forêt et la mousse — quand on a appris comment faire, il y a des cours efficaces pour ça) ou mieux encore c’est d’y aller après chaque épluchage de légumes, cassage d’oeufs ou récolte dans la passoire de thé infusé.

Je dis comme toi : vive la taxe au sac.

Je me souviens d’une publicité française qui horrifiait mes enfants, tellement elle montrait à quel point les Français de l’époque étaient totalement imperméables à la notion de recyclage et d’écologie. Elle montrait deux personnes habitant vraisemblablement près de la mer qui partaient en voiture immerger leur vieille cuisinière (ou autre appareil de gros ménager) sur le bord de mer. On les voyait se crapahuter à deux avec la cuisinière, sur une trentaine de mètres, s’arrêter avec de l’eau à mi-corps, réfléchir, puis revenir avec leur cuisinière en disant à peu près “on n’a pas pu la laisser, on la garde, on ne veut pas s’en séparer”.

Foutre tout à la mer, dans les bois, ailleurs à ciel ouvert, ou même tout brûler, quoi de plus normal, pensait-on ? Ben, c’est plus comme ça, voilà.

9)
Antoche
, le 21.01.2013 à 09:47
[modifier]

Attention aux travers du principe du pollueur payeur. Je pollue, je paie, soit. Mais vu que l’on m’impose une taxe (modeste comparée aux autres augmentations telle que les assurances maladies), je ne suis pas loin de penser que ça me donne un “permis de polluer” et, vu que je ne suis pas à quelques francs près par mois, j’aurais tendance depuis cette taxe à moins trier pour moins me faire ch…. et ne pas avoir une décheterie personnelle à la maison. J’ai dû investir dans des bacs de récupérations pour les différents déchets, séparer le papier du carton (eh oui ma p’tite dame !), séparer l’alu, les capsules nespre…, les couleurs de verre, les sachets de thé, etc..

Mettons tout à la poubelle et donnons ainsi du combustible pour Tridel, ce qui évitera de faire venir les déchets napolitains( probablement très bien triés) par train ou pire, par camion…

10)
Zallag
, le 21.01.2013 à 10:05
[modifier]

C’est vrai, c’est ce qu’on fait, on importe des ordures de l’étranger.

Attention, je ne parle pas de problèmes migratoires, héhé … Ne nous méprenons point quand même !

Quand on parle d’UIOM, la question de la surcapacité revient régulièrement. Selon Pierre Amman, président de l’Association suisse des exploitants d’installations de traitement des déchets (ASED), ce danger n’existe pas pour l’heure en raison des importations de l’étranger, qui représentent autour de 300’000 tonnes par an, soit quelque 9% des capacités totales d’incinération du pays.

UIOM : usines d’incinération des ordures ménagères

11)
yl
, le 21.01.2013 à 10:23
[modifier]

Vive la taxe poubelle, sauf que…

Les taxes renforcent les inégalités, surtout dans un pays comme la Suisse où certain·e·s gagnent 700 fois plus que d’autres! Comme le dit Antoche, on peut acheter le droit de polluer et de s’en foutre. En ce sens le financement par l’impôt est plus égalitaire et s’il est réellement progressif, tout aussi incitatif…

Et qu’en est-il de devoir payer l’élimination des déchets que l’on nous vend? La responsabilité de l’industrie et de la grande distribution est complètement mise de côté dans ce débat, on ne fait que pointer la responsabilité individuelle alors que notre autonomie est de plus en plus réduite. Je serais assez favorable à l’introduction d’une taxe pour la vente d’un produit emballé, assortie d’une interdiction de la répercuter dans le prix. On arrêterait ainsi de nous proposer des tube de dentifrice dans des boîtes en cartons, des choux-fleurs sous plastique ou encore des melons emballés avec un filet!

Et si l’on veut rester dans l’action individuelle: recycler c’est bien, consommer moins c’est mieux!

12)
Zallag
, le 21.01.2013 à 10:39
[modifier]

Supercopieur, on trouve plein de sites énonçant des recommandations astucieuses, comme celle de déballer ses achats sur place et de laisser les cartons, plastiques des blisters et autres au magasin. Je me réjouis déjà de voir la tête des chefs des rayons quand je vais leur demander poliment où je peux mettre les emballages qui s’y prêteront. Ça risque d’être fort divertissant …

Si tu veux, je te refile des adresses. Si tu es de Suisse romande.

13)
Hervé
, le 21.01.2013 à 10:42
[modifier]

P’tite question : est-ce que la part des impôts qui était auparavant destinée à l’élimination des déchets va être supprimée et soustraite de vos impôts puisque le pollueur paie maintenant. Sinon, le pollueur va payer deux fois, non ?
Ou comment augmenter les impôts sans le dire.

A propos, je suis de G’nève qui résiste courageusement à la taxe au sac et qui trie quand même autant que la moyenne suisse

14)
Pierre.G.
, le 21.01.2013 à 10:46
[modifier]

Je vais juste reprendre supercopieur, cette taxe existe sur de plus en plus de produits, c’est la TAR, elle nous a permis d’arrêter le lâcher de frigos dans la nature par exemple du temps où il fallait payer pour chaque élimination.

Sinon, un truc m’échappe, je sais que je me trouve dans une commune taxée à 80%(alors que les plantées financières sont légion, c’est dire si les rentrées sont là…), mais l’introduction de la taxe au sac correspondait à une baisse de l’impôt sur l’élimination des déchets, n’en est-il pas partout ainsi?

Ensuite, je dirais que pour un couple qui trie, qui mange frais tous les jours, possède trois ordinateurs etc…, les suisses normaux quoi, un sac de 17 litres par semaine est déjà trop grand, avez-vous mesuré votre volume de déchets par curiosité ?

15)
Le Corbeau
, le 21.01.2013 à 11:02
[modifier]

Citation de Site de l’administration fédérale suisse

Chic, un gouvernement qui dit texto : circulez, il n’y a pas de problème d’importation, la preuve, c’est une association d’entrepreneurs qui le dit. C’est vraiment rassurant.

Et c’est pour qui, la bonne dioxine et les mâchefers toxiques?

vu que je ne suis pas à quelques francs près par mois, j’aurais tendance depuis cette taxe à moins trier pour moins me faire ch…. et ne pas avoir une décheterie personnelle à la maison.

C’est un des problèmes de base, certains pays nordistes en sont à laver les boites de conserve avant tri…

Coté français, la multiplication des consignes qui, de plus, sont différentes d’un département à l’autre, va, selon certains responsables des organismes de tri, vers le même résultat. Depuis l’année dernière, il plaident pour un pré-tri sommaire avec consigne unique, à charge pour l’usine de vérifier et trier réellement.

Selon eux

  • cela permet de recycler plus
  • cela supprime l’envoi systématique des containers/sacs mal triés aux ordures normales
16)
Mirou
, le 21.01.2013 à 11:03
[modifier]

A Lausanne, la taxe au sac est assortie d’une subvention de 80 francs par habitants. Nous, à deux dans le ménage, nous recevons 160 francs par année par les services industriels. Et on va apparemment acheter pour environ 100 francs de sac taxés, alors que nous triions jusque là consciencieusement mais sans maniaquerie. Vraisemblablement on va même “gagner plus”. Parce que nous aussi depuis janvier on trie mieux.

Par ailleurs chaque propriétaire est obligé d’équiper ses immeubles de quatre containers: poubelle, verre, papier, compost. Pour le reste, des déchèteries mobiles (en plus des normales) s’installent dans chaque quartier tous les mois et des points de récolte fixes sont disposés un peu partout. Ce qui rend le tri très très facile.

Et chaque nouveau né se voit offrir des sacs taxés par la municipalité pour disposer de ses couches.

Franchement. Se plaindre quand on sait ça, c’est uniquement pour la beauté du geste!

17)
Mirou
, le 21.01.2013 à 11:08
[modifier]

C’est un des problèmes de base, certains pays nordistes en sont à laver les boites de conserve avant tri…

Euh…. Mais en Suisse aussi. Ou bien? Tu vas quand même pas laisser pourrir un vieux fond de sauce tomate au fond de ton panier “fer blanc”???

18)
djtrance
, le 21.01.2013 à 11:40
[modifier]

Par ailleurs chaque propriétaire est obligé d’équiper ses immeubles de quatre containers: poubelle, verre, papier, compost.

As-tu une référence pour cela? Un texte de loi, une note? Je m’explique: mon proprio est, ma commune: on a reçu une lettre comme quoi le container papier/carton allait être supprimé en raison de l’introduction de la taxe. J’ai juste envie de leur rentrer dans le lard :)

Ensuite, je dirais que pour un couple qui trie, qui mange frais tous les jours, possède trois ordinateurs etc…, les suisses normaux quoi, un sac de 17 litres par semaine est déjà trop grand, avez-vous mesuré votre volume de déchets par curiosité ?

J’en fais partie: depuis le 31.12, un seul sac 17 litres déposé au container et le second (celui actuel) n’est rempli qu’à la moitié

20)
fxc
, le 21.01.2013 à 11:51
[modifier]

là où ils sont inconnus; le WE ou la nuit avec le coffre de leur voiture plein de déchets pour les “lâcher” discrètement n’importe où !

Cela ce passe à 50 m de chez moi, le pire étant qu’ils jettent leur ordures dans des sacs payants de grande surface, va comprendre Marcel!!! de plus le bord des routes et autoroutes est couvert de déchets de tous ordre.

Nous avons des taxes “poubelle” et depuis peu des mini conteneurs contenant une puce calculant le poids système lisible par le camion, conteneurs très pratique lorsqu’on habite en maison mitoyenne sans garage, ou en en appart.

Pour la petite histoire, lors d’une plainte au maire en réunion de quartier, ce dernier a minimisé les faits arguant que ces personnes n’ont pas les moyens…. mais ils viennent en voiture.

21)
Sadique de la forêt
, le 21.01.2013 à 11:57
[modifier]

Bonjour,

Ce sujet, je peux en parler en connaissance de cause, vu que c’est moi qui suis en charge des déchets dans ma commune. Au Conseil Général du mois de décembre, notre nouveau règlement, incluant la taxe au poids a été adopté à la quasi-unanimité. De plus , il était assorti d’une demande de crédit conséquente pour l’achat et la pose de conteneurs avec système de pesage intégré.

François, pour avoir étudié à fond les deux variantes (sacs et poids), je peux te certifier que la taxe au poids coûtera tous comptes faits moins cher au citoyens que celle au sacs, c’est mathématique!

Même les plus sceptiques (et il y en avait beaucoup au début des démarches) sont maintenant convaincus du système choisi.

Au final, je peux afirmer qu’au niveau communal, la gestion des déchets ne coûtera en tout cas pas plus cher qu’avant, et je pense même moins.

Hervé, l’impact de la nouvelle taxation des déchets sur les impôts est insignifiante!

Dites aux gens qu’ils devront payer 30 ou 50 francs de plus pour leur déchets et tout le monde s’offusque. Alors que 30 ou 50 francs d’impôts en plus ou en moins, la plupart des gens ne s’en rendront même pas compte!

Franchement, quand je vois certaines réactions, je trouve qu’il y a des bonnes tartes qui se perdent. C’est quand même normal de devoir payer pour éliminer son chenit, ou bien??

Et ne me dites surtout pas que les montants en vigueur sont trop élevés, en regard du coût de la vie en général!

Les personnes qui feront tout leur possible pour produire moins de déchets seront à coup sûr bénéficiaires par rapport à la taxation forfaitaire.

Rien que pour les emballages, il faut savoir que tous les commerces ont l’obligation d’accepter de les reprendre. D’ailleurs, l’autre jour, chez swisscom, c’était la première fois qu’un vendeur me proposait spontanément de laisser mes emballages au magasin.

Maintenant, par rapport à Tridel, d’accord avec ce qui a été dit. Jamais vu un truc aussi mal foutu et mal géré!

De un, c’est largement surdimentionné. De deux, le fait que les déchets qui arrivent par le train doivent reprendre le camion pour monter un carousel (parfois impraticable tant il est glissant) pour être vidés dans la fosse 40 mètres plus haut, c’est quand même fort. De trois, j’en passe et des meilleures.

Ce qui fait un peut souci, c’est qu’avec la diminution des quantités de déchets sur le canton, les coûts des usines et centre de tri ne vont sûrement pas tarder à prendre l’ascenseur.

22)
ToTheEnd
, le 21.01.2013 à 12:55
[modifier]

D’accord avec pratiquement l’ensemble de l’intervention à l’exception d’un point… qui en appelle un autre.

Tout d’abord, je trouve trop facile de dire “Certes, les impôts qui sont maintenant remplacés par la taxe passeront ailleurs, mais au final, cet argent revient d’une manière ou d’une autre au contribuable!”

C’est bien tout le problème de l’administration. Au fil du temps, on ajoute des taxes et encore des taxes et au final, cette ponction financière ne remplit pas son objectif primaire mais “tout et n’importe quoi”… soit disant pour le bien du contribuable mais avoir une armée de fonctionnaire qui grossit à vue d’oeil n’est pas pour moi un synonyme d’efficience ou d’argent bien dépensé.

Enfin, j’ai plaisir à lire que même si tu étais contre, tu comprends aujourd’hui tout le bien de cette taxe complémentaire pour faire changer les habitudes… avec un peu de chance, tu devrais donc parfaitement comprendre une idée que tu réfutes depuis des années: le prix du kWh.

Augmenter drastiquement le prix de l’électricité permettrait à la Suisse de renoncer à des infrastructures extrêmement couteuses et risquées, des initiatives fédérales hasardeuses et longues, des importations d’électricité chères, des débats sans fin sur la croissance de nos besoins en énergie, des taxes indirectes pour tenter d’enrayer l’effet pervers d’un monde toujours plus numérisé. Cette taxe ferait bien plus que n’importe quel écologiste au Parlement ou au Conseil Fédéral!

23)
Blues
, le 21.01.2013 à 13:04
[modifier]

@20 Fxc, ce qui me dérange dans ces cas, c’est que tout le monde va se mettre à policer-surveiller-dénoncer (comme dans les pays totalitaristes) quel joyeux bordel en perspective (au minimum le temps de s’adapter, voir plus pour celles-ceux qui ont une forte tête et les égoïstes qui s’en foutent de foutre la M…) !

Dans les petites et moyennes communes, ce sera plus ou moins facile à moyen terme de stabiliser “la chose”; par contre en ville, il y en pas mal qui risqueraient d’extérioriser leurs déchets le WE ou la nuit.

24)
yl
, le 21.01.2013 à 13:11
[modifier]

on trouve plein de sites énonçant des recommandations astucieuses, comme celle de déballer ses achats sur place et de laisser les cartons, plastiques des blisters et autres au magasin. Je me réjouis déjà de voir la tête des chefs des rayons quand je vais leur demander poliment où je peux mettre les emballages qui s’y prêteront. Ça risque d’être fort divertissant … Si tu veux, je te refile des adresses. Si tu es de Suisse romande.

Je connais ces initiatives, toutefois dans les endroits où la taxe poubelle existe depuis longtemps, on ne remarque pas de changement de politique des grandes surfaces. Une fois de plus, tout ne peut pas reposer sur la responsabilité individuelle, mais je suis d’accord que c’est divertissant.

cette taxe existe sur de plus en plus de produits, c’est la TAR, elle nous a permis d’arrêter le lâcher de frigos dans la nature par exemple du temps où il fallait payer pour chaque élimination.

Ce n’est pas tout à fait la même chose, la TAR concerne le produit pas son emballage et en matière de plastique dans nos poubelles, c’est principalement ceux-ci que l’on débarrasse.

25)
leronel
, le 21.01.2013 à 13:45
[modifier]

Et bien moi je suis sur la riviera, pas de taxe au sac avant au moins une année, faut dire que les élus sont pas pressés ici.

Pour moi ça ne va pas changer grand chose je trie déjà presque tout.

Sauf les déchets alimentaire cuits, j’avais zappé le fait que, dans la plupart des communes, on peut jeter ça dans le container à compost. Et vu les odeurs dans la poubelles je vais m’y mettre. Les boites de conserves aussi, car malheureusement à Montreux on doit mettre ça dans la poubelle. C’est trié après combustion à la satom…

D’ailleurs il va y avoir un soucis avec nos centrales d’incinération. Il y a surcapacité, même sans taxe au sac généralisée. Dans les années 90 on s’est imaginé que la la production de déchets par habitants allait continuer d’augmenter. Alors maintenant que ceux qui ne triait rien, et c’est une majorité à mon avis, vont commencer à s’y mettre, il va surement falloir fermer une de ces centrales. Ou bien y bruler les déchets des autres.

26)
Le Corbeau
, le 21.01.2013 à 14:05
[modifier]

Euh…. Mais en Suisse aussi. Ou bien? Tu vas quand même pas laisser pourrir un vieux fond de sauce tomate au fond de ton panier “fer blanc”???

C’est l’histoire du mec qui pollue des milliers de litres d’eau potable pour nettoyer des ustensiles qui vont être fondu à 1000°, puis qui se félicite de son action écolo.

tu verrais la gueule de la sauce à cette température….

Tu laves aussi les épluchures avant de les mettre au compost? :-))

27)
Mirou
, le 21.01.2013 à 14:17
[modifier]

Ben non mais bon. Je fais la vaisselle (avec de l’eau, mais je suis devenu un expert en vaisselle “à presque sec”) et au passage je passe un petit coup de rince dans ma boîte que je laisse sécher à l’air avant de la mettre dans ledit panier.

Mais en vrai de vrai, je crois qu’on doit utiliser en tout et pourtout 3 conserves par année. Deux boîtes de thon (je sais c’est mal) mangées après être rentré tard pour “éponger” l’estomac, et une boîte de tomates pour quand vraiment on a plus de fraîches.

28)
NicoMac
, le 21.01.2013 à 15:34
[modifier]

A Lausanne, la taxe au sac est assortie d’une subvention de 80 francs par habitants. Nous, à deux dans le ménage, nous recevons 160 francs par année par les services industriels. Et on va apparemment acheter pour environ 100 francs de sac taxés.

C’est magnifique d’efficacité !

P’tite question : est-ce que la part des impôts qui était auparavant destinée à l’élimination des déchets va être supprimée et soustraite de vos impôts puisque le pollueur paie maintenant. Sinon, le pollueur va payer deux fois, non ? Ou comment augmenter les impôts sans le dire.

Oui. Le plus étonnant est que peu, à la lecture des commentaires, semblent s’offusquer d’avoir à payer à la fois une taxe forfaitaire et une taxe sur les sacs qu’ils achètent. Sans compter l’effort consenti pour financer la déchetterie communale et les taxes payées pour les déplacements à cette même déchetterie !

29)
obé
, le 21.01.2013 à 15:51
[modifier]

Sinon venez à Marseille : tout dans le gros container (1 tous les 300m environ dans la rue). Et voilà. Bon j’exagère, il y a depuis quelques années des récup’ papier (tout ce qui est vaguement plastoc et papier-carton) et des récup’ verres (tous verres confondus). Mais ils sont moins nombreux et surtout souvent pleins, tellement plein que ça déborde et ça s’envole de partout. … Cela dit, si comme François je pense à ma jeunesse (pas si lointaine, il me reste encore quelques mois avant la quarantaine), et bien j’ai connu jusqu’à mes 20 ans bien tassés les poubelles dans des petits sacs en plastique (type petits sacs de supermarchés) posées juste en bas de la porte de chaque immeuble. Pour les plus flemmards, il y avait bien sûr la possibilité de les jeter par la fenêtre. J’ai d’ailleurs failli m’en prendre quelques une sur la tronche. Les anciens gardent encore pour certain ce vieux réflexe, invoquant leur jambes fatiguées de descendre les escaliers…

Tout ceci dans la joie et la bonne humeur bien entendu :-)

30)
ocmey
, le 21.01.2013 à 15:54
[modifier]

J’habite à Lausanne, et d’après mes estimations, pour ma famille de 4 personnes, je devrais être gagnant malgré les couches du plus petit (et oui, il est déjà né, ça nous porte préjudice, pas de sacs gratuits).

Par contre ce qui m’embête vraiment c’est de ne pas pouvoir mettre les déchets de nourriture cuite dans les déchets végétaux, pourquoi ce qui est possible dans les communes voisines ne l’est pas à Lausanne ?

31)
Pierre.G.
, le 21.01.2013 à 16:09
[modifier]

La TAR touche une multitude de produits supercopieur, simplement on ne le sait pas, sur ta bouteille de vin, il n’est pas marqué la TAR payée sur le verre par le viticulteur par exemple, elle n’est connue que sur les produits de type électrique ou ses pneus de voiture parce que c’est facturé en sus, alors que normalement elle doit être incluse d’ailleurs…

Sinon pour

Enfin, j’ai plaisir à lire que même si tu étais contre, tu comprends aujourd’hui tout le bien de cette taxe complémentaire pour faire changer les habitudes… avec un peu de chance, tu devrais donc parfaitement comprendre une idée que tu réfutes depuis des années: le prix du kWh.

Je dois rigoler lorsque je lis des commentaires sur le prix du kWh, je paie moins de 30% de ma facture d’électricité en consommation pure, et j’ai droit à un surcout en tant que petit consommateur, car alors que lorsque j’étais en entreprise, et que je connaissais les tarifs, c’est gros pollueur moins payeur, en tous cas avec le GE pour ne pas le nommer.

Mon installation photovoltaïque maison, qui fonctionne toute l’année et permet avec l’aide de bons gros accus pas chers provenant des “alimentations sans interruption” de faire fonctionner toute l’informatique entre autres, en devient un pur acte militant au vu de ces conditions de taxation, il n’y a AUCUNE incitation à diminuer la consommation d’électricité dans ma partie du canton pour le moins.

32)
zit
, le 21.01.2013 à 16:10
[modifier]

Et qu’en est-il de devoir payer l’élimination des déchets que l’on nous vend? La responsabilité de l’industrie et de la grande distribution est complètement mise de côté dans ce débat, on ne fait que pointer la responsabilité individuelle alors que notre autonomie est de plus en plus réduite. Je serais assez favorable à l’introduction d’une taxe pour la vente d’un produit emballé, assortie d’une interdiction de la répercuter dans le prix. On arrêterait ainsi de nous proposer des tube de dentifrice dans des boîtes en cartons, des choux-fleurs sous plastique ou encore des melons emballés avec un filet!

Alors je suis tenté de plussoyer tout en opinant du chef. Nonobstant, si l’on réfléchit bien, si tout le monde comme moi ne fréquentait que le plus rarement possible les temples de la surconsommation que sont les officines de la grande distribution (du superhypermegateramarquette à la petite supérette, de toute façon, ils s’approvisionnent tous bien aux mêmes sources), et si on obligeait, par des lois très contraignantes (des taxes quoi, quoi de plus efficace qu’une taxe ?) à réduire substantiellement les déchets d’emballage et de suremballage, on mettrait sur le carreau des générations de graphistes, qui ont déjà bien du mal à joindre les deux bouts créant ce joli pacquadgeïnegue, et sur la paille, les obligeant à mettre la clef sous la porte (drôle d’expression, non ?) tous ces rois du cartonnage et du plastique, créant par là même un vague de chômage n’ayant aucun précédent depuis 1929, lequel chômage massif entrainant de fait une faillite totale du système de distribution sus–mentionné par manque absolu de chalands, et quelques émeutes et pillages de nécessité renforceront bien sûr les effectifs des officines de gardiennage de l’Ordre (privées comme publiques), mais cela ne suffisant pas à résorber le non–emploi, et le pouvoir d’achat baissant à ce point que banques et assurances suivent gaiement l’effondrement total (après avoir cru faire une bonne affaire en achetant en sous–main les sus–mentionnés distributeurs de biens de consommation), alors finalement, les usines tournant à vide, l’économie planétaire sera paralysée, n’ayant plus personne à qui vendre quoi que ce soit, puisque plus personne n’aura plus de quoi acheter ne serais–ce qu’un quignon de pain, c’est à ce moment que le seul moyen de revenir à une situation normale sera de lancer, le plus vite possible, une bonne guerre, qui relancera l’industrie lourde, permettra d’embaucher tout le monde dans l’armée, qu’il faudra nourrir, habiller, loger, cela permettra non seulement de relancer (étonnant comme les synonymes de ce mot à caractère « positif » sont rares !) l’économie, et si l’on s’arrange pour faire une guerre à l’ancienne, servira à diminuer drastiquement et définitivement le nombre des bouches inutiles…

Comme quoi, il faut bien réfléchir à toutes les conséquences de ses actes, sinon, c’est le ch(∀)os, la fin du monde civilisé, la fin du monde tout cours !

Étonnant, non ?

Pour rebondir sur les boîtes de conserves vides, on peut aussi les stocker en attendant d’en faire quelque chose, parce que ça fait de la peine de jeter un si beau cylindre d’un matériau noble issu des entrailles de notre mère la terre…

La commune où j’habite va mettre en place un système de collecte des déchets par aspiration pneumatique, mais rien n’est malheureusement prévu pour le compost, pourtant, c’est important, de fabriquer de la terre, à la vitesse à laquelle on l’use

z (la fin de ce monde là, bien que je fasse, indirectement et à mon corps défendant, partie des moins à plaindre, ne serait pas pour me déplaire, idéologiquement parlant, je répêêêêêêêêêête : vive le ch(∀)os !)

34)
plussoie
, le 21.01.2013 à 16:45
[modifier]

@mirou

Dans le cadre d’une taxe causale je ne suis pas sur de la légalité d’un subventionnement de taxe. Il y aura probablement une intervention des services bernois pour vous expliquer le comment faire, si l’administration cantonale ne veut pas si résoudre.

L’”aide” aux familles pour les couches-culottes mais aussi pour les effets d’EMS n’a pu se réaliser, dans certaines communes NE ou FR, que par un ramassage différencié dans des sacs transparents, mais celui-ci émarge comme frais de transports des déchets sur l’impôt communal.

35)
Le Corbeau
, le 21.01.2013 à 16:52
[modifier]

Par contre ce qui m’embête vraiment c’est de ne pas pouvoir mettre les déchets de nourriture cuite dans les déchets végétaux, pourquoi ce qui est possible dans les communes voisines ne l’est pas à Lausanne ?

peut être parce qu’il n’ont pas été lavés avant? cf Mirou :-))

C’est le problème que je soulève dans un de mes précédents commentaires : des consignes disparates qui démontrent un manque de coordination et des responsables pas toujours au fait des réalités.

@ plussoie : par hasard au lavoir? ;-)

36)
Tristan Boy de la Tour
, le 21.01.2013 à 17:39
[modifier]

La taxe au sac, c’est très beau en théorie, le pollueur payeur etc… Mais moi qui suis en plein déménagement, je peux vous dire que ça ne facilite pas la vie! Il faudrait que tous les acteurs du «concept régional de la gestion des déchets» jouent le jeu, ce qui est loin d’être le cas en ville. Pas assez d’espace disponible pour les nouveaux containers, distribution des nouveaux containers complètement bureaucratique et arbitraire, disparition du ramassage public des déchets encombrants (meubles, électroménager), la Migros et les grands magasins censés installer des places pour le tri des emballages: on attend toujours, explications incompréhensibles des employés des déchetteries mobiles, on a parfois l’impression d’être pris pour un idiot, éloignement des déchetteries fixes, si on a pas de voiture rien n’est prévu! Bref jamais vu autant de cochonneries traîner dans les rues de notre bonne ville de Lausanne… Ce genre de truc, ça repose sur la notion bien suisse de citoyen-soldat, dévoué à l’ordre et la propreté, ça ne marche plus depuis les années 70, en tous cas dans les villes romandes… Ou alors il faut lever des armées de bureaucrates pour surveiller tout le monde, caméras vidéo et que sais-je encore. Et au final ça va coûter très cher.

37)
Tom25
, le 21.01.2013 à 18:21
[modifier]

En France, les poubelles jaunes sont re-triées non ?

Concernant mon compost, ben … ça n’en est pas un. J’ai un tas de merdier avec des branches coupées, du marc de café, des cendres, des ronces, mais pas épluchures car je les donne aux chèvres du voisin.
Et de temps à autre, tous les 3 à 5 ans, je fous le feux à ce tas, mais en le démarrant avec du papier journal hein ! Pas avec de l’huile vidange comme le faisait nos aïeux.

38)
leronel
, le 21.01.2013 à 19:06
[modifier]

Par contre ce qui m’embête vraiment c’est de ne pas pouvoir mettre les déchets de nourriture cuite dans les déchets végétaux, pourquoi ce qui est possible dans les communes voisines ne l’est pas à Lausanne ?

En fait ça dépend de la solution choisie par ta commune, si les déchets sont méthaniser il n’y a pas de problème, si ils sont compostés normalement, les déchets alimentaires, viandes, nourriture cuisinés sauces à salade etc provoquent de la fermentations et des mauvaises odeurs. Et comme ça se fait à l’air libre ça pue aux alentours. C’est souvent la raison pour laquelle les gens ont peur de faire un composte dans leur jardin, par peur des odeurs, mais un composte bien trié ne pose aucun problème, je parle par expérience personnel.

39)
Genosse
, le 21.01.2013 à 19:37
[modifier]

Bonjour à tous. J’ai lu l’article de François, et je dois dire que je reste un opposant déterminé à la taxe au sac. Ici, dans ma ville de Vevey, nous avons trié depuis de nombreuses années… et je pense que la majorité des gens ont joué le jeu: verre, piles, alu, PET, papier, compost… Bientôt, il y aura la taxe au sac. C’est le principe du pollueur payeur, une hypocrisie de notre société. Comment réagir?

– Vous avez tous reçu des petites merdes de l’UDC… Elles sont distribuées par la poste. Donc: retour dans la boîte jaune qui est au coin de votre rue. Vous n’allez quand même pas trier cela.

– Vous achetez un objet par exemple, une radio, eh bien, il y a du sagex partout. La garantie précise toujours qu’il faut l’emballage d’origine pour renvoyer l’objet s’il y a un problème. Votre sagex finira dans un sac payant… Il faut donc changer cela … et profiter pour demander des garanties sur cinq ans, comme c’est le cas en Angleterre et en Irlande, à ce qu’on m’a dit. – Préparez-vous à la disposition des poubelles en ville, pour jeter un vieux mouchoir, un trognon de pomme ou un paquet de cigarettes vide. A Berne, il n’y en a plus ou très peu. – François parle du tri des piles. Pourquoi se fatiguer: une pile, ça ne prend pas de place dans un sac payant. Vous aviez sagement trié jusqu’à présent… on veut vous faire payer: punissez! – Les bouteilles: c’est embêtant et lourd. En attendant l’arrivée d’une petite machine réduisant le verre en poudre, mettez la bouteille dans un sac en tissu, frappez-la sur le carrelage de la cuisine… et départ dans le sac payant! -Vous avez des ennemis: guettez leurs sacs de papier à recycler, chipez quelques enveloppes à leur adresse et mettez-les dans les sacs noirs que vous poserez devant leur porte… ou n’importe où. Vous verrez, ça va être super! – Bien entendu, lorsque vous allez faire vos achats, ne ramenez aucun emballage à la maison. Laissez tout traîner par terre… pourquoi perdre du temps à trier? – Ne vous attendez à aucune baisse d’impôts due à l’introduction du sac poubelle, ni à aucune autre prestation nouvelle. On devrait alors vous composter et ça serait bien mérité. Bref, même si je fus à l’époque un bon citoyen-soldat, comme dit Tristan, je reste un opposant déterminé au sac poubelle payant. Par principe. Nicolas

40)
Gilles Tschopp
, le 21.01.2013 à 19:38
[modifier]

Dans le Seeland bernois, le rouleau de 10 sac-poubelle coûtait 21 francs il y a 10 ans. Au fil des années avec les baisses successives de prix par tranches de 2 francs, il en coûte maintenant seulement 13 francs. Peut-être que c’est avantageux, mais la commune nous rajoute dans la note d’électricité environ 48 francs trimestriels comme taxe fixe pour les déchets. Ceci dit pour un ménage de deux personnes adultes, nous nous tenons à un seul sac-poubelle par semaine. Souvent le sac n’est pas tout à fait plein mais doit être évacué à cause des mauvaises odeurs qui peuvent s’en dégager…

A propos d’électricité, l’incinérateur de déchets en fournit environ 45% à mon village.

Pour les emballages, les supermarchés fournissent ici une poubelle pour en collecter. Et je m’en suis évidemment jamais gêné :)

41)
Renan Fuhrimann
, le 21.01.2013 à 19:47
[modifier]

Je suis tout à fait d’accord avec la majeur partie des choses qui sont dites ici, surtout concernant le fait que cette taxe va permettre d’augmenter encore un peu le tri dans nos contrées. Je trouve que le principe du Polueur-Payeur peut être bénéfique s’il est appliqué avec un brin d’intelligence. Après, la question de savoir si cette taxe au sac a vraiment un impact, eu égards à ce que les autres pays ont comme émissions, est malheureusement totalement ignoré ! Car au final, nous partageons tous le même monde et la pollution, ce n’est pas comme le nuage de Tchernobyl, elle n’a pas la délicatesse de s’arrêter aux frontières !

Par contre, cette taxe a un côté pervers que nous illustre très bien François… Selon le bulletin d’information de TRIDEL et de ma commune, certains objets que les gens recyclent ne devraient pas l’être. L’exemple le plus frappant est celui du papier : alors que les gens y mettent tout ce qu’ils ont en papier, ne devraient être recyclé que les papiers non souillés. Soit, les déchets du McDo, les papiers ménages et autres ne peuvent pas être recyclés mais doivent être incinérés; et tout le problème est là !

En agissant de la sorte, un transfert de charge s’opère. Les gens voulant payer un minimum vont mettre ce genre de papier au tri et il faudra ensuite, comme c’est déjà le cas dans certaines communes dont la mienne, engager des gens pour trier les “cochonneries” qui sont mises à recycler alors qu’elles n’auraient pas dû l’être. Résultat : une quantité non négligeable de papier est incinérée vu qu’il est impossible de trier complètement une telle masse de papier. Sans compter les coûts des employés communaux…

Mais c’est une avancée écologique !

42)
Inconnu
, le 21.01.2013 à 20:14
[modifier]

– Vous avez tous reçu des petites merdes de l’UDC… Elles sont distribuées par la poste. Donc: retour dans la boîte jaune qui est au coin de votre rue. Vous n’allez quand même pas trier cela.

Cette remarque est stupide. Tu n’as pas à te faire justice toi-même, d’autant plus que La Poste n’y est pour rien.

43)
Genosse
, le 21.01.2013 à 21:15
[modifier]

Réaction au message de Korbo

Il ne s’agit pas de faire «justice«. Mais puisque tout le monde parle de «pollueur-payeur», la moindre des choses serait que les gens ne soient plus envahis de paperasses inutiles (en dépit de tous les autocollants que l’on peut mettre sur sa boîte à lettres.

Mon propos est de dire que le «pollueur-payeur» n’est que le citoyen de base… à qui on peut envoyer n’importe quoi, puisqu’il va le trier pour éviter de payer trop cher pour l’évacuation de ses poubelles.

Les gens ne sont pas toujours des «pollueurs», mais simplement des victimes de la pollution qu’on leur impose… Si tout le monde applique ma proposition ce que j’ai déjà fait parfois nous serons moins envahis de papiers indésirables.

Es-tu (puisque tu me tutoies, je le fais aussi…) vraiment sûr que la «Poste n’y est pour rien» ?

J’ai déjà «surpris» des facteurs en train de distribuer des «tous-ménages»… et je pense (mais j’avoue que je n’en suis pas sûr) que ceux de l’UDC en font partie. C’est d’ailleurs, à mon avis, le motif pour lequel les autocollants («pas de pub, merci») ne sont pas respectés.

45)
leronel
, le 21.01.2013 à 22:49
[modifier]

J’ai déjà «surpris» des facteurs en train de distribuer des «tous-ménages»… et je pense (mais j’avoue que je n’en suis pas sûr) que ceux de l’UDC en font partie. C’est d’ailleurs, à mon avis, le motif pour lequel les autocollants («pas de pub, merci») ne sont pas respectés.

Certes je n’apprécie pas non plus l’Udc, mais votre virulence est un peu inutile ici.

Sachez aussi que pour la poste, la propagande des partis politique n’est pas de la publicité à caractère commercial et est donc distribués malgré les autocollants “pas de pub s.v.p” etc.

46)
François Cuneo
, le 22.01.2013 à 05:57
[modifier]

Certes je n’apprécie pas non plus l’Udc, mais votre virulence est un peu inutile ici.

Sachez aussi que pour la poste, la propagande des partis politique n’est pas de la publicité à caractère commercial et est donc distribués malgré les autocollants “pas de pub s.v.p” etc.

Ouaf… de temps en temps, ça fait du bien!, et c’est, je crois, le seul passage de Genosse avec lequel je sois d’accord!:-)

48)
Crunch Crunch
, le 22.01.2013 à 11:30
[modifier]

Pour compléter ma remarque d’hier soir: – Dans ma commune (Orbe), cela fait bien 10-12ans, que la taxe au sac existe ! – Ma réaction a été la même que celle de François. Effectivement, je me suis mis à traquer le moindre truc “Triable”, pour éviter que ma poubelle gonfle trop. Par exemple, François, as-tu remarqué que l’armature des yogourts Migros est en carton, que l’on peut séparer facilement pour le tri ? Dingue :-)

– Pour en revenir à ma commune. Mon seul gros problème pour le tri, et justement les déchets compostable ! PAS UN container dans la ville, pour aller déposer ces ordures (celles qui pue…). Le seul moyen pour se débarrasser de ces ordures, et le camion qui passe une fois par semaine. Oui, vous avez bien lu, une fois par semaine !!!

Non mais sérieusement, vous avez déjà vu la gueule d’un melon, ou du “bac vert” complet, après une semaine ? C’est immonde: Puanteur indescriptible, et même parfois des vers qui sortent… Enfin, je vous épargne les détails. Mais le concept de “Camion” 1x par semaine n’est pas viable…

A mon avis, celui qui a défini ce système, ne s’occupe pas de ces déchets compostable ;-)

Perso, je trie TOUT TOUT TOUT, jusqu’au papier du sachet de thé, également. Mais le compostable, j’ai abandonné. Trop immonde…

Il y a-il des gens de Orbe par ici ? Comment faites-vous ? Cordialement.

49)
leronel
, le 22.01.2013 à 20:10
[modifier]

@Crunch Crunch

Je te comprend sincèrement, surtout en été il faut le vider au moins 2-3 fois par semaine. J’ignore si tu vis en immeuble ou dans une maison. Pour l’immeuble voir si la gérance le proprio veut bien installer un container à cet effet. Sinon faire un compost maison si y’a un jardin, ça fait du très bon terreau, si c’est bine fait ça sent rien, moins dans le mien la seul vie qu’on y trouve c’est des crapauds, tant mieux ça mange la vermine. A Montreux la commune installe des container dans certains quartier, je comprend pas pourquoi à Orbe ce serai pas possible ^^‘

Y’a aussi des compost pour balcon qui peuvent s’acheter mais je connais pas du tout.

51)
Blues
, le 23.01.2013 à 14:19
[modifier]

e seul moyen pour se débarrasser de ces ordures, et le camion qui passe une fois par semaine. Oui, vous avez bien lu, une fois par semaine !!!

mon collègue vient d’Orbe = à propos de déchets “compostables” : il vient de m’informer que tu as la possibilité d’aller à la déchetterie qui est ouverte tous les jours (de 15.00 à 18.00) ou le samedi matin.

Vous avez de la chance, en plus vous avez 5 sites de collectes ouverts en ville . Par exemple notre petit village est nettement moins bien desservi, il n’ouvre (pour tout /sauf le carton-papier) que 30 mn 2 soirs par semaine (19 – 19.30 et jamais le samedi) on doit donc “faire patienter” notre chenit en attendant. Je trouve qu’Orbe est plutôt bien organisée (mon collègue qui y habite, aussi).

52)
Inconnu
, le 23.01.2013 à 14:40
[modifier]

Part chez moué il se fait cela, pour ceux que cela intéresse : http://lombriplanete.free.fr/

Dans mon quartier, c’est très “in”. Mais, il suffit de voir les poubelles le matin et leur contenu en grande partie du à la la E_colo_Economie… pour nourrir quelques doutes. je vois mal; sans vouloir être mauvaise langue, les “infoutus” de découper leur carton Amazon, BioecoEboutique pour les jeter, faire dans le lombricompostage.

Et puis, la “conscience écologique” quand d’un coups de Iphone on se fait livrer 300 grammes de Sushis pour 1 kilos de carton… on peut en “rire”… sur que les Lombrics vont avoir du boulot!

Lubie ?

les holoturies aiment les lombrics ;o)

53)
robinson
, le 23.01.2013 à 18:49
[modifier]

Bonjour, Je lis depuis longtemps cuk, mais je n’interviens jamais. Mais sur les déchets je me sens interpellé.

Je vis en France, dans la Métropole Lilloise, avec deux enfants jeunes (5 et 8 ans), à 4 nous générons, environ, 2 sacs de 30 L de déchets non recyclables par semaine.

Nous trions le verre, le métal, le papier … pour être recyclés (pratiquement une poubelle de 100L par semaine), tous les déchets de cuisine et du jardin sont compostés.

J’ai 46 ans, et je trie mes déchets depuis toujours. En effet, enfant j’ai habité en HLM où des associations locales récupéraient les déchets papier, verre, métal et plastique pour les revendre. Les végétaux et déchets de cuisines étaient compostés dans les jardins ouvriers voisins.

J’ai été très surpris de découvrir plus tard que cette situation était exceptionnelle et absolument pas le cas général.

Ici, au sein de la communauté urbaine, la méthode de tri, et la couleur des poubelles dépend du choix de la mairie, à quelques centaines de m, vous pouvez donc avoir 2, ou 3 ou 4 poubelles, avec des couvercles gris, verts, jaune, rouge … les déchets ménagers peuvent être considérés comme recyclables ou non.

Et pourtant, il existe un centre communautaire de méthanisation des déchets qui produit du “gaz naturel” revendu à GDF ; en principe il devait servir à alimenter des bus, mais le centre n’a jamais eu l’autorisation de faire ce pour quoi il a été construit parce que le tuyau d’alimentation en gaz passait sous une route départementale :) En principe, sur la Métropole, il n’y a plus que deux ramassages par semaine : un pour le non recyclable, un pour le reste.

De toute façon les déchets sont un sacré casse tête, il suffit d’avoir eu l’occasion d’aider ses enfants à ouvrir les cadeaux de Noel pour comprendre que tant qu’il y aura des packaging produisant autant de déchets par rapport à la taille du produit emballé il reste du travail à faire. Peut être une taxe pollueur (fabricant/importateur) / payeur pourrait aider :)

54)
Crunch Crunch
, le 25.01.2013 à 21:45
[modifier]

tu as la possibilité d’aller à la déchetterie qui est ouverte tous les jours (de 15.00 à 18.00) ou le samedi matin.

Merci pour tes recherches :-)

Tu as raison et je connais ces horaires d’ouvertures. La ville nous envoie, en début d’année, les horaires et explications pour la gestion des déchets.

MON PROBLEME: La déchetterie est à 3km de chez moi (y aller en voiture ? 3x par semaines ? A pieds ?) Pourquoi pas. Mais mon problème majeur, est que simplement, avec mon travail, je n’arrive JAMAIS chez moi, avant 18H… voir plus tard ! La seule solution, est que j’y aies le samedi matin. Et là, c’est à nouveau 1x par semaine !!!

Vous avez de la chance, en plus vous avez 5 sites de collectes ouverts en ville

Attention de ne pas tomber dans le syndrome de “L’herbe est plus verte chez le voisin” Effectivement, il y a biens 5 sites de collettes, mais AUCUN DE CES SITES N’ACCEPTE LES DECHETS COMPOSTABLES !!! Tu peux lire en détails l’équipement de ces sites (les 5 ET la déchetterie) tu verras que seul la déchetterie est à notre disposition pour le compost…

Je te promet que j’ai vraiment étudié le problème et souhaiterais mettre ces déchets compost au bon endroit. Mais… il n’y a pas de solution (pour moi).

La solution serais effectivement d’équiper les 5 sites d’un benne composte ! Ou alors, au moins 2-3… Mais là, c’est RIEN, hors camion (le lundi) ou le site principal à 3km, qui ferme à 18h…

55)
Blues
, le 29.01.2013 à 12:01
[modifier]

Mon collègue d’Orbe me dit qu’il s’en satisfait très bien ainsi, mais je peux te comprendre. Alors comme j’ai fait de la politique, je ne peux que te pousser à récolter des avis d’autres personnes mécontentes (comme toi) et d’envoyer à la municipalité un texte avec les signatures demandant d’améliorer la solution du compostable (qui je pense devrait AUSSI être présente sur les 5 sites de collecte), ça prends du temps, mais c’est cela aussi la démocratie !

“L’herbe est plus verte chez le voisin” dans ce cas c’est oui, car dans notre village (300 habitants) nous n’offrons AUCUNE solution de récolte de compostage. Beaucoup de propriétés (et “taire”) se débrouillent, le reste des gens (locataires d’appart) doivent s’organiser avec les paysans pour les mettre sur leur fumier! Perso j’ai la place pour (donc no probl)

Petit pays, petits soucis :P

56)
123_Soleil
, le 12.02.2013 à 13:57
[modifier]

J’habite également à Orbe depuis plus 40 ans. Lors de la mise en place de la taxe au sac il a 15 ans, la Municipilaté avait fait le choix d’équipé les 5 sites mini-déchetterie en ville de conteneurs à compost en plus de la collecte hebdomadaire porte à porte.

Malheureusement,face aux incivilités de plus en plus importantes, ils ont été supprimés des mini-déchetteries. Il faut savoir que le compost est traité par la compostiaire de la Plaine de l’Orbe à Chavornay, qui depuis peu méthanise la biomasse. Cette dernière refuse les apports en déchets verts si ils sont souillés par des matières plastiques.

Les conteneurs pour les couches-culottes sur les mini-déchetteries ont subi le même sort car victimes aussi du tout et n’importe quoi. Ou plutôt “comment éviter de payer la taxe aux sacs”.

Moralité, les incivilités de certains pénalisent l’ensemble des habitants.