Profitez des offres Memoirevive.ch!
C’est bientôt Noël, et des livres comme cadeaux?

Commençons par un livre qui n’a rien à voir avec la photo ou le Mac: l’affaire Harry Quebert, du Suisse Joël Dicker.

image

Je précise pour ceux qui ne le sauraient pas que ce livre a reçu le GRAND PRIX DU ROMAN DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE 2012, le GONCOURT DES LYCÉENS 2012, le PRIX DE LA VOCATION DE LA FONDATION BLEUSTEIN-BLANCHET 2012 et qu’il a juste été deuxième au Goncourt 2012.

Oh, je ne vais rien dire sur cet ouvrage qui pourrait vous fiche en l’air sa lecture. Rien de pire que de tout savoir sur un roman policier alors qu’on sait qu’on va le lire; d’ailleurs, l’affaire Harry Quebert est bien plus qu’un roman policier.

Simplement pour vous dire que je suis en plein dans la lecture de ce roman de 670 pages, qui décrit si bien l’Amérique de 1975 à nos jours (2008).

Un roman tout simplement passionnant, que j’ai bien de la peine à quitter lorsque je dois partir au travail, ou le soir, lorsqu’il faut absolument que je dorme un peu.

Jamais je n’ai lu un roman à ce point captivant à autant de niveaux de lecture.

La construction de ce livre est un petit miracle, il est juste génial.

Et ne croyez pas que ces différents niveaux de lecture rendent la chose difficile à comprendre: l’écriture de Dicker coule comme de l’eau limpide dans un ruisseau. C’est beau, c’est un vrai bonheur de lecture.

Jamais je n’ai lu un roman qui soit à ce point haletant tant au niveau de la recherche de la vérité, de l’amour, de l’enquêteur-écrivain.

C’est un délice et je ne peux qu’être admiratif face à ce condensé de suspens, face à cette analyse subtile de la société américaine, face à la qualité de la narration.

Une vraie merveille, et qui plus est (cela dit, je m’en fous, j’aurais facilement payé le double pour ce livre) incroyablement bon marché puisque l’affaire Harry Quebert ne coûte que 22 € ou 25 francs suisses. Pour un Français, c’est peut-être normal, mais pour un lecteur suisse, avoir ce rapport € / CHF, c’est assez étonnant.

 

Passons maintenant à quelques livres sur la photo

Et commençons par le pire du pire...

Obtenez le maximum du Nikon D800, de Bernard Rome, chez Dunod

image

Je précise que j’ai acheté ce livre au format électronique.

Et que déjà, les choses se gâtent, parce qu’il impose Adobe Digital Editions pour une lecture sur le Mac (DRM oblige), mais bien pire, sur iPad puisqu’il faut utiliser une catastrophe de lecteur, j’ai nommé NumilogReader  Et là, la chose est juste lamentable! Nous verrons plus bas qu’il est tout de même possible de faire autrement, qu’on le dise à l’éditeur Dunod!

Bref, le livre maintenant.

Eh bien ce n’est pas brillant.

J’ai déjà écrit, je crois, sur Cuk.ch tout le mal que je pensais de certains ouvrages qui, sous prétexte de nous donner plus que le mode d’emploi sur un appareil, passent leur vie à raconter la photographie en général. C’est quoi un diaphragme, c’est quoi la lumière, c’est quoi la balance des blancs?

Mais bon sang, on se fout de nous ou quoi?

Si nous avons un D800, c’est bien parce que nous ne sommes pas de vrais débutants ou bien?

Certes, tout au long des 270 pages du livre, il y en a bien, allez, soyons fous, une trentaine qui parlent du D800 en tant que tel, mais aucune ne m’a apporté la moindre information complémentaire par rapport à ce que peut vous donner le mode d’emploi.

Pour le reste, mais alors vraiment, un livre à oublier ou alors à donner à un débutant dans le domaine de la photographie, même s’il n’a pas de Nikon D800. On parle si peu de lui que ce ne sera vraiment pas grave!

Vous allez dire que je suis de mauvaise aujourd’hui?

Mais pas du tout, la preuve, j’ai commenté le premier livre juste avant celui-là, et j’étais très content.

Simplement, je n’aime pas quand j’ai l’impression de m’être fait avoir, et là, si vous voulez mon avis, c’est vraiment le cas.

Allez, 27 € fichus à la poubelle, un peu moins puisque j’ai acheté la version électronique, facturée 23 € si je me rappelle bien.

Bon tant pis, passons à la suite, où nous allons voir qu’après le pire, le meilleur est possible, c’est

Zoom sur le Nikon D800, aux éditions Pearson, signé Vincent Lambert

image


J’ai également téléchargé cet excellent bouquin, mais cette fois chez immatériel.fr.

Pas de DRM, mais un simple tatouage qui fait que le livre est marqué de votre nom sur toutes les pages (ce qui ne se voit pas à la lecture). Cela permet de le lire sur n’importe quel lecteur PDF, donc par exemple sur GoodReader sur iPad.

Alors je vais vous dire une chose: quand on lit ce livre, on se rend compte encore plus à quel point celui que j’ai testé précédemment est mauvais.

Parce que ce Zoom sur le Nikon D800 est exactement ce qu’il faut faire pour un bouquin destiné aux possesseurs d’un D800 ou d’un D800E.

C’est tout simplement une petite merveille de précision, une mine de renseignements dépassant largement le contenu du mode d’emploi.

Tout y est détaillé, illustré, témoigné (je veux dire par là que l’auteur fait souvent appel à des intervenants externes, spécialistes dans leur domaine, comme Jean-François Vibert, du bien connu Macandphoto.com que je consulte quotidiennement).

Tout juste je vous dis, et ça fait du bien de voir qu’il est encore possible d’écrire des bons livres sur des boîtiers haut de gamme.

Le seul chapitre où l’auteur revient sur quelques bases (mais les dépasse également largement ensuite), c’est celui consacré à la vidéo, et Vincent Lambert nous explique bien pourquoi: nombreux sont en effet les photographes qui vont se mettre avec le D800, mais aussi avec une certaine crainte, à la vidéo.

Il faut les rassurer.

N’empêche que j’ai trouvé toutes les réponses à des tonnes de questions que je me posais depuis longtemps.

Ouiiii! J’ai trouvé enfin LE livre pour le D800, en plus magnifiquement illustré (tant au niveau des photos que des captures d’écran de réglages de l’appareil).

Tout cela pour moins de 20 €, si vous avez un Nikon D800, n’hésitez pas à faire la dépense!

 


Revenons ensuite à la collection "Obtenez le meilleur", la même que celle consacrée au D800. Ouuuh, je tremble...

En fait j’ai un peu tort.

Obtenez le meilleur du Nikon D3200, de Jérôme Geoffroy, aux éditions Dunod 

 image

Ce livre est conçu à base de fiches.

Il se trouve que, de 1, il est plus adapté aux possesseurs d’un D3200 que le "Obtenez le meilleur du D800", traité deux livres au-dessus, ne l’est pour les possesseurs d’un D800, et de 2, les fiches sont bien faites, et chaque fois en rapport avec l’appareil en titre.

Vous travaillez sur des cas pratiques, et l’on vous montre comment configurer ou régler l’appareil, avec des captures d’écran du 3200.

Certes, certaines fiches "La Macro", ou "Comment photographier des animaux" sont aussi hors sujet du livre.

Mais encore une fois, je comprends mieux ces diversions sur un livre pour un appareil d’entrée de gamme, donc touchant principalement les débutants, que sur un livre sur un appareil d’amateurs passionnés, éclairés, ou même pour les professionnels.

Quand donc certains rédacteurs de livres sur les appareils de photo se rendront-ils compte que celui qui veut tout savoir sur son appareil veut... tout savoir sur son appareil, donc plus encore que ce que dit le manuel de ce dernier, et qu’il ne veut pas tout savoir sur les bases de la photographie, renseignement qu’il a déjà lu 27 fois dans d’autres bouquins qui ont eu l’excellente idée de tout reprendre à chaque fois à zéro.

Car voyez-vous, pour ceux qui veulent apprendre les bases de la photographie, je crois savoir comme ça qu’il y a plusieurs livres qui existent pour justement nous apprendre les bases de la photographie, et qui sont très bien faits.

Inutile de copier-coller leur contenu d’un livre à l’autre pour donner de l’épaisseur.

Bon.

Mais là encore une fois, je peux recommander ce livre sur le 3200 à tous ceux qui, petit 1, veulent apprendre les bases de la photo et, petit 2, veulent le faire sur leur boîtier qui est un 3200.

Là, ça tient la route.

En ce cas, les 20,42 € que coûte ce livre seront bien investis.

Restons maintenant, si vous le voulez bien, dans un livre dédié à un appareil photo, le dernier de cette revue de presse, après, je passe à autre chose.

Photographier avec son Nikon J1/V1 chez Eyrolles

image

J’ai consulté ce livre avec intérêt, même si je n’achèterai jamais, je crois, un Nikon J1 ou un V1. Faudra au moins attendre le 3, ce qui ne devrait pas trop tarder, le 2 étant annoncé (ou déjà?) sur le marché.

Un livre bien fait, clair, précis, de 222 pages bien rédigées, apportant certainement des plus aux possesseurs de Nikon 1. Je dois préciser que je ne connais pas les modes d’emploi de ces derniers donc il m’est difficile d’en dire beaucoup plus.

Certes, un certain nombre de données de base sont répétées, mais toujours en fonction de l’appareil et richement illustrées avec des captures d’écran de l’appareil lui-même.

Aux éditions Eyrolles, pour 18.91 €.

Les trois livres qui suivent sont des bibles déjà "testées" sur Cuk dans leurs versions précédentes.

Les deux premiers sont signés Martin Evening.

Il est fou Martin Evening! Comment fait-il pour nous pondre en si peu de temps deux bouquins aussi denses et bien fichus que sont Lightroom 4 pour les photographes et Photoshop CS6 pour les photographes?

Ce n’est pas vraiment compliqué de les décrire, ces deux livres: je l’ai dit, ce sont des bibles.

Ce sont surtout des ouvrages de référence qui vous permettront de tout savoir sur ces logiciels que vous utilisez peut-être quotidiennement, mais qui gardent certainement quelques secrets pour vous.

Prenons le premier donc, Lightroom 4 pour les photographes pour les photographes, aux éditions Eyrolles, traduit en français par Volker Gilbert.

image

J’ai déjà dit ce que je pensais du Lightroom 4 par la pratique de Gilles Theophile.

Le livre d’Evening est totalement complémentaire à ce dernier.

Je dirais que pour maîtriser Lightroom 4, j’utiliserais en priorité le livre de Gilles.

Ensuite, pour aller dans certains détails, j’achèterais le livre d’Evening, mais pour avoir l’ouvrage comme on a un dictionnaire chez soi, pour pouvoir s’y référer.

J’aimerais noter que Volker Gilbert a effectué un magnifique travail de traduction, en n’oubliant pas que lorsqu’on traduit un tel ouvrage de 611 pages (37.91 €), il faut reprendre les centaines de captures d’écran.

Et là voyez-vous, je dois dire que les captures sont très lisibles, ce qui est difficile avec Lightroom et qui n’a pas toujours été réussi par le passé.

Bravo donc à Volker, et bravo évidemment à Martin: les deux ont fait du bon travail, c’est clair.

Passons maintenant à Photoshop CS6 pour les photographes, signé Martin Evening aux éditions Eyrolles, traduit en français par Danielle Lafarge et Éthienne Laurant (collaboration technique).

image

Je peux simplement vous dire la même chose que j’ai racontée pour décrire le livre précédent: vous saurez tout sur Photoshop, sur ses rapports avec Bridge et Lightroom, puisqu’il s’agit là d’un livre exhaustif.

Là aussi, nous avons à faire à un travail de titan, qui visiblement plaît aux utilisateurs puisque ce pavé de 670 pages (37.91 €) est déjà vendu à 100’000 exemplaires (en version anglaise, j’imagine)!

Cela montre bien les attentes des utilisateurs de Photoshop à chacune de ses nouvelles sorties.

Ici également, la mise en page est exemplaire, le livre est tout simplement beau.

Bien traduit, incroyablement illustré, il fait honneur tant à l’éditeur qu’à l’auteur et ses traducteurs.

Beau travail Madame et Messieurs!

 

Et puisque nous parlons Photoshop CS6, je m’en voudrais de laisser de côté le magnifique 

Photoshop CS6 pour PC et Mac aux éditions Eyrolles, signé par Pierre Labbe

 image

800 pages, 37.91 €, il s’agit ici du plus gros ouvrage testé dans cet article.

Que dire d’autre qu’"incroyable", ou "splendide"?

Pierre Labbe est un pédagogue. J’ai eu l’occasion de m’en rendre compte plusieurs fois en regardant ses formations vidéo. Ici, l’auteur parvient à joindre le côté pédagogique à celui de référence sur l’ouvrage.

Comme je l’écrivais en juillet 2009, il m’est quasiment impossible de dire quel est le meilleur livre sur Photoshop, le premier d’Evening, ou le second de Labbe.

Au niveau lisibilité, celui d’Evening est plus aéré, plus simple d’accès avec sa mise en page monocolonne, alors que celui de Labbe est plus dense, sur deux colonnes. En même temps, celui de Pierre Labbe est presque plus complet, plus exhaustif encore (est-il possible d’être plus exhaustif dans la vie?) que celui d’Evening.

Comme je l’écrivais il y a quelques années, les liens que je vous ai donnés en titre vous amènent vers d’autres liens qui vous permettent de voir des extraits des bouquins. Vous pourrez ainsi plus facilement vous faire une raison.

Oui, vous dire lequel choisir est pour moi une impossibilité absolue: je suis bien content d’avoir reçu les deux!

 

Pour terminer avec le monde de l’image, quelques mots sur la nouvelle édition d’un livre signé Jean Delmas, que l’on pourrait sur nome Monsieur Technique de la Couleur: 

La gestion des couleurs pour les photographes, les graphistes et le prépresse

image

J’ai déjà parlé de ce livre, mis à jour en octobre 2012.

Je vous dirige momentanément vers l’article qui lui est consacré, puisque je ne peux que répéter ce que j’y ai déjà dit.

Il se trouve que ce livre est magnifique, qu’il s’adresse, comme son titre le laisse supposer, à tous ceux qui travaillent dans le domaine de l’image numérique, et en particulier aux professionnels, ou aux amateurs qui veulent vraiment devenir des bêtes dans le domaine.

Personnellement, à mon petit niveau, je préfère consulter de temps en temps l’excellent livre du même auteur, Gestion des couleurs pas-à-pas, et dont j’ai parlé ici, qui est en quelque sorte une vulgarisation très bien faite de l’ouvrage dont je vous parle aujourd’hui. Vulgarisation qui me convient mieux que cet ouvrage.

Ce qui n’enlève rien aux immenses qualités de ce Gestion des couleurs pour les photographes, les graphistes et le prépresse, qui conviendra parfaitement à ceux qui veulent tout savoir dans le domaine (536 pages, 37.05 €).

Un dernier livre concernant la photographie pour cette fois: Le guide pratique Photo Reflex édition 2013, chez Eyrolles, de différents auteurs 

image

Ce livre est plus (quoiqu’en dise la couverture) dédié vers le débutant, voire l’amateur éclairé.

Il s’agit pour commencer d’une sorte d’état des lieux du marché actuel, un peu comme le ferait Réponses Photo dans un de ses hors série.

Suivent une série de conseils pour vous permettre de faire le bon choix, puis une présentation des objectifs et accessoires, avec là encore des conseils qui vous permettent d’être mieux à même de définir vos besoins.

Les auteurs vous proposent tout une série de recettes, de conseils techniques, souvent sur deux pages, faciles d’accès, même pour quelqu’un qui n’a jamais touché un appareil.

Vous apprendrez encore à jouer avec la lumière, les filtres, bref, un condensé de tout ce qu’il faut savoir pour être prêt à mettre en valeur ses dons artistiques, sans que la technique ne soit un barrage à ces derniers.

Un très bon livre au format A4 cartonné qu’il fait bon recevoir sous le sapin.

Incroyablement bon marché en plus, au vu de la qualité de la chose: 14.909 €

 

Quittons maintenant le domaine de la photographie, et passons à un livre sur le son intitulé "Prise de son, Stéréophonie et son multicanal aux éditions Eyrolles", signé Christian Hugonnet et Pierre Walder

image

 

Comme le dit le quatrième de couverture, "Cet ouvrage est une édition révisée et très augmentée du manuel Théorie et pratique de la prise de son stéréophonique. Trois nouveaux chapitres sont en effet consacrés au son multicanal (surround) rendant l’ouvrage à même de répondre aux nouvelles pratiques des domaines sonores de ce XXIe siècle".

Un super bouquin écrit tant pour les débutants que pour les professionnels qui, par ses multiples graphiques, plans et illustrations, vous permettra de pénétrer dans le domaine magique (mais pas tant que ça, faut juste savoir comment faire et ce livre est fait pour ça) de la prise de son.

Au niveau esthétique (ça compte aussi), j’ai juste un petit regret: les photos (hors graphiques) font plus "photocopies" que pages de beau livre, ce qu'est pourtant cet ouvrage.

34.20 € pour 358 pages.

 

 

Passons ensuite à une collection souvent testée sur Cuk.ch: les cahiers Eyrolles.

Cette fois, c’est le magnifique logiciel d’Adobe qui en est le sujet.

Il s’agit de InDesign débutants et intitiés, mis à jour avec inDesign 6 aux éditions Eyrolles, signé Victor Audouin.

image

Comme il s’agit d’un cahier dédié à un logiciel qui n’est pas tout simple, les 47 ateliers proposés sont touffus et, comme d’habitude dans cette collection, illustrés chacun par de très nombreuses copies d’écran.

Des pas-à-pas comme on les aime, avec CD-Rom à la clé.

Tout juste puis-je regretter la petite taille de certaines captures d’écran, mais qui n’empêche jamais de voir où il faut cliquer.

Une jolie manière de prendre peu à peu conscience de la puissance de ce metteur en page hors pair.

 

Je ne peux pas vous laisser sans signaler la sortie de deux nouveaux livres sur le Mac dans la collection Mon Mac et Moi, aux éditions Agnosys.

Deux volumes complémentaires.

Si vous êtes nouveau sur Mac, n’hésitez pas, commencez par acheter le premier:

OSX Mountain Lion, Mes premiers pas

image

Il vous dira tout sur le comment appréhender votre Mac, toujours avec le système des couleurs, des innombrables captures d’écran, qui vous empêcheront de vous perdre, ce qui est si simple lorsqu’on débute sur un nouveau système.

Vous passerez ensuite, ou si vous avez déjà un Mac depuis longtemps, vous achèterez

9.90 €

OSX Mountain Lion, l’essentiel

image

Ce livre est l’une des manières de bien appréhender le nouveau système d’Apple (avec l’iBook de Macgénération dont j’ai parlé dans une ancienne humeur).

Là encore, du solide, de l’éprouvé dans la méthode, et surtout un bon moyen de profiter plus à fond des nouveautés d’Apple.

12.90 €

Comme vous le voyez, ces livres ne sont vraiment pas onéreux, leur petit prix étant inversement proportionnel à l’aide qu’ils vous apportent.

 

...

 

...

BON!

Ben je vais m’arrêter là, je craque un p’tit peu.

Vous aussi non?

 

Bon week-end à tout le monde!

Moi, ce sera en partie au lit avec le Dicker (le livre donc, pas l’écrivain!)

 

29 commentaires
1)
ysengrain
, le 30.11.2012 à 09:03
[modifier]

On peut ajouter à cette belle liste le manuel d’éclairage au flash magnifiquement bien fait, de Syl Arena et traduit par Volker.

Dans un genre assez consternant, du même ordre que le bouquin cité sur le Nikon D 800, je vous déconseille formellement le Canon EOS 5D Mk iii de Philippe Garcia qui se fout de notre gueule, littéralemnt: L’achat d’un tel boitier ne peut, dans la grande majorité des cas, n’être que le fait d’un photographe expérimenté. On pourrait s’attendre à autre chose que la “sublime description des événements” concourant à la prise d’un cliché. C’est puéril, inutile et “camelotin”

3)
Inconnu
, le 30.11.2012 à 13:20
[modifier]

Quelle injustice! Pas une ligne sur ” Cuisiner vos navets avec les raves ” de Léon Aphénne de Noël ;o)

5)
Guillôme
, le 30.11.2012 à 14:23
[modifier]

Merci François pour ces idées de livres photos!

Mais pourquoi diable (je sais je me répète à chaque news sur le sujet) les couvertures de ces livres sont-elles si moches???

Je sais bien que les cordonniers sont les plus mal chaussés mais quand même, parler photos avec des illustrations aussi nullissimes, faut le faire!

A part la couverture de Lightroom 4, que je trouve très esthétique, et qui laisse présager des moyens de gestion des couleurs/luminosité/ombres…

Ceci dit avec tout le respect que je vous dois, il faut vraiment n’avoir pas lu grand chose…

N’oublie pas que le chef d’ici est un passionné et un enthousiaste! Le nouvel appareil photo est le plus mieux du monde avant de devenir un infâme bout de plastique bon pour le rebut.

Traduction en langage normal de “Jamais je n’ai lu un roman à ce point captivant à autant de niveaux de lecture.” => “Je suis en train de lire un bon petit roman où j’arrête difficilement la lecture. Bref, très agréable!”.

6)
PhilSim
, le 30.11.2012 à 15:39
[modifier]

Sans vouloir commenter plus avant le bouquin de Dicker, si vous recherchez vraiment un livre à suspens, dans une ambiance américaine (d’un campus universitaire en l’occurrence), je vous conseille “les Revenants” de Laura Kasischke.

Là où Dicker nous mène dans un labyrinthe en trompe-l’oeil et plein de fausses pistes, Kasischke nous entraîne dans une histoire apparemment simple, mais pleine d’harmoniques et de résonances, subtiles et inquiétantes…

À ce bouquin-là, je réserverais les qualificatifs utilisés plus haut par le maître des lieux…

7)
François Cuneo
, le 30.11.2012 à 16:31
[modifier]

Une oeuvrette, mais bien évidemment! Bon sang, quel con je suis!

Excuse-moi scribe.

Excuse mon inculture face à ton immense connaissance. Ton savoir sans limites.

PhilSim, je lirai avec plaisir ce livre.

Cela n’enlève rien au livre de Dickers.

Maitenant, étonnant tout de même qu’à part un ou deux intellectuels qui se la pètent, je n’aie jamais lu et entendu que des commentaires… comment dire… hystériques, oui, c’est ça bon sang, et qui… comment dirais-je encore… Ah oui qui piquent les yeux (et les oreilles) à propos de ce livre.

Étrange qu’il ait reçu tous ces prix!

Étrange que j’aie entendu beaucoup d’écrivains parler de ce livre en le portant aux nues.

Ben oui, en Suisse, on a parlé beaucoup de ce livre, pas tous les jours qu’on risque de gagner le Gongcourt, à une voix près.

Sans doute des gens qui n’ont rien compris,et qui n’ont pas lu grand-chose…

8)
François Cuneo
, le 30.11.2012 à 16:37
[modifier]

N’oublie pas que le chef d’ici est un passionné et un enthousiaste! Le nouvel appareil photo est le plus mieux du monde avant de devenir un infâme bout de plastique bon pour le rebut.

Je m’excuse mais je ne peux pas laisser passer ça. Oui. c’est vrai, je manque peut-être d’humour, mais scribe m’a fait péter une durite (je précise que j’ai corrigé le gurite, pour que le commentaires ci-dessous soient compréhensibles) avec son jugement dernier.

Oui je suis enthousiaste, et purée, je le revendique.

Mais c’est totalement faux de dire qu’une fois l’enthousiasme passé, la chose devient un infâme bout de plastique.

A chaque fois, j’essaie de dire que le fait que je change de marque, ça n’enlève rien à celle que j’utilisais là avant.

Jamais je ne dénigre, sauf quand il y a un réel dysfonctionnement. Il m’est arrivé de tester un produit, de ne voir que le bon et ensuite d’y voir des défauts.

C’est pour ça qu’en gros, soit j’attends d’avoir un peu de recul, soit je dis que je fais une prise en mains.

Ce que tu dis Guillôme signifie en gros que ce que je ne suis pas fiable, comprends que ça m’énerve un peu.

10)
Madame Poppins
, le 30.11.2012 à 17:12
[modifier]

François, on ne peut jamais plaire à tout le monde ! Laisse courir : c’est finalement grâce à cet enthousiasme que Cuk existe ! Donc, ne change rien !

11)
Guillôme
, le 30.11.2012 à 17:25
[modifier]

Oui je suis enthousiaste, et purée, je le revendique.

Ah, oui, j’oubliai, susceptible aussi :p

12)
Amely
, le 30.11.2012 à 17:37
[modifier]

Ma maman le lit justement ces jours et elle me le passera après ce fameux livre de Dicker. Je me ferais mon opinion. Elle n’arrive pas à décrocher non plus. Ma belle-soeur lit < 50 nuances de Grey >,de E.L.James je suis plus septique sur ce livre, je vais aussi le lire pour voir dès qu’elle l’aura terminer. C’est plus hot visiblement.

13)
fxc
, le 30.11.2012 à 21:18
[modifier]

mais scribe m’a fait péter une gurite avec son jugement dernier.

C’est guru qui va être content…

15)
Saluki
, le 30.11.2012 à 22:48
[modifier]

« 50 nuances de Grey », nest-ce pas ce livre “qu’on ne lit que d’une main” ?

Une amie l’a acheté, suite à la déferlante de buzz et elle m’a dit en avoir lu quelques pages, de-ci, de-là, et l’avoir reposé elle ne sait où.

Bon, je vais rattraper mon retard de “Borgen” sur Arte sur iPad.

16)
mff
, le 30.11.2012 à 22:50
[modifier]

Prix Goncourt. . . Es-ce forcement un très bon livre ? ? ? pour ma part je ne pense pas

Il faut dire que j’ai peut-être une âme de parapluie puisque le côté fanfare célébrité etc… me laisse tout à fait indifférente !

Ceci dis je n’aie pas lu ce livre estampillé Goncourt .

C'est certainement très bien pour l'écrivain financièrement parlant .
17)
François Cuneo
, le 01.12.2012 à 01:03
[modifier]

Mais moi non plus, Goncourt ne veut pas dire forcément bon livre, mais un roman policier qui risque de le recevoir, ce n’est pas rien j’imagine!

Et Guillôme, c’est facile de venir dire des trucs limites, et ensuite de dire que le gars qui est visé est susceptible.

19)
fricotin
, le 01.12.2012 à 12:14
[modifier]

L’attaque contre un livre avec de la bonne ou de la mauvaise foi tout va bien. Une attaque contre l’homme qui le lit, quel intérêt ? Continue François de nous donner envie, continuez tous à nous faire découvrir des appareils, des logiciels, des créations, des livres, des jeux et autres. Merci.

21)
Jean Claude
, le 01.12.2012 à 14:41
[modifier]

Y aurait-il un peu d’électricité dans l’air ?

S’il vous plait calmez-vous, je vous aime bien tous et cela me ferait de la peine d’en voir un de vous faché qui boude.

Maintenant il est vrai qu’en relisant le texte de François Cuno je n’avais pas fait attention à la première phrase :

l’affaire Harry Quebert, du Suisse Joël Dicker.

Ne pouvant avoir des “versions de démonstration” des livres cités dans l’article, merci à François de nous aider dans nos choix. En additionnant des 15 ou des 20 euros par ci, par là cela fait une somme, sans compter le temps passé pour se dire en fin de compte “zut, c’est nul”.

22)
mff
, le 01.12.2012 à 17:15
[modifier]

Bonjour Mme Popins :) S’il ne l’a pas passé on le lui à forcement passé Oh !. . .oui… . je suis une grande « fauteuse » ;) Je sais parfaitement que ce n’es pas beau du tout mais. . . c’est comme cela un point c’est tout ;) évidement je pourrais avoir HHHHonte mais cela m’encombre trop et n’y changerais rien , chacun a ses handicaps, passez le correcteur ? je n’aie pas d’antidote et je n’aie pas envie de déranger mon Antidote personnel chaque fois que j’écris, d’ailleurs . . . . je n’écris pas…je parle ;) alors voilà:) qu’on se le dise une fois pour toute ou alors il faut v’lan m’expulser du bavardarium ;)

Avec toutes mes excusesssss si cela trouble les yeux ce que par ailleurs je comprends parfaitement.

23)
Kermorvan
, le 01.12.2012 à 21:53
[modifier]

C’est ‘Peste et Choléra’ qui a manqué le Goncourt, à 5 contre 4. Un fort mauvais livre d’ailleurs, plein d’erreurs, prétentieux, une mauvaise biographie de Yersin (un autre suisse), qui méritait mieux.

25)
Inconnu
, le 02.12.2012 à 17:49
[modifier]

Soyons rosses avec François (rire sadique) :

La Grève de Ayn Rand (Atlas Shrugged :- Les Belles Lettres, en 1 tome, 1170 p., 2011, (ISBN 978-2-251-44417-8)

Comme c’était une référence pour ” Saint Steeve ” dont ont nous a gavé juqu’au dents du fond avec la zoulie Icone baba …

Voilà un belle ” Vacherie de Noël”.

Mecçi qui ? (re-rire) .

26)
nowall
, le 02.12.2012 à 18:21
[modifier]

Et n’oublions pas la bande dessinée! Je vous propose la plus grande claque de ces dernières années: la série TENEBRES (3 tomes parus sur 5 jusqu’à présent) Avec côté scénario Christophe Bec (A qui l’on doit entre autres les mythiques SANCTUAIRE (série terminée) et CARTHAGO (série en cours)… et Iko côté dessin, un pur génie qui fait des planches que l’on peut admirer pendant plusieurs minutes tant c’est cinématographique et détaillé, avec une colorisation de dingue, des atmosphères variées très prenantes. Le scénario est un mélange de Heroic Fantasy et de science-fiction, classique mais bien fichu avec beaucoup de personnages centraux, des flashbacks et des histoires parallèles, mais c’est surtout la qualité graphique qui est époustouflante.

Je n’ai hélas pas trouvé les planches double-pages que je cherchais sur le net, comme l’attaque des dragons par exemple, mais voici ce que j’ai trouvé:

Nowall: je suis désolé mais j’ai retiré les planches que tu montrais: après renseignement auprès d’un éditeur, nous n’avons pas le droit de les publier. Ce d’autant plus qu’il semble que les éditeurs de BD soient très sensibles à ce propos.

François Cuneo

Très bon cadeau de Noël… et plus vite lu qu’un roman… mais moins vite qu’une BD normale!

27)
nowall
, le 02.12.2012 à 18:44
[modifier]

Egalement, dans un autre style, un autre classique, la série LE COMPLEXE DU CHIMPANZE (série terminée, intégrale en 1 volume dispo chez Dargaud).

Nowall: je suis désolé mais j’ai retiré les planches que tu montrais: après renseignement auprès d’un éditeur, nous n’avons pas le droit de les publier. Ce d’autant plus qu’il semble que les éditeurs de BD soient très sensibles à ce propos.

François Cuneo

Une sorte de 2001 l’Odyssée de l’espace, avec des astronautes qui se retrouvent dans une aventure mystico-temporelle (désolé, c’est impossible à résumer tant c’est une histoire métaphysique), avec un très beau dessin réaliste d’après photos:

Nowall: je suis désolé mais j’ai retiré les planches que tu montrais: après renseignement auprès d’un éditeur, nous n’avons pas le droit de les publier. Ce d’autant plus qu’il semble que les éditeurs de BD soient très sensibles à ce propos.

François Cuneo

Bonne lecture!

28)
François Cuneo
, le 02.12.2012 à 21:27
[modifier]

Je ne suis pas trop sûr qu’on a le droit de mettre toutes ces planches en commentaires.

Quelqu’un a une idée?

Cela dit merci, ça a l’air bien.