Profitez des offres Memoirevive.ch!
Almanach

Je sais... C'est la fin des vacances et un léger fléchissement de votre enthousiasme estival fait que vous vous sentez moins rapide à réaliser la fin de votre to Do List. Pour cela, Cuk vous aide avec ces quelques conseils et tours de main indispensables.

Vradiguez vos bastougues!

C'est la pleine saison, et il faut vite s'en occuper. Mais  bastougues sans vradigue n'est que ruine de l'âme, comme disait Félicien Marteau. Et c'est assez long. Alors, en suivant ces quelques conseils, vous optimiserez la démarche.

Après arrosage, flipottez vos bastougues d'un bon mètre. En général le flipottage ne doit pas excéder le mètre cinquante, faute de froisser les vibratiolles, qui, comme on sait, font la qualité de la plante. Aux deux tiers du flipottage, grindulez sévèrement avant de réduire totalement les vrilles. Relâchez, faites un quart de tour et grindulez à nouveau.

Passez ensuite au vradigage proprement dit, en n'oubliant pas que les flipules qui pourraient rester feront apparaître à la longue une carence en sels minéraux. Varlinguez proprement, et recommencez sous trois jours si nécessaires. Vos bastougues seront en pleine forme jusqu'en février où elles vous donneront les coccipules que vous attendez tant.

N'oubliez cependant pas de les arroser...

image

Un bon outil, pour une bonne technique...

 

Changez vos varatites pour de plus neuves!

On ne s'en aperçoit en général pas, mais des varatites usées vous font perdre un temps insoupçonnable en rediblant vos mangarves, qui cochonnent deux fois plus vite. Résultat des courses : des moquettes rébulées et des parquets qui craquent. La semaine prochaine, dans Cuk, François vous préparera un banc d'essai des meilleures varatites et vous parlera de la meilleure façon de les fougir. Je serais vous, je ne manquerais pas ça!

En attendant, pensez à les pacuter avant les premiers froids, c'est absolument indispensable pour faciliter l'échange!

image

 Un dernier conseil : pas de flüge, pas de bronques!

Eh oui, chaque année, il faut se le rappeler. Si on ne flüge pas les broquettes avant de marroner la caillasse, on peut mette une croix sur les bronques. Et pourtant... Qui refuserait une bonne bronque, le matin, quand l'aube blanchit et que les champs exhalent leur brouillard fantômatique? Personne!

Alors vite, pensons à flüger nos broquettes, et faisons-en profiter les amis?!

image

Qui peut résister à un bon bol de bronques?!...

Je suis sûr que cette fois, avec ces conseils judicieux, votre rentrée va induire une réelle année vacutaire.

Sincèrement vôtre,

Modane, de son iPhone

22 commentaires
4)
ysengrain
, le 05.09.2012 à 08:20
[modifier]

Déjà lexicalement difficile, ce texte comporte une Hénaurmité:

Qui peut résister à un bon bol de bronques?!…

Il s’agit d’une tasse Môssieur !! ne dit on pas: “Tasse a anse, bol n’a point”

6)
Soheil
, le 05.09.2012 à 11:44
[modifier]

Merci pour ce quart d’heure oulipesque. J’ai bien ri.

Il est amusant de constater que la liberté prise avec le vocabulaire autorise toutes les licences sauf celle d’appeler bol une tasse de grande dimension.

Cela dit, même s’il est vrai que l’anse entre dans la définition de la tasse, c’est une règle qui, comme toute règle, peut avoir des exceptions: en Chine et au Japon, notamment, les tasses à thé sont de minuscules bols (sans anse). Et il semble bien qu’en Europe la notion de tasse avec anse ne soit pas aussi ancienne qu’on pourrait le croire.

7)
Guillôme
, le 05.09.2012 à 11:45
[modifier]

Moi j’ai rien flagoudé à cette bafidide. Modane, pourrais-tu déboudaler pour les non-initiés comme moi?

A moins que ce soit une petronade à destination des valtuistes?

9)
Modane
, le 05.09.2012 à 12:15
[modifier]

>Guillôme : Tu as parfaitement compris. Inutile de déboudaler plus avant, il me semble?

10)
Modane
, le 05.09.2012 à 12:18
[modifier]

Rhhaaaa! Broquette… j’aurais dû vérifier! Le terme exact aurait dû être “Taquite”. Quelle imprécision!

11)
soizic
, le 05.09.2012 à 13:14
[modifier]

Merci Soheil pour le lien, le site est passionnant.

Pour le reste, je me suis amusée e, me sentant débordée !

13)
François Cuneo
, le 05.09.2012 à 15:03
[modifier]

Vous ne savez pas l’impression que ça fait d’avoir le seul à ne pas avoir compris la combine!

Aaaargh, je souffre!

Ou alors faut juste se laisser aller?

14)
dpesch
, le 05.09.2012 à 15:11
[modifier]

Vous ne savez pas l’impression que ça fait d’avoir le seul à ne pas avoir compris la combine!

Je te traduis :

“Vous ne praguignez pas ce que ça fait d’ébrouser le fague à ne pas ébrouser soiris la hazause!”

C’est à cause qu’il n’y a pas de hazause !

À bonne madule, vraissetriboulette !

15)
dpesch
, le 05.09.2012 à 15:23
[modifier]

Que pensez-vous de cette phrase :

“Cet abandonnataire, alors qu’il s’était réfugié dans un abris-sous-roche en territoire abénaquis, tentait d’abonnir ses muscles abducteurs.”

Et bien, elle est entièrement écrite en vrai français (avec des mots commençant ente a et abr) !

16)
Modane
, le 05.09.2012 à 16:28
[modifier]

François: tu as le choix. Soit tu considères qu’il y a procédé oulipien qui fait parler doctement d’une situation fictive avec des mots inventés, une sorte d’artisanat du texte, soit tu considères que le correcteur automatique de mon téléphone n’est pas au point.

18)
Saluki
, le 05.09.2012 à 19:53
[modifier]

Et c’est assez long. Alors, en suivant ces quelques conseils, vous optimiserez la démarche.

Donc, en presque français dans le texte

22)
Saluki
, le 07.09.2012 à 12:24
[modifier]

Bons baisers de Moscou, il fait 11°C.

laquelle… ?

Je n’ai reconnu aucun rédacteur de cuk…