Profitez des offres Memoirevive.ch!
Moteurs Solidaires? par Jean-Yves Nicouleaud

Et voili voilà un nouvel article de lecteur que je me fais un plaisir de relayer ici.

Merci à Jean-Yves Nicouleaud pour ce sujet de réflexion.


 

Ne me demandez pas comment m'est venue cette question ! 

Je préfère vous le dire tout de suite.

En préambule, je précise tout de suite qu’il n’est aucunement question d’arbre à came ou toute autre invention fumante, voire pétaradante qui pourrait déranger certains lecteurs de Cuk. (Ça, c’est pour rassurer Zit, AdMem, 6ix, Frank Pastor …)

Bon, voilà. A chaque connexion, chaque clic, je pense au fournisseur d'énergie qui m'offre ce confort de rester en contact avec la terre entière. Et me viennent à l’esprit ces images de notre petite planète vue de l’espace …

Conscient que chaque clic consomme un tant soit peu d'énergie, et qu'accessoirement, j'ai un fils qui bosse sur ce genre de sujet, j'ai voulu voir ce qu'on me proposait pour tenter de compenser les tics de mon index droit. 

Cette recherche ne se veut pas exhaustive. 

Il y a régulièrement du nouveau, mais, "Bon, ben, bon", comme on dit en Dauphiné, y'a bien un moment où il faut se jeter à l'eau, comme on dit peut-être sur les bords du Léman ?

Alors voilà où j'en suis.

J’ai retenu 4 structures qui proposent une alternative de recherche.

Une alternative qui transforme chacun de nos clics en centimes potentiels pour des associations préalablement choisies au moment de l’inscription sur le site. 

Deux proposent un vrai moteur, accessible après sélection dans la fenêtre de recherche.

(Nécessite l’extension "Glims" sur Safari).

A ajouter en tant que «Moteur de recherche» dans les Préférences : Safari - Glims - Moteurs de recherche.

image

Utilise le moteur de Google.

image

Utilise le moteur de Bing.

 

Les deux autres en passant par leur page Web.

(Nécessite l’extension "Glims" sur Safari).

Ajouter en tant que «Site web» dans les Préférences : Safari - Glims - Moteurs de recherche.

image

Utilise le moteur de Yahoo.

image

Utilise les moteurs de Bing et Yahoo. 

Pour tenter de répondre à notre scepticisme naturel (toutes les pistes sont bienvenues sur ce genre de sujet), voir hoaxbuster.com.(1) et hoaxbuster.com (2) pour "Hooseek", Veosearch" et "Doona".

Sur "Doona", le lien sensé renvoyer les associations inscrites, renvoie sur "A propos de Doona". J’ai envoyé un mail pour savoir si, le lien semblant cassé, il était possible d’avoir la liste des associations bénéficiaires. Pas de réponse pour l’instant. Il n’est donc pas dans la liste, mais rien ne vous empêche d’aller voir.

 

Tombé aussi sur ce lien (je ne vous ai peut-être pas dit qu’il s’agit d’une compilation!) durable.com!

(Extrait :

" Bing solidaire " ?


Vous connaissiez la philanthropie de Bill Gates pour les causes charitables à travers le monde. Les moteurs de recherche se mettent quant à eux à la page du commerce solidaire. En effet, le géant Microsoft se lance dans le micro-don sur la toile via son moteur de recherche Bing. Le don aux associations caritatives est rendu possible en téléchargeant Bing ou MSN.fr en page d’accueil de votre navigateur Internet. L’internaute qui désire acheter sur un des sites marchands et partenaire de Bing, réalise par la même occasion un don à la Fondation Abbé Pierre.

 

La référence du moteur de recherche solidaire 

Lancé en 2007, le moteur de recherche VeoSearch se place en tête du réseau solidaire sur la toile. L’objectif de cette plateforme est de promouvoir le développement durable et l’aide au financement de projets associatifs via la publicité. Le nerf de la guerre sur Internet ! Ainsi, l’internaute effectue un don indirectement en utilisant le moteur de recherche. La moitié des revenus publicitaires sont reversés par Veosearch aux associations choisies par l'internaute.

 

Fin d’extrait)

 

Comme on le voit, avec Bing il faut acheter pour «participer». On ne se refait pas !

Rien ne nous empêche de les tester en les ajoutant à nos moteurs de recherche.

Et vous, en connaissez-vous d’autres ?

Jean-Yves Nicouleaud

8 commentaires
1)
djtrance
, le 19.03.2012 à 10:07
[modifier]

J’ai le privilège du premier commentaire :)

Article très sympathique pour une cause qui me touche, c’est sûr. Cependant, l’article aurait peut-être mérité de se pencher un peu plus sur la question: quels sont les impacts réels? c’est bien joli de dire que 23 066 arbres ont été plantés… Mais où? Comment? Dans quel pays? Est-ce que ça s’est vraiment fait?

Après, un petit comparatif entre utiliser google et ethicle: même moteur, même résultats?

Mais, merci :) Très belle entrée en matière ;)

2)
Jean-Yves
, le 19.03.2012 à 10:42
[modifier]

@ djtrance

Merci ;

Comme je le dis dans le sujet, il s’agit d’une compilation. Je me suis posé les mêmes questions et ne trouvais pas cela toujours très clair moi-même !

C’est la raison qui m’a fait mettre les 2 liens sur hoaxbuster.com. Le travail de recherche qu’ils ont réalisé dans les deux dossiers a, au moins en partie, répondu à ces interrogations.

4)
Leo_11
, le 19.03.2012 à 18:18
[modifier]

Très intéressant tout ça… je me suis inscrit sur Ethicle… mais je n’arrive pas à me connecter malgré que j’aie validé mon adresse mail… je vais voir un peu plus tard… en plus je n’arrive pas à mettre Ethicle comme moteur de recherche par défaut dans Chrome malgré la marche à suivre… il se retrouve dans la liste “Autres moteurs d recherche” qui ne propose pas le bouton “par défaut”…

5)
Jean-Yves
, le 19.03.2012 à 19:10
[modifier]

je me suis inscrit sur Ethicle… mais je n’arrive pas à me connecter malgré que j’aie validé mon adresse mail… je vais voir un peu plus tard… en plus je n’arrive pas à mettre Ethicle comme moteur de recherche par défaut dans Chrome malgré la marche à suivre…

Ethicle est en maintenance d’après la petite phrase en rouge, tout en haut ;)

Pour Chrome, désolé, je suis sous Safari …

6)
loic
, le 20.03.2012 à 01:11
[modifier]

je retranscris tel-quel un commentaire posté, non publié, il y a deux ans au journal Romand “Le Régional”, lors d’une campagne de promotion d’Ecosia: Ecosia le moteur de recherche vert… entre autre parce que, soit-disant: Pour chaque recherche 2m2 de forêt tropicale sont sauvées Plus vous surfez sur Ecosia, plus la surface s’agrandit Ce moteur ne fonctionne qu’à l’éco-énergie. Publicité abusive, voire mensongère.

Ecosia est une façade, le vrai moteur est chez Yahoo et Microsoft Bing. Le principe est celui de la gratuité contre la publicité; seuls les cliques sur la publicité rapporte de l’argent, quelques centimes par clique. Ces quelques centimes se divisent entre Yahoo/Microsoft (pourcentage confidentiel) et Ecosia, dont 80% sont reversés au WWF.

Donc, non, il n’y a pas forcément 2m2 sauvé par recherche. Non, surfer sur Ecosia n’agrandit forcément pas la surface sauvée.

Et Ecosia peut faire valoir l’écologie de ses serveurs, ça ne fait pas surfer vert car le gros du travail se fait sur les serveurs de Yahoo/Microsoft. Microsoft qui préfère se tourner vers le nucléair quand Google s’avance sur l’énergie renouvelable.

Donc non, le moteur ne fonctionne pas qu’à l’éco-énergie.

Cette entreprise est donc celle d’un petit malin qui joue Microsoft contre Google. Et passe en force, écrasant les détails au risque d’abuser ses “clients”.

7)
Zallag
, le 21.03.2012 à 09:22
[modifier]

Je lisais dans Le Temps du 17 février ce qui suit :

“Chaque requête sur Google est automatiquement dirigée vers plusieurs serveurs, distants parfois de milliers de kilomètres les uns des autres et hébergés dans de vastes centres de calcul. Des milliards de données qu’il faut stocker. Selon l’International Data Corporation (IDC), la quantité de données enregistrées en 2011 équivaut à 1,8 zettabytes, soit la capacité de stockage de 50 milliards d’iPad standards. Une requête sur Google «coûte» ainsi, du point de vue énergétique, l’équivalent d’une ampoule de 100 watts allumée pendant une heure. Google a annoncé une consommation moyenne de ses centres de données en 2010 de 2,26 milliards de kilowattheures. La société californienne s’efforce de freiner ses dépenses énergétiques. En septembre 2011, elle a ainsi investi plus de 240 millions de francs suisses dans un centre de données flambant neuf à Hamina, au bord de la mer Baltique, en Finlande. Le pays cumule les avantages: proximité de l’eau et température moyenne voisine de 2 °C. Un environnement idéal pour le refroidissement naturel des serveurs. Ce fut ensuite à Facebook d’annoncer, quelques jours après Google, la construction d’un centre de données à Lulea, sur la côte nord de la Suède. Un projet devisé à 720 millions de francs suisses. Aujourd’hui, un centre de données d’une taille moyenne de 5000 m2 consomme 15 mégawatts d’électricité, soit l’équivalent de six éoliennes.”

Selon que les moteurs de recherche cités feraient mieux ou pire que 100 watt/h pour une requête, ce que je trouve monstrueux comme consommation, serait aussi un point décisif pour les choisir ou y renoncer. J’en doute un peu, puisque des recherches passent par le site alternatif, puis par Google, ce qui augmente forcément la consommation plus que si on passait par Google seulement.