Profitez des offres Memoirevive.ch!
Prise en main du Sony NEX 7

image

Le Sony NEX-7 doté de son 18-55 livraison noire, réservée à ce modèle

Dites, ils en ont eu du retard chez Sony pour sortir le NEX 7.

Il faut dire qu'ils sont tout pardonnés, qu'aurions-nous fait si nos contrées avaient subi la même révolte de la nature qu'en Asie?

Comment nous serions-nous relevés?

Je me pose d'ailleurs toujours la question quand chez nous, la moindre petite réparation de routes prend des semaines, comment il est possible qu'en Asie, au Japon en particulier, ils puissent tout refaire aussi vite.

Étonnant.

Il n'était pas question de se plaindre donc, mais l'impatience était bien là.

Et mercredi, je l'ai reçu.

Enfin.

Juste avant d'entrer dans le vif du sujet, je tiens à dire que le NEX-5, testé ici, est le premier appareil qui m'a décidé de mettre au rancard mes reflex.

Superbe qualité, photos magnifiques (à mon avis) pendant mon voyage à Cuba, et ce en particulier parce que le capteur de l'appareil n'est pas un capteur de type compact, mais un capteur de type reflex (excepté les reflex full-frame) qui permet de jouer plus finement avec les flous (moins qu'un full-frame tout de même, c'est clair) et donne des images de grande qualité, au format 3:2, comme un reflex (excepté Olympus et Panasonic avec leur 4:3 spécifique).

Et puis j'en avais tellement ras la patate de ce matériel lourd.

Le NEX-5 était superbe (c'est d'ailleurs lui qui est utilisé pour prendre les images montrant le NEX-7 de ce test, sauf une, la dernière prise par l'iPhone).

Mais tout de même: si j'apprécie souvent de prendre des photos discrètement appareil sur le ventre, j'ai encore besoin d'un viseur souvent dans la vie. Au soleil par exemple.

Et ce n'est pas le viseur du G12 de Canon qui allait pouvoir pallier mon manque. Pas mieux avec le dernier sorti de la gamme semble-t-il.

Et puis le NEX-5 manquait un peu de réactivité à l'allumage.

Et voilà-t-y pas que Sony nous a annoncé son NEX-7 en automne 2011.

Sur le papier, il avait tout cet appareil. Entre autres choses, 24 millions de pixels sur un capteur APSC.

Il a tout, sur le papier, en 2012, toujours.

Alors qu'en est-il dans la réalité?

 

Oooooh qu'il est bicou!

D'abord, je dois dire que Sony a bien regardé comment Apple faisait pour vendre son matériel.

Lorsque l'on ouvre le carton du NEX 7, on a vraiment l'impression d'ouvrir un bel écrin dans lequel se nichent en particulier deux bijoux:

  • l'objectif 18-55 noir (ENFIN, un objectif NOIR, je déteste leurs objectifs "gris"!
  • le boîtier

tous deux lovés dans leurs trous tout doux

image

Oui, l'émotion (ben oui, l'émotion, je sais, c'est bête, mais émotion tout de même) est bien là lors du déballage.

Petit avertissement: le NEX-7 est livré (en tout cas chez moi) avec une batterie absolument vide (ce qui est assez rare il me semble). La batterie de rechange l'était également. Donc non, votre appareil n'est pas déjà en panne, il faudra juste attendre un peu et être patient pour pouvoir l'utiliser.

 

Construction

Et lorsque l'on sort l'appareil et qu'on place l'objectif sur la monture, nom d'une pipe que l'objet est bien fini esthétiquement.

Et pas seulement esthétiquement d'ailleurs, la prise en mains est excellente. On sent la solidité de l'appareil, sa compacité. Il tient parfaitement en mains (d'ailleurs, c'est ce qui a frappé Madame K qui s'y connaît et pas qu'un peu).

image

Le revêtement caoutchouté d'excellente qualité augmente ce sentiment d'avoir une vraie belle pièce dans les mains.

Même le 18-55, pourtant bien construit, mais qui fait un peu cheap en version normale (grise) est très beau dans sa livrée noire. La bague de zoom n'est ni trop molle ni trop dure, juste peut-être quelque "grains" lorsqu'on passe d'un extrême à l'autre.

 

Le viseur

J'ai déjà parlé ici du viseur électronique OLED XGA TruFinder™ de 2,36 mégapixels que j'avais connu sur le A77.

Sur le NEX7, il est toujours aussi bon (rappelons qu'il est le meilleur viseur électronique du marché), mais il a en plus un avantage: il est décalé tout à la gauche de l'appareil, ce qui fait que pour ceux qui visent de l'oeil droit, le confort est alors total: le nez ne s'écrase pas sur le miroir, comme c'est le cas sur tant d'appareils.

image

Superbe, avec tous les avantages du viseur électronique: visée à 100%, grande image, tous les renseignements sur l'écran, bonne luminosité en basse lumière.

En contrepartie, quelques petits scintillements sur certains sujets lignés ou quadrillés, mais rien de grave.

Bien évidemment, et Dieu sait si ça fonctionne bien, une approche de l'oeil sur le viseur allume ce dernier et éteint l'écran. Dès qu'on retire l'oeil du viseur, l'effet est inverse, ceci même avec des lunettes.

J'aimerais ajouter que j'ai utilisé ce viseur avec un A77 (testé ici) en plein soleil à la montagne sous la neige, je n'ai connu aucun problème à la visée.

Ah! Pas de panique: l'appareil est bien doté d'une molette de réglage de la dioptrie! Cette dernière est un peu cachée derrière l'oeilleton du viseur une fois qu'on l'a installé. Et comme par défaut, chez moi, tout était flou, j'étais bien content de constater l'existence de cette dernière qui est très précise.


L'écran arrière

Diagonale 7.5 cm, LCD TruBlack Xtra Fine, 921.600 Pixels, c'est du solide, bien lisible sauf en plein soleil, comme d'habitude avec les écrans arrière. Cela dit, les photos que j'ai prises au bord du lac en fin d'article ont été prises en plein soleil, vraiment, et l'écran était tout de même encore lisible sans trop de problème. À tester sur la neige.

Il s'articule verticalement, permettant de prendre des photos sur le ventre ou assez haut en gardant les bras tendus par-dessus une foule.

image

Je regrette juste l'écran du A77 fabuleusement articulé sur deux axes et qui permet les angles de prise de vue les plus fous, mais il est déjà possible de faire de belles choses avec ce qui est proposé ici.

Je regrette aussi que cet écran ne soit pas tactile.

image


L'ergonomie

Sony innove totalement au niveau de l'ergonomie avec son système Tri-Navi.

image

Deux molettes sous  le pouce à sur le dessus du boîtier, côtes à côtes, et une molette à l'arrière, traditionnelle.

L'utilisation du NEX-7 en devient totalement limpide, malgré le fait que ces molettes (les deux supérieures tout au moins) n'ont aucun pictogramme, ce qui pourrait déconcerter l'utilisateur.

Elles n'ont aucun pictogramme parce qu'elles diffèrent dans leur utilité selon ce que l'on fait.

En modes P, celle de gauche décale le programme, en mode A, celle de gauche change le diaphragme, en mode S, celle de gauche change la vitesse, et dans ces trois modes, celle de droite apporte une correction d'exposition.

En mode M, celle de gauche change le diaphragme et celle de droite change la vitesse.

Dans tous ces modes, la molette arrière change les ISO.

On a donc sous le pouce absolument tous les réglages qui sont intuitifs, et ceci sans quitter l'oeil du viseur ou de l'écran, tous les renseignements s'affichant sur ce que vous regardez.

Les deux molettes supérieures peuvent servir également à différentes petites choses associées à la touche "Navigation" située juste devant elles et qui permet de passer en modes réglage de mise au point, réglage balance des blancs (je n'en ai jamais vu une aussi sophistiquée), réglage de la plage dynamique, modes créatifs (touche les rendus type "Standard", "Neutre", "Sepia" et j'en passe.

image

Notez devant le déclencheur la touche de navigation

Remarquez que ces "réglages possibles" appelés "Fonctions" sur ce bouton peuvent être choisis également dans un catalogue prévu.

Comme sur le NEX-5, une touche Menu affiche les... menus au nombre de 6. Bon, ne n'est pas le nirvana comme d'habitude chez Sony, ces menus, mais ce n'est pas la catastrophe de certains non plus.

D'ailleurs, vous n'y retournerez plus très souvent, dans ces menus, une fois que vous aurez effectué quelques réglages très importants, en particulier ceux dédiés aux touches souples.

image

La B, je lui ai attribué le réglage de l'exposition au flash. Une fois ce réglage affiché, vous le modifiez à l'aide des trois molettes, celle de votre choix.

Celle de droite (Appui sur la partie droite de la molette arrière), je lui ai attribué le mode Flash.

J'ai laissé sur la touche C (molette centrale) le choix des modes de programmes.

Dommage que l'on ne puisse pas régler la touche "je ne sais pas quoi" lorsqu'on appuie sur le bas de la molette arrière: cette dernière n'affiche que la correction de l'exposition que l'on a de toute manière avec la molette de droite.

Des appuis successifs sur le haut de la molette arrière affichent des informations différentes (de rien à tout ce que vous pouvez imaginer, dont des niveaux horizontaux et verticaux, histogramme et j'en passe) tant sur le viseur que sur l'écran arrière.

Autre bonheur: la touche AEL-AF/MF: lorsqu'on place le curseur sur AEL, on utilise la touche pour bloquer le réglage de l'exposition (en mode Spot par exemple), comme d'habitude (il est possible de choisir entre "je maintiens la touche appuyée jusqu'à ce que j'ai pris la photo puis je relâche pour débloquer" ou "J'appuie une fois, je relâche, j'appuie une deuxième fois pour débloquer la chose (une petite étoile à droite en bas du viseur vous rappelle le blocage au besoin. Je trouve cette fonction hyper pratique.

Oui, l'ergonomie du Sony est bien là et parfaitement personnalisable à tout point de vue. Une fois qu'on se l'est configuré aux petits oignons, c'est un véritable bonheur à utiliser, un appareil comme celui-là.

Et comme les manuels sont plutôt bien faits, tout est bien.

Tout?

Non, évidemment: erreur dans le placement dans la touche "vidéo" qui lance bien trop souvent par accident l'enregistrement d'un clip, surtout lorsqu'on a un gros flash sur l'appareil et qu'on le tient d'une main quelques instants. Sans cette erreur, le bilan aurait été parfait.

image

Oh qu'elle est mal placée, cette touche d'enregistrement vidéo!

La connectique est standard: HDMI, USB, et (moins habituel), prise micro externe.

Le petit flash interne

Le petit flash interne (nombre guide 6) est très pratique et se déplie bien haut par-dessus l'appareil pour éviter les yeux rouges et les ombres dues aux objectifs.

image

Avec le 18-55, avec pare-soleil, c'est tout bon à toutes les focales.

Avec le 18-200, avec pare-soleil, il y a une ombre sur la gauche en bas (le flash est déporté à droite de l'axe de l'objectif) à toutes les focales, sans le pare-soleil, l'ombre disparaît dès qu'on dépasse le 70 mm.

image

Faut dire qu'il est gros par rapport à l'appareil, ce 18-200!

Il est doux et bien homogène pour un flash de ce type, et une correction de flash peut être apportée de + à -3 EL.

À noter que j'utilise aussi parfois le flash cobra HVL-F58AM qui lui est un flash très complet et très puissant et se trouve être parfaitement compatible avec le NEX-7. Il est ainsi possible sans problème de corriger l'exposition du flash depuis le boîtier.

image

Mais alors quel dommage que le petit flash interne ne commande pas le grand qui lui est pourtant  tout à fait capable de recevoir les signaux! Il faudra prévoir un accessoire pour le faire. Zut!

 

La réactivité du NEX-7

Le NEX-7 est un appareil très rapide.

Bien plus que le NEX-5 dont l'un des principaux défauts était qu'il lui fallait des plombes pour se mettre en marche.

Le NEX-7 ne pose pas ce genre de problèmes. Il lui faut un quart de seconde pour sortir de veille et guère plus pour être prêt au travail lorsqu'on le met sur ON.

Jamais de quoi rater une photo, ce qui était le cas du NEX-5.

Au niveau déclenchement, l'on est au niveau d'un reflex. Pas de latence au déclenchement décelable (en tout cas pas par ma pomme).

L'autofocus est à détection de contraste, donc par définition moins rapide que celui par détection de phase d'un reflex.

Cela dit il s'en tire très très bien, même avec le 18-200.

Peut-être parce que toutes les deux secondes, il préfocalise au besoin la netteté, ce qui fait que lorsqu'on appuie sur le déclencheur, une grande partie du boulot est déjà faite avant que l'on verrouille la mise au point.

Il est très précis, et avec cet objectif, en très basse lumière, malgré l'assistance, l'objectif balaie d'un extrême à l'autre pour finir par trouver, au bout d'une seconde, la bonne mise au point. Avec le 18-55, ce problème n'existe pas.

L'autofucs sur 21 points dispose de plusieurs modes, reconnaît les visages.

Dans la plupart des cas, il vous donnera satisfaction. Dans des sports rapides, il risque par contre de ne pas toujours pouvoir suivre.

Notez que si vous installez l'adaptateur LA-EA2 qui permet de monter des objectifs de type A (objectifs Sony pour reflex), la détection de phase fait son entrée sur cet appareil.

image

Le LA-EA2 et son système de détection de phase AF TTL 15 points avec 3 capteurs en croix

Si cet accessoire semble indispensable à certains possesseurs d'objectifs Sony à monture reflex, il alourdit l'appareil, le rend bien moins compact (déjà qu'avec certains objectifs, il ne l'est pas tant) et rajoute un miroir semi-transparent, donc pompe de la lumière et rajoute du bruit en haute sensibilité. 

C'est d'ailleurs parce que le NEX-7 n'est pas doté de ce miroir qu'il rend des images bien plus propres en hauts ISO que son grand frère, avec pourtant le même capteur 24 Millions de pixels.. Mais de ceci, nous en reparlerons plus bas.

Notez qu'au niveau rafales, le NEX-7 fait très fort: jusqu'à 10 images par seconde en mode autofocus bloqué et 3 images seconde avec mise au point entre chaque image. C'est moins que le Sony Alpha A77 qui peut mettre au point en continu jusqu'à 12 images seconde, mais c'est mieux que bien des reflex.

Son buffer permet de tenir 14 images en RAW dans les deux réglages, puis prend une image environ toutes les secondes.

L'obturateur va de 30 secondes au 4'000e de seconde, et est doté d'une pose longue. La vitesse de synchroflash est le 180e de seconde. 

Il est bien moins bruyant que pas mal de reflex (pas de miroir, évidemment), mais on l'entend tout de même et pourrait déranger dans certaines situations.

Ce qui rend cet appareil très rapide aussi, c'est son excellente ergonomie dont nous avons parlé plus haut.

C'est bien joli un appareil rapide, mais quand il faut passer des secondes à changer un réglage, cette rapidité ne sert plus à rien.

Ce n'est pas du tout le cas ici. Tout est sous le doigt, donc tout va très vite. Le reste suit, et c'est très bien.

Ah, j'oubliais: le NEX-7 me semble plus silencieux que le NEX-5.

Ouf.

La qualité des images

Cet appareil est doté d'un capteur que je connaissais et dont je vous ai déjà parlé sur Cuk.ch à propos de mon test du A77.

image

Cliquez sur l'image pour l'agrandir, puis cliquez encore une deuxième fois dans l'image pour la voir à 100%

Il donne des images de 6000 sur 4000 pixels. Pas mal n'est-il pas?

Il est doté d'une belle souplesse ou d'une belle dynamique si vous préférez.

Cela se confirme bien évidemment sur le NEX.7.

Je l'avais bien senti et remarqué "intuitivement", je l'avais d'ailleurs écrit sur le test du A77 que cette dynamique était excellente.

Mais là, le ressenti est confirmé par DxO Analyzer, magnifiquement expliqué dans le livre de Jean-Marie Sépulchre consacré au NEX-7: la dynamique du NEX-7 est tout bonnement excellente. Comparé à la concurrence, NEX-5N, Nex 5, Olympus PEN EPL 3, Canon 600D, Nikon D7000, Nikon D3X, Sony A700, seuls les Nikon sont supérieurs aux valeurs moyennes, sinon, le NEX7 est supérieur partout.

Au niveau des images en basse lumière et en hauts ISO, il s'en tire bien jusqu'à 3200 ISO. Même le 6400 ISO reste acceptable. Plus haut, bon, faut vraiment vouloir.

image

Une image prise à 3200 ISO traitée par l'appareil dans des conditions vraiment difficiles

image

Un détail de la photo précédente à 100%

 

image

Un détail de la même photo à 1600 ISO

 

image

Un détail de la même photo à 800 ISO

 

image

Une image à 3200 ISO

image

Un détail à 100% de la même photo

 

Les images sont moins bruitées que celles du A77: normal, le capteur reçoit toute la lumière en provenance de la scène à travers l'objectif, alors qu'une petite partie de la lumière est détournée via le miroir semi-transparent sur le reflex de Sony.

Les images du NEX-7 sont donc meilleures que celles du A77 en général.

Et là aussi, face à la concurrence citée plus haut, le NEX-7 s'en tire magnifiquement bien dans DxO Analyzer et, comme l'explique Jean-Marie Sépulchre, il est meilleur que les NEX-5, Olympus EPL 3, Canon EOS 600D, Alpha 700, équivalent au Nikon D7000 et au NEX-5N, mais le bruit reste supérieur au Nikon D3X (il ne manquerait plus que ça qu'il ne le soit pas!) et au Sony Alpha 850.

Comme j'ai pu le constater, faire des photos en hauts ISO n'est absolument pas un problème même si le D700 que j'ai utilisé pendant des années était un peu supérieur.

Allez, je continue avec les résultats de Jean-Marie Sépulchre (je vous laisse lire son livre pour comprendre la signification de ces critères):

  • écart tonal: très bon
  • sensibilité couleur excellente (seuls les full-frame sont meilleurs en ISO moyens!)
  • la fidélité des couleurs est trop compliquée à résumer ici
  • le piqué et la netteté sont testés dans le livre du même auteur pour 52 objectifs

Le calcul de la lumière s'effectue sur une matrice de 1200 zones, et n'est que rarement pris au piège.

Les mesures centrale et spot sont évidemment disponibles.

image

En RAW, il est très facile de corriger les fichiers issus d'un NEX-7 qui en ont sous le pied.

Je le répète (je l'avais déjà écrit dans le test du A77), le capteur Sony et ce que la marque en fait nous donne des rendus de la peau très justes, et surtout, il est capable d'encaisser des taches de lumière sans le moindre problème (portrait devant une vitre par exemple), ce que mon D700 mais surtout mon D2X de chez Nikon cramaient complètement. C'était l'horreur, ici, ce n'est que douceur.

J'apprécie aussi en règle générale la balance des blancs automatique de Sony, qui profite ici du savoir faire de Minolta, pionnier en la matière.

image

image

Un détail de la photo précédente

Je me réjouis d'ailleurs de le vérifier lors de mes prochains concerts (merci Laurent, je t'avertis, je ne prends que le NEX au rock'n poche festival cette année).

Le NEX-7 n'est pas stabilisé dans le boîtier. Ce sont les objectifs (pas tous) qui le sont. Les deux miens, le 18-55 et le 18-200 le sont. Mon prochain 50 mm 1.8 le sera également.

Cette stabilisation évite bien évidemment les flous de déclenchement, mais pas les flous dus au sujet en mouvement, ne l'oublions pas.

Ainsi, rien ne vaut un objectif lumineux. Les zooms en ma possession ne le sont pas tellement (3.5-5-6 pour le premier, 3.5-6.3 pour le second), raison de mon achat d'un 50 (équivalent à un 75 mm, idéal pour le portrait) ouvert lui à 1.8, et pas trop onéreux, même si chez Sony, le moins que l'on puisse dire, c'est que rien n'est donné. En plus, il est très bien testé par Jean-Marie Sépulchre.

À noter que l'objectif de base (il faut absolument privilégier le kit NEX-7 - zoom 18-55, puisque dans ce set, l'objectif est facturé 100 francs à peine!) n'est pas mal sorti du tout des tests de Sépulchre (mis à part une forte aberration chromatique à 18 mm, que l'on peut corriger soit dit en passant), tout comme le 18-200, un peu meilleur encore.

Enfin oui, je l'admets, j'attends avec impatience ce 50 mm.

Autonomie

Pas grand chose à dire à ce sujet, je sais que l'appareil est partout donné à 350 images d'autonomie, ce qui me semble correct. Ce que je je sais, c'est que je suis parti en week-end avec lui, l'ai trituré tout le temps, et qu'il me restait 29% d'énergie dimanche soir.

Cela me semble bien mieux que le NEX-5 qui ne tenait pas une journée à Cuba.

Mais je ne peux que conseiller l'achat d'une batterie supplémentaire pour pallier les éventuels manques si vous n'avez pas la possibilité de recharger la chose dans un long reportage.

À noter que la recharge me semble assez longue (environ 3 heures).

Les petits plus

Les petits "plus" décrits sur le NEX-5 sont bien évidemment de la partie. Nous trouvons le HDR auto, le DNR auto, le bracketing sur 3 images, la création de panoramas (2D et 3D sur un téléviseur compatible), les modes "scène", le programme "Auto intelligent" qui trouve tout seul le bon mode "scène", détection de visage, détection de sourire (on peut même régler le niveau de reconnaissance du sourire!).

Le NEX-7, comme tous les NEX d'ailleurs, peut supporter plein d'objectifs (souvent avec perte de l'autofocus au minimum) à l'aide de bagues adaptatrices Novaflex. Je n'en utilise aucun, mais encore une fois, Jean-Marie Sépulchre a testé plein de choses dans son livre que je vous laisse lire.

342 grammes sans objectif, mais avec carte et batterie, 554 grammes avec le 18-55,, 909 grammes avec le 18-200 ce n'est pas beaucoup, et c'est aussi ce qui est très tentant  avec cet appareil. Ce d'autant plus que même avec le 18-200, la tenue en mains est très bonne, mais alors attention à utiliser des vitesses rapides à 200 mm pour éviter les bougers!

Ah, j'oubliais le mode d'emploi complet (pas celui livré avec l'appareil qui est succinct) à télécharger sur le site de Sony qui est excellent (j'ai assez gueulé sur celui du Sony A77 ici pour être crédible ou bien?)

Mode vidéo

 En mode vidéo, le NEX-7 est à la pointe.

  • AVCHD 1920 x 1080 (50 p, 28 MP, PS), 1920 x 1080 (50i, 24 MP, FX), 1920 x 1080 (50i, 17 MP, FH), 1920 x 1080 (25 p, 24 MP, FX), 1920 x 1080 (25 p, 17 MP, FH)
  • MPEG-4 1 440 x 1 080 (25 images/s, 12 Mbit/s), VGA (640 x 480, 30 images/s. 3 Mbit/s)

Tout y est ou presque à part le 24 images/seconde.

Vous pouvez tout régler manuellement ou automatiquement sur le NEX-7: netteté, focus, vitesse, diaphragme,

Du beau travail dont je vous dirai plus dès que j'aurai pu tester tout ça.

Cela dit, à ce que j'ai vu, tant au niveau de la qualité que des possibilités, tout est de la même trempe que sur le A77, qui était excellent.

Notez la prise pour micro externe, qui évitera que l'on entende les bruits de réglages inévitables sur les micros internes (stéréo bien sûr ici) dès que l'on touche le boîtier.

En conclusion (provisoire)

Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que le Sony NEX-7 va être mon compagnon pendant pas mal de temps (jusqu'à ce que son successeur sorte sur le marché j'imagine!).

J'ai la même impression en ayant cet appareil autour du cou que lorsque j'ai du matériel Apple dans les mains: un petit bijou, extrêmement bien pensé, et très performant.

Avoir le sentiment de pouvoir tout faire ce que je pourrais faire avec un bon reflex alors que je n'ai que 554 grammes à porter, c'est assez top.

Oui, je suis convaincu par cet appareil, son défaut principal étant le peu d'objectifs lumineux à sa disposition en monture E. En effet, devoir utiliser un quelconque adaptateur, fut-ce celui de Sony, pour dans ce cas se trouver avec une gamme qui n'est pas si terrible non plus, je trouve cela un peu aberrant quand on recherche la compacité.

Mais que va bien avoir en plus celui qui un jour remplacera le NEX-7? Plus de pixels que 24 MP? Une gestion encore meilleure du bruit? Un écran arrière tactile à la "iPhone" permettant de montrer là où est le focus et la mesure de la lumière? Un viseur électronique encore plus fin?

Il va être difficile de faire mieux. Mais faisons confiance aux ingénieurs, ils trouveront bien de quoi faire. Sûr qu'ils y bossent déjà depuis pas mal de temps.

Pour le reste, je vous reparlerai régulièrement de cet appareil au fil de mes expériences.

image

Mon équipement photo désormais (NEX-5, NEX-7, flash HVL-F58AM, 18.200 et 18-55,
ou comment trouver la zénitude qui évite les problèmes dorsaux.
Ah, la photo est prise avec un iPhone 4. Heueu... ben oui, pas tété.

20 commentaires
1)
thibowa
, le 12.03.2012 à 08:00
[modifier]

Bonjour François, très bon article mais si je peux me permettre, je connais la “Révolte des fous” mais pas encore d’insurrection naturelle en Asile. Bonne journée Thierry

2)
ysengrain
, le 12.03.2012 à 08:38
[modifier]

Très bonnes description et appréciation de la chose. Il reste que le concept ne me séduit pas.

Si on veut progresser en matière de qualité, je ne crois pas qu’on le fera en entassant les pixels sur des surfaces de plus en plus réduites. Tous les exemples de FF et de MF le montrent.

Si on veut changer le design, tant qu’à faire aller ici ou

Deux dernières choses: Tu montres en fin de billet, 2 “petits” boitiers avec 2 objectifs et un flash. Si je fais le rapport qualité/encombrement, je conserve mon 5DII et mes 4 cailloux.

3)
Filou53
, le 12.03.2012 à 09:05
[modifier]

> Ysengrain

apparemment ton second lien est ‘rompu’: ‘Impossible d’ouvrir la page …’

4)
Laurent Vera
, le 12.03.2012 à 09:05
[modifier]

Ok françois, le nex 7, pas de soucis, avec la chambre de Zit, le Blad, les full Frame et ton nex 7 ,on pourra faire une comparaison sur la taille des capteurs… D’ailleurs, pour avoir régulièrement comparé les différences entre les tailles de capteur, j’ai toujours un doute, comme ysengrain, avec les photosites minuscules. Tu ne nous poserais pas un raw pour voir ?

5)
blazouf
, le 12.03.2012 à 09:10
[modifier]

Il est ultra performant ce nex 7 ! C’est clair. Par contre, la taille des objectif reste beaucoup plus imposante que le systeme m4/3 (c’est due a la taille du capteur). C’est ce qui m’a fait pencher pour ce dernier, surtout qu’il y a plétore d’objectifs disponible. Et surtout, je peux mettre mon Panasonic GX1 et son 45mm (équivalent 90mm) f1.8 dans la poche de ma veste (et même le ridicule 20mm f1.7 ds l’autre poche) ! Et du coup je l’ai souvent avec moi. Par contre, je t’envie les fonction Panorama et HDR ! Moi je suis obligé de la faire a la main sur la Mac..

8)
J-C
, le 12.03.2012 à 09:16
[modifier]

Bonjour,

Excellent article, mais je vais résister à cet achat pourtant bien tentant, qui s’adresse à des amateurs avertis, soucieux de la qualité de leurs clichés…

Je me souviens quand même de mes premières émotions avec un Voïgtlander Vitoret DR, reçu en cadeau pour mon BEPC… Je l’ai toujours (bien rangé…) et il m’a permis d’apprendre l’essentiel (ah… la profondeur de champ, la pose B quand on a 15 ans… !)

J’ai donné mon Canon G9 à ma fille, car je n’en avais plus vraiment l’usage, et au final, il était plutot encombrant…

Désormais, 90% de mes besoins sont satisfaits avec mon iPhone 4S… Et au passage, je signale le logiciel Dermandar qui réalise et met en ligne des panoramiques étonnants !

Un petit clin d’oeil: la dernière photo de l’article étant géolocalisée, je n’ai pas résisté au plaisir de voir l’endroit où elle avait été prise… Quelle belle maison!

Bien sénégalaisement,

9)
François Cuneo
, le 12.03.2012 à 09:19
[modifier]

Tu montres en fin de billet, 2 “petits” boitiers avec 2 objectifs et un flash. Si je fais le rapport qualité/encombrement, je conserve mon 5DII et mes 4 cailloux

Sauf que là, tu as deux appareils et trois flashs. Toi tu n’as qu’un appareil et aucun flash.

Pour avoir eu le 5D, le Nikon D700, je peux te dire que le rapport qualité encombrement n’est pas du côté dont tu parles. Et pas que d’un peu.

Il aurait juste fallu que je mette ton 5D Mark II à côté des appareils pour que tu voies que tout ce que j’ai là pèse moins lourd que le D5 avec un 24-70.

Cela n’empêche pas que je désirerais le même appareil avec un capteur plein format. Mais ça viendra, ça viendra.

Laurent: tu vas rigoler, mais je ne sais plus comment on lie un fichier sur Cuk. Donc le RAW que je ne peux intégrer dans l’article (seuls le JPEG et le PNG peuvent l’être), je ne sais pas comment le mettre pour l’instant.

10)
guru
, le 12.03.2012 à 09:22
[modifier]

Intéressant ce NEX, mais cher. Je regrette aussi le choix limité d’optiques. Dès que je reçois mon Lumix G3, je me propose de vous faire parvenir quelques exemples de comparaisons avec le D700 et de vous expliquer mon choix.

Cela dit, la géolocalisation, c’est quand même redoutable !

12)
toto
, le 12.03.2012 à 10:40
[modifier]

@blazouf : superbe ta galerie flickr, gros kif de ma part!!! viens de me porter acquéreur d’un GX1, vais tester tout prochainement avec le 20mm/f1.7 yum yum :-)

13)
Arnaud
, le 12.03.2012 à 10:46
[modifier]

Bof, tout ça, c’est du passé! Vous avez entendu parler du Nokia 808 Pure View? Préparez-vous à une véritable révolution en terme de convergence ;)

Falk Lumo: The iCamera

J’essaie d’en prendre un pour quelques jours et vous en faire un petit article prochainement.

Amitiés,

Arnaud

14)
giampaolo
, le 12.03.2012 à 15:36
[modifier]

François, tu sais comme nous toutes et tous que l’essentiel d’un appareil de photo…. c’est ce qu’on en fait. L’essentiel c’est donc les photos. C’est un petit bijou… mais pas si petit que cela me semble-t-il. Pour moi quand je me ballade ou que je visite une ville, je prends juste mon Fuji X-100. Et c’est parfait. Et il est vraiment petit pour une très bonne qualité. Certes, je ne peux pas changer d’optiques mais pour cela…. j’utilise autre chose ;-)

15)
cerock
, le 13.03.2012 à 09:20
[modifier]

Merci François pour cette présentation que je vois un peu tardivement ;) Petite question pour toi qui a les deux… Si ce n’est le viseur et la meilleure autonomie… est-ce que cela vaut la peine de changer un NEX-5 ?

16)
François Cuneo
, le 13.03.2012 à 13:50
[modifier]

cerock, au prix où je revends le NEX-5 (que déjà au départ je n’ai pas payé cher), il ne vaut vraiment pas la peine de le revendre!

En plus, en vidéo, j’aime bien avoir plusieurs angles de prise de vue. Et comme le NEX-5 est super en vidéo aussi…

17)
Fabien Conus
, le 13.03.2012 à 14:01
[modifier]

Je suis un photographe plus qu’amateur, donc cet appareil ne me fait pas plus envie que ça.

MAIS, par contre, je suis super jaloux, François, parce que selon toute vraisemblance, tu as pris un brunch au Montreux Palace, et ça, c’est injuste !

:-)

19)
François Cuneo
, le 13.03.2012 à 19:10
[modifier]

Fabien, non non. Ne t’en fais pas.

Je me suis juste fait offrir un week-end de rêve au Palace de Montreux pour mon anniversaire.

Ça va mieux? :-)