Profitez des offres Memoirevive.ch!
Prise en mains du Sony SLT-A77

image

Le a77 ici avec l'objectif 18-55 f3.5-5.6. J'ai fait mes tests avec le 16-50 f2.8
Les images des boîtiers sont capturées sur le site de Sony. 

En attendant le NeX 7 qui ne devrait pas tarder, j'ai dans les mains un Sony a77 dont j'ai parlé abondamment ici au niveau de son viseur électronique doté d'une définition ultra fine de 2.36 mégapixels.

Oui, j'aime bien ce type de viseurs désormais, je ne vais pas revenir là-dessus, même si le fait d'apprendre que le Nikon D800 et son viseur optique sont dotés désormais d'une couverture de 100% me titille un peu. Rien ne remplace vraiment la visée optique normale, je suis bien d'accord au niveau du confort et du naturel surtout, mais les viseurs électroniques ont tout de même, en plus du fait qu’eux aussi couvrent 100% de l'image réelle, un certain nombre d'avantages, tel le choix des informations, des plus austères au plus complètes à pouvoir lire en gardant l'oeil au viseur.

Bon, alors pour le viseur, si vous voulez tout savoir ce que j'en pense, c'est ici.

J'ai aussi parlé ici du très mauvais manuel qui accompagne cet appareil.

Passons à la suite, parce que le Sony a77, ce n'est pas seulement un viseur, pas seulement un manuel non plus, c'est un boîtier, et un boîtier doté d'un capteur maison 24 Mp plutôt réussi, basé sur la technologie du miroir semi-transparent.

La technologie du miroir semi-transparent, parlons-en!

Voici une petite explication que je vous ai concoctée, je suis fort en infographie hein? Comment ça ces images et ces explications sont tirées du site Sony? Bon d'accord, les images sont de la firme, ainsi que les textes en italique sous les 4 images suivantes.

 

image

Contrairement aux appareils photo reflex numériques classiques, cette technologie ne nécessite pas de régler le miroir en hauteur. Offrant une prise de vue ultrarapide en continu, cette innovation affiche une vitesse exceptionnelle pouvant atteindre 12 images/s

 


image

La lumière reflétée est projetée via le miroir semi-transparent vers un capteur AF séparé, permettant ainsi une mise au point continue avec détection de phase et une prévisualisation en direct et en continu pour réaliser photos et films.

 


image

Avec une résolution atteignant 24,3 mégapixels effectifs, le grand capteur CMOS HD Exmor™ APS est doté d'un design évolué à faible bruit. Vous profiterez d'une qualité d'image remarquable pour les photos et pour les films Full HD.

 


image

Cadrez, faites la mise au point et affichez vos photos sans détacher vos yeux du viseur OLED Tru-Finder™. Avec une résolution XGA et un contraste très élevé et une couverture du cadre à 100 %, il n'a rien à envier aux viseurs optiques de qualité professionnelle.

Un gros avantage de cette technologie consiste dans le fait que l'appareil est relativement silencieux et les vibrations sont moindres que dans un système traditionnel où le viseur est animé (là c'est moi qui parle hein, vous avez vu, ce n'est plus en italique). De plus, les rafales peuvent être bien plus rapides (jusqu'à 12 images par seconde pour ce boîtier) puisqu'il n'est plus besoin d'attendre que le miroir se remette en place entre chaque image.

Mais tenez, vu que je ne suis pas chiche et que je tiens à donner la parole à ceux qui sont spécialistes et qui réfléchissent, je vous propose d'aller lire cet article des "Numériques" signé Franck Mée et daté d'août 2010, après la sortie des a55 et a33 de Sony.

Et comme je vous connais et je sais que vous êtes paresseux, je vous copie-colle ses conclusions sur les avantages et les inconvénients d'un tel appareil:

Par rapport à un reflex, cette nouvelle architecture a bien sûr avantages et inconvénients. Côté inconvénients, outre la disparition de la visée optique, il faut noter qu'une partie de la lumière est détournée vers le module autofocus : le capteur en reçoit donc moins que sur un reflex, sur lequel le chemin optique est parfaitement dégagé pendant la prise de vue. Ce problème était connu sur les autres appareils à miroir semi-transparent, Canon Pellix (argentique) et Olympus E-10 (numérique) par exemple.

Elle offre en revanche un avantage radical : les détecteurs de phase étant toujours illuminés, y compris pendant le déclenchement, l'autofocus est non seulement aussi performant en vidéo que sur les reflex en mode photo, mais également plus performant que sur les reflex pour une prise de vues en rafale : à 5 i/s, si le mouvement du miroir prend 1/10 de seconde, l'autofocus d'un reflex ne fonctionne que 50 % du temps et doit donc anticiper les mouvements du sujet. Les nouveaux appareils voient celui-ci en permanence, et peuvent se contenter de le suivre en continu sans se demander quand aura lieu le déclenchement...

En outre, sans miroir mobile, bruit de déclenchement et vibrations sont en baisse (seul le mouvement de l'obturateur reste), comme sur les "EVIL" — appareils photo sans miroir, comme les µ4/3, NX et NEX.

Au global, la formule est théoriquement idéale pour ce qui est de la mise au point sur des sujets mobiles. Sony ne s'y est pas trompé en mettant fortement en avant le mode rafale des deux premiers modèles, en parallèle avec l'autofocus qui marche vraiment en vidéo.

Franck Mée

C'est remoi, là.

Heu pardon...

C'est remoi, là.

Ergonomie

Je précise qu'il s'agit là du premier reflex Sony que j'ai pu essayer. J'ai bien utilisé et usé un certain nombre de Minolta argentiques et numériques, mais depuis la reprise de la marque par ledit Sony, c'est la première fois que je touche un gros boîtier à objectif interchangeable de la marque, si l'on excepte le NeX 5 qui lui est tout petit.

Ce boîtier est à la fois beau, bien fini et tient bien en mains. Il est relativement léger (1365 grammes sur ma balance, avec le zoom 16-50 f2.8, la batterie et la carte (une SD 32 Gb, c'est très lourd vous savez!), solide et protégé contre la poussière et l'humidité par différents joints même si sa tropicalisation n'est pas semble-t-il au niveau des appareils professionnels de Nikon ou Canon. Son châssis en alliage de magnésium assure sa rigidité et apporte certainement un gain de poids.

Cela dit, le a77 n'est pas un appareil professionnel, c'est un appareil expert, même si son obturateur est garanti "150'000 déclenchements".

Rien de très particulier au niveau des commandes:

image

Image Sony
Remarquez la poignée proéminente, comme sur
les Minoltas de l'époque. La tenue en mains est excellente. 

  • sur le dessus à gauche, la traditionnelle molette PSAM qui comporte en plus un mode tout automatique reconnaissant les scènes, des scènes (choix manuel), un mode vidéo, panorama, panorama 3D (pô essayé), un mode "rafale 12 images seconde"
  • au centre un micro stéréo sur l'avant de la griffe spécifique (merde alors) du flash
  • à droite du viseur, toujours sur le dessus, un bouton permettant de choisir la cadence de prise de vue (une par une, lente, rapide, avec retardateur), un bouton pour la balance des blancs, un bouton de correcteur d'exposition et un bouton ISO
  • tous ces boutons sont à utiliser avec les molettes avant et arrière tout à fait traditionnelles, molettes qui permettent par exemple le décalage de programme, les réglages de la vitesse et/ou du diaphragme selon les modes et que l'on active naturellement du pouce et de l'index
  • s'ajoute un bouton, toujours sur le dessus qui permet de forcer l'affichage de l'image dans le viseur ou sur l'écran
  • ah, j'oubliais: le petit écran LCD donnant les renseignements habituels, petit écran que je ne regarde plus jamais, puisque j'ai de toute manière tout à l'oeil dans le viseur ou à l'écran arrière...

image

image Sony

  • à l'arrière, le bel écran de 3 pouces de diagonale (7.5 cm) 921'600 pixels LCD TruBlack Xtra Fine  (je reviens sur lui un peu plus bas). Cet écran est tout à fait lisible dans presque toutes les conditions, et se trouve être orientable dans tous les sens ce qui est tellement pratique pour prendre des images dans des conditions juste impensables avec un viseur de base. Ce viseur et sont articulation sont juste incroyables. Voyez plutôt le petit film réalisé par DPReview ici.
  • sur le haut du dos, nous trouvons à gauche le bouton "Menu" qui nous amène aux... menus finalement assez bien réussis divisés en 6 pages principales elles-mêmes divisées en sous-pages. Je m'y retrouve plutôt bien, en tous les cas aussi bien que sur mes derniers Canon et Nikon
  • à droite du viseur le bouton "Movie" pour filmer des films vidéo. Juste à l'endroit où sur le NeX 5, j'ai la touche "Menu". Dommage...  dans la même marque, il faudrait retrouver la même disposition de boutons, même si l'un des appareils est plus ou moins un compact, l'autre un reflex
  • juste à droite, la touche AEL pour bloquer le calcul de l'exposition, de préférence à utiliser avec le mode "spot". Ce bouton est facile à atteindre dans des conditions de stress, bon point
  • un peu en dessous, le pad, un peu trop sensible, qui vous permet de vous déplacer dans les menus, de choisir le bon collimateur. Un appui sur le centre du pad en mode prise de vue active le collimateur central
  • le bouton Fn permet d'atteindre extrêmement rapidement les fonctions les plus importantes de l'appareil qui ne sont pas atteignables directement par un bouton dédié. Il n'est ainsi dans la pratique presque jamais besoin d'aller dans les menus pendant une séance de prise de vues
  • le bouton DISP permet de passer d'un mode d'affichage par-dessus l'image  à l'autre: vous voyez l'histogramme ou le niveau vous permettant de garder l'appareil bien horizontal ou encore rien du tout (mis à part les collimateurs et le quadrillage, modifiable selon les différentes règles de composition de l'image)
  • le bouton "loupe" qui vous permet de mettre au point de manière très précise
  • le bouton "aide" qui vous apporte de... l'aide de la même manière que je vous explique ce qu'est le bouton aide...
  • sur l'avant de l'appareil, nous trouvons un bouton permettant de tester la profondeur de champ et la petite mollette qui vous permet de choisir le mode autofocus (manuel, vue par vue, continu ou automatique)

image

  • le flanc gauche du boîtier (vu de derrière) est dédié à la connectique (HDMI, USB2, prise micro externe, télécommande, flash externe et alimentation) ainsi qu'à un témoin sur trois points pour le GPS qui fonctionne fort bien, pour autant qu'on soit à l'extérieur bien sûr

  • le flanc de droite est consacré à la carte SD. Les plus rapides sont supportées et, en cas de rafales, plutôt bienvenues
  • la batterie, comme il se doit, s'enfiche par le dessous de l'appareil. Notez qu'un module VG-C77AM peut être enfiché sous l'appareil pour augmenter l'ergonomie (mais aussi le poids) en prise de vue en mode portrait et pour améliorer l'autonomie puisque deux batteries peuvent y prendre place.

image

La facture se monte à 499 francs suisses, ils ne s'emm... pas chez Sony!

On s'y retrouve assez vite avec cet appareil.

Néanmoins, un certain nombre de subtilités sont de la partie et le manuel qui accompagne l'appareil n'est pas à la hauteur pour nous les faire découvrir. Par exemple, je n'ai vu nulle part (je ne dis pas que ça n'existe pas, mais si je ne l'ai pas trouvé, c'est bien la preuve qu'il y a comme un problème) l'explication du fait que la mise au point se fasse instantanément sur le centre de l'image si l'on appuie sur le pad en son centre.

Son écran doté 921'600 pixels est une petite merveille. Très lisible pratiquement dans toutes les situations, son système d'articulation dans tous les sens est tellement pratique pour prendre des images tout simplement imprenables l'oeil collé au viseur qu'on se demande comment on faisait avant. Bon... on se salissait les pantalons et les coudes, mais ce type d'écran permet des angles de prise de vue sans effort tout simplement incroyables.

Je précise que par rapport au D700 de Nikon, il n'y a pas photo. La prise de vue de type LiveView est tout aussi utilisable que sur un compact alors que sur le Nikon, il fallait vraiment le vouloir pour utiliser le LiveView. Il semblerait que les choses aient changé avec l'avènement du D800...

Je me permets de rappeler ici (je l'ai déjà fait plus haut) le petit film réalisé par DPReview montrant bien les possibilités de cet écran au niveau de l'articulation.

Et puis, je rappelle que le viseur est assez fantastique au niveau des informations qui peuvent être affichées. Vous pouvez ainsi voir un niveau sur les deux axes (horizon et verticalité) ou l'histogramme en temps réel pendant la prise de vue.

image

Une toute petite partie de tout ce qui peut être affiché dans le viseur: ici, le double niveau.

 

À noter que l'appareil passe de l'affichage dans le viseur à l'affichage sur l'écran de manière manuelle ou automatique selon qu'on a l'oeil collé au viseur ou pas et que cette dernière fonctionne à merveille.

Vivacité

Le Sony a77 est rapide.

Il s'allume instantanément, réagit au doigt et à l'oeil.

Le déclenchement est du niveau de la concurrence, soit instantané lui aussi (0.05 seconde).

Le seul problème au niveau ralentissement que j'ai rencontré est lié à l'affichage immédiat de l'image prise sur l'écran. Si j'active cette fonction, l'appareil n'affiche plus rien dans le viseur pendant une bonne seconde, ce qui est insupportable.

Il vous faudra donc désactiver l'affichage instantané pour être efficace, je ne comprends d'ailleurs pas très bien pourquoi.

L'autofocus est performant avec ses 19 collimateurs dont 11 en croix pour une bien plus grande précision est tout neuf chez Sony, rapide, et tout à fait silencieux avec l'objectif monté sur l'appareil: le 16-50 (équivalent à un 24-75) f2.8 ultrasonic.

Un mode suivi du sujet se montre assez efficace dans des cas pas trop compliqués.

Les rafales sont bien là, mais le buffer n'est pas un gouffre. Avec une carte très haut de gamme (on parle de carte SD n'est-ce pas, ici une SanDisk Extreme Pro 95Mb/s de 32 Gb), on ne va pas très loin en RAW.

Il faut dire que des images de 20 MB pièce, il faut les digérer, et qu'à 12 images par seconde, il vaut mieux que le buffer soit lourd, ce qui ne me semble pas être vraiment le cas.

Cela dit, j'ai vraiment un grand plaisir à utiliser cet appareil qui se montre pour le moins réactif.

En mode automatique du choix du ou des collimateurs (l'appareil reconnaît les visages et met au point ou calcule l'exposition en fonction) est tout à fait efficace. Et au cas où dans ce mode, vous n'arriveriez pas à mettre au point sur ce que vous voulez, visez votre sujet au centre, appuyez sur le pad, décalez et déclenchez. Tout cela est fort efficace.

Notons encore que l'obturateur monte au 8'000e de seconde et que la synchro-flash assure un correct 250e de seconde.

Qualité de l'image

24 Mp pour 4'000 sur 6'000 pixels, c'est pas mal tout de même non?

Le capteur Capteur CMOS Exmor APS HD 24 mégapixels propre à Sony (il ne manquerait plus que ça, Sony étant l'un des principaux fournisseurs de capteurs pour la concurrence) est une belle réussite, voyons pourquoi.

image

Vous pouvez regarder cette image en taille réelle en cliquant sur elle, puis en recliquant une nouvelle fois sur l'image obtenue. Attendez peut-être la fin du chargement pour que l'image soit affichée par Aperçu avec toute sa finesse. Netteté sur le centre de l'arbre en hauteur. Aucune accentuation dans Lightroom 4 autre que le traitement de base.

Les détails sont incroyablement là, bien sûr, mais...

Pour moi, la grande force de Sony, une fois de plus, c'est la balance des blancs étonnamment fidèle à la réalité. Autant j'ai toujours eu envie de refaire la balance des blancs de mes Canon, mais surtout de mes Nikon, autant là, franchement, je dois avouer que je ne refais rien. Je laisse tel quel.

Cette balance des blancs tellement réussie est certainement un héritage de Minolta qui a toujours été largement au-dessus de la concurrence dans ce domaine.

Vous me direz qu'en RAW, on s'en fout un peu de la balance des blancs puisque tout peut être refait. Certes, mais si les choses sont bien de base, ou disons plutôt bien, c'est toujours ça de gagné.

J'apprécie également énormément la douceur de ce capteur: au niveau de la dynamique, les hautes lumières sont superbement gérées. Comparé à mes derniers Nikon, des rayons de lumière sur un visage ne donnent pas une tache blanche avec une frontière bizarre avant de passer au ton chair. Non, cette lumière est absorbée par la peau, comme en réalité.

image

Vous pouvez regarder cette image en taille réelle en cliquant sur elle, puis en recliquant une nouvelle fois sur l'image obtenue. Attendez peut-être la fin du chargement pour que l'image soit affichée par Aperçu avec toute sa finesse.
La netteté est sur l'oeil droit. Enfin... l'oeil à droite sur la photo, l'oeil gauche de Titou en fait...
80e de seconde, f4, 250 ISO. Titou est face à la fenêtre (qu'on voit d'ailleurs tout comme moi dans son oeil). Notez qu'aucune correction n'a été faite dans Lightroom 4 avant export en JPEG.

Je me rappelle ne plus oser prendre mes enfants face à la fenêtre, moi entre la fenêtre et eux (vous situez)? La lumière directe était très mal gérée par les Nikon. Aucun problème avec le Sony doté de photosites pourtant bien plus petits que ceux de mon D700 (qui lui est full frame et était composé de bien moins de ces photosites).

Dans Lightroom 4 beta, la récupération des hautes lumières est très bien gérée.

image

Situation pour le moins difficile. En haut, sans récupération sur Lightroom 4. En bas, avec curseur "Tons clairs" tout à gauche (oui je sais, c'est exagéré, je fais ça pour montrer). Il a de la réserve ce capteur!

image

Remarquez la qualité du travail de Lightroom 4 et de son nouveau moteur. Contrairement à ce qui se passait avant, la récupération n'affecte vraiment que les tons clairs, ne donne pas des artefacts et ne détruit pas le reste de l'image.

Tiens, d'ailleurs, tirons un poil le curseur des tons foncés vers la droite, tout comme celui de la clarté et celui de la vibrance, pour voir.

image

Au niveau des hautes sensibilités, là, les choses sont moins évidentes.

Le Sony a77 est plus bruité que mon D700 par exemple, c'est certain. La gestion des hautes sensibilités, soyons clairs, ce n'est pas la plus grande force de cet appareil.

Cela dit, à 1600 ISO, les résultats sont très bons traités par défaut par Lightroom 4. Comme dans Lightroom 3 avec d'autres appareils, le grain obtenu ressemble passablement à ce que l'on obtenait avec de l'argentique.

image
1600 ISO, f2.8, 1 160e de seconde focale 16 mm 

Vous pouvez regarder cette image en taille réelle en cliquant sur elle, puis en recliquant une nouvelle fois sur l'image obtenue. Attendez peut-être la fin du chargement pour que l'image soit affichée par Aperçu avec toute sa finesse. Aucune correction dans Lightroom 4, je sais, on pourrait donner à Mina un coup de pep. Je préfère que vous voyiez l'export naturel du JPEG par le logiciel. 

Bon d'accord, je vous la traite rapidos, vous voyez bien que le bruit ne monte pas trop ou bien?

image

exposition +0.50, clarté +8, vibrance +15

Vous pouvez regarder cette image en taille réelle en cliquant sur elle, puis en recliquant une nouvelle fois sur l'image obtenue. Attendez peut-être la fin du chargement pour que l'image soit affichée par Aperçu avec toute sa finesse.

N'oublions pas que ce bruit s'aperçoit surtout en taille 1:1 et que cette taille 1:1 (en provenance d'un 24 MP montre bien plus de détails (et donc de bruit) qu'un appareil 12 MP.

image

Un petit test avec cette photo passionnante dans la pénombre

image

détail 1:1 à 400 ISO

image

détail 1:1 à 800 ISO

image

détail 1:1 à 2'000 ISO

image

détail 1:1 à 3200 ISO

image

détail 1:1 à 6'400 ISO

image

Relativisons le bruit à 6'400 ISO

Cela dit, j'aime particulièrement la douceur de cet appareil, douceur qui n'a rien à voir avec de la mollesse.

Je précise que le seul objectif dont je dispose est le Sony 16-50 SAL-1650 f2.8, très silencieux, très rapide au niveau autofocus et plutôt bien testé par les spécialistes.

Puisque je parle d'objectifs, celui-ci n'est pas stabilisé, comme ne le sont pas d'ailleurs la plupart des équivalents "24-70" de la concurrence.

Sauf que là, l'appareil lui-même est stabilisé, comme tous les Minolta (pardon, les Sony). Si la visée n'est elle-même pas stabilisée, la photo en tant que telle le sera et gagnera jusqu'à 4.5 vitesses par rapport à un appareil standard. Oui la stabilisation dans l'objectif est plus noble (on voit la stabilisation dans le viseur), mais au final, la stabilisation dans le boîtier a bien des avantages.

J'adore cette idée que tout objectif sera stabilisé par le boîtier. En effet, dans certains cas, même un 50 mm f1.4 tire des avantages de la stabilisation, en très basse lumière. Et si l'on veut utiliser un objectif stabilisé de chez Sigma par exemple (oui Jean-François, tu as raison, la gamme d'objectifs Sony est faible, c'est vrai), aucun problème pour le faire.

Donc on a le beurre et l'argent du beurre.

Notons que le petit flash intégré (nombre guide 12)  monte particulièrement haut au-dessus de l'appareil, évite bien les yeux rouges, mais sa portée est gênée par le pare-soleil du 18-50. Il faudra donc l'enlever. Je n'ai pas pu lui poser un puffer pour diffuser la lumière même si un puffer spécial "Sony" existe, vu la hauteur justement du dépliement du flash. Dommage parce que comme tous les flashs intégrés, sa lumière est bien dure. Une correction de plus ou moins 3 IL est de la partie.

Il est capable de piloter à distance (et sans fil donc) par exemple le HVL F58AM de chez Sony.

Au niveau vidéo

Ici, tout y est, mis à part le gain sonore réglable autrement qu'en mode automatique. J'aurais bien voulu pouvoir intervenir à ce niveau, pour gérer convenablement un concert par exemple, J'essaierai la chose à Habère Poche, on verra bien ce que cela va donner, je n'ai pas assez de recul sur ce point.

Nous avons un autofocus à détection de phase bien plus efficace qu'un autofocus à détection de contraste, autofocus plus performant que la concurrence en vidéo dû en grande partie au fait que nous nous trouvons avec un reflex à miroir semi-transparent, voir plus haut.

Le suivi de visage est également de la partie en vidéo et se montre très efficace.

Je vous laisse ici regarder quelques exemples chez dp.review.

Pour information, en AVCHD les enregistrements sont disponibles dans ces formats 1 920 x 1 080 (enregistrement 50p, 28 Mbits/s, 50i 24 Mbits/s, 50i Mbits/s, 25p 24 Mbits/s, 25p 17 Mbits/s).

En MP4, 1 440 x 1 080 (environ 25 images/s, progressif), environ 12 Mbits/s (débit moyen) / VGA (640 x 480, environ 25 images/s, progressif), environ 3 Mbits/s (débit moyen)

Du tout bon quoi.

Ici, le miroir articulable est bien évidemment bien utile et la prise en main de l'appareil évite les bougers.

Bien évidemment, le capteur APSC est un grand avantage pour gérer les flous d'arrière-plan, même si sur ce point, les capteurs plein format sont encore meilleurs.

En conclusion

Bien sûr, comme tout appareil japonais qui se respecte, le a77 est bardé de gadgets qui le sont plus ou moins comme le bracketing hyper facile à mettre en oeuvre (ce n'est pas un gadget, je l'admets) ou la correction des défauts des objectifs (vignettage entre autres à la volée). Mais vu que je travaille en RAW, je n'utilise pas certaines facilités offertes par ce boîtier. Je préfère les mettre en oeuvre via DXO ou Lightroom.

Cela dit...

J'aime vraiment beaucoup cet appareil, en particulier sa grande dynamique et sa balance des blancs.

J'aime aussi sa rapidité, son ergonomie sur presque tous les points.

Le défaut principal de Sony? Des accessoires qui ne sont pas donnés, et une gamme d'objectifs bien inférieure en nombre à ceux de Canon ou Nikon.

Dommage parce que sinon...

21 commentaires
1)
vibert
, le 17.02.2012 à 02:53
[modifier]

Hello François ! Un mot à propos du viseur électronique…

C’est je crois, le manque d’assurance que pousse certains photographes peu confirmés à apprécier l’histogramme et la simulation d’exposition d’un viseur électronique…

Alors que les plus chevronnés ne s’inquiètent plus vraiment de ces questions, notamment ceux qui ont une expérience de la photo argentique ayant appris à travailler « sans filet ». Parvenu à un certain niveau de confiance, préfère se concentrer sur « l’instant décisif », ce pour quoi le viseur optique excelle.

Un viseur optique dégagé d’informations parasites, permet d’accorder toute son attention au potentiel de la scène et à la qualité réelle de la lumière : sa texture, ses reflets, ses contrastes délicats… Ce qu’aucun viseur électronique n’est en mesure de retranscrire en ce début 2012, notamment à contre-jour. Pas même le meilleur viseur électronique du moment, celui de l’Alpha 77…

Ajoutez que le format RAW permet lors du post traitement, de retranscrire et d’amplifier certaines nuances très fines, que seul un œil exercé est capable de discerner…

Nuances qui sont masquées par les dispositifs électroniques qui caricaturent le contraste et « coupent » irrémédiablement le photographe des vibrations délicates qu’il désire exprimer.

Voilà je crois, qui aidera à mieux comprendre l’intérêt énorme que suscitent les viseurs optiques des Fuji X10 et X100…

2)
François Cuneo
, le 17.02.2012 à 07:35
[modifier]

Hello Jean-François,

J’ai encore mis l’oeil sur un Fuki X10 hier, c’est vrai que le viseur est juste splendide.

Celui du X10 l’est bien moins.

Après un bon mois avec ce A77, je suis toujours plus convaincu par son viseur.

J’ai visé des nuages avec le soleil qui perçait fort au milieu d’eux, c’était juste excellent comme résultat.

Moi non plus je n’aime pas regarder l’histogramme, mais tous les pros dans tous les bouquins ne jurent que par lui. Alors s’il peut être disponible pour ceux qui veulent, c’est tant mieux. Le viseur du X100 permet de l’afficher d’ailleurs…

Pour le retes, je te concède volontiers qu’un excellent viseur optique est meilleur que le meilleur viseur électronique actuel. Mais ils sont tellement rares ces bons viseurs optiques, que la plupart du temps, à tout prendre, je préfère l’électronique à ces choses infâmes qui nous sont offertes. Je ne parle pas seulement du viseur du Canon G12, qui lui est une rigolade, mais de bien des viseurs APSC.

3)
un collègue
, le 17.02.2012 à 08:22
[modifier]

Te connaissant François, tu ne vas pas le garder bien longtemps cet appareil …ni le NeX7 … bq%Auteur%. Texte %“Oui, j’aime bien ce type de viseurs désormais, je ne vais pas revenir là-dessus, même si le fait d’apprendre que le Nikon D800 et son viseur optique sont dotés désormais d’une couverture de 100 me titille un peu.” …ces simples mots me laisse penser que tu vas être le premier à sauter dessus…. Bonne journée

5)
guru
, le 17.02.2012 à 08:41
[modifier]

Après avoir longuement hésité, je viens de me décider à doubler mon D700 et son poids prohibitif (après un mois en Asie, je dois passer chez le kiné…) par un Lumix G3.

Mon choix était soit le NEX7, soit le G3. Ce qui m’a fait me décider, outre le prix de 500 à 1200€, c’est surtout le plus grand choix d’objectifs. J’ai eu le G3 en main à Bangkok. C’est impressionnant.

Je vous tiendrai au courant quand je l’aurai utilisé.

6)
zit
, le 17.02.2012 à 09:44
[modifier]

Rhaaaaa ! le retour des tests sur cuk.ch !

Bon, puisque tu nous a convié à regarder à 100%, j’ai été voir…

je sais que la fenêtre de commentaires ne permet pas l’affichage de toute l’image dans sa largeur, mais, faites le test d’afficher côte à côte la DSC01829 et la 01829-1 dans deux fenêtres de navigateur séparées, d’abord, c’est quoi, cette espèce de petit arc de cercle qui se balade ? Et puis ensuite (je suis vache, j’ai choisi l’endroit le plus étrange de l’image) j’ai une préférence marquée pour l’image de gauche, celle non traitée, à cause des bizarres irisations colorées au–dessus de l’œil et à droite, on à l’impression que la pauvre bête s’est maquillée pour sortir en boîte !

Je répêêêêêêêête tout le pas bien que je pense de ce viseur, qui me file la nausée, en fait, dès que l’on panote avec des lignes horizontales pas parfaitement horizontales, je préfère de très loin le viseur du X–100 sus–mentionné, voire même celui du V1, petit appareil qui me plait bien.

Sinon, je n’aime pas les appareils avec une « traditionnelle molette PSAM », je ne change pour ainsi dire jamais de mode d’exposition au cours d’une séance de prises de vues, ces verrues sont laides et font perdre la place à des boutons permettant un accès rapide à des commandes bien plus essentielles à mes yeux (c’est pour ça que je préfère de loin utiliser un D300 à un D 7000, par exemple, dans le noir, il est plus facile de trouver un bouton parmi trois sur le haut du boîtier qu’au dos).

Pour ce qui concerne l’écran orientable, oui, c’est vrai que c’est un plus très appréciable, dans certaines conditions bien particulières seulement, je préfère toujours et encore un vrai viseur pour… viser ? cadrer ?

Par contre, franchement dubitatif sur l’inflation des pixels, en fait, oui, c’est vraiment fabuleux pour un domaine qui m’amuse de temps en temps :

la macro, et les auto portraits !

z (mais le Nex 7, ça va faire presque un mois qu’il est arrivé de par cheu nous, je répêêêêêêêêête : pas mal, d’ailleurs, mais quand même un poil onéreux, et puis je me demande si ces deux magnifiques mollettes au dos ne tournent pas un poil trop facilement quand on porte l’appareil en bandoulière)

PS : sinon, héééé oui, le D800 E, impatient de voir ce qu’il a dans le ventre…

7)
iaka
, le 17.02.2012 à 10:42
[modifier]

@Guru : j’attends ton test du G3 avec impatience. Panasonic est pour moi trop peu présent (sur ce site et ailleurs). Pourtant le m4/3 a vraiment progressé j’ai l’impression (capteurs et objectifs) et a de sérieux arguments à faire valoir dans cette “évolution” de la photographie.

8)
François Cuneo
, le 17.02.2012 à 11:05
[modifier]

Il est peu présent sur ce site pour la simple raison que je n’en aurai point puisqu’au format 4/3 avec un coef de 2 au niveau des focales. Par contre, je me réjouis du test de Guru!

Zit,

de 1, tu es un peu sensible, masi tu as le droit (je ne te prêterai pas l’appareil, trop peur que tu vomisses dessus;

de 2, Mina a parfois quelques poussières accrochées à ses poils. D’où le petit cercle…:-)

9)
iaka
, le 17.02.2012 à 11:25
[modifier]

François en quoi un coef de 2 au niveau des focales est un problème ? Si les objectifs sont adaptés en conséquences (comme sur un APS-C d’ailleurs)…

10)
ysengrain
, le 17.02.2012 à 11:53
[modifier]

Miroir semi transparent comme sur un Canon Pellix d’il y a 40 ans ?

Je n’ai pas bien compris le but. Faire plus petit ? se mettre dans le moule du courant actuel ? Ne pas rééditer l’échec du A 900, magnifique appareil au traitement d’image insuffisant – il bruitait à 400 ISO ?

En clair, moi pas comprendre.

Et puis, les lois de la physique étant ce qu’elles sont… 24 MP sur un APS-C, voire 38 sur un FF, ça me donne le tournis. Méfiez vous !! le jour où les pixels se révolteront à force d’être logés à l’étroit … des rois ont perdu la tête pour moins que ça.

On dirait de l’innovation pour de l’innovation.

P.S. jetez un oeil aux premiers essais comparatifs, en termes d’images du Canon G1X ici . Tous les Fuji X10, autres compacts sont à la rue.

11)
Matkinson
, le 17.02.2012 à 13:29
[modifier]

mon D700 et son poids prohibitif (après un mois en Asie, je dois passer chez le kiné…)

Le D700 est effectivement bien lourd, surtout avec un 24/70 dessus. Pour y remédier, j’ai viré la sangle standard (bien trop voyante en plus), pour la remplacer par une BlackRapid (modèle RS4). Le jour et la nuit, tellement ce concept est génial. :)

12)
Stilgar
, le 17.02.2012 à 15:42
[modifier]

P.S. jetez un oeil aux premiers essais comparatifs, en termes d’images du Canon G1X ici . Tous les Fuji X10, autres compacts sont à la rue.

Comme d’habitude cela tire franchement sur le magenta côté Canon. Sinon le piqué est intéressant.

13)
François Cuneo
, le 17.02.2012 à 19:14
[modifier]

ysengrain, va lire chez Vibert ce qu’il pense de la course au pixel, il n’est pas forcément contre.

Quant au miroir semi-transparent, il permet des ajustements bien plus simples, des rafales plus rapides, diminution de la mécanique, donc moindres frais, et du moment que l’on fait des viseurs électroniques…

14)
Argos
, le 17.02.2012 à 21:35
[modifier]

Franchement pas convaincu par la chose. Au moment où en vidéo, le top du top c’est de bénéficier d’un viseur optique, il faudrait se plier à la mode du viseur électronique en photo. Le réflex, en la matière, reste insurpassable, d’autant que, dès la photo prise, il est possible de la contrôler avec l’histogramme sur l’écran arrière, devenu fort confortable. Bon, 24 Mpx je ne sais pas, sur mon D7000, qui dispose lui aussi d’un viseur à 100%, je trouve que 16 Mpx c’est déjà beaucoup, mais comme disait l’autre, on n’arrête pas le progrès. Le bruit, dès que les conditions de lumière deviennent défavorables, gâche quelque peu le résultat chez Sony. Photographier à 6400 ISO sans flash est possible sur le D7000, et se révèle quasi impossible sur le Sony. En photo sportive, la latence de la visée électronique reste un handicap. A quoi bon une cadence rapide si la visée ne suit pas ?

Il y aurait beaucoup à dire sur les fonctions vidéo de ces appareils. C’est très bon pour faire des clips musicaux, mais catastrophique en reportage, même affublé de divers gadgets. J’attends toujours un bon caméscope avec un capteur au format APS, celui qui s’apparente au cinéma.

16)
fxc
, le 18.02.2012 à 10:26
[modifier]

Un viseur optique dégagé d’informations parasites, permet d’accorder toute son attention au potentiel de la scène et à la qualité réelle de la lumière : sa texture, ses reflets, ses contrastes délicats… Ce qu’aucun viseur électronique n’est en mesure de retranscrire en ce début 2012, notamment à contre-jour. Pas même le meilleur viseur électronique du moment, celui de l’Alpha 77…

t’as de bons yeux tu sais…..(;D

17)
kubernan
, le 18.02.2012 à 13:49
[modifier]

Bonjour,

Je possède actuellement un D700. Je ne migrerai pas vers un D800. Ce genre d’engin ne me convient plus ; lourd et pas assez discret.

J’ai un temps lorgné sur le NeX 7 mais… aujourd’hui je préfère attendre : le Fuji XPro 1 semble plein de promesses. Wait and see… :-)

18)
Argos
, le 18.02.2012 à 15:44
[modifier]

Oui, François, j’ai mon chef-op qui me l’avait fait essayer en échange de mon précédent Nikon, un D90. Il a fait avec le Sony un reportage sur la danseuse-étoile du pays… et il a préféré continuer avec le D90. Mais j’avoue qu’‘il est peut-être un peu de parti-pris, utilisant quand il le peut une vieille chambre avec châssis en bois. Maintenant, j’essaierais bien le Fuji X-100 et son successeur.

19)
guru
, le 18.02.2012 à 22:04
[modifier]

Le D700 est effectivement bien lourd, surtout avec un 24/70 dessus. Pour y remédier, j’ai viré la sangle standard (bien trop voyante en plus), pour la remplacer par une BlackRapid (modèle RS4). Le jour et la nuit, tellement ce concept est génial. :)

Le kiné c’est déjà avec une BlackRapid qui est très bien mais tire un peu sur les cervicales…

Il est peu présent sur ce site pour la simple raison que je n’en aurai point puisqu’au format 4/3 avec un coef de 2 au niveau des focales.

Comprends pas… Différence pas énorme entre le 1,6x et 2x. Mais il faudra attendre quelques semaines pour le test. Je compte acheter ça avec un 14-140. Vous dirai quoi.

20)
Pierre.G.
, le 19.02.2012 à 01:57
[modifier]

Intéressant comme toujours de lire ces essais, à part certains commentaires qui tirent du n’importe quoi comme ce qui suit, je suis poli en le formulant ainsi et dont je me gausserai plutôt, j’ai regardé les tests, et ce n’est pas en photographiant des bouts de mappemonde que l’on juge des qualités d’un capteur, de plus sans aucune donnée sur les préréglages de l’apn.

Ne pas rééditer l’échec du A 900, magnifique appareil au traitement d’image insuffisant – il bruitait à 400 ISO ?

Sinon il y a des avis intéressants, ce que j’aime surtout c’est aller voir les galeries photo des détracteurs lorsqu’ils en ont, à propos, sur Sony on doit pouvoir monter quelque chose comme 2-300 optiques différentes dont une partie provenant de la monture A de chez Minolta, la seule focale absente actuellement est un 500, mais il y a beaucoup de monde pour l’appeler et peu pour s’en servir efficacement au final.

La visée électronique est selon mes essais l’avenir en photo animalière de par sa rapidité d’AF, il faut simplement employer un appareil pour ce à quoi il est destiné, on ne fait pas de café avec un moulin à poivre je crois…

21)
mikélé
, le 19.02.2012 à 18:32
[modifier]

Petite digression – pas trop hors sujet – sur le capteur du D800/E : Nikon a simplement déclaré que c’était une conception / fabrication conjointe avec un autre constructeur, sans donner plus de précision…

Tout le monde pense bien sûr à Sony mais la question reste plutôt l’utilisation ou non de sa technologie “Exmor R” par rétro-éclairage (“back-illuminated”), ce qui serait une première sur un capteur 24×36… Car Nikon a simplement fait mention d’une performance “ISO élevés” supérieure au D7000 (déjà très bonne) et comparable au D700 (excellente mais avec des photosites 3x plus gros).

Il sera intéressant de voir ce niveau de bruit car s’il reste bien contenu (disons du niveau du D700) malgré la monstrueuse résolution de 36.3 MPix, ils tiennent une technologie gagnante !

PS: @Matkinson : merci pour le conseil du BlackRapid… ça a l’air très bien ! :-)