Profitez des offres Memoirevive.ch!
Politiques de mise à jour mobiles: nous ne sommes pas tous égaux

À chaque mise à jour d’iOS, c’est toujours pareil : le soir même je télécharge et installe le nouveau système.

Et que se passe-t-il quand Google sort une mise à jour d’Android, ou Microsoft de Windows Phone 7 ? Tout n’est pas si rose… Je vous propose de jeter un œil à ces différences, et à leurs implications.

Je vais casser le suspense tout de suite, et préciser une chose : oui, Apple se tire très bien de cette comparaison. Mais le but de cet article n’est pas de taper sur les autres. J’ai toujours dit que je suis très attaché à Mac OS X mais je n’hésiterai pas à switcher vers une autre marque de téléphone le jour où j’ai l’impression qu’il y a nettement mieux ailleurs. Donc je me tiens au courant, et je compare… L’accès aux mises à jour est un point intéressant.

Le modèle d’Apple et de Microsoft

Pour Apple, c’est très simple : Apple contrôle le software et le hardware. Personne à part eux ne se placent entre le fournisseur et le client. Dès qu’une mise à jour est disponible, elle l’est pour tous les appareils compatibles immédiatement.

Pour Microsoft, c’est légèrement plus compliqué, mais très proche. Certaines mises à jour mineures peuvent être repoussées par les constructeurs ou opérateurs, mais pas les mises à jour majeures, qui contiennent évidemment les différentes mises à jour mineures.

Le modèle d’Android

Là, ça se complique. L’ouverture d’Android se révèle ici être une arme à double tranchant pour l’utilisateur. D’un côté, cette ouverture permet à des gens comme Amazon de faire un Kindle Fire. Le grand magasin en ligne a repris le code du système d’exploitation de Google, l’a modifié comme il le souhaitait et en a fait son propre système. Pour l’utilisateur, c’est un vrai point positif. Pour Google, évidemment, c’est un point négatif puisqu’ils ont travaillé pour leur concurrent…le coût de l’ouverture est ici flagrant.

Mais avec les années, on peut observer que cette ouverture a été très nocive pour les utilisateurs sur le plan de l’accès aux mises à jour. Cette ouverture, concrètement, permet aux constructeurs de téléphones (et, potentiellement, aux opérateurs téléphoniques aussi) de modifier le système d’exploitation livré par Google. Du coup, à chaque mise à jour, il y a une période d’adaptation nécessaire à chaque constructeur avant de rendre le système disponible à ses utilisateurs. Ça, c’est la version “bonne volonté”. Il y a aussi la version “mauvaise volonté”: pourquoi se casser la tête à maintenir des téléphones qui ont 12 ou 18 mois alors qu’après 24 mois, les utilisateurs auront la possibilité d’acheter un nouvel appareil, et donc de repasser à la caisse ?

J’aborde ici la possible mauvaise volonté des constructeurs à cause de l’historique lamentable qu’ils ont au niveau des mises à jour d’Android. Michael Degusta sur le site TheUnderstatement a fait un graphique très parlant à ce sujet, que je me permets de reproduire ici:

image

Tiré de l’article Android Orphans

Ce graphique montre les trois premières années de vie de chaque appareil. Si la ligne est verte, l’appareil profite de la dernière version du système. Si elle est jaune c’est la version N-1. Si elle est orange N-2 et rouge N-3 ou plus. En gros, à part les Nexus One et Evo 4G de HTC , aucun appareil n’est vraiment bien supporté dans sa 2e année de vie… ne parlons même pas de la 3e.

Degusta tire quelques statistiques à propos des 18 appareils sous Android de ce graphe:

  • 7 appareils sur 18 n’ont jamais pu faire tourner la dernière version de l’OS pendant leur période de vente
  • 10 appareils sur 18 étaient en retard de 2 versions ou plus avant la fin de leur 2e année
  • 11 appareils sur 18 n’ont plus reçu de mise à jour de support (sécurité, bugfix, etc…) moins d’une année après leur sortie
  • 15 appareils sur 18 ne pouvaient pas faire tourner la version Gingerbread, sortie 11 mois avant la date de l’article

Moralité ? Pour mettre à jour votre téléphone, achetez-en un nouveau.

Lors de la sortie d’Android 4.0, un 1.5 appareils étaient compatibles avec ce système. Le Galaxy Nexus et le Nexus S: deux appareils dont le développement est assuré par un partenariat très proche entre Samsung et Google. Pourquoi 1.5 ? Parce que seule la version GSM du Nexus S avait droit, à l’époque, à la mise à jour.

Et à cette date, la grande majorité des utilisateurs ne pouvaient même pas savoir si et quand leur appareil pourrait être mis à jour. Le site d’Android montrait les nouveautés du système mais n’indiquait pas comment obtenir la mise à jour… pour la bonne raison qu’il n’y avait pas de réponse toute faite à donner aux utilisateurs. Ces derniers devaient se renseigner auprès de leur opérateur, et éventuellement sur le site de leur constructeur. Expérience faite, la meilleure source était finalement les blogs de fans de la plateforme.

Regardons ce qu’il s’est passé depuis cette sortie, le 19 octobre 2011 soit il y a un peu moins de 4 mois. Le site d’Android nous renseigne à ce sujet:

image

Répartition des versions d’Android, au 01.02.2012. Image tirée du site d’Android.

Il faut chercher les parts correspondant à des versions 4.x. Cherchez bien… sur la droite, en tout petit… pour vous aider, voici le tableau correspondant:

image

Au total, il y a 1% du parc d’appareil qui utilise la dernière version. Et parmi les 99 % restant, à peine plus de la moitié utilise l’avant dernière version, la 2.3.x. Sur le parc entier, il y a plus d’un quart des utilisateurs qui tournent avec un système qui est sorti en septembre 2008 !

À titre de comparaison, au début janvier 2012 soit moins de trois mois après sa sortie, 66 % des utilisateurs iOS utilisaient iOS 5 ou 5.0.1, et seuls 1.72 % des utilisateurs étaient toujours sous iOS 3.x.

Pour contrer ce problème, Google a créé la “Google’s Android Update Alliance”. Une alliance entre constructeurs pour promettre des mises à jour rapides de l’OS. Malheureusement, cette alliance n’a pas beaucoup duré. Créée en mai 2010, la mise à jour majeure d’Android suivante, en version 4.0, l’a vraiment mis à mal.

Conclusion

Alors, c’est la cata ?

Pour l’instant: oui. Changer de téléphone pour arriver sur un système qui va évoluer et me laisser loin derrière, c’est absolument impossible pour moi.

Mais c’est que ce n’est pas la faute des développeurs d’Android: leur système s’améliore à chaque version. Ice Cream Sandwich (Android 4) a vraiment l’air d’être un bon système. Sans doute le premier qui pourrait vraiment rivaliser avec iOS.
Le problème, c’est qu’ils ont invité à leur table des hôtes dont les motivations n’ont rien de très noble.

Pour l’instant, le modèle qui laisse un contrôle quasi-total à l’entreprise qui fabrique l’OS est largement meilleur pour l’utilisateur qui souhaite rester à la page.

26 commentaires
1)
Inconnu
, le 07.02.2012 à 05:52
[modifier]

Quand je lis, comme içi, des gens compétants, quelque part encore passionnés par ce qui – pour moi – a depuis longtemps les germes de l’exécrable, qui écrivent que cela revient à changer de mobile, je me dit que ma très piètre opinion de ce délire total des mobiles ( aussi les OS en général ) n’est pas si mal embouchée, et relève d’une lucidité peu méritante de bon sens basique.

Je me demande si la conclusion l’article relève de la foi ( Dans son coté irrationnel et “pansement”) ou du syndrome de Stockholm.

2)
TroncheDeSnake
, le 07.02.2012 à 06:46
[modifier]

Je rêve d’un monde où iOs et Androïd puisse cohabiter sainement. Où les utilisateurs le l’un ne méprisent pas ceux de l’autre. Où l’on puisse être différents sans être adversaires, être complémentaires, où la concurrence serait un plaisir, un jeu, et non une guerre.

Je rêve d’un monde où chacun reconnaisse et encourage les qualités de l’autre, et soit à l’occasion un aiguillon stimulant pour son évolution.

Je rêve d’un monde où l’on puisse avoir choisi une option sans pour autant dévaloriser celles et ceux qui en choisissent une autre.

Je rêve d’un monde…

PURÉE! Six heures quarante! Y faut qu’jaille bosser!

3)
flup
, le 07.02.2012 à 07:30
[modifier]

Petit exemple pour confirmer ce que dit cet article: un Galaxy mini, sorti début 2011, ne dispose pas encore partout de la mise à jour sortie par Google… fin 2010. Il faut rappeler aussi qu’aux constructeurs s’ajoutent les opérateurs qui dotent parfois le système de petites subtilités en plus, ralongeant d’autant la sauce.

Un autre modèle, sorti courant 2011, n’exceptera pas ICS, parce que son processeur est trop lent paraît-il. Là, on a plutôt une illustration de l’absence de lien “matériel – logiciel” et son influence sur les mises à jour… ou (sous un autre angle) une des raisons pour lesquelles certaines marques peuvent vendre des smartphones 500 € moins cher qu’Apple. Mais on rejoint là l’antique différence avec les ordis Apple (et d’autres marques) et les modèles qu’on trouve en supermarché 3 fois moins cher.

4)
Sébastien Pennec
, le 07.02.2012 à 07:33
[modifier]

Passant,

Il y a tellement de bons côtés à tout ça… Si pour toi les OS en général sont un “délire total”, alors tu passes à côté de plein de belles choses. Mais c’est le monde des technologies qui est comme ça: il y a ceux qui suivent et ceux qui lâchent en route… Merci par contre de ne pas supposer que ceux qui suivent le font parce qu’ils sont des victimes.

On peut être très lucide sur tout ça, voir les belles choses et dénoncer les mauvaises. C’est d’ailleurs pour ça que je commence à faire des articles qui changent de ce que j’écris d’habitude. J’ai envie de partager le fait qu’il y a du bon et du mauvais dans tous ça, chez Apple et chez les autres.

TroncheDeSnake (Snake? Le jeu avec les pommes, ou Solid Snake? :-)

Tout à fait d’accord avec toi sur la cohabitation entre les utilisateurs. Cet article va dans ce sens. Il y a du bon et du mauvais partout. L’article se termine sur un compliment à propos d’Android 4, et j’espère que les à priori sur ce système vont changer. Il ne font pas se leurrer, par contre: si on arrive à changer la mentalité des gens à propos de ceux qui utilisent un système concurrent, on ne changera pas la mentalité des acteurs du marché: pour eux la concurrence n’est pas un joli monde où tout est beau et gentil…

Mais il ne faut pas que ça nous empêche de voir ce qui ne va pas du tout chez les uns et les autres. Rester sans support software moins d’une année après son achat, c’est inadmissible.

5)
TroncheDeSnake
, le 07.02.2012 à 07:44
[modifier]

Mais il ne faut pas que ça nous empêche de voir ce qui ne va pas du tout chez les uns et les autres. Rester sans support software moins d’une année après son achat, c’est inadmissible.

Tout-à-fait d’accord. Et pis en même temps, tant que ça marche…

Que veux-tu, je suis d’une génération qui n’a connu qu’un téléphone dans toute son enfance: Une boîte noire accrochée au mur…

A l’époque on changeait d’appareil quand il était devenu irréparable. Mais précisément, cela veut dire que, vingt ans après son installation, il l’était encore, réparable, donc bénéficiait d’un support. Ce qui va dans ton sens.

Tout va tellement vite… Comme disait l’autre: “On va dans l’mur? Pas de souci! On sera mort avant!”

TroncheDeSnake (Snake? Le jeu avec les pommes, ou Solid Snake? :-)

Ni l’un ni l’autre. Mon nom est Python. Ou plutôt: My name is Thon. Py Thon.

7)
flup
, le 07.02.2012 à 07:54
[modifier]

Oui et non. C’est sûr qu’au niveau mise à jour Apple marque un point. Il y en a d’autres dans ce sens, d’autres encore en sens contraire. Et tout l’intérêt de nos discussions est de permettra à chacun de faire un choix (on sous-estime grandement la force du choix du consommateur… quand il a le choix) en fonction de son utilisation propre.

8)
Obi1
, le 07.02.2012 à 08:09
[modifier]

Une chose m’échappe, faut-il absolument avoir la dernière mise à jour du système? Entre une version stable vieille de deux ans et une version récente potentiellement instable et bugée, quel est la meilleure option? Je n’ai pas de téléphone “intelligent”, donc je suis mal placé pour juger. Cependant je connais des personnes utilisant un iPhone 3 avec une vieille version d’iOS et qui ne sont pas plus malheureuses qu’une autre utilisant l’équipement “dernier cri”.

Ces derniers jours Apple a sorti une mise à jour Snow Leopard qui rendait l’impression depuis Rosetta impossible. La dernière mise à jour Lion 10.7.3 a rendu le système inutilisable chez un nombre non négligeable de personnes, selon MacBidouille. Donc parfois il veut mieux être en retard.

9)
Sébastien Pennec
, le 07.02.2012 à 08:21
[modifier]

TroncheDeSnake,

Tant que ça marche, non… À l’époque de l’appareil dont tu parles, oui on pouvait voir les choses comme ça. Mais maintenant, les constructeurs te promettent 1000 choses, dont une partie qui t’es livrée après l’achat. Il y a même un constructeur de tablette qui a promis une mise à jour hardware après l’achat! Ces constructeurs ne peuvent pas promettre plein de choses et lâcher le client une fois la facture payée.

À l’époque, on te promettait un appareil indestructible, et la promesse était tenue. Maintenant on te promet un appareil qui est évolutif, et c’est là que se trouve le problème.

flup,

Tu as raison: il y a des points où Apple est mauvais. Pas tant que ça mais certains sont très mauvais. iTunes devient une usine à gaz. Leur centre de notification est resté mauvais pendant des années jusqu’à ce qu’ils copient celui d’Android, qui était excellent dès le début, etc…

Obi1,

Non, il ne faut pas absolument la dernière mise à jour. Mais ton premier exemple est une caricature, pas la réalité. Evidemment, entre une version vieille mais stable et une version nouvelle mais pourrie, mieux vaut la vielle… mais la réalité n’est pas comme ça. Autant chez Google qu’Apple, ils savent sortir des OS de qualité avec assez peu de bugs. Ton exemple sur Lion est juste: parfois ça saute, mais en prenant compte la complexité d’un OS (mobile ou desktop), on ne peut pas dire que la qualité générale est mauvaise.

Ce qui est vraiment important, par contre, c’est d’avoir les mises à jour de “support”. C’est à dire les patchs de sécurité, etc… Si ton appareil ne peut pas se mettre à jour, il ne profite pas de ces patchs.

10)
Inconnu
, le 07.02.2012 à 08:33
[modifier]

Merci par contre de ne pas supposer que ceux qui suivent le font parce qu’ils sont des victimes.

Alors je ne suppose plus, j’avais jusqu’alors une guoguenarde affection pour les techno-addicts, pour leur role d’essuyeur de platres, et aussi nous instruire, nous les tecno-ploucs, avec quand mêmes un peu de compassion ( c’est humain, non ? ) pour leur affres.

Mais quand la ” fabrication du consentement” est revendiquée par ceux, qui, je le maintiens, la subissent, je me plie à leurs doléances.

il y a toujours des belles choses, mais toujours aussi un “prix”, alors si c’est celui totalement disportionné de la “soummissions consentie”, je me réserve ce qui me reste de libre arbitre, pour “être” dubitatif.

11)
ysengrain
, le 07.02.2012 à 09:19
[modifier]

Je m’interroge à propos de la vision d’ensemble des acteurs hors Apple.

Hors Apple, parce que la sortie du 1er iPhone qui n’était pas vraiment un smartphone au sens admis aujourd’hui, les “autres” ont regardé “the stuff” avec mépris. Il n’y a qu’à se rappeler les remarques inénarrables du non-moins inénarrable Ballmer à la sortie de l’iPhone. J’imagine que les semblables de Ballmer n’ont pas vu venir le rouleau compresseur qu’est aujourd’hui le couple iOS-iPhone et je ne laisse pas de côté dans mon esprit qu’à côté de ce couple, en existe un plus que cousin MacOS-Mac – et je n’oublie pas l’iPad.

Le rouleau compresseur mis en oeuvre a permis aux “autres” de s’apercevoir qu’il y avait sans doute du business à faire.

Google: aucune expérience d’un OS ou du matériel. On connait la suite. Et la stratégie a été de semer son OS ouvert (voyez comme on est gentils) à tous, multipliant ainsi les choix pour les marques, oui, mais aussi pour les utilisateurs: Sébastien vient de nous l’expliquer.

µMou: Tellement en retard, n’ayant dans un premier temps pas la capacité de mettre en oeuvre la maitrise matérielle et logicielle. Il a fallu Nokia et pouf-pouf !!

En clair, il n’y a pas d’autres alternatives pour Google que la pratique actuelle … sauf qu’on peut s’interroger sur la pérennité d’un tel système à l’heure de la crise financière colossale qui va sans doute faire stagner ou reculer le pouvoir d’achat (cf la vente des voitures en Janvier dont la baisse dépasse 20% en France

Un dernier mot sur Apple. L’iPhone 3G et la mise à jour 4.1 !! camarades souvenez vous !!

12)
Sébastien Pennec
, le 07.02.2012 à 09:51
[modifier]

Il n’y a qu’à se rappeler les remarques inénarrables du non-moins inénarrable Ballmer à la sortie de l’iPhone.

Effectivement. Aujourd’hui Apple gagne plus d’argent grâce au seul iPhone que Microsoft en entier…

On ne peut pas nier l’influence qu’a eu l’iPhone. Il n’y a qu’à voir les appareils Android d’avant 2007 et les comparer avec ceux d’après 2007… Avant, l’inspiration venait de Blackberry, et depuis elle vient d’Apple. Mais il ne faut pas pour autant tout enlever à Android.

Google a, à mon avis, pris la mauvaise direction en visant l’ouverture, car cette ouverture profite aux mauvaises personnes. Ils tentent maintenant de revenir peu en arrière en imposant que leur GUI doit être présente dans chaque version de l’OS, en plus de la GUI développée par le constructeur. Ce n’était même pas le cas avant, imagine la liberté du constructeur! Ils ont sans doute fait ça au départ pour attirer les constructeurs mais je pense qu’ils doivent regretter maintenant.

MS est effectivement en retard, mais a un bon produit. Ils étaient aussi en retard pour la XBOX, et c’est maintenant une très bonne console. On peut leur laisser une chose: ils n’ont pas peur d’investir des années et des milliards pour faire avancer un projet qu’ils pensent être bon. C’est ce qu’ils ont fait pour la XBOX, avec raison. C’est ce qu’ils font maintenant avec Bing et Windows Phone… l’avenir dira s’ils ont raison de continuer… Personnellement j’espère que Windows Phone aura du succès… Vu l’état du marché, il y a largement la place pour 3 plateformes majeures.

13)
Arnaud
, le 07.02.2012 à 12:25
[modifier]

Il ne faut pas perdre de vue la finalité de ces OS: Apple vend du matériel, Microsoft des licences et Google de la publicité…

iOS doit donc mettre en valeur le matériel, d’où cette compatibilité ascendante.

Microsoft de son côté doit s’assurer de la cohérence de la plateforme en laissant aux OEMs la possibilité d’ajouter leur propre différentiation (services, applications). La compatibilité ascendante du framework applicatif est donc importante (Silverlight, DXA), celle du noyau de l’OS moins. Le consommateur est donc assurer d’utiliser les applications de MarketPlace mais devra acheter un nouveau mobile (et donc une nouvelle licence) s’il souhaite avoir les dernières fonctionnalités.

Enfin, Google veut toucher le plus grand nombre d’utilisateur, d’où la gratuité, tant que ses services sont bien présents afin de valoriser les données de l’utilisateur à travers ses services (moteur de recherche, etc.). La compatibilité ascendante n’est donc pas prioritaire.

14)
Arnaud
, le 07.02.2012 à 12:31
[modifier]

Vu l’état du marché, il y a largement la place pour 3 plateformes majeures.

Merci ;)

15)
pat3
, le 07.02.2012 à 12:40
[modifier]

J’aime bien ton article, Sébastien, mais il a quelque chose d’effrayant. Moi qui continue de bien vivre avec mon iPhone 3GS, acheté il y a, pouf… avec le dernier iOS, je suis bien content du suivi d’Apple. Je me souviens de l’amélioration incroyable qu’avait apporté iOS 4 à mon iBidule. Je suis donc d’accord avec la partie de ton analyse portant sur l’iPhone.

Mais après, bien que je m’intéresse aux technologies, je me suis lassé il y a assez longtemps de la course à l’échalotte. Ce sont des outils, et s’ils sont fonctionnels et agréables, ça me suffit largement. Je ne maitrise pas tous les aspects de mon mac, encore moins, je crois, ceux de mon iPhone, et qu’ils aient une certaine stabilité sur trois ans me va très bien; c’est à peu près le temps de renouvellement minimum chez moi, et c’est aussi le temps qu’il me faut pour apprendre les rouages et les finesses de ces outils.
La question que je me suis posé après l’exploitation qui a été faite du graphique que tu réutilises, c’est: l’OS était-il satisfaisant pour l’acheteur au moment de l’achat? Et quel “progrès” (je ne dis pas quelles améliorations, certaines peuvent nous être totalement inutiles) apporte le nouvel OS à l’usage?

Mais heureusement qu’il y a des Sébastien Pennec pour s’intéresser de près à l’avancée des technologies, ça me donne à lire et à apprendre, et au moment de faire le choix crucial d’un renouvellement, ça me donne quelques éléments importants pour faire un choix qui me satisfasse.

16)
Sébastien Pennec
, le 07.02.2012 à 12:49
[modifier]

iOS doit donc mettre en valeur le matériel, d’où cette compatibilité ascendante.

100% d’accord avec toi sur le fait qu’Apple vend avant tout du matériel. Mais pas avec ta conclusion. S’ils voulaient maximiser leurs profits, ils devraient pousser les gens à changer de téléphone, donc suivre les idées des constructeurs d’appareils Android. Hors ils font l’inverse. Plutôt que de compter sur un plus grand nombre de ventes, ils comptent sur une marge plus grande. L’existence de modèles “S” comme le 3GS et le 4S n’est pas un hasard: ils n’ont pas besoin de sortir un modèle complètement neuf chaque 12-18 mois, et leur marge prend l’ascenseur en gardant tout pareil et changeant juste quelques composants internes.

Google veut afficher un max de pubs, là aussi on est d’accord. Ils ont donc besoin d’un maximum d’appareils avec leur système. Mais dans ce cas, pourquoi est-ce qu’ils commencent à faire machine arrière en forçant les constructeurs à inclure leur version de l’UI avec Android 4.0? Je crois qu’ils font ça pour tenter de faire perdre un peu de leur pouvoir aux constructeurs. Ils ont bien compris qu’une fragmentation trop forte n’est pas bonne pour leur plateforme, et donc pour leurs revenus à long terme.

Pour Microsoft, c’est un peu plus difficile de bien comprendre, parce qu’ils n’ont pas encore fait autant de cycles complets que Apple ou Google… leur système est nettement plus récent. Mais à ce que j’ai lu, ils ne laissent justement pas tant de place que ça aux constructeurs et restent maître de leur software et surtout de la distribution de leurs mises à jour. Ils ont d’ailleurs bien joué leur coup au niveau des brevets: si tu veux faire un nouveau téléphone, maintenant, tu as le choix utiliser Windows Phone et payer des royalties à MS, ou utiliser Android et… payer des royalties à MS :-)

Microsoft va peut-être représenter la sortie de secours idéale pour des géants comme Nokia ou Sony Ericsson qui n’ont vraiment pas vu le puck arriver et sont maintenant coincés sur le marché des dumb-phones… leur marché principal est en train de mourir et rien ne va inverser la tendance. MS les empêchera peut-être de devenir des nouveaux Kodak.

17)
Sébastien Pennec
, le 07.02.2012 à 13:02
[modifier]

pat3,

Merci beaucoup :-)

Deux points:

1. Un iPhone 3GS est encore un très bon appareil. Il ne faut pas se laisser avoir par l’idée qu’un appareil est soudain mauvais une fois que son remplaçant est arrivé. L’appareil n’a pas changé d’un poil, c’est juste le référentiel qui a bougé, et ce n’est pas ça qui donne la satisfaction quotidienne d’utiliser du matos de qualité, ou qui nous convient.

2. Oui ce sont des outils. Le but n’est pas de les maîtriser, ni de les utiliser à 100%… Le but est de trouver celui qui te convient, celui qui fonctionne comme tu réfléchis. Je crois qu’il faut changer de téléphone le jour où le nouveau modèle t’apporte quelque chose de vraiment nouveau.

Répondre à ta question est très difficile, car il y a tellement de profils d’utilisateurs différents qu’on ne peut pas dire “Android X.Y était satisfaisant”. Android a été un assez bon système vers la version 2.2, et a continué à s’améliorer depuis. C’est par contre plus facile de te répondre en parlant de concurrence: Android est un vrai rival pour iOS depuis sa version 4.0, donc depuis la dernière version majeure.

Ce qui me passionne dans l’évolution des produits mobiles, depuis quelques années, c’est le vrai plus qu’ils apportent et la transformation qu’ils provoquent. Le nombre de choses que je fais maintenant sur mon téléphone et que je devais impérativement faire sur un ordinateur avant est impressionnant. L’arrivée des tablettes est aussi un sujet passionnant. On vit maintenant une époque charnière, parce qu’un mode vraiment nouveau d’utilisation de la technologie est en train de s’installer pour le grand public!

18)
Leo_11
, le 07.02.2012 à 13:18
[modifier]

J’ai u HTC Desire sous Android 2.2 qui est bloqué par HTC sur cet OS (à cause de Sensee paraît-il)

Ni une ni deux, je l’ai rooté (craké) et installé une ROM alternative (MildWild pour ceux qui connaissent) qui est basé sur le dernier OS officiel (2.3.7) et j’ai une tablette Nook Color également rootée qui tourne sous Cyanogen 9 (4.03 Ice Cream Sandwich).

Tout ça pour dire que la communauté Android est extrêmement active pour palier aux désagréments exposés dans cet article (fournisseurs/opérateurs)…

Et dans l’état actuel des choses… je ne suis pas près de laisser mon portable pour un iPhone… je peux faite tout ce que je veux avec mon MacBook Pro sans aucuns soucis…

19)
Alain Le Gallou
, le 07.02.2012 à 13:27
[modifier]

@Sébastien tes arguments reprennent les articles qui tournent sur des dizaines de sites, en oubliant que 95 % des gens n’en ont rien à foutre de changer de version d’OS, et même ne savent même pas que c’est possible.

Pour ta conclusion, j’ai comparé, car j’ai un iPhone et un Android avec la version précédente, et je ne suis pas pressé de passer à ICS prévu en mars, car c’est déjà mieux comme fonctionnalité que sur mon iPhone. J’ai maintenant tout ce dont j’ai besoin, ce qui n’était pas le cas avec mon iPhone. Je donne que deux exemples : 1/ un fichier n’est pas lié à une application, mais peut-être lu par toutes les applications qui le désirent, 2/ Android peut lire une clé USB et transférer les photos qu’elle contient sur n’importe lequel de ces dossiers, et cela bien sûr sans m’emmerder à passer par iTunes, idem pour récupérer mes dossiers et mes fichiers sur mon Mac.

PS : Je rajoute avec l’iPhone j’étais obligé de jailbreaké pour avoir un peu mieux, avec Android je reste en standard.

20)
Diego
, le 07.02.2012 à 13:33
[modifier]

Merci Leo de rappeler ce qu’est l’essence du libre : la communauté.

Il est en effet grâce à l’ouverture du logiciel et à la communauté qui l’entoure assez simple de contourner tout blocage imposé par un constructeur.

21)
Sébastien Pennec
, le 07.02.2012 à 14:31
[modifier]

Leo_11 et Diego,

Je ne doute pas qu’on puisse faire plein de choses avec des connaissances techniques. Mais l’utilisateur moyen n’a pas ces connaissances et ne souhaite sans doute pas les avoir. Est-ce qu’on peut demander aux gens qui dépensent une certaine somme pour un téléphone de compter sur la communauté pour avoir droit à ce que je considère être un service normal? La réponse est non… Et donc à ces gens qui n’y connaissent rien, qui ne savent pas ce que “rooter” signifie, tu leur explique sur si leur téléphone n’est pas à jour, c’est parce qu’ils “n’utilisent pas la force de la communauté”?

La communauté, la force du libre… c’est très bien dans certains cas (j’ai bossé à plein temps sur des logiciels open source, j’ai une toute petite idée du principe, et des bénéfices)… mais il y a des cas où ce n’est pas un avantage… quand, par exemple, la personne qui aurait vraiment besoin de bénéficier de cette communauté n’a pas les connaissances techniques nécessaires, et qu’une autre personne avec un intérêt financier peut changer ce qu’elle veut dans le système et bloquer les utilisateurs.

Android possède une super communauté, je le sais et je ne le nie absolument pas. Ce que je critique fortement, c’est qu’un utilisateur qui achète un HTC Desire soit obligé d’avoir recours à cette communauté parce que son opérateur et son constructeur le laissent tomber. Invoquer l’existence de la communauté comme secours en cas de blocage, c’est ne pas se rendre compte que ce secours, on ne devrait pas en avoir besoin!

Le problème d’Android, c’est justement cette ouverture. Les gens “techniques” ne le voient pas parce que souvent, pour eux, “ouvert == bien”. Et donc plus c’est ouvert, mieux c’est. Oui, c’est vrai pour les frameworks open source, pour plein de choses… mais c’est pas une conclusion qui s’applique à toutes les situations. Dans ce cas précis, c’est une bêtise. Ceux qui profitent de l’ouverture le font en emprisonnant les utilisateurs.

Alain,

Je n’oublie pas ces gens là. Mais comme ils n’en ont rien à foutre, ils ne sont pas dérangés par le problème, tout va bien pour eux. Quel est l’intérêt de les citer dans un tel article? Juste pour ne par les vexer? :-) Mais comme je l’écrivais à propos du téléphone en Bakélite: maintenant on nous vend des appareil qui sont supposés évoluer, et les constructeurs s’en moquent en fournissant un service très mauvais.

Tes remarques iOS vs. Android sont valables, mais ce n’est pas le sujet. Android et iOS ont tous deux des points très positifs et des avantages l’un sur l’autre. La “configurabilité” d’Android en est un. Tu avais un iPhone qui ne te satisfaisait pas et tu as changé pour quelque chose qui te convient: cool! C’est le principal! Et pas de savoir qui de iOS ou Android est “meilleur”.

22)
Leo_11
, le 07.02.2012 à 15:00
[modifier]

@ Sébastien…

Tu as entièrement raison…

MAIS…

Celui qui a envie de faire quelque chose de plus et qu’il n’a pas les connaissances de base, il le peut facilement car il existe des tuto’s diablement simples et accessibles au commun des mortels… (je parle en connaissance de cause…)

Celui qui n’a pas les connaissances et ne veut pas les acquérir, lui il s’en fiche complètement si son terminal est à jour, s’il bénéficie de la toute dernière mouture de son système ou pas… ce qu’il veut c’est que son appareil fonctionne… et même avec un système dépassé… il va fonctionner…

23)
Sébastien Pennec
, le 07.02.2012 à 15:10
[modifier]

Leo_11,

Oui et non… :-)

Tu mets dans le même panier celui qui n’y connait rien en technique et celui qui n’est pas intéressé par les nouvelles fonctionnalités… Pour moi il y a deux profils ici: celui qui n’y connait rien en technique mais est au courant des nouveautés et celui qui n’y connait rien en technique mais qui ne s’intéresse pas aux nouveautés.

Avec le battage médiatique que fait Apple à chaque mise à jour d’OS, les gens savent maintenant que les mises à jour existent. Ajoute à ça les promesses faites par les constructeurs et les vendeurs de téléphones dans les magasins (chez Orange ils sont forts pour ça), et la couverture médiatique de la sortie de téléphones sous Android 4.0 (couverture plus restreinte que pour iOS, mais pas inexistante pour autant).

Il y a plein de gens qui savent très bien qu’une nouvelle version d’Android est sortie en fin d’année mais qui ne savent pas “rooter” un téléphone. Ils vont au magasin où ils ont acheté leur téléphone et on leur dit que ça ne va pas être possible, mais qu’un nouveau contrat de 2 ans avec un nouveau téléphone arrangerait leur problème. Ces gens là méritent des mises à jour faciles et prévisibles. Il ne doivent pas être forcés d’aller lire des tutoriels, si bien faits soient-ils et prendre le risque de flinguer leur téléphone s’ils lisent une ligne de travers.

(petit aparté: 10 ans bientôt que j’écris ici et les débats sont toujours aussi intéressants… y’a des sites où ça serait déjà parti en vrille… merci à tous :-).

24)
ptinutz
, le 08.02.2012 à 05:33
[modifier]

En tout cas une chose est sure le mariage mixte apple et android de chez sony n’est pas bon. Parce que mon petit xperia que j’aime beaucoup, quand j’ai une mise à jour, je dois aller chez une copine qui a un PC, parce que pas moyen avec un mac. Et en effet, mon petit xperia à bientôt 18 mois, mais je n’ai pas beaucoup d’espoir de le voir dépasser le 2.3.3… mais je suis déjà contente au début sony parlait de ne même pas le passer en 2.2, donc pas de skype…

Mais comme je le dis à part le fait que mon ordi, un gentil macbook et mon smartphone, le petit xpéria, je les aimes tous les deux et personnellement à part ce problème d’upgrade et le fait que synchroniser android avec un mac est très chiant, j’aime beaucoup android. Parce que pour moi qui vit en Australie et qui passe mon temps à jongler avec un dico anglais et français, j’aime le fait de ne devoir presser qu’une seule touche pour passer d’un clavier à l’autre, j’aime les trois boutons d’android menu, home et back…

J’ai très envie de m’acheter une tablette m’étant mise à lire sur un écran et mon xperia est quand même un peu petit, mais maintenant, j’ai de grandes hésitations, une android avec des programmes que je trouve mieux fait et un clavier/dico très bon ou un choix de programme que je préfère et une meilleure synchronisation. Oui parce que ceci est une de mes tristesses pour la tablette android, il n’y a pas d’aussi bon jeu que sur ipad…

25)
Leo_11
, le 08.02.2012 à 07:15
[modifier]

Android est un vrai rival pour iOS depuis sa version 4.0, donc depuis la dernière version majeure.

Qu’est-ce qui te fait dire ça ???

ICS est le premier système Android qui soit adressé autant aux téléphones portables qu’aux tablettes… Mis à part ce détail GingerBread et même FroYo sont largement aussi efficaces que iOS…

Donc Android est devenu un vrai rival d’iOS dès la version 2.2… voir la 2.1 Eclair…

26)
Sébastien Pennec
, le 08.02.2012 à 07:42
[modifier]

Si la nouveauté d’ICS, pour toi, c’est la compatibilité téléphone/tablettes, alors oui, il n’y a rien de nouveau et c’était bien avant :-)

Plus sérieusement, dans la version 4.x l’UI est nettement plus raffinée, ils ont fait un sacré progrès là dessus.

Le HomeScreen est maintenant meilleur que celui de l’iPhone. L’arrivée du browser Chrome est aussi un grand pas en avant… il est nettement meilleur que celui d’avant.

En fait Google est une boîte d’ingénieurs, pas de designers. Tout chez eux le montre. Leurs interfaces sont toujours efficaces mais rarement belles. Et Android reflétait ça jusqu’à la 4.0 où je trouve qu’ils ont fait un vrai effort dans ce sens.