Profitez des offres Memoirevive.ch!
Qobuz, la musique dans tous ses états

Je ne sais pas si c'est moi ou quoi, mais j'ai un petit problème avec les sites qui vendent de la musique: leur système de recherche est archinul.

Prenez iTunes et son magasin en ligne (le iTunes Music Store): comment faites-vous pour rechercher les nouveautés de variété française, par exemple?

Une recherche iTunes aboutit chez moi la plupart du temps sur un foutoir sans nom. Tu reçois 46 albums dans la tronche même pas forcément classés les plus récents devant, ce qui est pour le moins agaçant.

Je ne comprends pas comment personne n'a pensé à offrir mieux au niveau outil de recherche chez Apple, mais chez bien d'autres aussi.

Lorsque je suis passé sur Soundshack, le site de 20 minutes qui offrait de la musique en streaming en Suisse c'était la même chose en pire. Retrouver un album relevait de l'exploit. OK, j'exagère un peu, mais pas tant que ça.

Cela dit, notre ami Sounshack s'arrête fin décembre et rembourse ses utilisateurs. Soi-disant que les Suisses ne sont pas encore prêts pour le streaming.

Je leur ai écrit qu'en effet, le Suisse n'était pas prêt au streaming comme ça: difficulté de recherche, nouveautés qui peinent à arriver, page d'accueil qui ne bouge pas pendant des semaines, bref, rien d'étonnant que les gens, peut-être comme moi séduits au départ, aient fini par déserter le site.

Bon.

Soundshack s'arrête, d'accord, mais moi, le concept du streaming et de la musique téléchargeable sur mon iPhone me plaît bien.

J'ai donc sauté de joie, comme je l'ai expliqué ici, lorsque j'ai vu que Spotify était disponible en Suisse. Et j'ai déchanté d'autant plus fort lorsque j'ai compris qu'il fallait passer par FaceBook pour en profiter. J'ai déjà dénoncé la chose ici.

Deux lecteurs m'ont donné deux alternatives:

1. Qobuz

2. Simfy

Même si le lecteur Simfy a l'air un peu mieux sur Mac, j'ai tout de même choisi Qobuz, voici pourquoi.

Qobuz, c'est quoi?

image

Lisons d'abord ce que nous dit Wikipedia à propos de ce site:

"Qobuz est un service d'achat de musique en ligne français disponible dès 2007, mais devenu réellement actif à partir de la fin 2008.

Son fondateur est l'éditeur de musique Yves Riesel, également dirigeant d'Abeille Musique, ces deux entreprises appartenant au LyraMediaGroup1. Sa stratégie entrepreneuriale consiste à associer les caractéristiques propres à un service d'achat de musique à ligne, à celles d'un webzine musical. Grâce à son association avec Classica et l'Express2, il propose des écoutes comparées, des interviews, des portraits et des actualités3. Il vise avant tout à un positionnement de qualité en musique classique, mais propose également du jazz, du rock ou de la pop4."

 

Qobuz est donc un site en ligne vous offrant deux choses:

  1. la possibilité d'acheter des albums à télécharger, et ce en qualité CD (sans perte) ou  compressés (type AAC ou MP3);
  2. la possibilité de vous abonner et d'écouter la musique en ligne, voire même, selon l'abonnement que vous choisissez, la possibilité de l'écouter hors ligne sur votre iPhone.

Et ça, je trouve que c'est dingue.

Vous comprenez, il y a trois stades dans la "possession" d'une oeuvre musicale qui n'est pas la vôtre:

  1. vous avez le CD, vous l'écoutez quand vous voulez. Vous possédez donc la musique physiquement;
  2. vous avez le fichier dans le format désiré (AAC, MP3, qualité CD, ...). Vous possédez donc physiquement le fichier;
  3. vous ne possédez rien, mais vous avez tout à disposition. Vous avez donc un abonnement qui vous permet d'écouter de la musique tant que vous le payez. En fait, vous pouvez avoir le fichier sur votre iPhone, mais il ne sera écoutable, même hors ligne, que pour autant que vous vous connectiez de temps en temps pour autoriser la lecture de ces fichiers.

J'ai depuis quelque temps (deux ou trois ans) complètement dépassé le stade 1. Je n'ai plus besoin du CD, je ne le veux plus même. Il prend trop de place, et je n'ai plus besoin de l'objet pour me rassurer.

Je me soigne pour passer le stade 2. En effet, ça me fait encore du bien de payer un téléchargement en AAC sur iTunes. J'ai bêtement l'impression que c'est "à moi". Mais plus je vais en avant, plus je me dis que c'est totalement ridicule, dans la mesure où lorsque je suis au point 3, je peux TOUT écouter ou presque, et quand je veux.

Mais le fait de pouvoir télécharger un CD au besoin me fait du bien, j'en conviens. Cela dit, ça ne va plus m'arriver souvent.

Commençons par le téléchargement justement.

Il vous faudra pour cela installer "Downloader Qobuz" sur votre machine.

Une fois ceci fait, vous vous baladez dans le catalogue, vous achetez votre disque, et vous le téléchargez via l'application.

En règle générale, vous pouvez payer deux prix pour un téléchargement: le standard, compressé (MP3 ou AAC) déjà excellent, et le "qualité CD sans perte". Par exemple 10 € pour un AAC et 12 € pour une qualité CD.

De toute manière, les prix sont très compétitifs et moins chers que sur iTunes, et de loin.

Et les formats de téléchargement sont très nombreux, voyez plutôt:

image

Une fois la musique téléchargée, cette dernière vient se mettre automatiquement dans iTunes, avec tout le nécessaire (jaquette et livret). La musique se trouve donc dans iTunes mais également dans un dossier "Qobuz" dans votre dossier Musique. Cela fait un peu doublon, mais permet j'imagine au lecteur Quobuz de lire également cette musique.

Vous avez accès à la musique achetée en permanence sur le site, et pouvez la télécharger en plusieurs formats, et ceci bien évidemment sans DRM.

Cela dit, ce ne sont pas les téléchargements qui me plaisent le plus sur Qobuz.

Et poursuivons avec le streaming (écoute par abonnement)

Le site vous propose des abonnements qui vous permettent d'avoir un accès illimité à tout son catalogue.

Trois abonnements sont disponibles.

Voici les prix par mois:

image

Et les voici par année:

image

J'ai personnellement choisi le Premium à 129 € par année.

En effet, il me permet d'importer de la musique sur mon iPhone ce que l'abonnement basic à 70 € par mois ne me permet pas, par contre, il ne me permet pas d'écouter de la musique en streaming en vraie qualité CD comme le permet l'abonnement "Hi-Fi" à 290 € par an.

J'aurais bien choisi cette qualité, mais cette dernière n'est écoutable que via un ordinateur. Or ce n'est pas mon Mac qui est relié à ma chaîne Hi-Fi, mais mon iPhone. Pour l'instant, ce dernier ne peut profiter de la qualité Hi-Fi. Donc je renonce à ce surplus de qualité.

Vous pouvez installer votre musique sur 3 devices (iPhone, iPad, Androïd), mais deux connexions sont possibles en même temps, à moins que vous ne soyez dans une maison avec la même adresse IP ou là vous pouvez avoir plus de connexions simultanées.

Par exemple, Madame K pourra écouter de la musique à la maison pendant que j'en écouterai au travail. Plus n'est pas possible. En revanche (je ne l'ai pas essayé, mais on dit que c'est possible), chaque enfant peut écouter de la musique dans sa chambre.

La qualité

Renaud Laffont, sur mes excellentissimes conseils, a essayé Qobuz, alors qu'il est un utilisateur satisfait de Spotify.

Voici ce qu'il me dit dans un de ses mails:

"... bon en tout cas, le son est splendide. J'ai résilié Spotify.

 Et j'ai trouvé comment supprimer une playlist dans Qobuz (mais c'est peu intuitif). Manque plus que le mode offline sur la version desktop et ce sera le top.`

 J'imagine déjà le stream en hifi sur mon appleTV vers mon ampli Yamaha dans le salon."

Et juste avant:

"Saisissant... Je switche entre Spotify et Qobuz avec le morceau 'Rolling in the deep" d'Adele, la différence est saisissante. J'avais oublié ce que c'était....."

Et encore: "j'apprécie le moteur de recherche, plus propre que celui de Spotifyqui nous sort tout et n'importe quoi."

Et enfin: 

"Ca y est, j'ai passé Qobuz sur tous mes Mac et iDevices.  Avec mes Altec Lansing dans le bureau sur le MacPro, ça déchire grave (même sans avoir rebranché le caisson). Carmina Burana et la musique du dernier Harry Potter, des frissons partout. J'ai pris l'abonnement le plus cher. L'ajout de playlist depuis le site, avec envoi en tâche de fond dans le player, magique. Merci de m'avoir fait découvrir Qobuz. et en plus, c'est Français (on nous dit qu'avec la crise, faut acheter français, nos amis politiques....)"

Je suis parfaitement d'accord avec lui sur la qualité du son. Oui, elle est meilleure que bien d'autres, et que SoundShak en tous les cas. C'est tout aussi bon que sur iTunes, voire meilleur, et je vous parle de la qualité Premium, même pas de celle en qualité Hi-Fi puisque je n'ai pas l'abonnement pour.

Au niveau qualitatif, signalons également certaines disponibilités "Studio Master". Voici ce que cela signifie selon le site: "Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d’enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors, (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fonds de catalogue en qualité “Qobuz Studio Masters*”. Ces albums reproduisent à l’identique le son fourni par le studio d’enregistrement en sortie de console, et offrent un confort d’écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement “réduits” pour le mastering en 44.1 kHz / 16 bits). Les fichiers "Qobuz Studio Masters" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC (Une limitation de Apple empêche la qualité Studio Masters d'être transférée vers un iPod, iPhone ou iPad. Mais il vous sera possible de télécharger une version Qualité CD de votre achat depuis "Mon Compte" qui pourra être utilisée sur votre baladeur Apple). Loin de la démarche du tout-MP3 qui s’est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note : les albums vendus par Qobuz en qualité "Qobuz Studio Masters" nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects."

Je rêve de pouvoir bénéficier de cette qualité sur mon iPhone, même si cette musique devrait très vite remplir mes 64 Gb de mémoire... J'ai les installations, tant au travail qu'à la maison, qui me permettraient d'en profiter.

La quantité

Des dizaines d'albums sont ajoutés chaque jour à Qobuz. Toutes les nouveautés y sont répertoriées le jour de leur sortie sur le marché.

Ceci dans tous les genres musicaux.

La plupart des chanteurs romands ne sont pas sur le site, ce qui est bien dommage. J'imagine qu'il y a des réticences de notre côté de la frontière...

Sinon quelques chanteurs ne se laissent pas écouter en streaming. Certains Cabrel par exemple. Ce n'est pas sur le site de Qobuz qu'ils ne passent pas, mais sur tous les sites de streaming.

L'avantage de Qobuz est que si l'on constate que l'on ne peut qu'écouter une minute de musique d'un artiste, un clic sur le bouton d'à côté permet d'acheter le CD.

Cela dit, ces restrictions sont rares.

La musique classique, le jazz et la variété française sont aussi bien représentés que la Pop ou la musique anglo-saxonne.

Le prix?

13 € pour profiter d'une qualité impeccable par mois (deux mois gratuits si vous choisissez l'option d'un abonnement annuel, ce qui nous donne à peine plus de dix € par mois), je trouve que ce n'est pas trop cher, je ne sais pas ce que vous en pensez.

7 € / mois ou 70 €/an, c'est encore moins cher, pour la même qualité, mais pour une écoute en ligne (à ce prix, vous devez être relié à Internet).

La qualité CD vaut-elle de payer 29 €/mois et 290 €/an? À vous de voir, sachant que vous ne pouvez pas profiter pour l'instant de cette qualité sur iPhone.

 

Les "plus" de Qobuz"

Le site de Qobuz est une réussite. Les différents styles de musique sont bien répertoriés et différenciés. Je reçois par exemple chaque semaine la liste des nouveautés dans chaque domaine, et le tout en français, je vous prie.

J'aimerais toujours une recherche un peu plus poussée, une sorte de recherche avancée avec des champs à remplir, bêtement, comme dans une base de données normale.

Cela dit, cette recherche avancée est tout de même possible puisque si je lance la recherche sur "Les bénéfices du doute", au fur et à mesure de ma frappe, le résultat s'affiche en ajoutant la pochette (délicieuse petite attention!).

image

Mais si je clique sur "Afficher tous les résultats", je me trouve face à un nombre plus ou moins grand d'albums.

Je peux alors affiner ma recherche à l'aide des nombreux critères situés à droite de la page en cliquant d'abord sur le critère de la nouveauté (1 jour, une semaine, un mois, un an, …), puis sur le style, puis sur la qualité d'encodage, allez savoir.

image

Les nombreux critères de recherche...

Je regrette simplement de ne pas avoir ces critères de recherche sur l'application Mac, et encore moins sur l'iPhone. Il faut donc pour l'instant faire une recherche directement sur le site web.

Ce qui est à remarquer aussi, c'est les conseils et critiques d'albums.

Qobuz n'hésite pas à mettre avant un album dans son résumé du mois (Qobuz adore), mais aussi de dire haut et fort les doutes que le critique peut avoir sur l'un d'eux (Qobuz sceptique). Par exemple, l'album de Lulu Gainsbourg est affublé d'une critique montrant son manque d'originalité. Pourtant, à mon avis, original il est, je le trouve juste assez mauvais...

Un magazine en français dédié à la musique est disponible en tout temps sur le site.

La seule petite chose un tout petit peu négative que j'aurais à ajouter? L'application Mac ne permet pas de recherche poussée et elle est encore un peu jeune. Il est plus pratique de faire les recherches sur le site. Celle pour iPhone est également limitée au niveau de la recherche (même si on finit par tout trouver, mais pas trop confortablement) et il n'y a pas encore d'application iPad dédiée.

Sinon, nous avons à faire à du tout bon, comme vous pouvez l'imaginer.

Eh oui, je dois dire que je suis assez enthousiaste, c'est le moins que l'on puisse dire!

 

 

46 commentaires
1)
Inconnu
, le 09.12.2011 à 01:08
[modifier]

Je confirme. Sublime. Je redécouvre la musique après des années pendant lesquelles mes oreilles ont été nourries au mp3 trop compressé.

2)
Gr@g
, le 09.12.2011 à 07:18
[modifier]

Le mp3 c’est bon Pour voyager léger…

Je reste matérialiste et ai besoin de l’objet, avec le livret, et toutes les informations dedans. J’ai besoin de tourner les pages et de pouvoir écouter l’album en qualité correct. Après plusieurs année d’ecoutes de mes playlist, et autre lecture aléatoire, je suis de retour à l’écoute de l’album dans son integralite par respect des artistes qui les créent avec cohérence.

Donc, merci pour ces informations qui ne font que confirmer que je ne suis pas prêt à me passer du support physique, en tout cas pour les artistes que j’aime vraiment.

3)
Caplan
, le 09.12.2011 à 07:51
[modifier]

Cela dit, cette recherche avancée est tout de même possible puisque si je lance la recherche sur “Les bénéfices du doute”, au fur et à mesure de ma frappe, le résultat s’affiche en ajoutant la pochette (délicieuse petite attention!).

Moi, quand je tape “les bénéfices”, je tombe sur Apple. C’est normal?

4)
alienlebarge
, le 09.12.2011 à 07:51
[modifier]

intéressant ce Qobuz. Pour l’instant, je test l’abonnement Premium de Spotify. Le fait de pouvoir utiliser Qobuz sur un nombre illimité d’ordinateur me plait beaucoup.

Cela dit moi aussi j’aime avoir le CD ou vinyle entre les mains ;)

6)
Jaxom
, le 09.12.2011 à 08:15
[modifier]

Je ne connais pas Qobuz, je n’en dirai donc rien. Par contre, je suis totalement d’accord sur la catastrophe des recherches sur iTunes.

Je ne comprend pas que le simple fait de pouvoir mettre un filtre sur la langue ne soit pas disponible pour la recherche sur les livres ou les films.

7)
Mido
, le 09.12.2011 à 08:45
[modifier]

Je fais également partie de ceux qui sont passés de Spotify à Qobuz pour les mêmes raisons : qualité du son et effort du côté magazine. J’ai pris l’abonnement le moins cher car le streaming m’intéresse uniquement pour l’aspect découverte ou redécouverte d’albums. Je suis en effet resté au stade 2 de la “possession musicale” : fichier en Lossless pour l’écoute sur la chaîne hifi et en AAC 320 pour l’écoute depuis le Mac ou l’iPod.

8)
Jerricho
, le 09.12.2011 à 08:54
[modifier]

Content de vous avoir fait découvrir ce site et de voir un tel enthousiasme ! Possesseur d’un abonnement Premium depuis plusieurs mois, ils m’ont upgradé en HiFi pour une année lors du lancement de cette offre. Commercialement, ils sont vraiment forts.

9)
flup
, le 09.12.2011 à 09:06
[modifier]

La qualité sonore est sans comparaison. Après, ça s’entend d’autant plus dans une musique avec une compression faible (je parle de compression audio, pas de la compression du fichier), notamment le classique.

Par rapport au disque, c’est vrai qu’on perd la pochette, les infos qui s’y trouvent parfois (mais de moins en moins). Ceci dit, Qobuz propose les covers en fichiers séparés; il suffirait donc de peu pour qu’un PDF de la pochette soit présent aussi.

Mais il va falloir s’y faire : il est de plus en plus question que les Majors lachent le support physique sous peu (on parle de fin 2012)

10)
ToTheEnd
, le 09.12.2011 à 09:16
[modifier]

Petit détail stupide… mais qui m’a fait lever un sourcil quand j’ai lu ça:

Je rêve de pouvoir bénéficier de cette qualité sur mon iPhone, même si cette musique devrait très vite remplir mes 64 Gb de mémoire…

N’avais tu pas dit que tu allais rester avec ton petit iPhone 4?? Le modèle avec 64GB n’existe que pour le 4S…

Aurais-tu craqué en essayant de nous dissimuler cette info?

12)
Marc2004
, le 09.12.2011 à 09:21
[modifier]

Merci François. Un article très intéressant, du vrai Cuk.ch… Je vais essayer ce qobuz. (drôle de nom !)

13)
nic
, le 09.12.2011 à 09:36
[modifier]

Mais il va falloir s’y faire : il est de plus en plus question que les Majors lachent le support physique sous peu (on parle de fin 2012)

je n’y crois pas une seconde. tu as vu, par exemple, la quantité de coffret, edition deluxe, etc. qui sortent?

ciao, n

14)
Guillôme
, le 09.12.2011 à 09:48
[modifier]

Aurais-tu craqué en essayant de nous dissimuler cette info?

Apparemment non, il a plutôt réussi à faire un échange avec celui de Madame K. comme il a répondu à la même il y a quelques humeurs ;)

Pas d’iPhone 4S, je m’amuse avec celui de Madame K.

15)
Ritchie
, le 09.12.2011 à 09:51
[modifier]

Je reviens sur plusieurs choses :

1) la “possession”, comme tu l’as mis entre guillemets, nous ne possédons jamais les oeuvres que l’on achète, puisqu’en théorie ce n’est que pour notre écoute personnelle, que ce soit CD, fichier, vynil, DVD, livres, Blu-Ray etc. On nous a fourni les supports, avec les risques de copie/fraude que l’on connaît, parce que les réseaux ne pouvaient pas supporter le trafic.

La dématérialisation existe depuis que la musique numérique existe, soit environ 1980 (début du CD) !

Ce que l’on achète vraiment, c’est le droit de l’écouter (lire, regarder, etc) at vitam eternam !

Ce qui m’amène au point 2) le Streaming

2) La super grande arnaque du Streaming. En gros, tous les majors qui n’ont pas réussi à voir le tournant de la dématérialisation, sont ancrés dans leur modèle économique (galère) qui prend l’eau et coulent petit à petit.

On veut nous faire repayer (à prix fort d’ailleurs, vu les prix annoncés ci-haut) à long terme pour un service de streaming, quand on a déjà acheter le droit de l’écouter “at vitam eternam”.

La vraie solution réside autre part. Les Majors sont en train de mourir, on ne va pas en faire un drame, ils ne sont que des intermédiaires et la majorité de l’argent que l’on paie pour obtenir le droit d’écouter un morceau de musique va à eux, pas aux artistes !

Aujourd’hui, avec les sites Web/Facebook/Twitter/etc, les artistes n’ont plus vraiment besoin d’eux pour faire leur pub et même réaliser leurs propres fichiers de musique. D’ailleurs aujourd’hui, beaucoup d’artistes vivent mieux des concerts que de la musique enregistrée. Pour certain la musique enregistrée n’est que de la pub pour faire venir les fans à leur concert.

La vraie solution se traduit comme suit :

1) Le département de musique de chaque bibliothèque nationale devrait par dépôt légal récupérer tout la musique créer dans un pays. 2) Ensuite, sous-traiter une infrastructure informatique de diffusion de la musique en collaboration avec les autres pays. 3) Octroyer le droit de vendre les droits de lecture à des entreprises (style : FNAC, QOBUZ, Virgin, etc). 4) Le client final n’a plus qu’à acheter ses droits de lecture et à se connecter pour écouter. Il pourra “bufferiser” la musique sur ses devices pour pallier au manque de réseau ponctuel (avion, tunnel, campagne, etc)

Pas besoin de payer un droit d’écoute annuel !

Le comment :

1) Par une loi, obligeant les artistes à déposer leur oeuvres (c’est déjà le cas pour les livres et les partitions de musiques …)

2) Un peu plus compliqué, mais faisable, et surtout devrait se faire de façon internationale en plusieurs Tiers pour la sécurité et la synchronisation. un peu long à expliquer, en gros : Un site Web de consultation modial, payé par les impôts de tout le monde.

Comme ça, c’est un peu social, et ça permettrait d’augmenter le niveau de culture musicale de tout le monde à moindre frais. (Les écoles pouvant bénéficier de droits gratuits par exemple).

3) C’est déjà le cas.

4) Le client recevrait pour chaque droit, un fichier chiffré/signé avec un son Certificat, contenant le numéro internationale de l’oeuvre et un numéro de série unique associé au droit. Ce qui mettrait une sécurité en place, on ne pourrait plus lancer l’écoute simultanée du même droit ! (à voir pour les familles comment faire, pour qu’un petit nombre de personne puisse écouter la même oeuvre en même temps, pas impossible). Il y a certainement plus à faire et détailler sur ce point, mais avec les technos actuelles c’est tout à fait possible.

Voilà,

Ritchie

16)
RieuleH
, le 09.12.2011 à 10:00
[modifier]

Bien le bonjour!

J’ai lu l’article de ce jour “qobuz, la musique dans tous ses états”. Je me suis rendu sur le site qobuz.com et opté pour le test gratuit de24h. Premières impressions en comparaison avec iTunes et Spotify :Recherches simples, qualité sonore qui vous titille agréablement les tympans (j’ai commencé par le duo Winton Marsalis et Eric Clapton), un réel plaisir. J’apprécie et vais adapter surement un abonnement selon mes besoins.

17)
François Cuneo
, le 09.12.2011 à 10:40
[modifier]

Ah bon? Mon 4 n’a que 32Gb?

Non non, je n’ai pas changé.

Et non non, je n’ai pas échangé non plus. J’ai bien essayé, mais mon téléphone est bloqué Swisscom et Madame K est sur Sunrise.

Pas tété d’ailleurs, Sunrise… C’est le moins que l’on puisse dire!

18)
Alain Le Gallou
, le 09.12.2011 à 10:42
[modifier]

Une recherche iTunes aboutit chez moi la plupart du temps sur un foutoir sans nom.

L’objectif Apple c’est l’achat impulsif des nouveautés en page d’accueil, et pratiquement uniquement de la musique pour ado (rien en classique). J’ai toujours boycotté cette chienlit, et jamais acheté quoi que ce soit sur iTunes. En 2009 je me suis inscrit à Spotify la seule alternative à cette époque.

Aujourd’hui avec le choix Spotify, Quobuz, il n’y a aucune raison d’achat sur le modèle Apple complètement dépassé. Notons que la chienlit dans le choix est identique pour l’AppleStore avec en plus pas d’application en démonstration.

Quobuz est meilleur en recherche et présentation que Spotify, en particulier en affichage imagette. Par contre gros défaut il n’y a qu’un niveau de tri dans les playlists. Spotify et même iTunes sont multi-niveaux. C’est ce qui me bloque pour passer à Quobuz.

Bonne journée à tous

Mise à jour le 01 mai 2012 : J’ai abandonné Spotify pour passer à Qobuz, mes raisons : Spotify fond noir fatiguant pour les yeux, Quobuz fond blanc je préfère Qobuz mieux en recherche de titre sur le lecteur et encore mieux sur le site web J’aime aussi la présentation pour les imagettes, et l’information textuelle Défaut de Qobuz : pas de sous-dossier de playlist, pas d’étoile de cotation

19)
Batisse
, le 09.12.2011 à 12:30
[modifier]

Mais il va falloir s’y faire : il est de plus en plus question que les Majors lachent le support physique sous peu (on parle de fin 2012)

Vaste plaisanterie. Les ventes de CD représentent quand même 85 % du chiffre d’affaire du marché du disque en 2010 (source SNEP) en France. Et c’est parti pour durer encore des années. Je suppose qu’ils n’ont pas vraiment envie de se suicider.

La dématérialisation existe depuis que la musique numérique existe, soit environ 1980 (début du CD) !

La dématérialisation existe depuis des siècles. La musique n’a toujours été qu’une œuvre de l’esprit, création immatérielle, notée sous forme de partition écrite et souvent même pas, qui n’existe que dans le moment de son interprétation. On confond souvent l’interprétation avec son support matériel ou numérique. Or ce qu’on nous demande de payer et que parfois on nous offre, c’est un droit d’écoute que ce soit en concert, en CD, en fichier numérique ou en abonnement.

on a déjà acheter le droit de l’écouter “at vitam eternam”

On acquiert jamais les droits ad vitam aeternam c’est contraire au droit d’auteur dont la cession est toujours limitée dans le temps et dans l’usage sous peine de nullité. On acquiert le droit d’écoute du CD le temps de la durée de vie physique du CD et le droit s’épuise avec la fin du support. On ne vous remplace pas le CD lorsqu’il ne fonctionne plus et pour le copier vous payez une redevance.

Lire : Les droits d’auteur pour les nuls par Maître Eolas

Par une loi, obligeant les artistes à déposer leur oeuvres (c’est déjà le cas pour les livres et les partitions de musiques

En France le dépot légal est obligatoire pour les sonogrammes et les vidéogrammes. Cependant vous ne pouvez soviétiser la création encore moins en en cédant tout les profits à des entreprises privées qui gèreraient le streaming.

20)
Alexandre
, le 09.12.2011 à 12:35
[modifier]

une petite anecdote concernant les maisons de disque.

je descends en Grèce une fois par année, parfois 2. à chaque voyage, je fais (faisais…) le plein de CD de musique grecque, populaire (mais pas “pop”)et traditionnelle. pour des raisons de piratages m’a-t-on dit, les CD en Grèce sont scellés, donc impossible de les ouvrir pour les écouter en magasin pour savoir si on aime ou pas le dernier opus de tel ou tel chanteur. ça m’est arrivé d’être déçu, mais le pire c’était de rentrer chez moi, le plus souvent en Suisse (donc trop tard…) et de m’apercevoir que le CD était illisible. si par chance j’avais pu m’apercevoir du défaut encore sur place, impossible de le retourner, le CD n’étant plus scellé…

grace à iTunes, je peux faire mon plein de musique grecque, quand je veux et où je veux, sans me soucier de la qualité du CD, et je peux écouter des extraits avant d’acheter. impossible il y a quelques années… que demander de plus?

donc dire qu’iTunes c’est nul (et que pour ados!), comme certains le font, c’est exagérer. bien sur, il ne répond pas aux besoins de tous.j’ai découvert une multitudes de nouveau groupes et morceaux et pas seulement grecs. je teste depuis quelques jours Spotify et je dois dire que la sélection est pas mal…

21)
Soheil
, le 09.12.2011 à 13:17
[modifier]

L’offre de Qobuz est excellente. Ancien habitué du site d’Abeille Musique, j’ai suivi le travail de l’équipe de Qobuz depuis sa création et j’ai pris, dès son lancement, l’abonnement à 13 €. Le service a entre-temps beaucoup évolué et il continuera de le faire, je n’en doute pas.

Qobuz a ouvert récemment une rubrique dédiée aux nouvelles installations qui permettent de tirer le meilleur parti de la musique numérique avec un abonnement Hi-Fi, mais, pour moi, ce ne sera pas pour tout de suite: mon iMac est âgé, son disque dur saturé, et ma chaîne Hi-Fi a rendu l’âme. De temps en temps je me décide à acheter un album, pour pouvoir le mettre sur mon iPod et alléger un peu l’iPhone.

Qobuz a une offre intéressante pour la musique classique. Les informations sur l’enregistrement proposé sont excellents (quoique moins fournis que ceux qu’on trouve chez Abeille Musique), et le lecteur de Qobuz s’est déjà sensiblement amélioré. Il reste quelques anomalies pour un mélomane, comme le fait de trouver sous la rubrique “Artiste” le nom du compositeur alors que c’est l’interprète qui devrait s’y trouver (même problème sur iTunes d’ailleurs), ou encore le fait que le nom des pistes soit parfois doublé (Adagio: Adagio), mais ce sont des erreurs de jeunesse. Mon seul regret c’est que, pour l’instant du moins, le nombre d’éditeurs représentés et globalement le nombre de disques proposés ne sont pas aussi nombreux que ceux qu’on trouve sur Amazon. Et, du point de vue des prix, le tarif Hi-Fi me paraît quand même un peu cher.

En amont de Qobuz il y a eu le “laboratoire” d’Abeille Musique. Il ne s’agissait pour eux que de la vente en ligne de CD, mais avec une information très riche sur le contenu, des reportages et des podcasts qu’on ne trouvait pas chez les autres marchands de musique. Ma première intervention sur les défunts forums d’Abeille Musique, que je reproduis ici, prouve que le souci de qualité que l’on retrouve chez Qobuz ne date pas d’hier:

L’idée d’Yves Riesel n’est pas une bonne idée, je veux dire que ce n’est pas seulement une idée parmi d’autres qui seraient toutes également bonnes: c’est “la” bonne idée, la seule concevable et la seule viable à court et à moyen terme, surtout si l’on considère l’état du monde et le type de société que nous préparent quelques uns de nos contemporains. Il ne leur suffit pas d’avoir obtenu que tout, aujourd’hui, soit devenu marchandise. Ils voudraient encore que nous ayons tous les mêmes goûts, que nous soyons tous mus par les mêmes désirs et que nous rêvions tous d’acheter les mêmes objets au même moment, en laissant la mode et la publicité nous dicter la plupart de nos comportements. Avec pour conséquence une meilleure rentabilisation des chaînes de production, une baisse des frais de distribution et surtout une hausse sensible des bénéfices dont profiteront — dont profitent déjà — une poignée d’actionnaires. Voilà à quoi devrait ressembler notre monde si on les laissait faire et s’il n’y avait, fort heureusement, ici et là, quelques irréductibles Gaulois.

Je ne parle que du court et du moyen terme parce que, pour ce qui est du long terme, on peut imaginer que l’utilisation à distance d’une banque de données sera chose courante et qu’elle donnera au mélomane la possibilité d’aller puiser dans un “réservoir” de musique les œuvres qu’il souhaite écouter. Si l’on y réfléchit, ce n’est pas plus invraisemblable que d’écouter la radio. France Musique pourrait jouer ce rôle et devenir une sorte de Bibliothèque Nationale de la musique. Ce qui n’empêchera pas d’acheter et de conserver chez soi, peu importe sur quel support, les morceaux que l’on souhaite écouter plus souvent. On peut bien sûr refuser cette idée, mais il faudrait dans ce cas renoncer à bénéficier de l’eau courante, du gaz et de l’électricité, sous prétexte qu’il est plus pittoresque d’aller chercher de l’eau au fond d’un puits et plus poétique de dîner aux chandelles.

Quoi qu’il en soit, nous n’en sommes pas encore là et le CD a encore de beaux jours devant lui. Tout le problème étant de permettre aux amateurs de musique que nous sommes d’avoir accès à des produits qui trouvent de plus en plus difficilement leur place sur les rayons de nos magasins.L’idée des Abeilles n’est pas neuve, sans doute, et les sites de vente en ligne ne manquent pas. Mais combien sont-ils à offrir un service acceptable? Les précurseurs amazoniens se sont malheureusement arrêtés en chemin. Trop généraliste sans doute, véritable bazar où l’on trouve tout ce qui se publie, du livre d’art au jeu vidéo, leur site n’évolue plus et reste relativement avare d’informations (celui de la Fnac présente les mêmes défauts avec des lacunes encore plus graves). C’est la règle du service minimum. De nombreux extraits musicaux sont proposés, certes, mais en 30 secondes quelle idée peut-on se faire du début de la quatrième symphonie de Beethoven, par exemple, ou de la première de Mahler, ou encore d’une œuvre comme Lontano de Ligeti? Ce qui les sauve, pour l’instant, ce sont les frais d’expédition qu’ils proposent, qui restent les plus attractifs du marché, en tout cas pour un acheteur se trouvant en Suisse (c’est mon cas). Ils avaient pourtant de bonnes idées, au départ, et il est évident que les responsables d’Abeille Musique sont allés butiner dans leurs prés.Au nombre des améliorations apportées par Yves et son équipe, la première que je remarque est l’idée de rendre accessible les deux faces de la pochette ainsi que l’intégralité du livret. Ce qui met le visiteur dans une situation proche de l’expérience vécue face à un produit réel: je vois un disque qui m’intéresse, je le prends, je le retourne pour trouver au verso des indications sur son contenu, je l’ouvre, je lis la notice explicative, je demande si je peux écouter un extrait. L’extrait musical qui est proposé est généreux et permet de se faire une bonne idée de l’œuvre. Il serait peut-être plus agréable de connaître, avant de cliquer dessus, le titre du fragment qui est proposé. Et, si ce n’est pas se montrer trop exigeant, il serait bon que nous ayons le choix entre plusieurs extraits. C’est un confort supplémentaire qui viendra un jour, je n’en doute pas.Il y a là un énorme travail qui devrait être assumé en partie par les éditeurs eux-mêmes. Ceux-ci devraient fournir à tous les sites de vente en ligne un CD contenant tout le matériel promotionnel: le recto et le verso de la pochette au format JPEG, le livret au format texte (ou, pourquoi pas, avec les images, au format PDF) et enfin des extraits musicaux au format mp3 (ou RealAudio, ou QuickTime, le mp3 ayant l’avantage d’être un format passe-partout). C’est le minimum que puissent faire aujourd’hui les éditeurs, s’ils veulent assurer une bonne diffusion des produits qu’ils proposent. Le travail du webmaster, comme celui du graphiste, s’en trouverait passablement allégé.

22)
ysengrain
, le 09.12.2011 à 15:56
[modifier]

Dans ce qui suit, je sais mener un combat d’arrière garde. Je lis que François ne veut plus de CD, que d’autres sont super heureux d’entendre (car il ne s’agit pas d’autre chose n’est ce pas) leur musique sur leur Macmachin ou leur iBidules avec des casques de m…de ou des «enceintes» Altec truc en cageot à légume, voire en pur plastique, du vrai, de l’authentique.

Mais enfin, les amis, vos oreilles sont tellement mp3isées ? vous avez oublié l’existence des micro-intervalles, vous avez alzheimerisé la dynamique, vous négligez la compression, vous méprisez les timbres ?

Je gravite depuis plus de 45 ans au milieu des instruments de musique, les vrais, par ceux qui sont enregistrés et reproduits à travers «vos Macmachins et iBidules”. Je continue de loin en loin à fréquenter la lutherie et d’entendre in situ des instruments en «live».

Jusqu’ici, le meilleur résultat est obtenu grâce au CD. J’ai eu le plaisir de pouvoir utiliser à 2 ou 3 reprises des enregistreurs dont la fréquence d’échantillonnage était de 192mHz soit 4 fois celle d’un CD: c’est géant.

Alors Quobuz et compagnie, non, niet, never. Je garde mes CD, mon lecteur Rega et l’ampli de même marque. Les enceintes, faites moi confiance sont au même niveau et que de bonheurs et de régals sonores plutôt que les sons pissés par vos infâmes machins.

Désolé si j’en choque, mais la position de la plupart d’entre vous me désole.

23)
ToTheEnd
, le 09.12.2011 à 16:22
[modifier]

Hey ysengrain, tu serais pas médecin dès fois avec ton Rega et tes vrais instruments?

Faut pas trop déconner quand même. Même si je suis pour la qualité, celle ci ne fait pas que se dégrader avec le temps… la famille mp3 s’agrandit et d’autres formats bien plus “pures” apparaissent en même temps que les capacités de stockage et de transmissions s’améliorent. C’est même à cause de ces éléments qu’on a du “sacrifier” la qualité au départ.

Dans quelques années, les formats proposés seront qualitativement aussi bons qu’un CD, si ce n’est pas meilleur (comme le SACD que certains proposent déjà en téléchargement).

Maintenant, écouter de la musique, c’est quelque chose d’essentiel à l’humanité en terme d’approche artistique. Des millions (milliards?) de gens sont bercés tous les jours par des mélodies, des notes et des arrangements soigneusement (ou pas) trouvés par des artistes.

Si le son est un peu détérioré à l’écoute, l’explosion des artistes “indépendants” et la nouveauté des moyens d’écoute font que plus que jamais, l’art musical est à la portée de tous. A mes yeux, ça compense largement la qualité d’écoute… qui s’améliore tous les jours.

Comment tu faisais avant le CD? Tu gerbais sur les cassettes et les vinyles… mais tu te prélassais devant tes bandes audio sur un Revox?

C’était toujours mieux avant n’est-ce pas? Perso, je préfère le présent et encore plus le lendemain.

24)
ysengrain
, le 09.12.2011 à 16:27
[modifier]

TTE tu as tout bon. Je ne recommencerai pas à expliquer pourquoi le MP3 ceci, et les compressions autres cela…

Avant le CD il n’y avait pas le CD. Oui, j’avais un Revox, et aussi un Nakamichi que j’ai toujours et qui est en parfait état de marche, mais aussi des vinyles avec une platine Thorens, une cellule Grado etc…

Ce n’était pas mieux avant. Seulement, avant on ne sabotait pas industriellement et systématiquement la reproduction sonore. Point final.

25)
Ritchie
, le 09.12.2011 à 16:37
[modifier]

@ysengrain :

Tu as raison, faut pas dénigrer la qualité !! C’est pourquoi Qobuz propose des enregistrement en Studio Master (24 bits à 96 Khz) meilleur que la qualité CD (16 bits à 44,1 Khz) qu’il propose aussi. Et des rips en compressé sans perte d’information (donc qualité CD).

Ensuite, évidemment que pour écouter de la musique à la maison dans un environnement contrôlé (portes et fenêtres fermées et avec complète insonorisation … ;-) ), il n’y a rien de tel qu’un système de son digne de ce nom. Perso, je suis en appartement avec un environnement moins contrôlé et mon système B&o auquel je fourni de la musique numérique converti par un Logitech SlimDevice (doté d’un chip de conversion Wolfram de bonne facture – supporte le 96 KHz à 24 bits) alimenté par des rips compressés Sans Perte, produit de la musique de très bonne qualité.

En revanche, dehors (dans le métro/RER ou en voiture) dans des environnements déjà bouillonnants de bruit, même avec un casque isolant (Etymotic, les meilleurs en intra, par exemple), on peut apprécier la musique dans ses déplacements, et là, la qualité est moins importante. J’utilise perso des rips à 192 Kbps AAC qui me procure une bonne dynamique et une très bonne restitution par rapport à toute la pollution ambiante. Certes ça n’a rien à voir avec la qualité que j’ai à la maison, Mais mon iPod est limité à environ 50 GB (après le système et les autres infos qui sont dessus) par rapport à ma musithèque rippé en Sans Perte qui dépasse les 100 GB !

Mes CDs sont archivés à la cave, au cas où, qu’un jour je trouve le logiciel miracle qui pourrait tirer le meilleur d’eux en les rippant, même en 10 heures, de façon à tout corriger et obtenir la meilleure restitution possible. Mais j’ai tjrs pas trouvé (bon, j’cherche pas des masses non plus pour l’instant).

Tout est une histoire de compromis.

26)
ToTheEnd
, le 09.12.2011 à 17:29
[modifier]

TTE tu as tout bon. Je ne recommencerai pas à expliquer pourquoi le MP3 ceci, et les compressions autres cela…

Ce n’est pas le problème, cette humeur pointe justement des trucs qui sont vachement mieux que le mp3… et montre que les choses s’améliorent.

Et les industriels ne font que réalisés des produits que les masses peuvent se payer… ton Rega c’est sympa mais bon, ce n’est pas un produit mainstream.

Je signale qu’il s’est vendu 380 millions de Walkman… et que l’iPhone/iPod n’y est pas encore… jusqu’à preuve du contraire, les iBidules proposent un meilleur son que des trucs à bandes d’il y a 20 ou 30 ans!

27)
ysengrain
, le 09.12.2011 à 17:53
[modifier]

jusqu’à preuve du contraire, les iBidules proposent un meilleur son que des trucs à bandes d’il y a 20 ou 30 ans!

Tu m’expliqueras s’il te plait ta conception du «meilleur son». Tu parles de dynamique, de fidélité aux timbres, de bande passante, de souffle, de distorsion etc…

Je ne sais pas ce qu’est un produit mainstream.

28)
ToTheEnd
, le 09.12.2011 à 18:10
[modifier]

Yves, détends toi… tu vas nous faire un malaise…

Par bandes, je ne parlais pas de celles sur une console Revox ou je ne sais où… je parlais de celles dans un Walkman…

Je ne sais pas ce qu’est un produit mainstream.

L’aspirine?

29)
François Cuneo
, le 09.12.2011 à 18:10
[modifier]

ysengrain, justement, je t’explique que Qobuz ce n’est pas du mp3!

Tout ce que tu cherches, le son CD, le Studio Master, c’est ce que tu attendais, alors… Profite!!!

30)
Soheil
, le 09.12.2011 à 18:47
[modifier]

@ Ysengrain

Je suis à la fois d’accord et pas d’accord (et pourtant je ne suis pas Normand).

La reproduction sonore restera toujours à mille lieues de la réalité d’un instrument. Surtout s’il s’agit de reproduire le son d’un orchestre symphonique qu’il aura fallu mettre en boîte pour le faire entrer dans un salon.

Ecouter de la musique enregistrée, c’est comme feuilleter un livre d’art ou comme découvrir un tableau sur une page web. On est bien content d’avoir ces reproductions à portée de main, mais cela ne remplace en aucun cas le contact avec l’original. C’est vrai. Et pourtant…

Et pourtant il est vrai aussi que l’on peut avoir une émotion et même une véritable révélation devant une reproduction, même de mauvaise qualité. J’ai eu le choc artistique de ma vie, il y a bien des années, en découvrant une œuvre de Piero della Francesca reproduite dans un journal. Après cette découverte j’ai fait de nombreuses fois le voyage d’Italie et je suis resté des heures (que je ne compte plus) devant les fresques d’Arezzo ou les peintures d’Urbino. Mais je n’oublie pas que le point de départ de cette passion c’était une mauvaise reproduction en noir et blanc, avec une trame-journal des années 70.

Une reproduction restera toujours un objet de seconde main. Rechercher la qualité c’est bien, si on en a les moyens pourquoi s’en priver? Mais il faut aussi garder ses distances, me semble-t-il, et ne pas en faire un culte.

31)
Alain Le Gallou
, le 09.12.2011 à 18:47
[modifier]

@ysengrain Un produit « mainstream » c’est ceux pour Mme Michu. C’est-à-dire ceux courant dans les magasins. Je me demande si ce n’est pas « mainstreet » le bon terme.

@ToTheEnd Je ne crois pas qu’un iBidulle a un meilleur son qu’un Revox d’il y a 30 ans. J’en ai eu un. Je ne l’ai vendu qu’au passage au CD. Le Rega de @ysengrain est peut-être hors de prix pour un ouvrier d’usine, mais tout à fait dans une gamme moyenne de prix et qualité. Ce n’est pas du haut de gamme, mais d’un excellent rapport qualité/prix.

@ysengrain Pour l’anecdote, comme toi j’ai toujours Mes Nakamichi lecteur CD OMS7 mono-faiseau, et même lecteur de cassette 680zx. Je n’ai pas gardé le modèle précèdent, celui qui avait un coffrage en bois superbe. Ils dorment à côté de mes amplis preams APT-holman, Perspective, Musical Fidelity, Yves Cochet à lampe, et quelque Marantz, étant passé au tout numérique du Mac à l’ampli en classe D (TACT 2150X).

32)
François Cuneo
, le 09.12.2011 à 19:07
[modifier]

Bon.

J’écoute “Couleur Menthe à l’eau” du dernier Eddy Mitchell en qualité CD via Qobuz à travers le Wifi et Airfoil.

Le tout sur des colonnes Cabasses avec un ampli Denon.

Je ne veux pas rentrer chez moi!!!! Je suis bien au bureau moi!!!

34)
Alexandre
, le 09.12.2011 à 21:20
[modifier]

à en croire certains ici, on avait tous des Nakamichi, NAD et autre Nagra avant l’arrivée d’iTunes…

35)
Saluki
, le 09.12.2011 à 21:46
[modifier]

Je voudrais pas gâcher les enthousiasmes revoxiens ou NADesques, quoique, sur un site Mac, on peut aussi parler de MacIntosh…

Pour autant, mes Amis, la mélancolie des “QUALITÉS” des années 90 (oui, j’ai des vinyles en gravure directe), est vite mise à mal par un simple test : vous avez la cinquantaine ou plus, sauf TTE ;°), faites vous donc faire un audiogramme… et le 96 kHz en 24 bisous, vous admettrez que vous pouvez l’économiser.

36)
Modane
, le 09.12.2011 à 22:31
[modifier]

Pour autant, mes Amis, la mélancolie des “QUALITÉS” des années 90 (oui, j’ai des vinyles en gravure directe), est vite mise à mal par un simple test : vous avez la cinquantaine ou plus, sauf TTE ;°), faites vous donc faire un audiogramme… et le 96 kHz en 24 bisous, vous admettrez que vous pouvez l’économiser.

Quel humour! Mais c’est vrai : une chaîne n’est complète qu’avec une vraie bonne paire d’oreilles! Faudra-t-il donc aussi se les faire étalonner? Je dois dire qu’après des années de jazz&hard rock, mon premier audiogramme m’a laissé pantois! C’était même plus une courbe, c’était des montagnes russes!

37)
ysengrain
, le 10.12.2011 à 07:28
[modifier]

@ Renaud: je t’ai lu, je me suis instruit. Mis à part le fait que j’ai appris que Altec Lansing figurait sur Wikipedia.

1 ère remarque: tout ce qui est cité l’est sans aucune référence ce qui est assez inhabituel sur Wiki

2 ème remarque : je n’ai pas trouvé le linen qui habituellement sur Wiki permet de «remonter» le/les auteurs de l’article. Rien ne dit qu’il ne s’agisse pas d’un «papier» à publicité dite compensée. Mais admettons que ça n’en soit pas.

3 ème remarque: les enceintes amplifiées comme le sont les AL génèrent un débat toujours commencé, jamais terminé: est-ce acceptable ? On ajoute en effet au message de la source sonore les altérations liées aux électroniques des enceintes. Alors oui, c’est brillant, flatteur etc… mais c’est éloigné de mon «idéal» acoustique qui privilégie une forme de pureté simple et nue.

@Saluki: oui, nos labyrinthes sont passés par l’audiogramme. il est vrai. Ceci dit, rien n’oblige à penser que si le récepteur est altéré, il ne perçoit pas la différences des sources. La dynamique est toujours perçue, l’altération d’un timbre, «l’air» autour d’une reproduction sonore.

Enfin, même si nos facultés s’altèrent avec l’âge, il reste une sorte de X ième sens qui reconstitue les manques. J’ai déjà cité en d’autres lieux, un luthier expert en violes qui a aujourd’hui dépassé les 80 ans; il conserve une oreille stupéfiante et nous aide, nous plus jeunes, à percevoir ce qu’on entend pas. mais c’est un autre débat.

38)
soizic
, le 10.12.2011 à 08:25
[modifier]

Ysengrain écrit ; _Je garde mes CD, mon lecteur Rega et l’ampli de même marque. Les enceintes, faites moi confiance sont au même niveau et que de bonheurs et de régals sonores plutôt que les sons pissés par vos infâmes machins. _ Je suis entièrement d’accord avec lui (et même sur la marque !).

Le problème est qu’il y a tant de définition de la musique : on va du bruit de fond à l’écoute religieuse…

Donc ici, personne ne parle de la même chose.

L’article est intéressant, j’irai faire un tour à titre de curiosité?

39)
Benoit Launay
, le 10.12.2011 à 09:30
[modifier]

Héhé, parler de musique fait sortir les possesseurs de multiprises à 1000 € et de câbles d’alimentation à 150 au bas mot :p et je dirais tant mieux, grand bien vous fasse ! Le côté ‘précieuse ridicule’ peut faire sourire mais l’aspect méprisant est pathétique. Enfin rien de nouveau dans le monde de la haute fidélité et de sa cohorte de carnets de chèque à oreilles (oui c’est de la provoc inutile ;)). D’ailleurs, comme le souligne Saluki, il faudrait que l’achat de ce type de matériel soit conditionné par la remise au vendeur d’un audiogramme de moins de deux mois.

Sérieusement, oui il y a des différences qualitatives, oui je préfère écouter de la musique en distinguant bien les instruments et en bénéficiant de toute la richesse de la voix du ou des interprètes. Oui je me suis fait plaisir en achetant assez cher un convertisseur numérique analogique avec correction d’erreur vraiment meilleur que celui intégré au Mac, aux iObjets et même à une grande partie des lecteurs de CD y compris dans la gamme Haute fiddélité. Oui je préfère acheter certaines musiques en qualité studio masters quand cela est possible. Cependant jamais je ne balancerai une liste de nom de marques comme autant de crachats ou de claques pour ceux ne disposant pas du même matériel en les qualifiant d’ignorants !

La musique et le plaisir qu’elle procure sont à tous.

suite à quelques remords de mon presque troll

Pour en revenir au sujet, cela doit faire environ deux ans — sans doute un peu plus — que je fais mes acquisitions musicales chez Qobuz, notamment en raison de la possibilité offerte (enfin vendue) d’accéder à un catalogue d’enregistrements soignés et moins compressés (au sens logiciel du terme).

J’avoue avoir été pas mal perdu face au comportement du site, particulièrement par la présentation de résultats d’une recherche ou l’utilisation de la navigation au sein des catégories musicales. Je note cependant un soucis d’amélioration continu.

Concernant le streaming, j’ai été abonné pendant quelques mois mais ai arrêté cet abonnement peu de temps avant l’annonce de la nouvelle offre, pas de bol. Ceci dit, n’étant pas régulier dans mes achats musicaux j’hésite à replonger. si je tenais compte du montant de mes achats ces dernières semaines, d’un simple point de vue comptable, même l’abonnement Hi-Fi serait intéressant mais cet accès à la musique me fait penser à un DRM qui ne dit pas son nom car hors du player qobuz / deezer / spotify point de salut. J’aime à penser pouvoir lire ma musique depuis un périphérique ou un logiciel librement choisi et sans être forcément connecté à Internet.

40)
Alain Le Gallou
, le 10.12.2011 à 13:36
[modifier]

mais cet accès à la musique me fait penser à un DRM qui ne dit pas son nom car hors du player qobuz / deezer / spotify point de salut

Je ne comprends pas cette remarque. Le « Streaming » étant par principe une écoute temporaire, et l’abonnement pouvant s’arrêter en fin de chaque mois, je ne vois pas le lien avec les DRMs.

41)
Benoit Launay
, le 10.12.2011 à 13:50
[modifier]

Le « Streaming » étant par principe une écoute temporaire, et l’abonnement pouvant s’arrêter en fin de chaque mois, je ne vois pas le lien avec les DRMs.

Je ne mes suis sans doute pas assez bien exprimé : j’assimile, à tord au à raison, les systèmes de DRM comme, en dehors de l’aspect gestion des droits pur, une manière de contrôler la façon dont je peux lire un livre, écouter de la musique ou regarder un film.

Je rapproche le streaming musical des DRMs uniquement pour cette contrainte, en tout que j’appréhende comme telle, du moyen d’écoute

42)
François Cuneo
, le 10.12.2011 à 15:43
[modifier]

Tout le monde vous raconte que l’oreille humaine ne sait pas entendre les fréquences au-dessus de X et en dessous de Y.

C’est peut-être vrai.

C’est certainement vrai que les oreilles abîmées que nous portons à gauche et à droite de notre ifigure entendent encore moins.

Mais cela n’est pas aussi simple.

Il y a bel et bien une différence entre un CD et un AAC de chez iTunes. Cela s’entend en particulier en musique classique et en jazz.

C’est comme ça, c’est tout.

Maintenant, il est vrai qu’au bout de dix minutes, quand je ne compare pas, je me satisfais d’un AAC, d’autant plus compressé en 320.

Mais quel plaisir tout de même de s’offrir le son CD et de savoir qu’on a la pleinitude de ce qu’a voulu nous offrir l’auteur.

A part ça Benoît, tu n’es pas du tout un troll. Ce que tu dis est parfaitement juste.

43)
Benoit Launay
, le 10.12.2011 à 23:03
[modifier]

Merci François ; fidèle lecteur mais « anonyme » je prends très rarement la plume mais là… du coup j’en profite pour te remercier, ainsi que tous les contributeurs de Cuk.

45)
TroncheDeSnake
, le 15.12.2011 à 13:07
[modifier]

Bonjour,

Un grand merci pour cette découverte!!! je ne connaissais pas et je dois dire que vote article m’a mis l’eau à la bouche.

Je suis en train d’écouter une version de Brandebourgeois que je ne connais pas et je me régale!

Décidément, j’aime cuk.

46)
Mister A
, le 06.01.2012 à 15:57
[modifier]

Un album écouté entièrement en streaming sur Spotify rapporte grosso-modo 0,03 Euros à l’artiste (la moitié que sous Deezer) et il est difficile de trouver l’info concernant Qobuz (ils ne veulent pas l’indiquer publiquement mais si quelqu’un le sait je suis intéressé..) A savoir si je paye un abonnement à 29 Euros/mois à Qobuz est-ce que l’artiste est mieux payé que si je prends un abonnement à 7 Euros/mois?..je doute..puisque la différence de prix doit surtout payer les services…