Profitez des offres Memoirevive.ch!
Lettre ouverte à Océane
Chère Océane,

Selon Diego, il semblerait que je sois capable, pour défendre les femmes et leur cause, de frôler, voire d'atteindre la mauvaise foi. Pour ma part, bien entendu, je n'ai nullement le sentiment d'arranger la vérité mais simplement de veiller à ce que l'oppression dont est encore victime cette moitié de la population, qualifiée de "sexe faible", ne perdure à l'ère de l'égalité juridique.

Bon, d'accord, mon "intro" est un peu longue mais je tenais à ce que tu saches que d'ordinaire, je suis du genre à prendre systématiquement le parti des femmes. Mais là, non, je ne peux pas, y a rien à faire.

Tu n'as pas vingt-cinq ans, tu n'as donc pas connu l'époque où, en cas de divorce, le droit suisse prévoyait une réglementation qui désavantageait d'office la femme; tu as donc reçu l'instruction d'une école qui organise des travaux de couture et des cours de cuisine aussi pour les garçons, tandis que les filles peuvent également scier, clouer, souder.

Parmi tes copains et tes copines, on parie : il y a des tas de jeunes adultes dont les parents ne sont pas unis par les liens sacrés du mariage, nombreux sont ceux dont les parents ont divorcé.

Je ne sais pas quels métiers t'ont fait rêver lorsque tu étais enfant mais si d'aventure, tu avais décidé de devenir ramoneur ou typographe, personne n'aurait ressenti le besoin de t'imposer une profession plus "féminine" comme infirmière ou fleuriste.

Bref, pour toi, l'égalité entre femmes et hommes devrait couler de source, être une évidence.

Alors explique-moi pourquoi et au nom de quoi tu t'es arrogée la toute puissance sur ce petit garçon auquel tu as donné la vie il y a quelques semaines ? Franchement, tu te prends pour qui d'accoucher et de ne pas en informer le père, qui durant toute ta grossesse n'a eu de cesse de te dire qu'il entendait s'impliquer dans l'éducation de cet enfant ?

Tu sais quoi ? Je trouve particulièrement dégueulasse qu'il ait appris la naissance de son fils par voie de presse et qu'à ce jour, tu n'aies répondu à aucun de ses coups de fil. Tu n'as même pas eu la décence de lui envoyer une photo de cet enfant !

Bien sûr, durant des siècles, les hommes ont gardé leur liberté, soit en ne reconnaissant pas l'enfant conçu avec une femme autre que la "légitime", soit en congédiant la soubrette engrossée parfois contre son gré; bien sûr, pendant des lustres, les femmes ayant un enfant mais non mariées étaient dédaigneusement taxées de "filles mères". Mais la souffrance endurée par ces femmes justifie-t-elle qu'aujourd'hui, tu écartes totalement un homme qui, à défaut de pouvoir construire une relation avec toi, souhaite voir son enfant grandir, aimerait lui mettre du badigeon sur les boutons de varicelle et rêverait d'assister à son cours de judo ?

D'accord, admettons que cet homme, qui est pour moi comme un frère et que je connais depuis 38 ans, est un salaud, le genre "un vrai con", admettons-le comme hypothèse de travail. Cet homme, véritable "débile", pourrait toutefois et raisonnablement être considéré comme un mec qui peut devenir un père potable, non ? Tu es certainement assez intelligente pour distinguer la relation "homme - femme", laquelle est un échec, sans quoi vous ne vous seriez pas séparés après quelques mois, du lien "enfant - parent", "enfant - père" en l'occurrence.

Ce qui m'attriste, c'est que la loi va prochainement transformer mon ami en chèque mensuel. Ce qui m'énerve, c'est que tu puisses avoir la prétention de te considérer comme une bonne mère alors que tu as décidé d'écarter d'office un homme qui aimerait être père : un enfant grandi forcément mieux lorsque deux regards bienveillants se posent sur lui.

Et ne viens pas me parler de ta copine, celle qui a divorcé et qui se porte très bien depuis que ses enfants ne voient plus leur père, "ce gros connard" : tu ne m'apprends rien en me rappelant qu'elles sont aujourd'hui nombreuses celles qui font des enfants une véritable arme dans le cadre d'une procédure de divorce. Et là aussi, je suis fâchée : j'aimerais les défendre, ces femmes mais à part des situations rares de maltraitance, l'ancien amoureux pourrait, nonobstant la séparation, continuer à être un papa attentionné tant est qu'on lui en donne l'occasion. Remarque, il y a au moins un "complice institutionnel" dans ces divorces "manipulation" : combien de juges sont prêts à envisager qu'un père puisse avoir la garde et l'autorité parentale sur les enfants ? Peu, très peu...

Ne viens pas non plus me dire que c'est toi qui as porté l'enfant et que c'est donc toi qui décides : c'est un raisonnement à deux balles, qui ne justifie rien du tout. L'histoire de ces femmes anonymes mortes d'avoir été dans l'obligation de s'en remettre à des faiseuses d'anges est toujours poignante mais elle est, dans notre pays, fort heureusement révolue : l'avortement était une possibilité concrète, laquelle n'aurait pas mis ta vie en danger.

Donc merde, grandis un peu et comporte-toi comme une femme qui a réellement le souci du bien-être de son enfant; grandis un peu et arrête d'utiliser ton enfant contre l'homme avec lequel tu l'as "fabriqué" : quelle image as-tu envie de donner de l'amour à ton fils ?

47 commentaires
1)
ToTheEnd
, le 12.09.2011 à 01:18
[modifier]

Ah, petit règlement de compte entre ennemi…. À force de voir tout le monde mourir, je commençais à me demander si Cuk serait encore témoin d’une bonne engueulade avec coups de barre à mine.

Ceci dit, je regrette que le lectorat ne soit pas plus informé sur la genèse de cette affaire ainsi que sur les personnes qui sont impliquées… Est ce que Oceane nous lit au moins?

Après, sur le fond, c’est parfaitement dégueulasse d’agir de la sorte. On sent bien tout ce qui me débecte de l’humain dans cette affaire: prendre en otage quelqu’un qui n’a rien demandé juste pour faire chier/souffrir l’autre et en plus, avec le consentement de la loi.

C’est dommage, Oceane ça sonne bien… Comme quoi, on peut être une salope et porter un joli prénom.

2)
Inconnu
, le 12.09.2011 à 06:39
[modifier]

Ca doit pas être facile de vivre une vie normale quand t’as le prénom d’une salade de chez Quick.

3)
Inconnu
, le 12.09.2011 à 06:50
[modifier]

Bon, un commentaire un peu plus pertinent (j’espère) sur la question.

Difficile sans contexte, TTE a raison (je suis souvent d’accord avec lui, d’ailleurs). J’ai rencontré un nombre non négligeable de femmes qui cherchaient juste un géniteur, pour ensuite élever leur bébé toute seule. Quel égoïsme. En plus, inutile de briser la vie de quelqu’un en l’empêchant de voir son enfant, il suffit d’aller dans une banque du Sperme.

4)
fxc
, le 12.09.2011 à 08:11
[modifier]

Ce qui m’attriste, c’est que la loi va prochainement transformer mon ami en chèque mensuel.

Les putains les vraies,

se font payer avant,

pas après.

Jacques Brel

5)
Inconnu
, le 12.09.2011 à 08:19
[modifier]

“aimerait lui mettre du badigeon sur les boutons de varicelle”? Ouais, pas trop en ce qui me concerne (ou m’a concerné, mais ça y est, les 2 l’ont eu).

6)
Sylphide
, le 12.09.2011 à 08:55
[modifier]

Alors là, je ne suis carrément pas d’accord avec vous tous. Je trouve le ton trop vert et le jugement trop facile. Je me dis que Mme Poppins doit bien connaître les deux protagonistes de l’affaire, mais quand-même.

Dans ce genre d’affaire, il y a certainement beaucoup de dessous que nous ne connaissons pas. L’histoire de chacun, la relation, l’inconscient, j’en passe et des meilleures.

Je ne peux pas m’empêcher de me dire que ces deux individus ont fait de leur mieux à un moment donné et que, même si l’issue n’est pour l’instant pas très positive, je le conçois, nous ne sommes pas là pour les jugés.

Je finirai en disant que le pardon n’est pas pour l’autre, mais pour soi-même.

Sylphide du lundi matin,

8)
Diego
, le 12.09.2011 à 09:44
[modifier]

Alors là, je ne suis carrément pas d’accord avec vous tous. Je trouve le ton trop vert et le jugement trop facile. Je me dis que Mme Poppins doit bien connaître les deux protagonistes de l’affaire, mais quand-même.

Les propos peuvent en effet sembler partiaux, mais force est de constater que, connaissant l’affaire … non point.

9)
Inconnu
, le 12.09.2011 à 09:59
[modifier]

Sylphide: rien ne peux expliquer pourquoi le Père ne pourrait pas voir son enfant. Sauf cas de maltraitance avérée

10)
levri
, le 12.09.2011 à 10:49
[modifier]

@ Sylphide : on pourrait accorder une attention à ton commentaire s’il était question de deux personnes … mais si j’ai compris nous parlons bien de trois êtres humains, n’est ce pas ?

@ TTE : wai, une engueulade bien saignante et soigneusement étayée entre membres c’est vivifiant, lorsqu’il est question d’inconnus c’est quand même moins jouissif !

11)
J-C
, le 12.09.2011 à 10:52
[modifier]

Bonjour à tous,

Sans vouloir me mêler de ce qui d’évidence ne me regarde pas, je crois comprendre qu’il s’agit d’une affaire pour le moins privée ?

Comment peut répondre la personne interpellée dans ces conditions ?

On peut débattre de tout sur cuk.ch, bien sûr, mais pas instruire de procès…

Les commentaires extérieurs sont-ils souhaitables ? D’ailleurs, très peu de commentaires…

Bien sénégalaisement,

12)
Saluki
, le 12.09.2011 à 11:00
[modifier]

Tiens, Maître Eolas aurait-il émigré ?

Plus sérieusement, je ne me vois pas prendre parti pour quiconque ni le/la prendre à partie.

Je connais assez bien une famille où la maman refuse que ses enfants ne voient leurs grands parents. Apparemment ce genre de turpitudes est bien plus fréquent qu’on ne pense, mu par le fric, les rancœurs rassies, l’esprit de vendetta trans-générationelles, j’en passe et des pires…

13)
cerock
, le 12.09.2011 à 11:04
[modifier]

Alors là, je ne suis carrément pas d’accord avec vous tous. Je trouve le ton trop vert et le jugement trop facile. Je me dis que Mme Poppins doit bien connaître les deux protagonistes de l’affaire, mais quand-même.

Je suis d’accord qu’on ne connait rien de la situation et que nous ne pouvons pas juger qui que ce soit, mais quand je lis ça:

Franchement, tu te prends pour qui d’accoucher et de ne pas en informer le père, qui durant toute ta grossesse n’a eu de cesse de te dire qu’il entendait s’impliquer dans l’éducation de cet enfant ?

Heuuuu franchement, sans la connaitre, je trouve que cette femme est un monstre.

14)
Roger Baudet
, le 12.09.2011 à 12:53
[modifier]

Ouille, là, on frise le code, Madame Poppins. Tant que l’accusée Océane n’aura pas un sérieux droit de réponse, je pense que ces propos ne sont pas dignes de CUK. Le site est là pour être impertinent, caustique, subversif et subjectif si on veut, mais seulement si l’accusé peut se défendre!

16)
levri
, le 12.09.2011 à 13:13
[modifier]

@ 14. Roger Baudet : Au vu du ton du billet, il ne fait aucun doute que les protagonistes seront très vite au courant, ils ont toute liberté de répondre.

@ 13. cerock : il est très difficile d’avoir une opinion sans rien connaître des circonstances, nous ne savons même pas si l’enfant était initialement le fruit d’un projet commun ou un “accident”.

@ 12. Saluki : effectivement il semble bien que ce genre de “turpitudes” soient plus communes qu’on pourrait croire au premier abord.

17)
François Cuneo
, le 12.09.2011 à 13:27
[modifier]

A travers ses billets, Mme Poppins touche toujours des problèmes de société.

C’est le cas ici aussi. Pour moi, rien de choquant. Je ne connais pas Océane, j’admets que si elle nous lit, ça ne doit pas être simple pour elle.

Peut-être n’avait-elle pas envie que l’on étale son problème sur Cuk. Cela dit, je ne sais même pas si Océane est son vrai prénom, je ne sais rien d’elle, donc il n’y a pas selon moi de mise au banc d’un individu sur la place publique.

J’ai appris qu’une maman X pouvait refuser le droit à un papa Y de savoir que son enfant était né, puis de le voir.

Je ne comprends même pas comment légalement c’est possible. Je pense que papa Y devrait se lancer dans une procédure pour faire valoir ses droits suite à une reconnaissance toute scientifique.

Maintenant, le comment du pourquoi de la chose… Je connais assez bien le couple Poppins pour faire confiance en leur jugement.

18)
graffati
, le 12.09.2011 à 13:52
[modifier]

Gros malaise en lisant le Cuk du jour….

Je pense que si la “lettre ouverte” est postée sur Cuk , car “Océane” est censée parcourir ces lignes régulièrement….

Si c’est le cas, j’espère qu’elle aura un droit de réponse, si elle le souhaite…

Si ce n’est pas le cas, je ne vois pas l’intérêt de la démarche, à part un lynchage “internettien” de la personne en question….

19)
FT'e
, le 12.09.2011 à 13:54
[modifier]

Cet article, sur un fond personnel, dépeint une réalité sociale qui est loin d’être un cas isolé.

La loi suisse a de nombreuses faiblesses en regard de l’égalité des sexes, et lorsque je dis faiblesses, il faut comprendre gouffres quasi-insondables.

J’ai vécu des cas de discrimination sexuelle légale à plusieurs reprise déjà.

Tout d’abord en tant qu’enfant après le divorce de mes parents où mon père a été – sans qu’il soit coupable de quoi que ce soit – condamné à payer et juste payer, sans aucune autorité parentale et un droit de visite minimal. Ma mère a eu la délicatesse de me bourrer le mou pendant des années pour m’éloigner de mon père, que j’ai par bonheur retrouvé lors de ma crise d’adolescence.

La dernière discrimination très récemment à l’occasion de mon mariage : j’ai pris le nom de mon épouse. Ce que j’ai dû justifier par écrit, avec pour seul recours en cas de refus (qui n’a nul besoin d’être justifié par le “comité”) d’attaquer l’État pour discrimination sexuelle. Devoir se justifier est déjà révoltant, mais être soumis à l’arbitraire d’un comité sans voie de recours, WTF?!?

Nombreuses sont les discriminations légales du droit de la famille, très nombreuses, et j’en ai déjà bouffé à m’en rendre malade. Pour tout dire, le droit suisse de la famille est une grosse daube obsolète, injuste, nauséabonde, bonne à jeter et à refaire au propre.

Donc comme je le comprends, cet article relate une histoire vraie. Je ne m’étendrai pas sur le côté personnel de ce récit, il ne m’appartient pas et je ne me permettrais pas de me poser en juge. Par contre, que la loi autorise, et agrave !, de telles situations est juste absurde. Je n’ai pas souvent des raisons d’avoir honte de la Suisse, mais là, on est en plein dedans. J’ai honte.

20)
Tom25
, le 12.09.2011 à 14:43
[modifier]

J’en ai déjà parlé, je suis en cours de divorce depuis le début de l’année. Et d’ailleurs, ma future ex-femme emménage demain dans son appart.
Quand je pleurais devant elle en lui demandant de rester (je pleure toujours, mais je me cache), elle me répondait « et t’as pas intérêt de ma faire chier, sinon je garde les filles ! C’est toujours la mère qui a les enfants ! ». Mes filles m’adorent, et adorent mes parents chez qui elles passent une bonne partie de l’été. Et plusieurs fois ma femme m’a menacé d’interdire aux filles de voir mes parents.
Elles ont 12 et 15 ans, et si leur mère tentait de mettre ses menaces à exécutions, elle se mettrait nos filles à dos. C’est, j’en suis malheureusement presque persuadé, la seule raison qui empêche mon ex-femme d’essayer de le faire.

Si un jour je demande de l’aide pour faire à manger ou lancer une lessive, on me répondra que j’ai qu’à me démerder, que les femmes ne sont pas les boniches. Si un jour mon ex-femme me demande de l’aide pour débloquer sa machine à laver ou déboucher un évier et que je refuse, on me traitera de salopard. L’inconscient collectif est comme ça.
Est-ce sur Cuk que j’ai lu que quasiment 33% des enfants n’étaient pas de leur père ? (sans que quiconque ne le sache sauf la mère).

Je suis d’accord pour dire que subsistent certains gros beau’f misogyne. Mais dans bien des cas, on est tout simplement coupable d’être un homme. Ca fait toujours bien de prendre la défense du (supposé) faible.

Pour en revenir à l’exemple du jour, et si le gars enlevait son enfant à la maternité et se barrait à l’étranger ?

21)
François Cuneo
, le 12.09.2011 à 15:00
[modifier]

Quand je pleurais devant en lui demandant de rester (je pleure toujours, mais je me cache)

On me disait “après les nuages, la pluie, le soleil revient toujours”.

C’est vrai Tom25. Courage pour demain, ce n’est pas le plus rigolo qui t’attend, mais après, tu pourras te reconstruire. Tu ne pouvais pas le faire tant qu’elle était là.

C’est un peu hors sujet mais bon…

22)
Inconnu
, le 12.09.2011 à 18:18
[modifier]

Très touché par le commentaire de Tom25. J’ai la chance de ne pas être divorcé et de vivre avec ma femme et mes 2 enfants. Mais nous ne sommes à l’abri de rien.

23)
Saluki
, le 12.09.2011 à 19:22
[modifier]

12 septembre = 11 plus 1

Et ça fait ainsi juste vingt ans que Madame Saluki me supporte.
(Sans aller dans le forum “Cuisines du Monde”, tout à l’heure Gevrey Chambertin tasteviné “Les Corvées” de Gilles Burguet…1991)

24)
Madame Poppins
, le 12.09.2011 à 21:09
[modifier]

Bon, je suis super méga désolée : jamais, je n’ai eu pour objectif de faire procéder à un “lynchage”. D’ailleurs, ma question de fin n’était pas “que pensez-vous de cette attitude” (ou autre truc du genre)…

D’ailleurs, Océane ne s’appelle pas Océane, la seule chose qui soit réelle, c’est que mon ami est privé de son enfant alors qu’il a toujours voulu s’en occuper et être présent et qu’au final, il a appris la naissance de son enfant par voie de presse.

D’ailleurs, elle n’a jamais dit qu’elle avait tous les droits sur cet enfant au motif qu’elle l’a porté durant neuf mois, elle n’a jamais parlé d’une éventuelle copine qui aurait divorcé.

Il se trouve simplement qu’il s’agit là d’un patchwork de situations et de phrases entendues, lues, de la part de femmes que je connais ou de moi totalement inconnues, que je trouve particulièrement atroces à l’égard des hommes : même si les hommes, au cours des siècles, ne se sont pas forcément beaucoup investis dans l’éducation, comment une femme ose-t-elle menacer un homme dans le cadre d’un divorce en utilisant les enfants ?

D’ailleurs, cette façon de procéder est tellement fréquente que certains hommes se sont regroupés, ici ou ailleurs, en associations, pour tenter collectivement de se faire entendre : c’est pas le comble, ça ? Non pas de se regrouper mais qu’ils soient réduits à être des chèques et à être privés de leur paternité, juste parce que les femmes ont fait de l’enfant une “arme” contre leur ex-conjoint ?

Donc, je suis sincèrement et profondément désolée d’avoir abordé ce sujet sous l’angle “comment moi je vois les femmes qui utilisent ce genre de moyens”, le terme “grognasses” manque totalement de classe, je l’admets : j’aurais pu faire un texte au kilomètre et vous dire que je trouve moche l’attitude de ces femmes et que ces hommes sont des victimes de manipulations qu’ils ne devraient pas vivre. Mais le texte aurait été “fade”, j’aurais eu l’impression de me retenir et de ne pas pouvoir dire le fond de ma pensée. Là, je me suis “lâchée”, je me suis fâchée et au final, je suis navrée d’avoir heurté certains lecteurs (dont, il faut l’admettre, j’aurais pensé qu’ils me connaissaient suffisamment pour ne pas penser que je visais le lynchage public mais comme l’a dit François, le thème de société).

Océane ne lit pas cuk, mon ami d’ailleurs pas non plus et lorsque j’ai des comptes à régler – ce qui n’est pas le cas en l’espèce, où je ressens surtout du chagrin pour mon ami – je le fais aux endroits concernés, pas sur la place publique.

Bref, j’étais sur le point de proposer à François de retirer ce texte lorsque j’ai lu des choses qui m’ont rendue très très triste…. un enfant qui a souffert de voir son père écarté par la volonté de la mère dans le cadre d’un divorce : n’aurait-il pas été heureux qu’il puisse voir son père librement et non pas devoir attendre la crise de l’adolescence ? Un homme qui est menacé par sa femme de se voir privé de ses filles ? Je crois rêver quand je lis ça et j’aimerais envoyer mille pensées à celui et ceux qui vivent ce genre de situations.

Finalement, admettons que Océane lise ces lignes : elle aurait bien entendu le droit d’y répondre, François n’a jamais interdit le droit de réponse, Graffati.

Bref, mes pensées vont à ceux qui ont souffert de l’absence d’un père qui n’aurait peut-être pas été parfait mais qui aurait eu le mérite d’être présent, à ceux qui souffrent d’être privés de leurs enfants parce que les mentalités sont encore trop lentes à intégrer les droits des hommes dans le cadre du droit de la famille.

A bientôt,

25)
Inconnu
, le 12.09.2011 à 21:34
[modifier]

Madame Poppins, tu me rassures. S’appeler Océane, c’est juste pas possible :)

26)
YOYO
, le 12.09.2011 à 21:44
[modifier]

Perso ce qui m’énerve le plus, c’est que la majorité des hommes ont toujours réfléchit avec leur queue au lieu de réfléchir avec leur tête et qu’aujourd’hui les femmes au lieu de dire ces mecs sont des connards ont le culot de les défendre.

Pire encore elle revendiquent le droit de réfléchir avec leur appareil reproducteur plutôt que de réfléchir avec leur tête.

Et ce qui m’agace le plus dans tout ça, c’est de mettre ça sur le compte de l’égalité des sexes ou de libération sexuelle de la femme.

Simplement une fumisterie de féministe.

Je suis pas du genre à mettre un boulet à la jambe de ma femme pour qu’elle reste dans la cuisine. je suis prêt à tout pour une femme, mais faut aussi arrêter d’emmerder le monde avec des bêtises !

27)
Madame Poppins
, le 12.09.2011 à 22:01
[modifier]

Renaud, je suis contente de ne connaître aucune femme qui s’appelle Océane : chaque fois que je la verrais, je verrais… une salade :-)))

28)
levri
, le 12.09.2011 à 22:44
[modifier]

la majorité des hommes ont toujours réfléchit avec leur queue

heu, on est absolument dans le lieu commun ! Sur quoi te bases tu pour émettre ce genre de “vérités” ?

29)
ToTheEnd
, le 13.09.2011 à 00:45
[modifier]

Détrompez vous, l’Oceane que je connais est ravissante…

Levri: il voulait dire “ont toujours réfléchit avec leur tête”… Rien de répréhensible!

30)
Joao
, le 13.09.2011 à 04:21
[modifier]

“Bref, mes pensées vont à ceux qui ont souffert de l’absence d’un père qui n’aurait peut-être pas été parfait mais qui aurait eu le mérite d’être présent, à ceux qui souffrent d’être privés de leurs enfants parce que les mentalités sont encore trop lentes à intégrer les droits des hommes dans le cadre du droit de la famille.” Au risque d’être hors sujet, que dire des enfants qui souffrent de la présence d’un père qui fait plus de mal qu’il n’apporte de joies… Certes, ces enfants ne regrettent sûrement pas la présence de leur père, n’empêche qu’ils en souffrent… Au-delà de cette parenthèse et quelle que soit la situation, les enfants ne devraient pas être utilisés comme moyen de pression… Ils n’ont rien demandé et ne sont pas responsables des choix de leurs parents…

Joao

33)
ysengrain
, le 13.09.2011 à 08:21
[modifier]

Je modifie mon commentaire d’hier matin. Tout ça n’était pas abscons mais sans doute excessivement guidé par les aspects affectifs et rien de répréhensible.

34)
M.G.
, le 13.09.2011 à 08:52
[modifier]

Est-ce sur Cuk que j’ai lu que quasiment 33% des enfants n’étaient pas de leur père ? (sans que quiconque ne le sache sauf la mère).

Je crois que les statistiques prouvent qu’à partir du troisième enfant (parfois du deuxième) le père génétique est rarement le père “officiel”.

Souvenir d’une amie chère, mère de quatre enfants dont aucun n’est de son mari pour des raisons qu’il est inutile d’exposer ici. À la lecture d’un article du « Point » sur les maladies qui peuvent être traitées par une greffe de moëlle osseuse en provenance d’un donneur totalement compatible, elle était affolée.

— Si ça m’arrive, je fais comment ?

Dieu a permis que ses enfants aient grandi sans ce genre de problème. Ils sont grands aujourd’hui. Ils sont beaux et en passe de réussir leur vie après avoir suivi de solides études.

J’ai découvert récemment que son mari a beaucoup souffert car il savait… Respect à ce vrai Papa qui me fait irrésistiblement penser à Panisse, personnage de César de Marcel Pagnol.

La nature humaine est ainsi faite, rarement noire ou blanche. Nous avons tous notre part d’ombre, rarement affichée en public et les secrets de famille sont la notion la mieux partagée.

35)
ysengrain
, le 13.09.2011 à 09:24
[modifier]

les maladies qui peuvent être traitées par une greffe de moelle épinière en provenance d’un donneur totalement compatible

Greffe de MOËLLE OSSEUSE !! La moëlle épinière est faite de tissu nerveux qui dans l’état actuel des connaissances NE PEUT ÊTRE GREFFÉE

37)
YOYO
, le 13.09.2011 à 12:47
[modifier]

levri Je me base sur ce que j’entend.

Heureusement il y a encore des mecs bien dans ce monde, et je voulais plutôt dire la majorité.

J’ai trois anecdotes à vous raconter, après vous en faites ce que vous en voulez. J’aimerais pas paraître vulgaire, alors excuser moi d’avance.

Un “ami” qui sortait avec un nana qui s’était fait monter à tous les coins de rues en avait ras la patate, mais elle ne voulait rien savoir. Alors pour se venger, pendant qu’elle travaillait, il sautait des filles faciles sur le canapé du salon. Ensuite il a jeté la nana, et a dit “Je ne laisserai plus jamais la moindre chance à se genre de femme”. Ensuite il s’est mis à la recherche d’une nouvelle, et il a trouvé une très très jolie blonde vierge (si si ca existe encore), 3 mois plus tard il annoncait qu’il se mariait ! Je n’adhère pas avec son comportement mais au final il a raison.

Un autre ami sortait depuis quelques années avec sa copine, lorsqu’il a découvert qu’elle l’avais trompée. Il l’a quittée. Quelques années plus tard je le rencontre et lui demande comment vont les amours.

Il me répond : “Y’a plus besoin de faire des efforts pour les femmes, et j’en veut plus. Je préfère rester seul et de toute manière de nos jours il suffit de trouver une fille facile le soir pour se vider le sac. J’ai tout ce qu’il me faut”.

Troisième anecdote, ma mère est tombée enceinte de son copain à l’âge de 16 ans, quand il l’a appris il s’est cassé. Mon père (un mec bien), a adopté ma soeur. Aujourd’hui elle le considère comme son père et ne veut plus du tout entendre parler de son père biologique. Ma mère nous a toujours dit qu’elle ne souhaitait pas que nous faisions les mêmes erreurs, et ma soeur en pense que du mal de ces mecs !

Alors voilà madame Poppins avec votre féminisme comment vous rendez les hommes, vous défendez les mauvaises personnes et au final les femmes qui voient la vies comme vous se retrouverons seules, à mon avis c’est un juste retour des choses.

38)
Modane
, le 13.09.2011 à 13:14
[modifier]

La statistique (les 33%) me conforte dans l’idée que la reconnaissance de l’enfant est un choix personnel du père. Aucune certitude! Les tests de paternité apportent tant de surprises! ;) Un père devrait choisir l’enfant comme sien, et, intérieurement, ne devrait pas être dupe. Ce choix est d’ailleurs LA preuve de l’amour qu’on porte à la mère. J’accepte d’être le père de tes enfants. Qu’ils soient les miens ou pas.

Et puis finalement, quelle importance? La vieille urgence de la dissémination de nos gènes, que nous trouvons être les meilleurs du monde? Notre immortalité?… Mon fils, mes gènes ou pas, disséminera au moins le souvenir de qui j’étais…

Le problème n’est pas le géniteur, c’est plutôt le mensonge. Comment peut-on se mentir, si on s’aime?

Par ailleurs, je connais autant de mauvaises mères que de mauvais pères. Ce qui confirme aussi mon idée de l’égalité : la connerie et la méchanceté sont universellement répartis.

39)
levri
, le 13.09.2011 à 13:36
[modifier]

Je me base sur ce que j’entend

Ce ne sont pas forcément des données fiables !

– Les grandes gueules ne sont pas forcément les plus qualifiées pour émettre des commentaires ou des conseils judicieux.

– T’es tu déjà posé la question de savoir si tu laissais traîner tes oreilles dans les endroits les plus appropriés ?

La connerie est certainement la chose la mieux partagée, avec ou sans loi des femmes et des hommes se comportent lamentablement, la bêtise n’a pas attendu qu’on légifère pour instaurer l’égalité de droits quel que soit le sexe.

@ 38-Modane : tu sembles ne pas exiger la “fidélité” et autres trucs, en ce cas, pourquoi ne pas instaurer le choix de ses enfants hors lien du sang, il faudrait aussi arrêter l’endoctrinement favorisant l’amour romantique dès le plus jeune âge, perversion s’il en est.

40)
WhyNot
, le 13.09.2011 à 15:07
[modifier]

Je connais peu de personnes qui sont arrivées à agir de façon sensée et rationnelle lors d’une séparation. Les émotions négatives et les rancoeurs semblant malheureusement trop souvent prendre le pas sur la raison…

Je voudrais corriger le chiffre de 33% d’enfants qui ne seraient pas de leur père, qui me parait élevé. Ce serait plutôt entre 4 et 10%. Source Wikipedia

41)
Inconnu
, le 13.09.2011 à 17:16
[modifier]

@25 Renaud : J’ai eu une amie dans ma classe au collège (puis au gymnase) qui s’appelait Océane. Donc oui, ça existe ! :-)

42)
Modane
, le 13.09.2011 à 17:19
[modifier]

… tu sembles ne pas exiger la “fidélité”

Je ne demande pas non plus l’inverse! :) Mais on dit “tromper”. Cela semble dire que l’acte est moins grave que le mensonge?!…

… il faudrait aussi arrêter l’endoctrinement favorisant l’amour romantique dès le plus jeune âge, perversion s’il en est.

Tout à fait d’accord! Mais quelle douce perversion, qui aide à vivre moins mal. Qu’aimons nous vivre confortablement, quand même!

43)
YOYO
, le 13.09.2011 à 17:52
[modifier]

@ levri

Données fiables, je trouve tout de même étonnant que ce soit provenant d’amis, de la famille, de collègues de travail, de l’armée d’entendre des mecs s’exprimer comme cela.

Je ne met pas mes oriels ou il ne fait pas, je subit ce qui se dit autour de moi en tant qu’homme, parcequ’en général ce genre de discours détestable ne se font qu’en présence d’hommes. Les femmes ne les entendent pas, et les hommes savent très bien pourquoi.

Au boulot, c’était le concours du jeune mâle qui se ferait la stagiaire le premier, et chaque année c’était pareil. Et quand une nain les envoyait chier, elle passait pour une coincée du cul.

A l’armée c’était le concours de celui qui ramènerait un nana à la caserne pour s’en occuper.

Je ne connais malheureusement que très très peu d’hommes qui ont couché avec une femme uniquement pour du sexe et qui ont été correcte. Sur le nombre j’en compte deux, mais sur les deux il y en a un pour qui s’était la première fois et qui s’est fait jeté comme une merde par la nana parcequ’elle trouvait qu’il était nul au pieux !

Alors je voit que ça fait réagir, et c’est sans doute parceque ce que je dit ne se dit pas en présence de femmes.

A Bon entendeur !

44)
levri
, le 13.09.2011 à 18:23
[modifier]

@ 40-WhyNot : parfois un divorce qui pourrait se régler décemment se transforme en conflit irrationnel grâce à l’intervention des avocats.

@ Modane : je provoquais (si peu); mais s’il y a des rapports extra maritaux consentis quel intérêt de se lancer dans la mariage, ne serait il pas temps de chercher d’autres modes de vie peut être bien plus enrichissant que l’endoctrinement favorisé actuellement ?

@ 43-YOYO : et pourquoi ne tiendrions nous pas ce type de propos en “présence de femmes” ? … au cas ou tu ne l’aurais pas remarqué la rédactrice du billet originale est du genre féminin !

Il semblerait que l’énorme problème des gens que tu a entendu était le manque de franchise dans les propos et dans les actes.

Personne n’est obligé de “subir” quoi que ce soit, chacun peut faire des choix, y compris celui de ses relations.

Personnellement j’évite les débiles que tu décris, s’ils ne comprennent pas je mets les points sur les “i”; malheureusement si tu es dans un milieu infesté c’est moins facile.

Nous nous éloignons du sujet original, ce qu’il faudra retenir c’est qu’il y a autant de débiles d’un sexe que de l’autre. Mais il ne faut pas généraliser dans un sens comme dans l’autre.

45)
Madame Poppins
, le 13.09.2011 à 22:06
[modifier]

Perso ce qui m’énerve le plus, c’est que la majorité des hommes ont toujours réfléchit avec leur queue

Je me dis qu’il vaut peut-être mieux réfléchir avec sa queue que conjuguer comme un pied….

Levri, je te laisse la conclusion, comme tu dis si justement, la “débilité” n’a pas de sexe, tout comme la classe ou la gentillesse d’ailleurs (et c’est tant mieux).

Bonne soirée,

46)
Argos
, le 15.09.2011 à 23:12
[modifier]

Juste une remarque en passant. Je vis dans un pays bien éloigné de la Suisse. Ma femme et moi avons un certain nombres d’amis femmes. Et, à une exception près, elles sont toutes seules avec un ou deux enfants. Le père les a abandonné, sans assumer aucune obligation et ‘a jamais versé le moindre sou pour l’entretien de ses enfants. Bref, ces femmes aimeraient tellement que le père, une fois, s’inquiète de ce qu’un fils ou une fille est devenu. Elles savent que cela n’arrivera plus. J’ai de plus en plus de peine à comprendre la mentalité suisse.

47)
Argos
, le 15.09.2011 à 23:12
[modifier]

Juste une remarque en passant. Je vis dans un pays bien éloigné de la Suisse. Ma femme et moi avons un certain nombres d’amis femmes. Et, à une exception près, elles sont toutes seules avec un ou deux enfants. Le père les a abandonné, sans assumer aucune obligation et ‘a jamais versé le moindre sou pour l’entretien de ses enfants. Bref, ces femmes aimeraient tellement que le père, une fois, s’inquiète de ce qu’un fils ou une fille est devenu. Elles savent que cela n’arrivera plus. J’ai de plus en plus de peine à comprendre la mentalité suisse.