Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le métro de Berlin

Vous connaissez mon intérêt pour les métros, et tout ce qui roule sur des rails, d’ailleurs… Eh bien, lors d’un récent petit séjour à Berlin, j’ai réalisé un vieux rêve : photographier ce métro que je trouve magnifique et chargé d’histoire. Cela faisait 20 ans que je n’étais pas revenu dans cette ville ; j’y étais allé pour la première fois juste un an après la chute du mur, et je peux le dire, la ville a bien changé depuis…

Autant dire que je n’ai pas reconnu grand chose : la Potsdamerplatz est hérissée de tours style Manhattan. Alexanderplatz, qui était la vitrine quelque peu austère des grandes réalisations du «socialisme» est devenue une sorte de souk à la gloire du capitalisme. Et Prenzlauerberg est devenu un quartier chic et touristique, genre Montmartre teuton.

Mais le métro lui, est resté à peu près tel quel, bien qu’il se soit fortement développé ces 20 dernières années suite à la réunification en 89. Il a fallu tout d’abord reconnecter les réseaux est et ouest, moderniser les installations, rouvrir les gares «fantômes» (celles desservant le réseau de Berlin Est et qui passaient sous le territoire de Berlin Ouest).

La construction de ce métro date du début du 20e siècle, mais quand je dis «resté tel quel», il faut relativiser : quasiment tout a été détruit lors de la IIe Guerre Mondiale, les tunnels ayant été envahis par les eaux. Mais la reconstruction a été un objectif prioritaire après la capitulation de l’Allemagne nazie, et beaucoup de stations ont été restaurées à l’identique de ce qu’elles étaient dans les années 30.

Je devrais d’ailleurs dire les métros, car il y a deux réseaux : le S-Bahn, qui peut être comparé au RER parisien, bien que beaucoup plus ancien, et le U-Bahn, qui est un métro principalement souterrain à gabarit étroit. (140 km de voies en tout)

Autre constatation, bien agréable celle-là : photographier le métro est ici totalement libre, sauf pour usage commercial bien entendu. En 3 jours, je n’ai pas eu la moindre remarque, aucun flic, vigile ou robocop ne m’a menacé de confiscation, d’amende, d’emprisonnement. Aucun cheminot ne m’a dit quoi que ce soit…

Au contraire, les usagers se sont arrêtés souvent pour ne pas passer devant l’objectif. On croit rêver d’une telle gentillesse… Je pense que les mauvais souvenirs du régime de RDA ne sont pas étrangers à cette tolérance, mais aussi le fait que le métro de Berlin est considéré comme un bien public.

J’ai même regretté de n’avoir pas pris un pied pour photographier la nuit (ce genre d’accessoire qui ailleurs, fait de vous immédiatement un contrevenant et un obstacle à franchir). Je suis convaincu que ça n’aurait posé aucun problème.

Des gares étonnantes

Ce qui m’intéressait surtout, c’est la partie aérienne du U-bahn, et les stations années 20-30 de Kreuzberg et Prenzlauerberg (les lignes U1 et U2, les plus anciennes). Mais j’ai découvert très vite que d’autres lignes regorgent de trésors, souvent en «banlieue» (Berlin n’a pas vraiment de banlieue). Et il faut aussi noter que certaines réalisations modernes, comme par exemple la toute récente Hauptbahnhof (la gare centrale de Berlin), sont remarquables.

Heureusement, mon épouse, qui connaît bien cette ville, m’a beaucoup aidé à m’orienter…

Parce que quand j’étais seul et que j’ai cherché sur le plan les noms de gares, que j’ai vu «Anhalterbahnhof» et «Frankfurterbahnhof», je me suis dit chouette, en voilà 2 à photographier ! Eh bien non, y a plus rien du tout, juste quelques briques pour montrer que ça a existé avant la guerre…

Autre constat, les transports en commun sont très développés à Berlin : il y a bien sûr le métro, mais aussi d’innombrables bus, tramways, trains régionaux.

Ce qui est remarquable dans ce réseau de transports urbains, c’est l’utilisation de la lumière, aussi bien par d’immenses verrières soutenues par des structures complexes en acier, que par l’éclairage artificiel : les nombreux panneaux indicateurs, les escalators, les couloirs, les quais, tout est fait pour que l’usager y voie clair… Les nuits étant longues à Berlin en hiver, on peut comprendre l’utilité de la chose. Tout cet éclairage fonctionnant aussi les jours ensoleillés d’été, on peut se poser la question des économies d’énergie, après la fermeture prochaine des centrales nucléaires allemandes… Mais bon, je pense qu’un réseau aussi important incite aussi beaucoup d’automobilistes à abandonner leur voiture…

Les stations que j’ai photographiées sont principalement celles de la partie aérienne des lignes U1 et U2, qui «survolent» Kreuzberg et Prenzlauerberg.

La ligne U1 est d’ailleurs surnommée «Orient-express» car elle relie le Ku-Damm, à l’ouest, avec le quartier turc, à l’est.

Bien sûr, il y a des quantité d’autres stations que j’ai loupées, représentatives de styles et d’époques particulières.

Un immense centre ferroviaire

Mais j’ai quand même visité la «Kolossale» et toute neuve Hauptbahnhof. Je rappelle que la gare centrale de Berlin a été condamnée après la guerre, elle se situait à l’emplacement du mur… Il a donc fallu en construire une nouvelle après la réunification, et personnellement, je trouve que c’est une réussite. Un bâtiment gigantesque dans lequel on n’a jamais l’impression d’être écrasé… On est vraiment dans la tradition de l’architecture industrielle du 19e siècle : verre et acier, tout comme le dôme transparent du Reichstag tout proche.

Je n’ose pas imaginer combien elle a coûté, cette gare!

J’ai cependant constaté que la place de la République est toujours en chantier : des pelleteuses tournent sans arrêt sur d’immenses terrains vagues. On imagine le travail à réaliser encore pour urbaniser ces zones !

Depuis la gare centrale, il est très facile de prendre le S-Bahn pour s’éloigner du centre, par exemple aller jusqu’à Westkreuz, et prendre une des deux lignes qui font le «Ring», c’est à dire le tour de Berlin. De là, on ne voit rien de vraiment folichon, mais on remarque bien la différence entre la zone ouest, riche et assez résidentielle, et l’est, encore avec des bâtiments délabrés. Et l’on aperçoit aussi des gares et infrastructures ferroviaires intéressantes que je n’ai hélas pas eu le temps de photographier… J’ai essayé quand même quelques prises de vues à travers les vitres, malgré les airs moqueurs de passagers qui tournaient le doigt sur la tempe en me regardant !

J’ai aussi tenté un tour du centre ville avec le bus à étage no 100, qui part de la gare  de Bahnhofzoo, mais là, visiblement les touristes connaissent le truc… Comme ça fait 20 ans que je fais du judo, j’ai réussi à m’installer en haut, mais pas vraiment devant…

Détestable, d’ailleurs l’attitude de groupes de touristes qui s’amusent à bloquer l’escalier et à monopoliser les places dans un bus public! Et comme il est pris d’assaut à chaque arrêt, impossible de faire des photos…

Berlin, j’y retournerais bientôt, c’est sûr, car j’ai envie d’y faire encore des tonnes de photos ! De plus, j’adorerais découvrir les canaux de navigation en bateau. Tout un programme…

 

image

La magnifique station de Kottbusser Tor, sur la ligne U1.

image

Une rame moderne à Kottbusser Tor.

image

Le passage sous voie.

image

Le miroir qui permet au conducteur de démarrer en toute sécurité.

image

Ils n’ont pas remplacé ce système par des caméras vidéo, étonnant, non ?

image

La magnifique voie surélevée.

image

Vue sous un autre angle.

image

La station  de Görlitzer.

image

La magnifique cage d'escalier de Görlitzer Bahnhof.

image

Vue de l'extérieur de Görlitzer Bahnhof.

image

Les vélos sont omniprésents à Berlin, et parfois vous foncent dessus!

image

Un commerce florissant à Kreuzberg!

image

Arrivée à la gare de Schlesisches Tor.

image

Echoppes dans la gare de Schlesisches Tor.

image

L'étonnante gare de Schlesisches Tor.

image

Warschauer Strasse, terminus du métro U1.

image

Warschauer Strasse: reflets sur une vitre.

image

Une rame attend le départ à Warschauer Strasse.

image

L'étonnante gare de Gleisdreieck sur la ligne U2.

image

Une rame ancienne exposée à la station Kloster Strasse.

image

La gare d'Alexanderplatz.

image

Rien à voir avec le métro, mais vision insolite à Alexanderplatz. Le gratte-ciel date de la DDR.

image

La station U2 d'Eberswalder Strasse.

image

Ambiance jaune à Eberswalder Strasse.

image

L’intérieur des wagons dans les rames à voie étroite.

image

La gare de Mexicoplatz, en périphérie de la ville.

image

Ambiance nettement plus futuriste à la Hauptbahnhof.

image

Une gare toujours lumineuse…

image

Le super grand angle est indispensable pour la prendre en entier.

image

La très jolie gare de Hackescher Markt.

image

Passage sous voie à la gare d'Hackescher Markt.a

image

Sous le pont de la gare de Friedrichstrasse.

image

A l'intérieur des structures, une passerelle pour les piétons.

D’autres photos sont visibles sur mon site

16 commentaires
1)
dpesch
, le 08.09.2011 à 00:52
[modifier]

Berlin, je n’y suis allé qu’une fois, en 1971. L’ambiance y était, comment dire ? bizarre ? surréaliste ? inhumaine ? Je n’en sais rien…

Nous avions un “Ausweiss” qui nous avait permis de passer à l’est par Check Point Charlie. Assez impressionnant quand même ! Deux mondes si différents, opposés, séparés seulement par quelques centimètres de béton et des soldats en armes… De la peur, non, mais un gros malaise, oui !

Merci pour cet article et ces photos qui réveillent en moi des souvenirs à la fois graves et souriants.

3)
François Cuneo
, le 08.09.2011 à 12:09
[modifier]

Je suis allé à Berlin avec Caplan.

C’était génial. J’adore cette ville, elle est magique, elle a une âme, et tellement d’histoire.

J’adore aussi ses gares, ses trains, son métro.

Une ville dans laquelle je retournerai bientôt, c’est sûr.

4)
zit
, le 08.09.2011 à 13:09
[modifier]

Voilà une ville où j’aimerais bien vivre : on n’emmerde pas les photographes et « les vélos sont omniprésents ».

Mais la langue…

et la gastronomie…

z (ça a l’air très rigolo, les bubulles en plastique, j’aimerais beaucoup essayer, je répêêêêêêêêêêête : avec un petit coup dans le nez…)

5)
Caplan
, le 08.09.2011 à 13:26
[modifier]

Je suis allé à Berlin avec Caplan.

Ach, ja! Ein Chefsalat un ein groß Glas Weißwein!

Magnifique souvenir!

6)
nathalie
, le 08.09.2011 à 13:36
[modifier]

Réponse à celui qui dit: ” mais la langue” … Au secours? Vous en êtes où? C’est une langue magnifique. Plus j’avance, plus j’adore… (faut dire que je l’enseigne…) Il faudrait dépasser ces préjugés- par exemple, le néérlandais, moi, j’adore, tout comme le suisse-allemand… et pourtant celui-là je ne comprends pas tout. Cela dit, les photos sont extraordinaires, nicht wahr? Wunderbar! Wunderschön! echt Klasse!

7)
Arnaud
, le 08.09.2011 à 13:53
[modifier]

Toutes ces photos me rappellent avec plaisir le film “sans identité” vu cet été dont l’action se déroule à Berlin.

Plus généralement, je remarque que l’infrastructure ferrée de Berlin contribue à définir l’identité visuelle de cette ville, en particulier grâce à Hollywood. De mémoire, des scènes clés se déroulent à la Hauptbahnhof, la gare de Friedrichstrasse ou Warschauer Strasse dans les films « The International » et « The Bourne Ultimatum ».

Le métro me semble être à Berlin ce que la tour Eiffel est à Paris ;)

8)
Tristan Boy de la Tour
, le 08.09.2011 à 15:27
[modifier]

@Arnaud

Le métro de Paris n’est pas mal non plus! Il y a toute une partie aérienne à Barbès qui est très intéressante, mais d’après ce que j’ai pu comprendre, faire des photos est plutôt risqué… En parlant de la langue, ce qui me fait rire à Berlin c’est le «Zurück bleiben» (restez en arrière) qu’on entend à la fermeture des portes, et c’est toujours un vrai humain qui le dit, pas un robot synthétiseur vocal! J’ai vu aussi un cheminot avec une espèce de trompette quadruple d’un autre âge (je n’ai pas eu le temps de le photographier), je n’ai aucune idée à quoi ça sert, mais ça doit faire du bruit… Bref, dans les transports berlinois, il y a des emplois et on imagine bien que le syndicat est puissant!

9)
obé
, le 08.09.2011 à 20:48
[modifier]

@ Tristan

Le “zurück bleiben” est aussi dit par des robots sur certaines lignes, non ? J’en mettrais ma main à couper (enfin juste un tout petit bout quand même…). D’ailleurs dans la ligne qui va à Mexico platz (superbe station désuète, ça m’a touché de la voir dans l’article) il me semble qu’une voie d’allemande très douce mais néanmoins enregistrée dit le fameux “zurück Bleiben bite” et annonce également les stations ainsi que le sens de sortie. Mais sur beaucoup d’autres lignes aussi.

Ahhhh Berlin… Faut y avoir passé du temps pour comprendre combien c’est bon. Je n’y ai que des bons souvenirs.

Tu as vu et photographié cette hallucinante maison ?

http://berlin.equipier.com/dans-la-rue/la-petite-maison-a-cote-du-mur.php À la base construite sur les ruines du mur, elle s’est peu à peu développée tant qu’un vide juridique ne permettait pas de dire à quel quartier elle était reliée. Malgré bien des pressions immobilières, la résistance de l’habitant et surtout du quartier l’a rendu propriétaire de ce bout de terrain. Magique !

10)
marcdiver
, le 08.09.2011 à 21:23
[modifier]

Merci ! J’étais à Berlin en 87 puis en 99. Avec et sans le mur ! Ces images me rappellent combien je trouve cette ville fascinante… !

11)
zit
, le 08.09.2011 à 22:34
[modifier]

Ah, mais nathalie, je n’ai pas dit que je ne n’aimais pas la langue allemande, j’ai beaucoup écouté Ideal et Nina Hagen il y a un peu moins de trente ans, et la Flûte Enchantée m’enchante, c’est juste que je ne comprends qu’une dizaine de mots, et c’est fort peu, pour une grande ville comme ça ;o). Comme j’ai déjà une pratique précédée d’un apprentissage en espagnol, italien et anglais, ainsi qu’une pratique du japonais, je ne me sens pas d’aller vers là, plus les neurones assez agiles pour les nouvelles langues; en ce moment, je suis plus dans les jargons et l’apprentissage du maniement d’outils, ça occupe pas mal…

z (et pas une petite phrase pour sauver la gastronomie ? je répêêêêêêêêêêête : Mmmmmm ?)

12)
nathalie
, le 08.09.2011 à 23:20
[modifier]

@ zit

Encore un préjugé (Vorurteil) sur cette malheureuse cuisine allemande tellement malmenée dans l’imaginaire européen. Mais les rollmops, miam, c’est génial, et la choucroute, bien meilleure qu’en Suisse. Et la bonne soupe à la pomme de terre de derrière les fagots? Et la curry wurst?? J’en bave rien que d’y penser! Et les pâtisseries. Et surtout la bière?! C’est tellement bon qu’en Grèce, on trouve même des Zinitzel (Schnitzel!)… Bon je sais que c’est autrichien, mais … c’est quand même bien la preuve que la cuisine de langue germanique (!) est bonne, puisqu’elle est même adoptée par les Grecs! A Berlin, on mange bien, et en plus, c’est pas cher (10, 12 Euro le plat du jour) et les serveurs et serveuses sont hyper sympas!

Ideal, moi pas connaître, mais j’adore Nina Hagen. Cet après-midi, mes élèves ont dû écouter et analyser un rap de Harris, “Nur ein Augenblick”, ça se trouve sur le site de la Stiftung pour l’intégration, une jolie page : *www.ich-spreche-deutsch. Le slogan de la campagne pour la promotion de l’allemand auprès des immigrés vivant en Allemagne est joli: “Raus mit der Sprache! Rein ins Leben” (Lancez-vous dans la langue, entrez dans la vie!) vous pouvez même faire le test pour savoir à quel niveau vous en êtes… C’est certainement pas si catastrophique que ça. Faut dire que c’est tellement à la mode de dire qu’on est nul en allemand! Je m’en vais de ce pas sur Youtube pour Ideal. Merci du tuyau (“Tipp” en all.)

13)
ToTheEnd
, le 09.09.2011 à 00:18
[modifier]

Je me permets d’intervenir pour dire 2 trucs: Berlin c’est sympa mais alors la bouffe allemande, faut pas déconner. L’art culinaire allemand est aussi fin que Daniel Brelaz… Il suffit de manger d’autres cuisines pour s’en rendre compte.

14)
alienlebarge
, le 09.09.2011 à 07:36
[modifier]

Berlin, une des plus belles capitales européennes ! Avec mon épouse, on adore cette ville. Les Allemands sont des gens formidables. J’ai étudié à Leipzig quelques temps et j’ai vraiment adoré. Les vestige communiste y sont très présent ce qui donne une atmosphère assez étrange à cette ville.

15)
leronel
, le 09.09.2011 à 14:02
[modifier]

J’ai fait 2 séjour là bas pour mieux Sprechen.

Le réseau de transport en commun est vraiment efficace. Le ring permet, contrairement à Paris, de pas passé par les stations au centre.

Et quand y’a plus de métro la nuit (en semaine) y’a des bus à la place. Le Weekend ça s’arrête pas.

On a l’impression d’y vivre comme dans une ville moyenne, très étendue.

Et sinon avec n’importe quel vélo on se rend très vite à l’autre bout de la ville. Comme c’est un ville plus moderne que d’autres les rues sont larges y’a presque toujours des pistes cyclables.

N’empêche que le bâtiment le plus repoussant c’est quand même notre ambassade. C’est bête surtout vu son emplacement à deux pas du Bundestag et du Reichstag.

On me fera jamais aimer un cube de béton. ^^

16)
Argos
, le 15.09.2011 à 22:58
[modifier]

Avant la chute du mur, il était fascinant de passer d’une partier de la ville à l’autre et Berlin-Est avait un charme suranné étonnant. Juste une précision, le réseau de la S Bahn utilise en fait les voies de chemin de fer alors que la U Bahn est le métro. La S Bahn a été longtemps propriété de la RDA et un temps, ses lignes a l’Ouest était boycottées. De plus, elle n’étaient quasiment pas entretenue. Je suis un peu étonné par la rendu de ces photos un peu trop flashy à mon goût. Elles ont été faites avec quel appareil ?