Profitez des offres Memoirevive.ch!
Vous qui passez sans me voir …


Aujourd’hui , je vais vous proposer de prendre le temps de visiter une ville dont vous connaissez le nom, c'est sûr, mais où vous vous êtes rarement arrêté, c'est tout aussi sûr.

 

Il s'agît de la cité qui a vu le sacre de 33 rois de France, Jeanne d'Arc y accompagna le dernier roi a y être sacré (Charles X), La fin de la seconde guerre mondiale y fût signé le 8 Mai 1945, une équipe de foot y fît des miracles dans les années 50 (mais plus beaucoup depuis).

 

Nous avons le Champagne, le TGV, un tramway depuis peu, une splendide cathédrale avec des vitraux signés CHAGALL, une Basilique magnifique, et pourtant les visiteurs passent dans notre ville et ne s'arrêtent pas ou très rarement, la ville est trop proche de Paris et de ses tentations.

 

Reims , donc, cité des sacres millénaires

 

Ce que je vous propose, c'est de sortir des sentiers battus et de vous donner envie de rester 2 jours dans notre belle cité et d'aller au delà de la simple visite de la cathédrale.

 

Première journée :

 

En arrivant sur Reims, vous pouvez commencer par l'Office de Tourisme pour récupérer un plan de la ville et quelques informations utiles. La matinée se passera dans les alentours de la cathédrale (à visiter impérativement, l'été il et possible de grimper dans les toits pour avoir une vue superbe sur la ville). En sortant allez vers la place d'Erlon et ne manquer pas le Grand Théâtre de Reims (à droite en sortant de la cathédrale). Arrivée Place d'Erlon, vous pourrez voir la façade du cinéma Opéra, cinéma qui date des années 20, l’intérieur est modernisé, mais la grande salle donne encore l'impression d'être entre les deux-guerres.

 

Repas de midi : Prévoyez un pique-nique et allez au Parc de Champagne (un peu excentré mais accessible via le réseau de Bus), Ce parc public est chargé d'histoire, il a été construit par le propriétaire d'une grande maison de champagne, puis a accueilli plusieurs générations de sportifs émérites. Il est aujourd'hui un lieu très prisé et une oasis de paix.

 

L'après-midi, en sortant du Parc de Champagne, vous ne pouvez pas échapper à la traditionnelle visite de cave, ça tombe bien, vous avez une des caves les plus prestigieuses juste en face du Parc (je vous laisse deviner laquelle, pas de publicité), ne manquer pas aussi de faire une visite de la villa Demoiselle juste à côté, simplement superbe.

 

Profitez d'être en dehors du centre-ville pour faire un détour par le quartier du Chemin Vert voir l'église St Nicaise, et la cité du Chemin Vert.

 

A ce sujet, saviez-vous que lors de la Première Guerre Mondiale Reims fût détruite à 80%. Après la guerre, le chantier de reconstruction de la ville fût lancé et des cabinets d'architectes du monde entier rivalisèrent d'inventions pour créer une ville très hétérogène. Pensez donc, on y trouve au milieu des bâtiments historiques comme la cathédrale et l'hôtel Le Vergeur :

  • de l'art nouveau comme au cinéma l'Opéra,
  • de l'art déco comme la bibliothèque Carnegie ou le Grand Théâtre,
  • Des constructions en béton plus « moderne » comme les halles du Boulingrin (en cours de rénovation),

 

Une des grandes innovations de la reconstruction fût d'imaginer un ensemble de cités-jardins qui devaient ceinturer la ville. La cité-jardin du Chemin-Vert est la plus achevée. Dans un style inspiré des maisons du pays landais, les logements étaient tous dotés d'un jardin. La cité est équipée d'écoles et de commerces et d'une maison commune , d'une bibliothèque. Vous y trouvez aussi une église (l’église Sainte-Nicaise). Ce quartier a évolué depuis les années 20 mais il reste très proche de ce qu'il devait être à l'époque. Il y règne un sentiment d'harmonie et presque d'utopie...

 

Une fois la nuit tombée, il faut assister au Son&Lumière projeté sur la façade de la Cathédrale pour son 800ème anniversaire, On retrouve les façades du monuments telles qu'elles étaient sans doute au moyen âge, ainsi que des compositions plus moderne. Si vous aimez la photo, il y a un joli effet à obtenir en capturant le reflet de l'animation de la Cathédrale dans les vitres de la médiathèque située juste en face.

 

 

Deuxième journée :

Le matin, prenez le temps de vous balader dans le centre-ville à la recherche des façades et des immeubles issus de la reconstruction. La ville vous propose un circuit passant par les principaux points d'intérêts (disponible à l’Office de Tourisme), et en complément, je vous conseille de faire un tour sur le site CarnetdeSentier très bien documenté (Rubrique Randonnée pédestre/France/Champagne) pour découvrir 3 itinéraires piétons qui vous permettront de faire le tour de la plupart des façades « remarquables » de la ville. J'aime beaucoup la façade du Comptoir de L'Industrie (maintenant une maison de retraite) qui me fait penser à un immeuble Batmanien (période Tim Burton).

image

L'après-midi vous devez visiter la basilique St Rémi dont l'intérieur est de mon point de vue est plus magistrale que la Cathédrale.

 

Ensuite, je vous propose de terminer votre visite rémoise par le Musée de l'Automobile situé Bd Clémenceau. C'est un musée un peu oublié mais superbe, notament la collection de voitures miniatures.

 

Et voilà, je viens de relever le défi, vous proposer 2 journées bien remplies dans une ville qui n'attend que des visiteurs pour se dévoiler.

 

Venez, Venez, vous serez bien accueilli.

14 commentaires
1)
Saluki
, le 04.08.2011 à 07:46
[modifier]

S C O O P :

Jeanne d’Arc y accompagna le dernier roi a y être sacré (Charles X)

Charles X (château de Versailles, 9 octobre 1757 – Görz, Empire d’Autriche, 6 novembre 1836), comte d’Artois, fut roi de France de 1824 à 1830. Notre bonne Jehanne est donc revenue ! Allelujah !

Bon, si vous passez par là, profitez-en pour passer chez nous, c’est le week-end prochain : vous êtes tous invités. Thiojas aussi !

2)
dbregnard
, le 04.08.2011 à 08:20
[modifier]

Cher Thiojas,

Quelques photos auraient rendu ton sympathique article plus vivant, et suscité des envies de visite.

3)
Le Corbeau
, le 04.08.2011 à 08:30
[modifier]

Le même avec quelques photos en direct, les liens servant à approfondir, si on le désire
(J’accusais mon proxy d’entreprise jusqu’à la remarque de Didier)

4)
Inconnu
, le 04.08.2011 à 09:07
[modifier]

Très jolie ville que j’ai visité une fois, pour un entretien d’entrée à Sup de Co. Je suis allé voire la Cathédrale et les caves.

6)
pilote.ka
, le 04.08.2011 à 09:22
[modifier]

“Quelques photos auraient rendu ton sympathique article plus vivant, et suscité des envies de visite”.

C’est vrai qu’il n’y a pas une seule photo, portant je ne suis pas aveugle.

7)
djtrance
, le 04.08.2011 à 09:33
[modifier]

Si, il y en a une, juste après le première paragraphe de la deuxième journée (IMG_0110.jpg – lien cliquable)

8)
Saluki
, le 04.08.2011 à 10:55
[modifier]

Je ne saurais trop insister sur le remarquable “Son & Lumières” (ce soir à partir de 21h30, merci” l’Est-Éclair”) qui rend des couleurs perdues aux anges de la façade de la cathédrale, comme il fut fait déjà à Amiens, par exemple.

9)
fred02840
, le 04.08.2011 à 12:03
[modifier]

La fin de la seconde guerre mondiale y fût signé le 8 Mai 1945

Merci d’avoir rectifié l’anachronisme concernant le sacre de Charles X réalisé grâce au fantôme de la Jeanne. J’en ai relevé un autre, plus léger et tellement fréquent : la capitulation allemande n’a pas été signée à Reims le 8 mai 1945, sinon on en parlerait encore, mais la veille, le 7, donc. Plusieurs références : ici ou . D’autre part, si saint Rémy n’a pas existé, saint Remi (ou Remy) a bien vécu (“grand bien lui fasse”, comme dirait l’autre corniaud à la télévision). Enfin, pourquoi un accent circonflexe sur le “u” de “fut” (passé simple, 3e personne du singulier de “faire”) ? Je passe sur les autres fautes (magnanime)… Désolé pour la volée de bois vert.

10)
François Cuneo
, le 04.08.2011 à 12:17
[modifier]

Merci pour cette visite.

J’irai donc à Reims!

J’ai retrouvé l’image qui était mal liée.

Pour les autres, je me demande s’il n’y a pas un petit problème technique, mais je ne les vois pas.

11)
Saluki
, le 04.08.2011 à 13:10
[modifier]

J’irai donc à Reims!

Donc, tu passes à portée d’arbalète de chez nous : A5-Sortie22 : Magnant

12)
Ornitho
, le 04.08.2011 à 15:22
[modifier]

Lors des débuts du TGV, j’ai bénéficié de billets Paris-Reims à 1 euro et pu découvrir cette ville. Je rajouterai comme lieu à visiter la Chapelle peinte par Foujita qui est magnifique

14)
dpesch
, le 05.08.2011 à 15:11
[modifier]

Voici 4 images de la Cathédrale de Reims dont 3 reflets (2 dans la fameuse verrière de la Médiathèque, 1 dans le capot d’une voiture garée là). Faites avec un Minolta Dimage A1 (Ben oui, cela a éxisté !), elles datent de l’hiver 2005.

Je ne voudrais pas en rajouter trop, mais ayant vécu de longues années à Reims, je trouve, cher Thiojas, que tu nous a écrit un dépliant digne de l’Office du Tourisme. C’est très louable et Reims mérite bien qu’on s’y pose deux ou trois jours… Mais, un tel panégyrique ! Peut-être as-tu un rapport avec l’Office ?

Certes, passer à Reims sans visiter la Cathédrale, c’est vraiment dommage. La Basilique St Remi, oui, elle vaut le détour et, moi aussi, je la trouve plus belle, plus élégante et plus simple que Notre Dame. Mais de là à dire que l’on est sorti des sentiers battus. Nous emmener visiter les caves Pommery, il y a mieux à faire. La cité-jardin du Chemin Vert est effectivement un exemple de l’architecture sociale réussie, mais il faut quand même savoir qu’aujourd’hui une majorité de ces logements ont été vendus part les organismes de HLM et que le quartier s’embourgeoise fortement et abrite désormais plus de bobos que de familles ouvrières. Et puis des cités de genre, il y en a un peu partout en France, en Belgique et ailleurs. Le précurseur a été Godin à Guise (Aisne).

C’est vrai que la reconstruction des années 20 a été assez anarchique, mais il est indéniable que cela a effectivement donné un caractère très particulier à la ville. On est loin des reconstructions très discutables d’après 45, comme au Havre, à Lorient, Cherbourg ou Brest. Et c’est probablement ce que je préfère à Reims : ces constructions hétéroclites et de tous styles. On trouve aussi de très belles maisons en dehors du centre, dans les quartiers périphériques de la ville. On trouve aussi pas mal de merdes que nous ont laissé la deuxième moitié du XXè siècle et (notamment et entre autres) un certain Jean Taittinger… C’est l’un des pères des ghettos d’aujourd’hui.

Concernant les Halles, sur lesquelles tu passes un peu vite, elles ont été conçues par l’ingénieur Freyssinet qui a aussi construit la voûte de la gare de Reims. Ce n’est pas d’une esthétique folle, mais c’est prodigieux pour l’époque.

La Cathédrale a aussi beaucoup souffert de la guerre préférée de Georges Brassens. Les Allemands l’ont canardée de bombes incendiaires, la toiture de plomb a fondu, la charpente a été entièrement détruite. La craie avait elle aussi pris un aspect de métal fondu, le calcaire s’étant vitrifié sous l’effet de la chaleur et couvert de suie noire. Un architecte des Bâtiments de France à ressuscité le monument grâce à son talent, son ingéniosité, sa patience, une volonté sans failles et il est mort inconnu de tous et sans le sous. Henri Deneux ,puisque c’est de lui qu’il s’agit, nous a rendu la cathédrale grâce a une intuition extraordinaire : peu avant la guerre, il a fait faire une campagne de photographie autour et dans l’édifice, créant ainsi un énorme fond documentaire tellement précieux que l’on s’en sert encore aujourd’hui pour restaurer cette merveille du gothique. Je pourrait en parler longtemps tant j’ai d’admiration pour cet homme.

Encore un détail concernant la Cathédrale : Le Corbusier avait soumis l’idée de garder l’édifice dans l’état où il se trouvait juste après la guerre de 14-18 afin de symboliser les destructions guerrières. Il n’a été entendu que pour une petite part : longtemps, l’angle Nord de la façade Ouest (la façade principale) est restée dans l’état où l’avaient laissée les Allemands. Souvent les gens demandaient pourquoi c’était dans cet état et cela permettait de raconter l’horreur qu’on vécu les Rémois durant ce conflit. Aujourd’hui, cette partie de la façade a été restauré (assez mal, à mon sens) et les questions ne seront plus posées, c’est dommage.

Bon, on l’a déjà dit, mais Charles VII et non X. Ne pas oublier la Chapelle Foujita, le Parc de la Patte d’Oie, avec son cirque et son Manège, 2 des salles de spectacle de Reims (qui furent mon lieu de travail durant 20 ans). On peut aussi aller voir l’Hôpital Américain (hôpital des enfants) en allant vers Épernay. Non loin de là, un curiosité : le café de la Chaise au Plafond ; si vous le trouver, le tenancier vous expliquera…

Bref, mieux vaut aller le nez au vent sans brochure ni guide. Repérer les deux ou trois merveilles à ne manquer sous aucun prétexte et puis explorer au petit bonheur. La Place d’Erlon n’est qu’un repère de restaurateurs et cafetier sans grand intérêt.

Bienvenue à Reims pour ceux qui iront la visiter, elle possède de beaux atouts. Moi, j’habite désormais Sète et je n’échangerais pour rien au Monde !