Profitez des offres Memoirevive.ch!
Pourquoi le gratuit est-il si moche?

Bon.

Après avoir critiqué Apple mardi, je vais attaquer un autre tabou: le gratuit.

Juste un truc. Je ne critiquais pas les machines Apple, mardi, je critiquais l'esprit de la pomme. Certains n'ont pas bien compris.

Je dis ça, parce que je viens juste de changer de machine. En 3 heures, sans intervention de ma part mise à part la relation entre l'ancien et le nouveau par FireWire, j'ai pu me retrouver pleinement dans mon univers de travail quotidien, sans me prendre une seule seconde la tête.

Ça, vous voyez, j'aime bien.

Revenons-en au sujet de ce jour.

Je sais que parmi vous, plein de gens ne jurent que par les programmes gratuits.

Personnellement, je n'ai rien contre a priori.

Mais tout de même.

Je viens de travailler pendant une année avec mes élèves sur Gimp, un Photoshop du pauvre, qui au final me semble extrêmement puissant.

Problème: il fonctionne sur X11.

Donc au niveau des standards Mac, tu peux toujours courir. Tu as la barre de menus de la fenêtre (comme sur Windows) et la barre du Mac (de X11) qui disent des choses totalement différentes.

Oui, mais ça, on s'y fait.

Ce qui est par contre bien plus difficile, c'est d'appréhender la logique du logiciel.

Parce qu'elle est bien difficile à trouver. Le résultat du fait que le programme est développé par un peu tous ceux qui veulent sans véritable ligne de conduite? Je l'ignore, je ne suis pas très proche de ce milieu.

Là, je vous parle donc de Gimp. Un must du gratuit, pas un petit truc développé dans un coin. J'ai même vu des livres sur ce logiciel, au même titre qu'on en voit sur Photoshop.

Donc vous m'excuserez, mais si c'est ça le gratuit, alors je préfère payer.

  • le programme est souvent illogique (je l'ai déjà dit);
  • il est mal fini, bourré de bogues;
  • il est moche de chez moche;
  • il est antiergonomique.

Pour moi, une très mauvaise expérience, au point que dès l'an prochain, je vais former mes élèves sur Photoshop Element dont nous disposons dans nos écoles.

Reprenons les deux derniers points.

Pourquoi tous les programmes gratuits (OpenOffice, Gimp, ...) sont-ils par défaut moches?

Pourquoi les gens qui développent sans gagner d'argent n'ont-ils pas l'envie ou le goût de faire des programmes agréables à utiliser?

L'esthétique permet souvent non seulement d'avoir du plaisir, mais également de s'y retrouver plus facilement dans l'utilisation d'un programme.

Je sais bien qu'on a aussi vu l'inverse, des programmes hyper léchés qui n'ont finalement de réussi que leur présentation, mais au niveau du gratuit, avant que je puisse adopter à titre personnel un logiciel de ce type et me dire qu'un jour, je pourrais éventuellement, mais alors très éventuellement peut-être passer sous Linux et profiter à mort de l'Open Source, il faudra vraiment que les choses changent.

Et comme depuis le temps, c'est le statu quo au niveau esthétique, ben je pense que je vais continuer à mettre à jour les logiciels que j'ai achetés, et qui sont souvent si mignons.

74 commentaires
1)
Modane
, le 17.06.2011 à 00:20
[modifier]

Je te rassure, François, il n’y a pas que les gratuits! Regarde : Première Pro est très cher! XD

2)
Alexandre
, le 17.06.2011 à 00:26
[modifier]

…parce que mettre en place des interfaces est un métier en soi… c’est un travail de graphiste et non pas de programmeur.

simple.

3)
yfic17
, le 17.06.2011 à 00:54
[modifier]

Heureusement, il existe des programmes gratuits fonctionnant très bien. Par exemple Stellarium ou Celestia . Je pense qu’il en existe d’autres, moins nombreux que les payants, mais bien fini.

4)
Saluki
, le 17.06.2011 à 01:01
[modifier]

Je fais un commentaire à ce propos (l’esthétisme et l’ergonomie facilitent les tâches et leur apprentissage) et aussi à propos de l’humeur de mardi, et ce n’est pas un conte.

Une nôtre amie a un fils de 13 ans. Il avait un PC, il est tombé, oh pas grave, seulement de la fenêtre car le gamin profitait du soleil et avait posé le joujou sur la rambarde.
Deux étages seulement. Personne dessous heureusement. Mille morceaux assurément.

Sur le conseil de ma délicieuse belle-fille, ils filent chez notre fournisseur habituel et reviennent avec un MacBookPro 13” vieux de deux mois.

Cet après-midi j’ai effectué deux heures de “bénévolat” de prise en mains. GarageBand : une fois branchée la guitare électrique, il a trouvé à s’enregistrer en moins de dix minutes, tout seul, en parcourant l’aide.
Il a une présentation PowerPoint sur les différentes formes de théatre (à l’italienne, etc…) à terminer.
Heureusement il l’avait sur une clef. Cinq minutes pour escroquer 15,99 € à sa délicieuse Maman et voici Keynote installé. Un quart d’heure plus tard, il avait changé plusieurs fois de thème pour relooker son fond de diapo, exploré les transisitons et les effets, trouvé plus pratique d’ouvrir deux fenêtres d’inspecteur pour aller plus vite. En particulier pour ajuster les polices.

Il ne me restait plus qu’à prendre congé, non sans avoir eu ma récompense et par deux fois.

Exemple vécu d’une appropriation très rapide par un gamin TRÈS intelligent avec quand même un hic : il a appelé vers 22 heures pour me demander : “Comment as-tu fait pour enregistrer un PowerPoint?”
Sont-ce soit des relents, soit une rechute?

5)
Krynn
, le 17.06.2011 à 01:07
[modifier]

Bonjour à tous,

Non, le gratuit n’est pas toujours moche. Quelques contre exemple: – Ubuntu – OS Linux gratuit est très loin d’être moche – Firefox – Navigateur – VLC – Lecteur multimedia – Des tonnes de programmes sur Apple Store

La réponse est assez simple est simple est a été donné par alexandre: – C’est un travail de graphiste, voir même de spécialiste en IHM et ca ne se trouve pas dans toutes les rues.

Ensuite, il y a des foules de softs payants et anti-ergonomique.

6)
Smop
, le 17.06.2011 à 02:00
[modifier]

François, dans mes bras !

Je me suis accroché bien des fois avec des aficionados du “libre”. Pour l’immense majorité d’entre eux, ils ne comprennent pas que la forme est au moins aussi importante que le fond, voire même parfois plus importante.

En voyant hier la pyramide des besoins de Maslow dans l’article de Renaud, je me suis posé la question de mes critères de choix lorsque j’achète quelque chose. J’en suis venu à la conclusion suivante, par ordre décroissant d’importance :

1 – L’esthétique

2 – L’utilité

3 – Le prix

@ Krynn : Ubuntu, surtout dans sa version Xfce, est en effet pas mal. Mais Firefox est une usine à gaz, lent et mal intégré au Mac, quant à VLC, je ne vois vraiment pas où est sa beauté. Quicktime, même si bien plus pauvre fonctionnellement, est une oeuvre d’art à côté !

7)
heinz
, le 17.06.2011 à 05:46
[modifier]

Ubuntu a bien des thèmes vaguement beaux, mais l’interface générale est conçue avec les pieds.

Le problème des logiciels libres/gratuits, c’est bêtement le manque de moyens. Beaucoup ne sont développés que par des bénévoles, et les projets n’ont simplement pas de quoi payer un designer pour améliorer les choses. Ce n’est pas depuis longtemps que les cursus universitaires en informatique contiennent des cours sur les interfaces graphiques. On voit peu à peu une amélioration dans beaucoup de projets libres, mais ça prendra l’arrivée d’une nouvelle génération de programmeur formés pour concevoir des interfaces graphiques. (Je ne compte pas voir beaucoup de designers travailler bénévolement sur des projets libres, c’est vraiment un hobby d’informaticiens…)

Ceci dit, on trouve beaucoup de logiciels “gratuits” d’excellente qualité, par exemple firefox ou chrome dans le cas des navigateurs.

Bon et la remarque facile mais qui fait toujours plaisir, vu que les logiciels en question sont gratuits, et en plus libres, plutôt de que de gueuler, contribuez!

8)
Inconnu
, le 17.06.2011 à 06:06
[modifier]

À cheval donné on ne regarde pas les dents: Gimp est peut-être moche à ton goût mais on peut tout faire avec si on prend le temps de se pencher dessus. Je trouve ton humeur assassine quant aux efforts désintéressés que des passionnés ont produit pour éviter de remplir les poches des parasites habituels. Tu serais aimable de reformuler cet article avant qu’il n’en fâche d’avantage.

9)
François Cuneo
, le 17.06.2011 à 06:49
[modifier]

@korbo: ouille, des menaces? J’ai peur:-)

Gimp est une catastrophe d’ergonomie. Rien que le fait qu’il faut double-cliquer sur un outil pour qu’il soit pris en compte est anti tout.

Il est buggé grave (quelle cata quand il faut changer la taille d’une sélection!) , plante souvent.

Demande à mes élèves ce qu’ils en pensent.

Je ne suis pas ici pour critiquer la bonne volonté de ceux qui bossent gratuitement et que j’admire sur ce point, mais d’accord avec toi: à cheval donné, on ne regarde pas les dents. J’aimerais juste dire que ceux qui comme moi préfèrent payer souvent pour un logiciel donnent peut-être de l’importance sur les dents du cheval.

Disons un peu bêtement que je paie, comme ça je peux critiquer.

Krynn: Firefox, je le trouve assez moche (mais c’est personnel), surtout quand on attaque des zones de dialogue propres au logiciel, avec des boutons tout pas beaux. Mais bon, je n’ai pas essayé la 5.

Pour moi, Chrome, qui est mon navigateur par défaut ne fait pas partie des gratuits. Il est intégré à Google dans une stratégie qui permet à cette entreprise de gagner beaucoup d’argent.

Mais tu as raison: le prix à payer pour un designer est bien trop cher.

Alors il faudrait qu’on m’explique: pourquoi seuls les développeurs sont-ils prêts à travailler gratuitement?

10)
ToTheEnd
, le 17.06.2011 à 06:58
[modifier]

Alors il faudrait qu’on m’explique: pourquoi seuls les développeurs sont-ils prêts à travailler gratuitement?

Parce que pour rejoindre notre discussion de l’autre jour, beaucoup se concentrent sur l’outil… Pas le résultat. Il y a tout simplement plus de développeurs en herbe voulant oeuvrer pour une cause que de designer et autre ergonome… Sans vouloir faire de clicher, les quelques développeurs pro que je connais font encore du dev a coté pour s’amuser ou tout simplement, garder la main et évoluer avec son temps (par passion ou parce que le boulot force a faire un truc pas drôle ou dans un langage pourri). A l’inverse, un ergonome, il bosse tous les jours a rendre les choses meilleures… Pour lui, ce n’est pas une question d’outil mais de fin.

11)
Corbeau
, le 17.06.2011 à 07:12
[modifier]

(Re-Korbo: on va dire que c’est le compte de depuis le boulot)

@korbo: ouille, des menaces? J’ai peur:-)

Non, pas des menaces: j’ai juste dit que je ne serai probablement pas le seul à être fâché par ton commentaire tel qu’il est posé.

Disons un peu bêtement que je paie, comme ça je peux critiquer.

Tu as donné de l’argent pour aider le développement de Gimp? en achetant de la littérature officielle, par exemple? Parce que si tu critiques l’un parce que tu paies pour l’autre, ça ressemble à une sorte de profession de déculpabilisation…

C’est un peu le problème des hardcoremacfanbois (je ne dis pas que tu en es un, je décris juste un cas extrême): ils se sentent supérieurs aux autres utilisateurs informatiques parce qu’ils paient alors que cela ne fait pas d’eux des gens plus talentueux. Même leur goût est criticable, puisqu’il leur est dicté…

Et puis, si tes élèves les moins favorisés sont mordus par le traitement numérique de l’image, ils seront heureux que cet outil existe, non? et ce, malgré tous ses défauts.

pourquoi seuls les développeurs sont-ils prêts à travailler gratuitement?

Comment ça, “seuls”? Tu t’en prends aux humanitaires, maintenant? Pour ne citer qu’eux? Regarde le phénomène Open-Source: il a changé le monde en 20 ans: sans lui, pas d’Apache, pas de PHP, pas de MySQL, et donc pas de communautés, pas de FesseBouc, pas de révoltes au Sud ou d’Apéros à l’Ouest… Ce n’est pas l’avancement d’un seul aspect d’un seul outil qui doit définir un ensemble, si?

Finissons par une petite citation de circonstance:

Il est de ceux que remplit de morgue le fait de monter un bon cheval, d’avoir un panache à leur chapeau et de porter des habits somptueux… S’il y a gloire à cela, elle est pour le cheval, pour l’oiseau et pour le tailleur.

12)
zit
, le 17.06.2011 à 07:45
[modifier]

Je ne suis pas sûr que les logiciels « jolis » me plaisent vraiment, j’ai déjà beaucoup de mal avec l’interface deuil des logiciels d’image « pros » (je trouve QuickTime sus–mentionné non seulement nul du point de vue fonctionnalités, mais en plus, laid comme un pou). Et puis l’aspect est une chose, les fonctionnalités une autre…

Open Office, dans sa version 3 est–il vraiment laid ? Et puis, la couche X11 est–elle obligatoire, ou Apple fait–elle en sorte que ça soit moins pratique, moins joli ?

z (à lire : « Et l’on tuera tous les affreux » de Vernon Sullivan –Boris Vian–, je répêêêêêêêêêêête : la beauté, lisse et tout, ça lasse)

13)
Diego
, le 17.06.2011 à 08:16
[modifier]

François,

Moi, y a un truc qui me choque grave.

Si je comprends bien, tu enseignes des matières que tu ne maitrises pas ?

Tu sais que je suis “libriste” depuis des lustres, tu sais aussi que je ne pratique pas le prosélytisme, tu sais encore que je suis assez curieux pour m’intéresser de près aux évolutions proposées par l’univers “commercial”.

Ça fait des années que je ne réagis plus quand on me dit “linux, c’est les mains de le cambouis tous les jours” ou “Gnome c’est moche et KDE c’est austère”. J’ai aussi arrêté de rappeler que sans le libre, et sans BSD en particulier, darwin et donc OS-X n’existeraient pas.

Je sais qu’il y a des bonnes idées ici et de mauvaises là, je sais qu’il y a des socles solides ici et des fondations branlantes là. Personne n’est parfait mais les architectures actuelles font que l’on doit choisir son monde, c’est dommage.

Par contre là, quand j’entends qu’un enseignant passe à ses élèves le message “Gimp, donc le libre, c’est moche, bugué, et vachement moins bien foutu que Photoshop” je suis juste déçu.

Gimp c’est moche ? Jugement personnel : tu es déjà allé voir une expo de notre Pierre Keller national ?

Gimp c’est mal foutu ? C’est totalement différent de Photoshop, et le traitement d’image est un sujet compliqué. A mon avis, tu n’as pas compris la logique de Gimp, mais elle existe et elle permet de faire au moins tout ce que fait Photoshop.

Gimp est bugué ? J’utilise toujours la dernière version stable sur linux et je n’ai jamais eu de plantage. Peut-être une question d’intégration sur bsd … pardon sur OS-X ?

Gimp est anti-ergonomique ? C’est vrai, il faut 3 doigts pour bien manipuler Gimp, c’est compliqué quand on a une souris à un bouton.

Je suis heureux d’apprendre que tu enseigneras l’an prochain une matière que visiblement, tu maîtrises, sur un outil que jamais aucun de tes élèves n’aura les moyens de se payer.

De plus, je relève que tu fais systématiquement la confusion gratuit / libre. Le logiciel libre n’est pas gratuit, c’est juste un autre modèle économique .

Mais on reste copains, hein ?

14)
Franck Pastor
, le 17.06.2011 à 08:32
[modifier]

Pourquoi continuer à confondre libre et gratuit, François ? NeoOffice et Apache sont libres mais pas gratuits, pour ne citer qu’eux.

Deux exemples de logiciels libres que j’utilise et que tu pourrais trouver « beaux » : Adium et Camino. Mes autres logiciels libres sont liés à LaTeX, donc je ne me risquerai pas à te les énumérer (d’ailleurs je crois bien les avoir tous présentés ici ;-)), mais je les trouve tous très beaux… car utiles et fiables.

Au juste, c’est quoi la beauté ? Difficilement définissable…

15)
ysengrain
, le 17.06.2011 à 08:44
[modifier]

Je ne me prononcerais pas sur les appréciations moche, ergonomique etc.

Je dirais simplement que – j’exclue de mon propos les jeux à propos desquels je n’ai aucune connaissance ou compétence – l’utilisation d’un logiciel se fait pour combler un besoin: gestion, courrier, dessin, budget, photo, etc.. Qui dit besoin, dit à la fin du “work flow”, satisfaction.

Si pour parvenir à ce micro-nirvana, il faut en passer par bug, tracas etc… le plaisir est gâché. L’achat d’un logiciel non libre, est instinctivement, le gage d’un bon fonctionnement STOP, laissez moi terminer, NON, je continue, vous après. On a lu, on a vu des analyses, critiques etc… Pour le libre, les media ne sont pas légion. Quand ils existent, les articles sont rédigés par des tenants de la chose et donc…

Tout ça est affaire de choix personnel. J’aime bien l’argumentation de Diego, car elle est pondérée. Ceci dit, quelques essais personnels de libre, ne m’incitent plus à recommencer Open Office – et puis le libre et Open Office, cherchez l’erreur, quelle cata .

Vérité au centre.

16)
Inconnu
, le 17.06.2011 à 08:53
[modifier]

Cette sempiternelle confusion libre / gratuit est affligeante.
Chrome et Firefox sont gratuits mais ce dernier est libre et offre par exemple une option

que Chrome ne peut se permettre puisque cela remettrait en cause son modèle économique.
Pour ce qui est de l’esthétique et de l’ergonomie je viens de jeter définitivement AppleWorks et Microsoft Office en faveur de Libre Office et je ne trouve pas que ce dernier ait quoi que ce soit à envier à ces antiquités. Il n’y a pas besoin de X11, Antidote est intégré. De plus le format de fichier est libre, ce qui garantit leur pérennité.

17)
Inconnu
, le 17.06.2011 à 09:15
[modifier]

Y a aussi des softs payants qui sont moches. Tiens, DxO, au hasard

18)
Mirou
, le 17.06.2011 à 09:17
[modifier]

Ben moi, ce que j’aime c’est quand on retrouve le Cuk d’il y a euh.. 7 ans ? Quand je l’ai découvert (grâce à Coacoa). On s’engueule, on s’empoigne, on s’énerve, on s’outre.

Mais quand on raconte à nos amis pourquoi on est fâchés, ils ne comprennent pas du tout de quoi on parle !

Comme on dit sur fesse bock: like. :-)

Sinon, moi, je suis pour le libre et le gratuit, le libre ou le gratuit, et le gratuit libre. Mais force est de constater que je préfère Pages et Word à Open Office, que Gimp je ne m’y suis jamais senti à l’aise. Je n’utilise en fait le libre ou le gratuit que pour des tâches ponctuelles, spécifiques pour lesquelles je n’ai pas envie de dépenser. C’est un peu égoïste, mais c’est comme ça.

19)
Mirou
, le 17.06.2011 à 09:19
[modifier]

+1 pour Renaud.

La suite Office Maker, dont j’utilise le module comptabilité de manière quasi quotidienne est un comble de l’horreur esthétique et ergonomique. Sans parler de toutes les horreurs “spécialisées” que fabriquent certains avec 4d ou FileMaker…

20)
quark
, le 17.06.2011 à 09:32
[modifier]

@ Mirou

À propos de la suite Office Maker.

Vous serait-il possible de détailler vos impressions quant à l’ergonomie de ce produit ?

Merci…

21)
fxc
, le 17.06.2011 à 09:54
[modifier]

Quand je pense que Week Calendar HD a disparu de l’appstore, mon dieu quelle tristesse…..

—>

22)
monmac
, le 17.06.2011 à 10:00
[modifier]

J’ajouterai à tous ces commentaires un aspect qui n’a pas été mentionné et qui relance la sempiternelle opposition PC/Mac: Les logiciels moches et pas ergonomiques nous viennent souvent de développeurs issus du monde PC.

Microsoft a les moyens mais regardez ce qu’ils font. DxO et les applications Nikon en sont un bon exemple. Laids. Office Maker, c’est l’horreur. Tous payants. D’ailleurs le seul et unique soft que j’utilise en version PC (via Parallels), c’est la comptabilité Crésus.

C’est un état d’esprit, une culture, plutôt qu’une question de libre ou gratuit. Et il en faut pour tous les (manque de) goûts. J’en connais des PCistes qui n’aiment pas le Mac. Et des clients qui veulent modifier des maquettes sans la moindre notion de ce que représente le travail du graphiste.

23)
Jaxom
, le 17.06.2011 à 10:28
[modifier]

Je n’ai jamais participer à des projets de logiciels libres, mais je pense qu’une raison qui fait que les interfaces de ces programmes sont parfois moins abouties vient de la structure de ces équipes.

Dans une société qui développe un logiciel propriétaire, vous avez une équipe avec un chef de projet. Ce chef peut décider et imposer des concepts à son équipe. Dans le libre, j’imagine que vous avez aussi des équipes organisées, mais comme c’est du participatif, il est plus difficile d’imposer une vue globale quand n’importe quel participant peut quitter le bateau ou monter son propre fork dès qu’il est contrarié.

24)
Guillôme
, le 17.06.2011 à 10:30
[modifier]

Je sais que parmi vous, plein de gens ne jurent que par les programmes gratuits.

Comme d’autres commentaires l’ont relevé, tu fais une confusion entre Libre et Gratuit! C’est totalement différent.

Vouloir du Libre est souvent souhaité pour avoir du multi-plateforme, de la pérennité sur les formats, de la sécurité…

Vouloir du gratuit est plus souvent pour une question de moyens financiers ;)

Enfin, le plus marrant, c’est que tu te contredis toi-même en utilisant du gratuit que tu trouves simple, ergonomique et de qualité, et que tu testes d’ailleurs sur Cuk.ch, par exemple avec Carbon Copy Cloner

Pourquoi tous les programmes gratuits (OpenOffice, Gimp, …) sont-ils par défaut moches?

Ici, il s’agit de programmes Libre qui sont conçus pour Linux. Ils ne sont donc pas adaptés à Windows ou OS X (ou pas de façon optimale).

Les programmes gratuits peuvent être beaux puisqu’un programme gratuit peut être propriétaire et donc reposer sur les outils OS X garantissant “beauté”, intégration et “ergonomie native”.

Les programmes Libres sont plus susceptibles d’être moches et mal intégrés à un système particuliers puisqu’ils vont reposer sur une librairie commune pour garantir le multi-plateforme, éviter les problèmes de droits et les différences de fonctionnalité.

L’intérêt pour les développeurs de ces logiciels d’offrir le support de Windows / OS X, même dégradé, est de permettre à la masse de découvrir l’écosystème Linux et faciliter le passage d’un système propriétaire à un système Libre en basculant progressivement ses outils et ses formats de données avant de basculer de système!

Néanmoins, pour certains logiciels, des développements spécifiques sont mis en œuvre pour s’adapter aux systèmes propriétaires car cela contribue à asseoir l’écosystème libre.

C’est le cas de Firefox, que personnellement je trouve beau et ergonomique; ce sera le cas de LibreOffice qui est en cours de refonte (objectif 2012); ce sera aussi le cas de Gimp, à priori avec la version 3.8 …

Pourquoi les gens qui développent sans gagner d’argent n’ont-ils pas l’envie ou le goût de faire des programmes agréables à utiliser?

Encore beaucoup d’erreurs ;)

Ta formulation implicite laisse à penser que ceux qui font du gratuit ne gagne pas d’argent. Faux.

Dans l’univers du Libre :

La fondation Mozilla (ex : Firefox) gagne des dizaines de millions d’euros par an en intégrant la recherche Google dans Firefox. Cet argent sert à développer leurs logiciels.

OpenOffice est soutenu par IBM en millions d’euros et en ingénieurs. LibreOffice est aussi soutenu par diverses sociétés en argent et en ingénieurs.

Dans l’univers du Gratuit (mais pas du libre), il y a plein de sociétés qui se rémunèrent avec la publicité ou d’autres sources de revenus. Il y aussi les logiciels qui contribuent à un écosystème (MSN, Flash, Acrobat Reader, Yahoo mail…).

Pour la deuxième partie de la question, cette généralisation me semble dénuée de fondement, il y a une multitude de logiciels gratuits agréables à utiliser, très bien intégrés et très ergonomiques! Maintenant, il y a probablement beaucoup moins de logiciels Libres qui répondent à ces critères que de logiciels gratuis (cf explication multiplateforme ci-dessus ;) ). Et ce n’est pas dans ce cas une question de motivation mais de contraintes techniques et de priorités.

avant que je puisse adopter à titre personnel un logiciel de ce type et me dire qu’un jour, je pourrais éventuellement, mais alors très éventuellement peut-être passer sous Linux et profiter à mort de l’Open Source, il faudra vraiment que les choses changent.

Sans le savoir, tu utilises en permanence du gratuit ou du Libre ;)

Des tonnes de fonctionnalités de OS X et des logiciels Apple sont basés sur Libre ou OpenSource ou sont même totalement libre parfois.

La plupart de tes usages internet reposent sur des logiciels Open Source.

Tu utilises probablement au quotidien des tonnes de gratuit (mais pas libre) sans réel équivalent Flash, Acrobat Reader, Skype, les logiciels Google…

25)
iaka
, le 17.06.2011 à 10:34
[modifier]

Pour travailler dans le domaine du graphisme, du web et de l’ergonomie voilà ma modeste analyse du sujet. Il y a 2 camps. – les développeurs (tout puissant) – les graphistes/ergonomes IHM (dévalorisés).

Que ce soit dans l’industrie ou dans le libre c’est le développeur qui a le pouvoir de créer un logiciel. Le graphiste est bien incapable de créer un programme fonctionnel. Son travail est malheureusement trop souvent mis au second plan et n’arrive qu’en fin de process’. A part quelques sociétés (comme Apple, Adobe,…) qui ont développés des chartes ergonomiques/graphiques rigoureuses (en théorie) et donc placés le travail d’érgonome IHM en amont d’un projet c’est la cata… et le graphiste arrive en bout de chaîne quand le projet est techniquement terminé et qu’il faut juste faire “un bel habillage”. C’est là qu’on arrive à des incohérences ergonomiques comme celles que tu décris François.

Le graphiste/ergonome ne devrait pas être là pour faire joli, il devrait être à la base du projet au même titre que le développeur/programmeur.

Dans le libre ou le gratuit, trop souvent, le développement commence par la programmation. On ne se soucie pas du graphisme ou de l’ergonomie IHM. Au mieux si le projet est intéressant ou populaire on trouve un graphiste pour venir unifier l’interface. Mais c’est trop tard souvent… à moins d’attendre une grosse mise-à-jour qui remettrait tout à plat, développement et interface graphique et qu’ils puissent travailler ensemble, en même temps.

On retrouve exactement la même situation dans l’industrie avec le design. Trop d’entreprises ne font appel aux designers qu’en bout de chaîne, quand il est “trop tard”. Une exception : Apple. Qui s’est fortement inspiré de l’industrie automobile probablement la première (la seule de façon si généralisé) à placer le design avant ou en parallèle de la technique.

26)
Le Corbeau
, le 17.06.2011 à 10:44
[modifier]

C’est vrai qu’un logiciel gratuit est d’abord porté par un ou des développeurs, c’est leur bébé. La fonction prime sur le fonctionnel, et ils oublient souvent d’homogénéiser les comportements
ils ont l’habitude de jouer du clavier et ne comprennent pourquoi l’utilisateur râle quand sur un masque il faut cliquer sur un bouton pour avoir une fonction et sur l’autre, il faut double cliquer….

Mon homonyme cite apache, qui est pourtant typique du bon logiciel qui n’a aucune interface pour le paramétrer en dehors d’un fichier texte, ce qui donne raison à François. Alors qu’avec avec une bonne interface, ce serait presque utilisable par un débutant.
Je citerai Webmin autre bon logiciel que j’utilise (notamment pour apache) et dont l’ergonomie est très très loin des logiciels d’administration d’apple. il laisse d’ailleurs un impression de “pas fini entre ses liens “cassés” et l’affichage de fonctionnalités qui n’existent pas puisque, ni les modules, ni les logiciels correspondants, ne sont installés. il faut cliquer dessus pour avoir le plaisir de dire que la fonction n’est pas disponible…

Krynn cite VLC dont le premier problème est la disparition de la fenêtre de lecture en fin de celle-ci. Quelle drôle d’idée.
on mets ce logiciel entre les mains d’un utilisateur et on lui demandes en fin de lecture à la relancer, il ne cliquera pas sur le panneau de commande, mais sur le fichier qu’il voit en arrière plan, il croit en effet que le fichier n’est plus ouvert.

Mais, pas d’inquiétude, ma boite a plusieurs logiciels faits par des structures qui les monnaient fort cher et dont l’absence totale d’ergonomie n’a d’équivalent que la laideur du produit…

27)
quark
, le 17.06.2011 à 10:56
[modifier]

Voilà. Tout est expliqué par iaka. Merci.

Il faut ajouter que ce problème est encore augmenté par les mises à jour apportées aux logiciels. Souvent on ajoute une petite fonctionnalité, ce qui se traduit par l’obligation d’insérer un nouveau bouton dans un écran ou une série d’écrans, ou une nouvelle rubrique, de se reposer la question de l’ordre de saisie, des équivalents clavier, bref, un gros boulot au niveau de l’interface, pour un tout petit ajout dans le code.

Une interface soignée, ça a donc un coût, y compris pour la faire évoluer. On le fait ou on le fait pas…

28)
quark
, le 17.06.2011 à 11:01
[modifier]

Entre parenthèses, extrait du post No 80 de pat3 dans le sujet «Apple se foutrait-elle de nous?»:

“Aaargh! Erreur inconnue après un super long post à la suite des commentaires!!!!!! JE DÉTESTE CETTE INTERFACE TEXTILE! A QUAND UNE SAUVEGARDE DES BILLETS EN COURS? …”

L’histoire des cordonniers, toussa… ;-)

29)
Modane
, le 17.06.2011 à 11:14
[modifier]

Pendant que vous y êtes, si les considérations de MacBidouille sur la fin de Rosetta vous intéressent, c’est

30)
Smop
, le 17.06.2011 à 12:11
[modifier]

Dans le libre, j’imagine que vous avez aussi des équipes organisées, mais comme c’est du participatif, il est plus difficile d’imposer une vue globale quand n’importe quel participant peut quitter le bateau ou monter son propre fork dès qu’il est contrarié.

Il s’agit avant tout de volonté et de conscience professionnelle. Il y a d’excellents projets libres qui sont “tenus” par un individu et qui fonctionnent très bien. Le meilleur exemple est OpenBSD. Pour citer Proudhon, trop de développeurs du libre oublient que “l’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir”.

Au bout du compte, devant les avantages et inconvénients du “libre” vs. propriétaire, le meilleur est sans doute au milieu. Autrement dit, profiter du dynamisme de la communauté du “libre” et du travail de finition des éditeurs commerciaux. Apple ont remarquablement appliqué ce modèle avec Mac OS X, tout comme Pixelmator, construit autour d’ImageMagick.

31)
infisxc
, le 17.06.2011 à 12:23
[modifier]

François,

j’aime bien te lire, car je trouve que tu prends généralement le temps d’étudier ton sujet en profondeur avant d’écrire une humeur. Tu as généralement une pensée critique et une vraie réflexion. Alors pourquoi tant de confusion (et depuis si longtemps, car c’est loin d’être la première fois que tu abordes ce sujet) à propos des logiciels gratuits et/ou libres ?

Je voudrais enfoncer le clou (ça a été bien dit dans les commentaires précédents) :

1) Libre et gratuit sont des notions bien distinctes, même si on les trouve souvent présentes simultanément. iTunes, Safari, Flash, Acrobat Reader sont gratuits et pas libres. Et comme l’ont rappelé Franck Pastor et Guillôme, le logiciel libre n’est pas synonyme de gratuit, ni de travail bénévole.

2) Le modèle de developpement du logiciel libre a été couronné de nombreux succès et a beaucoup influencé le monde que nous connaissons. Ton navigateur Web est rapide et respecte les standards : c’est grâce à son moteur de rendu. Ton système est stable et bien sécurisé : c’est grace à ses fondations BSD. Wikipedia te renseigne sur tout et n’importe quoi : son modèle vient du libre. Des milliers de gens ont un blog sous WordPress ou Dotclear. Tout ça, c’est du logiciel libre. On est d’accord qu’on ne parle pas d’interface là. Mais ne jette pas le bébé avec l’eau du bain. Le libre pêche souvent par son ergonomie, c’est vrai. Mais n’oublie pas le positif.

3) Le problème de l’ergonomie d’une interface est complètement indépendant de gratuit ou pas gratuit, et tu le sais très bien. Je t’ai vu faire des billets assasins pour certains logiciels tout ce qu’il y a de plus payants, qui étaient buggués, dont l’interface était merdique, etc. Et il y a des logiciels gratuits qui sont ergonomiquement très convenables : Adium, Firefox, Inkscape, par exemple.

4) En matière d’interface, il faut comparer ce qui est comparable : si tu es sous Mac et que tu veux comparer un logiciel payant (développé avec l’API Cocoa) avec un logiciel libre, prends-en un qui soit également développé en Cocoa, c’est-à-dire nativement conçu pour tourner sous Mac OS X. Compare iChat à Adium par exemple. Évidemment, si tu prends un logiciel qui n’a pas d’interface spécifiquement dédiée (i.e. où il faut passer par X11), ne t’attends pas à trouver une merveille d’ergonomie.

5) Tout cela étant dit, je suis d’accord avec toi pour dire que Gimp a une interface assez merdique (avec une logique propre, que je trouve assez contestable). Et je suis d’accord également pour dire que l’ergonomie est le point faible de nombreuses interfaces graphiques de logiciels libres. Des idées intéressantes ont été suggérées en commentaire pour expliquer cela : pas de conception de l’ergonomie en amont, relatif dédain des programmeurs pour la partie interface, graphistes qui n’ont pas le hobby de faire leur métier sur leur temps libre contrairement aux programmeurs, coût important du développement d’une bonne interface graphique. J’ai aussi l’explication suivante en tête : le logiciel libre sort doucement (mais sûrement) de la confidentialité dans laquelle il se trouvait à ses débuts. Lorsque personne (hormis quelques développeurs fous) n’avait entendu parler ni n’utilisait de logiciel libre, il ne fallait pas s’étonner que personne (hormis quelques développeurs fous) ne développe du logiciel libre. Mais une fois qu’une certaine masse critique est atteinte, on commence à toucher un autre public. C’est à partir de ce moment seulement (quand monsieur tout le monde entend parler du logiciel libre et se dit “tiens, est-ce que je pourrais contribuer à ça, de mes modestes moyens ?”) qu’on peut espérer agréger autre chose que des développeurs. Or, il y a de la place pour bien autre chose que des développeurs dans un projet de logiciel libre : faire un site web attrayant pour présenter le logiciel, écrire la documentation, traduire le logiciel, rédiger des tutoriels et des tests, concevoir une interface bien pensée ergonomiquement, dessiner des icônes, etc. Jusqu’à présent, c’était les développeurs fous qui faisaient ça (parce qu’il fallait bien le faire et que personne ne l’aurait fait sinon). Ils le faisaient souvent mal, certes. Mais on peut espérer que, dans les années à venir (et à condition que des gens comme toi, François, ne démolissent pas cette entreprise et cherchent plutôt à voir comment ils pourraient y contribuer), on peut espérer (donc) que des gens qui ne sont pas compétents en programmation viennent enrichir ces logiciels de leurs compétences. Tout comme des gens qui ne connaissaient rien au logiciel libre sont venus contribuer à Wikipedia.

32)
Mirou
, le 17.06.2011 à 12:25
[modifier]

@ Quark:

Dans OM Compta, c’est des petites choses qui m’agacent au quotidien. Bon. Le look bleu gros bouton on aime ou on aime pas. Je suis tellement concentré quand je fais de la compta que je ne remarque plus.

Mais deux exemples qui me viennent à l’esprit, c’est le bouton “extrait” qui permet de voir l’extrait d’un compte qui se situe en pas de la fenêtre, je n’arrive pas à m’y faire. Et parmi mes camarades administrateurs culturels, on râle souvent sur ce bouton. Chez moi, c’est aussi le scroll qui ne marche pas bien. C’est pas fluide pour un rat, et quand on a beaucoup de comptes ou d’écritures, c’est assez pénible.

Sinon, elle marche très bien cette application. Et pour le prix, sur mac, c’est ce que j’ai trouvé de mieux pour faire des comptas “pros”, mais “relativement simplement” (ça reste de la compta). A part des applis de compta pour les particuliers qui veulent savoir combien leur coûtent leurs voitures/chauffage/cafés tous les mois, faut dire que le domaine est pas vraiment propice à la beauté de l’interface.

Et Crésus, juste à regarder les sceenshots (j’ai pas essayé), et bien il a pas l’air mieux…

33)
Mirou
, le 17.06.2011 à 12:27
[modifier]

Ah ben dans le gratuit/libre (je crois qu’il est libre), Cyberduck est joli, non ?

34)
Costi
, le 17.06.2011 à 12:29
[modifier]

Heuh… Je vais me faire assassiner aussi :-)

Eh bien je dirais : toute tâche mérite salaire. Je ne comprends même pas pourquoi il devrait exister des logiciels gratuits. Existe-t-il des libraires gratuits ? Des bouchers gratuits ? Et en quoi les logiciels gratuits pourraient-ils se prévaloir d’une quelconque pureté par rapport aux logiciels payants ?

—Bernard

35)
iaka
, le 17.06.2011 à 12:36
[modifier]

L’amour de l’art Bernard… l’amour de l’art ! ;p

M’arrives très souvent de participer à des projets sans réclamer salaire. Pour moi l’argent (re)devient dépassée… service ou échange avant salaire… je sais… je suis un vrai révolutionnaire. :)

36)
flup
, le 17.06.2011 à 12:53
[modifier]

Je ne peux qu’aller dans le sens de certaines choses déjà écrites ci-dessus :

– le travail d’interface est un boulot à part entière, parfois aussi “chronophage” que le développement du logiciel et de ses fonctions

– le libre est parfois multi-plateformes, et le portage d’un OS à l’autre demande parfois des concessions en termes d’interface (QT, Realbasic ou autres).

– en tant qu’utilisateurs de mac, nous avons un certain degré d’exigence en termes de cohérence d’interface (même si Apple montre parfois le mauvais exemple). Les utilisateurs de Windows, par exemple, souffrent peut-être moins, étant parfois soumis à une multitude d’interfaces pas toujours homogènes (et pas toujours les meilleures).

– certains logiciels issus du libre (ou du gratuit pas libre) fonctionnent à la base en ligne de commande (LaTeX, LilyPond etc.); l’interface (moche au pas) dépendra donc du développement (souvent externe au projet de départ) d’un front-end.

37)
François Cuneo
, le 17.06.2011 à 12:56
[modifier]

Moi, y a un truc qui me choque grave.

Si je comprends bien, tu enseignes des matières que tu ne maitrises pas ?

Hello mon copain et qui le reste:-)

Non non, ce n’est pas une question de maîtriser ou pas.

Mais quand un gamin fait une découpe qui lui prend des plombes, et que la sélection ne vaut qu’un pixel de large quand tu veux la remettre à l’échelle, ça rend juste nerveux.

Et ledit gamin n’a rien fait de faux. C’est un bug reproductible je ne sais combien de fois.

Je ne maîtrise pas plus Photoshop que Gimp. Je prends dans ces logiciels ce dont j’ai besoin, et ce que je dois maîtriser pour enseigner la chose.

Donc ne t’inquiète pas, j’assure, mais là, j’avais vraiment l’impression de faire perdre de leur temps à ces élèves qui ne sont déjà pas forcément toujours prêts à “prendre” ce que tu leur donnes avec le sourire.

38)
François Cuneo
, le 17.06.2011 à 12:57
[modifier]

Ah.

Encore une chose.

En effet, je voulais écrire Libre à la place de gratuit.

Trop tard, je ne peux plus corriger, sinon plus personne ne comprendra vos commentaires.

Mes excuses!

39)
Guillôme
, le 17.06.2011 à 12:58
[modifier]

Heuh… Je vais me faire assassiner aussi :-)

Il n’y a pas de raison, tu as le droit de ne pas connaître un domaine d’activité qui est le logiciel gratuit ou libre ;)

Je ne comprends même pas pourquoi il devrait exister des logiciels gratuits.

Tout simplement parce que tu peux gagner beaucoup, beaucoup plus d’argent avec du gratuit que du payant!

J’ai l’exemple d’une société qui allait à la faillite et qui a décidé de rendre gratuit son logiciel. Résultat, le logiciel s’est mis à être utilisé par beaucoup de monde, ils ont pu passer des accords avec des régies publicitaires pour le traffic sur leur site + sur l’appli, et ils ont échappés à la faillite et ils gagnent de l’argent avec un modèle gratuit ;)

Des logiciels sont gratuits car ils permettent de vendre du matériel ou du logiciels (ex : ITunes).

D’autres sont gratuits car ils permettent de vendre des services (ex : Open Office, Linux, MySQL…). RedHat est une société cotée qui se base sur un système d’exploitation gratuit. Rien que les revenus liés à Linux sont évalués à 50 milliards de dollars pour 2011 par IDC (c’était 25 milliards en 2007).

Il y a aussi les logiciels gratuits mais limités pour inciter à passer à une version Pro (une façon de faire de la publicité pour son produit en somme).

Il y a bien entendu les logiciels gratuits qui collecte des données pour alimenter des statistiques revendues à prix d’or à des régies publicitaires ou des instituts de sondage (le meilleur exemple est Google dans cette catégorie ;) ).

Il y a ceux qui ont des modèles hybrides (licence libre pour usage non commercial sinon payant) comme QT, afin d’atteindre une taille critique qui valorise le produit.

Bref, la liste des exemples et des modèles économiques sont sans fin ;)

Existe-t-il des libraires gratuits ? Des bouchers gratuits ?

Les libraires gratuits, oui : http://www.livrespourtous.com/ http://www.gutenberg.org/wiki/Main_Page

Pour la viande, on peut trouver assez facilement des offres 100% remboursées en caisse ou via un coupon à renvoyer. D’ailleurs, j’avais eu un reportage où des personnes dépensaient 0 Eur pour leurs courses, uniquement en ne prenant que les produits gratuits ou remboursés en supermarché ;)

Donc, oui, même dans le monde réel , c’est plein de gratuit ;)

Et en quoi les logiciels gratuits pourraient-ils se prévaloir d’une quelconque pureté par rapport aux logiciels payants ?

Aucune. Et d’ailleurs personne n’a parlé de ça, non?

Après, on peut préférer le gratuit parce que c’est gratuit justement :D

Je pense que tu veux parler des partisans du Libre/OpenSource (c’est différent du gratuit) qui luttent contre le logiciel Privateur (c’est différent de payant).

Je ne sais pas si les logiciels Libre sont plus purs que les logiciels Privateurs mais ils répondent à des critères qui justement permettent la libre concurrence et un modèle libéral et économiquement vertueux puisque le Libre empêche un acteur de verrouiller un marché et il permet à tout un chacun de développer une solution concurrente.

41)
quark
, le 17.06.2011 à 14:00
[modifier]

@ Mirou

La prochaine version (version 5) amène une belle amélioration sur la fenêtre des extraits de comptes. Par contre, il est vrai qu’il faudrait pouvoir invoquer cette fenêtre avec un équivalent clavier.

Le scroll sera également nettement plus rapide.

42)
Mirou
, le 17.06.2011 à 14:43
[modifier]

@ Quark

Génial ! Me semblait bien que tu semblais proche de ce soft. Et se sera compatible Lion ?

Et sinon pour le gratuit… Perso, je travaille souvent gratuitement pour des projets artistiques qui me tiennent à coeur. Et notre cie de Théâtre milite pour certaines choses soient gratuites pour les spectateurs. Comme par exemple ce CD

Voilà. J’arrête la pub et je vais bosser :-)

43)
loic
, le 17.06.2011 à 15:04
[modifier]

Pour Bernard et pour les durs d’oreille, encore deux exemples. Pourquoi du Libre: pour ne pas être Privateur; n’importe quelle boîte de développement peut faire faillite, n’importe quel indépendant peut vouloir passer à autre chose… avec du Libre, on a le code et on peut commissionner quelqu’un pour l’améliorer ou écrire un traducteur de format pour passer à un autre logiciel. J’ai du mal à comprendre les indépendants, les petites et moyennes boîtes qui développent et vendent du non libre, c’est un manque de respect pour le client. Je comprends encore moins les clients qui achètent dans ces conditions.

Pourquoi du gratuit; parce que ça ne coûte rien à reproduire. Je fais un logiciel pour mes propres besoins, j’en suis content, il est amortit par ma propre utilisation. Vu qu’il ne me coûte rien à reproduire, pourquoi le faire payer?

Pourquoi libre et gratuit: une fois que d’autres l’utilisent, je ne suis plus le seul à m’en occuper, d’autres peuvent l’améliorer et j’en profite aussi.

Il n’y a pas que le logiciel, mais pour beaucoup de choses, on n’a tellement plus l’habitude de payer, que ça en devient naturel; échange de plans, de méthodes, de cours, de recettes… tout ça est libre, gratuit si on passe par où ça s’échange (internet, café du coin, entre amis) payant pour ce qui demandent un coût de reproduction (livres) où quand il y a professionnalisation du passage d’information (cours pédagogiques).

45)
quark
, le 17.06.2011 à 15:26
[modifier]

@ Mirou

Et se sera compatible Lion ?

Certification de 4D pour Lion en attente. La version OM 5, à sa sortie, sera donc compatible. Actuellement, les tests de la bêta sur la dernière build de Lion sont positifs.

En attendant, l’éditeur accepte les bêta-testeurs…

46)
Mirou
, le 17.06.2011 à 15:31
[modifier]

En attendant, l’éditeur accepte les bêta-testeurs…

Hoho! Vais voir ça alors :-)

49)
Batisse
, le 17.06.2011 à 17:01
[modifier]

La question posée n’est pas celle de la gratuité mais de la volonté des développeurs du libre de faire l’effort de se pencher sur l’ergonomie. Open Office est à chier, Gimp aussi. Rien que voir les captures d’écrans avec leurs myriades de boutons à cliquer me fait fuir. Je préfère payer pour iWork, Nisus Writer qui sont un plaisir à utiliser et qui sauvegardent aussi bien en format standard, comme TextEdit d’ailleurs.

Dire que « sans le libre, et sans BSD en particulier, darwin et donc OS-X n’existeraient pas », n’est pas une excuse recevable. Je ne vois pas pourquoi il faudrait tout accepter sous prétexte que des petits gars travaillent là dessus gratos. Le résultat est là : ça ne marche pas et je préfère payer Photoshop elements, pas cher, ou Aperture encore moins cher, que de perdre du temps, donc de l’argent en utilisant Gimp au travail. En ce cas les types doivent se dire qu’ils ont échoué car là le libre ne remplace pas le propriétaire et que c’est pourtant le but du jeu. MPlayerX est un logiciel sous licence GPLV2 particulièrement bien foutu, esthétique, ergonomique que je préfère de loin à VLC pourtant bien utile mais une insulte à la raison lorsqu’il s’agit de jeter un œil dans les préfs avancées. On peut le faire ; il faut le faire.

50)
Guillôme
, le 17.06.2011 à 17:26
[modifier]

Open Office est à chier

Manque de pot, l’interface d’Open Office est issue de Star Office qui est un logiciel commercial et propriétaire développé par Star Division. Puis Star Division a été racheté par Sun qui a rendu le produit libre sous le nom Open Office. Le projet Open Office n’a quasiment pas mis à jour l’interface graphique héritée de Star Office ;)

comme TextEdit d’ailleurs.

Manque de pot encore, TextEdit est un logiciel libre et gratuit qui apparemment te satisfait pleinement ;).

sous prétexte que des petits gars travaillent là dessus gratos.

Manque de pot encore, les petits gars travaillent là dessus en étant rémunéré pour une bonne partie ou en ayant un revenu/avantage indirect de part leur activité (contributeurs).

Le résultat est là : ça ne marche pas et je préfère payer Photoshop elements

Personne ne dit que Gimp est merveilleux et concurrence Photoshop ;)

D’ailleurs je suis d’accord avec toi puisque je n’ai jamais présenté Gimp sur Cuk.ch et je le ferai quand il aura atteint mes critères de qualité minimum.

Ce que l’on dit c’est que “Gratuit/Libre = Interface Pourri”, “Gratuit/libre = développeur bénévole” et “Développeur de Gratuit/Libre = pas d’intérêt sur l’interface” est faux, contre exemples et arguments à l’appui ;)

51)
Smop
, le 17.06.2011 à 17:28
[modifier]

Pour Bernard et pour les durs d’oreille, encore deux exemples. Pourquoi du Libre: pour ne pas être Privateur; n’importe quelle boîte de développement peut faire faillite, n’importe quel indépendant peut vouloir passer à autre chose… avec du Libre, on a le code et on peut commissionner quelqu’un pour l’améliorer ou écrire un traducteur de format pour passer à un autre logiciel.

Ah, le beau discours dogmatique et bien formaté des “libristes”…

On a déjà parlé de la pauvreté des IHM, mais dis-moi un peu : combien de logiciels “libres” sont livrés avec une documentation multilingue digne de ce nom, et pas un vague “README” et “Changelog” ? Combien de logiciels “libres” permettent d’avoir un support technique contractuel plutôt que de perdre des heures sur des forums ou des channels IRC (où, soit dit en passant, dès que la question est un tant soit peu technique, neuf réponses sur dix sont l’oeuvre d’ignorants qui pensent savoir) ?

Quant à la pérennité du fait de la disponibilité du code source, je rigole… Tu connais beaucoup d’utilisateurs de logiciels “libres” qui ont exploité celle-ci ? Tiens, il y a une semaine, je cherchais désespérément une version de Linux qui supporte l’architecture SPARC 32-bit. Et bien mon bon monsieur, cette architecture n’est plus maintenue car plus de développeurs intéressés.

J’ai du mal à comprendre les indépendants, les petites et moyennes boîtes qui développent et vendent du non libre, c’est un manque de respect pour le client.

Et ils bouffent comment ces “indépendants, petites et moyennes boîtes qui développent et vendent du non libre,” ? En vendant des contrats de support et de la formation ? En faisant appel aux dons ? Qui paye les machines, le marketing, les portages, la hot-line et tout le reste ?

Le “libre”, je n’ai rien contre, à condition qu’il réponde aux mêmes critères de qualité que le propriétaire plutôt que du bon vouloir d’une communauté mouvante et capricieuse.

Et puis, je me demande aussi quel aurait été le taux d’adoption du “libre” si l’aspect financier n’était pas un critère de choix pour les utilisateurs. Est-ce que beaucoup de gens préfèreraient OpenOffice à Microsoft Office si ce dernier était vendu 10 € ?

52)
Batisse
, le 17.06.2011 à 17:57
[modifier]

Manque de pot, l’interface d’Open Office est issue de Star Office qui est un logiciel commercial et propriétaire développé par Star Division, etc.

Ou Libre Office J’avoue mettre toute la famille dans le même sac. Interface à fuir.

sous prétexte que des petits gars travaillent là dessus gratos.

Ben oui. Si tu lis bien l’ensemble de la discussion tu constateras que certains ont utilisé cet argument. Il n’est pas recevable.

Ce que l’on dit c’est que “Gratuit/Libre = Interface Pourri”, “Gratuit/libre = développeur bénévole” et “Développeur de Gratuit/Libre = pas d’intérêt sur l’interface” est faux, contre exemples et arguments à l’appui ;)

Si tu me relis tu constateras que j’ai dit la même chose exemple et argument à l’appui : MPlayerX. Disons que je déplore que ce ne soit pas toujours le cas. Peut mieux faire, il faut le faire pour atteindre le niveau de qualité propre à concurrencer le propriétaire. C’est le but du jeu. Non ? Pour ma part, libre, gratuit, propriétaire, payant… Je prends ce qui va bien.

53)
Guillôme
, le 17.06.2011 à 18:14
[modifier]

Si tu me relis tu constateras que j’ai dit la même chose exemple et argument à l’appui : MPlayerX.

Ah pardon! Lol! Faut dire aussi que moi je trouve MPlayerX moche, mal intégré, mal foutu et peu ergonomique! Comme quoi, les goûts et les couleurs ;)

Pour ma part, libre, gratuit, propriétaire, payant… Je prends ce qui va bien.

Tout pareil :)

Mais j’avoue m’orienter de plus en plus vers le libre pour être moins dépendant de l’écosystème Apple et pouvoir basculer sur Windows (ou Linux?), le cas échéant, sans devoir changer toutes mes habitudes logicielles et/ou mes formats de fichier ;)

55)
Franck Pastor
, le 17.06.2011 à 18:55
[modifier]

Le “libre”, je n’ai rien contre, à condition qu’il réponde aux mêmes critères de qualité que le propriétaire plutôt que du bon vouloir d’une communauté mouvante et capricieuse.

Tu peux préciser ce que tu entends par « les critères de qualité du propriétaire » et « le bon vouloir d’une communauté mouvante et capricieuse » ? Tu as des exemples concrets à fournir de cette dernière affirmation ?

56)
Smop
, le 17.06.2011 à 20:49
[modifier]

Tu peux préciser ce que tu entends par « les critères de qualité du propriétaire » et « le bon vouloir d’une communauté mouvante et capricieuse » ? Tu as des exemples concrets à fournir de cette dernière affirmation ?

Il me semble que mon propos est clair, non ? D’un côté nous avons un environnement cadré, homogène et répondant à des contraintes. De l’autre côté, il est laissé à l’appréciation de chaque contributeur d’apporter sa brique, à sa façon, selon sa compétence, sa disponibilité et ses envies. Du coup, la qualité de la prestation sera souvent inégale. Pisser du code, c’est fun, mais cela ne représente qu’une petite partie de cet ensemble que constitue la création, la distribution et la maintenance d’un logiciel. De plus, cela a déjà été écrit plus haut, les développeurs ont une approche de … développeurs, pas toujours compatible avec ce qui est acceptable pour un utilisateur non technique. La preuve, cet article de François.

Il existe heureusement des exceptions. Par exemple les éditeurs commerciaux tels que Red Hat ou Apple qui apportent au “libre” ce qu’il lui manque. Ou encore des projets à 100% libres comme OpenBSD, mais qui sont tenus d’une main de fer par un individu (ce qui a d’ailleurs valu à Theo de Raadt de se faire exclure de la gouvernance de NetBSD).

57)
Diego
, le 18.06.2011 à 11:03
[modifier]

Je propose deux trucs assez simples en somme :

Et si chacun avait le droit d’apprécier ce qui lui convient le mieux, sans pour autant être un con aux yeux des autres ?

Et si chacun parlait de ce qu’il connaît, au lieu de répéter des arguments creux pompés dans les forums bien pensants ?

Un peu de tolérance que diantre, les libriste ne sont pas prêts de mettre votre Gourou sur la paille, pas de souci.

58)
Tom25
, le 18.06.2011 à 11:41
[modifier]

Moi qui développe un peu, je reconnais passer moins de temps sur l’interface que sur le code. Il y a plusieurs raisons à ça :
• Je ne suis pas doué graphiquement, c’est mon co-auteur qui me dessine mes icônes d’applis etc.
• Ca complique pas mal les choses. Dans un de mes programmes qui liste des opérations effectuées, j’utilise des caractères spéciaux pour indiquer le type d’opération réalisée. Je pourrai le faire avec de petites images, mais faut se dessiner les images, puis d’un point de vu programmation c’est plus difficile, et puis ça alourdit le code, ça ralenti, etc. Et surtout, ça complique la maintenance de l’application. Ecrire un caractère se fait toujours de la même manière, afficher une image non.
• Quoique vous fassiez, il y aura toujours des gens qui ne seront pas content. La couleur n’est pas belle, l’image est trop grosse, trop petite, pas assez explicite …
Bref, développer des programmes gratuitement est déjà assez ingrat, alors passer encore plus de temps sur une interface qui amènera encore plus de critiques …

59)
Costi
, le 18.06.2011 à 16:44
[modifier]

@scribe : “et il est assez étrange de faire passer systématiquement le “mignon” avant l’utile et l’intéressant”

C’est là que tu as tort, je pense. Ce n’est pas simplement “mignon”, c’est fondamental pour que le logiciel soit agréable et/ou facile à utiliser. C’est un point de base, ce qui différencie fondamentalement (en gros) les (bons) logiciels Mac des autres. Et c’est ce que beaucoup d’utilisateurs Windows ou Linux ne voient pas, ou dans certains cas (pas forcément la majorité) ne considèrent pas important. Pour ma part, avec des logiciels comme Gimp ou d’autres, j’ai tout simplement l’impression d’être pris pour un con.

60)
Tom25
, le 18.06.2011 à 18:39
[modifier]

Quand on parle d’interface, Onyx justement, ce n’est que ça, ou presque. Onyx envoie des commandes Terminal quand vous cliquez sur ses boutons. Vous avez sans doute déjà lu la commande shell “fsck -y”, ben il y en a plein d’autres de ces commandes Terminal (shell). Onyx en regroupe un grand nombre, celles qui sont utiles.

61)
Jeanfi
, le 19.06.2011 à 10:32
[modifier]

Bonjour,

Je me permet de répondre à votre article.

Globalement vous avez raison… Seulement comment décider de ce qui est beau ?

Par exemple votre site internet, personnellement, je ne le trouve pas très esthétique.

Le design est “daté”, ça ne “respire pas” il y a un problème de “rythme” dans la mise en page, etc.

Pourtant il est fonctionnel et populaire.

Cependant, et comme vous le dite il faut prendre du plaisir, du plaisir à lire vos articles et oublier l’habillage.

Cordialement, Jean-Philippe

62)
Diego
, le 19.06.2011 à 12:08
[modifier]

Par exemple votre site internet, personnellement, je ne le trouve pas très esthétique.

C’est normal, il a été fait par un ingénieur, pas par un graphiste ;-))

Me fait pas des potes chez les Cunéo moi ces jours !!!

63)
ToTheEnd
, le 19.06.2011 à 12:10
[modifier]

C’est faux, en l’occurrence, un graphiste avait donné un coup de main… Seulement c’est vrai que ca date…

64)
Jeanfi
, le 19.06.2011 à 12:25
[modifier]

Nous y sommes, effectivement chacun son métier…

Maintenant, je suis développeur, mais pas “autiste”.

Un développeur doit prendre en compte les problématiques du design et se poser des questions.

Pourquoi je mets un bouton et à quel endroit ? Il doit donner une cohérence graphique à l’ensemble de son application.

L’utilisateur doit prendre ses marques rapidement.

Je rejoint donc François sur ce point. Gimp est une catastrophe sur le plan expérience utilisateur.

Par contre les développeurs qui réalisent des applications sur Mac OS et iOS ont semble-t-il un peu plus de culture graphique que sur PC ou Linux.

Je précise que je ne “troll” pas, je travaille sur les 3 environnements.

Mais ma préférence va au Mac.

65)
Tom25
, le 19.06.2011 à 12:37
[modifier]

J’avais dit à François que je tenterai d’écrire un article pour présenter les dessous d’un programme, mais je ne m’y suis toujours pas mis (mes récentes déconvenues ont fait que j’ai l’esprit ailleurs).
Mais j’utilise RealStudio, qui est un langage orienté objet, et on commence par créer des boutons, des listes etc. dans une fenêtre (donc l’interface), et ensuite on écrit le code.

Faudra quand même que je m’y mette à cette petite présentation.

Une chose encore, dans du code vous pouvez mettre une «rustine» sans que ça se voit, dans une interface ça saute aux yeux. D’ailleurs quand on me demande une nouvelle fonctionnalité pour un de mes programmes, je passe souvent plus de temps à placer le nouveau bouton en décalant ceux déjà en place, en redimensionnant la fenêtre etc., qu’à écrire le code de la nouvelle fonction.
En plus, je dois écrire aux traducteurs et attendre qu’ils me retournent le texte dans leur langue, puis vérifier que leur traduction tienne dans le nouveau bouton.

66)
kubernan
, le 20.06.2011 à 09:34
[modifier]

Le problème se situe dès la conception du logiciel. Si vous le pensez en terme de fonctions (exemple : “je veux faire un logiciel comme Photoshop”) il y a de forte chance pour que ça se termine en un truc assez pourri.

Si en revanche vous pensez le logiciel en terme de solutions (“je veux faire un logiciel de retouches d’images simple à utiliser et performant”), cela oblige bien souvent à se mettre à la place de l’utilisateur dès le début de la conception. Et donc à prendre en compte le design, l’ergonomie.

La seconde méthode nécessite beaucoup plus de temps et de ressources que la première.

67)
pat3
, le 20.06.2011 à 11:20
[modifier]

François, je n’étais pas partisan du payant pendant longtemps, parce que mes sous passaient ailleurs que dans les logiciels; et pendant longtemps, ben j’ai piraté ce qui me faisait envie, pour me rendre compte, dans la majeure partie des cas, que ces logiciels ne m’étaient pas d’une grande utilité.
Je peux dire, avec le recul, que j’ai été longtemps victime du syndrome d’accumulation que renforçait la matérialité réduite du numérique.

Et puis quatre choses ont changé:

• j’ai eu de moins en moins le temps de déconner avec mon ordi (boulot, enfants),
• mes moyens ont un peu augmenté,
• les bundles sont arrivés, avec lesquels j’ai acheté les logiciels qui m’intéressaient le plus (et aussi d’autres dont je ne me suis jamais servi… et d’autres que j’ai découvert avec le temps),
• Apple est passé à Mac OSX, qui a mûri, est devenu fonctionnel, et a amené des tas de développeurs UNIX sur Mac, faisant évoluer l’offre de freewares (j’utilise volontairement l’anglicisme ambigu). Parmi eux, de très nombreux logiciels libres, dont certains me sont quasiment irremplaçables: CyberDuck (alors que j’ai acquis d’autres logiciels FTP dans des bundles), FairMount (lié à un logiciel payant, DVDRemaster, mais utilisable, accessible et utile seul), sans compter mon navigateur par défaut, Firefox, et un certain nombre de ses modules qui me le rendent totalement indispensables), pour n’en citer que quelques-uns.

Souvent, ces logiciels libres n’ont qu’une GUI sur une série de ligne de commandes… mais justement: c’est cette GUI qui me les a fait choisir! À l’époque où je manipulais beaucoup de vidéos (conversion, extraction, etc.), les GUI utilisant mplayer ont été salvatrices pour moi; gratuites, libres, efficaces, avec une interface compréhensible (ffmpegX); certaines n’ont jamais été égalées, d’autres m’ont fait tout simplement abandonner la taxe régulière des mises à jours de logiciels devenus usines à gaz (au hasard, Toast, Stuffit), et bien des logiciels payants n’ont plus été suivi une fois bradé dans un bundle (iClip, Fetch…), tandis que des logiciels libres, même finalement abandonnés par leur(s) auteur(s), souvent à la faveur d’un changement de boulot, continuent d’être tout a fait fonctionnels (Journler, pour ne donner qu’un exemple).

Pourquoi cette longue histoire? Pour dire que l’opposition gratuit/payant/libre/non libre n’a pas lieu d’être, au regard de l’usage.
Tu paies parce que tu aimes payer pour un logiciel (ou pour du matériel), ça fait partie de ton bien être de consommateur (c’est en tout cas mon analyse). Il n’y a pas besoin de le justifier en s’attaquant à la soi-disant mocheté du libre (qui serait le pendant de la soi-disant beauté du payant). Le libre est tributaire de la communauté de développeurs et d’utilisateurs (populations qui se croisent) qui suivent le logiciel, c’est une donnée préalable qu’on décide d’accepter avant de l’utiliser.

Pour moi, les critères essentiels sont (par ordre d’importance): est-ce que je m’en sers (ou est-ce que je vais m’en servir, ce sur quoi parfois je me trompe) est-ce qu’il m’est utile (même s’il n’est utile qu’à mon confort); le second critère est: existe-t-il une alternative gratuite (pourquoi payer si un logiciel gratuit fait la même chose? C’est ce que je ne comprendrais jamais chez toi…). Le troisième: est-ce que le prix en vaut la chandelle? Ou, dit autrement, est-ce que j’ai vraiment besoin de ce logiciel au point que j’y mette ce prix ?

J’ai un 4e critère flottant qui est: est-ce qu’il me plait, qui peut être plus ou moins prégnant selon le logiciel. Et là, l’interface va jouer à plein son rôle, et peut me faire choisir du payant à la place du libre, du ludique à la place du fonctionnel – mais ça ne dure pas: soit le ludique me rend l’appli plus fonctionnelle, et elle reste, soit non, et en général, elle disparaît, surtout si elle est remplaçable).

Je trouve qu’iOS a modifié la donne de cette équation en baissant radicalement le prix des logiciels, ce qui revient à monétiser le test du logiciel; ce qui fait que j’ai beaucoup plus de logiciels inutiles sur iOS que sur Mac, parce que le prix n’est plus un obstacle pour le test. Mais le modèle économique d’iOS fait que s’il y a beaucoup de gratuits, à ma connaissance, il n’y a pas de libre. Sur iOS, c’est acceptable, sur Mac OS, non: mais les règles du MacAppStore, à mon avis, ne permettent pas que les logiciels libres y trouvent leur place, ce qui fait que le MAS ne m’inquiète pas outre mesure…

68)
Tom25
, le 20.06.2011 à 12:51
[modifier]

freewares (j’utilise volontairement l’anglicisme ambigu)

Mes programmes sont « DonationWares », encore un truc ambigu
Il y a une fenêtre de rappel qui apparait à chaque lancement, soit tu cliques le bouton Donner, et que tu donnes ou non le programme ne t’enquiquine plus. Et ça je l’expliquais dans la fenêtre de rappel en 3 lignes caractères 16, mais personne ne les lisait, du coup il m’est arrivé d’avoir des dons de 1 centimes !
Alors j’ai rajouté un bouton « J’ai déjà donné » mais le programme ne vérifie pas non plus si c’est vrai ou pas. Toutes les fonctions sont actives dès le départ.
Les Allemands et les Américains donnent majoritairement (96% à eux deux), puis viennent les Suisses (sans doute des Cukiens ?) puis un peu de tous les pays.

Les gens sont censés donner s’ils utilisent, et ils peuvent tester aussi longtemps qu’ils le veulent. Même s’ils ont cliqué « J’ai déjà donné » et que la fenêtre de rappel n’apparait plus, il y a toujours un menu pour donner. Mais ce mode n’est plus possible avec l’AppStore, soit c’est gratuit, soit c’est payant. Et comme tu le soulignes, il faut payer pour tester !

69)
pat3
, le 21.06.2011 à 00:38
[modifier]

Je viens de découvrir un truc: Cyberduck est disponible sur le MAS… à 18,99 euros! Mais sur le site du développeur, il est toujours gratuit et open source; voilà une manière de profiter du MAS, non?

Pour ma part, je vérifie toujours s’il existe une version (gratuite ou non) sur le site de l’éditeur (d’ailleurs, si un… freeware pouvait m’automatiser la tâche, je lui en serais infiniment reconnaissant), et si elle existe, c’est elle que je vais télécharger.

Tom, c’est vrai que j’ai du mal avec le donationware… j’ai plus souvent donné quand les dons allait à des ONG à choisir parmi plusieurs… Américains et suisses donnent plus, mais, pour les premiers au moins, c’est dans les mœurs, les serveurs et serveuses sont payés au pourboire (leur fixe est ridicule), le pourboire est une tradition. Chez nous, où tout est taxé, ça a fini par rendre le pourboire suspect…

Les rappels à chaque évolution majeure du logiciel me paraissent la manière la plus élégante de demander une contribution… mais j’avoue qu’elle est, chez moi en tout cas, aussi peu efficace que les autres. Je crois, si François aime bien payer, que j’ai vraiment du mal à payer pour quelque chose qu’il est possible d’avoir gratuitement (après, pour les livres, par exemple, je n’hésite pas à mettre régulièrement la main au portefeuille, même si l’exemplaire est disponible en bibliothèque). Je crois que c’est la faible matérialité du numérique qui me fait cet effet. Comme disait l’autre, ça m’interroge…

70)
pinaudnico
, le 23.06.2011 à 16:21
[modifier]

Bon tout ça, Je ne comprends même pas qu’il y ait des gens pour se poser ce genre de questions. Je suis graphiste et faire du beau, c’est un travail, qui a un cout. C’est moche, bien sur, si le travail n’a pas ou pas assez été fait. L’ergonomie, le design, … pourquoi ce serait gratuit ? Vous travaillez uniquement pour le plaisir vous ?

71)
ericb
, le 25.06.2011 à 08:34
[modifier]

Bonjour,

J’arrive tardivement dans la discussion, mais j’aimerais dire plusieurs choses importantes :

1) OpenOffice.org n’utilise plus X11 depuis 2007, et la version est native Mac OS X.

2) LibreOffice n’est pas OpenOffice.org, ainsi la dénomination OpenOffice.org/LibreOffice est un gros mensonge.

3) OpenOffice.org est maintenant maintenu à la Fondation Apache. Et IBM ne met pas des millions d’euros/de dollars dans l’histoire, vous pouvez me croire. Cette histoire d’IBM, c’est un buzz qui a été lancé par des gens du staff de TDF, pour créer la confusion.

4) On a essayé de faire quelque chose de sympa, basé sur le travail d’un Designer (BenBois) : OOo4Kids et OOoLight.

Personne n’en a parlé. Est-ce si inutilisable que ça ?

Pour information, on n’a reçu aucune aide sérieuse encore, et si un designer veut nous rejoindre, il sera le bienvenu. Et je peux vous assurer qu’on n’a aucune boite derrière nous pour nous dicter ce qu’on doit faire.

Merci

72)
ericb
, le 25.06.2011 à 16:43
[modifier]

@scribe

Je ne vois pas de quel compliment vous parlez, et je ne vous connais pas, désolé.

Rappelons les faits :

OpenOffice.org a été donné par Oracle à la Fondation Apache: Voir : http://wiki.apache.org/incubator/OpenOfficeProposal

OpenOffice.org existe donc toujours, mais est maintenant sous couvert de la Fondation Apache, et plus d’Oracle.

LibreOffice, c’est simplement Go-OO (de Novell).

Enfin, IBM n’a pas l’emprise sur OpenOffice.org, et n’est qu’un des acteurs du projet reversé à la Fondation apache.

Conclusion : associer le nom LibreOffice à celui d’OpenOffice.org avec quelque signe de ponctuation que ce soit est un mensonge.

73)
yvesrun
, le 03.07.2011 à 12:05
[modifier]

Prof de maths, j’utilise le logiciel de géométrie dynamique CaRMetal, libre bien entendu. L’équipe de développeurs – dont l’auteur du projet – met un point d’honneur à avoir un logiciel “beau’ et en plus avec une ergonomie (un engagement direct on dirait dans ce cas là) particulièrement abouti : le libre peut être beau et pertinent.

74)
linux666
, le 18.09.2012 à 16:46
[modifier]

Les logiciels libres sont VOLONTAIREMENT antiergonomiques et compliqués: le modèle économique du LL est basé sur les prestations de services et formations afférentes à ces programmes. Des programmes aussi puissants que CasCADe, CodeAster (ingéniérie), The Gimp sont quasiment impossibles à utiliser sans formation initiale (plus de 200 heures pour une utilisation “basique” de CodeAster, par exemple). De très nombreuses études montrent que la migration d’un poste bureautique Windows vers Linux peut représenter 5 à 6 fois le coût d’une licence Windows. Sans compter les problèmes permanents de compatibilité entre distributions de Linux. De nombreux logiciels libres (XAMPP, Lazarus, DevC++) possèdent un installeur pour Windows mais nécessitent de nombreuses manipulations sous Linux, ce qui conduit à la situation amusante que … le plus grand nombre d’utilisateurs de LL sont sous Windows.