Profitez des offres Memoirevive.ch!
Il faut sauver le soldat Gaëtan Naulleau !!

Au secours ! J'étouffe, je m'asphyxie de rage, de colère, l'air me manque devant tant de bêtise !!!

Info: Pour ceux qui ne savent pas: France Musique est une chaine du servie public de Radio France dont le cahier des charges originel était la diffusion exclusive de musique classique. Aujourd'hui, cette notion a été élargie, et tant mieux, sauf que ...

Indignez-vous avec moi....

Prolégomène: depuis 2003, la musique ancienne et baroque a (il faut, hélas, maintenant dire avait) un défenseur d'une qualité rare sur France Musique: Gaëtan Naulleau. 

image

À partir de 2003, Gaêtan, aussi rédacteur au journal DIAPASON, attaché à défendre les parutions discographiques de la musique ancienne et baroque, a animé une émision régulière sur France Musique: Les Enfants du Baroque.

Cette émission d'une heure, où Gaëtan invitait le plus souvent un musicien à parler de son actualité, concert, parution de CD, cours d'interprétation, a toujours réussi le tour de force de permettre au(x) musicien(s) d'être mis en lumière, en nous faisant profiter de leur art. Tout le monde y trouvait son content: les musiciens, les auditeurs et la chaine qui attirait de l'écoute

Il a interviewé les plus grands :

- Nikolaus Harnoncourt qui s'exprimait sans doute pour la première fois sur une radio francaise

- "On" a fêté les 80 ans de Monsieur Gustav Leonhardt

- " On" a encensé la vista de Pablo Casals découvreur des sublimes sonates pour violoncelle seul de J.S. Bach

- Masaki Suzuki est venu nous expliquer "son Bach" où comment cette musique a pu devenir aussi innée à l'esprit d'un Japonais ... et comment !!!

- Monica Huggett et Chiara Banchini ont dit leur amour du violon baroque. Monica s'exprimait pour la première fois sur une radio française

Voici la liste de TOUS les musiciens qui ont été invités pas Gaëtan:

Agnès Melon, Alain Planès, Alexandre Tharaud, Alice Piérot, Aline Zylberasjch, Amandine Beyer, Andrea Marcon, Andreas Scholl, Andreas Staier, Andrew Carwood, Anna Catarina Antonnaci, Anne Sofie von Otter, Anthony Sidey, Antoine Guerber, Antoine Toruncyk, Barthold Kuijken, Benjamin Alard, Benjamin Bagby, Benjamin Lazar, Benoît Haller, Bernard Foccroule, Bertrand Cuiller, Bibiane Lapointe, Blandine Rannou, Bob van Asperen, Bufford Norman Carlos Mena, Carole Cerasi, Catherine Bott, Catherine Cessac, Cecilia Bartoli, Céline Frisch, Chiara Banchini, Christina Pluhar, Christophe Coin, Christophe Rousset, Christopher Hogwood, Conrad Steinman, Denis Raisin-Dadre, Diego Ares, Dominique Visse, Elizabeth Wallfisch, Emilio Moreno, Emma Kirkby, Emmanuel Krivine, Emmanuel Mandrin, Eugène Green, Fabio Bonizzoni, François Lazarevitch, Frans Bruggen, Gilles Cantagrel, Giovanni Antonini, Giuliano Carmignola, Giuseppe Maletto, Guido Balestracci, Gustav Leonhardt, Helen et Kate Ashby, Helène Schmitt, Hervé Niquet, Hilliard Ensemble, Hopkinson Smith, Hugo Reyne, Ilia Korol, Isabelle Faust, Ivan A. Alexandre, Ivan Fischer, James Bowman, Jean Duron, Jean-Christophe Spinosi, Jean-Claude Malgoire, Jean-Marie Villégier, Jean-Paul Fouchécourt, Jérémie Rohrer, Jesper Christensen, Joel Cohen, John Eliot Gardiner, Jonathan Dunford, Jordi Savall, Jos van Immerseel, Joshua Rifkin, Juan Manuel Quintana, Katarina Livjanic, Konrad Junghänel, Kristian Bezuindeenhout, Laurent Stewart, Les Witches, Magdalena Kozena, Mara Galassi, Marc Minkowski, Marcel Perès, Marco Beasley, Mariane Muller, Martin Gester, Masaaki Suzuki, Manuel Couvreur, Maude Gratton, Max Emmanuel Cencic, Monica Huggett, Murray Perahia, Nikolaus Harnoncourt, Noelle Spieth, Olivier Baumont, Olivier Schneebeli, Ophélie Gaillard, Paolo Pandolo, Paul Agnew, Paul Badura Skoda, Paul O’ Dette, Paul van Nevel, Pedro Memelsdorff, Peter Philips, Philippe Beaussant, Philippe Herreweghe, Philippe Jaroussky, Rachel Podger, Rachel Yakar, Rafael Puyana, Raphael Pichon, Reinhard Goebel, Rinaldo Alessandrini, Roger Norrington, Sigiswald Kuijken, Skip Sempe, Susan Graham, Susie Napper, Ton Koopman, Viktoria Mullova, Vincent Dumestre, Vittorio Ghielmi, William Christie, Yves Rechsteiner.

 

Gaëtan a été à la base de l'organisation de concerts au sein du Musée Carnavalet à Paris, spécifiquement dédiés: Les Voix Humaines, Margit Übellacker qui nous a fait découvrir un instrument peu connu aux possibilités inouïes, le psalterion, en compagnie de la très géniale claveciniste Aline Zylberach.

Une histoire du mouvement baroque en dix heures a été diffusée sur cinq jours, somme de renseignements considérables, d'une intelligence de compréhension ... rare

Après les Enfants du Baroque, la spécificité de l'émission a été supprimée pour être intégrée, une fois par semaine, le Jeudi, dans "Le Matin des Musiciens" où Gaëtan a continué a tracer le sillon de la musique ancienne et baroque.

Parmi les perles, j'y ai noté  

- Dimitry Badiarov qui a enregistré les suites pour violoncelle sur un violoncello da spalla que Sigiswald Kuijken et lui ont redécouvert

- 17 émissions sur ce qui se fait de mieux en matière d'interprétation de Bach aujourd'hui avec John Elliott Gardiner, Franz Bruggen, Gilles Cantagrel expert es JSB

- etc ...

Petite synthèse rapide: 

Pendant six ans, tous ceux qui comptent dans ce grand petit monde de la musique ancienne ont pris la parole aux Enfants du baroque. Baroque et beaucoup plus. En fait, tous les répertoires qui ont pu être réinterprétés au contact des instruments anciens : moyen-âge, Renaissance, classicisme et romantisme aussi (romantisme, par exemple, dans une série de cinq émissions confrontant les différentes propositions "historiquement informées" sur le répertoire symphonique). Les pionniers du mouvement n'ont pas été oubliés : Wanda Landowska, la Comtesse de Chambure, David Munrow (figure centrale du mouvement dans les années 1960 en Angleterre). Les facteurs d'instruments non plus. Et des reportages nous emmenaient au concours de Bruges, à la Cantorum de Basle (pépinière suisse fondée il y a 80 ans)...

Dire qu'on n'avait jamais entendu Nikolaus Harnoncourt interviewé sur France musique avant les Enfants du baroque... Ou le maître est venu trois fois. Une journée spéciale célébrait ses 80 ans. Une autre ceux de Gustav Leonhart (passionnant portrait chinois). Une autre le retour de Gardiner à Rameau (quel souvenir, ce Castor et Pollux à Pleyel). Une série retraçait l'histoire de la renaissance de la musique ancienne... Et toujours cette question sous-jacente : comment le jeu conjugué de l'imaginaire, des partitions, de l'intuition, de la science, des traités, des vieux instruments, des cultures venues d'ailleurs, peuvent-ils donner vie à des "nouveaux styles anciens". Car la chose est claire : il ne s'agit pas dans ce mouvement de se réfugier une vérité passée, mais de féconder autrement notre modernité figée dans ses modes de jeu. L'émission interrogeait semaine après semaine la force créatrice de ces interprètes... à une époque à la fois marquée par leur formidable pluralité, et menacée par la standardisation des pratiques. Donner le goût de ce qui est nouveau, de ce qui déroute d'abord...

 Naulleau invitait aussi les "modernes" qui ont nourri leur jeu en écoutant les musiciens venus du monde baroque : Alexandre Tharaud ou Edna Stern au piano, Isabelle Faust au violon, Roger Norrington ou Ivan Fischer du côté des chefs.


Gaëtan est un passeur

 

Et pourtant .... ces perles de pédagogie, de culture, d'enseignement d'une richesse exceptionnelle n'auront pas de suite: Gaëtan s'est entendu dire: 

« Il n'y a plus de place pour la musique ancienne et baroque sur France Musique »

Mesure complémentaire, Gaëtan est licencié.

En clair, 6 siècles de l'histoire de la musique vont disparaitre de la diffusion, simplement parce qu'un mononeuronal a fait un caprice. Le seul producteur de France Musique qui défend incessamment cette musique disparait.

Les 7% de diffusion consacrés au baroque sont récupérés pour assurer au XIX ème siècle, au jazz, à la musique contemporaine leur ronron de chouchoutés dans une diffusion qui aura la cohérence d'une bonde sur un tonneau.

Il y a 45 ans déjà, on nous regardait de travers, parce qu'on bousculait l'ordre établi, qu'on faisait le ménage dans leurs placards poussiéreux, que nous portions des chemises à fleur et les cheveux longs.

France Musique n'a aujourd'hui qu'un directeur intérimaire; avec quelques amis nous avons décidé de frapper à la tête de Radio France. Une rafale d'e mails a été envoyée au Président Jean Luc Hess dont voici l' adresse

jean-luc.hees@radiofrance.com 

auquel vous pouvez adresser votre protestation.

 

Je compte sur vous.


28 commentaires
1)
pter
, le 27.05.2011 à 01:42
[modifier]

je veux bien donner un petit coup de mail car j’y ai passé des heures avec France Musique (mais pas le baroque, hein), mais depuis la Chine je n’écoute plus France Musique. Alors un petit email de solidarité ne me dérange pas, mais pourrais-je avoir un exemple type de mail? Surtout que mon Français étant moins bon que celui d’un charretier…voudrais pas faire passer les amoureux de musique (au sens large) a de vulgus homo erectus…. ;)

2)
ysengrain
, le 27.05.2011 à 03:37
[modifier]

Dire à Hees, ci devant de RAdio FRance, en termes choisis, qu’il fait une “hénaurme” connerie !! Simple ? non ?

4)
Inconnu
, le 27.05.2011 à 08:13
[modifier]

Courriel envoyé à JL Hess…

Après avoir fait virer Stéphane Guillon … à qui le tour ?

5)
zit
, le 27.05.2011 à 08:24
[modifier]

J’avoue ne pas en savoir plus sur le bas rock que ce que tu nous as conté dans tes remarquables articles. Nonobstant, je partage ta juste indignation, tu as l’air au courant de la question, et je fais confiance, de ces doigts, courriel courroucé je vais envoyer…

z (qui va aller voir du très haut rock le premier juillet, je répêêêêêêêêêêête : Jeff Beck est vraiment le meilleur guitariste actuel, déjà que c’est un toucher exceptionnel, mais en plus, il sait évoluer formidablement…)

PS : et le nain pourpre le 30 juin, les places seront en vente dans une heure trente–six…

6)
ysengrain
, le 27.05.2011 à 09:51
[modifier]

Un mot: ce n’est pas une affaire de personne; il s’agit de défendre un pan de la culture en danger.

7)
Ellipse
, le 27.05.2011 à 09:55
[modifier]

Cher Monsieur,

A la suite d’une humeur parue sur un site consacré essentiellement à l’informatique, comme quoi modernité et traditions peuvent faire bon ménage, j’ai appris que votre radio a décidé de supprimer une émission de qualité consacrée à la musique baroque.

Croyez que je le déplore et que je vous adresse mes protestations les plus vives. La diversité culturelle nous protège de l’ignorance, nous ouvre au monde, élargit nos esprits étriqués.Si je n’écoutais pas régulièrement cette émission, il se trouve que, comme auditeur, il m’est souvent arrivé d’écouter fortuitement quelques perles d’une rare beauté, lorsque, lassé du bruit monotone et uniforme des radios commerciales, je m’en vais explorer la bande FM.Le baroque m’a toujours apporté un instant de sérénité et de profondeur que les autres musiques n’arrivent que rarement à égaler.En ayant le mince espoir que vous reviendrez sur votre décision, recevez Cher Monsieur, mes salutations les meilleures,

8)
Modane
, le 27.05.2011 à 10:13
[modifier]

On s’en occupe! Mais je pense JL Hesse absolument imperméable à toute suggestion depuis qu’il est “arrivé”! Ni désireux de mettre son poste (enviable) en déséquilibre sous prétexte de “service public” ou de “culture”. Quant à la nécessaire diversité, on peut se brosser.

Jean Luc Hees est une grande déception.

9)
ysengrain
, le 27.05.2011 à 12:01
[modifier]

Il pourrait paraitre clair que la soit disant concurrence de Radio Classique se fasse sentir. Je dis soi disant car les 2 stations ne jouent pas dans la même cour. RC “pisse” la musique sans cohérence, analyse ou pédagogie.

FM est “quelquefois”, pas toujours, au niveau de producteur de la trempe de Gaëtan

11)
Aigle4
, le 27.05.2011 à 13:44
[modifier]

Bonjour à tous,

Monsieur Hess continue de faire le ménage, bien moins risqué en France, que du temps où il était correspondant aux Etats Unis. ( humour )

Message de soutient envoyé en début d’après-midi, à le demande d’Ysengrain, dont voici la teneur :

Bonjour monsieur Jean-Luc Hess,

Je vous écris aujourd’hui pour manifester ma solidarité avec monsieur Gaëtan Naulleau animateur de l’émission ” Les enfants du baroque ” sur France Musique.

Je viens d’en prendre connaissance en lisant cette page sur l’excellent site suisse Cuk.ch.

Je sais malheureusement, qu’à l’habitude, vous ne tiendrez aucun compte de ces courriers que j’espère nombreux.

Les cas de messieurs Stéphane Guillon et Didier Porte, nettement plus médiatiques, n’ont pas pu sauver leur tête tout comme Gerald Dahan, alors pour Gaëtan Naulleau !!!

Je ne sais ce qui vous motive pour cette dernière décision, mais priver les gens, qui aiment la musique baroque, de cette émission phare, est bien cruel.

J’espère que ce n’est pas l’audience qui est la raison profonde de cette décision, car avec 1,3% pour France Musique, stable depuis des années, ce n’est guère beaucoup moins que France Culture qui a atteint pour la première fois les 1,8% ce dont vous vous êtes d’ailleurs publiquement félicité.

Alors, un beau geste monsieur Hess, laissez Gaëtan Naulleau à ses fidèles auditeurs baroques et si j’osai je vous demanderai de rendre à Stéphane Bern, Didier Porte et Stéphane Guillon à l’humeur matinale prémonitoire irrésistible.

Ce serait faire un joli cadeau de Noël bien avant l’heure et permettrait de doper l’audience de France Inter afin de rejoindre le challenger RTL.

Je vous adresse mes sincères salutations.

Aigle4 fidèle auditeur qui avait pourtant juré avec les départs de Guillon et Porte que ce serait dorénavant ” France Interdit ” d’écoute.

12)
benoit
, le 27.05.2011 à 15:33
[modifier]

Fais pas bon s’appeler Naulleau ces jours ci ! Gaétan d’un coté, Éric de l’autre, tous les deux virés du service public ! Je ne sais pas si ils ont un lien, si oui, bonjour l’ambiance au cours du déjeuner familial de dimanche !

14)
Inconnu
, le 27.05.2011 à 16:18
[modifier]

Il a un lien de parenté avec Eric N (je sais même pas si ça s’écrit pareil)? Vivement que la Gauche revienne, qu’on vire Hees et Val et qu’on fasse revenir Guillon et Porte.

15)
kris
, le 27.05.2011 à 16:28
[modifier]

Quand faut y aller, faut y aller.

Juste pour dire que je suis solidaire et que j’ai envoyé un mail de protestation. Même si, comme pour un tas d’autres causes, on a l’impression de se battre contre des bulldozers, ce n’est pas une raison pour fermer sa gueule !

17)
MixUnix
, le 27.05.2011 à 17:24
[modifier]

Courriel envoyé ce jour:

“« Il n’y a plus de place pour la musique ancienne et baroque sur France Musique »

Çà n’a pu être dit que par un fieffé inculte. Dans ce cas il vaudrait mieux quitter votre poste au plus vite “

18)
Ornitho
, le 28.05.2011 à 06:24
[modifier]

Merci à Aigle4 pour son modèle de lettre. Courriel envoyé à Jean-Luc Hess. Comme vous je n’y crois pas mais il faut tout de même exprimer notre mécontentement

19)
aladdinsane
, le 28.05.2011 à 07:07
[modifier]

Courriel envoyé.

J’ai exprimé vivement mon indignation et je lui ai expliqué qu’il s’agissait d’une question de déontologie – je le renvoie à sa conscience !

Merdre alors !

20)
ysengrain
, le 28.05.2011 à 07:44
[modifier]

Merci à tous.

Les envois d’email ont plu chez Hees. On verra. Si quelqu’un a une idée pour maintenir le feu sous la marmite elle est bienvenue.

@aladdinsane: déontologie … le président de Radio France … cherchez l’erreur.

21)
miketollive
, le 28.05.2011 à 18:34
[modifier]

Pour info, aucun lien de parenté entre Gaëtan et Eric Naulleau (aucun lien tout court, du reste…). Pour maintenir le feu et la pression afin qu’une sage décision soit finalement prise par Monsieur Hees : je songe sérieusement à préparer un collectif pour que 7 siècles de musique ancienne ne soient pas rayés de la grille de France Musique(s)(ou pas de s)(ça dépend des années). Ou pire : pour que le peu d’émission sur la musique ancienne ne soit pas confié à des incompétents. Nous avons l’excellent Gaëtan Naulleau et voulons le conserver, point barre.

22)
aladdinsane
, le 29.05.2011 à 09:38
[modifier]

@miketollive : bonne idée !

@ysengrain : il fut un temps, qui nous semble bien lointain, où déontologie et présidence ne s’excluaient pas…

24)
marief
, le 30.05.2011 à 10:32
[modifier]

Il y a un truc que je ne comprends pas : sur le site de FM, on lit pour cette émission : “samedi 19 juin 2010 Baisser de rideau”

25)
ysengrain
, le 30.05.2011 à 10:51
[modifier]

@ marief 26 Il s’agit de la fin de l’émission”Les Enfants du Baroque” qui date de la fin de la saison 2009-2010

Les activités de Gaëtan Naulleau se sont poursuivies au delà au sein du “Matin des Musiciens”.

26)
Soheil
, le 30.05.2011 à 12:42
[modifier]

Absent quelques jours, je n’avais pas remarqué cet article lors de sa mise en ligne. Mais il n’est pas trop tard pour bien faire, et j’ai envoyé ceci:

Monsieur,

J’ai appris, un peu par hasard car je ne lis pas les journaux, que vous entendiez vous séparer de l’un de vos plus précieux collaborateurs, je veux parler de Gaëtan Naulleau. Et, si j’ai bien compris, vous n’auriez pas l’intention de le remplacer, ce qui revient à sonner le glas du Baroque sur France Musique, ce qui est, à mon avis, une grave erreur — si je peux me permettre de porter un jugement sur la fonction (publique) qui vous est confiée le temps d’un mandat. Pour la musique, heureusement, le temps ne se limite pas à un mandat: le Baroque était là avant vous et tout laisse à penser qu’il vous survivra.

Je disais que je ne lis plus les journaux. Je pourrais ajouter que, malheureusement, je n’écoute presque plus la radio. Par manque de temps, d’une part, mais aussi par manque d’intérêt pour beaucoup d’émissions qui nous sont proposées. Les Enfants du Baroque faisait partie de ces émissions que j’aimais retrouver, parfois en direct, souvent par podcast. Les autres sont (ou furent): Deux Sept à Neuf de Lionel Esparza, Le Point du Jour de Denisa Kerschova (la fin seulement) ou Musique Matin d’Alex Taylor (seulement le début). Ces émissions, ou d’autres encore, ne manquent pas d’intérêt, certes, mais enfin elles ne sont pas dédiées au baroque, et si c’est précisément le concept d’émission spécialisée qui vous déplaît, ne devriez-vous pas alors supprimer également de votre grille Les Lundis de la Contemporaine d’Arnaud Merlin?

Quand on ne trouve pas ce qu’on attend quelque part, on va voir ailleurs et c’est ce que je fais depuis quelques mois: j’ai pris un abonnement d’écoute sans limite chez Qobuz, et je recherche mes informations sur la Toile. Si c’est cette désaffection des auditeurs que vous désirez, continuez, vous êtes sur la bonne voie.

Meilleures salutations,

Soheil Azzam

27)
flup
, le 31.05.2011 à 09:55
[modifier]

Cette situation est assez curieuse vue de Belgique, où la situation est un peu inverse : il faut parfois avoir de la chance pour tomber sur autre chose que de la musique baroque sur la chaîne publique.

Mais dans le principe, le problème reste : le rôle d’un média public est d’informer les gens de ce qui existe, pas uniquement ce qu’ils aiment (ou croient connaître). Et dans cette optique, il n’y a pas lieu d’exclure un type de musique (le baroque dans le cas que vous présentez, d’autres courants ailleurs).

28)
Filoir
, le 07.06.2011 à 15:46
[modifier]

Envoyé aussi une petite missive à JL Hees. Sans trop d’espoir cependant: quand ces décisions deviennent publiques, c’est que les carottes sont cuites…

Pour répondre à Flup: s’il y a plus de musique baroque sur les programmes belges (en français et surtout en flamand), c’est parce qu’elle y a peut-être la place qui lui revient. Surtout en regard du manque cruel sur la chaîne publique française.

PdF

*Cher Monsieur Hees,

J’ai appris récemment que France-Musique comptait diminuer, voire supprimer les émissions consacrées à la musique “ancienne”. Non seulement, celle-ci est déjà réduite à sa portion (in)congrue, mais elle serait appelée à disparaître plus encore de la programmation. Au moment où, faisant suite à une révolution de cinquante années, le langage musical a appris à retrouver, connaître et apprécier des pans entiers de son histoire, donnant lieux à des découvertes et à des interprétations nouvelles et décoiffantes, ne nous proposeriez-vous que le caractère plan-plan de la sinistre émission de 16 heures sur France Inter ? Le délavement des émissions à plus-value intellectuelle doit-il se poursuivre ? Quelle démagogie doit vous priver de la richesse la plus libre et la moins académique de ce qui est communément nommé la “Grande Musique”?

Tenté de me diriger vers des programmes plus enrichissants que ceux qui se proposent de faire simplement tourner des disques, je serais désolé de ne plus trouver sur France-Musique tout le sel et les épices qui lui donnaient son goût.

A tenter de plaire à tout le monde dans une grille hétérogène et dépersonnalisée, France Musique court tout simplement le risque de perdre son âme.

Puisse Monsieur Nulleau, responsable de programmes subtils et précieux, échapper au sacrifice. Puisse la musique commencer avant Mozart.

PdF

– Philippe de Formanoir –

Photographe

rue des Alliés 193 1190 Bruxelles Belgique *