Profitez des offres Memoirevive.ch!
Les parents….
La définition du terme "parents" qui me fait le plus rire est la suivante : "les parents, c'est les gens qui, une fois qu'ils t'ont appris à marcher et à parler, vont te demander de t'asseoir et de te taire" !

Cela dit, être parents, ce n'est pas toujours aussi amusant. Remarquez, pour une bonne partie, on s'en doutait avant même que Ovule et Spermatozoïde ne fassent connaissance : choisir les valeurs à transmettre, tenir le cadre, fixer des limites, jongler avec les réalités différentes chez les copains des enfants, accepter ou refuser les demandes d'augmentation d'argent de poche, expliquer comment on fait les bébés puis, "le lendemain", pourquoi le "binge drinking" est et reste une connerie etc, vous connaissez la chanson.

En revanche, ce dont je ne me doutais pas - je dois être une grosse naïve - c'est que choisir des activités extra-scolaires peut être un réel casse-tête pour les parents.

S'il existe un moyen très simple de résoudre en une seule fois une bonne partie des problèmes liés à ces cours para-scolaires - tous les refuser en bloc -, je ne puis me résoudre à adopter cette attitude, en particulier parce que Junior est très demandeur d'activités autres que le "répertoire additif" et la "conjugaison du verbe aller" et parce que j'ai la chance d'avoir les moyens de répondre à ses demandes - du moins lorsqu'elles restent raisonnables : le cheval, no way, on ne va ni en faire ni en acheter, sauf sous forme de steak -.

Récemment, il s'est posé la question de savoir si Junior voulait commencer l'apprentissage d'un instrument ou s'il souhaitait arrêter le cours de rythmique - solfège Dalcroze, suivi depuis quatre ans.

Junior a cogité sur cette question durant plus de trois mois pour nous livrer, un beau jour, le résultat de ses intenses réflexions : "je veux prendre des cours de chant". Ravie à l'idée d'échapper au pire (le violon chez un débutant), je me suis jetée sur mon téléphone, convaincue que j'allais trouver à mon cher fiston un prof en moins de trois minutes. La réponse a été partout la même : "seuls les adolescents dès seize ans peuvent s'inscrire". A ma question "et quand ils ont huit ans, ils font quoi ?", j'ai obtenu la réponse suivante "ils vont à la chorale de l'école".

Le verdict de Junior a été cinglant : "exclu que je me farcisse le Cadet Rousselle, je veux chanter de l'Akhenaton". Sauf que ça, mon chéri, je doute que ça soit au programme de Mme Schertenleib....

Remarquez, avec Mini (6 ans), je n'ai pas eu davantage de succès. Lui n'a longtemps pas exprimé le moindre désir, la moindre envie de cours; du coup, lorsqu'un beau jour, il m'a dit "Maman, j'aimerais faire de la danse", j'ai jubilé : vu son gabarit, j'aurais été obligée de refuser le cours de boxe.

Croyez-moi ou non : les cours de danse, c'est ou des "initiations au ballet" ou des cours "classiques, en tutu et chignon" ou "complet, vous pouvez inscrire votre fils sur une liste d'attente pour l'année prochaine ou l'année suivante" !

A me faire regretter que le choix des enfants ne se soit pas porté sur "foot" ! Pourtant, la simple idée de consacrer mes dimanches à regarder s'affronter deux équipes de sixième zone me glace le sang, le crachin de novembre ayant le don de me rendre malade. En d'autres termes, vu que "chant" et "danse", ça le fait pas, je fais quoi, moi qui vise encore le titre de "relativement bonne mère", ayant d'ores et déjà été éliminée de la compétition "très bonne mère" selon les dires de Junior "c'est pathétiquement nul que tu sois même pas fichue de me trouver un prof de chant ?!!!"

Donnez donc à la mère que je suis des idées pour dégager en corner et la question du chant et celle de la danse : comment et selon quels critères avez-vous ciblé les activités de vos enfants et quels ont été leurs choix ?

17 commentaires
1)
iker
, le 23.05.2011 à 04:19

Ici, tu pourrais les mettre à la pelote, la chistera, la main nue, tout les gamins y jouent, et sur les frontons des villages, ça ne coûte pas un kopeck, ni même un euro ;-)

À moins de rentrer dans un club… 

Dans mon quartier, il y avait une maison de la vie citoyenne, qui était à la fois une Maison des jeunes et de la culture et un centre social, avec des dizaines d’activités culturelles, sportives, de loisir pour les gamins, accessibles pour certaines vers cinq-six ans, pour un prix de moins de dix euros par mois, par des animateurs certifiés et compétents… ça n’existe donc pas ce type d’associations dans ton canton ?

2)
Garfield114
, le 23.05.2011 à 08:16

Je suggèrerais un art martial style jujitsu ou taekwondo d’autant plus si les juniors Poppins ont un gabarit que certaines de leurs fréquentations scolaires pourraient avoir envie de leur faire regretter.

Ce sports, mis à part les aspects purement positifs liés à l’activité en elle-même, mettent en confiance et cette confiance là, elle a souvent la faculté de repousser la bêtise extérieure.

3)
Roger Baudet
, le 23.05.2011 à 08:39

Chant dès 16 ans ? Normal, car cela tient à un simple problème physiologique. Mais il y a des chorales pour enfants et tu peux te renseigner au conservatoire de ta région. Oublie également la contrebasse (on ne sait jamais), ceci également pour des raisons de… taille ! Pour la danse par contre, c’est possible. Il faut regarder par exemple sous “expression corporelle”. Si tu t’y perds, je peux te donner un coup de main. N’hésite pas à me contacter, car ce sont des domaines que je connais un peu. Par contre, si c’est “foot”, là, je ne peux plus rien pour toi !

Pour mes enfants, la règle était simple : ce que tu veux, mais une seule activité et pratiquée sérieusement. (Ils n’ont pas choisi “foot”).

4)
Ellipse
, le 23.05.2011 à 09:12

Dans les villes, il y a, en général, des centres culturels (ou maisons de quartier) offrant des activités pour les enfants. C’est souvent un bon début pour toucher à différentes activités. Mon fils en a bien profité.

Et puis, nous avons été tous les deux, seuls, à Toulouse l’été passé.

Et là, il y a truc génial, cette ville propose de pratiquer diverses activités sportives au bord de la Garonne… gratuitement durant plusieurs semaines, alors que Lausanne, capitale olympique, n’organise cela que sur 1 semaine.

Alors, on fait du volley, ouais bof vu nos tailles, du ping-pong, un peu mieux, du mini-tennis sur herbe le dernier jour et là, le fiston il aime même si ce n’est pas terrible pour une première fois. Du coup, un petit cours de tennis de 3 matinées (j’ai dû un peu insisté) dans une station balnéaire près de Perpignan et c’est parti.

Le plus bizarre, c’est qu’aujourd’hui je prends du plaisir à jouer avec lui, quand bien même je détestais ce sport au même âge !

Bon courage à toi, c’est déjà très bien que tes enfants sachent ce qu’ils souhaitent faire, il faut parfois les faire patienter et trouver des chemins détournés pour y arriver. Des idées : pour le grand, faire du solfège et jouer d’un instrument (à vent ?) et le petit de la gymnastique artistique.

5)
djtrance
, le 23.05.2011 à 09:14

Allez, Mâââââââââââââme Poppins, pourquoi ne pas essayer le billard… Junior et Mini ont-ils déjà regardé le snooker sur Eurosport, par exemple?

C’est un sport (sisi…) qui allie réflexion, maîtrise de soi, calme, stratégie, développement… Si tu veux, j’ai des adresses pour des “initiations” sans engagement!

6)
sui192
, le 23.05.2011 à 10:12

Si tu habites près d’un lac, essaie la voile. En plus d’être un sport très fun, les gamins développent beaucoup de qualités étonnantes : coordination, sens de l’organisation, responsabilisation, etc. Les clubs près de chez toi ont fort probablement une section juniors, qui met à portée de chacun du matériel à un prix très raisonnable.

7)
ysengrain
, le 23.05.2011 à 10:42

j’ai la chance d’avoir les moyens de répondre à ses demandes – du moins lorsqu’elles restent raisonnables : le cheval, no way, on ne va ni en faire ni en acheter

Et pourquoi ? c’est inaccessible en Suisse ? En plus c’est un discipline d’intelligence communicative:

– avec le cheval

– avec les autres humains – j’ai remarqué le respect inné d’une certaine courtoisie quand on est perché à 1,65m du sol

– le fait d’être confronté à une force littéralement surhumaine rend humble

C’est aussi une discipline de coordination corporelle. Enfin, seuls ceux qui ne connaissent pas diront que ce n’est pas physique.

En second lieu, je plaiderais pour le rugby, discipline qui rend aussi humble, discipliné et communicative avec les autres. Sans eux, tu n’es rien, sans toi, ils ne peuvent rien.

8)
lilou
, le 23.05.2011 à 11:39

Pour lilou1 (7ans) : foot et flute Pour lilouette2 (9ans) : judo et comme nous avons un piano : solfège et violon.

Cela dit le plus important de loin est le jeu avec les enfants du quartier. De même j’ai un sentiment mitigé avec leurs mercredi après-midi plus remplis que mon propre agenda.

Le judo c’est bien pour notre fille, qui manque de confiance en elle et qui pète facilement les plombs. Le foot, ben c’est le foot, le jeu universel que connaissent tous les garçons. Il suffit d’un peu d’herbe et un ballon. Comparé au ski qui demande 50 kg de matos pour une famille de 4, il n’y a pas photo. De plus pour les matchs, on pourra s’organiser à 3 familles donc un samedi par mois en moyenne si mes prévisions sont correctes.

9)
Zallag
, le 23.05.2011 à 11:44

@ Ysengrain / 7

Bonne idée, le rugby.

Cette discipline peut sembler un sport de gros costauds, mais un de mes collègues, un passionné de ce sport, m’a très souvent fait remarquer que tous les gabarits sont importants pour marquer des points, des gros baraqués qui usent de leur force et de leur poids, aux plus petits et rapides qui courent vite et changent de direction comme l’éclair. Au basket, en revanche, mieux vaut être grand, quel que soit le poste.

10)
ysengrain
, le 23.05.2011 à 11:50

@ Zallag: ne pas confondre le rugby amateur et le sport de haut niveau qui, quelle que soit la discipline n’ont rien à voir, et encore moins chez les enfants. Chez les enfants, le rugby est une école de vie. Je peux en témoigner.

@MP je suis certain que si une proposition d’apprentissage musical contient la guitare électrique tu auras du succès. Just one more thing: fais couper l’électricité si ce choix est le bon.

11)
Blues
, le 23.05.2011 à 16:10

Oulà, pas n’a évident les activités avec 4 enfants (et très peu de moyens à l’époque) … Proposées, jamais imposées, ou évent. consensus, surtout lié à faire au plus simple (car bled = loin de la ville) : en général des activités liées à notre région (rayon 10 km)) si possible à leur envies (tjrs par rapport au possibilités de la dite région) et des fois à leur ami(e)s (mon pote fait ça alors moi aussi) ce qui donne dans l’ordre : musique (méthode Willems + piano), chorale, danse, judo, foot (pour un .. bheurk, mais bon) … Du moins quand ils étaient petits, ensuite du moment qu’ils ont se débrouiller pour les trajets ils on pu aller en ville, leurs passions et envies se sont affinées. Et rarement sportives les activités, c’est pas trop le genre de la famille. A part ça aucun conseil/idée à donner, c’est comme l’éducation, à chacun son truc.

12)
Madame Poppins
, le 23.05.2011 à 17:27

Iker, tu sais que j’ai dû demander à mon ami google ce que pouvait être la “main nue” ? Ce que j’en ai vu, diantre, c’est sportif, comme truc : ça permettrait à Junior de dépenser son énergie…. Les maisons comme tu les décris, ça n’existe pas dans mon coin mais le concept semble chouette.

Garfield114, j’ai fait l’erreur d’inscrire Junior au judo alors qu’il avait quatre ans et demi : erreur car la discipline toute japonaise n’a guère convenu à un âge où il recherchait surtout le ludique, le jeu. Travailler dix, vingt fois le même geste, à cet âge, c’est pas gagné…. après deux ans de cours, il a souhaité arrêter, ce que – je l’admets – ai regretté un peu mais compris. Cela étant, je reste convaincue des bienfaits de ces pratiques et peut-être devrais-je reconsidérer la chose sous un angle jujitsu par exemple. A voir.

Roger Baudet, tu m’intrigues et je vais me permettre de t’envoyer un message pour avoir plus de détails : je ne comprends pas le “problème physiologique”, avoir du plaisir à chanter, c’est pas une question d’âge même si je me doute bien que l’enfant évolue, tant dans ses compétences respiratoires que physiques (perception de lui-même). Cela dit, j’ai piqué la mouche, à midi, et j’ai élargi le champ de mes recherches et j’ai trouvé une adresse dans le canton qui me semble bien, je vais les appeler et on verra. En outre, si tu as une idée pour “danse”, je prends : faut préférer le cours “initiation” ou le truc tout de suite plus ciblé genre hip-hop ou que sais-je ?

Ellipse, j’aimerais bien trouver un truc “touche-à-tout” pendant un mois mais le problème, c’est aussi mes horaires : je bosse quatre jours par semaine et je l’avoue, du coup, faut que les activités tombent ou juste à côté de chez nous, pour y aller à pied ou que ça soit le mercredi, quand je ne bosse pas (et fais le taxi….). Junior vient de faire trois ans de rythmique dalcroze, un an de solfège dalcroze et aimerait bien passer à du plus “concret” : d’où le cours de chant. A suivre. La gym artistique, je l’avoue, j’ai un a-priori, genre “ça bousille les articulations”, je sais, c’est nul et faudrait que je me renseigne un peu plus sérieusement aussi sur cette piste, Mini aurait le gabarit et la souplesse pour (de prime abord). En aurait-il le goût ? A tester pour savoir.

djtrance, le billard, je parie que Junior aimerait ça. Et Mister probablement aussi : on peut commencer si jeune déjà ? (je parle de Junior, pas de Mister :-)

sui192, la voile, c’est ce que je choisirais s’il n’en tenait qu’à moi. Faut dire que Junior n’a pas eu de chance : il a fait une semaine de stage et pas de vent, rien du tout. Du coup, son enthousiasme en a pris un coup, lui qui se voyait déjà comme Papa, traverser l’Atlantique deux fois !

Ysengrain, pour le cheval, j’étais pas tout à fait sérieuse : je ne crois pas que les cours d’équitation soient très chers, il y a plusieurs centres dans la région. C’est juste que pour y être allée plusieurs fois, j’ai trouvé le public très… prout-prout… (et j’ai peur des chevaux….). Comme il n’a jamais évoqué cela, je fais comme si cela n’existait pas…. Cela dit, je crois très volontiers aux vertus de cette activité, à plus d’un titre. Sauf que du coup, je ne pourrais plus en manger en steak !

lilou, le piano trône dans notre appartement mais personne ne semble tenté d’en faire, dommage ! Quant au ski, j’aime pas ça mais… les deux enfants ont super croché cet hiver et skient, ma foi, plutôt bien, pour le plus grand bonheur de Mister. Moi, j’ai une magnifique excuse : “faut que je m’occupe de Tom Pouce, on verra l’année prochaine” :-)

Zallag, j’ai un peu honte, je ne connais pas l’ombre du début des règles de ce sport…. remarque, c’est certainement comme tout : ça s’apprend.

Ysengrain, toute activité faite avec sérieux, avec des gens compétents et aimants ce qu’ils enseignent n’est-elle pas une école de vie ? Pour avoir passé des années et des années dans des piscines, j’aurais dit aussi que la natation, compétition et entraînements plusieurs fois par semaine, ont été pour moi une extraordinaire école de vie.

Blues, avec 4 enfants, je n’ose imaginer le casse-tête, tant organisationnel que financier. Pour l’heure, j’ai que deux enfants qui pourraient prendre des cours, j’espère que lorsque Tom Pouce aura des envies, les deux autres pourront se déplacer seuls.

Allez, à bientôt, en musique ou en danse, pour d’autres billets, que la journée vous soit douce même si le coeur de bien des Cukiens est aujourd’hui lourd….. je pense à vous tous qui avez le moral en berne…

13)
Ellipse
, le 23.05.2011 à 19:20

C’est vrai que l’occupation des parents est un parfois un sérieux problème et frein aux activités des enfants. Concernant n’importe quelle activité, il faut encore tomber sur des personnes compétentes et pas trop allumées.

Ma belle-fille avait commencé le basket mais a finalement arrêté à cause d’une coach un peu dingue.

A l’âge de tes enfants, j’ai fait du judo avec un type qui savait s’y prendre, son école gagnait systématiquement toutes les compétitions régionales et quelques-uns de ses éléments ont été dans l’équipe suisse junior. Il y avait, dans la même ville, un autre club, les élèves connaissaient tous les noms des prises alors que nous ne les connaissions que vaguement… Il savait s’y prendre avec les gamins, il nous laissait toujours 10 minutes seuls, on faisait un peu les cons, mais sans plus, et il nous grondait avec justesse.

Donc pour la gymn, cela dépend du club, des malades (adeptes de la méthode RDA) qui forcent ou des intelligents qui savent s’y prendre avec les gamins sans les abîmer, s’ils arrivent plus loin tant mieux, sinon ils sont quand même les bienvenus et on les aide à se dépasser un peu. C’est le cas actuellement pour mon fils au tennis.

14)
djtrance
, le 23.05.2011 à 19:36

Ett oui Mâââââââââme Poppins, c’est même conseillé de commencer tôt… Si cela t’intéresse, fais-moi signe ;)

15)
marcdiver
, le 23.05.2011 à 22:31

Bonjour,

pour le chant je rejoins Roger : la technique apprise dans les conservatoires peut être bonne pour un enfant, à condition que le prof soit habitué à travailler avec des jeunes sinon ce peut être dangereux pour ses cordes. Le mieux serait de trouver un choeur dans lequel des professionnels de la voix interviennent régulièrement ou alors un choeur où le chef a des compétences et se soucie de développer les aspects vocaux. Sur Fribourg il y en a pas mal ! Dans quelle région habites-tu ? je peux éventuellement te donner quelques adresses…

16)
flup
, le 24.05.2011 à 11:42

Etant musicien, j’applique un principe simple : ne surtout pas orienter mon enfant dans cette voie ;) Non qu’elle soit mauvaise, mais simplement parce qu’en dehors de l’incompatibilité horaire (je ne peux pas donner cours de musique et l’y conduire en même temps), c’est le genre de domaine qu’il a à disposition à la maison. Si l’envie s’en fait sentir un jour, tant mieux; sinon tant pis.

Concernant le chant, c’est clair que le côté morphologique (plus encore chez les garçons) intervient assez fort à partir d’un certain âge; avant ça, ce sont surtout des ensembles qui sont disponibles.

Par contre, à mi-chemin entre le loisir culturel et le sport, j’ai trouvé l’aïkido, un des arts martiaux les plus calmes (encore faut-il trouver un cours pour enfants). On combine l’avantage de l’activité physique avec l’apprentissage (ou l’approfondissement) de notions telles que le respect, l’observation de quelques règles essentielles (de type rituel, entre autres), la concentration. Contrairement à d’autres arts martiaux, il n’y a pas de compétition en aïkido, mais une progression personnelle; l’évolution se fait par rapport à soi-même, non aux autres.

D’une manière générale, quelle que soit l’activité, on risque toujours de tomber sur : – des fous qui ne pensent qu’en termes de performances (sportives, artistiques) – des laxistes pour lesquels seul compte le jeu et le plaisir immédiat (quitte à tourner en rond) – des gens plus équilibrés pour lesquels la satisfaction à plus long terme dépasse de loin le seul plaisir immédiat mais nécessite un peu d’attention et d’investissement.

17)
Garfield114
, le 24.05.2011 à 11:51

4 ans 1/2 c’est en effet un peu tôt pour des disciplines telles que les arts martiaux. Par contre j’ai omis – pourtant j’ai 2 filles qui le pratiquent à assez haut niveau – le patinage artistique. C’est un sport complet qui mêle à la perfection l’artistique (expression corporelle, danse, musicalité) et le physique. Evidemment, il faut avoir une patinoire et un club à proximité. Sur Vaud, nous sommes assez gâtés avec Lausanne, Morges, Yverdon et “La Vallée” comme centres principaux.