Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le plaisir solitaire…
Je vous ai vus, inutile de nier : vous avez ouvert le billet du jour avec un regard surpris par le titre et l’oeil amusé “quoi, elle a osé ?” Et vous me connaissez, je ne recule devant rien pour surprendre le lecteur fidèle ou attirer le badaud de passage.

Mais à la question, je répondrai par la négative : non, je ne vais pas vous entretenir de masturbation. En effet, je ne vois pas très bien ce que je pourrais vous dire que vous ne sachiez déjà et même si j’ai appris certaines choses en lisant quelques articles choisis au hasard sur la question avant de me mettre au clavier, j’avais d’autres idées en tête.

Remarquez, il sera quand même question de plaisir et de “solitude” mais pour des raisons bien plus banales.

L’idée du billet m’est venue dimanche midi, alors que je faisais un footing (le terme est probablement inadéquat sachant que je soufflais comme un boeuf et souffrais sans aucune dignité sur un parcours très modeste de moins de trois kilomètres). Nonobstant mon air rougeaud et ma vélocité plus que modeste au deuxième tour, j’ai pris un plaisir énorme à regarder le soleil jouer à cache-cache entre les feuilles et à écouter les oiseaux qui sifflaient dans les arbres : quel bonheur que celui de pouvoir traverser une forêt aussi belle, quelle chance d’avoir une santé assez bonne pour courir, quel régal que de pouvoir être seule dehors, au grand air, sans enfants à surveiller.

Oui, je sais, c’est trivial, c’est probablement même un peu bête mais alors que je laissais l’eau de la douche effacer les traces de cette piste Vita, je me suis rendue compte une fois de plus que je n’appréciais pas forcément à leur juste valeur ces choses simples, ordinaires, que la vie m’offre, l’esprit toujours tourné vers autre chose, vers “et après”, vers des préoccupations plus importantes.

Pourtant, ces choses simples, ces plaisirs fugaces sont justement ceux qui me permettent d’être ensuite disponible pour les autres – mari, enfants, amis -, d’être en mesure d’assumer mon emploi et d’en supporter la charge, de me sentir bien et en accord avec moi.

Mais parce que je passe mon temps à prioriser, à organiser, à anticiper, je fais trop souvent l’impasse sur les activités que j’aime pratiquer seule : lire un polar passe à la trappe parce qu’il y a encore du linge à plier, le concerto pour piano est oublié pour cause d’organisation d’une fête de famille et je ne me souviens plus de la dernière fois que je me suis offert un long bain moussant en sirotant un verre de champagne car il y a toujours des papiers à classer et un pique-nique à préparer pour une course d’école.

Les plaisirs solitaires auxquels je pense sont presque tous à ranger dans la catégorie “terre à terre”, parfois même franchement “ringards”, voire carrément stupides : honnêtement, je ne me délasse pas en regardant un documentaire sur les orphelinats roumains sous l’ère Ceausescu. En revanche, lorsque Mister est de sortie et que les enfants, eux, sont “rangés” dans leur lit, je jubile à la perspective de regarder deux épisodes inédits de Grey’s anatomy en engloutissant des cacahuètes au wasabi, avachie sur le canapé, sous la couette, le dos bien calé par deux oreillers.

Et que se passe-t-il lorsque mon minimum vital de plaisirs solitaires n’est pas atteint ? Je deviens (encore plus) irascible, je m’emporte pour des broutilles, j’oublie des choses importantes, je dors mal, je ne me sens pas en équilibre avec moi-même.

Bref, en sortant de la douche et en retrouvant les enfants qui traversaient l’appartement en hurlant et déguisés en padawan, je me suis promis de garder davantage à l’esprit le fameux “carpe diem”, en faisant tous les jours une pause, même très brève, pour un instant de plaisir – une tasse de thé, un carré de chocolat – : le stress, finalement, c’est probablement ainsi qu’on en vient à bout.

Et vous, quels sont vos plaisirs solitaires ?

25 commentaires
1)
Inconnu
, le 09.05.2011 à 07:00
[modifier]

Il y a tromperie sur la marchansdise. Tout ça pour attirer des lecteurs qui n’ont pas besoin de ça pour envie de venir. Mon plaisir solitaire, c’est une balade en bord de mer, un café dans mon jardin

2)
Philob
, le 09.05.2011 à 07:44
[modifier]

Mes plaisirs solitaires, oui, j’ai la chance d’en avoir plusieurs, quand je rentre du boulot, je me fais un thé menthe très sucré, à la mode marocaine (menthe du jardin bien sûr) en lisant une revue ou une BD.

Chez moi c’est parfois aussi du chocolat, mais un carré……. ridicule, toute la plaque.

Le bain, oui ça m’arrive aussi, mais plutôt en hiver quand la nuit tombe vite, mais c’est un DVD que je regarde sur mon MacBookPro avec une assiette-TV bien remplie; c’est bizarre, à la fin du DVD je suis tout fripé !

Le plus souvent, le week-end, c’est promenade en solitaire, avec mon appareil de photo, tôt le matin (car Madame dort), j’en profite même pour aller à pied acheter les croissants en prévision du super brunch dans le jardin qui suivra mon retour.

Bien sûr, mes enfants sont grands et n’habitent plus avec moi, ça aide.

Lire CUK le matin, c’est mon plaisir solitaire quotidien.

Petit conseil, le repassage et ranger le linge, ça, c’est un boulot pour Monsieur Poppins, non ?

3)
Diego
, le 09.05.2011 à 08:16
[modifier]

Petit conseil, le repassage et ranger le linge, ça, c’est un boulot pour Monsieur Poppins, non ?

Ça va pas de donner des idées pareilles à me femme. Je te signale que je dépense une énergie considérable à entretenir l’illusion que le contrôle annuel du niveau d’huile de sa voiture et le changement (toujours annuel) des pneus d’été, respectivement hiver, représente une charge de travail conséquente justifiant le fait que je ne puisse m’atteler au repassage qu’au grand maximum un fois par an.

4)
François Cuneo
, le 09.05.2011 à 08:18
[modifier]

Aller lire le journal à Orbe, chez Guignard.

D’ailleurs ce plaisir n’est même plus solitaire, et qu’est-ce que j’aime ça!

En général, le problème des plaisirs solitaires dont tu parles, c’est que quand on les fait, on culpabilise légèrement en tâche de fond, et ça ça me tue.

5)
Philob
, le 09.05.2011 à 08:35
[modifier]

Mme Poppins, apprends vite à contrôler l’huile et à changer une roue, tu feras une très bonne affaire.

Diego, le repassage c’est le pied, tu t’arranges pour écouter une bonne émission à la radio et c’est assez incongru comme activité domestique pour le mâle de la maison qu’ensuite tout lui soit pardonné.

6)
Thurax
, le 09.05.2011 à 08:52
[modifier]

Ah, François, encore ces problèmes d’inutilitaires qui ralentissent ta machine en tâche de fond… ;-)

7)
ysengrain
, le 09.05.2011 à 09:04
[modifier]

L’un des bénéfices de l’âge est de ne plus avoir d’enfant à gérer quotidiennement. Encore que la situation de grand père en retraite qui m’attend ….

Donc, disais-je, ma chère et tendre et moi vivons, la période matutinale simplement: elle jamais avant 11h30, votre serviteur, rarement après 5h30.

Le matin, silencieux dans la maison, niveau de bruit compris entre 45 et 50 dB (mesuré avec ceci), un peu de musique, je lis, je websurfise, manipule Lightroom. Il m’arrive aussi de ne rien faire, activement, surtout. Liberté totale et solitaire jusqu’à ce que 11h30/12h arrivent; c’est un plaisir d’une grande simplicité, souvent très productif et indispensable

9)
yeager13
, le 09.05.2011 à 09:40
[modifier]

Comme tous les plaisirs à pratiquer avec modération….je parle des cacahuètes au wasabi, le colorant vert est cancerigène donc faut y aller mollo et surtout pas en donner aux enfants…..

11)
Smop
, le 09.05.2011 à 10:53
[modifier]

L’un des bénéfices de l’âge est de ne plus avoir d’enfant à gérer quotidiennement.

On peut aussi faire le choix de ne pas en avoir !

12)
ysengrain
, le 09.05.2011 à 11:05
[modifier]

@Smop: ne pas avoir d’enfant par choix. Belle question.

A mon tour, juste une pour laquelle j’ai une réponse personnelle que je ne révélerai pas ici, ce n’est ni le lieu, ni le sujet du jour: mise à part la transmission de la vie avec tout ce qui est dans cet «Hénaurme boite», c’est quoi vivre ?

13)
Smop
, le 09.05.2011 à 11:45
[modifier]

A mon tour, juste une pour laquelle j’ai une réponse personnelle que je ne révélerai pas ici, ce n’est ni le lieu, ni le sujet du jour: mise à part la transmission de la vie avec tout ce qui est dans cet «Hénaurme boite», c’est quoi vivre ?

Vivre ? Euh, ma réponse instinctive serait “subir avec plus ou moins de bonheur un état fini de conscience résultant d’un choix fait par d’autres”, car je ne suis pas convaincu que donner/recevoir la vie soit un cadeau. Pour le reste, j’adhère sans retenue à l’approche hédoniste : rechercher un maximum de plaisir pour un minimum de déplaisir.

Je me plais aussi à citer Cioran : “Le fait que la vie n’aie aucun sens est une raison de vivre, la seule du reste.”

14)
fxc
, le 09.05.2011 à 11:52
[modifier]

Mon plaisir solitaire:”lire les masturbations intellectuelles de mâââââââââââââââââme Poppins”

—>

15)
Blues
, le 09.05.2011 à 13:19
[modifier]

pour moi en solo – tout plein !

– une plaque de bon choc – chaise longue au soleil avec une bonne BD ou un bon bouquin

– idem mais une bonne glace à la place du choc

– escapade / balade sans personne pour me faire shi-shi

Au fait pour les “enfants à gérer quotidiennement” quand y’en a plus / y’en a encore, car c’est au tour de la génération suivante = les petits enfants qui arrivent (mais effectivement c’est moins que du quotidiennement) … c’est pour bientôt dans mon cas (et moi qui pensait être libre encore un bon moment)

16)
Puzzo
, le 09.05.2011 à 13:38
[modifier]

– Pour moi, ce sera la lecture. Même dans un bus ou à la maison, je peux faire le vide autour de moi (presque à en oublier l’arrêt) tant que le livre m’intéresse.

– Les bains sont aussi un vrai plaisir (mais pas trop en cette saison)

Mais de manière générale, j’aime bien partagée mes moments de détentes avec mon amoureux, ma famille ou mes amis.

17)
Inconnu
, le 09.05.2011 à 14:40
[modifier]

Un bon livre ou un bon film avec un verre de Loch Lomond ou autre single malt.

18)
Inconnu
, le 09.05.2011 à 16:32
[modifier]

allez j’avoue mon plaisir solitaire, c’est de reformater un PC avec une partition windows. Je l’installe rien que pour le plaisir de reformater

19)
Modane
, le 09.05.2011 à 16:54
[modifier]

Me lever avant l’aube pour surprendre le premier chant des oiseaux sur la maison endormie.

20)
Madame Poppins
, le 09.05.2011 à 22:13
[modifier]

Renaud :-))) évidemment qu’il y a tromperie sur la marchandise ! Mais je signe pour une balade au bord de la mer et un café dans le jardin !

Philob, ahhh, quel délice que ce thé menthe très sucré ! En revanche, pour la BD, j’ai presque un peu honte : j’en lis mais cela ne me procure pas un réel plaisir, j’ai grandi sans BD, j’ai commencé à en lire déjà ado et je n’ai jamais réussi à réellement “crocher”. Et si ton chemin te mène par chez moi, c’est volontiers pour les croissants !

Quant au repassage, je dois bien admettre que Mister a été très modeste dans son affirmation : certes, il contrôle le niveau d’huile mais il y a encore mille et une choses qu’il fait pour la famille, dont la cuisine presque tous les soirs ! Et ça, c’est pas rien pour moi qui ai horreur de faire à manger. Et tu aurais vu le regard de Mini, ce matin, au réveil, quand il a vu les invitations que Mister lui a fait pour inviter ses copains, c’était magnifique !

Mister, voyons, je te laisse chaque fois une chemise, histoire qu’il ne soit pas dit que je fais tout le repassage ! ;-)

François, justement, moi, quand j’aurais tendance à culpabiliser, je me rappelle que si je n’ai pas ma dose, même homéo, de plaisirs, je deviens irascible et ça, c’est bon pour personne. Du coup, pfft, plus de culpabilité !

Ysengrain, je me dis qu’une fois que les Gremlin’s auront quitté le nid familial, je pourrais bien adopter le rythme… de ta femme !

ah-mac, la méditation et la cigarette, en même temps ?

yeager13, il ne me viendrait même pas en rêve l’idée de partager mon wasabi avec mes enfants qui, par bonheur, n’aiment pas ça : ça aide pour rester égoïste !

Saluki, BRAVO : on n’imagine pas le nombre de gens que ne rien faire angoisse !

Smop, bien sûr qu’on peut, faut juste être sûr de sa décision, c’en est une qui, surtout pour une femme, devient irréversible à un moment donné.

Ysengrain, je n’ai pas la réponse à la question mais un vague début d’ébauche : profiter des excellents moments pour surmonter les moins bons.

Smop, j’aime bien ta citation !

fxc, merci ;-)

Blues, noir, le chocolat ?

Puzzo, le problème, avec la majorité des baignoires, c’est qu’elles sont trop petites pour deux !

Haddock, oh que oui, pour le single malt !

Renaud, t’es vraiment sérieux de chez sérieux ? Tu décris un cauchemar pour moi !

Modane, et même pas besoin de réveil pour ça ?

22)
zit
, le 10.05.2011 à 09:42
[modifier]

Ah, oui, un bon petit café le matin, en savourant le cuk du jour…

Et un bon bouquin que l’on ne peut pas lâcher, une sortie de 3-4 heures à bicyclette, sur des routes peu fréquentées par les véhicules polluants…

En ce moment, des heures dans mon atelier à essayer de faire de jolies choses…

z (qui vous en parlera un jour, je répêêêêêêêêête : ça commence à devenir passionnant)

23)
Chichille
, le 10.05.2011 à 09:54
[modifier]

Le meilleur du plaisir solitaire, c’est quand il est partagé (y compris les plaisirs manuels…).

24)
Inconnu
, le 10.05.2011 à 11:45
[modifier]

Madame poppins: oui je déconne. J’appelle le service IT pour réinstaller Windows sur mon ordi.

25)
Blues
, le 10.05.2011 à 14:39
[modifier]

Alors des fois oui … NOIR le chocolat et plutôt de cette marque-là (mais pas forcement > certaines spécialités au lait de chez Camille Bloch ou Favarger /ou évent Villars/ sont aussi un plaisir)

Ces derniers temps je me délecte de celui-là (au lait > éclats Caramel au beurre salé)