Profitez des offres Memoirevive.ch!
Cycles

En France, tout est simple. La loi est la Loi, et personne n'est censé l'ignorer, sous peine d'amende. Les faits que le Code Civil est d'une lecture peu enthousiasmante et que l'abonnement au Journal Officiel est interdit au particulier ne sauraient entamer cette nécessaire certitude. La Loi est la loi, Dura Lex, Sed Lex, sous peine d'amende, et tutti quanti.

Je lis, évidemment, et mes amis aussi, tous, mon Code civil une fois par an, ainsi que tout ce qui se publie sur le sujet, matin, midi et soir, faute de quoi, je me sentirais fautif, un peu moins citoyen, et mauvais français, puisque depuis peu, il y en a de bons et de mauvais, nouveauté intéressante.

Bon... En France, tout est simple, disais-je.

Un exemple : le sens interdit.

Là, c'est facile. Le panneau est reconnaissable. Rond, rouge avec un rectangle blanc horizontal au milieu. Si on superpose deux sens interdits à 90°, ça fait un drapeau suisse, mais rond. Facile...

Le panneau indique qu'on ne doit pas emprunter cette voie. Simple. Sinon, dura lex, etc. Enfin, jusqu'à présent.

Sauf qu'un certain nombre de français, qui ne sont pas les mauvais français précités, puisque mauvais français, ce n'est finalement pas une question de loi mais de pigmentation ou d'habitudes intimes, comme la croyance ou la sexualité, la France, c'est parfois curieux, mais simple, mais curieux, vous suivez?!... Un certain nombre de français, donc, au lieu d'appliquer la loi, réaction primaire, analysent la situation et finissent par avoir une idée précise de ce comment cela aurait dû être, si la personne chargée de l'étude ne s'était pas radicalement égarée dans un raisonnement erroné, ces fonctionnaires, on peut rien leur demander...

Bref, s'il a une chance de se faufiler, le dit français prend le dit sens interdit, et c'est donc normal. Ce sont les us et coutumes, la tradition libertaire française, la doxa, la culture, donc...

image

©traverseer.com

 

De temps en temps un agent de la force publique, quand il est disponible, c'est à dire non affecté à la répression d'une expression citoyenne ou à la protection d'une personnalité, et mon dieu qu'il y en a des personnalités à protéger, et avec toutes ces maisons, et tout ces amis, cousins, relations, signale en sifflant l'infraction. Mais de toutes façons, courant moins vite qu'un scooter, surtout qu'ils ont la gâchette facile, les scooters, bon, je vais aller faire autre chose, se dit-il, et il le fait.

J'ai un peu abrégé, le français a le raisonnement complexe. Lumineux, mais complexe...

Mais le français est légaliste

Comment çà, il y a incohérence? Non non!... La loi doit entériner l'usage.

Quand j'en ai assez de me faire aligner en prenant les sens interdits, je rejoins une association, par exemple les Deux Roues À Moteur Essence, afin de faire bouger un système rétrograde qui conduit des engins pratiques et citadins à faire des détours inconsidérés, limitant la mobilité, polluant et gaspillant de l'énergie, et heurtant l'esprit cartésien des habitants du 346, rue des écuries royales, lieu où je réside précisément, mais c'est un hasard.

Le DRAME va en parler à ses relations politiques, qui ont des raisons personnelles de rester élues, et qui cherchent un moyen de passer au journal de 20 heures.

À un moment arrive alors dans le débat parlementaire l'amendement  permettant aux conducteurs de scooters de prendre les sens interdits, pourvu qu'ils habitent dans la dite rue. "Cette avancée de la loi vers une plus grande sérénité dans les rapports citoyens favorisera la rencontre des cultures, grand pas vers une nouvelle mixité urbaine", est-il dit au journal télévisé.

Sauf que...

Les conducteurs de scooters en question sont habituellement des conducteurs de voitures automobiles. Et ayant pris l'habitude de prendre le sens qui n'est plus totalement interdit, ils se demandent brusquement pourquoi ce sens ne leur serait interdit que quand ils sont en voiture.

"C'est une ségrégation indigne de la République Française " qui "est censée garantir à tous égalité, liberté, etc.". Ce qu'entendent bien les motards du Cramé, Comité des Rouleurs À Moto Égalitaires, qui crient aussi à l'exclusion, et les cyclistes du ANTICONSTITUTIONNELLEMENT, Association Nationale des Transports Interurbains...  mais je ne me souviens plus de la suite, mais qui en veulent aussi.

Toujours est-il que quelques temps après, le problème du sens interdit est réglé puisque plus personne ne passe à cause des piquets de grèves à chaque bout de la rue, et que les manifs terminées, les panneaux ayant été arrachés par les adhérents du Front Unitaire Contre le Kilométrage, les embouteillages contraires empêchent tout déplacement.

La chose est rapidement cataloguée par les divers conducteurs qui évitent dorénavant systématiquement cette rue. On en fait alors un quartier piétonnier, mais c'est un autre histoire, puisque chaque fin est le début d'une autre chose, et que ce sera l'affaire du Comité de Réinsertion des Architectes Diplômés d'Origine, et du Mouvement Organisationnel Ukrainien, demandant une signalisation en cyrillique, le quartier étant fortement communautaire.

image

Fatigue...

 

Je vous l'avais dit : la France, c'est simple.

Comme j'ai un peu exagéré l'exubérance législative ambiante, je suppose que l'article concernant le Sens Interdit doit actuellement ressembler à çà :

Art 1 : le sens interdit interdit la voie à la circulation de tout véhicule.

Article 1.1 L'article 1 ne s'applique pas aux scooters des riverains de la voie concernée.

Article 1.2 L'article 1 alinéa 1 ne s'applique aux riverains que s'ils sont propriétaires.

Article 1.3 Les engins à deux roues, dans leur ensemble, seront dorénavant assujettis à l'article 1 alinéa 1, si leur propriétaire bénéficie d'un contrat locatif.

Article 1.4 Les propriétaires de deux roues, et propriétaires d'un domicile riverain pourront demander, à titre de compensation, une remise sur les cartes de transports, pourvu qu'ils dépendent du réseau ferré interurbain, tel que défini à l'article 266 du présent texte (Annexe 1)

Article 1.5 Les ressortissants ukrainiens possesseurs de patins à roulettes en ligne pourront occasionnellement se réclamer de l'article 1.2 sur attestation de filiation délivrée par la mairie de leur lieu de naissance, les jours impairs et fériés.

Article 1.6 Les ressortissants ukrainiens possesseurs de patins à roulettes en ligne pourront occasionnellement se réclamer de l'article 1.2 sur attestation de filiation délivrée par la mairie de leur lieu de naissance, sauf si leur grand-mère maternelle est native de Dnipropetrovsk, en attendant qu'un accord européen soit signé.

Article 1.7 L'article 1.6 ne peut s'appliquer aux possesseurs de plusieurs engins à roues.

Article 1.8 L'article 1.6 s'appliquera aux possesseurs de plusieurs engins à roues si deux au moins sont motorisés. Auquel cas, ils perdront le bénéfice de l'alinéa 2 et pourront utiliser leur montgolfière sur attestation prouvée de végétarisme.

Article .....

Art.....

.......

Je vous l'avais dit : la France, c'est simple.

Simple, oui, mais un peu fatigant, parfois... Oui... Fatigant...

5 commentaires
1)
Smop
, le 30.03.2011 à 03:07
[modifier]

Hilarant !

Tiens, à propos, j’ai découvert avec effroi, comme tous mes voisins parisiens, la nouvelle aberration des verdâtres de la mairie de la ville dite “lumière” : les pistes cyclables – ou plutôt couloirs cyclables, vu qu’ils ne sont que de simples matérialisations signalétiques sur la chaussée – à contresens. L’expérimentation a débuté en février 2010.

Voilà donc que nous avons maintenant à Paris des cycles sans moteur qui circulent en sens inverse de la circulation motorisée ! Bien entendu, ces messieurs-dames chevauchant ces engins dans l’air du temps, dans leur euphorie de la transgression encadrée, après leur ignorance notoire des feux rouges, s’affranchissent également de toute considération des règles de priorité. Même les piétons en perdent leur latin !

Comme me l’écrivait déjà mon père sur son lit de mort il y a plus de vingt ans, ce monde devient fou…

3)
Chichille
, le 30.03.2011 à 09:01
[modifier]

Ah ! Bah ! Ce n’est là qu’une illustration du vieux et indéfectible principe partagé à la fois par l’Administration et les Administrés : les règlements sont faits pour être interprétés.

4)
zit
, le 30.03.2011 à 15:45
[modifier]

Encore tout plein de postillons sur l’écran, rapport au drapeau suisse, entre autres ;o).

Sinon, je suis évidemment un peu déçu par le contenu de l’article, eu égard au titre qui promettait un alléchant compte–rendu du salon de la petite reine de Montcuq, ou bien la liste des critérium printaniers de Seine–St–Denis (le Neuf Kube), ou bien encore une narration haletante des péripéties ton périple « Les plus prestigieux cols des Landes et de Hollande en monocycle », et bin non…

Rien de tout ça…

Mais j’ai quand même appris beaucoup de choses formidables…

Et je ne pourrais pas me réfugier lâchement derrière les éternels « Je ne savais pas… ».

@ Smop je suis bien d’accord, c’est super dangereux, la circulation à double sens avec les voitures, je ne comprends toujours pas pourquoi ils ne les ont pas encore interdites à la circulation, ces horreurs puantes et bruyantes !

z (il est interdit d’interdire ! je répêêêêêêêêêêêête : « écrasons les cyclistes, vive la pollution ! »)

5)
fap76
, le 01.04.2011 à 13:18
[modifier]

Sinon dans les panneaux français qui m’ont toujours bien fait rire, il y a :

“Trou en formation” et j’ai toujours adoré l’idée qu’il était plus simple de creuser un trou, faire venir un panneau de loin, et de le cimenter au sol, plutôt que de combler le trou… et j’aime bien aussi le double sens de la phrase…

“Fin d’allumage des feux” (quand on sort d’un tunnel) ben pour moi, allumage signifie action, et que donc on a frotté des silex durant tout le tunnel pour finalement devoir s’arrêter… on ne doit pas “Eteindre les feux”, mais bien arrêter d’allumer les feux… bizarre :-)