Profitez des offres Memoirevive.ch!
Logiciels de Prise de Notes, au Présent et au Futur

Au risque de faire hurler les plus sectaires d'entre nous, je vais commencer cet article par la capture d'écran d'un logiciel pour PC: OneNote de Microsoft, un des outils les plus formidables qu'il m'ait été donné d'utiliser et dont je ne saurais plus du tout me passer au travail. OneNote fait partie de la suite Office, la dernière version date donc de 2010.

image

Si je vous présente OneNote en premier lieu, alors qu'il n'existe que pour PC, c'est parce qu'il n'y a pas encore d'équivalent aussi performant ni d'aussi prometteur sur Mac. Mais ne désespérons pas...

Utiliser ce logiciel, c'est très simple: il suffit de retenir par coeur les 3 éléments suivants:

  1. Carnets de notes
  2. Sections
  3. Pages

Et le lien avec le monde réel est facile à imaginer: OneNote est une collection de carnets de notes; chaque carnet de note comporte une ou plusieurs sections; chaque section comporte une ou plusieurs pages. J'y reviens tout de suite. Mais là où OneNote est innovant, c'est que, contrairement aux traitements de texte, je peux commencer à écrire où je veux: là où je clique apparaît automatiquement une petite boîte de texte.

image

Ensuite, je commence à écrire.

image

Et le texte n'est pas le seul élément que je peux placer: images, son et même des copies de fichiers (p. ex. document Word ou pdf) peuvent se retrouver côte à côte sur une page "OneNote". C'est tout simplement bluffant, quand vous avez une profession ou un hobby qui vous oblige à travailler en même temps sur plusieurs projets/dossiers/pages. Si je vous ai présenté ce formidable logiciel, c'est parce que je n'ai rien d'équivalent sur le Mac, même si certains s'en rapprochent, comme le montrent les quelques exemples ci-dessous.

Le plus ressemblant "physiquement" s'appelle GrowlyNotes de chez Growlybird. Même si le look manque un peu de raffinement, c'est sans doute la bonne surprise de cet article: GrowlyNotes est gratuit, bien programmé et son interface est très proche de OneNote. Pas étonnant, son programmeur a semble-t-il travaillé pour... Microsoft! Voyez plutôt...

image

Les prises de notes se font identiquement de la même manière qu'avec OneNote, et les outils de dessin n'ont d'ailleurs rien à lui envier!

image

On peut seulement regretter l'impossibilité d'adjoindre des fichiers natifs tels des pdfs ou autres fichiers sons. Il n'y a pas non plus de navigateur média, qui permettrait par exemple d'aller chercher une photo directement dans iPhoto pour la coller dans l'application.

Si vous cherchez une alternative, vous pourriez vous diriger vers Notebook, un logiciel développé par Circus Ponies.

image

A voir ce que contient ce menu, on se dit qu'on peut en faire des choses, avec NoteBook. Dans mon cas, pas d'hésitation, je choisis le menu "Rédiger un article de recherche". Mais ne vous y trompez pas, malgré ce choix, le carnet de note qui apparaît est pratiquement le même: vous crééz en fait un fichier indépendant, qui peut donc être sauvegardé par NoteBook. Ce qui les différencie d'un autre carnet, ce sont les sections qui apparaissent sur la droite, et les pages qu'on peut faire avancer ou reculer sur le coin supérieur droit.

image

Comme avec OneNote et GrowlyNotes, il est aisé d'écrire du texte libre où on le souhaite sur la page. En ce sens, la présence des lignes bleues qui apparaissent sur le document ne vaut que pour le texte que l'on place en dessous de la mention "Sans titre", à la manière d'un traitement de texte classique. Sinon, on peut coller dans NoteBook un tas de fichiers différents: sons, images ou pdfs par exemple. En outre, il existe une version iPad de cette application.

image

NoteBook est un logiciel très complet. Ne vous fiez pas à son interface un peu kitsch (qui peut d'ailleurs être en partie modifiée), vous ne pourrez apprécier pleinement ses fonctionnalités qu'après avoir suivi les vidéos de formation (Mac et iPad). Je trouve ce logiciel un peu cher, à $49,95 (Mac) et $29,99 (iPad). En outre, il n'y a pas encore de synchronisation automatique entre les deux, ce qui est pour le moins décevant.

Pour être complet sur la prise de notes, je me dois également de mentionner EverNote, même s'il a été analysé iciici  et encore récemment ici par François. Ce logiciel incontournable est disponible sur toutes les plateformes majeures: du Mac au PC en passant par l'iPhone et l'iPad, sans oublier Androïd et d'autres systèmes mobiles. On sent que cette entreprise, fondée par Phil Libin, pétille de tous les côtés. Et ce ne sont certainement pas les 6 millions d'abonnés à EverNote qui vont me contredire!

image

Evernote constitue d'ailleurs une des applications-phare de l'AppStore, qui a débuté en janvier 2011. Rapidement, cette application gratuite a été téléchargée de façon massive, ce qui l'a propulsée dans le top 10 d'Apple.

Gratuit, EverNote l'est, à condition que le volume de vos transferts reste en-deçà des 60 Mo par mois, ce qui correspond généralement à une utilisation domestique. Au-delà, il vous faudra bourse délier pour acquérir les privilèges de la version Premium, facturés à $5/mois ou $45/an.

Avec Evernote, vous prenez autant de notes que vous le souhaitez, puis vous les mettez en ligne, ce qui veut donc dire que vous les consultez où vous voulez à condition bien sûr de pouvoir vous connecter à un réseau.

C'est un logiciel dont je ne pourrais plus me passer, même si je regrette le fait que les notes n'y soient pas organisées de manière synoptique, contrairement aux applications précitées. Par contre, c'est là qu'on se rend compte de l'utilité du "nuage" ("cloud" en anglais): depuis n'importe quelle machine, vous écrivez et synchronisez et vous pouvez récupérer le tout depuis une autre machine tournant sur n'importe quel système: ça marche!

Pour conclure, si vous utilisez OneNote sur PC et que, sur Mac, vous recherchez une application visuellement proche de ce formidable outil, vous utiliserez GrowlyNotes, même si l'application manque un peu de finition. Si vous travaillez exclusivement sur la plateforme Apple, vous pourriez être intéressé par NoteBook. Et si vous travaillez beaucoup en ligne sur plusieurs plateformes, c'est sans conteste EverNote qu'il vous faut.

Enfin, il n'est pas interdit d'espérer deux choses dans les mois ou les années à venir: en premier lieu, qu'Office pour Mac inclue également OneNote, qui, je le répète, est une des plus belles réussites de Microsoft et qui est réclamée à cor et à cri sur plusieurs forums d'utilisateurs. A ce sujet, une hirondelle pourrait bien annoncer le printemps, puisque OneNote est sorti récemment pour l'iPhone. Pour l'instant, seuls les titulaires d'un compte américain sur l'AppStore peuvent le télécharger, un comble pour une firme "globale"… espérons tout de même que les choses bougent rapidement.

Enfin, c'est là aussi qu'on attend Apple, qui pourrait inclure dans sa prochaine version de la suite iWork une nouvelle application que je vais, logiquement, appeler iNote... l'avenir nous l'apprendra!

Le tableau suivant vous donne un aperçu des logiciels mentionnés ci-dessus:

 

Logiciel Plateforme + - Prix
OneNote PCiPhone

Windows Mobile

• Excellent rendu visuel des notes• Possibilité d'écrire à l'endroit qu'on veut au sein de chaque note • Pas disponible sur Mac• Version iPhone seulement disponible aux USA pour l'instant! PC: suite Office (85€ famille/étudiant)iPhone: gratuit
GrowlyNotes Mac • Sur Mac, le plus proche visuellement de OneNote• Gratuit • Interface un peu "kitsch" et manque d'intégration avec iLife• Impossibilité de coller des fichiers (pdfs, sons, images,…) dans les notes

• Le développement du logiciel semble avoir été interrompu

Gratuit
NoteBook MaciPad • De loin le plus complet au niveau des fonctionnalités.• Excellente formation vidéo (anglais) • Courbe d'apprentissage assez raide et interface un peu kitsch• Pas d'intégration iLife avec l'application Mac (OK pour l'iPad)

• Pas de synchronisation automatique Mac/iPad

• Prix plutôt élevé...

$49,95 (Mac)$29,99 (iPad)
EverNote MaciPad/iPod/iPhone

PC

Androïd

Blackberry

Palm Pre & Pixi

Sony Ericsson

Windows Mobile

• Multi-plateforme• Synchronisation aisée avec le "cloud"

• Possibilités de partage (versions payantes)

• Le développement se poursuit de manière dynamique

• Organisation visuelle des notes assez basique Gratuit pour utilisation limitée (< 60Mo/mois de téléchargement)$5/mois ou $45/an (< 1 Go/mois de téléchargement)
16 commentaires
1)
aacp
, le 06.04.2011 à 00:43
[modifier]

Bonsoir (ou plutôt bonjour). J’aime bien Notational Velocity, qui ne permet que des prises de notes textuelles, mais qui est ultra-rapide (s’ouvre en un seul rebond de dock, même sans SSD), gratuit, et qui se synchronise avec Simplenote sur iPhone/iPad. La v2 vient de sortir, je ne l’ai pas encore vraiment explorée, mais elle permet de crypter les données sur le disque (pour les paranos ;-), ou de garder les enrichissements des autres apps.

2)
AdMem
, le 06.04.2011 à 09:39
[modifier]

Je n’ai pas de logiciel de note. Je prends toutes mes notes directement sur les PDF que j’ai à traiter. Pour cela, Skim est très bien. Mieux qu’Aperçu, je trouve.

Mais je testerai prochainement EverNote, et pourquoi pas GrowlyNotes, puisqu’il est gratuit.

Merci pour le test complet.

3)
Batisse
, le 06.04.2011 à 10:02
[modifier]

Je plussoie aacp c’est vraiment dommage d’avoir oublié Notational Velocity dont la dernière version permet un renvoi pour l’édition dans BBEdit, Writeroom, ou autre… et synchro par Dropbox… Attention avec le chiffrement particulièrement efficace car j’ai irrémédiablement perdu un petit lot de notes pour avoir oublié un mot de passe un peu trop complexe. Ce truc est ultra simple et performant. Il fait parfaitement ce pourquoi il a été conçu : prendre et stocker des notes pour ensuite les retrouver facilement. Enfin rien qu’à voir les captures d’écran des usines à gaz présentées dans le billet, je fuis. Et puis j’oubliais une fonctionnalité pratique de NV qui par le menu Services permet de récupérer en note n’importe quel bout de texte.

4)
Smop
, le 06.04.2011 à 11:18
[modifier]

A propos de logiciels de gestion de notes pour iPad, j’en recherche un qui soit capable de reconnaissance d’écriture, pour oublier mon regretté Newton. J’ai vu qu’il existe WritePad de PhatWare. Y’en a t’il parmi vous qui l’utilisent ? Un avis dessus ? Merci !

5)
jeanbinus
, le 06.04.2011 à 11:46
[modifier]

Excellente idée de s’intéresser aux prises de note. OneNote et GrowlyNotes me paraissent intéressants à la condition de ne pas avoir besoin de multiplier les sections. Je me demande comment faire lorsque l’on doit prendre des notes relatives à 80 à 120 sujets différents (notes ou journaux ?), tout en évitant d’oublier des démarches à entreprendre (gestion de tâches) qui y sont liées ?

L’idéal pour moi serait de pouvoir disposer d’un logiciel — ou de logiciels que l’on peut conjuguer (notes ou journaux; tâches, développement d’idées…) — répondant aux différents besoins professionnels ou autres. En d’autres temps où l’offre logicielle sur Mac n’était pas aussi riche qu’aujourd’hui, j’avais essayé de me construire un système sur mesure avec FileMaker Pro en versions 5 ou 6. Ce n’était pas mal, mais…. Disons que c’était fonctionnel, mais pas ergonomique. Aujourd’hui, il y a tout de même du choix, même s’il manque encore des synergies entre logiciels.

Le sujet que vous avez choisi étant la prise de note, je me permets de compléter en citant d’autres logiciels pouvant intéresser l’un ou l’autre d’entre nous : MacJournal ou Journler , Chronories , Thoughts , Nottingham , Stickybrainstorming , JustNotes , ShoveBox …, voire AudioNote en plus de ceux que vous avez cités. Curio pourrait-il se rapprocher de mes ambitions ?

6)
Dgot
, le 06.04.2011 à 12:17
[modifier]

Curiode Zengobi est sans contestes “LE” logiciel de prise de note sur Mac. Ancien utilisateur intensif de OneNote, j’ai retrouvé toutes les fonctionnalités de OneNote dans Curio (version standard, ça suffit, la version avancée apporte des outils de gestion de projet) et pas mal d’autres fonctionnalités (MindMap par exemple). C’est simple & efficace.

7)
Migui
, le 06.04.2011 à 12:48
[modifier]

Merci pour vos commentaires.

Je ne pense pas que les applications mentionnées dans cet article soient “usine à gaz”, à l’exception peut-être de Notebook, qui pêche surtout son manque d’intuitivité.

Je peux toujours envisager un second article qui reprendrait d’autres logiciels que vous utilisez volontiers, et je n’avais d’ailleurs pas ici la prétention d’être exhaustif.

Simplement, j’ai le sentiment d’avoir donné un panel représentatif avec les quatre dont j’ai parlé.

Enfin, il ne faut pas oublier qu’actuellement, il n’est plus suffisant de développer “juste” un bon logiciel pour le Mac: c’est l’heure du multiplateforme et des synchronisations avec iMachins; à ce sujet, j’attends beaucoup d’Apple et, dans une moindre mesure, de Microsoft qui a pour le coup développé un logiciel prometteur avec OneNote.

9)
Dgot
, le 06.04.2011 à 15:00
[modifier]

Attention, on mélange plein de choses, il y a : – prendre des notes texte et les rechercher—> Notational – capturer des éléments web ou image et les enrichir—> Evernote – prendre des notes multi média en organisation libre—> One Note / Curio – archiver et retrouver des notes (sorte de GED perso)—> Devonthink

Même si chacun déborde un peu de son cadre (de même qu’on peut faire un courrier sur Excel), les fonctionnalités ne sont pas les mêmes. Perso j’utilise Curio (qui est interfacé avec Evernote en standard) et je stocke mes docs (ie mes notes mais aussi plein d’autres trucs tels que factures scannées, reçus, mails, …) dans Devonthink.

10)
jeanbinus
, le 06.04.2011 à 18:51
[modifier]

Migui, je ne voudrais pas vous avoir fait de la peine. Justement, votre article a piqué ma curiosité. Je me suis permis de compléter, convaincu depuis des lustres que si les logiciels ne trouvent leur intérêt que s’ils correspondent au besoin de ce que l’on veut réaliser, il faut surtout qu’ils correspondent à la personnalité qui l’utilise.

Étudiant, on m’avait offert Word 3. Je n’ai jamais eu de plaisir à travailler avec. Itou avec les versions successives. Par contre, je me suis trouvé tout de suite à l’aise avec MacWrite, puis ses successeurs. Aujourd’hui, c’est Nisus Writer Pro et Pages.

Grâce à vous, le partage d’expériences a démarré puis s’est étendu. C’est génial. Merci.

11)
Migui
, le 06.04.2011 à 21:39
[modifier]

Migui, je ne voudrais pas vous avoir fait de la peine.

Aucune peine, jeanbinus, au contraire merci pour cos réactions qui, positives ou négatives, font avancer notre connaissance du domaine.

Je rejoins pleinement le commentaire de Dgot: en fait, tout peut servir à la prise de notes et personnellement, j’utilise également Yojimbo de façon régulière.

J’avais d’ailleurs hésité aussi à vous parler d’une petite fonctionnalité de Word 2011 que peu de gens connaissent: dans le menu “Aperçu” se trouve l’option “Carnet de Notes” (en anglais chez moi, ça donne “Notebook layout”). C’est vrai que ça aussi, c’est un carnet de notes, même si la réalité est un peu plus prosaïque puisqu’il ne s’agit que d’un document Word avec un look un peu différent. Mais contrairement à OneNote, on n’a qu’un seul carnet ouvert en même temps et le texte doit être introduit selon les lignes imposées par Word.

Encore une fois, les deux originalités innovantes de OneNote sont

  • l’organisation visuelle des carnets de notes, avec leurs sections et leurs pages
  • le fait de pouvoir introduire le texte n’importe où sur la page, ce qui facilite d’autant l’agencement des notes

Merci pour vos réactions!

12)
J@ck
, le 07.04.2011 à 08:37
[modifier]

Je n’utilise plus de papier depuis plus d’année. Je passe plus de 4h par jour à prendre des notes. J’utilise FreeMind, une solution libre et simple de mind-mapping (carte heuristique). J’ai essayé Evernote (suis abonné) et OneNote (suis revendeur Microsoft). Impossible de me passer de mon FreeMind.

L’organisation par carnet/section/page ou par tags ne me convient pas, il me manque cette construction logique et intuitive de la carte heuristique. D’ailleurs il m’arrive souvent de projeter ce que je note, ce qui aide à structurer une séance / workshop. Un rapide save as pdf permet de faire un rapide PV, après 5 minutes de “cosmétique”.

Je travaille en permanence avec une dizaine de maps, pas plus. C’est indexé par Spotlight, je peux y intégrer facilement des liens. Et c’est bien-entendu synchroniser sur plusieurs machines avec Dropbox et donc accessibles sur mes iBidules via iThoughts.

Sinon je collectionne pas mal de pdf sur mon disque (je ne sais pas trop où, mais il y a Spotlight) et j’effectue toujours mes bookmarks avec delicious. Je pensais que Evernote ou OneNote pouvent faire le tout, cela fonctionne bien. MAIS toujours le manque de carte heuristique.

Pour moi, il suffirait à l’un ou à l’autre qu’il intègre le mind mapping (c’est pas si compliqué) et je change demain. Une autre fonction qui me manque, c’est la possibilité de “surligner” une phrase / un objet pour qu’il deviennent automatiquement une tâche…

13)
pat3
, le 07.04.2011 à 15:32
[modifier]

Je viens de parler dans le commentaire d’un billet récent , de MacJournal qui est mon preneur de notes favori.
Mais comme je le disais dans ce commentaire, et comme le dit Dgot , il y a notes et notes.

Ce que je n’aime pas, c’est avoir un logiciel pour prendre des notes, et un autre pour les classer. Je veux pouvoir prendre une note à la volée, la classer à la fin de la prise, puis y revenir dans une interface mieux adapté au traitement de texte.

J’avais vu fonctionner OneNote au cours d’une conférence sur un PC portable à écran tactile mobile; la collègue qui s’en servait prenait des notes au stylet qu’elle me disait convertibles par reconnaissances de texte.
Mais je ne suis pas arrivé à comprendre ce que tu considères comme des avantages, Migui: je ne saisis pas l’intérêt de “pouvoir écrire à l’endroit qu’on veut au sein de chaque note”, peux-tu donner un exemple de cas où c’est avantageux pour toi?

Je ne connaissais pas non plus Curio, qui a l’air très complet; utilisateur occasionnel de FreeMind, je ne suis jamais arrivé à l’intégrer à mon flux de travail – seulement au début, comme organisateur d’idées. Je me demande vraiment comment on peut prendre des notes avec, bien que j’ai déjà entendu que c’était possible ailleurs.
Ça m’intéresserait, J@ck, que tu montres comment tu t’en sers, plus encore en projection…

Il faut dire que dans mon métier (prof de fac), on prend quand même souvent des notes longues, non directement fonctionnelles (conférences, séances de séminaire, la plupart du temps, entretien, parfois, notes de lecture – en ce qui me concerne: je ne prends presque plus de notes papier, qu’il faudra de toute façon reporter ensuite). Il me semble que les notes prises avec une carte heuristique sont plutôt des notes de réunions fonctionnelles, de prises de décision. Je me trompe ?

14)
Migui
, le 07.04.2011 à 20:05
[modifier]

Mais je ne suis pas arrivé à comprendre ce que tu considères comme des avantages, Migui: je ne saisis pas l’intérêt de “pouvoir écrire à l’endroit qu’on veut au sein de chaque note”, peux-tu donner un exemple de cas où c’est avantageux pour toi?

La totalité des traitements de texte t’imposent de commencer à écrire en haut à gauche, puis de terminer en bas à droite.

Au contraire, pour OneNote, c’est un peu le principe des Post-It: tu les places où tu veux, de la façon qui te convient.

Quand on gère un projet complexe, chaque note que insérée sur une page de OneNote n’est pas nécessairement longue, mais j’aime l’agencer de façon à la retrouver aisément et à la modifier ou la déplacer en fonction de l’évolution du projet.

Je propose de reprendre vos commentaires les plus élogieux sur telle ou telle application, cela pourrait constituer la trame d’un second article sur le sujet!

15)
J@ck
, le 07.04.2011 à 20:18
[modifier]

@pat3 : mon job est consultant IT (architecte infra. techniques) / associé directeur dans une boite de plus de 20 personnes. Je suis +80% de mon temps en clientèle. Mes activités vont du créatif (workshops) au fonctionnel (prise de décision, suivi), en passant par de la veille techno (séminaires…). Et à chaque fois la carte heuristique m’est nécessaire.

D’une manière assez générale, lorsque dans une réunion il y a un agenda, je le reprends comme structure de départ. Après c’est très naturel, je construit en fonction des dépendances. Cela va d’un seul terme (le plus souvent) à une phrase de 2-3 lignes. Pour le créatif, c’est très structurant. Pour une réunion de type suivi d’activités / projet, cela permet de faire du rangement (pas par date, par sujet). Et si une réunion ne fait l’objet d’aucun agenda, cela permet de structurer et de finir sur une situation plus claire qu’au début : qui fait quoi, décisions, informations importantes…

Globalement, j’utilise une dizaine d’icônes pour attirer l’attention : différencier plusieurs priorités, tâches à effectuer, points à approfondir, etc.

J’utilise FreeMind avec toute l’assemblée en workshops uniquement. Pour garder la structure à l’esprit, pour les phases “brainstorming” et pour la synthèse finale.

16)
pat3
, le 07.04.2011 à 22:33
[modifier]

@Migui

Merci pour l’éclaircissement, je comprends mieux (du coup, d’ailleurs, tu es assez proche du fonctionnement d’une carte heuristique, je trouve).

@J@ck
Effectivement, ce ne sont pas les mêmes types de réunions; et… comment dire… à la fac, les gens aiment bien parler, les réunions sont souvent assez inefficaces pour ça… Si en plus on pointait du doigt que rien ne s’est dit sur une carte heuristique :)
J’exagère un peu, toutes les réunions ne sont pas comme ça, mais quand on n’a pas de responsabilité collective (directeur de département, directeur de labo, ou bien administratif), on n’a pas souvent à assister à des réunions, plus souvent à des séminaires et autres conférences; d’où des besoins de prises de notes très différents.

Ceci dit, j’ai utilisé très intensément Journler à partir du moment où j’étais en responsabilité; ça me permettait d’envoyer immédiatement des notes propres à mes collaborateurs, des comptes-rendus de réunion, des tâches associées… Et ce que je faisais avec Journler, je peux le faire avec MacJournal que j’utilise aujourd’hui (c’est en partie la raison pour laquelle j’ai switché pour MJ, après avoir testé quelques uns des logiciels cités par Migui ou dans les commentaires.
Mais revenu à des activités plus classiques, j’ai gardé l’outil.