Profitez des offres Memoirevive.ch!
Pas la peine de crier

Cinquante minutes à orientation culturelle, à 6 heures du matin, assez protéiformes, parfois tendres, ou poivrées de notions "ça rigole pas, c'est du lourd", de poésie, de musiques, ont remplacé des années de Collège de France avec l'Éloge du savoir de Christine Goémé, sur France Culture. La substitution a lieu le 30 août 2010: Pas la peine de crier est désormais mon accompagnement matinal !

La trame de l'émission évoluera quelques semaines après, raccourcie de quelques minutes par décision du directeur de la chaine fraichement nommé. Ce temps amputé a supprimé la chronique d'un personnage aux propos inénarrables Alexei Ipatovsev, bourré d'humour, type british, que vous pourrez aisément retrouver grâce au lien précédent. Je m'en serais voulu de ne l'avoir pas cité.

"Chapeau" musical pour débuter, dont je n'ai jamais pu obtenir le titre. Nina Simone ? 

Après une vingtaine de secondes, celle dont on comprendra très vite qu'elle est le chef d'orchestre, place un "chapeau", net, concis, précis, souvent en lien avec l'actualité, toujours bien "tourné" - elle manie bien langue et mots .. et pas que les mots. La voix est suave à souhait, ferme, voix radiophonique pro, articulée. Nous sommes le 30 août 2010, je découvre Marie Richeux,"la petite équipe de Pas la Peine de Crier" c'est elle qui le dit, et ses chroniqueuses et chroniqueurs.

 

image

 

 

Elle commence fort, Marie: La Rencontre de la Semaine se fait avec Marta Gili, directrice, catalane, du Musée du Jeu de Paume. Oui, en ce 30 août 2010, il est 6h 07 il n'y a que France Culture pour proposer ça.

 

image


Ce type d'entretien va tenir toute la semaine, jusqu'au vendredi. Chaque semaine, "un espace de dialogue que l'on étirera par une petite fenêtre avec penseur, docteur, acteur, cuistot" donnera la parole à une pointure, croyez moi, je les ai tous écoutés, voire réécoutés en podcastant l'émission: Podcast iTunes , Google Reader , RSS

Vous voulez des exemples ? Au hasard, Claude Ventura réalisateur de la fameuse série Cinémas Cinémas, JP Gené, chroniqueur gastronomique du journal Le Monde, une magnifique Jacqueline Duhême âgée de 84 ans qui nous expliqua comment Paul Éluard lui conseilla d'aller à la rencontre de Matisse, avec la simplicité de quelqu'un qui va faire une emplette à la supérette du coin !!! Récemment, l'invité était le peintre sculpteur, professeur au Collège de France Anselm Kieffer. J'ai passé 5 matins de rêve où Marie l'a, selon mon analyse, mené, peut-être pas complètement où elle voulait, mais je ne suis pas du tout certain qu'il se soit rendu compte à quel point ... il s'est livré intimement. Et Boris Charmatz, danseur et chorégraphe, et Nurith Aviv, cinéaste et chef opératrice, Dominique Blanc, Dominique Blanc quoi, Pierre Henry le compositeur, Yaron Herman, pianiste de jazz, Romain Goupil, cinéaste, Daniel Sibony, psychanalyste, récemment le stupéfiant photographe Klavdij Sluban .....

 

Chacun recèle matière à amples analyses et réflexions. Et non seulement ces invités sont passionnants, mais Marie pose la question adaptée, relance la discussion d'un à-propos justement calibré. Elle sait faire dire, évidemment sans interroger lourdement, simplement en rebondissant sur le propos de l'interrogé, en faisant appel à une intelligence de compréhension bluffante (Je vous dirai pourquoi, à la fin de ce billet), et il est clair qu'elle a "bossé le sujet"... À tel point... que ... quand Marie ne veut pas ...par exemple Lytta Basset, professeur de théologie, psychanalyste, n'a pratiquement pas pu évoquer les aspects strictement liés à la croyance religieuse qui l'anime.

De temps à autre, en fonction de l'actualité, d'une date, d'une journée spéciale France Culture, le schéma change un peu, mais le pilote est toujours à la barre: Je conserve un souvenir émerveillé de l'émission spéciale avec Philippe Piguet à la fois expert et parent de Claude Monet au cours d'une visite nocturne de la fabuleuse Expo Monet. Marie s'est fait conduire dans l'exposition par cet expert, à certains moments les yeux fermés - oui, vous avez bien lu - et a en même temps guidé ses réponses. La restitution de l'ambiance sonore de l'exposition, à la fois, feutrée et pleine de brouhaha.... superbe. 

L'entretien se termine avec le choix musical du jour de la vedette de la semaine... Souvent révélateur, pas toujours assez, vous me connaissez.

 Tous les invités de Marie sont des personnes au moins remarquables, voire prodigieuses - toutes les émissions sont podcastables, promenez-vous.

6h 17 Le poème du jour par la Comédie Française suit, histoire de se remettre en oreille le dit et la diction de professionnels de très haut niveau. Respect. Comme on est sur France culture, podcast obligé pour découvrir ou écouter Verlaine, Rimbaud, Apollinaire, Hölderlin, Marcelline Desbordes Vallemore, un panorama de la poésie anglaise que j'ai redécouvert ...

La Comédie Française a été remplacée parfois; par exemple, par l'homme en vue du moment: Stefan Hessel et "sa" Ballade des Pendus de François Villon, quelle musique, quel souffle !! Enfin, récemment, Marie a laissé la place à des adolescents qui ont non seulement dit une poésie, mais ils en ont aussi exposé leur compréhension:

Shirin vient de dire « Et la mer » de Pierre Marbeuf 

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer, ...

MR: pourquoi as tu choisi cette poésie ?

S: ça parle d'amour .. c'est amer

MR: l'amour est amer ?

S: non, ça pique !!!


6h19 Court enchainement musical pour aborder ce qui est chaque jour, un bonheur de fraicheur renouvelé: un texte écrit par Marie, ladies and gentlemen, je vous présente le Polaroïd.


image


Puis-je insister sur l'en-tête de la page que vous venez de découvrir en cliquant sur le lien de la page du site de France Culture où il est écrit: "Écouter voir... Et si l'image pouvait lentement sortir du poste, comme développée par une description sonore. Tous a vos révélateurs."

Chaque jour, des images s'imposent, lentement, doucement, subrepticement, allant de Burano dans une légère brume de lever de soleil, aux recettes de cuisine incroyablement rafraîchissantes de Jamie Oliver, en passant par les piazetta siciliennes et autres lieux parfois imaginairement improbables... quand le texte du Polaroïd ne déclenche pas une émotion pleine de tendresse évocatrice. Souvent, la chute m'apporte un sourire apaisant ... quand il n'est pas carrément émouvant. Marie manie la langue plus que très habilement, regardant par le trou de la serrure de l'aventure de la vie, pointant très précisément son regard juste là, pile-poil où il faut le focaliser. On y perçoit, souvent, de l'émotion personnelle de l'auteur, mais si justement mise en valeur voire contenue, par la combinaison des mots. La mise en page musicale - je vous en dis un mot un peu plus bas, concourt à asseoir l'atmosphère.

Écoutez Marie tout de suite.

 

 

 

Ne dirait-on pas un dessin de Folon ?

ou encore

Écoutez-la, un peu plus tard:

 Pieta sans larmes et vieux mascara, Un rouge pour deux, Cloclo n'est pas mort

Parfois, le Polaroïd évoque un personnage disparu que Marie a rencontré: Fadouba Oularé, moi, meilleur batteur du pays de l'international... et du monde.

À propos du Polaroïd et de toute l'émission d'ailleurs: La réalisation - mises en place sonores et accompagnements musicaux - on est sur France Culture, d'accord, mais Laurent Paulré qui est dans la cabine du studio, mesdames messieurs, découvrez vous, et inclinez la tête !! Très Grand Réalisateur. Je cite aussi Sophie Bober, car elle est au générique, sans rien savoir d'elle, mais je l'imagine d'une trempe de la même veine que celle de Marie et Laurent. De plus, elle dit "admirer les docteurs" ;•DD. Merci Sophie.

Cette première partie m'apparait empreinte d'une couleur spécifique, que le reste de l'émission n'aura plus. Entre le "chapeau", les entretiens avec l'invité, la poésie de la Comédie Française et le Polaroïd, enfin, la couleur est ... intime, intimiste.

Au-delà, Marie laisse la place à des chroniqueurs spécialisés.

6h 24 Aude Lavigne pour La Vignette.


image

image

Aude Lavigne

 

Aude Lavigne fait parler des artistes de tout bord.

Le plasticien Christian Gonzenbach, Piersten Leiron qui utilise un ballon pour objet de chorégraphie, Kitsou Dubois chorégraphe de l'apesanteur, Marie Caroline Hominal qui donne des lettres de noblesse au Hula-Hoop.. et tant d'autres, un artiste nouveau chaque jour.

Je suis parfois un peu dépassé par la candeur, très sérieuse de certains. Par exemple, le très surprenant Damien Chardonnet-Darmaillacq, "performance" - c'est le verbe utilisé -  « BLA BLA BLA ou Approche Latérale Des Paradigmes Discursifs À Caractère Persuasif Ou Promotionnel » . Il s'agit, accrochez vous, d'un spectacle inspiré de la campagne présidentielle de Madame Royal ....

Les artistes présentés ne sont pas tous, loin de là, sur ce dernier modèle. Pour une écrasante majorité d'entre eux, parvenir dans la lumière des media est d'une telle difficulté qu'une aide, quelle qu'elle soit, même à 6h24 est bienvenue.

6h 30, heure du second bulletin d'information, très court, sur lequel j'attire votre attention, pas en raison  du contenu de l'information "traditionnelle", mais parce qu'une seconde partie, la Revue de la Presse en ligne, défile des informations du web. J'y perçois, de la part du journaliste, une recherche particulière de l'info un peu ... dérangeante ? not absolutly politically correct. Bien entendu, Marie commente et participe. Encore une fois, un peu de fraicheur matinale.

6h 37 Philippe Petit pour l'Essai du jour en alternance avec La Chronique d'Alexis Lacroix.

 

image

image

Philippe Petit

 

En quelques minutes, de manière claire, concise, une synthèse, toujours objectivement critique d'un "pavé" sérieux émerge, fixe et commente les idées sur le sujet traité; ici encore, Marie dialogue activement, questionnant avec justesse.

Au hasard: 

Penser à gauche - Figures de la pensée critique, Coll (Amsterdam); 

Corruption et politique : rien de nouveau ??, de Frédéric Monier (A. Colin), 

L'hôpital sous pression : enquête sur le nouveau management public de Nicolas Belorgey (éditions La Découverte).

Mais oui, vous êtes sur France Culture, ne l'oubliez pas.

6h 41 La chronique de Sophie Joubert critique un spectacle. Attention, l'écoute révèle une grande professionnelle, qui touche juste. Je reconnais, n'avoir vu, aucun des spectacles chroniqués pour des raisons totalement indépendantes de ma volonté, mais je ne vois pas comment elle analyserait avec les mots et concepts employés sans être d'un excellent niveau.


 image


Enfin à 6h 46, le Complètement Livre, de Jean-Louis Ézine parcourt un monde disparate de manière tellement originale, commentant nos travers et actes concourants à notre incohérence pleinement humaine.

 

image

Jean-Louis Ezine

 

6H50, l'émission se termine. On se pose en douceur dans l'information commentée, pure, dure, savamment.. grâce à un dialogue-transition avec Marc Voinchet, le producteur de Les Matins


image


Vous avez senti tout au long de ce billet - c'est ce que j'ai essayé de faire passer - la patte et l'esprit de Marie Richeux. Il y a dans son émission, une densité, un poids, une cohérence, d'incontournables pôles d'intérêts, soutenus dans l'intelligence, la poésie de mots et de phrases qui adressent des signes de reconnaissance. Quelle « superbité ».....

.... Deux dernières choses:

- Marie dit: Pas la peine de crier, ça entend quand même !

- Enfin, cette superbe jeune femme a .... 26 ans !! Oui, 26 ans !!! Non, mais tu te rends compte ?

12 commentaires
1)
dpesch
, le 07.03.2011 à 01:00
[modifier]

Je serai heureux de découvrir cela demain. Pas à 6 heures, hein ! Je dors encore à cette heure-là, suis retraité, moi ! Mais je viens de podcaster les émissions avec (ou à propos de) Juliette que j’admire. Curieux, je suis, curieux je resterai… Merci Ysengrain.

3)
PSPS
, le 07.03.2011 à 08:56
[modifier]

Et merci Apple, pour les podcasts ! Car, à 6:00, je suis sous la douche. Trop éloigné de la radio pour pouvoir en profiter. Et merci de nous avoir fait découvrir cette pépite.

4)
Chichille
, le 07.03.2011 à 09:03
[modifier]

C’est pas bien de faire saliver quelqu’un qui dort.

5)
Saluki
, le 07.03.2011 à 09:35
[modifier]

S C A N D A L E U X !

Comment ai-je pu laissé échapper cela jusqu’à aujourd’hui ? d’autant que j’écoute régulièrement FC dans la journée.

Merci Ysengrain.

7)
dbregnard
, le 07.03.2011 à 13:04
[modifier]

A ces heures-là, le choix est riche et difficile sur Radio-France:

FM de 5 à 7: Le point du jour (musique), par la très attendrissante Denisa Kerschova

FI de 6 à 7: Le journal du matin, par la très pétillante Audrey Pulvar

FC de 6 à 7: L’intélect, par la très talentueuse Marie Richeux

Points communs: femmes, belles et pro.

Le service public (radio), en France,est un modèle du genre.

9)
Iruri
, le 07.03.2011 à 19:06
[modifier]

Où l’on devine qu’elle n’a pas enchanté que les oreilles d’Ysengrain! Elle lui a clairement tapé dans l’oeil! C’est vrai qu’il n’y a qu’à regarder la photo pour comprendre … Demain lever 6h, heureusement je pars en voyage. Tout de même, un homme de médecine qui vous refile un truc manifestement contagieux, faudrait peut-être se méfier (un récidiviste d’ailleurs, après la viole de gambe)

10)
ysengrain
, le 07.03.2011 à 20:01
[modifier]

Merci à tous.

@ iruri: tu as raison: je suis homme de médecine ET contaminant.

Il faut aussi dire que Cuk.ch est un lieu de très haute contagiosité.

11)
dpesch
, le 08.03.2011 à 00:05
[modifier]

Merci encore, Ysengrain. J’ai écouté 3 émissions aujourd’hui et c’est magnifique d’intelligence. Cette jeune et jolie personne fera son chemin, c’est sûr !

12)
zit
, le 08.03.2011 à 07:20
[modifier]

Je n’arrive pas à écouter les gens qui parlent dans le poste, ça me perturbe. Ce doit être une question d’habitude, peut–être de génération… Ça a pourtant l’air formidable comme émission, mais le peu de fois où j’écoute la radio, c’est FIP, la radio qui parle le moins…

z (mais merci quand même, je répêêêêêêêêête : quel enthousiasme !)