Profitez des offres Memoirevive.ch!
Les indispensables (et autres)… à la cuisine. N° 2 : la douceur

Bon, normalement, je suis plutôt salé, je n'ai souvent plus la place pour un dessert, et, question sucre, je suis très difficile, mais j'aime bien ça, et puis la précision et la patience nécessaires s'apparentent assez à la photographie, je trouve. Après vous avoir entretenu des compagnons de ma petite reine, de mes accessoires de sorties nocturnes, je vous ramène donc à la cuisine, où, après la coutellerie, on va s'intéresser aux nombreux ustensiles (plus ou moins) indispensables pour préparer des douceurs :

Du classique au plus rare.

Pour la cuisine en général, je fais très bien sans, mais pour la pâtisserie, c'est vraiment indispensable :

image

Une balance précise, et une mesure pour les liquides (et oui, un litre d'huile ne pèse pas un kilo !).

image

Un entonnoir...

image

Le tamis à farine, super ustensile, mais n'essayez pas de tamiser avec de la poudre d'amandes (ça reste coincé !).

image

Un presse agrumes.

image

Une cuillère en bois avec un trou (pour mélanger les pâtes assez liquides, genre gâteau au chocolat)) et plusieurs maryses.

image

Un machin pour épépiner les pommes entières, un autres pour les moitiés (quelqu'un sait–il à quoi sert la deuxième lame, celle qui ressemble vaguement à une coquille saint Jacques ?).

image

1/ des fouets à battre les omelettes 2/ des fouets classiques (que je n'utilise plus – ouf ! – pour les blancs en neige ou la chantilly, vous verrez pourquoi plus bas) 3/ un mini fouet très pratique que j'utilise pour battre un ou deux œufs pour une dorure.

image

Un jeu de pinceaux : je n'utilise pas le même pour dorer (manche bois), passer un sirop (manche noir), beurrer (le petit avec la bague violette), huiler de la pâte à filo ou « arroser » une viande (le gros à bague violette). C'est pas de la maniaquerie, c'est que j'utilise parfois plusieurs pinceaux à peu près en même temps, et donc, dorer un Pithiviers avec le pinceau que je viens d'utiliser pour badigeonner de jus mon épaule d'agneau qui est en train de grésiller dans le four, c'est pas top... La balayette, c'est vraiment super pour ôter l'excédent de farine quand on abaisse une pâte au rouleau. 

image

Quelques emporte–pièce et de magnifiques cônes en inox (trouvés en brocante mais pas encore utilisés, pour former des tuiles au parmesan, ça fait chic !).

image

Un immense cul de poule inox (brocante) et un formidable gant anti–chaleur (bien plus pratique que la manique ou la moufle).

image

Le classique au premier plan, celui de mémé derrière, et le moderne, en silicone, et surtout de 40 cm, vraiment agréable d'avoir un rouleau qui soit plus grand que la pâte que l'on abaisse !

image

Des moules classiques, en Pyrex, à cake, à tartes, à manqué, un moule en terre cuite (indispensable pour le far breton, selon Marie–Louise), et les vrais moules à phynancier en tôle.

image

Ça, je suis vraiment fan, les petits moules en silicone, pour tartelettes, cakes etc... C'est vraiment pratique : pas besoin de beurrer–fariner, ça se démoule tout seul. Préférer des marques « professionnelles » genre Mastrad ou de Buyer, très coûteux, mais fait pour durer un peu plus. Ça ne cuit pas exactement comme la tôle, le silicone conduisant assez mal la chaleur, les parties en contact sont moins cuites que celles à l'air, faut absolument que j'essaye le modèle de chez de Buyer à « transmission parfaite de la chaleur, donc gain de temps et caramélisation des sucs », mmmmm, tout un programme !

image

Beaucoup de tôles inox (de Buyer), rien de pire que de devoir attendre qu'un plat soit sorti du four, refroidi et lavé pour pouvoir préparer la fournée suivante ! Surtout avec les préparations comme le Pithiviers (en haut) qui nécessitent une bonne demi–heure au frais avant d'enfourner. (le papier cuisson Albal « grande largeur » –38cm– anti–adhérant est vraiment formidable).

image

Un casse–noix et une cuillère à glace (ne sert pas très souvent, mais bon, plutôt que de plier une cuillère à soupe à chaque fois qu'on attaque un sorbet trop dur...).

image

C'est louche, toutes ces poches (en jargon de cuistot, une louche, c'est une poche).

image

Quelques passoires variées (dont une araignée, idéale pour récupérer les fritures mais dont je regrette qu'elle ne soit pas en inox –mais quand on voit le prix d'une araignée en inox, ça calme !–).

image

La petite grille, pour faire refroidir après démoulage une génoise, par exemple.

image

Alors là, vraiment indispensable ! Quel gain de temps ! Le problème, avec la poche à douille, c'est le remplissage : ça tient pas, on en fout partout ! Donc, au passage, un truc de pro : une très grande boîte de conserve et deux élastiques, le petit pour bloquer la douille à 180° en bas, le grand pour fixer la poche en haut de la boîte de conserve, et le tour est joué, les 90 mini moules à cake remplis en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Je rêve d'un entonnoir à piston automatique pour les appareils plus liquides... Mais là encore, le prix de l'inox !

Le progrès, ça fait gagner du temps :

Pendant longtemps, j'ai été opposé au robots, trop violents à mon goût, et puis, faire une pâte avec ça, il manque un ingrédient indispensable : la sueur des paumes ! (qui a dit beuark ?!).

Tout ça parce que je n'avais qu'un :

image

Magimix (plus de 20 ans, il commence à fatiguer, surtout la cuve, mais le moteur aussi). Pas de possibilité de régler la vitesse, c'est à fond tout le temps, je ne l'utilise plus que pour faire mon pralin.

image

Et puis, il y a le mixeur, sympa, pour les milk–shake que je consomme rarement, plus utile pour les soupes et potages.

image

Par contre, l'année dernière, j'ai cassé la tirelire pour un Kitchen Aid, et c'est vraiment une machine extraordinaire, en particulier pour les blancs en neige, c'est ferme ! Et puis l'autre truc pratique, c'est que l'on peut faire sa crème mousseline dans le bol en même temps que l'on moud la nougatine qui deviendra grâce au Magimix le pralin qui va la parfumer pour le Paris–Brest...

On voit sur cette photo le dispositif photographique sophistiqué : un flash à gauche, contrôlé en TTL par le flash intégré du boîtier, à droite, un grand réflecteur. Toutes les photos ont été faites sans presque rien changer.

image

Alors ça, c'est le truc qui tue ! 50 cl de crème liquide 35 ou 40 %, 100 g de sucre glace, une goutte d'extrait de vanille, deux cartouches de N2O, et hop, une formidable crème Chantilly minute. On trouve aussi une super recette de mousse au chocolat sans œufs ! Et j'ai tenté une fois des spaghetti au Speck, asperges et espuma aux pointes d'asperge, ça le fait !

Et pour finir, une fois que tout est prêt, il faut bien sûr quelques :

image

Pelles à tarte.

Et bien sûr, comme fond de toutes les photos, vous avez pu remarquer le marbre (40 x 60, parfois un peu petit) vraiment absolument indispensable ! Rigidité, planéité, solidité et surtout, son inertie thermique qui empêche les pâtes de se réchauffer trop vite.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, j'espère vous avoir donné envie de mettre la main à la pâte...

 

PS : et bien sûr, on écoute en lisant cet article « La complainte du progrès », de Boris Vian ! ;o)

28 commentaires
2)
MacAque
, le 10.02.2011 à 05:23
[modifier]

Il est maintenant 5h25… la sensation de faim ne s’atténue pas !

3)
Puzzo
, le 10.02.2011 à 07:00
[modifier]

Salut Zit,

Ton appareil pour épépiné les pommes coupées… personnellement, je crois pas que ce soit ça. C’est pour les melons. La partie en forme de “coquille saint-Jacques”, c’est pour épépiné le melon (je suppose du moins). La partie ronde c’est pour faire de jolie boule que tu pourras remettre dans la moitié de ton melon et servir sur assiette. Effet garanti.

Concernant le mixer, Fabien est un fan du kenwood. Personnellement, je n’en vois pas l’utilité. Ca prend de la place et tu as un seul bol. Donc, si tu veux mixer une pâte à gâteau et en parallèle monté des blancs en neige, tu fais comment ? Et ben tu peux pas. (A moins d’avoir 4 ou 5 énormes bols à kenwood mais autant dire que notre cuisine n’est pas assez grande) Je préfère 1000 fois mon petit batteur électrique qui prend peu de place et s’adapte à tous les bols. Et il est suffisamment puissant pour bien faire monter les blancs d’oeufs en neige ferme.

Et d’accord avec Renaud et MacAque, je m’en vais déjeuner rapidement car mon ventre gargouille. Je serai même prête à manger un petit rôti ;-)

4)
Marcol
, le 10.02.2011 à 07:03
[modifier]

à quoi sert la deuxième lame, celle qui ressemble vaguement à une coquille saint Jacques, dis-tu ?

Mais il me semble bien que c’est pour le zest, non ?

6)
Inconnu
, le 10.02.2011 à 08:57
[modifier]

Le “machin pour épépiner les pommes entières” s’appelle un vide-pomme, le bidule à côté est pour le melon : un bout pour l’épépiner, l’autre pour faire de jolies boules qu’on met ensuite dans une coupe avec du porto ou du muscat de Frontignan.

7)
Alain Le Gallou
, le 10.02.2011 à 09:06
[modifier]

Screugneugneu tu ne pouvais pas publier un jour avant :-) j’ai passé deux heures hier à enlever la rouille de ma plaque de cuisson à pâtisserie, rouille causée par les 6 mois de mise à l’écart le temps que je refasse ma cuisine, plus exactement cuisine, véranda attenante, et plancher chauffant.

Car, je n’ai pas trouvé, en Bretagne nord desservi par les mouettes, de plaque en tôle (même en faisant 40Km jusqu’à Lannion), et tu m’apprends deux jours après que Buyer en fait. Une fois de plus j’aurai dû chercher sur le net plutôt que demander aux commerçants. Merci, du tuyau.

Sinon, comme toi, c’est plaque en tôle papier cuisson Alba, et en aucun cas les &§#&# de plaques recouvertes de silicone vendu dans le commerce qui ne dore pas le fond des tartes correctement.

PS : J’ai trouvé ton chinois vraiment petit, tu arrives à passer une crème anglaise avec ?

PS 2 : Je suggère en commentaire de la petite grille pour refroidir après démoulage d’indiquer que c’est fondamental pour éviter que les gâteaux ne prennent de l’humidité.

8)
Modane
, le 10.02.2011 à 09:15
[modifier]

La cuillère à trou est exactement ce qu’il faut pour le Risotto.

Sinon… J’ai faim, je suis en cours jusqu’à 14h, je te devrai une journée difficile!… ;)

9)
Inconnu
, le 10.02.2011 à 09:43
[modifier]

la cuillère trouée, elle est livrée comme ça ou elle a été “customisée”?

J’ai un Magimix mono vitesse, le manque de réglages m’a pas manqué à vrai dire.

10)
Soheil
, le 10.02.2011 à 10:10
[modifier]

Merci pour cet article aussi détaillé qu’appétissant.

“La deuxième lame, celle qui ressemble vaguement à une coquille saint Jacques” est un coquilleur à beurre (sauf erreur, on le trempe dans l’eau chaude avant de former des coquilles de beurre pour les tartines du petit-déjeuner).

11)
Alain Le Gallou
, le 10.02.2011 à 10:21
[modifier]

Pour les moules à tarte, à poser sur la plaque en tôle, préférer ceux avec un bord rond qui permet de faire un décor avec la pâte, ce qui donne un morceau de tarte croustillant en plus à manger.

Introuvable dans ma région, heureusement j’en ai en stock.

Démonstration sur cette photo. Il faut la pince à dents pour cela.

12)
Joël (exGlimind)
, le 10.02.2011 à 10:50
[modifier]

J’ai faim ! Par contre le chimiste que je suis a remarqué une minuscule erreur qui s’est glissée dans la description de l’appareil à Chantilly, un Kisag en Suisse. C’est du N2O, protoxyde d’azote et pas du NO2, dioxyde d’azote, heureusement car le NO2, c’est plutôt le truc qui sort du pot des voitures…

Anecdote, le protoxyde d’azote est aussi connu sous le nom de gaz hilarant et est couramment utilisé en anesthésie.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioxyde_d%27azote

http://fr.wikipedia.org/wiki/Protoxyde_d%27azote

13)
humptius dumptius
, le 10.02.2011 à 10:56
[modifier]

Chez de Buyer, sympathique maison vosgienne dans le Val d’Ajol, à signaler le moule à kougloff (leur orthographe) qui a, enfin, réalisé tous les rêves secrets de ma mère, la cheminée qui cuit. Infiniment moins lourd que la fonte et plus efficace que ces trucs en tole datant, je présume, de son mariage. Le cadeau à 7 euros qui emballe la cliente, après essai. Si on a l’occasion, autant passer chez eux, c’est très bucolique, et c’est plus qu’intéressant pour le matériel à pâtisserie, art que je ne pratique pas.

14)
Guillôme
, le 10.02.2011 à 12:34
[modifier]

Ah mon dieu, tu oublies la poêle à crêpe et sa spatule

Moi ce sont les saladiers inox que j’ai en 10 exemplaires et de toutes tailles pour gérer toutes les préparations et mélanges :p

Et la sorbetière?

15)
Alain Le Gallou
, le 10.02.2011 à 13:30
[modifier]

Comment Guillôme une poêle pour les crêpes ! Non, une vraie Krampouz et spatule en bois.

Bon, ok, elle n’est pas très ronde ma crêpe, et les papiers pour protéger les pierres de ma cheminée ce n’est pas trop élégant. En arrière-plan le bol Kenwood, en avant plan la fourchette spéciale grand-mère pour graisser, et enlever les miettes sur la plaque entre deux crêpes.

16)
fxc
, le 10.02.2011 à 13:38
[modifier]

“La deuxième lame, celle qui ressemble vaguement à une coquille saint Jacques” est un coquilleur à beurre (sauf erreur, on le trempe dans l’eau chaude avant de former des coquilles de beurre pour les tartines du petit-déjeuner).

tu me rassures, j’ai toujours cru qu’ils faisaient cela avec leur peignes.

17)
Guillôme
, le 10.02.2011 à 14:17
[modifier]

Non, une vraie Krampouz et spatule en bois.

Honte à toi sur la spatule en bois! Moi j’ai une spatule à crêpe professionnelle (marque Hammer je crois) en acier, un peu comme sur la photo de mon lien ;)

18)
Saluki
, le 10.02.2011 à 15:27
[modifier]

Holà !

J’ai déjà envie de repasser à table !

Merci mes bons amis de me faire saliver de la sorte. Dans ma campagne, j’ai de la place en cuisine et DEUX Kenwood Chef, plus de trente cinq ans d’âge pour le premier, acheté en GB alors qu’on ne le trouvait pas en France*. L’autre a été acheté, crasseux au possible et pour une vingtaine d’Euros, au détour d’un vide-grenier de charité.

  • Edit : en fait, il était bien vendu (et ça coûtait un œil) par un importateur qui vendait aussi les fours doubles “Tricity”. J’ai profité d’un séjour à Calais et fait un voyage presque dédié pour rapporter les deux…
19)
Alain Le Gallou
, le 10.02.2011 à 16:59
[modifier]

Comme toi Saluki un Kenwood de 35 ans, mais le mien à eu une panne électronique mineure, et impossible de trouver un réparateur. Mécaniquement il était comme neuf. Ne pouvant m’en passer, j’en ai racheté un autre en finition alu pour la beauté.

@ Puzzo qui n’en voit pas l’utilité, relis Zit qui parle de la qualité des blancs en neige. Et pour les bols pas besoin de place, tu les mets les uns dans les autres.

@Zit je n’ai jamais essayé le Kitchen Aid, je ne peux comparer. Juste te dire que le Kenwood à la mécanique sur le dessus pour mettre le mixeur (plus besoin du tien en plus à côté), et en façade l’entraînement à ouvre-boîte et autres outils comme sur ton Kitchen. (J’ai enlevé le cache pour bien voir l’engrenage).

20)
M.G.
, le 10.02.2011 à 18:30
[modifier]

Il y a un modèle de moule en silicone très pratique, celui pour faire les cannelés; mais attention, il faut un moule avec une “armature”, qui ne plie pas…

Le meilleur que j’aie trouvé pour mon four multifonctions SHARP® R-939IN-A : le Tefal®.

Très peu de modèles de moules en silicone chez Tefal® mais tous avec une armature incorporée qui facilite leur manipulation.

Le moule à cannelés de Tefal® bénéficie d’une astuce supplémentaire : comme les fours à convection forcée que nous utilisons désormais possèdent une grille tournante, il est inscrit dans un cercle de 30 cm de diamètre où l’on a pu disposer 10 alvéoles au lieu des 8 habituelles comme sur le Mastrad®. Et hop ! 10 vrais cannelés par fournée au lieu de 8 !

Comme ma recette est basée sur 20 cannelés et que le four est livré avec une grille haute en plus de la grille basse, j’enfourne deux moules à chaque fois ;-)

21)
zit
, le 10.02.2011 à 21:44
[modifier]

Renaud et MacAque, j’avais faim en l’écrivant aussi ;o)

Puzzo, sans doute s’agit–il bien d’un truc pour les melons, mais ça fonctionne aussi super–bien pour l’opération que je décrit.

Quand au robot, j’ai un moment hésité à prendre un Kenwood, moins cher avec toute sa flopée d’accessoires inclus, et un pro m’a vanté la fiabilité du Kitchen Aid du fait de son entraînement direct, et non par courroie, bon, c’est un détail, je l’admet, et puis je préfère aussi la finition et le design du Kitchen Aid. Et je ne l’utilise pas non plus que pour les blanc en neige (quand même !), mais aussi pour les racines râpées crues dont je fait une grande consommation en cette saison : une boule de céleri rave, quelques betteraves et radis noirs (le tout dûment épluché), quelques dents d’ail, je râpe le tout assez fin, et j’assaisonne avec des vinaigres de cidre, un poil de balsamique et une goutte de Xeres, et des huiles d’olive, de colza, de pépin de raisin, pépins de courge et de chanvre, une pincée de sel, quelques tours de moulin à poivre, une grosse pincée de thym et quelques câpres au vinaigre pour la fantaisie, c’est super bon, joli, et ça se garde très bien jusqu’à deux semaines au frais (c’est d’ailleurs bien meilleur après quelques jours, au moins le lendemain). Et le râpage d’environ 2 à 3 kilos de racines, à la main, je ne le sent pas… Et c’est bien plus délicat avec le Kitchen Aid en vitesse lente (3 à 4) qu’avec le Magimix qui tourne tellement vite que ça fait presque de la bouillie (et ça chauffe aussi les aliments, qui ne sont plus aussi craquants, c’est d’ailleurs très sensible avec les fromages, d’ailleurs, justement, c’est une croûte de parmesan qui a presque fait exploser le couvercle de la cuve du Magimix, fin de la longue parenthèse ! ;o ).

Marcol, je crains que ça ne soit pas assez tranchant pour zester.

Puzzo, oui, peut–être les noix de beurre, mais ça m’étonne que le même outil serve pour le melon et le beurre…

Haddock, bon, devant autant de certitudes, je ne peut que m’incliner !

Alain Le Gallou, désolé ;o) j’ai trouvé les miennes chez Métro (faut aller à St Brieuc, pour toi). Le chinois, j’en ai un maousse aussi, mais il ne tenait pas dans la composition. Quand à la grille, oui, toutes les pâtes biscuitées (les financiers et le creusois aussi).

Ah, la cuillère à trou, je ne l’utilise que pour le sucré, comme je l’explique au sujet des pinceaux, je préfère éviter de mélanger les ustensiles « poreux », qui pourraient garder un peu de goût.

Et Renaud, je l’ai trouvé comme ça, avec le trou déjà là…

z (qui va faire une pause dîner, je répêêêêêêêêêête : j’ai un petit creux, moi aussi…)

23)
zit
, le 10.02.2011 à 23:43
[modifier]

Soheil, démonstration convaincante, c’est exactement cela !

Alain Le Gallou, oui, bon, ya ceux qui ont la grande classe, et les autres… Je suis d’autant plus impardonnable que j’ai un cercle à tarte récupéré je ne sais où, et que je ne l’ai jamais essayé. Impardonnable !

Glimind, oups, la boulette, merci de le signaler, je vais corriger de ce pas ! Par contre, je savais bien qu’il s’agissait de protoxyde d’azote, et que c’est du gaz hilarant, je ne manque d’ailleurs jamais de finir le fond du siphon avec la buse directement dans la bouche : effet garanti ;–D

humptius dumptius, je dispose aussi d’un moule à cheminée que je n’ai jamais utilisé, mais alors, pour la promenade chez de Buyer, ça sera quand j’aurais gagné au loto, leurs produits sont vraiment formidables, fait pour durer plusieurs générations, mais ça coûte un œil et le bras droit !

Guillôme, désolé ! La spatule, j’en ai bien une, mais bien que d’ascendance à moitié bretonne, je fais rarement des crêpes (c’est ma moitié japonaise qui aime bien faire ça !), je préfère les trucs plus « légers », genre far aux pruneaux, ou kouign–amann ;o). Et puis, à la poêle, les crêpes, on n’utilise pas de spatule… On les fait sauter, non ?

La sorbetière, j’en ai une jamais utilisée, reçue en cadeau, mais ce n’est pas une turbine, il faut donc mettre la cuve en inox, verticale, dans le congélateur pendant au moins douze heures, et le congélateur n’est jamais vide à ce point là…

Alain Le Gallou, décidément, grande classe, la « vraie Krampouz » !

fxc, non, les peignes sont réservés pour piquer les fonds de tartes !

Ah, oui, je peux témoigner, j’ai vu le vénérable Kenwoood de Saluki dans sa gendarmerie champenoise.

Alain Le Gallou, je pense que les deux se valent probablement… Par contre, l’aperçu que l’on a de ton piano me fait gravement baver !

scribe, oui, je confesse (quel drôle de mot !), le cercle, c’est la classe !

Et oui, l’araignée, c’est indispensable pour bien des choses…

M.G. et scribe, je n’ai jamais essayé le cannelé, pourtant, c’est bien bon ! En ce qui concerne le four, je rêve d’un modèle de grande largeur, genre ça, mais il faudrait que je refasse toute la cuisine… Et je ne veux même pas en connaître le prix !

Ouiiii, François, fais nous un de tes savoureux articles sur le pèle–pommes !!!!!

z (qui aime bien faire la cuisine, quand même, je répêêêêêêêêêête : et gourmand, avec ça !)

24)
zit
, le 10.02.2011 à 23:48
[modifier]

Bon, j’ai quand même été voir, le prix du four Gaggenau, c’est un gag : 3857 € !

z (bigre ! je répêêêêêêêêêête : diantre !)

25)
Alain Le Gallou
, le 11.02.2011 à 10:04
[modifier]

En attendant l’article sur le pèle-pommes de François en voici une photo. C’est très facile à utiliser, et fait gagner beaucoup de temps pour faire une tarte aux pommes. Et ce n’est pas très cher, j’ai eu le mien à 17.50€. À l’arrière-plan un doux-feu, probablement l’ustensile pour la cuisson le plus utile dans une cuisine, hors le four à voûte du piano.

J’ai fait la photo pour Zit sur le coupe-feu. J’ai comme il le dit “mais il faudrait que je refasse toute la cuisine…” cassé la totalité de l’ancienne cuisine. Et, dire, que nos grandes mères sur leurs cuisinières bois-charbon avaient cette qualité de cuisson que nous devons de nos jours payer un prix exorbitant pour avoir la même qualité.

26)
humptius dumptius
, le 11.02.2011 à 12:29
[modifier]

@zit. — L’œil et le bras, faut pas charrier, mais c’est vrai que je ne fais pas de pâtisserie et que, pour le reste, mon matériel est assez réduit, une poêle Choc Induction (de Buyer), un fait-tout (idem), 2 plats à four, une plaque, 3 casseroles, une vieille coquelle (environ le doux-feu), un couteau à huîtres, 2 tire-bouchons, une paire d’écumoires, un épluche-légumes, un presse-agrumes et un (vrai) couteau japonais. Pour le reste, on s’adapte ou on fait autrement. Pas de Tefal, c’est maintenant chinois et de toute façon, c’est plutôt moyen. Ah si, un Magimix que j’oublie de sortir, mais c’est produit par chez moi, nationalisme économique en quelque sorte.

27)
Czarci
, le 15.02.2011 à 12:00
[modifier]

Les moules en silicone, c’est bien malpratique, ça cuit de façon si peu homogène. Quitte à y mettre le prix et à acheter du matériel professionnel, pensez aux produits Ch’tis vendus en réunion : le flexipan.

De la toile en fil de verre recouverte de silicone (c’est eux qui le disent), pour un résultat vraiment incomparable (là, c’est moi qui le dis)

Si vous voulez en savoir plus (désolé de faire de la pub), allez voir leur site.

28)
ecitah
, le 20.01.2012 à 11:12
[modifier]

Bonjour,

Je ne sais plus oú poster un message pour avoir une réponse, je suis quasi-désespérée :(

J’ai acheté un kitchenaid classic il y a une semaine et je me pose une question concernant le réglage de la hauteur.

J’ai réglé mon KA avec le batteur plat au plus bas et au plus juste. Ce réglage me semble correcte puisque le batteur à fil est lui aussi correctement réglé. En revanche, le crochet, lui reste un peu plus haut malgré que la hauteur du robot soit réglé au plus bas possible. C’est à dire que le crochet, lui, n’est pas à ras bord du bol et est un peu plus élevé que le batteur plat et le batteur à fil : je voulais savoir si cela est normal ou si mon KA a un problème ?

Je vous remercie d’avance pour votre réponse.